• LA VOIX DE LA SAGESSE

    LA VOIX DE LA SAGESSE

    ∎ Quelle sensation enivrante que de lever nos yeux là-haut
         vers les sommets, les sommets que  nous allons atteindre
         si nous continuons à grimper, à lutter, à nous accrocher,
         sans jamais abandonner.

    ∎ Nombre d’inventions sont le fruit d’hommes relativement
         peu instruits. Dans leur ignorance, ils ignoraient sans
         doute qu’on ne pouvait les inventer.

    ∎ Mettre des limites à ses ambitions, c’est mettre des limites
         à son potentiel.

    ∎ En présence d’un défi, ne cherchez pas le pourquoi-c’est-
         impossible, mais le comment-c’est-possible.

    ∎ Mieux vaut mourir pour quelque chose que vivre pour rien
         du tout !

    ∎ Les grandes oeuvres mémorables ne sont pas le fruit de la
         génération spontanée. Il a fallu d’abord qu’elles soient le
         fruit du rêve, puis de la foi, puis de la volonté de quelqu’un.

    ∎ Le pèlerin qui n’atteint jamais son but n’est pas un pèlerin,
         mais un vagabond.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Réussir avec le pouvoir de sourire

    Réussir avec le pouvoir de sourire..........

    Les actions en disent plus long que les mots.
    et le sourire dit :

    “Tu me plais, ça me fait plaisir de te revoir,
    je suis heureux que tu sois venu.”

    D’où le succès de nos amis les chiens. Ils
    frétillent de joie, ils bondissent dès qu’ils
    nous aperçoivent. Et réaction toute naturelle,
    nous nous réjouissons de les voir.

    Quant au bébé, l’effet de son sourire n’a pas
    d’égal, il est irrésistible. Il est capable d’ouvrir
    la porte aux cœurs les plus récalcitrants.

    Le directeur du personnel d’un grand magasin
    de New York disait un jour qu’il préférait mieux
    embaucher un vendeur sans diplôme, mais au
    sourire engageant, qu’un licencié en économie
    qui fasse trop sérieux.

    L’effet d’un sourire, même invisible, est vraiment
    formidable. Les sociétés de vente par téléphone
    conseillent à leurs employés de sourire lorsqu’ils
    parlent. Car le sourire peut s’entendre.

    Ceux qui réussissent sont ceux qui prennent plaisir
    à ce qu’ils font. Telle était l’observation pertinente
    du PDG d’une des plus grandes usines de caoutchouc
    du monde. Ce capitaine d’industrie attachait peu de
    foi au vieil adage selon lequel le travail acharné
    serait la seule clef du succès. J’ai connu des gens,
    ajoutait-il, qui réussissaient parce qu’ils éprouvaient
    un plaisir évident à diriger leur entreprise. Mais au
    fil des années, le plaisir s’est changé en pensum et
    le travail a perdu  de son intérêt. J’ai revu ces mêmes
    hommes, ils avaient perdu la joie de diriger. Et ils
    finirent par faire faillite.

    Si vous éprouvez du plaisir à rencontrer autrui, autrui
    trouvera du plaisir à vous rencontrer.

    Souriez ! Nul n’a autant besoin de votre sourire que
    celui qui n’est plus capable de vous sourire.

    Pendant des milliers d’années, les philosophes ont
    spéculé sur les lois qui régissent les relations humaines.
    Un précepte capital en est sorti. Un précepte que Jésus
    enseignait, il y a vingt siècles, dans les collines rocheuses
    de Judée. Un précepte qu’il a résumé en ces termes :

    “Faites pour les autres tout ce que vous voudriez qu’ils
    fassent pour vous.” (Matthieu  7 :12).

    Ainsi donnons aux autres ce que nous aimerions qu’ils
    nous donnent. Où donc et quand ?  Partout voyons, et
    tout le temps ! 

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le vieux chien

     

    Un jour, un vieux chien africain  part à la chasse aux papillons, et s'aperçoit qu'il s'est perdu. 


     Errant au hasard en tentant de retrouver son chemin, il voit un jeune léopard courir vers lui avec l'intention visible de faire un bon repas.

     
     Le vieux chien pense : "Oh, oh! Je suis vraiment dans la merde, là !"
     Remarquant les quelques os d'une carcasse qui traîne sur le sol à proximité, il se met aussitôt à mâcher les os, tournant le dos au léopard qui approche.


     Quand celui-ci est sur le point de lui sauter dessus, le vieux chien s'exclame haut et fort : "Ouais, ce léopard était vraiment excellent ! Je me demande s'il y en a d'autres par ici ?"
     En entendant cela, le jeune léopard interrompt son attaque en plein élan, il regarde le chien avec effroi, et s'enfuit en rampant sous les fourrés.


     "Ouf !", soupire le léopard, "c'était tout juste. Ce vieux chien a failli m'avoir !"
     Cependant, un  singe, qui avait observé toute la scène d 'une branche d'arbre à proximité, se dit qu'il pourrait mettre à profit ce qu'il sait en négociant avec le léopard et obtenir ainsi sa protection.


     Il part donc le rattraper, mais le vieux chien, le voyant courir à toute vitesse après le léopard, réalise que quelque chose doit se tramer. Le singe rattrape le léopard, lui dévoile le pot aux roses, et lui propose un marché.


     Le jeune léopard est furieux d'avoir été trompé : "Viens ici le singe, monte sur mon dos, et tu vas voir ce qui va arriver à ce petit malin !"


     Le vieux chien voit le léopard accourir avec le singe sur son dos et s'inquiète : "Que vais-je faire maintenant ?"
     Mais au lieu de s'enfuir, le chien s'assied dos à ses agresseurs, faisant semblant une fois de plus de ne pas les avoir vus, et juste au moment où ils arrivent à portée de voix, il s'exclame : "Où est donc ce foutu singe ? ça fait une heure que je l'ai envoyé me chercher un autre léopard !"


     Morale de cette histoire
     On ne plaisante pas avec les vieux de la vieille. L'âge et la ruse arriveront toujours à triompher de la jeunesse et de la force...!!

     L 'astuce et l'esprit viennent seulement avec l'âge et l'expérience...

     Si vous ne l'envoyez pas à cinq "anciens", il y aura cinq personnes de moins dans le monde qui riront. Je ne suis nullement en train d'insinuer que vous êtes vieux, c'est juste que certains autres sont plus jeunes.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Un dimanche matin - Qu'en pensez vous ?

    Publié le 28 juin 2015 par Claude D.

    ****

    Ce matin dans mon jardin, j’ai vécu un événement étonnant et émouvant. Un couple d’oiseaux  y volaient quand, soudain, l’un d’eux, trompé par le reflet du ciel sur l’une des vitres de ma véranda, s’y est fracassé la tête et est tombé raide mort sur le dallage. Son compagnon de vol s’est aussitôt posé près de lui et est resté à le contempler quelques minutes, se demandant ce qui lui arrivait.


    [...]

    Et je me suis dit : « Que savons nous des sentiments et des émotions des oiseaux ?»Nous savons que certains animaux comme les éléphants ont conscience de leur mortalité, mais quid des piafs ? Personnellement j’ai eu le sentiment en voyant cet oiseau « veiller » en quelque sorte son compagnon mort, que tous les êtres vivants sont liés par ce mystère que présente la mort et qu’ils sont bien plus proches de nous que nous le pensons. Et vous qu’en pensez vous ?

    Claude D.
    Un grand merci à Claude pour ce "beau" texte
    photo http://qualita1.unblog.fr/files/2011/01/oiseauxmorts.gif ; http://farm4.static.flickr.com/3241/2989681323_cf527dc4e7.jpg

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le bain dans les mains

    Le bain dans les mains .............par Jardinier de Dieu

    A l’image de cet homme qui sait accueillir ce petit oiseau pour qu’il puisse par étapes pouvoir se baigner, puissions-nous savoir prendre soin dans la durée et avec douceur de toute la nature, de toutes les créatures, de découvrir ainsi combien nous sommes appelés à vivre avec tous dans la sérénité !

    Le jardinier de Dieu

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  
     Début de la sagesse
     
      1 - D’un commun accord, tous les villageois ont décidé de prier pour avoir de la pluie.
     
    Le jour de la prière, tous les gens se sont réunis, et peu de temps après, il tombait des cordes, mais...
     
    Seul un petit garçon avait un parapluie.
     C'est ça la FOI.
     
     2 - Quand vous lancez un bébé en l'air, il rit parce qu'il sait que vous le rattraperez.
     C'est ça la CONFIANCE.
     
     3 - Tous les soirs nous allons au lit, sans aucune assurance d'être en vie le lendemain matin.
     Mais nous réglons les réveils pour nous réveiller.
     C'est ça L’ESPÉRANCE.
     
     4 - Nous prévoyons de grandes choses pour l'avenir sans vraiment connaitre ce que sera cet avenir.
    >  C'est ça L’ESPOIR.
     
     5 - Nous voyons le monde divorçant, souffrant, injuste, un peu partout, mais, nous nous marions . 
     C'est ça L’AMOUR.
     
     6 - Sur une vieille chemise de retraité une phrase est écrite : 
     "Je ne suis pas un ancien de 80 ans... Je suis un jeune de 16 ans, avec 64 années d'expérience "
     C'est  ça LA POSITIVE ATTITUDE.
     
     Je vous souhaite des jours heureux et vivez votre vie comme l’expriment ces six petits textes !
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  Le monde à bien changé 

     Le monde à bien changé .........J.A

    Notre mère craignait pour ses enfants l'influence nocive des mauvais livres, et plus particulièrement pour moi, qui m'attardait trop souvent à lire, et jusqu'à plus soif les rares imprimés pour la jeunesse qui arrivaient à pénétrer chez nous. 

    Pour elle; il n'y avait de bons livres que ceux de la "Bonne Presse", tous plus illisibles les uns que les autres. 

    Ils se passaient toujours dans des châteaux, habités par des personnes tellement "nec plus ultra" que d'après mon père on n'en avait jamais vu dans la région. 

    Même Victor Hugo était classé parmi les "à éviter", et je ne parle pas de Balzac et surtout de Zola qui étaient "verboten" à la maison... 

    Par quel hasard, L'Amant de lady Chatterley, arriva dans mes mains, à l'époque de mes 14 ou 15 ans ? Même les Angais n'avaient pas le droit de le lire...

    J'étais à peine entré dans les communs de madame de Chatterley, quand, horrifiée, ma mère me confisqua le volume. 

    En réalité, je suppose que la nationalité de l'auteur, autant que le titre, lui avaient servi de justification ; 

    les Anglais n'avaient-ils pas brûlé Jeanne d'Arc ? 

    Je n'aurais jamais su combien l'amour ne fait qu'un avec l'expérience (bien que l'exemplaire en question devait être une version expurgée), si, quelques années plus tard, je n'avais assisté aux émois forestiers du couple, par la magie de la version au cinéma de "Lady Chatterley's Lover" de Just Jaeckin (1981).  

    Avec Sylvia Kristel, dont on connaît la sculpturale plastique... 

    Si, à l'époque, j'en avais connu l'enchantement,  je me serais débrouillé pour me faire inviter dans quelque "chaterlysie" d'Outre-Manche (procédé actuel bien connu, depuis un autre film "A nous les petites anglaises !") ce qui ne m'aurait probablement pas "chaterlisé", certes, mais me permettrait à présent de parler (à peu près) la langue de Shakespeare. 

     Même avec l'accent franchouillard...   

    Comme l'a écrit superbement notre compatriote aquitain :  «On nous apprend à vivre quand la vie est passée.» (Montaigne), 

    Une autre philosophe à sa manière, un oncle resté célibataire, avait une formulation différente : 

    "Si vous tentez d'embrasser une fille en fin de soirée alors que vous ne l'avez encore jamais touché, vous essuierez à coup sûr un refus ("une beigne"). On ne passe pas du rien au tout ! "

    Circonspect, il ajoutait "Mais les choses ont bien changé". J.A. 

    --------

    Quelques petits ennuis de santé m'ont privé de votre compagnie. Je puise dans mes années adolescentes, le moyen, que j'espère possible, de me faire pardonner. Également joints un com de nos amies...J.A. 

    --------

    De: Cottencin

    02/07/2014 01:17:30

    Bonjour mon cher Jean-André,

    Très heureuse de te retrouver sur le site, c'est un plaisir de lecture que tu nous offres, eh oui, le monde à bien changé, faisant disparaître beaucoup trop tôt, tout ce qui était le charme de l'enfance et de l'adolescence. Quel grand dommage ....

    Merci pour ton partage touchant mon ami, une belle journée pour toi et Linette, prend grand soin de toi,

    Mes meilleures et douces pensées vers toi

    l'amie Claudine

    --------

    De: marcelleb

    02/07/2014 05:53:02

    Tu avais l'Amant de Lady Chatterley et moi j'ai eu, un Lord Blackenfield, une bluette écrite par Max de Veuzit, dans le livre : "Sa maman de papier" :

    Le début du bouquin : Invité en Sologne à une partie de chasse, Lord Blackenfield fait une chute de cheval et est soigné par la fille du garde-chasse, Nicole Grammont, que, peu de temps après, il épouse. Les manières simples et spontanées de Nicole déplaisent à son mari qui les lui reproche, le drame évidemment, il la renvoie et lui interdit de revoir sa fille !! Et là mon père est intervenu et m'a empêché de lire la suite. Des personnes mariées ne se séparent pas et là la pauvre petite fille n'avait qu'une maman de papier (une photographie).. Je n'ai jamais su la fin de l'histoire. Une autre fois, Papa m'a mis la honte en allant au collège pour faire enlever un livre de Georges Simenon, la maison de l'écluse il me semble car il y avait une scène un peu chaude. Mais c'était cela la morale d'alors. Je ne m'en plains pas mais je n'en menais pas large car les copains de classe (mixte et c'était rare mais c'était la guerre), m'en ont voulu, ils auraient tous voulu lire le passage incriminé. Une autre histoire mais là de mon fait ; J'ai agrafé quelques pages d'un roman d'anticipation avant de le donner à lire à mon fils de 15 ans.

    J'ai adoré comme toujours ton histoire qui ressemble tant à la mienne, nous sommes du même jus, des octogénaires dont les parents ont bien mené l'éducation.

    Et maintenant continue à te reposer. Ne te fatigue pas trop . Je t'embrasse. marcelle.

    --------

    Écrit et Présenté par J.A. Illustration : (internet). 

    Engagement à retirer l'image en cas de demande des ayants droit

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Diffamation des religions ?

    Diffamation des religions ?...



    Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a voté le 26 mars une résolution condamnant la « diffamation des religions. »

    A priori il n'y aurait rien à dire s'il s'agissait de diffamer, c'est-à-dire porter atteinte à la réputation de manière calomnieuse. Mais on voit bien que derrière ce mot, qui semble acceptable, se cache en fait l'interdiction de toute critique ou mise en cause des religions, ce qui est inacceptable.

    Cette motion a été présentée par le Pakistan et a été votée par 23 membres du Conseil : les pays musulmans, la Chine, la Russie, Cuba, Afrique du Sud, Bolivie, Nicaragua. Ne s'y sont pas associés les pays de l'U.E., le Canada, la Suisse et le Chili parmi les 11 opposants à ce texte. Se sont abstenus 13 pays dont l'Inde.

    Ce texte est inquiétant. Il est promu par des pays dont la tolérance à l'égard de la liberté d'expression ne brille pas particulièrement. Il est une attaque aux droits d'opinion de ceux qui ne partagent pas la religion dominante… et, la diffamation ainsi comprise pourrait s'étendre à d'autres domaines…

    On sait l'importance de bien définir les termes juridiques pour éviter la dérive des interprétations extensives. A plus forte raison quand il y a traduction d'une langue à l'autre. Rien au niveau juridique international ne permet de clarifier cette notion de diffamation. Une chose est claire, elle est conçue comme une arme de répression qui interdirait toute expression critique des attitudes religieuses.

    Nous pensions avoir avancé en occident et gagné en libertés individuelles depuis deux siècles… C'est un retour en arrière important. Toute accusation de pédophilie contre des prêtres catholiques aurait pu être considérée diffamatoire à l'égard du catholicisme… Cela fut le cas longtemps et étouffait toute possibilité de mettre en cause des clercs…

    Dire que le créationnisme est une absurdité serait « diffamer » la religion. Si un musulman souhaite moderniser l'enseignement du Coran et l'adapter à notre époque, c'est déjà une diffamation pour les intégristes… et cela se condamne parfois de peine de mort dans des pays promoteurs de cette motion…

    La Commission des droits de l'homme de l'Onu a été présidée il y a peu par la Lybie. C'est le paradoxe des Etats, membres d'une organisation internationale, avec tous les droits que cela comporte, et qui se permettent d'ignorer de façon systématique les principes fondamentaux de cette organisation. Au nom de la souveraineté et du refus des ingérences extérieures on justifie des attitudes et on manipule les opinions.

    Le cas du Président soudanais accusé de crimes contre l'humanité au Darfour par un Tribunal international de l'Onu et, chef d'Etat, continuant à participer à des réunions internationales (de la Ligue arabe notamment) en présence du Secrétaire Général de l'Onu, est emblématique.

    Les pays islamistes veulent ramener le monde à des pratiques sociales dépassées. Ils trouvent des alliés dans des pays dits progressistes mais qui voient un intérêt à utiliser ces armes idéologiques. Elles confortent leur pratique autoritaire. Heureusement que cette « fatwa » de l'Onu n'aura pas d'effet dans nos législations occidentales…

    Mais il n'est pas sûr que cela reste sans influence dans certains pays pour renforcer leur intolérance religieuse. Cela servira pour combattre la « modernité » occidentale et pour dresser des musulmans contre les droits de l'homme sous prétexte de défendre leur religion « diffamée ».

    Raymond BELTRAN

    Le 03 avril 2009

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Seigneur, faites de moi un instrument de paix !

    *************

    Là où est la haine, que je mette l'amour.
    Là où est l'offense, que je mette le pardon.
    Là où est la discorde, que je mette l'union.
    Là où est l'erreur, que je mette la vérité.
    Là où est le doute, que je mette la foi.
    Là où est le désespoir, que je mette l'espérance.
    Là où sont les ténèbres, que je mette votre lumière.
    Là où est la tristesse, que je mette la joie.

    Seigneur, que je ne cherche pas tant
    à être consolé qu'à consoler,
    à être compris qu'à comprendre,
    à être aimé qu'à aimer.

    Car c'est en donnant qu'on reçoit,
    c'est en s'oubliant qu'on se trouve,
    c'est en pardonnant qu'on est pardonné,
    c'est en mourant qu'on ressuscite à l'éternelle Vie.

    Attribué à Saint François d'Assise

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique