• Quand Dieu est silencieux

    Quand Dieu est silencieux

    Quand Dieu est silencieux

    Mais Jésus ne lui répondit pas un mot. [1]

    Il gardera le silence dans son amour. [2]

    Une chrétienne rêva qu’elle voyait trois femmes en train de prier. Elle vit le Maître se diriger vers les femmes agenouillées.

    Il s’approcha de la première, se pencha sur elle avec beaucoup de douceur et de tendresse, le visage rayonnant d’amour, et lui parla avec des accents mélodieux et une grande douceur dans la voix.

    Puis, s’approchant de la seconde femme, Il plaça Sa main sur sa tête courbée et lui jeta un regard rempli d’amour et d’approbation. 

    Il passa à côté de la troisième femme rapidement, sans même lui adresser la parole ou la regarder.

    La femme qui rêvait se dit : Je me demande ce qu’elle a bien pu faire, et pourquoi Il les a traitées avec autant de différence ?

    Alors qu’elle essayait de comprendre le comportement du Seigneur, Il s’approcha et lui dit :

    O femme, comme tu te trompes dans ta façon d’interpréter Mes actes !

    La première femme à genoux a besoin de toute Ma tendresse et de Mon amour pour l’aider à rester dans le droit chemin. Elle a constamment besoin de Mon amour, de Mes pensées et de Mon assistance, à chaque instant de la journée …

    La seconde  a une foi plus solide et un amour plus profond, et je sais qu’elle Me fait confiance quoi qu’il arrive et quoi que les gens puissent faire.

    La troisième, qu’en apparence J’ai ignorée, et que J’ai même semblé négliger, possède une foi et un amour hors-pair, et Je la prépare par des procédés rigoureux et accélérés, pour la forme la plus noble et la plus sacrée du service.

    Elle Me connait si bien et Me fait tellement confiance qu’elle n’a nul besoin de paroles, d’un regard ou d’un signe qui indiqueraient Mon approbation.

    Elle n’est pas découragée ni consternée par les situations auxquelles Je la confronte ; elle Me fait confiance même lorsque la raison et son instinct naturel lui dicteraient de se rebeller – parce qu’elle sait que Je la façonne pour l’éternité, et elle sait que, même si pour l’instant elle ne s’explique pas ce que Je fais, une fois dans l’au-delà, elle comprendra.

    Je suis silencieux dans Mon amour parce que Mon amour dépasse le pouvoir d’expression des mots ou la capacité du cœur humain à comprendre, et aussi pour votre bien, pour que vous puissiez apprendre à M’aimer et à Me faire confiance en répondant spontanément à Mon amour, sous l’emprise de l’Esprit, sans que ce soit déclenché par une quelconque impulsion extérieure.

    Mrs. Charles E. Cowman[3]

    ***

    Il y a deux façons de réagir au silence de Dieu. Vous pouvez entrer en dépression et être submergé par un sentiment de culpabilité. Ou bien vous vous attendez à ce que Dieu vous amène à Le connaître beaucoup plus profondément. Ces deux attitudes sont aussi différentes l’une de l’autre que le jour de la nuit.

    Henry Blackaby

    ***

    Il se peut que ce ne soit pas le silence que nous rencontrons lorsque nous recherchons Dieu, mais plutôt une pause éloquente – une incitation à s’engager dans une réflexion personnelle qui nous permettra de recevoir les plus profondes réponses à nos interrogations.

    James Emery White

    ***

    Mais au bout d’un certain temps, le torrent fut à sec, parce qu’il n’avait pas plu dans le pays. [4]

    Pendant des semaines d’affilée, Elie, animé d’une persévérance à toute épreuve, vit le ruisseau s’amenuiser. Il fut souvent tenté de douter, mais refusa de laisser les circonstances lui barrer la route et s’interposer entre Dieu et lui.

    Le doute voit Dieu à travers le filtre des circonstances, comme nous voyons parfois le soleil dépouillé de ses rayons à travers la brume, mais la foi interpose Dieu entre elle et les circonstances, et elle les observe à travers le filtre de Dieu.

    Et alors, le torrent fut réduit à un filet d’argent; le filet d’argent résida bientôt au fond de flaques d’eau, au pied de gros rochers ; les flaques d’eau s’asséchèrent; les oiseaux s’enfuirent ; les animaux des bois et des champs ne vinrent plus s’y désaltérer ; le torrent était à sec.

    Et c’est seulement à ce moment-là, alors qu’il faisait preuve d’une patience inébranlable, que L’Éternel lui adressa la parole en ces termes : –Mets–toi en route et va à Sarepta. 

    La plupart d’entre nous seraient devenus anxieux et rongés par l’inquiétude bien avant ça.

    Nous aurions arrêté de chanter dès que la jolie mélodie du petit cours d’eau, s’écoulant sur les rochers de son lit, aurait diminué d’intensité ; et au rythme du bruissement des branches de saule, nous aurions arpenté l’herbe flétrie, perdus dans nos pensées.

    Il est plus que probable que, longtemps avant que le torrent ne s’assèche, nous aurions fait des plans et, après avoir demandé à Dieu de les bénir, nous serions partis ailleurs.

    Dieu doit souvent nous sortir d’un mauvais pas parce que Sa bonté demeure à toujours, mais si seulement nous avions attendu de voir le déroulement de Son plan, nous ne nous serions jamais retrouvés dans un labyrinthe aussi inextricable ; et nous n’aurions jamais été obligés de revenir sur nos pas en versant des larmes amères.

    Attendez, faites preuve de patience !

    F. B. Meyer

    ***

    J’essaie de traiter les moments de sécheresse comme une période d’attente.

    Après tout, je patiente quand j’attends des proches dont l’avion a été retardé ; je patiente quand je suis en communication avec un service d’assistance téléphonique ; je fais la queue quand je veux assister à un concert.

    Patienter ne veut pas dire tuer le temps ; c’est faire bon usage du temps, dans l’attente de quelque chose.

    Parfois, c’est par un pur effort de volonté que je m’approche de Dieu, ce qui peut donner l’impression que je ne suis pas sincère. Dans ces moments-là, je n’ai nul besoin de me cacher derrière un masque.

    Dieu connaît déjà l’état de mon âme. Je ne Lui dis rien de nouveau, mais je témoigne de mon amour pour Dieu en priant, même si je n’en ressens pas l’envie. J’exprime ma foi profonde en faisant acte de présence.

    Lorsque je suis tenté de me plaindre de l’absence de Dieu, je me rappelle que Dieu a beaucoup plus de raisons de se plaindre de mon absence.

    Je réserve quelques minutes par jour à Dieu, mais combien de fois est-ce que je couvre ou j’ignore la petite voix tranquille qui parle à ma conscience et à mon cœur ?

    Je suis là! Je me tiens à la porte et Je frappe ! : Ces paroles de l’Apocalypse nous sont devenues familières et on les cite souvent pour donner un message évangélique. Mais Jésus s’adressait à une église pleine de croyants.

    Combien de fois ai-je fait semblant de ne pas entendre le coup à la porte et ai-je ainsi manqué l’invitation de Dieu ?

    Philip Yancey[5]

    ***

    Beaucoup de gens sont assaillis de doutes parce qu’ils ne se sentent pas proches de Jésus. Ils se disent : Je ne dois pas être très proche du Seigneur vu que je ne me sens pas proche de Lui !

    La Bible dit on ne peut plus clairement que nous sommes censés avancer par la foi, et non pas par la vue.

    Si nous nous appuyons un peu trop sur nos sens et nos impressions pour évaluer notre état spirituel, nous courons le risque d’être très instables. Nous serons continuellement ballottés au gré de nos impressions changeantes. [6] 

    Nous ne saurons jamais où en sera notre foi le lendemain car cela dépendra de comment nous nous sentirons le matin au réveil.

    Peu importe comment nous nous sentons, si nous aimons le Seigneur et que nous marchons par la foi, en obéissant à Sa Parole, alors nous savons que notre relation avec Lui est solide.

    Et nous avons l’assurance que Son amour pour nous est inébranlable et immuable. Il nous dit :

    Je t’aime d’un amour éternel. [7]

    Même si les montagnes se mettaient à bouger, même si les collines venaient à chanceler, Mon amour envers toi ne bougera jamais. [8]

    Je ne te laisserai pas : non, Je ne t’abandonnerai jamais ! [9]

     

    ***

     

    [1] Matthieu 15:23 SEM.

    [2] Sophonie 3:17 NBS.

    [3] Streams in the Desert, Volume 1 (Grand Rapids, MI: Zondervan, 1965).

    [4] 1 Rois 17:7 SEM.

    [5] La prière fait-elle une différence ? (Grand Rapids, MI: Zondervan, 2006).

    [6] Jacques 1:6 .

    [7] Jérémie 31:3 SEG21

    [8] Esaïe 54:10 SEM

    [9] Hébreux 13:5 SEM

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le plan de Dieu (avant la création de l’homme)

    ***************

    Le cœur de l’enseignement du Nouveau Testament est exprimé dans l’un des plus beaux versets de la Bible :

    Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils, son unique, pour que tous ceux qui placent leur confiance en lui échappent à la perdition et qu’ils aient la vie éternelle. [1]

    Ce verset révèle l’étonnante vérité que le Créateur de l’univers a tellement aimé la race humaine qu’il a envoyé la seconde Personne de la Trinité—Dieu le Fils, Jésus—devenir humain et mourir à notre place pour les péchés que nous avons commis, afin que nous n’ayons pas à subir la punition pour ces péchés comme nous le méritons.

    C’est parce que Jésus a payé pour nos péchés par son sacrifice que nous pouvons recevoir la vie éternelle.

    Le plan du salut de Dieu, qui avait été décidé avant la création du monde, prend ses racines dans l’amour de Dieu pour l’humanité.

    Le Père, le Fils et le Saint-Esprit nous aiment et ont fait en sorte que nous n’ayons pas à subir les conséquences ultimes du péché, c’est à dire la mort spirituelle et la séparation de Dieu dans l’au-delà, que la Bible appelle l’enfer.

    Certaines personnes ont l’impression que Dieu est un Dieu cruel et irascible qui juge les gens sévèrement parce qu’Il est personnellement offensé qu’ils aient péché contre Lui, et que c’est pour cela qu’Il exige mesquinement qu’ils soient châtiés.

    La réalité est tout autre. C’est parce que la nature de Dieu comprend les attributs de sainteté, de droiture, de justice et de rétribution, qu’il doit juger le péché pour être fidèle à sa nature divine.

    Il aurait pu à juste titre punir chaque être humain pour ses péchés. Au lieu de cela, parce que sa nature divine inclut aussi les attributs d’amour, de miséricorde et de grâce, Il ne voulait pas qu’un seul périsse [2], et c’est pour cela qu’Il a fait en sorte que les êtres humains puissent être rachetés.

    Cette rédemption est ancrée dans son amour, parce qu’Il a tant aimé le monde. 

    Son amour est tellement grand que, bien que nous soyons pécheurs et que nous ayons péché contre Lui, Il a, par amour, fait en sorte que le châtiment que nous méritions pour nos péchés nous soit épargné.

    Le plan du salut de Dieu est la manifestation de sa miséricorde et de son amour pour l’humanité.

    Voici comment Dieu prouve son amour envers nous : alors que nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. [3]

    Voici comment l’amour de Dieu s’est manifesté envers nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde afin que par lui nous ayons la vie. Et cet amour consiste non pas dans le fait que nous, nous avons aimé Dieu, mais dans le fait que lui nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés. [4]

     

    Dès le commencement

     

    Dieu savait, avant de créer l’univers, que les êtres humains dotés dès leur création du libre arbitre pécheraient ; Il a donc fait en sorte d’épargner à l’humanité la punition encourue pour le péché, grâce au plan du salut.  

    Dieu veut sauver les êtres humains, Il veut les racheter et les réconcilier avec Lui. Il n’était pas obligé de nous sauver ; Il aurait pu simplement laisser tous les humains subir la punition encourue pour le péché, mais Il ne l’a pas fait.

    Dans son grand amour pour nous, Dieu s’est arrangé pour nous racheter. Dieu avait un plan pour le salut dès le commencement, un plan qui a été mis en œuvre dès le premier péché d’Adam et Eve et qui a culminé avec la mort et la résurrection de Jésus.

    Dieu est le Créateur omniscient, Il n’a donc pas été surpris qu’Adam et Ève aient péché.

    Il savait qu’ils choisiraient librement de lui désobéir, et dans sa prévoyance, il avait déjà conçu son plan de salut.  

    Son plan de salut prévoyait d’appeler un peuple, Israël, auquel Il se révélerait et auquel Il donnerait ses commandements.

    C’est par ses paroles adressées à Israël que Dieu s’est fait connaître Lui-même, le seul vrai et unique Dieu, et qu’Il a fait connaître sa loi.

    Israël a conservé et transmis sa révélation de génération en génération, assurant ainsi sa préservation.

    C’est par la lignée d’Israël que Dieu a envoyé son Fils, l’homme-Dieu, grâce auquel Il a donné le salut à l’humanité.

    L’histoire d’Israël est l’histoire de Dieu jetant les bases du salut de l’humanité par Jésus.

    L’Ancien Testament renferme non seulement des prophéties sur la vie et la mission du Messie, mais aussi de nombreuses prédictions sur le salut à venir par son Fils incarné. 

    Dans le livre de la Genèse, des sacrifices furent offerts à Dieu, d’abord par Caïnet Abel, puis par Noé, Abraham, Isaac, Jacob et d’autres.

    Une histoire en particulier, celle d’Abraham auquel Dieu avait demandé de sacrifier son fils Isaac, préfigure le sacrifice de son Fils pour expier les péchés de l’humanité.

    Quand Isaac demanda à son père où était l’agneau pour le sacrifice, Abrahamdit que Dieu pourvoirait Lui-même à l’agneau. Alors qu’Abraham était sur le point de sacrifier son fils sur l’autel, le Seigneur lui montra un bélier qui s’était pris les cornes dans un buisson, alors il le saisit et l’offrit en sacrifice à la place de son fils.

    La substitution de l’agneau à Isaac comme sacrifice offert à Dieu illustre le concept du sacrifice de substitution, qui est le fondement du système des sacrifices d’animaux que Dieu donna plus tard à Israël par la bouche de Moïse comme moyen d’expier leurs péchés.

    Quand Dieu donne un bélier cela préfigure son offrande, le sacrifice de son Fils, pour expier les péchés de l’humanité. [5]

    Dans la deuxième année après leur sortie d’Egypte, Dieu a demandé à Moïse de mettre en place le système de sacrifices lévitiques par lequel le sacrifice animal expierait les péchés. [6]

    Chaque année, le Jour des Expiations, un sacrifice spécial était offert pour expier les péchés de toute la nation.

    Pour commencer, le grand prêtre faisait une offrande pour ses propres péchés, suivie d’une offrande spéciale pour le peuple.

    Dans les sacrifices de l’Ancien Testament, nous pouvons voir les conceptsd’expiation et de réconciliation pour les péchés par substitution.

    De la même manière que le bélier fut sacrifié à la place d’Isaac, les animaux étaient sacrifiés pour expier les péchés de celui qui faisait l’offrande.

    Ces sacrifices de l’Ancien Testament expiaient les péchés passés, mais devaient être renouvelés au fur et à mesure que de nouveaux péchés étaient commis.

    Le plan du salut de Dieu par la mort et la résurrection de Jésus était déjà son plan de rédemption pour les êtres humains avant même que les humains n’existent.

    Dans l’Ancien Testament Il commence à révéler son plan ; et à l’ère du Nouveau Testament, lorsque Jean-Baptiste s’écrie

    Voici l’Agneau de Dieu, celui qui enlève le péché du monde [7], la plénitude de son plan commence à être révélée.

     

    L’agneau de Dieu

     

    La réalisation du plan de rédemption de Dieu par la mort de Jésus, son sacrifice de Lui-même à notre place par son sang versé pour nos péchés, est mentionné de nombreuses fois dans le Nouveau Testament.

    Il est l’Agneau sacrifié, celui qui est mort à notre place, et qui, tel un bouc émissaire, a pris nos péchés sur Lui-même.

    Il est le rédempteur qui nous délivre de l’esclavage du péché.

    Sa mort et sa résurrection sont l’accomplissement du plan de Dieu pour notre rédemption.

    Dieu s’est montré saint, juste et équitable envers ses créations. Il s’est montré aimant, miséricordieux et généreux. Quant à nous, nous sommes les bénéficiaires du plus grand sacrifice jamais consenti.

    Le Christ nous a aimés et a livré lui-même sa vie à Dieu pour nous comme une offrande et un sacrifice dont le parfum plaît à Dieu. [8]

    Nous sommes purifiés du péché, grâce au sacrifice que Jésus-Christ a offert de son propre corps une fois pour toutes… Par une offrande unique, en effet, il a rendu parfaits pour toujours ceux qu’il purifie du péché. [9]

    En lui, par son sang, nous sommes rachetés, pardonnés de nos fautes, conformément à la richesse de sa grâce. [10]

    Voici comment Dieu nous montre l’amour qu’il a pour nous : alors que nous étions encore des pécheurs, le Christ est mort pour nous. Donc, puisque nous sommes maintenant déclarés justes grâce à son sacrifice pour nous, nous serons, à plus forte raison encore, sauvés par lui de la colère à venir. [11]

    ***

    [1] Jean 3.16 BDS.

    [2] 2 Pierre 3.9.

    [3] Romains 5.8 SG21.

    [4] 1 Jean 4.9–10 SG21.

    [5] Genèse 22.6–8, 13.

    [6] Exode 40.17, 29.

    [7] Jean 1.29 BDS.

    [8] Ephésiens 5.2 BDS.

    [9] Hébreux 10.10,14 BDS.

    [10] Ephésiens 1.7 SG21.

    [11] Romains 5.7–9 BDS.

    ***

     

    L’EVANGILE DE JEAN

     

    Les quatre évangiles dans le Nouveau Testament — Matthieu, Marc, Luc et Jean— racontent la magnifique histoire de la vie de Jésus sur terre. Si vous lisez en premier le quatrième évangile, celui de Jean, vous vous rendrez compte que c’est l’un des plus faciles à comprendre. Il contient aussi le plus grand nombre de paroles de Jésus, et présente Son plan d’amour pour votre vie ! Vous trouverez ci-dessous certains des passages et versets clé de ce livre, que vous pourrez lire et étudier. Ils méritent toute votre attention.

     

    Jésus : la Parole de Dieu

    Vraie lumière du monde

    Chapitre 1, versets 1-18

    Verset clé : Jean 1:12

     

    “Etre né de nouveau”,

    Qu’est-ce que ça veut dire ?

    Chapitre 3, versets 1-21

    Verset clé : Jean 3:16

     

    La femme au puits :

    “Il m’a dit tout ce que j’ai fait…”

    Chapitre 4, versets 1-30

    Verset clé : Jean 4:24

     

    L’abondance !

    Jésus nourrit  5000 hommes.

    Chapitre 6, versets 1-13, 25-40

    Verset clé : Jean 6:35

     

    Le Bon Berger

    Un classique!

    Chapitre 10, versets 1-30

    Versets clés : Jean 10:27-28

     

    Lazare ressuscité des morts

    L’événement dans ses détails

    Chapitre 11, versets 1-46

    Verset clé : Jean 11: 25

     

    Jésus, la vraie Vigne

    Chapitre 15 (tout le chapitre)

    Versets clés : Jean 15:4-5

     

    La dernière prière de Jésus

    pour l’amour et l’unité

    Chapitre 17 (tout le chapitre)

    Verset clé : Jean 17:23

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le miracle de la grâce de Dieu

    Le miracle de la grâce de Dieu

    Vous avez reçu le glorieux don de la grâce –une faveur indue que vous ne méritiez pas. Personne ni aucun concours de circonstances ne pourra vous priver de ce somptueux cadeau. Vous êtes à Moi pour l’éternité ! Rien ni personne au monde ne pourra vous séparer de mon Amour

    Jésus [1]

    ***

    Vous êtes libres

    La confession est un recours radical à la grâce. Une proclamation de notre confiance en la bonté de Dieu. Nous admettons Ce que j’ai fait était mal, maista grâce est plus grande que mon péché, alors je le confesse.

    Si notre compréhension de la grâce est étroite, notre confession sera limitée, petite, réticente, hésitante, assorties d’excuses et de réserves, entachée de la peur d’être puni.

    Mais une grande grâce produit une confession honnête....

    Tous les navires qui accostent sur le rivage de la grâce ont levé l’ancre au port du péché. Nous devons commencer là où Dieu commence. Nous n’apprécierons pas tout ce que la grâce a fait tant que nous ne comprendrons pas qui nous sommes. Nous sommes rebelles.

    Nous sommes Barabbas et, comme lui, nous méritons la mort. Nous sommes enfermés entre les quatre murs d’une prison, que la peur, la souffrance et la haine ont rendus encore plus épais.

    Nous sommes prisonniers de notre passé, de nos choix minables et de notre fieffé orgueil. Nous avons été reconnus coupables. Nous sommes assis à même le sol d’une la cellule poussiéreuse, attendant notre dernière heure.

    Les pas de notre bourreau résonnent sur les murs de pierre. La tête entre les genoux, nous ne levons pas les yeux lorsqu’il ouvre la porte ; lorsqu’il commence à parler nous restons prostrés. Nous savons ce qu’il va dire. L’heure est venue de payer pour tes péchés.

    Mais nous entendons autre chose : Tu es libre, tu peux partir. Ils ont pris Jésus à ta place.

    La porte s’ouvre en grand, le garde aboie un ordre : Sors d’ici !

    Nous nous retrouvons dans la lumière du soleil matinal, sans menottes aux mains, nos crimes pardonnés, et nous nous demandons : Que s’est-il passé ?

    La grâce est arrivée.

    Max Lucado [2]

    ***

    Qu’est-ce que l’évangile des va-nu-pieds ?

    L’évangile des va-nu-pieds est un concept rendu populaire par le best-seller du même nom publié en 1990. L’auteur Brennan Manning, un ancien prêtre catholique, a écrit ce livre pour les loqueteux, ceux qui sont amochés et laminés, pas pour les super spirituels ...

    Manning ... insiste sur la grâce de Jésus dans son ministère auprès des va-nu-pieds — les épaves humaines, les vauriens peu recommandables de son époque — les malades, les percepteurs d’impôts, les pécheurs, la femme prise en flagrant délit d’adultère.

    Jésus a souvent servi ces gueux, alors que les chefs religieux de l’époque s’opposaient à Lui et refusaient de se salir les mains avec les problèmes de la société ...

    Manning dit : « Nous ne pouvons pas gagner l’approbation de Dieu, pas plus que nous ne pouvons gagner notre salut. Pourtant [Il]  nous le donne volontiers, peu importe qui nous sommes ou ce que nous avons fait. Nous sommes tous des gueux. Chacun d’entre nous vient s’asseoir aux pieds du Père, amoché, brûlé, sale et loqueteux. Et là, Il nous sourit – à nous, les élus de son amour furieux. 

    En d’autres termes, Jésus accepte ceux qui sont brisés. Il accepte les gens qui savent qu’ils ne seront jamais parfaits. L’évangile des va-nu-pieds dit que nous pouvons venir à Dieu dans notre péché et Lui demander pardon.

    En Esaïe 1:18, Dieu nous invite à venir et nous dit que même si nos péchés sont rouges comme de l’écarlate, Il les rendra aussi blancs que la neige. Dieu veut que les pécheurs viennent à Lui comme ils sont, pour qu’Il puisse les purifier.

    Jésus est venu sauver des pécheurs.[3]

    Jésus ne vient pas pour les super-spirituels, mais pour les gens qui vacillent et sont abattus, ceux qui savent que leur vie est un désastre et qui ne sont pas trop fiers pour accepter l’aumône de son incroyable grâce. [4]

    Comme pour beaucoup de thèmes de la Bible, il est important de comprendre l’équilibre délicat que Dieu nous présente—entre sa grâce de nous prendrecomme nous sommes et notre volonté de ne pas rester comme nous sommes. 

    Pour bien comprendre la grâce et l’équilibre que présente la Parole de Dieu, nous devons considérer qui nous étions sans le Christ et qui nous devenons avec le Christ.

    Nous sommes nés dans le péché [5], et nous sommes coupables d’avoir enfreint la loi de Dieu. [6]

    Nous étions ennemis de Dieu [7], nous méritions la mort. [8]

    Nous n’avions aucun moyen de nous sauver nous-mêmes. [9]

    Spirituellement, nous étions démunis, aveugles, impurs, morts. Nos âmes méritent le châtiment éternel. C’est un euphémisme de dire que nous sommes tous des gueux ou des va-nu-pieds.  

    Mais ensuite la grâce est arrivée. Dieu nous a accordé sa faveur. C’est la grâce qui nous sauve. [10]

    La grâce est l’essence de l’évangile. [11]

    La grâce nous donne la victoire sur le péché. [12] 

    La grâce nous donne une source éternelle de réconfort et une bonne espérance. [13]

    A maintes reprises, la Bible qualifie la grâce de don [14].

    La grâce est l’œuvre continuelle et bienveillante de Dieu qui travaille en nous, et sans laquelle nous ne pouvons rien faire. [15]

    La grâce est plus puissante que notre péché [16], plus abondante que nous ne l’imaginons [17], et trop merveilleuse pour qu’on puisse l’expliquer. [18]

     Alors comment éviter que cette grâce ne devienne une grâce bon marché ouau rabais, c’est-à-dire une grâce qui promet tous les bienfaits du christianisme sans qu’on ait besoin de se repentir et d’obéir.

    La grâce bon marché cherche à cacher ce qu’il en coûte d’être un disciple, à dissoudre notre disposition à répondre au don de grâce de Dieu.

    Certes, nous croyons que la grâce de Dieu recouvre tous nos péchés, mais nous pouvons aussi admettre que la foi se manifeste par le repentir, l’obéissance et un cœur transformé.

    Les croyants sont de nouvelles créatures.

    Nous venons à Dieu comme les va-nu-pieds que nous sommes et nous acceptons sa grâce, et Dieu nous appelle à une renaissance. Lorsque nous acceptons la grâce de Dieu dans notre vie, nous ne restons pas dans le péché.

    Nous cherchons à être transformés pour ressembler à l’image du Christ. Il nous reçoit comme nous sommes et commence à nous transformer au fur et à mesure que nous nous soumettons à Lui dans l’obéissance.

    Oui, l’évangile est pour les gueux et les va-nu-pieds. Non, Dieu ne laisse pas les gens dans leur état de va-nu-pieds.

    gotquestions.org [19] 

    ***

    Ce qui me donne le plus l’espoir chaque jour, c’est la grâce de Dieu ; c’est de savoir que sa grâce va me donner la force d’affronter tout ce qui m’attend dans la journée, et de savoir que rien n’est une surprise pour Dieu.

    Rick Warren

    ***

    Sauvés par la grâce

    La loi de Moïse fait de chacun de nous un pécheur, car aucun de nous ne peut lui obéir en totalité.

    Car personne ne sera déclaré juste devant lui parce qu’il aura accompli les œuvres demandées par la Loi. En effet, la Loi donne seulement la connaissance du péché. [20]

    En fait, il est impossible à qui que ce soit de se libérer du péché en observant les lois de Moïse.

    La loi était notre enseignant, notre guide, notre maître d’école ; elle devait nous montrer que nous sommes pécheurs pour nous amener à implorer la miséricorde de Dieu et nous montrer son absolue perfection et sa parfaite justice qu’il nous est impossible d’atteindre.

    Ainsi, la Loi a été comme un gardien chargé de nous conduire au Christ pour que nous soyons déclarés justes devant Dieu par la foi. [21]

    Puis Jésus est arrivé avec sa grâce, sa miséricorde, son pardon, son amour et sa vérité—Il était notre salut.

    En effet, si la Loi nous a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ. [22]

    Il est venu nous montrer que le salut et la vraie justice ne s’obtenaient pas par les œuvres, mais par la grâce.

    Nous devons commencer par recevoir Jésus, puis son Esprit en nous nous fera faire ce qui est humainement impossible : aimer Dieu et l’homme.

    Nous avons un salut plein de grâce, et une vie pleine de grâce pour le Seigneur —une plénitude de grâce. Cela n’a rien à voir avec une quelconque absence de péché ou une hypothétique perfection, ni avec nos œuvres ou notre l’obéissance à la loi. Nous faisons tous des erreurs, nous péchons tous, et la seule justice que nous ayons nous vient de la grâce de Dieu. Nous n’avons que son amour, sa miséricorde et sa grâce.

    ***

    [1] Sarah Young, Jésus Toujours (Thomas Nelson, 2017).

    [2] Max Lucado, La grâce : plus que ce que nous méritons, plus grande que nous l’imaginons(Thomas Nelson, 2012).

    [3] 1 Timothée 1.15.

    [4] Brennan Manning, L’Evangile des Gueux.

    [5] Psaume 51.5.

    [6] Romains 3.9–20, 23; 1 Jean 1.8–10.

    [7] Romains 5.6, 10; 8.7; Colossiens 1.21.

    [8] Romains 6.23a.

    [9] Romains 3.20.

    [10] Ephésiens 2.8.

    [11] Actes 20.24.

    [12] Jacques 4.6.

    [13] 2 Thessaloniciens 2.16.

    [14] Par exemple, Ephésiens 4.7.

    [15] Jean 15.5.

    [16] Romains 5.20.

    [17] 1 Timothée 1.14.

    [18] 2 Corinthiens 9.15.

    [19] https.//www.gotquestions.org/ragamuffin-gospel.html.

    [20] Romains 3.20.

    [21] Galates 3.24.

    [22] Jean 1.17.

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • La plus Grande Histoire jamais contée 

    La plus Grande Histoire jamais contée

    Patrick explication : ce qui suit n’est pas un conte imaginaire ni une belle histoire à raconter aux enfants, mais la vérité qui sort directement de la Bible, la Parole de Dieu ! Une grande partie de cette histoire du monde est déjà accomplie ; et nous savons que le reste sera accompli en son temps ! Chaque événement est accompagné d’un ou plusieurs versets de la Bible ; une bonne occasion de prendre une Bible et de vérifier vous-mêmes ! Bonne étude !

    *******

    La plus Grande Histoire jamais contée

    Les événements, les personnages et l’état du monde futur ont déjà été révélés dans la Bible et par les prophètes de Dieu qui ont prédit le futur. [1]

    Dieu les a déjà révélés dans sa Parole et dans des prophéties—dont certaines se sont déjà réalisées, prouvant ainsi que la Parole de Dieu dit vrai. Par conséquent nous pouvons nous attendre à ce que les autres prophéties de la Parole de Dieu, celles qui concernent le futur, se réaliseront pleinement, elles aussi, comme celles qui se sont réalisées dans le passé.[2]

    La Bible contient des milliers de prophéties qui se sont déjà réalisées, comme par exemple des prophéties prédisant l’histoire de certaines nations, l’ascension et la chute d’empires, et même les noms de plusieurs grands rois importants, ainsi que d’étonnantes prédictions sur le petit pays d’Israël, en particulier celles concernant Jésus-Christ, le Messie, au sujet duquel des centaines de prophéties consignées dans les écrits anciens des prophètes se sont déjà réalisées, sur sa naissance, sa vie et sa mort pour vous et moi. [3]

    Toute sa vie a été dédiée à l’amour ! Il est né dans l’amour, a vécu dans l’amour et est mort par amour pour vous et moi, afin que nous puissions vivre pour L’aimer et aimer nos semblables. [4]

    Mais son histoire ne s’arrête pas là, étant donné qu’Il est ressuscité ! Et Il a fait beaucoup d’autres promesses et des prédictions à ses disciples avant de s’élever dans les airs pour aller retrouver son Père, le Dieu du ciel et son précieux Saint-Esprit. [5]

    Avant de s’en aller, Il promit à ses disciples : Je vais vous préparer une place… afin que vous soyez, vous aussi, là où Je suis. Car, disait-Il : Dans la maison de mon Père, il y a beaucoup de demeures ; si ce n’était pas vrai, je vous l’aurais dit. [6]

    D’ailleurs, cet endroit qu’Il va nous préparer, cette cité céleste est décrite en détail dans le livre de l’Apocalypse, qui est le dernier livre de son saint livre, la Bible. [7]

    Jean, le disciple bien-aimé, Saint-Jean le révélateur l’a décrite dans une prophétie en précisant qu’elle ferait exactement 2 400 kilomètres de long, sur 2 400 kilomètres de large et 2 400 kilomètres de haut—c’est la ville la plus immense et la plus gigantesque jamais construite, que Dieu seul pouvait bâtir.

    Elle est entourée, sur une hauteur dépassant 60 mètres, d’une magnifique muraille composée de 12 niveaux de pierres précieuses, et elle comporte 12 portails, chacun constitué d’une gigantesque perle. La cité abrite de magnifiques résidences destinées à ses enfants qu’Il aime et qui ont été sauvés par la foi dans le sacrifice que Jésus a fait en mourant pour eux sur la croix.

    Eux seuls auront le droit de vivre dans ses murs, dans ce splendide paradis d’une beauté à couper le souffle ! Ils seront libérés à jamais de la peine et de la maladie, de la mort et du mal, pour vivre avec Dieu et les uns avec les autres dans une éternité de bonheur ! [8]

    Eux seuls pourront se promener dans les rues de cristal doré de la cité et résider dans ses magnifiques demeures, et en présence de Dieu pour l’éternité. [9]

    Chaque porte est gardée par un ange gigantesque car, à l’extérieur, à la surface de la nouvelle terre d’où les océans ont disparu mais qui est arrosée par des rivières et des lacs, il y a toujours des nations et des rois, et des populations qui ne sont pas encore prêtes à entrer dans cette magnifique cité. [10]

    Ces peuples ne sont pas encore préparés à sa pureté et à sa sainteté, car ils n’ont pas reçu Jésus comme Sauveur puisqu’ils n’avaient jamais entendu parler de Lui .[11]

    Ce sont des personnes bonnes que Dieu a ressuscitées de toutes les époques mais qui n’ont pas pris part à la première résurrection quand Jésus-Christ est revenu enlever ses saints, l’épouse du Christ, à la fin de la terrible grande détresse. [12]

    Ce sont les gens qui sont morts sans avoir été sauvés au cours des 6 000 premières années de l’histoire humaine et qui ont été ramenés à la vie et placés à la surface de la nouvelle terre paradisiaque parce que leurs noms étaient inscrits dans le Livre de Vie et qu’ils méritaient donc d’entendre pour la première fois l’Evangile de Jésus et de son amour ; ils méritaient de connaître le merveilleux amour de Dieu, son Père qui a créé toutes choses et tout fait pour que nous ayons l’avantage et le plaisir de Le connaître de L’aimer.

    Ici, à la surface de la nouvelle terre, ils apprendront à connaître le Seigneur. [13]

    En attendant, ils vivront sur cette nouvelle terre paradisiaque recrée, d’une beauté immaculée et semblable au Jardin d’Eden. Parfaite à tous égards, délivrée du mal, de la malédiction, des ronces, de la vermine, des serpents venimeux, des insectes nuisibles et de toutes les horreurs qui sévissaient avant sur la terre qui avait été frappée de la malédiction. [14]

    Ici, dans cet environnement parfait, ils apprennent à connaître Jésus et à découvrir le Christ comme Fils de Dieu. [15]

    Mais d’abord, avant qu’ils n’arrivent dans ce magnifique paradis de Dieu, plusieurs grandes périodes de l’histoire de l’humanité se seront écoulées. Il y eut la disgrâce d’Adam et Eve, l’homme et la femme dans le Jardin d’Eden, qui désobéirent en mangeant le fruit de l’Arbre qui donne la connaissance du bien et du mal. [16]

    Ils furent chassés du jardin et se retrouvèrent dans un monde hostile remplis de fléaux, dans un environnement inhospitalier où ils durent désormais manger leur pain à la sueur de leur front et travailler dur pour survivre, puisqu’ils avaient perdu la faveur du Seigneur à la suite de leur désobéissance. Tentés par Satan, le roi maléfique, ils transmirent à toute l’humanité l’horrible péché d’incroyance et de désobéissance à Dieu. [17]

    Finalement les hommes devinrent tellement mauvais que Dieu décida de submerger la terre sous un grand déluge d’eau pour tous les détruire ! Tous, à l’exception d’un homme et de sa famille. C’était Noé, sa femme, leurs trois fils et leurs épouses. Huit personnes en tout et pour tout furent sauvées de ce gigantesque déluge, en se réfugiant dans l’arche que Dieu avait ordonné à Noé de construire. [18]

    Après le déluge, plus d’un an plus tard, l’arche s’échoua au sommet du mont Ararat, situé sur l’actuelle frontière entre la Turquie et la Russie. Lorsque la surface de la terre devint suffisamment sèche pour qu’on puisse y marcher, Noé et sa famille, accompagnés de tous les animaux qu’ils avaient sauvés, quittèrent l’arche et se répandirent en aval de l’Euphrate en direction du Golfe persique.

    Mais il ne s’était pas écoulé beaucoup de temps et ils n’étaient pas allés bien loin avant que les gens ne redeviennent mauvais. Cette fois-ci, animés par un orgueil démesuré, ils élevèrent une gigantesque tour dans l’espoir d’atteindre le ciel pour montrer leur puissance et être semblables à des dieux !

    Cela rendit Dieu furieux, si bien qu’Il brouilla leurs langues et leurs langages, et les divisa entre les différentes langues qui sont parlées aujourd’hui dans le monde, afin qu’ils ne puissent plus se comprendre ni communiquer, et pour les empêcher ainsi de finir la construction de la tour. Ils abandonnèrent donc la construction de la tour et s’éparpillèrent le long du fleuve Euphrate pour se répandre sur toute la surface de la terre dans toutes les directions. [19]

    Mais hélas, plus les hommes se multiplièrent et peuplèrent la terre, plus ils devinrent mauvais, à tel point qu’ils se mirent à adorer des démons, des idoles et des images, et qu’ils pratiquèrent le culte des démons, allant même jusqu’à faire des sacrifices humains et immoler leurs propres enfants en sacrifice à ces faux dieux. [20]

    Finalement, Dieu décida qu’Il fallait faire quelque chose pour corriger ces descendants des deux créatures humaines qu’Il avait créées au commencement. Alors Il choisit un peuple qui recevrait ses paroles et rédigerait la Bible—en l’occurrence les juifs d’Israël—un peuple qui donnerait naissance au Messie, Jésus-Christ.

    Mais une fois encore, les chefs religieux de ce people élu, les descendants et descendantes du fidèle Abraham, firent crucifier le Fils de Dieu qui leur avait été envoyé pour leur expliquer la nature de Dieu et leur montrer son amour ! Ils tentèrent aussi d’exterminer ses disciples. [21]

    Mais Dieu bénit les disciples de Jésus, et les chrétiens se multiplièrent et se répandirent dans toute la terre jusqu’à ce que l’Evangile finisse par conquérir l’Empire romain et que le christianisme devienne la religion officielle de l’Occident. [22]

    Mais au fur et à mesure que les chrétiens devinrent puissants, riches et corrompus, ils commencèrent, eux aussi, à bâtir des temples pour adorer leur Dieu, comme les temples d’autres dieux, et instituèrent une caste de prêtres qui entreprit d’écrire ses propres lois, ses règles et ses traditions. [23]

    A nouveau, Dieu envoya de grands hommes de Dieu, des réformateurs tels que Martin Luther, pour prêcher la vérité dans le monde entier et faire redécouvrir le don gratuit de Dieu du salut par la grâce au moyen de la foi, un salut qui ne vient pas de vous, mais qui est un don de Dieu, et qui n’est pas le fruit d’œuvres que vous auriez accomplies.

    Personne n’a donc de raison de se vanter, puisque le salut s’obtient gratuitement grâce au sacrifice de Jésus-Christ qui a versé son sang sur la croix au Calvaire. [24]

    Ces nouveaux chrétiens Protestants se répandirent dans tout l’empire romain et dans toute l’Europe jusqu’en Amérique du nord et du sud et dans tout le monde connu, si bien que de nombreux missionnaires chrétiens se rendirent dans les pays païens. Ces missionnaires firent de nombreux convertis en les gagnant par l’amour de Dieu à la vraie foi en Jésus-Christ, le vrai Messie, le véritable Sauveur du monde. [25]

    Pourtant, il apparait que le péché et le mal vont se multiplier encore plus rapidement et se répandre dans toutes les nations du monde. Pour finir, le monde choisira un régime complètement athée, un gouvernement antichrétien et un dictateur antéchrist, un fauxmessie, un imposteur qui prétendra être le sauveur du monde mais qui sera, en réalité, le diable incarné ! Il déclarera qu’Il est Dieu et obligera le monde entier à l’adorer sous peine de mort. [26]

    Il instaurera un gouvernement mondial et interdira toutes les religions à part le culte de sa personne et de son image qu’il placera dans le temple juif reconstruit à Jérusalem, et à l’intérieur duquel il trônera en se faisant passer pour Dieu.

    Ce tyran maléfique commencera alors à persécuter tous ceux qui refuseront de l’adorer, et il les fera massacrer et martyriser ; il déclenchera de terribles guerres contre les nations religieuses qui s’opposeront à lui, et tentera de conquérir le monde entier, amenant ainsi une grande détresse sur la terre. [27]

    C’est alors, que tout à coup, on verra dans le ciel le signe du Fils de l’homme, Jésus-Christ qui apparaitra Lui-même dans les nuées du ciel. On entendra un grand cri, la trompette de Dieu retentira et les archanges de Dieu feront entendre leur voix pour appeler le peuple de Dieu à venir recevoir votre récompense céleste et vivre pour toujours avec votre Roi !

    Tous ceux qui étaient morts en chrétiens sortiront tout à coup de leurs tombes et ressusciteront dans leur nouveau corps céleste ; ils s’envoleront dans le ciel, suivis des chrétiens survivants qui seront transformés instantanément, en un clin d’œil, au son de la dernière trompette; ils s’élèveront avec eux dans les airs pour aller à la rencontre du Seigneur, et ainsi Jésus sera uni à son épouse, la véritable église de Jésus-Christ issue de toutes les confessions et congrégations de la terre. [28]

    Pendant qu’ils festoieront et savoureront leur salut en recevant leur récompense pour avoir fait fidèlement la volonté de leur Maître, Dieu déversera ses jugements et son ardente colère sur les méchants qui seront restés sur la terre en leur envoyant de terribles fléaux. La Bible dit que les impies se mordront la langue de douleur mais ne se repentiront pas de leurs mauvaises actions. [29]

    Dieu fera chevaucher ses enfants sur des destriers célestes blancs dotés d’une puissance et d’une force surnaturelle. Il prendra la tête de cette formidable armée de saints et d’anges qui s’élanceront de la cité céleste et traverseront le ciel pour aller détruire l’empire maléfique de l’antéchrist au cours de la Bataille d’Armageddon !

    Les seuls à être épargnés seront les gens qui auront résisté à l’antéchrist en refusant de recevoir sa marque, même s’ils ne connaissaient pas encore Jésus ou qu’ils n’avaient pas été sauvés auparavant. Toutefois le Seigneur donnera à tous ces survivants l’occasion d’entendre l’Evangile de Jésus et la bonne nouvelle de son amour et de son salut. [30]

    Il enverra ses anges et ses saints gouverner la terre et faire le nettoyage de tous les débris laissés par l’antéchrist et son règne et de tous les dégâts résultant de l’iniquité de l’homme, et ils en feront un monde tout neuf, une terre purifiée !

    Ce sera la même terre, mais sa surface sera purifiée, et la malédiction prononcée par Dieu contre elle sera levée ; quant au diable et à ses démons, ils seront enchaînés en enfer pendant mille ans ! La terre sera restaurée et elle retrouvera la beauté et la perfection du Jardin d’Eden. [31]

    Pendant mille ans, la terre sera restaurée à sa beauté et sa pureté originales, avec toutes ses merveilles et ses plaisirs, pour que toute l’humanité puisse se réjouir dans le royaume de Dieu sur terre gouverné par Jésus-Christ, le Roi des rois, assisté de ses saints et de ses anges. [32]

    Tous les hommes qui auront survécu auront la possibilité de Le connaître, de L’aimer et de Le suivre, et beaucoup parmi eux seront sauvés et régénérés, et ils jouiront d’une merveilleuse vie de justice et de générosité, et d’amour les uns pour les autres. [33]

    Pourtant, même dans ce monde parfait gouverné par le Roi des rois parfait, il y aura encore beaucoup d’hommes qui Le rejetteront et qui Lui en voudront ; ils préféreront n’en faire qu’à leur tête et suivre un mauvais chemin, comme ils l’avaient déjà fait.

    Si bien qu’à la fin de ces mille ans, beaucoup de gens ne seront toujours pas régénérés parce qu’ils auront rejeté le Seigneur et refusé de faire sa volonté. [34]

    Dans ces conditions, Il relâchera Satan du puits infernal pour lui permettre de revenir répandre ses anges maléfiques sur toute la surface de la terre et tromper le plus d’hommes et de nations possible. Satan rassemblera ainsi de toutes les nations de la terre des partisans qui le suivront dans la terrible guerre qu’il livrera contre les saints de Dieu qui gouvernent la terre.

    Dieu viendra à nouveau au secours de ses saints sur terre, mais cette fois-ci Il en finira une bonne fois pour toutes avec Satan, ses partisans et ses démons, et Il détruira toute la surface de la terre et tous les rebelles qui auront suivi Satan, dans un gigantesque déluge de feu qui embrasera toute la surface de la planète et son atmosphère, y compris les cieux pollués et l’espace encombré de déchets. [35]

    Ensuite, Il renouvèlera la terre et récréera une toute nouvelle terre, encore plus belle et plus parfaite qu’avant. [36]

    Une fois que la surface de la terre aura été purifiée et recréée à la perfection, le Seigneur jugera que le moment est venu de faire descendre du ciel sa splendide cité céleste qui se posera sur la terre, pour qu’Il habite avec son peuple bien aimé sur cette nouvelle terre, dans la Nouvelle Jérusalem, la cité céleste où ils demeureront pour l’éternité. [37]

    Siégeant sur son grand trône blanc, Dieu fera revenir à la vie tous les autres peuples de la terre qui étaient morts, afin de les juger : Il enverra les méchants en enfer, et sauvera les justes qui iront vivre à la surface de la terre pour apprendre à Le connaître, Lui et son Fils Jésus, et à apprécier son amour et son merveilleux pardon de leurs péchés en sorte qu’eux aussi puissent être sauvés. [38]

    Tous les peuples sauvés de la terre et du ciel vivront heureux avec le Seigneur et ses anges dans le magnifique paradis de la nouvelle terre et de la cité céleste, dans une éternité d’amour et de vie éternelle. [39]

    Voici brièvement résumée l’histoire de Dieu et de la terre, et l’histoire des hommes et du gouvernement des hommes à la fin des temps qui laissera la place à l’instauration du royaume millénaire de Dieu.

    Le millénium sera suivi de la destruction de la surface de la terre et de son atmosphère avec toute sa pollution et ses maux dans un déluge de feu, après quoi la terre sera récréée pour que Dieu et ses enfants y demeurent pour toujours dans la cité céleste!

    Toutefois, de nombreux détails et expériences de ses enfants au cours de ces différentes périodes ne sont pas encore clairs. Certains de ces secrets n’ont pas encore été révélés, en particulier les expériences que nous serons amenés à faire, et ce que nous allons ressentir et voir dans ce merveilleux monde du futur. [40]

     

    [1] Ephésiens 1.9; Esaïe 42.9; Nombres 12.6.

    [2] 2 Chroniques 20.20b; Jean 16.4a; Esaïe 34.16, 40.8; Ezéchiel 33.33.

    [3] Esaïe 44.28; Daniel 8.20–21; Esaïe 9.6; 11.1–5; 53.2–4.

    [4] Jean 3.16; 1 Jean 4.9–10; Ephésiens 3.19; Romains 8.38–39; 1 Jean 3.16.

    [5] Matthieu 28.1–7, 18–20; Marc 16.16–18; Jean 11.25, 26.

    [6] Jean 14.2–3.

    [7] Apocalypse 21–22.

    [8] Apocalypse 21.4; 22.5, 14.

    [9] Apocalypse 21.24, 27.

    [10] Apocalypse 21.24–26.

    [11] Jean 1.12; 3.16–17; Actes 4.12; 10.35; Romains 6.23; Hébreux 11.13, 16.

    [12] 1 Thessaloniciens 4.16–17; Apocalypse 20.4–5.

    [13] 2 Pierre 3.9; 1 Timothée 2.4; Philippiens 2.10–11; Hébreux 13.14.

    [14] Apocalypse 22.3.

    [15] Jean 14.3; 1 Corinthiens 2.9–10.

    [16] Genèse 3; Romains 5.12–14.

    [17] Genèse 3.19; Hébreux 3.12, 19; 10.35–39; Romains 5.12.

    [18] Genèse 7; 1 Pierre 3.20.

    [19] Genèse 8, 11.1–9.

    [20] Lévitique 18.21; 2 Rois 17.14–17; Jérémie 32.35; Psaume 106.35–39.

    [21] Matthieu 27.17–25; Actes 8.1.

    [22] Actes 8.4; 28.30–31.

    [23] Actes 7.48–50; 17.24–25; Marc 7.6–13.

    [24] Romains 10.9–10; Ephésiens 2.8–9; 2 Timothée 1.9; Tite 3.5; Apocalypse 3.20.

    [25] Jean 14.6; Actes 10.34–35.

    [26] 2 Thessaloniciens 2.3–4.

    [27] Matthieu 24.15, 21; Daniel 11.31–37; Apocalypse 12.13–17, 13.6–7.

    [28] Matthieu 24.29–31; 1 Corinthiens 15.51–52; 1 Thessaloniciens 4.16–17.

    [29] Apocalypse 19.6–9; Apocalypse 15–16; Esaïe 13.11–13.

    [30] Apocalypse 19.11–21; 2 Pierre 3.9; 1 Timothée 2.4; Philippiens 2.10–11.

    [31] Apocalypse 20.1–4.

    [32] Apocalypse 2.26–27; Apocalypse 5.10, 20.4.

    [33] 2 Corinthiens 5.17.

    [34] Esaïe 26.10.

    [35] Apocalypse 20.7–10; 2 Pierre 3.10–13.

    [36] Apocalypse 21.1–5; Esaïe 60.19–22, 65.17–25.

    [37] Apocalypse 21.2; Hébreux 12.22–23.

    [38] Jean 10.16, 27–29; Actes 3.21; 2 Corinthiens 5.19; Ephésiens 1.10; 2.7.

    [39] Apocalypse 22.3–5.

    [40] Deutéronome 29.29; 1 Corinthiens 13.12.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Paroles intégrales de la poésie à Jeanne d'Arc :

     **************

    1
    Seigneur, tu m'as choisie dès ma plus tendre enfance,
    Et je puis m'appeler l’œuvre de ton amour...
    Je voudrais, ô mon Dieu ! dans ma reconnaissance,
    Oh ! je voudrais pouvoir te payer de retour !...
    Jésus mon Bien-Aimé, quel est ce privilège ?
    Pauvre petit néant, qu'avais-je fait pour toi ?
    Et je me vois placée dans le royal cortège
    Des vierges de ta cour, aimable et Divin Roi !

    2
    Hélas je ne suis rien que la faiblesse même ;
    Tu le sais, ô mon Dieu ! je n'ai pas de vertus...
    Mais tu le sais aussi, le seul ami que j'aime,
    Celui qui m'a charmée, c'est toi, mon Doux Jésus !...
    Lorsqu'en mon jeune cœur s'alluma cette flamme
    Qui se nomme l'amour, tu vins la réclamer....
    Et toi seul, ô Jésus ! pus contenter une âme
    Qui jusqu'à l'infini avait besoin d'aimer.

    3
    Comme un petit agneau loin de la bergerie,
    Gaiement je folâtrais ignorant le danger ;
    Mais, ô Reine des Cieux ! ma Bergère chérie,
    Ton invisible main savait me protéger.
    Aussi tout en jouant au bord des précipices,
    Déjà tu me montrais le sommet du Carmel ;
    Je comprenais alors les austères délices
    Qu'il me faudrait aimer pour m'envoler au Ciel.

    4
    Seigneur, si tu chéris la pureté de l'ange,
    De cet esprit de feu qui nage dans l'azur,
    N'aimes-tu pas aussi s'élevant de la fange
    Le lys que ton amour a su conserver pur ?
    S'il est heureux, mon Dieu, l'ange à l'aile vermeille
    Qui paraît devant toi brillant de pureté,
    Ma joie dès ici-bas à la sienne est pareille
    Puisque j'ai le trésor de la virginité !...

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Pâques - Fête - Description 

    Pâques - Fête - Description

    Description -

    Pâques est la fête la plus importante du christianisme. Elle commémore la résurrection de Jésus, que le Nouveau Testament situe le surlendemain de la Passion... C'est-à-dire « le troisième jour ». La solennité, précédée par la Semaine sainte, dernière partie du carême, commence le dimanche de Pâques.

    D’où Vient La Coutume Des Oeufs De Pâques ? https://i.pinimg.com/originals/2a/92/cd/2a92cd98e4031673baa28cf450380020.jpg

    Du simple œuf dur coloré aux plus prestigieux œufs de Fabergé...

    L’oeuf de Pâques est resté une tradition dans le monde entier.

    En Italie, de nos jours encore, on fait bénir...

    Les oeufs de Pâques que l’on place au centre de la table.

    Les oeufs de Pâques russes et ukrainiens...

    Sont de véritables oeuvres d’art, aux motifs et...

    Pâques - Fête - Description

    Aux couleurs très symboliques et géométriques, avec des représentations chrétiennes comme la croix, le Christ lui-même.

    En Occident, dans les campagnes ou les jardins de la maison en ville, une mystérieuse chasse aux oeufs s’organise au petit matin de Pâques.

    Selon la tradition, en revenant de Rome, les cloches qui se sont tues depuis le jeudi Saint au soir...

      Y répandaient, oeufs, cloches, cocottes et autres gourmandises.

    Pâques - Fête - Description

    La coutume d’offrir des œufs ou des lapins en chocolat est d’origine commerciale.

    La tradition allemande veut, pour les enfants, que ce soit un lapin blanc invisible qui les cache.

    Aux États-Unis et en Alsace, c’est un lièvre ; en Thuringe, une cigogne ; en Westphalie, un renard ; en Suisse, un coucou.

    Des Origines Antiques -

    Pâques - Fête - Description

    La coutume d’offrir des oeufs décorés, teints ou travaillés existait bien avant l’ère chrétienne.

    Comme le printemps est la saison de l’éclosion de la nature, l’oeuf, représentant la vie et la renaissance...

    Il a été probablement le premier symbole utilisé lors de rituels qui datent de la nuit des temps.

    Au printemps, les Égyptiens et les Perses avaient pour habitude de teindre des oeufs et de les offrir...

    Pour symboliser le renouveau de la vie. Dans l’antiquité gauloise, les druides teignaient les oeufs en rouge en l’honneur du soleil

    Pâques - Fête - Description

    Pour les Juifs, l’oeuf est le symbole de la vie mais aussi de la mort.

    La libération du peuple hébreu a coûté la vie à de nombreuses personnes, et le bonheur n’est jamais absolu pour les hébreux.

    À Pessa’h les Juifs trempent un oeuf dans de l’eau salée en souvenir...

    De toutes les larmes versées suite à la perte de leur indépendance.

    Une Coutume Chrétienne -

    Pâques - Fête - Description

    De nombreuses fêtes païennes célébraient donc la résurrection de la nature symbolisée par l’œuf, porteur d’un germe de vie.

    Mais c’est très probablement de l’interdiction faite par l’Église, jusqu’au XVII° siècle...

    De consommer des œufs pendant le Carême qu’est née la tradition des œufs de Pâques.

    Comme on ne pouvait empêcher les poules de pondre, on conservait précieusement ces œufs jusqu’à la fête de Pâques, à partir de laquelle il fallait écouler le stock !

    Le roi Louis XIV fait de l’oeuf décoré de Pâques une institution.

    Pâques - Fête - Description

    D’une part, ses gens devaient lui apporter le plus gros oeuf pondu en son royaume durant la Semaine Sainte...

    Et, lui-même, le jour de Pâques, entouré de grandes corbeilles, distribuait en personne...

    Des oeufs peints à la feuille d’or à ses courtisans aussi bien qu’à sa valetaille.

    Ces dernières années, dans bien des familles françaises, se renoue ce geste de jadis au moment du dessert, le dimanche de Pâques.

    Sur un plateau, se trouvent quelques petits vases de fleurs...

    Des oeufs ou des petits lapins en chocolat.

    Pâques - Fête - Description

    Les vitrines des pâtissiers les ont présentés à la gourmandise.

    À nous de dire aux convives de la fête leur signification pascale !

    Pâques - Fête - Description

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique