• Tu veilleras Seigneur..

    Tu veilleras Seigneur.............

    Quand je dormirai du sommeil
    qu’on nomme la mort,
    c’est dans ton sein que je reposerai.
    Tes bras me tiendront comme ceux
    des mères tiennent les enfants endormis.

     

    Et tu veilleras. sur ceux que j’aime
    et que j’aurai laissés,
    sur ceux qui me chercheront
    et ne me trouveront plus,
    sur les champs que j’ai labourés.

     

    Tu veilleras.
    Ta bonne main réparera mes fautes.
    Tu feras neiger des flocons
    tout blancs sur les empreintes
    de mes pas égarés,
    tu mettras ta paix sur les jours évanouis,
    passés dans l’angoisse;
    tu purifieras ce qui est impur.

     

    Et de ce que j’aurai été moi,
    pauvre apparence,
    ignorée de moi-même
    et réelle en toi seul,
    tu feras ce que tu voudras.
    Ta volonté est mon espérance,
    mon lendemain, mon au-delà,
    mon repos et ma sécurité.

    Car elle est vaste comme les cieux
    et profonde comme les mers;
    les soleils n’en sont qu’un pâle reflet,
    et les plus hautes pensées des hommes
    n’en sont qu’une lointaine image.
    En Toi je me confie.
    A Toi je remets tout.

    Inconnu

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La route de la vie....

    La route de la vie..............

    Au début, je voyais Dieu comme mon observateur, mon juge, comptant toutes les choses que j'avais mal faites, pour qu'Il puisse savoir si j'avais mérité le Ciel ou l'enfer quand je mourrai.
    Mais plus tard, quand j'ai rencontré Jésus, il me sembla que ma vie était plutôt comme une balade en vélo, mais c'est un vélo-tandem, et j'ai remarqué que Jésus-Christ était à l'arrière m'aidant à pédaler.


    Je ne sais plus juste quand Il me suggéra que nous changions de places, mais la vie n'a jamais été la même depuis. Quand j'avais le contrôle, je connaissais le chemin. C'était plutôt ennuyeux, mais prévisible...
    C'était le chemin le plus court entre 2 points.
    Mais quand Il prit le guidon, Il connaissait de beaux et longs détours, par des montagnes, des endroits rocheux à des vitesses à se casser le cou, tout ce que je pouvais faire était de m'accrocher ! Même si ça semblait être folie, Il me disait :" Pédale !"

     


    Je m'inquiétais et étais anxieux et demandais : " où m'emmènes-tu? " Il riait et ne répondait pas, et je commençais à apprendre la confiance.
    J'oubliai ma vie ennuyeuse et entrai dans l'aventure. Et quand je dirais, "j'ai peur", Il se pencherait derrière pour toucher ma main.
    Il m'amena à des gens pour donner ce dont j'avais besoin, des cadeaux de guérison, acceptation et joie. Ils m'offrirent des cadeaux à emporter pour mon voyage, celui de mon Seigneur et le mien.
    Et nous étions sur la route de nouveau. Il disait : " donne ces cadeaux ; ils sont des bagages en trop, trop de poids ". Alors je les donnais aux personnes que nous rencontrions, et je découvrais qu'en donnant je recevais, et toujours notre fardeau était léger.

    11

    Au début, je ne Lui faisais pas confiance pour le contrôle de ma vie. Je pensais qu'Il allait me mener à un accident ; mais Il connaît les secrets du vélo, sait comment l'incliner pour prendre des virages difficiles, sait comment le faire sauter pour éviter des rochers, sait comment aborder des passages effrayants.
    Et j'apprends à me taire et à pédaler dans les endroits les plus étranges, et je commence à apprécier la vue et l'air frais sur mon visage avec mon agréable compagnon de tout instant, Jésus-Christ.
    Et quand je suis certain que je ne peux plus continuer, Il sourit seulement et dit : "Pédale"...

     


    Henrik Roycourt

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • S'il te plaît Seigneur, ne m'interromps pas, je prie

    S'il te plaît Seigneur, ne m'interromps pas, je prie !...........

    "NOTRE PÈRE QUI ES AUX CIEUX..."

    - Oui ?
    "S'il te plait ne m'interromps pas, je prie."
    - Mais tu viens de m'interpeller.
    "Moi, t'interpeller ? Enfin oui, non, à vrai dire non. Nous prions ainsi : Notre Père qui es aux cieux... "
    - Tu vois tu m'appelles encore. Veux-tu me parler ?

     

    "QUE TON NOM SOIT SANCTIFIÉ"

    - Crois-tu cela sérieusement ?
    "Que dois-je prendre au sérieux ?"
    - Veux-tu vraiment sanctifier mon nom ? Sais-tu au moins ce que cela signifie ?
    "Cela signifie, cela signifie... Bonté divine, je ne sais pas ce que cela signifie. Comment le saurais je ?"
    - Cela veut dire que tu veux m'honorer, que je suis unique pour toi, que mon nom t'est précieux.
    "Ah oui, cela je 1e comprends…

     

    QUE TON RÈGNE VIENNE, QUE TA VOLONTÉ SOIT FAITE SUR LA TERRE COMME AU CIEL."

    - Fais-tu quelque chose pour cela ?
    "Pour que ta volonté se fasse ? Bien sûr, je vais régulièrement à l'église, je donne à la quête, pour les missions."
    - Mais je veux plus. Je voudrais que ta vie soit en ordre. Que tu domines tes habitudes qui énervent les autres. Que tu apprennes d'eux. Je voudrais qu'une aide soit apportée à tous les hommes, afin qu'ils arrivent à la vérité. Je veux que les malades soient guéris, consolés ceux qui sont dans le tristesse et libérés les prisonniers. Tout ce que tu feras pour ces gens, tu le feras pour moi.
    "Pourquoi me reproches-tu cela à moi. Sais-tu combien de riches hypocrites sont assis dans les églises ? Adresse-toi d'abord à eux."
    - Excuse-moi, je pensais que tu priais pour que mon règne vienne et que ma volonté soit faite ? Cela commence toujours concrètement chez celui qui prie pour cela. C'est seulement lorsque tu voudras la même chose que moi, que tu pourras être le messager de mon Royaume.
    "Oui, je pige. Pourrais-je continuer maintenant ma prière ?

     

    DONNES-NOUS AUJOURD'HUI NOTRE PAIN DE CE JOUR."


    - Te rends-tu compte combien de kilos tu as de trop ? Si tu pries ainsi tu t'engages à faire quelque chose afin que les millions d'hommes affamés aient tous les jours leur pain.

     

    "PARDONNES-NOUS NOS OFFENSES, COMME NOUS PARDONNONS AUSSI À CEUX QUI NOUS ONT OFFENSÉ."

    - Et quelle est donc cette histoire avec Daniel ?
    "Je t'en prie, ne me parle pas de celui-là. Tu sais combien il me décrie, il est tellement insolent envers moi, que je vois rouge avant même qu'il ouvre la bouche. En plus, il le sait et il se fiche de moi. Ce type a …"
    - Je sais, je sais… et ta prière ?
    "Ce n'est pas ainsi que je l'ai compris."
    - Au moins tu es sincère. Est-ce que cela t'amuse de te balader avec tant d'aigreur et d'antipathie ?
    "Cela me rend malade."
    - Je veux te guérir. Tu y perdras peut être un peu de ta gloriole, mais cela t'apportera la paix.
    "Hm ! je ne sais pas si j'arriverai."
    - Je t'aiderai.

     

    "ET NE NOUS SOUMETS PAS À LA TENTATION, MAIS DÉLIVRE NOUS DU MAL."


    - Moi, rien ne me tient plus à cœur que cela ; encore faut-il que tu évites les personnes et les situations qui te mettent en tentation.
    "Que veux-tu dire par là ?"
    - Tu connais tes points faibles : manque de caractère, ton attitude ambiguë face à l'argent, le sexe, la violence... Ne donne pas prise à la tentation.
    "Je crois que voilà le "Notre Père" le plus difficile que j'ai jamais prié. Mais c'est bien la première fois que cela a un rapport avec ma vie."
    - Vois-tu, c'est ainsi que nous avancerons. Termine maintenant tranquillement.


    "CAR C'EST A TOI QU'APPARTIENNENT LE RÈGNE, LA PUISSANCE ET LA GLOIRE, POUR LES SIÈCLES DES SIÈCLES."


    - Sais-tu ce que je trouve merveilleux ? C'est quand des hommes comme toi commencent à me prendre au sérieux, à prier sincèrement, à me suivre et à faire ensuite ce qui correspond à ma volonté. Quand ils remarquent que leur action pour mon Royaume les rend heureux eux-mêmes.

    Extrait d'un bulletin paroissial autrichien

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Je ferai descendre sur vous Mon Esprit Saint.

    Je ferai descendre sur vous Mon Esprit Saint.....

    Comme la Colombe descendue sur Ma Mère lors de Mon Incarnation et sur Moi-Même le jour de Mon Baptême, ainsi je ferai descendre sur vous Mon Esprit Saint qui vous comblera de Ses Dons, les sept Dons de Mon Esprit Saint : L'Epoux Divin  de Ma Mère, vous seront donnés pour qu'à votre tour vous accomplissiez des prodiges -

     

    Dieu Mon Père et votre Père ne se complait pas dans la souffrance - S'IL M'a envoyé parmi vous, c'est pour vous soulager, pour vous guérir, pour vous enseigner comment acquérir ses Dons pour qu'à votre tour "En Mon Nom" : vous guérissez les malades, vous chassez les démons, vous rendez la vue aux aveugles - Je vous le dis dans Mon Evangile "vous ferez bien plus que Moi". Vous n'avez pas été créés pour rester à l'état premier, vous avez été créés pour évoluer en Dieu, pour recevoir ce Don de L'Esprit : La grâce du Baptême qui fera germer en chacun de vous la Divinité du Père -

     

    C'est Mon Esprit Saint qui fera croître cet Arbre de Vie en vous, c'est Lui par Mon Sacré Cœur qui déversera en vous cette Sève Divine pour faire de vous des êtres divins à la Ressemblance du Père - C'est à Mon Père que revient cette Puissance et cette Gloire, car Tout vient de Lui, Tout est à Lui - Amen Je vous le dis, vous aurez Mon Esprit pour accomplir des prodiges, vous prophétiserez, vous guérirez, vous délivrerez comme Je l'ai fait - Allez dans Ma Paix qui est Source de Bienfaits -

     

    Ô mon Doux Jésus Miséricordieux,

    En Ta Parole je me complais,

    Donne-moi Ta Bénédiction,

    Ta Miséricorde et Ta Paix. Amen !

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Cher Jésus.

    Cher Jésus..............

    Cela fait je ne sais combien de temps que je ne t'ai écrit.

    J'en suis vraiment désolé...

    Je ne sais pas ce qui s'est passé,

    J'ai lu et relu tes lettres pour garder en mémoire ce que tu m'as dit,

    Tu m'as dit que tu reviendrais et que m'emmènerais avec toi où tu seras,

     

     Mais j'avoue que j'en doute parfois...

    Après tout, cela fait des années que tu es parti

    Cela fait des années que je lis et relis ce que tu m'as écrit

    Et pourtant j'attends encore.

    Combien de temps encore?

    La vie est de plus en plus difficile,

    Il faut que tu reviennes.

     

    Je réside toujours le même domicile

     972 rue Près de ton cœur, bâtiment Croix Qu’il Advienne

    Tu me manque terriblement,

    Chaque matin à mon réveil je prie le Père que tu puisses revenir rapidement.

    J'ai hâte de connaitre le pays où tu habites

    Tu m'en as déjà tant parlé que j'en rêve souvent.

     

    Là où le loup et l'agneau cohabitent,

    Là où plus personne n'a à craindre les morsures de serpent!

    Là où tout est merveilleux

    Où le ciel est plus bleu que bleu!

    Où les enfants sont joyeux et ne connaissent pas la tristesse.

    Wow! Quelle allégresse!

    J'ai hâte de voir l'appartement que tu me prépares.

     

    Oh! Comme je veux te revoir!

    Je ne veux plus que rien nous sépare!

     Malgré tout je garde l'espoir qu'un jour je pourrai te revoir.

     Je  continuerai à lire et à croire ce que tu me dis,

     Je sais que tu n'aies pas un homme pour me mentir.

    Etre avec toi où tu es est mon plus grand désir.

     

    Pour rien au monde je ne resterais ici.

    Je continue à t'attendre le temps qu'il faudra

    De toute façon tu m'as dit que tu reviens bientôt

     Je pense que ton retour ne tardera pas plus longtemps

    que ça.

     Je t'aime...

     

    Sergio

    Serge Theres

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Confiance Jusqu'au bout ?

    Confiance Jusqu'au bout ?.......

    On raconte qu’un alpiniste, après de longues années de préparation, entreprit de réaliser son rêve d’escalader une très haute montagne. Voulant toute la gloire pour lui, il décida d’y aller seul.
    Les heures passèrent très vite et la noirceur le surprit. N’ayant pas le nécessaire pour camper, il décida de poursuivre son escalade. L’obscurité intense l’empêchait de voir son chemin. Les nuages cachaient la lune et les étoiles. Il arrivait presque au sommet quand l’inévitable se produisit. Il perdit pied et sa chute le précipita dans l’abîme. Il avait à peine le temps de voir passer quelques taches obscures et se sentait avalé par le vide.
    Les principaux événements de sa vie défilaient tout aussi vite devant ses yeux.
    Il voyait la mort approcher lorsqu’un violent coup faillit lui ouvrir le ventre. Il venait d’arriver au bout de la corde dont il avait fixé une extrémité dans le rocher ...et l’ancrage avait heureusement résisté.
    Il reprit son souffle et se rendit compte qu’il était là, suspendu dans la noirceur et le silence absolus. Sur le point de désespérer il cria:
    MON DIEU, VIENS À MON AIDE !!!
    Subitement, une voix grave et profonde fendit le silence:
    QUE VEUX-TU QUE JE FASSE?
    SAUVE-MOI, MON DIEU !!!
    CROIS-TU VRAIMENT QUE JE PUISSE TE SAUVER?
    Certainement, Seigneur !!!
    DANS CE CAS, COUPE LA CORDE QUI TE RETIENT !!!
    Il y eut un moment d’hésitation et l’homme s’accrocha encore plus désespérément à sa corde.
    L’équipe de sauvetage raconte que le lendemain ils trouvèrent l’alpiniste mort. Le froid l’avait envahi et dans ses mains durcies il tenait désespérément sa corde
    À SEULEMENT 2 MÈTRES DU SOL !!!

    INCONNU

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Murmures....

    Murmures...........

    Un jour, quelqu'un murmura:
    - Seigneur, parle-moi!
    Et un oiseau chanta.

    Mais la personne n´a pas entendu. 
    Alors elle cria:
    - Seigneur, parle-moi!
    Et le tonnerre roula dans le ciel
    Mais cette personne n´a pas écouté.

    Elle regarda autour et dit:
    - Seigneur, laisse-moi te voir!
    Et une étoile scintilla dans le ciel 
    Mais elle n´a pas vu.
    Et elle s´écria :
    - Seigneur, montre-moi un miracle!

    Et une vie est née.

     

     Mais cette même personne n´a pas remarqué 
    Alors, elle cria désespérément:
    - Touche-moi, Seigneur et laisse-moi voir que tu es là!
    Sur ce, Dieu le rejoignit et le toucha 

    Mais elle écarta le papillon et s´en alla... 
     
    Cela me rappelle grandement que Dieu est toujours près de nous dans les petites choses simples
    que nous prenons pour acquises même à l´âge électronique.
    Alors j´aimerais en ajouter une autre: 

    Puis, elle cria encore:
    - Seigneur, j´ai besoin de Toi!
    Et un courriel lui arriva avec de bonnes nouvelles d´encouragement. 

    Et elle le supprima et continua à crier et à brailler... 

    Ne ratez pas une bénédiction parce qu´elle n´est
    pas enveloppée de la façon que vous l´attendiez. 

    J´avais pour mission d´envoyer ce message
    à ceux que je veux que Dieu bénisse et rejoigne d´une façon particulière.

    À votre tour, envoyez ce message à ceux que vous voulez voir bénis. 

    Et attendez l´inattendu... 

    Bonne journée!


    Auteur inconnu

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Béatitudes..

    Béatitudes..............

    Heureux ceux qui n'ont que tendresse pour résister, leurs yeux seront consolés.

    Heureux ceux dont le corps est offrande et service, ils ne rêvent pas leur vie.

    Heureux ceux qui laissent partir

    et ne se séparent pas,

    Ils insufflent la confiance et la liberté.

    Heureux les inquiets,

    ils cueilleront la joie à la pointe de leur attente.

    Heureuses les mains qui s'ouvrent,

    demain grandira sous leurs doigts.

    Heureux ceux qui vivent des temps creux,

    ils sont au carrefour de Dieu.

    Heureux ceux qui gardent des questions,

    Ils percevront la place du mystère. 

     

    Suzanne SCHELL

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Simon..

    Simon..................Extrait de "Jésus, Marie et notre temps"

    Un pasteur disait un soir, assez soucieux, au sacristain de son église : "Avez-vous remarqué le vieux aux habits râpés qui, chaque jour à midi, entre dans l'église et en ressort presque aussitôt ? Je le surveille par la fenêtre du presbytère. Cela m'inquiète un peu car, dans l'église, il y a des objets de valeur.

     

    Tâchez un peu de le questionner".
    Dès le lendemain, le sacristain attendit notre visiteur et l'accosta :
    - Dites donc, l'ami, qu'est-ce qui vous prend de venir ainsi dans l'église ?
    - Je viens prier, dit calmement le vieillard.
    - Allons donc ! Vous ne restez pas assez longtemps pour cela. Vous ne faites qu'aller jusqu'à l'autel et vous repartez. Qu'est-ce que cela signifie ?
    - C'est exact, répondit le pauvre vieux; moi, je ne sais pas faire une longue prière; alors je viens chaque jour à midi et je Lui dis tout simplement : "Jésus ! ... c'est Simon".

     

    C'est une petite prière, mais je sens qu'Il m'entend.
    Peu de temps après le vieux Simon fut renversé par un camion et soigné à l'hôpital.
    - Vous avez toujours l'air heureux malgré vos malheurs, lui dit un jour une infirmière.
    - Comment ne le serais-je pas ? Mais c'est grâce à mon visiteur.
    - Votre visiteur ? reprit l'infirmière avec surprise, je n'en vois guère... et quand donc vient-il ?
    - Tous les jours à midi, il se tient là, au pied de mon lit, et il me dit : "Simon... c'est Jésus !".

    Extrait de "Jésus, Marie et notre temps"

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique