• Tout ainsi que celui qui en feu se consume.........Christofle de Beaujeu (ca. 1550-ca. 1600).

    Tout ainsi que celui qui en feu se consume,
    Et qui n’a jamais vu ses flammes allumer,
    Tout ainsi je me vois en flamme consumer
    Par l’amour que je porte à cette dure enclume.
     
    Je l’aime sans l’aimer, je l’aime par coutume
    Que j’avais de servir, en ce service amer.
    C’est ma faute, j’ai tort. Ah je devrais m’armer
    Pour résister au coup qui tant de traits m’allume !
     
    Pour tromper mes ennuis, il me faut toujours boire
    Du poison doux piquant de ma folle mémoire,
    Qui se venge d’Amour au mal que je reçois.
     
    Avant que de l’aimer, l’on m’avait parlé d’elle,
    Et m’avait-on bien dit qu’elle était fort cruelle,
    Mais non pas tant encor que je le reconnais.
     

    « ROYAUTÉ...........Arthur Rimbaud (1854-1891LE MILAN, LE ROI ET LE CHASSEUR...........Jean La Fontaine (1621-1695) »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :