• À peine la journée commencée et ... il est déjà six heures du soir.

     

      A peine arrivé le lundi et c'est déjà vendredi.

      ... et le mois est déjà fini.

      ... et l'année est presque écoulée.

      ... et déjà 40, 50 ou 60 ans de nos vies sont passés.

      ... et on se rend compte qu’on a perdu nos parents, des amis.

      et on se rend compte qu'il est trop tard pour revenir en arrière

     

    ... Alors... Essayons malgré tout, de profiter à fond du temps qui nous reste...

     N'arrêtons pas de chercher à avoir des activités qui nous plaisent...

     Mettons de la couleur dans notre grisaille...

      Sourions aux petites choses de la vie qui mettent du baume dans nos cœurs.

     Et malgré tout, il nous faut continuer de profiter avec sérénité de ce temps qui nous reste. Essayons d'éliminer les "après" ...

      je le fais après ...

      je dirai après ...

      J'y penserai après ...

      On laisse tout pour plus tard comme si "après" était à nous.

      Car ce qu'on ne comprend pas,   c'est que :

      après, le café se refroidit ...

      après, les priorités changent ...

      après, le charme est rompu ...

      après, la santé passe ...

      après, les enfants grandissent ...

      après, les parents vieillissent ...

      après, les promesses sont oubliées ...

      après, le jour devient la nuit ...

      après, la vie se termine ...

      Et après c’est souvent trop tard....

      Alors... Ne laissons rien pour plus tard...

      Car en attendant toujours à plus tard, nous pouvons perdre les meilleurs moments,

      les meilleures expériences,

      les meilleurs amis,

      la meilleure famille...

      Le jour est aujourd'hui... L'instant est maintenant...

     

      Nous ne sommes plus à l'âge où nous pouvons nous permettre de reporter à demain ce qui doit être fait tout de suite.

     Alors voyons si vous aurez le temps de lire ce message et ensuite de le partager.

      Ou alors vous le laisserez peut-être pour... "plus tard"...

      Et vous ne le partagerez "jamais" ....

     

    Même à partager avec ceux ou celles qui ne sont pas encore des « aînés »

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Google Bookmarks

    votre commentaire
  • C’est tellement vrai que je ne peux m’empêcher de vous l’envoyer…….

     ************

    un jeune homme demanda à son grand-Père :

    Grand-Père, comment as-tu pu vivre avant...

    - sans technologie

    - sans internet

    - sans ordinateur

    - sans drones

    - sans bitcoin

    - sans téléphones portables

    - sans facebook ?

    Grand-Père répondit :

     

    " tout comme ta génération vit aujourd'hui...

    - sans humanité

    - sans dignité

    - sans compassion

    - sans honte

    - sans honneur

    - sans respect

    - sans personnalité

    - sans caractère

    - sans amour

    - sans modestie Nous, aujourd'hui quand vous nous appelez "vieux", nous avons été bénis, notre vie en est la preuve....

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  Un petit cours bien utile !



    Un professeur d'université défia ses étudiants avec cette question : 
    Est-ce que Dieu a créé tout ce qui existe ?
    Un étudiant répondit bravement : - Oui, Il l'a fait !
    Le professeur dit : Dieu a tout créé ?
    Oui, Monsieur, répliqua l'étudiant.
    Le professeur répondit: Si Dieu a tout créé, Il a donc aussi créé le mal puisque le mal existe et selon le principe de nos travaux qui définissent ce que nous sommes, alors Dieu est mauvais.
    L'étudiant fut silencieux devant une telle réponse. Le professeur était tout à fait heureux de lui-même et il se vantait devant les étudiants d'avoir su prouver encore une fois que la foi en un dieu était un mythe.

    Un autre étudiant leva sa main et dit : 
    Puis-je vous poser une question professeur ?
    Bien sûr, répondit le professeur.
    L'étudiant répliqua: Professeur, le froid existe-t-il? 
    - Quel genre de question est-ce cela ? Bien sûr qu'il existe. Vous n'avez jamais eu froid ? dit le professeur.
    Le jeune homme dit:
    En fait monsieur, le froid n'existe pas. Selon la loi de physique, ce que nous considérons être le froid est en réalité l'absence de chaleur. Tout individu ou tout objet possède ou transmet de l'ENERGIE. La chaleur est produite par un corps ou par une matière qui transmet de l'ENERGIE. Le zéro Absolu (-273.15 Celsius) est l'absence totale de chaleur; toute la matière devient inerte et incapable de réagir à cette température. Le froid n'existe pas. Nous avons créé ce mot pour décrire ce que nous ressentons si nous n'avons aucune chaleur.

    L'étudiant continua : Professeur, l'obscurité existe-t-elle ? 
    Le professeur répondit : - Bien sûr qu'elle existe !
    L'étudiant : Vous avez encore tort Monsieur, l'obscurité n'existe pas non plus. L'obscurité est en réalité l'absence de LUMIERE. Nous pouvons étudier la LUMIERE , mais pas l'obscurité. En fait, nous pouvons utiliser le prisme de Newton pour faire augmenter la LUMIERE blanche en plusieurs couleurs et étudier les diverses longueurs d'onde de chaque couleur. Vous ne pouvez pas mesurer l'obscurité. Un simple rayon de LUMIERE peut faire irruption dans un monde d'obscurité et l'illuminer. Comment pouvez-vous savoir l'espace qu'occupe l'obscurité ? Vous mesurez la quantité de LUMIERE présente. N'est-ce pas vrai ? L'obscurité est un terme utilisé par l'homme pour décrire ce qui arrive quand il n'y a pas de LUMIERE.

    Finalement, le jeune homme demanda au professeur:
    Monsieur, le mal existe-t-il ? Maintenant incertain, le professeur répondit : 
    - Bien sûr, comme je l'ai déjà dit. Nous le voyons chaque jour. C'est dans les exemples quotidiens de l'inhumanité de l'homme envers l'homme. C'est dans la multitude des crimes et des violences partout dans le monde. Ces manifestations ne sont rien d'autre que du mal !
    L'étudiant répondit: le Mal n'existe pas Monsieur, ou au moins il n'existe pas de lui-même. Le Mal est simplement l'absence de Dieu. Il est comme l'obscurité et le froid, un mot que l'homme a créé pour décrire l'absence de Dieu. Dieu n'a pas créé le mal. Le Mal n'est pas comme la foi, ou l'AMOUR qui existe tout comme la LUMIERE et la chaleur.
    Le Mal est le résultat de ce qui arrive quand l'homme n'a pas l'AMOUR de Dieu dans son cœur. Il est comme le froid qui vient quand il n'y a aucune chaleur ou l'obscurité qui vient quand il n'y a aucune LUMIERE.

    Le professeur s'assoit, abasourdi d'une telle réponse.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L'intégrité

    Qui d'entre nous n'apprécie pas d'échanger avec des personnes qui sont sincères, dignes de confiance, honnêtes, et qui mettent en pratique ce qu'elles disent? Des personnes qui tiennent leurs engagements, et qui gardent pour elles vos confidences intimes ?

    Moi, personnellement, j'aime beaucoup avoir pour amis, travailler ou faire du business avec ce genre de personne, parce que je sais que je peux leur faire confiance.

    Evidemment, nul n'est parfait, et même une personne intègre peut faire un faux-pas quelquefois, mais en ce qui me concerne, je me sens confiant auprès de ces êtres de bonne composition, intègres, et qui vivent une vie ancrée sur des principes qu'ils garderont même en période d'épreuves.

    Il y a quelque temps, quelqu'un qui espérait que je l'engagerais pour un travail de réparation m'a expliqué qu'il y avait deux façons d'exécuter celui-ci : l'une avec un résultat garantissant la sécurité, l'autre produirait une bonne apparence, mais pourrait provoquer un accident occasionnel.

    Il m'a dit que si je choisissais la sécurité, il serait heureux d'accomplir ce travail, sinon je devrais trouver quelqu'un d'autre pour le faire. Il avait besoin de ce job, mais il m'a bien fait comprendre qu'il avait des principes avec lesquels il ne tergiverserait pas. Je l'ai engagé sur-le-champ. Son intégrité comptait plus pour lui que le travail ou l'argent ; elle n'était pas à vendre.

    L'intégrité signifie que vous possédez une valeur morale ferme, qui est à la base de toutes vos actions. Pour des chrétiens, cette valeur de base se trouve dans la Bible.

    Si on est un Chrétien, on sait que Dieu s'est révélé lui-même à nous, et qu'Il nous a dévoilé ses caractéristiques et sa nature. Ainsi, nous connaissons ce qui est important à ses yeux, et nous essayons de vivre nos vies de manière à renvoyer ce qui, d'après ses dires, compte pour Lui. Nous croyons en ses valeurs, et nous les adoptons comme les nôtres au plus profond de nous-mêmes. Par conséquent nous travaillons à synchroniser nos valeurs intérieures avec nos actes et nos paroles de manière constante.

    Nous savons que Dieu attache de la valeur à l'intégrité: l'honnêteté, la droiture, le fait de garder la parole donnée et celui de se montrer digne de confiance.

    « O Éternel ! Qui séjournera dans ta tente ? Qui demeurera sur ta montagne sainte ? Celui qui marche dans l'intégrité, qui pratique la justice et qui dit la vérité selon son cœur »

    Lorsque notre intégrité inspirée par Dieu devient notre valeur de base, elle guide nos actes. « L'honnêteté guide les hommes droits, mais les tricheries des gens infidèles les mènent à la ruine »

    Les mots hébreux dans l'Ancien Testament qui sont  traduits par « intégrité"sont aussi parfois traduits par : "complet, droit, parfait, sans tâche, irréprochable, entier, sincère »

    Nous sommes tous des humains qui commettons des fautes, et dont nul n'est parfait. Mais en tant que croyants, nous désirons faire de notre mieux pour vivre en accord avec ces valeurs, ce qui signifie vivre dans l'intégrité. Evidemment, c'est plus facile à dire qu'à faire.

    Nous sommes tous tentés parfois d'arrondir les coins de notre moralité, d'être pas tout-à-fait honnêtes, de baser certaines de nos décisions sur ce que nous pensons être meilleurs pour nous au lieu de ce que nous savons être justes. Ça, c'est la nature humaine, le résultat de la chute de l'homme.

    Nous sommes appelés à vivre, en public comme en privé, les valeurs que nous avons choisies. Nous devrions prendre la même décision ou agir de la même façon quand personne n'est présent et quand des gens nous observent.

    L'intégrité, c'est choisir de faire ce qui est juste, pas parce que quelqu'un regarde, mais parce que nous avons pris l'engagement de le faire.

    C'est une consécration qui vient de l'intérieur, et qui n'est pas basée sur des circonstances externes. Ce qui est juste reste juste peu importe qui regarde, et ce qui est mal reste mal même si personne ne nous observe.

    Choisir de rester intègre finit toujours par payer à long terme, et le mal accompli dans le secret par nous rattraper, tôt ou tard : que ce soit par des effets visibles, ou par le dommage causé à notre âme, ou encore par  les conséquences dans nos relations avec Dieu et avec les autres.

    Tout ce qui est caché sera découvert, et tout ce qui est secret sera connu. C'est pourquoi tout ce que vous aurez dit dans l'obscurité sera entendu à la lumière du jour, et ce que vous aurez murmuré à l'oreille d'autrui dans une chambre fermée sera crié du haut des toits.

    En quoi l'intégrité est-elle importante ?

    L'intégrité est essentielle pour faire de vous une personne crédible ou digne de confiance. Elle vous affecte sur un plan personnel, professionnel, social et spirituel. Elle est au cœur de qui vous êtes vraiment. Elle définit votre nature.

    Le célèbre architecte et auteur Buckminster Fuller (1895-983)  a dit : « L'honnêteté et l'intégrité sont absolument essentielles pour votre succès dans la vie ... tous les domaines de la vie »

    Notre attitude est le résultat des choix que nous faisons. Quand nous faisons un choix basé sur nos valeurs plutôt que sur ce qui nous avantage, nous avons de l'intégrité. L'intégrité exige que nous prenions sur nous-mêmes pour prendre les bonnes décisions, celles qui sont justes plutôt que celles qui nous profiteraient le plus à ce moment-là.

    C'est comme mettre notre compas moral sur le nord réel, puis s'engager à suivre cette direction quoi qu'il arrive. Vivre dans l'intégrité, c'est mettre en pratique nos valeurs même si nous devons en souffrir. Eh oui, il y aura des moments où ça fera mal.

    Parfois vous ferez une promesse, puis les circonstances vont changer de sorte que garder votre parole deviendra difficile ou même vous coutera cher; mais vous la tiendrez quand même parce que vous aurez « fait un vœu »

    Votre « oui » doit vouloir dire oui, et votre « non », non. L'intégrité, ça signifie que vous gardez votre parole.

    Avoir de l'intégrité, c'est connaître vos valeurs morales et vous engager à vivre en fonction d'elles. Il n'y a pas d'intégrité si vos paroles ne correspondent pas à vos actes, quand vous dites une chose mais que vous en faites une autre, quand vos actes sont en violation directe de vos valeurs.

    Nos valeurs sont ce qui motive nos actes, et lorsque nous manquons d'intégrité dans notre attitude, cela indique que nos véritables valeurs pourraient ne pas être celles que nous pensons ou prétendons avoir.

    En tant que Chrétiens, nous devrions faire l'effort de mesurer nos décisions, nos choix, nos paroles et nos actes en fonction des valeurs que Dieu nous a révélées dans la Bible ; en bref, nous devons aligner nos valeurs sur les siennes.

    Faire de l'intégrité une habitude

    Si vous prenez l'engagement de vivre votre vie dans l'intégrité, ce sera plus facile pour vous de faire les bons choix lorsque ceux-ci seront difficiles. Lorsque vous avez pris la ferme décision de laisser les valeurs divines guider votre vie, vous n'avez plus autant besoin de vous battre avec votre conscience quand vous devez choisir de faire ce qui est juste ou non : ce choix aura déjà été fait largement à l'avance par votre consécration.

    Si un jour vous vous retrouvez face à une occasion de prendre ce qui ne vous appartient pas, de faire ce que vous savez que vous ne devriez pas faire, de tromper, de mentir, de dire du mal de quelqu'un, de propager des commérages, de rompre un accord, d'être infidèle à votre conjoint, etc..., alors vous aurez les tripes pour ne pas le faire, même si vous êtes tentés; parce que si vous le faisiez, vous violeriez les valeurs par lesquelles vous avez déterminées de vivre.

    L'intégrité ne vient pas naturellement; c'est quelque chose qui se développe consciemment et progressivement. On commence par prendre la décision de vivre dans l'intégrité et de s'y investir. Vous décidez de votre système de valeurs, de ce que vous défendez, et vous vous engagez à vivre par ce standard.

    Après avoir pris cet engagement, vous travaillez à affermir cette résolution. Vous serez tentés de compromettre, mais à force de faire les bons choix malgré les situations ou vous n'aurez pas envie de le faire, vous allez progressivement bâtir l'habitude d'agir en fonction de votre éthique. Votre consécration première à vos valeurs, facilitera vos choix éthiques et diminuera la tentation de compromettre avec vos convictions.

    Décider d'être une personne intègre nous place en position d'atteindre nos objectifs de manière à n'en avoir aucune honte. Quand on en vient aux choses vraiment importantes de la vie, la façon de faire est aussi importante que les buts à atteindre.

    Si nous sommes malhonnêtes, que nous profitons des autres, que nous nous approprions ce qui ne nous appartient pas, que nous agissons sans aucune éthique ou que nous faisons du mal aux autres dans le but de réussir nos ambitions, alors nous agissons avec déloyauté et déshonneur. Nous allons peut-être obtenir ce que nous voulions, mais dans le processus, nous perdrons nos valeurs, notre personnalité et notre foi.

    Les êtres humains ont la capacité de s'excuser intérieurement en se disant que le résultat en vaudra la peine, même s'il faut en passer par là ; mais si nous prenons ce chemin-là, nous nous apercevrons que notre éthique est restée derrière, que nos actes sont immoraux et que nous aurons endommagé notre relation avec les autres et avec Dieu.

    Les gens qui ont sévèrement endommagé leur vie et la vie des autres par leur manque de moralité ne se sont pas, en général, réveillés un beau matin en prenant une décision contraire à leur éthique.

    Habituellement ces décisions-là commencent petites, peut-être tôt dans la vie, à contourner la vérité, à dire un petit mensonge, à « piquer » une petite chose qui ne leur appartient pas, à tricher à un examen, ou d'autres choses qui, bien qu'elles ne soient pas justes, ne sont pas flagrantes.

    Ces « infractions mineures » ne semblaient pas si terribles, pas au point de déshonorer. Cependant, lorsqu'ils sont répétitifs, ces actes construisent une habitude qui deviendra difficile à briser. Pour ces personnes, leurs standards moraux ont été abaissés, et ce qu'ils considéraient comme honnête et comme leur éthique est devenue floue.

    En s'engageant sur cette route, ça devient plus facile de justifier ou d'excuser  des mensonges de plus en plus gros et des actes de moins en moins éthiques. Leur conviction de vivre avec intégrité a diminué et, avec le temps, elles sont devenues des personnes déshonorables. (Nos politiciens et ceux qui nous gouvernent en sont des bons exemples !)

    Le fait de compromettre pour réaliser de « petites » infractions supporte un prix à payer, et e endommage votre âme. Si quelque chose est mal, le faire seulement un petit peu ne va pas le rendre juste. Si c'est mal, c'est mal.

    D'un autre côté, quand on crée l'habitude de faire ce qui est juste, plus on le fait et plus ça devient facile. La somme de vos décisions de chaque jour fait de vous ce que vous êtes. C'est vous qui contrôlez votre vie, et vous êtes responsables, et de vos décisions personnelles, et de leurs conséquences.

    Résister à la tentation

    Nous sommes tous tentés de faire des choses qui sont mal. La plupart d'entre nous ne penserait jamais à voler de l'argent à quelqu'un, mais nous pourrions avoir l'inclination de gaspiller une heure ou deux à notre travail si nous pouvons nous en sortir à bon compte.

    Nous sommes payés durant ce temps, et en ne travaillant pas, ce que nous faisons en vérité c'est prendre de l'argent que nous n'avons pas gagné.

    Ou bien nous pouvons prendre des articles de bureau au travail, ou quelque chose comme ça, sans nous sentir trop mal. Mais le faire sans permission, c'est voler, pur et simple.

    Afin de combattre ce genre de tentations, ça pourrait aider à visualiser vos actes sous une forme plus radicale : imaginez-vous en train de vous glisser dans le bureau du patron et de prendre l'équivalent de deux jours de paye dans son porte-monnaie. Vous ne feriez jamais cela! Pourtant, gaspiller deux heures pour lesquelles votre patron vous paye, c'est la même chose, bien que ce soit plus facile à vos yeux de le justifier.

    Une bonne règle à se rappeler  est celle-ci : si vous ne feriez pas quelque chose devant votre enfant, votre conjoint ou quelqu'un que vous aimez et respectez, alors c'est probablement quelque chose que vous ne devriez pas faire du tout. Si vous pensez que c'est mieux de faire les choses en « douce », alors il y a de bonnes chances que vous n'agissiez pas dans l'intégrité.

    Je suis souvent horrifié par les commentaires que certains postent sur l’internet. Ils s'en prennent violemment à d'autres de façon anonyme, s'exclament en tempêtant, et écrivent  des choses horribles qui sont cruelles et blessantes. Je doute qu'ils disent les mêmes choses s'ils parlaient face à face avec cette personne, ne serait-ce que pour ne pas prendre leur poing dans la figure (ou pire)

    Ecrire à l'abri chez eux de tels mots au vitriol, c'est pareil que faire quelque chose de mal en secret. Jamais ils ne diraient de telles choses à la face de quelqu'un, et ils ne feraient pas non plus certaines choses en public, parce qu'ils ne voudraient pas que les gens sachent qu'ils sont comme ça. Pourtant la vérité c'est que, si des gens font de telles choses, alors c'est comme ça qu'ils sont, ou qu'ils sont devenus.

    Ce qu'il ne faut pas oublier, c'est que quand nous sommes environnés de personnes qui n'agissent pas avec intégrité, cela peut influencer notre attitude et notre morale. Leur exemple d'immoralité pourrait nous induire à agir de la même manière.

    Bien sûr, passer du temps avec des gens dont la morale est inférieure à la vôtre ne veut pas dire forcément que vous allez automatiquement descendre à leur niveau, mais, dans un tel milieu, ça peut devenir plus difficile pour vous de maintenir vos standards plus  élevés.

    Il est particulièrement important de réaliser que, si vous êtes en position d'autorité ou de respectabilité,  votre intégrité, votre exemple, peuvent affecter les autres de façon soit positive, soit négative.

    Si vous êtes parent, Pasteur ou leader spirituel, enseignant, entraineur, ou une personne publique, etc. ... vous êtes un exemple pour d'autres. On vous regardera et on se modèlera d'après vous, et par conséquent, cela vous donne une responsabilité supplémentaire de  vous conduire avec intégrité.         

    Si nous agissons contrairement à la morale, si nos vies manquent d'intégrité, le message que nous partageons peut sembler dénué de vérité.

    A quoi ressemble l'intégrité ?

    L'intégrité, c'est vivre en accord avec les principes de notre morale. C'est se montrer honnête, noble, digne de confiance, fiable, honorable dans ses agissements, fidèle à garder ses promesses. C'est agir et parler avec transparence. C'est ne pas parler négativement des autres ou donner dans les commérages. Ça veut dire traiter les autres comme vous voudriez qu'on vous traite. C'est vivre une vie honorable et respectable.

    Une fois que nous avons pris l'engagement de vivre en accord avec nos valeurs morales, il est important de nous remettre en question régulièrement à leur sujet, en particulier lorsque nous devons affronter un challenge moral.

    ______________________________________________________

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Jeanne Calment, doyenne de l'humanité, serait-elle une imposture ? Son corps pourrait être exhumé pour vérification

    ************

    Jeanne Calment, doyenne de l’humanité connue pour avoir vécu jusqu’à 122 ans, serait-elle vraiment celle que l’on pensait ? Des chercheurs russes ont jeté le trouble sur ce record de longévité et avancent que la dame en question pourrait être Yvonne Calment, sa fille, qui aurait volé l’identité de sa mère en 1934 afin de ne pas payer les frais de succession.

    Voilà une théorie qui crée un sacré remous ! Et pour cause, elle remet en question un record de longévité qui faisait la fierté de la France. Officiellement, Jeanne Calment est décédée le 4 août 1997 à l’âge de 122 ans et 164 jours. Cependant, des chercheurs russes ont alerté sur le fait que la véritable Jeanne Calment serait en fait décédée en 1934. Ainsi, des scientifiques demandent aujourd’hui à ce que son corps soit exhumé afin de pratiquer des tests ADN sur la dépouille.

     

    À l’origine de la polémique se trouve un certain Yuri Deigin, directeur général d’une entreprise russe qui lutte contre le vieillissement et aussi grand passionné de généalogie. Dans une tribune publiée sur le blog Medium, qu’il intitule « J’accuse ! Pourquoi le record de longévité de Jeanne Calment pourrait être faux », il s’appuie sur les travaux de Nikolai Zak et Valeri Novosselov, des chercheurs russes qui avancent que la Jeanne Calment que tout le monde a admiré pour son record de longévité serait en fait sa fille, Yvonne.

    AFP

    Mais qui est-elle ? Officiellement, Yvonne Calment serait décédée en 1934 mais selon leur théorie, c’est bien Jeanne Calment qui est morte cette année-là et Yvonne, alors âgée de 23 ans, aurait pris l’identité de sa mère afin de ne pas payer les frais de succession.

    La théorie russe prend alors plus de poids puisqu’ils ont développé 17 arguments pour appuyer leur propos. Notamment, nombreuses sont les personnes qui ont affirmé que Jeanne faisait plus jeune que son âge. Également, l’acte de décès d’Yvonne en 1934 a été ratifié par une seule personne sans diplôme médical ce qui pourrait laisser supposer à un complice.

    À gauche, une photo de Jeanne Calment jeune et à droite, une photo d'Yvonne Calment jeune. Medium @yurideigin

    Par ailleurs, certains récits de Jeanne Calment ne colleraient pas avec la réalité de l’époque comme celle avec sa rencontre avec le peintre Vincent Van Gogh en 1888 (elle avait alors 13 ans), dans le commerce familial à Arles. Enfin, l’auteur de la tribune expose également des photos de Jeanne et d’Yvonne Calment, afin de montrer les différences et ressemblances physiques au niveau du visage. En effet, selon lui, la Jeanne Calment vieille ressemble plus à la jeune Yvonne Calment qu’à la jeune Jeanne Calment.

    Forcément, les zones d’ombres sont pléthores dans cette affaire et le doute est désormais permis. À tel point qu’une demande d’exhumation du corps a été lancée pour vérifier réellement qui se cache dans la tombe de Jeanne Calment.

    La jeune Yvonne Calment à gauche, et la vieille Jeanne Calment à droite. Medium @yurideigin

    De son côté, Le Parisien rappelle qu’un commissaire contrôleur au ministère des Finances au début des années 90 avait déjà partagé ses doutes lors de la mise en place du dossier : « L’assurance nous a fait part de ses doutes sur la véracité de l’histoire de Jeanne Calment. Mais dans mes souvenirs, elle n’avait monté un énorme dossier la concernant » admet-il avant d’ajouter que : « Disons qu’on a vu passer le dossier et qu’on a fermé les yeux. Je n’ai pas le souvenir d’ordre particulier, mais ni nous, ni l’assurance n’avons donné suite à cette histoire. Elle a donc continué de payer sans faire d’histoire ».

    Si certains pensent que la théorie russe est fondée et que l’exhumation du corps sera indispensable, d’autres refusent d’y croire comme Jean-Marie Robine, chercheur à l’origine de la validation de l’âge de Jeanne Calment : « Je garde la conviction que la personne que j’ai vue est bien Jeanne Calment qui était née en 1875. J’ai une certaine expérience des centenaires, j’en ai rencontré des centaines. Ce sont des gens un peu différents des autres qui vieillissent plus lentement. À 70 ans, ils en paraissent 40 » soutient-il.

    Ce qu’il veut mettre en évidence surtout, c’est qu’à l’époque de la validation de l’âge, ils sont travaillé sans relâches pour ne commettre aucune erreur : « On a mis les petits plats dans les grands pour travailler sur elle à l’époque. On n’a jamais fait autant pour prouver l’âge d’une personne. On n’a jamais rien trouvé qui nous permettait d’émettre le moindre soupçon sur son âge. On a eu accès à des informations qu’elle seule pouvait connaître, comme le nom de ses professeurs de mathématiques ou de bonnes passées par l’immeuble. Soit elle ne se souvenait plus, soit elle a répondu juste. Sa fille n’aurait pas pu savoir ça ».

    De plus, il s’appuie aussi sur le contexte historique de l’époque, dans l’entre-deux-guerres. Les Calment étaient des notables d’Arles, fréquentant la haute société de la ville : « Vous imaginez le nombre de personnes qui auraient menti? Du jour au lendemain, Fernand Calment aurait fait passer sa fille pour son épouse et tout le monde aurait gardé le silence ? C’est abracadabrantesque ! » s’insurge-t-il.

    Il n’empêche qu’aujourd’hui, l’identité de la véritable Jeanne Calment fait plus que jamais débat et qu’une exhumation pour connaître la vérité ne serait pas de trop pour clore l’affaire.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La commercialisation de viandes d'autruche, de kangourou et de zèbre suscite la polémique en ces fêtes de fin d'année

    ***********

    La vente de viandes d’autruche, de bison, de kangourou mais aussi de lama ou encore de zèbre est fortement dénoncée depuis quelques jours sur internet.

     

    C’est la controverse du réveillon ! La vente de pavés de zèbre, d’autruche, de lama ou encore de kangourous dans certains supermarchés, à l’occasion des fêtes de fin d’année, suscite la polémique sur les réseaux sociaux.

     

    « Un très mauvais signal envoyé aux consommateurs »

     

    De nombreux internautes se sont ainsi offusqués de voir certaines grandes enseignes, telles que Carrefour, Auchan, ou encore Intermarché, commercialiser des « viandes exotiques ». Certains n’hésitant pas à interpeller directement les grandes surfaces incriminées sur Twitter, photos à l’appui.

     

     

    Parmi eux se trouve notamment l’humoriste Rémi Gaillard. Militant très engagé dans la cause animale, ce dernier a en effet dénoncé la vente de viande de zèbre, remerciant ironiquement la marque Carrefour d’en proposer dans ses rayons « car on en trouve de moins en moins dans la nature ».

     

    De son côté, l’association « 30 millions d’amis » rappelle que deux des trois espèces de zèbres « sont particulièrement en péril » et que la population de l’espèce la plus répandue décline « dans 10 pays sur 17».

     

    La viande de zèbre proposée dans les enseignes françaises est importée depuis l’Afrique du sud, pays où l’élevage est autorisé car la population de l’animal y est stable. La viande de kangourou provient, elle, d’Australie où le marsupial est chassé car considéré comme étant un nuisible en surpopulation.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • 2018, année record pour le pèlerinage de Compostelle

    2018, année record pour le pèlerinage de Compostelle

    C'est un record. Près de 328.000 personnes sont venues du monde entier se recueillir auprès du tombeau de saint Jacques, à Compostelle, en 2018. C'est 25% de plus que l'an dernier.

    Selon le Bureau international d’accueil des pèlerins à Saint-Jacques-de-Compostelle, en Espagne, 327.382 certificats d’accomplissement du pèlerinage à pied ont été délivrés entre le 1er janvier 2018 et Noël. Soit 26.316 pèlerins de plus qu’en 2017. En évaluant à plus de 400 les certificats qui seront encore délivrés dans la dernière semaine de l’année, le nombre de pèlerins de cette année approchera certainement les 328.000.

     C’est de France que viennent la majorité des pèlerins, puisque 57% des pèlerins auront emprunté le chemin français pour rejoindre le chemin des Étoiles jusqu’à Compostelle, selon l’agence spécialisée Santiagoways. La route portugaise, quant à elle, a été pratiquée par 21% des pèlerins. Au total, près de 78% de marcheurs provenaient de ces deux itinéraires.

    Ces dernières années le pèlerinage de Saint Jacques connaît un regain de popularité aussi spectaculaire. Dans les années 1970, ce haut lieu de pèlerinage était oublié des pèlerins, comme en témoigne le nombre de certificats délivrés. Rares en effet étaient ceux qui demandaient ce certificat, qui ne peut être obtenu qu’en présentant un carnet de pèlerin où le tampon de chaque étape a été correctement imprimé. L’année 1972 compte ainsi 67 modestes certificats ! Ils ne sont que 243 quatre ans plus tard, à peine 2.000 en 1982. C’est en 1999 qu’une première augmentation importante est enregistrée : les certificats attestent alors de 154.000 pèlerins, pour atteindre en 2010 le nombre de 272.000.

    La fréquentation déjà exceptionnelle pourrait être encore boostée lors de la prochaine Année Sainte compostellane, année où la Saint-Jacques (25 juillet) tombe un dimanche. Ce sera en 2021.

    Le grand pèlerinage de la Chrétienté médiévale

    Le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle est l’un des trois grands pèlerinages de la Chrétienté. Son but est d’atteindre le tombeau de l’apôtre saint Jacques, frère de saint Jean l’Évangéliste, situé dans la crypte de la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle. C’est un chemin semé de nombreuses démonstrations de ferveur, de pénitence, d’hospitalité, d’art et de culture. Ses différents parcours dans plusieurs pays, jalonnés de paysages magnifiques comme d’édifices religieux admirables, ont été ceux des bâtisseurs des cathédrales, des abbayes et des sanctuaires de l’Europe chrétienne. Le pèlerin qui chemine vers Saint Jacques, situé en Galice, redécouvre alors les racines spirituelles de l’Occident.

    C’est au début du IXe siècle, à la découverte des reliques de Saint Jacques le Majeur (que l’on connaît aussi sous le nom de Jacques de Zébédée), que renaît la tradition d’un pèlerinage qui existait déjà dans l’antiquité. À partir du XIe siècle le pèlerinage de Compostelle devient le grand pèlerinage de la Chrétienté médiévale. Mais c’est seulement en 1492, sous le règne de Ferdinand d’Aragon, que le pape Alexandre VI déclare officiellement le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle comme l’un des « trois grands pèlerinages de la Chrétienté », avec ceux de Jérusalem et de Rome.

    Patrick :

    C’est un besoin de retour à la spiritualité qui manque tellement dans notre société (Ici, je ne parle pas de black magie, Voodoo, Ouija, etc…), mais un besoin de revenir à la source, au repos de l’âme, au partage de vrais croyants, un renouvellement de la foi, donner un sens à sa vie !

    Que l’on soit croyant ou pas, ce voyage ou ce pèlerinage sur les routes de Compostelle est une profonde démarche pour ceux qui l’entreprennent ; c’est donner un sens à sa vie.

    Ce record est vraiment significatif, une bonne jauge édifiante que la foi n’est pas morte, mais bien au contraire, elle appelle les gens à un retour aux vraies valeurs.

    2018, année record pour le pèlerinage de Compostelle

    Pour éviter la prison, il accepte de faire les chemins de Compostelle

     

    Un tribunal italien à Venise s’est abstenu de prononcer la condamnation d’un jeune accusé. La cause de cette clémence ? Le jeune homme a accepté de faire un pèlerinage de pénitence à Saint-Jacques de Compostelle.

    Âgé de 22 ans, un jeune italien avait été arrêté après avoir commis quelques délits sous l’effet de drogues. Fait rare voire unique, le juge n’a pas envoyé ce jeune homme derrière les barreaux… « Au lieu de t’envoyer en prison, je préfère que tu ailles en pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle », a proposé le juge de Venise au jeune délinquant, quelques mois avant qu’il ne comparaisse devant un tribunal. L’accusé a accepté et a pris la route. Résultat : parce qu’il a effectué un pèlerinage à pied de 1.500 kilomètres au sanctuaire espagnol de Saint-Jacques de Compostelle, le juge a considéré que le jeune homme avait fidèlement appliqué une peine de réinsertion originale et unique. Une étonnante histoire de réinsertion et de cheminement personnel.

    Le pèlerinage ou la prison

    On sait peu de choses sur le jeune pénitent. Originaire d’Afrique du Nord et de nationalité italienne, le jeune homme vient d’une famille défavorisée. Rapidement, il tombe dans l’addiction à la drogue. Il multiplie très tôt les soucis avec la justice. Quand il comparaît une nouvelle fois pour une affaire plus grave que les autres, le juge a l’idée de le confier à Lunghi Cammini (longues marches, ndlr), une association italienne fraîchement créée à Mestre (Nord de l’Italie) et qui propose aux jeunes en difficulté la marche comme moyen de réinsertion sociale.

    Dans un premier temps, le jeune homme a dû suivre un stage d’adaptation à l’univers du travail professionnel. Il a également effectué différentes tâches bénévoles au sein de l’association, avec des résultats probants. Au bout de quelques mois, en collaboration avec le département d’assistance sociale du Tribunal de Venise, l’association décide de lui préparer un programme spécial pour qu’il puisse purger sa peine d’une manière inattendue.

    Une marche éducative

    Suivant les conseils de Lunghi Cammini, le juge lui propose donc le pèlerinage en lui imposant des conditions bien précisées. Le jeune homme  doit s’engager à faire tout le chemin à pied. Il lui est interdit de consommer drogue, alcool et tabac. De même, il s’engage à n’utiliser son portable en aucun cas. Si l’une de ces conditions n’est pas respectée, le jeune condamné sera renvoyé immédiatement derrière les barreaux.

    Le contrat dans la poche, le condamné pénitent est parti accompagné d’un « ange gardien », Fabrizio, un professeur retraité bénévole de 68 ans. C’est lui qui a été chargé de témoigner du bon respect de l’exécution de la peine selon les conditions requises. Les deux pèlerins ont eu un budget de 40 euros par jour pour se nourrir, se loger et cheminer tout le long des 1.500 kilomètres à parcourir.

    Entre dispute et prière

    Et le chemin n’a pas toujours été aisé. Le jeune homme s’est mis régulièrement en colère et a connu de nombreux moments de doute. Le long du chemin, le temps a égrené les disputes et les prières. Peu à peu, un lien plus fort s’est finalement créé entre les deux hommes. Surmontant de nombreux moments de découragement, ils sont finalement parvenus à Saint Jacques de Compostelle. À leur retour à Venise, ils ont témoigné chacun du cheminement bouleversant qu’ils ont vécu et de l’amitié qui est née entre eux.

    Fabrizio a ainsi décrit un pèlerinage qui a été pour lui un véritable « apprentissage d’ouverture, de compréhension et d’acceptation de l’autre » Quant au jeune condamné, la marche lui a permis de « réfléchir sur sa vie » Il a exprimé son immense gratitude envers Fabrizio : « Sa présence était pour moi comme une épine qui me piquait en permanence. Mais c’était une épine douloureuse et bonne à la fois : elle m’a montré une vraie vie et les vraies valeurs. En plus j’ai trouvé un grand père ! »

    Pour Isabella Zuliani, directrice de l’association, ces marches de réinsertion sont une solution qui permet d’éviter les risques liés à l’emprisonnement. Leur force : être marquées par la difficulté et le renoncement. C’est, selon elle, un excellent moyen d’aider les jeunes à trouver le bon chemin dans leur vie.

    Patrick :

    Un grand bravo pour cette initiative du juge et pour cet ange gardien, Fabrizio, professeur retraité bénévole de 68 ans. Une bien meilleure méthode à essayé sur ces jeunes rejetés de la société.

    Je crois vraiment que cette expérience va vraiment aider ce jeune à reprendre goût à la vie et l’encourager à faire quelque chose de positif envers les autres.

    N’oublions jamais, que personne n’est trop mauvais pour Jésus , et qu’il y a toujours de l’espoir pour un cœur repentant de changer !

    2018, année record pour le pèlerinage de Compostelle

    Des milliers de jeunes européens se retrouvent à Madrid pour prier

    Cette année, c'est la ville de Madrid (Espagne) qui a été choisie pour accueillir la traditionnelle rencontre européenne de fin d'année organisée par la communauté de Taizé.

    C’est le plus grand rassemblement de jeunes en Europe chaque année. Les 41es rencontres européennes de Taizé s’ouvrent ce vendredi, à Madrid. En 2017, ce rendez-vous annuel avait attiré quelque 20.000 jeunes venus des quatre coins du continent à Bâle, en Suisse. Cette année, ils sont 15.000 à être attendus pour prier, partager et prendre le temps de rencontrer des jeunes d’autres cultures, tout en faisant une expérience de fraternité. Alors que les derniers rassemblements s’étaient tenus dans des villes du nord de l’Europe, c’est cette fois-ci une capitale du sud de l’Europe qui a été choisie.

    La différence : un « chemin de communion »

    Les jeunes seront accueillis au sein des familles. Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Pape, s’est adressé à eux au nom du Saint-Père, les encourageant à « s’enrichir des différences des autres » et à « faire fructifier » leurs « propres talents pour devenir des bâtisseurs de ponts entre les Églises, les religions et les peuples » Avant d’ajouter : « Le Pape demande aussi à l’Esprit saint de vous aider, jeunes protestants, catholiques et orthodoxes, à grandir dans la confiance en Dieu qui vous accueille et vous aime tels que vous êtes et qui vous appelle à accueillir la différence comme un chemin de communion »

    Fondée dans les années 1940 par frère Roger Schutz, la communauté de Taizé rassemble une centaine de frères catholiques et protestants, issus de près de trente nations. Au cours des années, elle a accueilli de nombreux jeunes originaires de différents continents. Elle a une vocation œcuménique. Chaque année, en plus de la rencontre européenne qui se tient pendant la période de Noël, a lieu une rencontre internationale, en Amérique Latine, en Afrique ou en Asie. Du 8 au 12 août 2018, quelques 15.000 jeunes venus du monde entier se sont ainsi retrouvés à Hong Kong (Chine)

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  La « Vérité »...  La « Vérité » dans le TLFI (extraits)  Quelques proverbes

    ******

      De la même manière qu'un certain nombre d'autres mots courants, le mot « vérité » est utilisé à tout va sans que bien souvent on n'en connaisse le sens exact.

    Plus exactement il semble que l'on ai de certains mots qu'une connaissance intuitive (non précise, non « consciente »). 
    Qu’est-ce donc exactement que la (ou une) vérité ? 

    La Vérité

    C’est une idée, une hypothèse, un élément de connaissance, ou encore une affirmation ou un discours « vrai ».

    Le « vrai » étant le caractère de conformité de la représentation mentale (hypothèses, idée, connaissance…)

    Ou de son expression (autres représentations, discours, affirmations), avec la réalité correspondante (dans le TLFI).

    Qui est conforme à la réalité, à la vérité ou qui lui correspond.). Du point de vue le plus général, une vérité est donc une représentation mentale, une représentation (autre) ou une expression, conforme à la réalité.

    Les définitions des différents dictionnaires corroborent cela: [C’est] Ce à quoi l'esprit peut et doit donner son assentiment (par suite d'un rapport de conformité...

    Avec l'objet de pensée, d'une cohérence interne de pensée)'' […]. ''Connaissance conforme au réel; […] V. Lucidité, […] (Petit Robert 1981).

    [C'est l’] adéquation entre la réalité et l'homme qui la pense (Petit Larousse 1998).

    Connaissance reconnue comme juste, comme conforme à son objet et possédant à ce titre une valeur absolue, ultime. […]

    Conformité de la pensée ou de son expression avec son objet. […] (TLFI) 

    Le concept de « vérité » est équivalent à ceux d’« objectivité » (TLFI, sens courant : […]

    Qualité de ce qui donne une représentation fidèle de la chose observée […]) et d’« exactitude » (entre autres […] Conformité au vrai, au réel. […])

    Le Langage

    Mais il s'agit ici de définitions: un mot est un élément de langage, un signe possédant en principe un sens conventionnel connu de tous.

    L’ensemble des signes forme ce langage qui nous permet de communiquer des idées et des informations. Ces signes sont des créations humaines, d’où cet autre appellation de « concept ».

    On peut ainsi comprendre que les concepts ne trouvent pas (forcément) leur correspondance rigoureusement semblable dans le réel.

    Ce serait comme des représentations idéalisées, approximatives, ou encore générales... 

    Vérité Absolue & Relative

    Ainsi le concept de « vérité » se résumant à la conformité de l’idée ou de l’affirmation à la part de réalité concernée (son « objet »), peut-il être considéré comme « existant réellement »?

    Autrement dit, une idée ou une affirmation peut-elle être en totale conformité avec la réalité (?), cette réalité, ou une « part de cette réalité » étant infiniment complexe.

    Ou encore, la Vérité peut-elle être « absolue » (comme le concept lui-même) ?

    Mon opinion est que l'on peut considérer deux sortes d’idées, ou d'affirmations...

    - Les idées ou les affirmations décrivant les choses de manière approximative et très générale.

    Par exemple; si nous disons que « la Terre est ronde », par opposition à l’idée ou à l’affirmation « la Terre est un disque plat », nous avons dans ce cas et aujourd’hui la certitude que la première affirmation est bien. «

    La » « Vérité » (« Absolue »).

    Mais nous ne prétendons pas rentrer dans les détails, nous ne nous préoccupons pas de la forme exacte...

    Ni de savoir ou exprimer si celle-ci peut-être par exemple variable avec le temps.

    Les idées ou les affirmations tentant de rendre comptes des choses de manière précise.

    Ici, nous devons être conscient de l'infinie complexité de la réalité: toute analyse, description, hypothèse...

    Ne saisit jamais, ou ne tient jamais compte de la totalité de cette réalité infinie.

    Ainsi, et dans le principe, une vérité ne peut-être à tout moment qu’approchée.

    Et en cherchant à connaître et comprendre toujours mieux, nous ne faisons qu’approcher toujours plus près...

    De ce concept de vérité (donc « absolue ») mais sans jamais l’atteindre vraiment (dans la mesure ou naturellement nous n'allons pas résolument dans une direction erronée).

    D’où ce concept de « vérité relative » induit par les découvertes du savant Albert Einstein.

    Mais cette notion est bien souvent comprise de manière totalement fausse.

    Pour certains d'entre nous cela signifierait que pour une seule et même chose il existerait plusieurs vérités, voir même une vérité pour chacun.

    Absurdité due à une totale incompréhension du concept lui-même... 

    GG

    La Vérité dans le TLFI (Trésor de la langue Française Informatisé

    http://atilf.atilf.fr/tlf.htm)

    I. A. 1. [D'un point de vue abstr.] 
    a) "a") PHILOSOPHIE

    Connaissance reconnue comme juste, comme conforme à son objet et possédant à ce titre une valeur absolue, ultime.

    Progresser dans la vérité; critérium de la vérité; disciple, serviteur de la vérité; (prétendre, croire) détenir, posséder la vérité.

    La vérité ne vaut jamais que par l'unité totale de son expression, tandis que les objections et les hérésies ont toujours la facilité de s'attaquer au détail (BLONDEL, Action, 1893, p. 238). 
    [...]
    "b") Norme, principe de rectitude, de sagesse considéré(e) comme un idéal dans l'ordre de la pensée ou de l'action.

    Flambeau de la vérité; règne, triomphe de la vérité; commettre une faute, un crime contre la vérité; rendre hommage à la vérité.

    La Justice et la Vérité, même méconnues de tout un peuple, resteront la Justice et la Vérité, c'est-à-dire des choses supérieures aux aberrations d'un jour (CLEMENCEAU, Vers réparation, 1899, p. 115).

    La recherche de la vérité doit être le but de notre activité; c'est la seule fin qui soit digne d'elle (H. POINCARÉ, Valeur sc. , 1905, p. 1). 
    [...]
    "c") THÉOL. (Éternelle) vérité. La seule vérité absolue, inaltérable, fiable, parce que donnée par Dieu.

    Quand le génie disparoît, un désespoir profond s'empare de Faust et il veut s'empoisonner.

    " Moi, dit-il, l'image de la divinité, je me croyois si près de goûter l'éternelle vérité dans tout l'éclat de sa lumière céleste! " (STAËL, Allemagne, t. 3, 1810, p. 77).

    Sans visage est la vérité. Lui ayant prêté le nôtre, nous l'avons rendu périssable. " De la divine Vérité, nous ne pouvions faire qu'une vérité humaine.

    Ainsi, du même coup, nous la livrions à la mort ", avait-il écrit (E. JABÈS, Le Livre du Dialogue , 1984, p. 100). 
    [...]
    b) LOG. Vérité (logique). Conformité de la pensée ou de son expression avec son objet.

    La définition traditionnelle de la vérité la tient pour copiée sur son objet. Elle serait l'adéquation de l'intellect à la chose (...).

    Cette définition n'est simple qu'en apparence; car toute la question est de savoir en quoi consiste l'objet (H. DREYFUS-LE FOYER, Traité de philos. gén., 1965, p. 151). 
    [...]
    II. Chose réelle, visible. Synon. réalité. La mantille espagnole est donc une vérité; j'avais pensé qu'elle n'existait plus que dans les romances de M. Crevel de Charlemagne (GAUTIER, Tra los montes, 1843, p. 91).

    Nous sentons le gros mal de Jofroi. Nous savons que c'est une vérité, ce mal; au vu et au su de tout comme le soleil ou la lune, et nous faisons les fanfarons (GIONO, Solit. pitié, 1932, p. 135).
    [...]

    Conclusion

    Devrions-nous être prêts à mourir pour des vérités comme «2+2=4» ou «Je viens de me gifler cinq fois» ?

    Ce n'est pas de cela dont je parle. Ce que je dis, c'est que la vérité existe, et que nous pouvons la connaître.

    Cela étant établi, nous pouvons ensuite chercher la vérité à propos de questions plus importantes !

     

    Proverbes Concernant La Vérité

    Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire...
    La vérité sort de la bouche des enfants...
    La vérité finit toujours par se savoir...
    Trop de paroles noient la vérité(Proverbe anglais)...
    Il n'y a que la vérité qui blesse...
    La vérité est dans le vin....

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique