• A bientôt Seigneur.

    A bientôt Seigneur..........Marie-Gin

    Quand tu viendras me chercher Seigneur, puis-je te demander
    de frapper à ma porte pour que je sache que tu arrives?

    Je sais bien que tu as dit que tu viendrais comme un voleur...
    mais ce n'est pas obligatoire, tu peux venir autrement.

    C'est pour que nous soyons toujours prêts que tu as dis cela :

    Merci Seigneur!

    Mais vois-tu Seigneur, à la maison quand je fais mon ménage,
    je suis fort maladroite et me tache facilement, alors je mets un tablier;
    et quand un ami frappe à ma porte,  avant de lui ouvrir,
    j'enlève mon tablier pour n'avoir pas de tache et pour
    que ma vue ne lui soit pas désagréable.

    Laisse-moi le temps d'ôter mon tablier pour te recevoir!

    Je te demande cela mais tu feras comme tu voudras;
    ce sera pour le mieux...

    C'est seulement un désir que je voulais te confier;
    entre amis cela se fait, n'est-ce pas?

    Et n'es-tu pas mon grand Ami,
    Celui qui ne manque jamais et,
    En qui j'ai toute confiance.

    À bientôt! Seigneur!

    d'une gentille dame : Jeannine Boyer Major, qui disait que ce texte était
    la prière d'une vieille mère à la fin de sa vie...

    Heureuse de vous la partager...

    Marie-Gin  

     
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Cultive ta vigne..

    Cultive ta vigne.............

    Cultive ta vigne d'un commun accord avec Jésus.


    A toi revient la tâche d'enlever les pierres et d'arracher les ronces. A Jésus, celle de semer, planter, cultiver et arroser.


    Mais même dans ton travail, c'est encore lui qui agit. Car sans le Christ, tu ne pourrais rien faire.

    Padre Pio

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La miséricorde de Dieu.

    La miséricorde de Dieu.

    Dans toute l’Église, c’est le temps de la miséricorde. C’était l’intuition du bienheureux Jean-Paul II. Il a eu du « flair » : nous sommes dans le temps de la miséricorde. Pensons à la béatification et à la canonisation de sœur Faustine Kowalska ; ensuite il a introduit la fête de la Divine miséricorde. Il a avancé peu à peu, et il a continué d’avancer dans ce sens. Dans son homélie pour la canonisation, en l’An 2000, Jean-Paul II a souligné que le message de Jésus-Christ à sœur Faustine se situe dans le temps, entre les deux guerres mondiales, et qu’il est très lié à l’histoire du vingtième siècle. Et en regardant l’avenir, il disait :

     

    « Que nous apporterons les années qui s’ouvrent à nous? Quel sera l’avenir de l’homme sur la terre? Nous ne pouvons pas le savoir. Il est toutefois certain qu’à côté de nouveaux progrès ne manqueront pas, malheureusement, les expériences douloureuses. Mais la lumière de la miséricorde divine, que le Seigneur a presque voulu remettre au monde à travers le charisme de Sœur Faustine, éclairera le chemin des hommes du troisième millénaire. (…) Ce message réconfortant s’adresse en particulier à celui qui, touché par une épreuve particulièrement dure ou écrasé par le poids des péchés commis, a perdu toute confiance dans la vie et est tenté de céder au désespoir. C’est à lui que se présente le visage doux du Christ, c’est sur lui qu’arrivent ces rayons qui partent de son cœur et qui illuminent, réchauffent, indiquent le chemin et diffusent l’espérance. Combien d’âmes a déjà réconforté l’invocation : « Jésus, j’ai confiance en Toi », que la Providence a suggérée à Sœur Faustine ! Cet acte simple d’abandon à Jésus dissipe les nuages les plus épais et fait pénétrer un rayon de lumière dans la vie de chacun.»

     

     

    C’est clair. C’est explicite, en 2000, mais c’est quelque chose qui mûrissait dans son cœur depuis longtemps. Dans sa prière, il a eu cette intuition. Aujourd’hui, nous oublions tout trop vite, même le magistère de l’Église ! C’est en partie inévitable, mais les grands contenus, les grandes intuitions et les consignes laissées au peuple de Dieu, nous ne pouvons pas les oublier. Et celle de la miséricorde divine en fait partie. C’est une consigne qu’il nous a laissée, mais qui vient d’en-haut.

     

    Pape François, 5 mars 2014 

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique