• Un groupe........William Chapman..William Chapman

    Un groupe.

    Un groupe........William Chapman..William Chapman

    Un groupe de Bohémiens
    Vient de s’arrêter dans la rue…
    Ils voyagent avec leurs biens
    Traînés par un boiteux qui rue.

    Cheminant par monts et par vaux,
    Épris de la grande nature,
    Ils font le trafic des chevaux
    Et disent la bonne aventure.

     


    Ils ont fait halte, vers midi,
    Étalant tout leur patrimoine…
    Le cheval, qui n’est pas bandit,
    Hennit pour avoir son avoine.

    Sur le toit du taudis roulant,
    Un grand singe à la barbe grise
    Danse et gambade en miaulant
    Et fait voir toute sa bêtise.

    Un vieillard, l’habit plein d’accrocs,
    Est assis à la vitre unique…
    Au seuil un chien montre ses crocs
    Au passant qui lui fait la nique.
     
    Le dogue pousse un aboiement,
    Quand quelque gamin tyrannique
    Se donne le fol agrément
    De faire ruer la bourrique.

     


    Ils sont indolents, paresseux,
    Vêtus comme des saltimbanques ;
    Cependant leurs goussets crasseux
    Sont gonflés de billets de banques.

    On ne peut les habituer
    Au travail : le vol les enivre.
    Ils sont trop lâches pour tuer,
    Mais aussi trop lâches pour vivre.

    Ces gueux n’ont d’autre logement
    Qu’une cahute vermoulue
    Où règne despotiquement
    Un hercule à la peau velue.

    Le cabanon marche avec eux
    Tiré par l’animal en nage.
    Ils y vivent sales, visqueux,
    À l’étroit comme en une cage.

     


    Deux petits garçons, à l’œil noir,
    Sont descendus de la voiture
    Et cherchent, barrant le trottoir,
    A vendre une immonde imposture.
     
    La foule leur fait des affronts.
    Le plus vieux, mécontent, exhale
    Sa mauvaise humeur en jurons,
    Tendant quelquefois sa main sale.

    Près d’eux, souriant aux badauds
    Attroupés devant une échoppe,
    Leur mère, un enfant sur le dos,
    S’offre pour tirer l’horoscope.

    Mais elle a beau montrer ses dents
    Dont l’émail sans tache étincelle,
    Et rouler deux grands yeux ardents,
    Rien ne tombe à son escarcelle.

     


    Soudain le père pousse un cri…
    La famille rentre frileuse.
    A son passage, l’homme, aigri,
    Lève sa grosse main calleuse.

    Il parle, l’air terrifiant,
    À la femme qui se dérobe
    Pour donner le sein à l’enfant
    Qui s’attache au pan de sa robe.

    Et pendant que sur ses genoux
    La mère veut endormir l’ange,
    Elle répond à son époux
    Par des mots tout suintants de fange.
     
    Au fond de cet intérieur
    Où l’œil avec dégoût se plonge, ―
    Le front mutin et l’air rieur,
    Pressant les pores d’une éponge,

     


    Une jeune fille est en train
    De laver une vieille Cène
    Et passe sur Jésus sa main
    En chantant un couplet obscène.

    Cependant le beau soleil d’or,
    Dont rien ne peut souiller la coupe,
    Toujours clément, répand encor
    Des rayons dorés à ce groupe.

    Et la nuit peut-être un oiseau
    Vient-il du ciel une minute
    Voir par la vitre le berceau
    Qui rayonne dans la cahute.

    « Ballade de la mauvaise réputation......... Paul Verlaine .« Les-SAMEDIS-en-FOLIE-Facebook-msn-e-mail-etc...-Merci-a-vous-de-vos-messages-de-C...-.ppsx » »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :