• La tolérance...

    La tolérance.............Sylvie Badi

    Elle commence avec soi-même,... se supporter soi-même, pas toujours facile,... mais tout s'apprend, il n'y a pas d’âge. La tolérance, c'est la paix avec soi-même. Le stress,... Il rend nerveux. Il incite à l’erreur, il favorise la critique, il est source de conflit. La tolérance,... Elle continue avec les autres,... Je, tu, il, elle, nous, vous, ils, elles, on,... Je vous aime. Jusqu’à la mort. Si la mort est aussi belle qu’une belle musique, alors oui, je suis prête à mourir aux larmes pour continuer de l'entendre au-delà de tous les sons que mon esprit peut supporter.

    BadiS © Tous droits réservés

    Extrait Tolérance dans La femme aux mille pensées- 

    Auto éditeur: https://www.bookelis.com/recherche?controller=search&orderby=position&orderway=desc&search_query=sylvie+badi&submit_search=

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les 15 Clefs De L' Amitié

     1. Faire le premier pas...
     Après tout, qu'est-ce que l'on risque ?
    Un coup de fil, une invitation à déjeuner, une proposition de sortie sont peut-être le début d'une nouvelle amitié.

     2. Doser ses exigences...
    On ne peut attendre de l'autre qu'il nous apporte tout ce dont nous avons besoin.
    Avec chacun, nous partageons des choses différentes.
    Des amis pour la conversation, pour l'art, les expositions, les courses...
    Des amis à qui on confie des épisodes de sa vie et qui vibrent pour avoir connus les mêmes.
    Ceux avec qui on peut parler divorce... ou de la mort des parents...".

     3. Ne pas être dépendant...

    Il ou elle n'est pas disponible ?
    Ce n'est pas si grave.
    Nous pouvons aller seul en balade ou inviter la voisine qui, justement, en meurt d'envie.

    4. Ne rien demander en échange... 

    L'amitié rime mal avec comptabilité.
    Ce qui fait tout son prix, c'est précisément sa gratuité : "Je te donne parce que je t'aime."
    Ce qui ne veut pas dire qu'il faut en faire trop.
    Chacun a droit à son jardin secret.

     5. Savoir écouter...
    Combien d'occasions ratées pour n'avoir pas su écouter au bon moment ?
    Les amis sont d'abord ceux qui savent se taire et être disponibles quand on en a besoin.

     6. Respecter le secret...
    Une confidence, un détail de la vie privée... l'autre nous a fait confiance.
    Savoir garder le silence est la preuve que cette confiance est méritée.

     7. Être souple...
    Une invitation qui tombe à l'heure du rendez-vous chez le coiffeur,
    une sortie au moment d'un bon film... pourquoi refuser ?
    On peut toujours s'arranger.
    À trop vouloir imposer ses propres désirs, on finit par décourager l'ami.

     8. Être là en cas de coup dur...
    C'est la première chose que nous attendons de nos amis.
    Chacun trouve, selon son caractère, la façon d'être présent et de montrer son affection.

     9. Prendre les gens comme ils sont...
    Nous avons tous nos défauts ; c'est aussi ce qui fait notre charme.
    Inutile de demander aux autres de changer...
    Les choses sont tellement plus simples quand on peut rester soi-même sans crainte d'être critiqué.

     10. Accepter les différences...
    C'est ce qui fait tout l'intérêt d'une relation.
    On n'est pas d'accord sur tout, et alors ?
    L'autre a peut-être une façon de voir les choses ou de penser la vie qui peut enrichir notre propre jugement.

     11. Ne pas juger...
    L'autre a fait une erreur ou s'est comporté d'une façon qui nous déplaît ?
    Inutile de le critiquer.
    Il vaut mieux essayer de comprendre.
    Ce qui n'empêche pas la franchise : "voilà ce que je pense, mais tu fais ce que tu veux".

     12. Se donner du temps...
    À force de multiplier les sorties et les activités, on risque de perdre de vue l'essentiel.
    Parfois, il peut être plus agréable d'en faire un peu moins
    et d'organiser de vraies occasions de partage avec les gens que l'on aime.

     13. Créer des moments conviviaux...
     Les repas entre amis, les sorties, les promenades,
     toutes les occasions sont bonnes pour vivre des situations chaleureuses et complices.

     14. Partager ce que l'on aime...
    Un livre, un disque, un film, une balade à pied, la visite d'un musée...
    l'amitié a besoin de ces "carburants" pour vivre et se développer.
    C'est aussi en faisant ensemble que l'on apprend à s'apprécier mutuellement.

     15. Faire signe...
     Un petit bonjour, une carte postale, un cadeau... sont autant de façons de dire :
    "Je pense à toi". Avec de petites attentions, on entretient l'amitié.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • "Il faut s'incliner devant tout être qu'on rencontre (Il veut dire humilité et écoute)

    "Il faut s'incliner devant tout être qu'on rencontre, parce que chaque être est unique et possède une coupe qui contient la sagesse de son expérience.

     
    Si je me place au-dessus de l'être que je rencontre, il ne peut déverser dans ma propre coupe le vin de la sagesse. Si au contraire je m'incline, sa sagesse se déverse naturellement en moi, par une sorte de loi de la gravité spirituelle.


    C'est ce que, dans le grand public, on appelle " être à l'écoute des autres ".
    C'est une attitude beaucoup plus importante qu'on ne le crois.
    Parce qu'aucun être n'arrive par hasard sur notre route.
    Chaque être, même le plus modeste et même le plus difficile, le plus mauvais, a quelque chose à nous apprendre et peut nous aider à forger notre caractère et à développer en nous le principe d'amour.
    En ce sens, chaque être est un maître pour l'autre.


    Et tant que nous avons des conflits avec une personne, tant que nous ne sommes pas en harmonie avec elle, c'est qu'elle a encore quelque chose à nous apprendre, c'est que nous devons travailler, à son contact, un aspect de notre caractère.


    Devant chaque conflit, devant chaque contrariété, que ce soit au travail ou en amour, il faut s'habituer à se poser la question:
    "Qu'est ce que cette situation, qu'est ce que cet être est venu m'apprendre?
    Pourquoi est-il sur ma route à ce moment de ma vie ?"


    Et lorsqu'on trouve la réponse, une nouvelle leçon est apprise, une nouvelle marche est gravi dans l'escalier infini de la sagesse…
    Et la difficulté, devenue inutile, disparaît instantanément.


    Mais nous ignorons cette loi pourtant simple, nous ne tenons pas compte des autres, parce que nous manquons d'humilité et que nous sommes aveuglés, comme si nous nous promenions dans la vie avec, devant nous, un miroir dans lequel nous nous contemplons stérilement et qui nous empêche de voir les autres.


    C'est pour cela que la plupart des gens sont persuadés qu'ils sont les seuls à avoir raison, que tout les autres ont tort.


    Pour cette raison, il n'y a à peu près jamais de vrai conversation, et tous les êtres restent solitaires, enfermés dans leur propre filet mental.


    Par conséquent, les guerres, petites et grandes, se perpétuent à travers les siècles.


    Parce que personne ne veut prendre le temps de marcher dans les souliers d'un autre avant de juger."

    [Marc Fisher]

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La fête de l’Action de grâce et la Tradition universelle

    La fête de l’Action de grâce et la Tradition universelle

     

     La fête de l'Action de grâce remonte à la nuit des temps. C'était la fête de la Terre-Mère: féconde, abondante, généreuse – la fête de l'automne.

     Dans presque toutes les traditions, c'est une déesse qui a donné l'aliment de base aux hommes. Dans la tradition hellène, c'est CERES, la déesse de l'agriculture qui donna le blé aux hommes. L'épi de blé est aussi l'attribut de la déesse de l'Abondance et de la Charité qui distribue à profusion les épis et toutes les nourritures qu'ils symbolisent. Il est intéressant de noter en passant que, pour les Anciens, l'abondance et la charité sont liées. Dans la grande tradition amérindienne, l’épi de maïs représente le pouvoir surnaturel qui habite la Terre-Mère d’où provient la nourriture nécessaire à la vie. Chez les Sumériens, la vigne était consacrée aux Grandes Déesses : arbre sacré, sinon divin, elle permet d’obtenir le vin, lui-même boisson des dieux.

     Le jour de l'Action de grâce

    Le jour de l’Action de grâce n’est célébré que dans six pays à travers le monde, dont les États-Unis (où le Thanksgiving's day est une fête très importante), le Canada et le Brésil. Officiellement, il a été fêté pour la première fois aux États-Unis en 1621. 

     Au menu de l’Action de grâce

    En empruntant cette fête aux Américains, nous avons emprunté le menu qui s’y rattache puisque c’est l’atocas de Cape Cod et la patate sucrée, populaire dans les États du Sud (de forme allongée et de couleur orange, la vraie patate, dit-on, car ce que nous mangeons ici c’est la pomme de terre) qui accompagnent la dinde et le jambon.

    Pourtant, l’abondance de l’automne, chez nous, ce serait plutôt du brocoli, du chou-fleur, des courges, du céleri, des carottes, des navets, des choux de Bruxelles et encore quelques tomates et concombres. Pourquoi ne pas enrichir nos menus des richesses locales?

    Et la dinde alors?

    On raconte qu’à l’occasion de la première de fête de l’Action de grâce, en 1621, 140 personnes – des Européens qui venaient s’établir en Amérique et des Indiens – ont festoyé pendant trois jours. Qu'ont-ils mangé? De la dinde... hé oui! Cet animal d'ailleurs mal nommé par Christophe Colomb qui pris l’oiseau pour une pintade...

    En fait, il existait déjà des "poulles d’Ynde" au moyen âge, mais elles désignaient des pintades, par "Ynde" il était fait référence à l’Abyssinie, où la pintade vivait à l’état sauvage. Quand Christophe Colomb débarqua au Mexique, en croyant arriver aux Indes, il y découvrit le dindon auquel s’appliqua désormais le terme de "poule d’Inde". Le mot changea donc de sens : il ne désigna plus la pintade mais le dindon, et la dinde prit place sur les tables d’Europe dès la première moité du 16e siècle!

     Aspect symbolique de la dinde

    Que la dinde soit associée à l’Action de grâce, fête de l’abondance, n’est peut-être pas un hasard, car pour les Indiens d’Amérique du Nord elle est un symbole à la fois de puissance virile et de fécondité maternelle : lorsqu’il gonfle le cou, le dindon évoque l’érection phallique et ce serait, de tous les volatiles, le plus prolifique!

     Un square dédié à l’Action de grâce

    C’est à Peter Stewart que l’on doit le Square de l’Action de grâce qui se trouve au coeur de la ville de Dallas. Il s’agit d’un site de forme triangulaire sur lequel on a érigé une tour en forme de spirale.

    À l’intérieur de la spirale, se trouvent des illustrations et des citations ayant trait à l’Action de grâce et remontant à la première célébration de cette fête en Amérique. Les gens des bureaux situés autour du Square se rendent à la tour pour prier pendant leurs journées de travail.

    Une autre manière de " rendre grâce "

    John Marks Templeton affirme que chacun d’entre nous devrait cultiver un sentiment de gratitude dans toutes les circonstances du quotidien:

    en essayant de trouver chaque jour des occasions de complimenter les gens avec qui l’on travaille;

    en étant reconnaissant du fait que le monde soit constitué de 90 % de bénédictions et de 10 % seulement de luttes et de problèmes;

    en développant ce qui en découle naturellement, soit le don, dans tous les secteurs de la vie:

    donner des conseils réfléchis et raisonnés;

    donner des remerciements;

    donner de l’attention... donner si l’on se sent seul ou si l’on s’ennuie... donner.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • "La vie véritable est faite de « maintenant ». Elle n'est pas faite d'« hier » disparus et de lendemains incertains. Ce que nous avons est comparable à l'argile dans les mains d'un sculpteur ou au morceau d'or dans celles d'un joaillier. A partir de cela, nous pouvons créer ce que nous voulons.

    En ce moment, que faisons-nous du temps que nous avons ? Pensons-nous à autre chose ? Sommes-nous en train d'élaborer des opinions sur les gens assis à nos côtés ou sur la personne qui nous parle, ou bien sommes-nous occupé à rendre notre vie parfaite, à nous enrichir, à nous élever, à nous rapprocher du divin, et à nous éveiller à l'intérieur de nous-même, nous déployant et brillant de cette lumière redécouverte ? Que sommes-nous en train de faire en ce moment ?

    Cet instant, cette idée, cette parole, ce fait, cette vérité sont la vérité la plus incroyable de la vie. La vie est faite de cet instant et de cet instant seulement, non d'« hier » morts et de lendemains à venir.

    Votre vie, à chacun d'entre vous, n'est pas même aujourd'hui, elle est cet instant. Cet instant est ce que nous avons réellement. Les autres aspects du temps sont ce que vous imaginez avoir. Les autres aspects du temps sont présents dans votre esprit en tant qu'idées et concepts et ce sont des idées extrêmement trompeuses.

    Si vous faites de cet instant tout ce qu'il doit être, il apportera une amélioration à l'instant suivant. Si vous êtes déjà enrichi par cet instant, le suivant, qui sera fondé sur lui, sera plus haut d'une nuance : chaque instant peut être une marche ascendante. Chaque instant devrait être une manifestation d'une lumière plus brillante provenant de votre être intérieur. Instant par instant, l'illumination est obtenue. Instant par instant, la réalisation est accomplie. Instant par instant, l'expérience de la libération advient de façon ultime. Instant par instant, le but suprême est réalisé."

    (Swami Chidananda)

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique