• Histoires vraies N°83 - Une belle histoire qui finit bien !

     

    Histoires vraies N°83 - Une belle histoire qui finit bien !

    Une belle histoire qui finit bien !

    Elle accueille une sans-abri et mobilise un Président: une incroyable histoire à Moscou

    Après quatre ans de vie sans papiers, cette habitante de Transnistrie coincée en Russie n’était plus qu’un fantôme: victime de la politique, sans-abris, elle vagabondait dans les rues de Moscou jusqu’à ce qu’une rencontre ne fasse tout basculer. Un grand cœur humain, la magie de Facebook et le Président moldave en personne cherchent à l’aider.

    L'histoire de Tatiana Novikova, originaire de Transnistrie, cette république russophone autoproclamée coincée entre la Moldavie et l'Ukraine, ressemble à un conte fée où se mélangent l'indifférence, la politique, mais surtout la compassion.

    C'est la moscovite Natalia Tchevalkova qui a révélé sur Facebook le chemin parcouru par Tatiana.

    «Il y a une semaine, j'ai vu une femme propre sur soi assise sur un parapet face au bâtiment du ministère russe des Affaires étrangères, ce qui est très symbolique dans cette histoire. Mais je suis passée à côté», écrit Natalia sur le réseau social.

    «Hier, je l'ai vue à nouveau, enveloppée dans ses vêtements, elle frissonnait de froid», poursuit la femme. Cette fois-ci, la moscovite n'a pu rester indifférente et a invité la sans-abri chez elle, balayant ses craintes.

    Il s'est avéré que Tatiana était venue travailler en Russie il y a cinq ans. Un an plus tard, elle s'est fait voler ses papiers et c'est ainsi qu'a commencé sa longue série de malchances et sa vie de sans-abri. Le seul document qu'elle possédait désormais était une carte de migration expirée et en mauvais état, mais qui servait quand même de preuve que Tatiana Novikova n'était pas un fantôme, mais qu'elle a existé au moins jusqu'au 21 décembre 2017.

    Natalia a alors pris les choses en main et s'est mise à frapper à toutes les portes pour faire avancer la machine bureaucratique. Tout cela en vain: le Service de l'immigration et l'Ambassade moldave en Russie se renvoyaient la balle, en faisant aller et venir les deux femmes entre ces instances, sans aucun succès.

    «Le représentant de l'Ambassade moldave m'a écouté avec une attention avide, il a attendu que j'expire et m'a annoncé sur un ton particulier qu'il ne connaissait ni ce genre de passeport, ni l'État de Transnistrie, ce qui signifiait que les habitants de la Transnistrie n'existaient pas, en ajoutant "ne vous adressez plus à nous". Fin du contact», écrit Natalia.

    La diplomatie de la Transnistrie a elle aussi fait preuve d'impuissance. Invoquant l'absence de représentation à Moscou, elle a conseillé de contacter les mêmes Service de l'immigration et l'Ambassade moldave. La boucle était bouclée.

    C'est alors que Natalia a lancé un appel à l'aide sur Facebook, où la magie du réseau social a semble-t-il porté ses fruits. Parmi les plus de 5.200 «j'aime» et les 415 commentaires figure un message laconique, mais particulièrement précieux, celui laissé par le Président moldave Igor Dodon: «Je l'ai pris sous contrôle. On va essayer d'aider»

    Quant à Natalia, étonnée par l'écho qu'a eu sa publication, elle a écrit un nouveau message pour remercier ceux qui lui ont tendu la main:

    «Les miracles arrivent. Imaginez-vous, être absolument invisible pendant quatre ans pour qu'un jour tant de gens non seulement y prêtent attention, mais tentent d'aider!»

    Patrick commentaire :

    Ça, c’est le cœur de la foi, même quand tous vos sens essaient de vous prouver le contraire, vous continuez à croire, vous ne baissez pas les bras.

    Cela fait des années que je dis cela partout où je vais : accrochez-vous une minute de plus, une heure de plus, un mois de plus, une année de plus !

    Si vous croyez vraiment, Dieu va répondre à vos prières, d’une façon ou d’une autre. Il le doit et ne peut renier ce qui est écrit dans sa Parole.

    Cela me rappelle l’histoire de ce brave homme qui pendant vingt ans avait prié pour son fils. Son fils était un voyou notoire, toujours impliqué dans des mauvais coups. Pendant vingt ans, son père chaque dimanche à l’office, priait pour que son fils se convertisse et change de vie. Un jour, quelqu’un avertit le père que son fils était à l’église, qu’il avait accepté Jésus comme son sauveur, et qu’il voulait changer de vie. Mais le père eut du mal à le croire, il fallut qu’il le voit lui-même pour enfin croire à ce miracle. Une vraie réponse à la prière !

    Peut-être, si le père avait plus eu la foi que Dieu répond vraiment à la prière, il y aurait de grandes chances que la conversion de son fils se serait faite plus tôt. Mais Dieu dans sa miséricorde finit par répondre aux prières du père malgré sa faible foi.

    Il y a une très belle histoire dans la Bible au sujet de cette femme qui avait une perte de sang pendant 12 ans et aucun médecin ne pouvait la guérir :

    « Et une femme qui avait une perte de sang depuis douze ans, et qui, ayant dépensé tout son bien en médecins, n'avait pu être guérie par aucun, s'approcha par derrière (Jésus) et toucha le bord de son vêtement; et à l'instant sa perte de sang s'arrêta. Et Jésus dit: Qui est-ce qui m'a touché? Et comme tous niaient, Pierre dit, et ceux qui étaient avec lui: Maître, les foules te serrent et te pressent, et tu dis: Qui est-ce qui m'a touché? Et Jésus dit: Quelqu'un m'a touché, car je sais qu'il est sorti de moi de la puissance. Et la femme, voyant qu'elle n'était pas cachée, vint en tremblant, et, se jetant devant lui, déclara devant tout le peuple pour quelle raison elle l'avait touché, et comment elle avait été guérie instantanément. 

    Et il lui dit: Aie bon courage, ma fille; ta foi t'a guérie; va-t'en en paix »(Luc, chapitre 8)

    Il y a une très belle chose qui dit: « Dieu est toujours sur le trône et il continue de répondre à la prière »

    Alors mes amis, même si vous sentez que vous n’avez pas la foi, où que vous manquez de foi, ne baissez pas les bras ; juste de prononcer son nom « Dieu », c’est déjà le commencement de la foi !

    Il y a cette histoire du criminel qui fut crucifié à côté de Jésus,  et qui me met toujours des larmes aux yeux :

    « Et l'un des malfaiteurs qui étaient pendus l'injuriait, disant: N'es-tu pas le Christ, toi ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi. Mais l'autre, répondant, le reprit, disant: Et tu ne crains pas Dieu, toi, car tu es sous le même jugement? Et pour nous, nous y sommes justement; car nous recevons ce que méritent les choses que nous avons commises: mais celui-ci n'a rien fait qui ne se dût faire. 

    Et il disait à Jésus: Souviens-toi de moi, Seigneur, quand tu viendras dans ton royaume. Et Jésus lui dit: En vérité, je te dis: Aujourd'hui, tu seras avec moi dans le paradis » (Luc 23)

    Il crut, et Dieu le bénit pour cela ! Cela s’appelle le vrai repentir ; une chose que Dieu aime par-dessus tout ! Il y a beaucoup de gens au crépuscule de leur vie qui humblement se soumettent à lui et accepte le pardon du Christ.

    C’est pour cela que j’ai choisi ce titre pour cette histoire vraie : « Une belle histoire qui finit bien ! »

    L’histoire de votre vie, un jour prochain dans le futur, peut finir bien aussi ! Parce que Dieu vous aime et vous veut du bien !

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La littérature : est-elle si neutre ?

    **********

    La littérature : est-elle si neutre ?


    Est-ce que c’est la notoriété qui fait la valeur de l’écrit ou l’écrit qui fait la valeur de la personne qui écrit ?

    J’en suis sûr, qu’en lisant cela, cela vous donnera des poches sous les yeux, n’est-ce pas ? Sous quel critère peut-on comparer l’art et le savoir d’un homme ?

    Si vous êtes un parfait inconnu dans le domaine de la plume, il y a de grandes chances que vous soyez encadré dans un vulgaire cadre en bois, mis au rebus dans les sous-sols des oubliés et des mal aimés.

    Mais si vous êtes une de ces célébrités qui a le vent du succès dans ses voiles, alors votre cadre sera orné d’or pur, posé à la vue de tout le monde, bien en évidence dans le hall d’honneur de la réussite.

    Ce n’est pas ce que vous écrivez qui importe, mais que vous plaisiez aux yeux du monde et des lecteurs ; être reconnu, est une aventure bien hasardeuse et onéreuse, qui ne réussit pas aux timides, qui implique que vous soyez conforme à des critères bien définis de la société pour faire enfin partie de ses élites.

    Un concours par exemple, ne se gagne pas sur la vivacité de l’esprit qui l’écrit, ni sur la finesse de sa plume, mais plutôt sur la bonne humeur de ses juges, ainsi que l’envie pressante d’un public qui recherche la lettre plutôt que de l’esprit qui donne la vie.

    Toutes ces prix littéraires — je peux vous dire qu’il y en a que l’embarras du choix — sont l’orgueil d’une société, quand le monde honore les siens pour être conforme à sa propre image.

    Ici, on ne peut plus parle plus d’inspiration, parce que la vraie inspiration n’appartient à personne, ni à vous ni à moi !

    N’est-ce pas ici, la faiblesse humaine, où je devrais plutôt dire, la corruption humaine, de toujours vouloir s’attribuer la gloire ; n’est-ce pas ce péché par lequel le Diable s’est laissé piéger ?

    Donnons un mot final et finissons-en une bonne fois pour toute avec ces préliminaires; ne vous ruez pas sur un ouvrage, adulé par de belles critiques, avec un titre pompeux comme « Prix gagnant, Goncourt… »

    Parce que ce n’est pas l’inspiration divine de son auteur que vous achetez, mais sa belle couverture !

    Ecrit par Patrick Etienne

     



    Le prix Goncourt est un prix littéraire français récompensant des auteurs d'expression française, créé par le testament d'Edmond de Goncourt en 1892. La Société littéraire des Goncourt fut officiellement fondée en 1902 et le premier prix Goncourt fut proclamé le 21 décembre 1903. Ce prix annuel est décerné au début du mois de novembre par l'Académie Goncourt, après trois présélections successives, en septembre et en octobre, parmi les romans publiés dans l'année en cours. C'est le prix littéraire français le plus ancien et l'un des plus prestigieux.

    Selon une étude de GfK, les prix ayant eu le plus d'impact sur les ventes de 2005 à 2009 seraient :
    1.    Prix Goncourt (380 000 ventes moyennes par livre primé)
    2.    Prix Renaudot (220 000)
    3.    Prix Femina (155 000)
    4.    Prix Goncourt des lycéens (125 000)
    5.    Grand prix des lectrices de Elle (120 000)
    6.    Prix des maisons de la presse (100 000)
    7.    Prix Interallié (95 000)
    8.    Prix du livre Inter (60 000)
    9.    Prix des libraires (55 000)
    10.  Prix du roman Fnac (50 000)
    11.  Prix Médicis (42 000)


    Note de Patrick :
    Comme vous pouvez le remarquer vous-même, le prix pour le livre le plus lu, acheté, traduit dans le monde est mis de côté, ce qui est normal, parce que la Bible donne une pâle figure à tous ces ouvrages humains !

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La vie aux bouts des doigts

    La vie aux bouts des doigts

     

    La vie aux bouts des doigts

    Il semble de nos jours, dès qu’on parle de la nature et de sa défense, on doit être automatiquement catalogué politiquement comme un vert, ou comme un de ces écolos farfelus qui veulent construire un tunnel sur l’autoroute pour sauver une espèce d’escargot    en extinction. Sans parler de ces loups des mers sous leur bannière de Greenpeace.

    Il semble aussi, que les hommes passent leur temps d’aller d’un extrême à un autre, sans jamais trouver un juste milieu ; qu’ils ont du mal à trouver leur vraie place dans cet univers bien trop vaste pour eux. Nous assistons alors, à des dérapages, des extravagances et des bizarreries de toutes sortes dans le milieu scientifique, selon la mode du jour.

    « Retournons vers la vie primitive, disent-ils, où l’homme était plus près de la nature et en harmonie avec la terre. Préservons la vie sous quelques formes qu’elle soit. L’homme n’est, après tout, qu’une poussière d’atomes qui doit s’harmoniser avec la vie qui l’entoure »

    C’est vrai scientifiquement, qu’on retrouve les douze principaux éléments chez un être humain, dans le sol de la terre aussi. Et c’est prouvé aussi, que si nous pouvions retirer toutes les charges électromagnétiques du corps humain, celui-ci tomberait sur-le-champ, en poussière.

    Ce que confirme ce que la Bible dit : « Gen_2:7  Et l'Éternel Dieu forma l'homme, poussière du sol, et souffla dans ses narines une respiration de vie, et l'homme devint une âme vivante » « Gen_3:19  A la sueur de ton visage tu mangeras du pain, jusqu'à ce que tu retournes au sol, car c'est de lui que tu as été pris; car tu es poussière et tu retourneras à la poussière »

    La Bible dit aussi spécifiquement « Gen 1:2  Et la terre était désolation et vide», ce qui veut dire, qu’il n’y avait absolument rien — nada ! Pas juste la Terre, mais l’univers entier — La Terre n’hésitait pas, ni l’univers, puisque c’est Dieu qui a tout créé —

    Alors, que supposez-vous que Dieu a créé en premier ? Eh bien, il a créé l’atome bien sûr, plus le tableau périodique des éléments qui va avec ; puis il est passé aux molécules, etc. Et n’oublions pas une chose très importante pour que tout cela existe — il faut du temps ! Donc, il a créé le temps aussi.

    Maintenant, plus simplement, par quoi on pourrait remplacer le mot« poussière » ?, avec le mot atome bien sûr ! Quand il a créé l’homme, il a pris les douze éléments vitaux de la terre pour créer son chef-d’œuvre.« Gen_2:7  Et l'Éternel Dieu forma l'homme, poussière du sol » Il venait de créer le corps humain, et « Gen_2:7  Et Il souffla dans ses narines une respiration de vie, et l'homme devint une âme vivante »

    Mais ici, il y a une grande différence dans sa Création, Il a créé l’homme à son image ; ce qui veut dire une différence avec le reste des êtres vivants : « Gen 1:27  Et Dieu créa l'homme à son image » (pas un têtard, ni un chimpanzé, ni un gorille…)

    Est-ce que cela veut dire que Dieu ressemble physiquement à un homme ? Non, bien sûr, Dieu est le grand Esprit de tout l’univers, le grand Créateur.

    Mais ici, Il dit qu’Il a créé l’homme à sa propre image, sa ressemblance, ce qui veut dire en clair, son essence, son esprit d’amour et de jugement. Son intelligence et son pouvoir de créer. Son discernement et sa sagesse. Ce qui veut dire encore, que nous sommes comme lui, nous avons le pouvoir du choisir notre destinée.

    Donc, c’est vraiment triste quand l’homme s’abaisse au niveau d’un animal(n’est-ce pas ce que l’évolution tente d’enseigner dans l’enseignement ?)« après tout, nous ne sommes que des animaux, juste un plus intelligents ! »

    Ce qui est paradoxal ici, c’est que les hommes qui croient en cette théorie de l’évolution, qui refusent d’accepter Dieu comme leur Créateur, et qui croient que l’homme n’est qu’une forme de vie avancée, veulent être eux-mêmes des dieux vivants qui gouvernent l’univers.

     

    « Parce que, ayant connu Dieu, ils ne le glorifièrent point comme Dieu, ni ne lui rendirent grâces; mais ils devinrent vains dans leurs raisonnements, et leur cœur destitué d'intelligence fut rempli de ténèbres: (c’est ce qu’est devenu la science aujourd’hui)

    se disant sages, ils sont devenus fous, (le fou a dit dans son cœur qu’il n’y a pas de Dieu)

    et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible en la ressemblance de l'image d'un homme corruptible et d'oiseaux et de quadrupèdes et de reptiles (lafameuse théorie de l’évolution)  

    C'est pourquoi Dieu les a aussi livrés, dans les convoitises de leurs cœurs, à l'impureté, en sorte que leurs corps soient déshonorés entre eux-mêmes: (la folie qui règne dans le monde aujourd’hui)

    eux qui ont changé la vérité de Dieu en mensonge (Bravo Mr Darwin et Co), et ont honoré et servi la créature plutôt que celui qui l'a créée (Chapitre 1 aux Romains – La Bible) »

    Je crois ce que dit la Bible est plutôt limpide sur ce sujet, n’est-ce pas !

    Une chose importante que j’ai appris dans ma vie, c’est peu importe le nombre de preuves qu’on peut apporter à quelqu’un ; s’il a décidé de ne pas croire, il réfutera toutes vos preuves ! « Ne me rendez pas confus avec les faits, mon esprit est établi », ce qui veut dire en clair, vous ne me ferais pas changer d’esprit, si j’en ai décidé ainsi.

    La Bible va jusqu’à dire, même si on ressuscité quelqu’un d’entre les morts, ils ne croiraient toujours pas ! Cela me rappelle ce que les cowboys de l’ouest disaient : « On peut amener un cheval au bord de la rivière, mais on ne peut pas l’obliger à boire ! »

    Patrick Etienne

     

    Nul ne peut le mettre en doute, la science et la technologie ont fait, au cours de ces dernières décennies, des bonds de géant. Presque chaque jour, de nouveaux domaines s’ouvrent à notre connaissance. Nous envoyons des engins spatiaux dans l’univers pour en faire l’étude approfondie. Des robots sondent les profondeurs de l’océan pour y découvrir des formes de vie jusqu’à présent inconnues, ou même explorer l’épave du Titanic. Les savants s’efforcent de démêler les mystères de l’ADN et de dresser la carte du génome humain. Quoi qu’il en soit, plus nous étudions le monde où nous vivons, plus nous en découvrons l’extrême complexité. Et plus nous mesurons à quel point il dépasse notre entendement.

    Comment expliquer l’apparition d’un monde aussi merveilleux, aussi étonnant dans sa complexité ? L’univers a-t-il vu le jour il y a 20 milliards d’années, dans l’explosion d’une "énorme concentration de matière en un point minuscule, de densité et de température phénoménales", comme le postulent les partisans de la théorie du Big Bang ? La vie sur terre est-elle apparue par pure coïncidence, il y a quelques 3,4 milliards d’années ? L’homme a-t-il évolué à partir de formes de vie inférieures, comme l’enseignent les évolutionnistes ? L’explication que donne la Bible de la Création — "Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre" (Genèse 1 :1) — est-elle en désaccord avec la vraie science ?

    Keith Phillips

    « Ce qu’en disent d’éminents penseurs et savants … L’admirable système que forment le soleil, les planètes et les comètes, ne peut être que le produit de l’imagination et de l’autorité d’un être intelligent et puissant »

    Sir Isaac Newton (1642-1727), mathématicien et homme de science anglais, qui formula la loi de l’attraction universelle

     

    « La postérité se rira bien de l’absurdité de la philosophie matérialiste moderne. Plus j’étudie la nature, plus je m’étonne du Créateur »

    — Louis Pasteur (1822-1895), chimiste français, fondateur de la microbiologie moderne

     

    « Toutes les découvertes de l’homme ne semblent avoir d’autre but que de confirmer, de façon de plus en plus forte, la vérité contenue dans les Saintes Écritures »

    Sir Fredrick William Herschel (1738-1822), astronome d’origine allemande, qui découvrit la planète Uranus 

     

    « Aucune action chimique ou électrique, ni aucun procédé de cristallisation des molécules, ne peut expliquer l’origine de la vie sur terre. Nous sommes donc contraints de nous taire devant le mystère et le miracle que constitue la création des êtres vivants »

    Le Baron William Thomson Kelvin (1824-1907), mathématicien et physicien britannique qui formula la deuxième loi de la thermodynamique

     

    « Les biochimistes ne cessent de découvrir  la complexité impressionnante de la vie : à l’évidence, les chances que la vie soit apparue par accident sont si minimes qu’on peut complètement les éliminer »

    Sir Fred Hoyle (1915- ), astronome et mathématicien anglais

     

    « Si le système solaire est le résultat d’une collision accidentelle, alors la vie organique sur notre planète, ainsi que  l’évolution de l’homme dans son ensemble sont aussi des accidents. Et s’il en est ainsi, toutes nos pensées présentes sont de purs accidents — le sous-produit accidentel du mouvement des atomes. Qu’il s’agisse des pensées émanant des tenants du matérialisme, des astronomes ou de tout un chacun. Mais si leurs pensées — c’est-à-dire les pensées de matérialisme et d’astronomie — sont de purs sous-produits accidentels, pourquoi devrions-nous y prêter foi ? Je ne vois pas comment on pourrait me faire croire qu’un accident peut expliquer tous les autres accidents. Ce serait comme soutenir que la forme des vagues produites à la surface du lait quand on secoue le récipient, peut nous renseigner de façon exacte sur le procédé de fabrication du récipient et sur la raison de la secousse »

    C.S. Lewis (1898-1963), auteur et critique britannique

     

    « D’après moi, la foi commence avec la réalisation qu’une intelligence suprême est à l’origine de l’univers et a créé l’homme. Il ne m’est pas difficile d’avoir ce genre de foi, car il est incontestable que là où il y a un plan, il y a aussi une intelligence. Un univers harmonieusement organisé témoigne de la vérité de cette déclaration, la plus solennelle jamais prononcée : « Au commencement, Dieu… » »

    Dr. Arthur H. Compton (1892-1962), Prix Nobel de physique

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Allez courage marchons aussi avec nos petites pensions

     

    Allez courage marchons aussi avec nos petites pensions

    Allez courage marchons aussi avec nos petites pensions

    Allez courage marchons aussi avec nos petites pensions

     

     

     Ils marchent depuis le 8 octobre dernier! Ne les arrêtez pas, SVP ! merci

     

     Grille des salaires :

     

     Soldat : 1.400 euros pour donner sa vie.

     Gardien de la Paix : 1.600 euros pour risquer sa vie.

     Pompier professionnel : 1.800 euros pour sauver une vie.

     Instituteur : 1.600 euros pour préparer à la vie.

     Médecin : 5.000 euros pour nous maintenir en vie.

     

    Sénateur : 19.000 euros pour profiter de la vie.

     

    Ministre : 30.000 euros pour nous pourrir la vie !!!...

     

      MORALITÉ :

     Ceux qui font le plus pour nous… touchent le moins.

     NE LES ARRÊTEZ PAS…

     c'est sympa et très bien fait !!

      

    ''Transférer'' pour que l'animation continue…

       Ça marche au nombre de connections

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Un Agriculteur Avait Des Chiots Qu'il Voulait Vendre...

    Un Agriculteur Avait Des Chiots Qu'il Voulait Vendre...

     

     Il peint un panneau annonçant les 4 chiots et le cloua à un poteau sur le côté de sa cour.

    Comme il plantait le dernier clou dans le poteau il sentit qu'on tirait sur sa salopette. 

    Il regarda vers le bas et rencontra les yeux d'un petit garçon.

     "Monsieur , " dit-il, " je veux acheter un de vos chiots. "

     «Eh bien, » dit le fermier, en essuyant la sueur à l'arrière de son cou :

    "Ces chiots viennent de parents très racés et coûtent beaucoup d'argent".

     Le garçon baissa la tête un moment.

     Ensuite, fouillant profondément dans sa poche il sortit un peu de monnaie et la tendit à l'agriculteur.

    «J'ai trente-neuf centimes. Est-ce suffisant pour en acheter un ? "

    «Bien sûr» dit le fermier ..... Et il siffla .. «Ici, Dolly! " appela t-il ....

     Quittant la niche et descendant la rampe,

     Dolly courut suivie par quatre petites boules de fourrure.

    Le petit garçon pressa son visage contre le grillage. Ses yeux dansaient de joie. Comme les chiens arrivaient à la clôture le petit garçon remarqua quelque chose d'autre qui remuait à l'intérieur de la niche.

     Lentement, une autre petite boule apparut, nettement plus petite.

     En bas de la rampe, elle glissa . Ensuite, de manière un peu maladroite le petit chiot clopina vers les autres faisant de son mieux pour les rattraper ......

    «Je veux celui-là, " dit le petit garçon pointant l'avorton.

    L'agriculteur s'agenouilla à côté du petit garçon et lui dit :

    “Mon fils, tu ne veux pas ce chiot ...Il ne sera jamais capable
     de courir et de jouer avec toi comme ces autres chiens”.

     Le petit garçon recula de la clôture se baissa et commença à rouler une jambe de son pantalon.

     Ce faisant il révéla une attelle en acier des deux côtés
    de la jambe, fixée sur une chaussure spécialement conçue ...

    En regardant l'agriculteur, il dit: «Vous voyez, monsieur,
     je ne cours pas très bien moi-même non plus et il aura besoin
     de quelqu'un qui le comprend. "

    Des larmes dans les yeux, l'agriculteur se baissa et ramassa le petit chiot .....

     Le tenant délicatement, il le tendit au petit garçon.

    " Combien? " demanda le petit garçon ....

     " Rien" , répondit le paysan , "il n'y a pas de prix pour l'amour".

     " Le monde est plein de gens qui ont besoin de quelqu'un qui

     les comprenne...

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  Objet : D’ORMESSON ! A lire c’est extra!

     *********

    Que vous soyez fier comme un coq

    Fort comme un bœuf

    Têtu comme un âne

    Malin comme un singe

    Ou simplement un chaud lapin

    Vous êtes tous, un jour ou l'autre

    Devenu chèvre pour une caille aux yeux de biche

    Vous arrivez à votre premier rendez-vous fier comme un paon et frais comme un gardon

    Et là ... Pas un chat !

    Vous faites le pied de grue.

    Vous demandant si cette bécasse vous a réellement posé un lapin

    Il y a anguille sous roche

    Et pourtant le bouc émissaire qui vous a obtenu ce rancard. Latête de linotte avec qui vous êtes copain comme cochon vous l'a certifié

    Cette poule a du chien. Une vraie panthère !

    C'est sûr, vous serez un crapaud mort d'amour. Mais tout de même, elle vous traite comme un chien

    Vous êtes prêt à gueuler comme un putois

    Quand finalement la fine mouche arrive

    Bon, vous vous dites que dix minutes de retard Il n'y a pas de quoi casser trois pattes à un canard.

    Sauf que la fameuse souris, malgré son cou de cygne et sa crinière de lion, est en fait aussi plate qu'une limande.

    Myope comme une taupe.

    Elle souffle comme un phoque

    Et rit comme une baleine

    Une vraie peau de vache, quoi !

    Et vous, vous êtes fait comme un rat

    Vous roulez des yeux de merlan frit

    Vous êtes rouge comme une écrevisse

    Mais vous restez muet comme une carpe

    Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez

    Mais vous sautez du coq à l'âne

    Et finissez par noyer le poisson

    Vous avez le cafard

    L'envie vous prend de pleurer comme un veau (ou de verser des larmes de crocodile, c'est selon)

    Vous finissez par prendre le taureau par les cornes

    Et vous inventez une fièvre de cheval qui vous permet de filer comme un lièvre

    C'est pas que vous êtes une poule mouillée

    Vous ne voulez pas être le dindon de la farce

    Vous avez beau être doux comme un agneau sous vos airs d'ours mal léché

    Faut pas vous prendre pour un pigeon car vous pourriez devenir le loup dans la bergerie

    Et puis, ç'aurait servi à quoi de se regarder comme des chiens de faïence

    Après tout, revenons à nos moutons

    Vous avez maintenant une faim de loup

    L'envie de dormir comme un loir

    Et surtout vous avez d'autres chats à fouetter.

     

    Billet d'humour de Jean D'ORMESSON !!! Et hommage à la langue française

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Dommage que beaucoup de ces verbes soient tombés dans l’oubli !

    ****

    Le chien aboie quand le cheval hennit

    et que beugle le bœuf et meugle la vache,

     l'hirondelle gazouille,

    la colombe roucoule et le pinson ramage.

    Les moineaux piaillent,

    le faisan et l'oie criaillent quand le dindon glousse.

     la grenouille coasse mais le corbeau croasse et la pie jacasse.

    Et le chat comme le tigre miaule,

    l'éléphant barrit,

    l'âne braie, mais le cerf rait.

     Le mouton bêle évidemment et bourdonne l'abeille.

     La biche brame quand le loup hurle.

     

    Tu sais, bien sûr, tous ces cris-là mais sais-tu ?

    Que si le canard nasille, les canards nasillardent,

     que le bouc ou la chèvre chevrote,

    Que le hibou hulule mais que la chouette, elle, chuinte,

      que le paon braille,

     que l'aigle trompète.

     

    Sais-tu ?

     Que si la tourterelle roucoule,

     le ramier caracoule et que la bécasse croule,

     que la perdrix cacabe,

     que la cigogne craquette et que si le corbeau croasse,

    la corneille corbine et que le lapin glapit quand le lièvre vagit.

     

    Tu sais tout cela ? Bien.

    Mais sais-tu ?

    Que l'alouette grisolle,

    Tu ne le savais pas. Et, peut-être, ne sais-tu pas davantage

    que le pivert picasse.

     

    C'est excusable !

    Ou que le sanglier grommelle, que le chameau blatère

     Et que c'est à cause du chameau que l'on déblatère !

     Tu ne sais pas non plus peut-être que la huppe pupule

     Et je ne sais pas non plus si on l'appelle en Limousin la pépue parce qu'elle pupule ou parce qu'elle fait son nid avecde la chose qui pue.

     Qu'importe ! Mais c'est joli : la huppe pupule !

     Et encore sais-tu ?

     que la souris, la petite souris grise : devine ?

     La petite souris grise chicote ! Oui !

    Avoue qu'il serait dommage d'ignorer que la souris chicote et plus dommage encore de ne pas savoir, que le geai cajole !"

    Fais suivre sinon nous oublierons cette belle langue dont, finalement, nous ne savons pas grand-chose !!!... Mais on comprend mieux pourquoi l’anglais est devenu la langue internationale.

    &

    Quel régal ,! ! ! ! ! le français, c'est si simple ! ! ! !

     Belle langue française, à déguster absolument !

      Ah ! la beauté de la langue Française !

    Quelle est la différence entre une pioche, un pull et une semaine ?

    La pioche a un manche, le pull a deux manches et la semaine a dimanche.

     

    Quelle est la différence entre un internaute et son épouse dépensière

    Pendant qu'il clique, elle claque.

     

    Quelle est la différence entre les oiseaux et les banquiers suisses ?

    Les oiseaux font leurs nids et les banquiers suisses nient leurs fonds.

     

     Quelle est la différence entre le temps et l'éternité ?

     Si je prenais le temps de te l'expliquer, il faudrait une éternité pour que tu la comprennes.

     

    Quelle est la différence entre Paris, un ours blanc et Virginie ?

    Paris est métropole, l'ours blanc est maître au pôle et Virginie aimait trop Paul...

                 

    Quelle est la différence entre une girouette et un horloger ?

    La girouette montre les vents et l'horloger vend les montres.

                     

    Quelle est la différence entre un enfant qui fait des bêtises et un sapin de Noël ?

    Aucune !  Les deux se font enguirlander.

      

    Quelle est la différence entre un homme et une calculatrice ?

    On peut toujours compter sur une calculatrice.

     

    Quelle est la différence entre une poule et un chapon ?

    Une poule, cha'pond ; un chapon, cha'pond pas...

     

    Quelle est la différence entre la lettre A et le clocher de l'église ?

    La lettre A, c'est la voyelle et le clocher, c'est là qu'on sonne.

               

    Quelle est la différence entre un cendrier et une théière ?

    Le cendrier c'est pour des cendres, la théière c'est pour mon thé..

         Attends, et ce n'est pas tout !...

                                                                                                                       

    Pourquoi dit-on qu'il y a Embarras de voitures quand il y en a trop et "Embarras d' argent"quand il n' y en a pas assez ?

    Pourquoi parle-t-on des quatre coins de la Terre alors qu'elle est ronde ?

     

    Quand un homme se meurt, on dit qu'il s'éteint. Quand il est mort, on l'appelle « feu » !

         

    Pourquoi appelle-t-on « coup de grâce » le coup qui tue ?

     

    On remercie un employé quand on n'est pas content de ses services.

     

    Pourquoi dit-on d'un pauvre malheureux, ruiné et qui n'a même plus un lit dans lequel se coucher, qu'il est dans de beaux draps ?

    Et celui qui a des ennuis judiciaires dans de sales draps, même si la servante les changent tous les jours...

     

    Comment distinguer le locataire du propriétaire l orsque ces deux personnes vous disent à la fois :

    « Je viens de louer un appartement » ?        

     

    Pourquoi un bruit transpire-t-il avant d'avoir couru ?

    Pourquoi lave-t-on une injure et essuie-t-on un affront ?

     

    On passe souvent des nuits blanches  quand on a des idées noires.

    Pourquoi faut-il en mettre de l'argent de côté quand on veut en avoir devant soi  ?

       

    Pourquoi dit-on que "les avis sont partagés "lorsque vous ne partagez pas l'avis d'autres personnes.

       

    Réjouissons-nous car ce sont les meilleurs crus qui donnent les plus fortes cuites !

     

    Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Très beau texte...

     *********

    A la naissance, on monte dans le train et on commence par rencontrer nos Parents.

    On croit qu'ils voyageront toujours avec nous....

    Pourtant, à une station, nos Parents descendront du train, nous laissant seuls continuer le voyage.

    Au fur et à mesure que le temps passe, d'autres personnes montent dans le train.

    Et ils seront importants : notre famille , amis, enfants, même l'amour de notre vie.

    Beaucoup quittent  le train et laissent un vide plus ou moins grand. (des proches et des moins proches)

    D'autres seront si discrets qu'on ne réalisera pas qu'ils ont quitté leurs sièges.

    Ce voyage en train sera plein de joies, de peines, d'attentes, de bonjours, d'au-revoir et d'adieux...

    Le succès est d'avoir de bonnes relations avec tous les passagers pourvu qu'on donne le meilleur de nous-mêmes.

    On ne sait pas à quelle station nous descendrons.

    Donc vivons heureux, aimons et pardonnons.

    Il est important de le faire car lorsque, à notre tour, nous descendrons du train, nous ne devrons laisser que des beaux souvenirs à ceux qui continueront leur voyage.

    Soyons heureux avec ce que nous avons et remercions le ciel de ce voyage fantastique.

    Et aussi, MERCI d'être un(e) des passagers(ères) de mon train et de partager un bout de route avec moi ( de près ou de loin mais toujours présent (e) dans mon cœur et mes pensées )

    Et si je dois descendre à la prochaine station, je suis content(e)  d'avoir fait un bout de chemin avec toi

    Je veux dire à chaque personne qui lira ce texte que je vous remercie d’être dans ma vie et de voyager dans mon train

    Avec l'espoir que notre voyage dans ce train continuera encore un certain temps...!

    À envoyer à ceux qui vous sont chers.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Il était une fois 4 individus qu’on appelait.............

    Il était une fois 4 individus qu’on appelait...

    «  Tout le monde»- « quelqu’un »- « chacun »- « personne. »

    Il y avait un important travail à faire et on a demandé à » Tout le monde » de le faire…..

    « Tout le monde » était persuadé que »Quelqu’un » le ferait…….

    Chacun pourrait l’avoir fait, mais en réalité, personne ne le fit…..

    « Quelqu’un » se fâcha, car c’était le travail de « Tout le monde »

    »Tout le monde » pensa que « Chacun » pouvait le faire, et « Personne » ne doutait pas que « Quelqu’un » le ferait…..

    En fin de compte « Tout le monde fit des reproches à « Chacun »...

    Parce que « Personne » n’avait fait ce que « Quelqu’un » aurait pu faire.

    Moralité

    Sans vouloir le reprocher à tout le monde...

    Il serait bon que chacun fasse ce qu’il doit, sans nourrir l’espoir que quelqu’un le fera à sa place...

    Car l’expérience montre que là ou on attend quelqu’un, généralement on ne trouve personne…

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique