• Au coeur de nos fragilités

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Notre Dame de la Prière ...

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Tu es la Mère de la Confiance.

    Tu es la Mère de la Confiance.......

    Fleur du ciel aux couleurs d’azur,

    Tu nous attires insensiblement

    Vers les splendeurs du Royaume.

    A tes côtés toute angoisse s’évanouit,

    Toute crainte s’évapore ;

    Car tu es la Mère de la Confiance

    Auprès de qui les chrétiens

    Peuvent se reposer en toute sérénité,

    Devant la désorientation des esprits.

     

    Pour nous, harcelés sans cesse par la crise,

    Et par l’accouchement d’un monde nouveau,

    Tu es le havre de paix

    A la douloureuse litanie des peines humaines

    Correspond la glorieuse litanie

    De tes grâces et de tes noms.

    Mère du bel amour, modèle de gratuité,

    Tu es toujours là pour nous donner Jésus

    Puissent les rayons de bonté

    Qui sortent de tes douces mains bénies

    Redonner à la terre déchirée

    Une dorure de foi,

    Un regain d’amour fraternel

    Et un nouveau souffle d’espérance

     

    Père Sébastien Zoubakela.

    (Brazzaville au Congo)

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • De fil en aiguille ...

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Viens avec moi !.

    Viens avec moi !......

    Viens avec moi !
    Voici un nouveau jour qui commence !
    Jésus, Toi qui as accepté d’incarner l’Amour infini dans les limites d’une famille, d’un village, d’un pays, et la monotonie d’un métier avec ses mêmes gestes répétés, viens habiter chez moi tout au long de ce jour !
    Que ta présence transforme cet humble quotidien en une joyeuse incarnation de ton Amour !
    Tu croiseras ceux que je croiserai dans la rue,
    tu prieras en moi sur le quai de la gare, dans la cohue,
    tu poseras un regard de tendresse sur chaque visage que je regarderai,
    tu salueras ceux que je saluerai,
    tu écouteras ceux que j’écouterai,
    tu parleras à ceux à qui je parlerai,
    tu t’engageras auprès de ceux avec qui je m’engagerai,
    tu prendras ton repas auprès de ceux avec qui je mangerai,
    tu aimeras ceux que j’aimerai.
    Comme le Père T’a envoyé aux carrefours des rues et des places publiques,
    Tu m’envoies, aujourd’hui, pour être ton cœur, tes yeux et tes mains.
    Avec moi, tu veux encore rencontrer des riches et des pauvres, des enfants et des vieillards, des bien-portants et des malades, et regarder chacun comme un être unique.
    Avec moi, en moi, tu veux encore aimer, servir, pardonner, guérir, laver les pieds et sauver.
    Avec moi, en moi, tu veux vivre aujourd’hui encore, et jusqu’à la fin des temps, au milieu de hommes.
    Viens, Seigneur Jésus, viens habiter chaque heure, chaque minute, chaque seconde de cette journée.
    Transforme-la en semence de ton éternité !



    Michel Hubaut

    http://chemindivin.centerblog.net/rub-beaux-textes

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Mon ami!

    Il a vaincu pour toi !.....



    il n'y a qu'un endroit pour déposer nos armes;
    seulement à la croix...
    laisse couler tes larmes,
    la chair jamais ne changera!

    Jesus vois-tu , est mort pour ça.
    IL est venu sur cette terre,
    comme un simple homme poser ses pas,
    et revêtir notre misére,

    pour la cruxifiér pour moi, pout toi!
    a Golgotta,.. dans la nuit noire,
    la chair agonisante sur la croix,
    Mais.....
    l'Esprit remporte la victoire !

    quand je me sens bien faible, Seigneur, toi tu es fort..!!
    et par amour pour moi,tu as goutée la mort,

    si quequ'un veut me suivre,nous repéte le maître

    il faut me suivre pas à pas,de Betlem jusqu'à la croix

    pour pouvoir vraiment renaitre,..

    misére du péché, remportée que par Toi;

    l'aiguillon du péché, est vaincu par Ta Vie; SEIGNEUR !
    C'est seulement ainsi, que tu peux etre vainqueur. 

    Marie claire

    http://chemindivin.centerblog.net/rub-beaux-textes-

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Tu as ouvert les chemins

    Tu as ouvert les chemins...Frère Roger de Taizé.

    Tu as ouvert les chemins 

    Esprit du Christ ressuscité, Saint-Esprit,  si nous savions ce que nous pouvons te demander pour prier comme il faut !

    Mais voilà que les balbutiements de notre prière passent par le creuset de notre pauvreté, de notre petite foi.

     

    Alors Toi, le Dieu vivant, tu entres dans notre âme de pauvre?tu entres dans notre faiblesse  et tu lis en nos cœurs nos intentions authentiques.Et ton Esprit vient au-dedans de nous,il vient exprimer l’inexprimable à travers d’humbles paroles, et des soupirs et des silences. 

     

    Et tu nous dis : « Ne te préoccupe de rien, ne t’inquiète pas de ton peu de capacité à prier.  Sache-le, dans ton attente priante, j’ai déjà ouvert les chemins. »

     Ainsi, tu nous donnes de comprendreque tu appelles chacun par son nom,que tu éveilles des jaillissements intérieurs,que tu as déposé en chacun un don unique, irremplaçable.

     

    Nos yeux s’ouvrent et, dans la pauvre prière,nous comprenons que l’homme ne se réalise qu’en présence de Dieu. 

     

    Frère Roger de Taizé

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • O Christ

    O Christ.........


    Toujours le symbole et l'image
    Rayons de lune, illusions !
    O Christ qu'adorèrent les mages,
    Soleil, suprême vision.

    Par delà le mythe et la fable,
    Par delà le monde moqueur,
    J'aspire à la vie ineffable,
    O Christ, ô lumière du cœur !

    Car je suis las de ces fantômes
    Qui vont et qui viennent flottants,
    Danse de poussière et d'atomes,
    Dans le grand mensonge du temps…

    S'effacent l'Inde avec la Perse,
    L'Egypte et les Olympiens !
    Qu'un même tourbillon disperse
    Dieux modernes et dieux anciens !

    Passent même les paraboles
    Qu'anima ton amour divin !
    Je suis las du jeu des paroles,
    Las du jeu des nombres sans fin.

    Puisse tout cela disparaître,
    Dans la nuit douce abandonné,
    Pour qu'au plus secret de mon être
    Je te sente, ô Christ, rayonner !

    Jacques Heugel, in revue Psyché n°410, 1930

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique