• Voici un texte très réaliste qui donne à réfléchir.

    *****

     Il est regrettable que ce texte soit anonyme, et si je le fais suivre, c'est qu'il porte à réfléchir.Beaucoup le pense dans notre génération, mais cette personne, elle, a pris la peine de le consigner par écrit...! Bravo ! 


     Je suis fatigué. J'ai 75 ans. 
    J'ai travaillé à l'école, et réussi ma carrière sans l'aide 
    de mes parents. Fils d'ouvriers, je n'en ai pas honte ! Mais je m'aperçois que tout va de travers de plus en plus chaque jour.
                 

    Les semaines de travail étaient longues. C'était comme ça ! On ne s'en plaignait pas vraiment. 
    Je n'ai pas hérité de biens substantiels.  Ma position professionnelle et sociale ne m'a pas été donnée non plus. J'ai travaillé pour tout ce que je possède. Et au soir de ma vie, je suis fatigué.  Je suis fatigué de m'entendre dire que je doive partager ce que j'ai, avec des gens qui n'ont pas mon honnêteté
     
    Fatigué de constater qu'en permanence nos gouvernements, de quelque côté qu'ils soient, me prennent de l'argent pour donner à des 
    gens trop paresseux pour travailler.
     
    Bien sûr, je veux bien aider ceux que le sort a brutalement frappés : chômage, maladie grave. Mais ce n'est pas le cas de la majorité des personnes concernées.
     
    Je suis fatigué de m'entendre rappeler combien le Québec et le Canada vont mal, par la faute bien sûr de la droite, mais aussi des socialistes (ou apparentés) millionnaires comme les Legault, Marois et son mari, Harper, CharestCouillard, etc.. 
     
    Je suis fatigué des commissions Charbonneau, parlementaires, des vérificateurs généraux qui nous donnent les noms des voleurs notoires sans pouvoir être capable de récupérer les argents volés et de les emprisonner.
     
    Je suis fatigué d’une Pauline Marois qui veut augmenter les salaires des élus pendant qu’elle-même a quitté déjà la politique avec une prime de départ et ensuite elle est revenue sans nous la rembourser.
     
    Notons que le cas est le même pour Couillard et Legault.
     
    Surveillons l’allocation de leur deuxième départ…………..
     
    Je suis fatigué qu’on augmente les impôts ainsi que les taxes et qu’ils ne coupent pas dans les dépenses.

    Fatigué de recevoir de ces leçons, qui appellent de leurs voix un Québec & Canada ouverts à tous, alors que tant d'entre eux résident à l'étranger pour ne pas payer leurs impôts au pays et à la province.

    Dans 20 ans ou 30 ans,  si on continue à les suivre comme on le fait déjà, nous aurons l'économie d'un pays sous-développé, 

    la liberté de presse de la Chine, la violence du Mexique et la même intolérance qu'en l'Iran.
               

    *Je suis fatigué du comportement hégémonique des Syndicats qui ne représentent pas grand monde, mais n'hésitent pas à paralyser tout le pays pour satisfaire des intérêts purement corporatistes, pour beaucoup hors du temps, sans aucun souci du bien de la collectivité.

    *Je suis fatigué que notre tolérance vis-à-vis 

    des autres cultures nous amène à considérer comme normal que l'Arabie Saoudite finance chez nous des mosquées, où l'on prêche la 
    haine de l'Occident, avec les subsides qu'elle 
    tire du pétrole, alors qu'elle proscrit sur son 
    sol la construction d'églises et synagogues.
    *Je suis fatigué d'entendre à longueur de 
    temps que je dois diminuer mes émissions de CO2, parce que c'est « bon pour la planète, 

    alors que la Chine inaugure deux à trois 
    centrales thermiques par semaine. 
     *Je suis fatigué d'entendre dire que notre tradition d'asile nous oblige à accepter tous les miséreux de la planète et à payer pour eux, même quand ils sont clandestins ou n'ont jamais travaillé ni cotisé un centime chez nous, et je suis encore plus fatigué de constater que nos personnages politiques, de droite comme de gauche, trouvent apparemment ça très bien puisqu'ils ne font rien pour y remédier quand ils sont au pouvoir ou approuvent quand ils sont dans l'opposition. Je suis fatigué des Québécois & Canadiens prétentieux, donneurs de leçons, égoïstes, assez lâches et finalement pas sérieux. 
     *Je suis fatigué de devoir payer des impôts fonciers largement augmentés, alors qu'on s'est privé pour payer notre maison et maintenant que l’on paye un loyer à l'Etat ! 
     
    *Je suis heureux d'avoir 75 ans. 

    Je ne verrai pas le Monde que nous préparons consciencieusement par veulerie.  Mais je plains sincèrement mes descendants.

     
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La « Vérité »...  La « Vérité » dans le TLFI (extraits)  Quelques proverbes

    ******

      De la même manière qu'un certain nombre d'autres mots courants, le mot « vérité » est utilisé à tout va sans que bien souvent on n'en connaisse le sens exact.

    Plus exactement il semble que l'on ai de certains mots qu'une connaissance intuitive (non précise, non « consciente »). 
    Qu’est-ce donc exactement que la (ou une) vérité ? 

    La Vérité

    C’est une idée, une hypothèse, un élément de connaissance, ou encore une affirmation ou un discours « vrai ».

    Le « vrai » étant le caractère de conformité de la représentation mentale (hypothèses, idée, connaissance…) ou de son expression (autres représentations, discours, affirmations), avec la réalité correspondante (dans le TLFI).

    Qui est conforme à la réalité, à la vérité ou qui lui correspond.). Du point de vue le plus général, une vérité est donc une représentation mentale, une représentation (autre) ou une expression, conforme à la réalité.

    Les définitions des différents dictionnaires corroborent cela: [C’est] Ce à quoi l'esprit peut et doit donner son assentiment (par suite d'un rapport de conformité avec l'objet de pensée, d'une cohérence interne de pensée)'' […]. ''Connaissance conforme au réel; […] V. Lucidité, […] (Petit Robert 1981).

    [C'est l’] adéquation entre la réalité et l'homme qui la pense (Petit Larousse 1998). Connaissance reconnue comme juste, comme conforme à son objet et possédant à ce titre une valeur absolue, ultime. […] Conformité de la pensée ou de son expression avec son objet. […] (TLFI) 

    Le concept de « vérité » est équivalent à ceux d’« objectivité » (TLFI, sens courant : […] Qualité de ce qui donne une représentation fidèle de la chose observée […]) et d’« exactitude » (entre autres […] Conformité au vrai, au réel. […])

    Le Langage

    Mais il s'agit ici de définitions: un mot est un élément de langage, un signe possédant en principe un sens conventionnel connu de tous.

    L’ensemble des signes forme ce langage qui nous permet de communiquer des idées et des informations. Ces signes sont des créations humaines, d’où cet autre appellation de « concept ».

    On peut ainsi comprendre que les concepts ne trouvent pas (forcément) leur correspondance rigoureusement semblable dans le réel.

    Ce serait comme des représentations idéalisées, approximatives, ou encore générales... 

    Vérité Absolue & Relative

    Ainsi le concept de « vérité » se résumant à la conformité de l’idée ou de l’affirmation à la part de réalité concernée (son « objet »), peut-il être considéré comme « existant réellement »?

    Autrement dit, une idée ou une affirmation peut-elle être en totale conformité avec la réalité (?), cette réalité, ou une « part de cette réalité » étant infiniment complexe.

    Ou encore, la Vérité peut-elle être « absolue » (comme le concept lui-même) ?

    Mon opinion est que l'on peut considérer deux sortes d’idées, ou d'affirmations...

    - Les idées ou les affirmations décrivant les choses de manière approximative et très générale.

    Par exemple; si nous disons que « la Terre est ronde », par opposition à l’idée ou à l’affirmation « la Terre est un disque plat », nous avons dans ce cas et aujourd’hui la certitude que la première affirmation est bien. «

    La » « Vérité » (« Absolue »)

    Mais nous ne prétendons pas rentrer dans les détails, nous ne nous préoccupons pas de la forme exacte...

    Ni de savoir ou exprimer si celle-ci peut-être par exemple variable avec le temps.

    Les idées ou les affirmations tentant de rendre comptes des choses de manière précise.

    Ici, nous devons être conscient de l'infinie complexité de la réalité: toute analyse, description, hypothèse...

    Ne saisit jamais, ou ne tient jamais compte de la totalité de cette réalité infinie.

    Ainsi, et dans le principe, une vérité ne peut-être à tout moment qu’approchée.

    Et en cherchant à connaître et comprendre toujours mieux, nous ne faisons qu’approcher toujours plus près...

    De ce concept de vérité (donc « absolue ») mais sans jamais l’atteindre vraiment...

    (Dans la mesure ou naturellement nous n'allons pas résolument dans une direction erronée).

    D’où ce concept de « vérité relative » induit par les découvertes du savant Albert Einstein.

    Mais cette notion est bien souvent comprise de manière totalement fausse.

    Pour certains d'entre nous cela signifierait que pour une seule et même chose il existerait plusieurs vérités, voir même une vérité pour chacun.

    Absurdité due à une totale incompréhension du concept lui-même... 

    GG

    La Vérité dans le TLFI (Trésor de la langue Française Informatisé...

    http://atilf.atilf.fr/tlf.htm)

    I. A. 1. [D'un point de vue abstr.] 
    a) "a") PHILOSOPHIE

    Connaissance reconnue comme juste, comme conforme à son objet et possédant à ce titre une valeur absolue, ultime.

    Progresser dans la vérité; critérium de la vérité; disciple, serviteur de la vérité; (prétendre, croire) détenir, posséder la vérité.

    La vérité ne vaut jamais que par l'unité totale de son expression, tandis que les objections et les hérésies ont toujours la facilité de s'attaquer au détail (BLONDEL, Action, 1893, p. 238). 

    "b") Norme, principe de rectitude, de sagesse considéré(e) comme un idéal dans l'ordre de la pensée ou de l'action.

    Flambeau de la vérité; règne, triomphe de la vérité; commettre une faute, un crime contre la vérité; rendre hommage à la vérité.

    La Justice et la Vérité, même méconnues de tout un peuple, resteront la Justice et la Vérité, c'est-à-dire des choses supérieures aux aberrations d'un jour (CLEMENCEAU, Vers réparation, 1899, p. 115).

    La recherche de la vérité doit être le but de notre activité; c'est la seule fin qui soit digne d'elle (H. POINCARÉ, Valeur sc. , 1905, p. 1).

    "c") THÉOL. (Éternelle) vérité. La seule vérité absolue, inaltérable, fiable, parce que donnée par Dieu.

    Quand le génie disparoît, un désespoir profond s'empare de Faust et il veut s'empoisonner.

    " Moi, dit-il, l'image de la divinité, je me croyois si près de goûter l'éternelle vérité dans tout l'éclat de sa lumière céleste! " (STAËL, Allemagne, t. 3, 1810, p. 77).

    Sans visage est la vérité. Lui ayant prêté le nôtre, nous l'avons rendu périssable. " De la divine Vérité, nous ne pouvions faire qu'une vérité humaine.

    Ainsi, du même coup, nous la livrions à la mort ", avait-il écrit (E. JABÈS, Le Livre du Dialogue , 1984, p. 100). 

    b) LOG. Vérité (logique). Conformité de la pensée ou de son expression avec son objet.

    La définition traditionnelle de la vérité la tient pour copiée sur son objet. Elle serait l'adéquation de l'intellect à la chose (...).

    Cette définition n'est simple qu'en apparence; car toute la question est de savoir en quoi consiste l'objet (H. DREYFUS-LE FOYER, Traité de philos. gén., 1965, p. 151). 

    II. Chose réelle, visible. Synon. réalité. La mantille espagnole est donc une vérité; j'avais pensé qu'elle n'existait plus que dans les romances de M. Crevel de Charlemagne (GAUTIER, Tra los montes, 1843, p. 91).

    Nous sentons le gros mal de Jofroi. Nous savons que c'est une vérité, ce mal; au vu et au su de tout comme le soleil ou la lune, et nous faisons les fanfarons (GIONO, Solit. pitié, 1932, p. 135).

    Conclusion

    Devrions-nous être prêts à mourir pour des vérités comme «2+2=4» ou «Je viens de me gifler cinq fois» ?

    Ce n'est pas de cela dont je parle. Ce que je dis, c'est que la vérité existe, et que nous pouvons la connaître.

    Cela étant établi, nous pouvons ensuite chercher la vérité à propos de questions plus importantes !

    Proverbes Concernant La Vérité

    Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire...
    La vérité sort de la bouche des enfants...
    La vérité finit toujours par se savoir...
    Trop de paroles noient la vérité(Proverbe anglais)...
    Il n'y a que la vérité qui blesse...
    La vérité est dans le vin....

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Google Bookmarks

    votre commentaire
  •   Théorie de Cicéron.  

    **********

    « Les finances publiques doivent être saines,  Le budget doit être équilibré,  La dette publique doit être réduite,  L’arrogance de l’administration doit être combattue et contrôlée,  et l’aide aux pays étrangers doit être diminuée de peur que Rome ne tombe en faillite.   La population doit encore apprendre à travailler au lieu de vivre de l’aide publique. »  

    Cicéron – 55 Avant Jésus Christ  

    MORALITE : La crise dure depuis 2065 ans ! C’est rassurant !  

    En cette période, il est bon de rappeler la théorie politique de Cicéron  

    (106 Av JC – 43 Av JC)

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La Carotte, L'Oeuf & Le Café

    *******

    Vous ne regarderez plus jamais une tasse de café de la même façon.

    Une jeune femme va chez sa mère et lui dit que sa vie est tellement difficile qu'elle ne sait pas si elle peut continuer. Elle veut abandonner, elle est fatiguée de se battre tout le temps. Il semble qu'aussitôt qu'un problème est réglé, un autre apparaît.

    Sa mère l'amena dans la cuisine. Elle remplit trois chaudrons d'eau et les place chacun sur la cuisinière à feu élevé. Bientôt, l'eau commence à bouillir.

    Dans le premier chaudron, elle place des carottes, dans le deuxième, elle met des oeufs et dans le troisième, elle met des grains de café moulus.

    Elle les laisse bouillir sur le feu sans dire un mot. Après 20 minutes, elle retourne à la cuisinière. Elle sort les carottes et les place dans un bol.

    Elle sort les oeufs et les place dans un bol. Puis, elle verse le café dans une carafe.

    Se tournant vers sa fille, elle dit : "Dis-moi, que vois-tu ?"

    "Des carottes, des oeufs et du café", répondit sa fille.

    La femme l'amena plus près et lui demanda de toucher les carottes. La fille leur toucha et nota qu'elles étaient toutes molles et souples.

    La mère lui demanda alors de prendre un oeuf et de le briser. La fille enleva la coquille d'un oeuf et observa qu'il était cuit dur.

    Finalement, la mère lui demande de goûter au café. La fille sourit comme elle goûtait son arôme riche.

    La fille demanda alors, "Qu'est-ce que ça veut dire maman ? "

    Sa mère lui expliqua que chaque objet avait fait face à la même eau bouillante, mais que chacun avait réagit différemment.

    La carotte y est entrée forte, dure et solide. Mais après être passée dans l'eau bouillante, elle a ramolli et est devenue faible.

    L'oeuf était fragile avec l'intérieur fluide. Mais après être passé dans l'eau bouillante, son intérieur est devenu dur.

    Quant aux grains de café, eux, ont réagi de façon unique. Après avoir été dans l'eau bouillante, ils ont changé l'eau.

    "Lequel es-tu ? ",  demanda la mère à sa fille. "Lorsque l'adversité frappe à ta porte, comment réponds-tu ?

    Es-tu une carotte, un oeuf ou un grain de café ? "

    Penses-y ?

    Suis-je la carotte qui semble forte, mais qui dans la douleur et l'adversité devient molle et perd sa force ?

    Suis-je un oeuf qui commence avec un coeur malléable, mais change avec les problèmes ? Ai-je un esprit fluide qui devient dur et inflexible dans la douleur ?

    Est-ce que ma coquille ne change pas, mais mon intérieur devient encore plus dur ?

    Ou suis-je comme un grain de café ? Le grain change l'eau, il change la source de sa douleur. Lorsque l'eau devient chaude, il relâche sa fragrance et sa saveur.

    Si tu es comme un grain de café, tu deviens meilleure et change la situation autour de toi lorsque les choses en sont à leur pire.

    Comment faites-vous face à l'adversité ? Comme une carotte, un oeuf ou un grain de café ?

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • « Jouis de la vie, ce n’est pas une répétition »

    *******

    « Apprends à t’accepter comme tu es, avec tes défauts et tes qualités, 
    avec tes bons et tes mauvais jours »
     « N’aie pas peur de la pression, car c’est la pression qui fait d’une pierre brute un diamant »

    "Notre plus grande gloire, ce n’est pas de ne jamais tomber, mais de nous relever chaque fois que nous tombons ."

    « Crois que ta vie vaut la peine d’être vécue et ta confiance aidera à créer la réalité »
    « Emmène ton coeur partout où tu vas »
     « Si tu aimes la vie, la vie t’aimera en retour »

    « Soigne le passé. Vis le présent. Rêve l’avenir »

    « Ne compte pas les jours, fais en sorte que chaque jour compte »
     « Ne permets pas à la culpabilité de gruger ta joie de vivre, accepte tes erreurs, tu te sentiras meilleur »

      " La clé du bonheur c’est d’avoir des rêve. "

    La clé du succès c’est de réaliser ses rêves »
      « Le monde est comme un miroir. Si tu lui souris, il te sourit aussi »
     « Le bonheur ce n’est pas de ne pas avoir ce que tu veux. 
     " C’est de vouloir ce que tu as "
      « Apprends à écouter. Les opportunités frappent parfois à la porte tout doucement »
      « La vie serait tellement plus belle si nous pouvions naître... À l’âge de 80 et graduellement descendre à 18 »
     « Les bons moments deviennent de bons souvenirs. 
      Les mauvais moments deviennent de bonnes leçons »
     « En allant trop vite, ce n’est pas seulement le paysage que tu rates  
     « Le succès, c’est d’obtenir ce que tu veux.
     La chance c’est de conserver ce que tu obtiens »
     « Je regarde vers l’avenir, car c’est là que je passerai le reste de ma vie »
     « Crois toujours qu’il y a de la lumière au bout du tunnel... Et tu auras une meilleure chance de continuer à avancer quand tu rencontres des obstacles »  Auteur Inconnu...

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  L'ours et la chenille

     L'ours et la chenille...

    L'ours est une bête sauvage que tout
      le monde respecte dans la forêt. Non
      pour sa taille et sa corpulence, mais
      plutôt pour sa force et son agilité.
      Bagarreur, l'ours ne recule jamais
      devant un corps à corps pour défendre
      son territoire de chasse.
        
        Pourtant, l'ours n'est pas heureux.
      Il a quelques problèmes avec les loups
      : ceux-ci se moquent bien de sa
      puissance et n'arrêtent pas de le
      provoquer en montrant leurs crocs, en
      bavant et en grognant.
        
        Tandis que la meute grimace devant
      l'ours, arrive une petite chenille sans
      nom, sans maison et sans trop savoir ce
      qu'elle fait sur terre.
        
        Elle trouve une petite place à
      l'ombre, près de l'ours et s'endort.
        Bien trop occupé avec ses loups,
      l'ours ne remarque même pas sa
      minuscule voisine de palier.
        
        Le temps passe. L'ours, épuisé par
      ses combats et la défense incessante de
      son territoire, tombe malade. Il se
      couche. C'est alors qu'il aperçoit la
      chenille qui, elle mange tout le temps
      et ne dort jamais.
        
        Cette bestiole l'intéresse un moment,
      puis il s'en détourne, car il faut sans
      cesse inventer de nouvelles stratégies
      pour anéantir les loups.
        
        Un jour cependant, l'ours découvre
      que la chenille n'est plus là. Il
      s'était habitué à sa présence et sa
      disparition le chagrine. Il la cherche
      sous les feuilles, sous les fleurs, au
      pied des arbres. Rien. Il est déçu...
        
        Mais, quelle est cette chose qui
      effleure ses courtes oreilles et se
      pose sur son gros museau ? Un beau
      papillon aux ailes argentées.
        
        - Salut l'Ours, lance le papillon
        - Bonjour, grogne l'ours. Qui es-tu ? 
        - Tu sais bien : c'est moi, la
      chenille. Je suis devenue papillon.
        - Oh ! Mais je ne t'ai pas vu
      grandir. Je ne me suis même pas aperçu
      de ta métamorphose.
        - Tu me parais bien triste, dit le
      papillon.
        - C'est vrai... J'ai l'impression
      d'avoir raté quelque chose d'important.
      Tu étais à côté de moi et je t'ai
      laissé seule, alors que tu te
      transformais en silence. Au lieu
      d'admirer ces changements magiques, je
      me débattais avec ces loups hideux.
        - Il n'est pas trop tard, répond le
      papillon : regarde autour de toi toutes
      les petites chenilles qui jouent sur
      les feuilles : tu peux les apprivoiser.
      Il suffit de leur donner un nom.
        
        C'est ainsi que l'ours abandonna la
      lutte stérile contre les loups pour
      choyer ses nouveaux amis. Il leur donna
      de doux noms : Joie, Sourire, Bonheur,
      Paix, Harmonie, Lumière...
        
        Aujourd'hui, on peut rencontrer dans
      la forêt profonde, un très bel ours que
      tout le monde respecte, non pour sa
      taille et sa force, mais parce qu'il
      est serein, sage et... entouré de mille
      papillons aux ailes argentées.

     

      La chenille de ce petit conte
      symbolise les puissances magiques à
      l'oeuvre dans la nature, les beautés
      simples que nous offre le monde, le
      renouvellement incessant de la vie.
      L'ours est trop occupé par les loups
      qui l'entourent : ces derniers
      représentent les soucis quotidiens, les
      angoisses journalières. Comme nous,
      l'ours a des soucis ; il est d'abord
      incapable de regarder le positif qui
      existe dans sa vie. Et il passe à côté
      de l'essentiel.
        
        Souvenez-vous : il est important de
      nous arrêter pour écouter, observer et
      goûter la vie toute simple. Le bonheur
      se trouve souvent là où on ne l'attend
      pas.
        
        "La simplicité de la vie est le signe
      de la vraie prospérité

    " Swâmi Râmdâs

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • "Si tu m'aimes, alors laisse-moi partir..."

     

    L'attachement à une personne tierce est quelque chose d'extrêmement douloureux.

    Surtout lorsque l'autre s'éloigne, ou part définitivement de notre vie. Lorsqu'une personne ressent de l'attachement (et non de l'amour) envers quelqu'un, elle est incapable de mettre un terme de façon claire.

    Le départ de l'autre est très mal vécu, ce qui peut causer tristesse profonde, dépression, incompréhension, méchanceté, médisances, colère, voire violence... Ou encore déni total.

    Puisqu'on se rend compte que l'autre nous "échappe", que l'on n'a plus le contrôle, et qu'il ne pourra plus nous apporter ce que l'on attendait de lui. Là est toute la différence avec l'amour.

    Amour qui, de l'autre côté, nous donne envie d'évoluer (ensemble), peu importe les différences de la personne que l'on a en face, mais qui est également capable de laisser l'autre évoluer seul s'il en ressent le besoin, si le temps est venu pour lui de s'en aller. C'est ce qu'on appelle aussi l'acceptation de l'autre dans son entièreté. Laisser l'autre juste libre d'être qui il est. C'est ça, l'amour.

    L'amour est capable de reconnaître l'autre comme étant une personne à part entière, et non comme quelqu'un qui viendra combler un vide en soi ou qui doit être absolument comme nous.

    L'amour, c'est cette chose que l'on ressentira de manière beaucoup plus légère, et non vécu comme un fardeau, qui nous fera vivre sereinement, et avancer de manière harmonieuse. Ensemble, ou non.

    L'amour, c'est de comprendre que, même si l'autre n'est plus tout à fait dans notre vie, il y sera entré au moins pour nous apprendre quelque chose de celle-ci.

    L'amour, c'est ressentir la gratitude d'avoir pu partager ces moments avec l'autre, sans s'attarder sur le fait qu'il ne soit plus là, ou encore ressasser des pensées négatives envers lui.

    L'amour, c'est savoir que, malgré tout, l'autre aura toujours cette petite place dans notre cœur, quoi qu'il arrive. Toujours. Même s'il ne doit pas revenir.

    Car il aura eu son importance près de nous, et il aura marqué, au moins le temps d'un instant ce dernier. Il ne faut pas oublier.

    Qu'il s'agisse d'un pardon accordé, ou d'une liberté redonnée, c'est ce sentiment qui nous rend plus forts, mais surtout plus légers.

     

    Alors...  Soyez heureux...  Aimez !

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Mystère de la Bible N°91 - Moi aussi, je suis Juif !

    Mystère de la Bible N°91 - Moi aussi, je suis Juif !

    Moi aussi, je suis Juif !

     

    Une promesse est une promesse…

     

    Dieu ne peut pas renier Sa Parole

    Car elle est scellée à tout jamais

    dans Son Livre de Vie.

     

    Je suis un Juif circoncit de cœur

    Et d’esprit ayant hérité de la

    Promesse d’Abraham par la foi.

     

    Car la vraie circoncision vient

    Du cœur et non par héritage

    Du sang et de la chair.

     

    Dieu ne regarde pas où vous êtes nés,

    De quelle couleur est votre peau ;

    A quelle nationalité vous appartenez.

     

    Il a fait une alliance avec Son peuple,

    Un pacte de foi pour tous ceux qui

    Croient en ses promesses éternelles.

     

    Le seul sacrifice qu’il accepte, c’est

    Un cœur brisé et contrit comme le fut

    Celui d’Abel, un de ses enfants de foi.

     

    C’est par la grâce que nous sommes

    Héritiers de la promesse ; ni nos œuvres

    Ni un bout de terre ne peut nous sauver.

     

    La Terre est Son marchepied ;

    Les Cieux Son trône, et nous nous

    Sommes la semence de Son Amour !

     

    Il nous aime depuis la fondation

    du monde ; Il nous aime parce que

    nous sommes l’œuvre de ses mains.

     

    Le sang et la terre ne peuvent hériter

    De ces choses, car Dieu recherche un

    Peuple qui l’aime et le vénère de cœur.

     

    Un peuple qui depuis la fondation du

    Monde recherche sa vraie demeure

    Céleste, celle aux fondations éternelles.

     

    Patrick Etienne

     

    ************

    Romains 2:28  Car celui-là n'est pas Juif qui l'est au dehors, et celle-là n'est pas la circoncision qui l'est au dehors dans la chair; 

    Romains 2:29  mais celui-là est Juif qui l'est au dedans, et la circoncision est du cœur, en esprit, non pas dans la lettre; et la louange de ce Juif ne vient pas des hommes, mais de Dieu. 

     

    Romains 9:8  c'est-à-dire, ce ne sont pas les enfants de la chair qui sont enfants de Dieu; mais les enfants de la promesse sont comptés pour semence. 

     

    Qu’est-ce que tout cela veut dire? Alors, qui sont les vrais Juifs ? Ne faut-il pas être né en Israël pour clamer appartenir à la postérité d’Abraham ? Et qui était vraiment Abraham et d’où il venait ?

     

    **********

     

     

    Seulement les croyants sont maintenant les Enfants d’Abraham par la foi  :

     

    Gal 3:7  Sachez donc que ceux qui sont sur le principe de la foi, ceux-là sont fils d'Abraham (Galates 3 :7 )

     

    Et Abraham n’était pas un Juif ! Pensez à cela ! Il est né bien avant Juda et les Juifs, les enfants d’Israël de Jacob (fils d’Isaac et Rébecca)

     

    Abraham est un descendant d’Heber ou Eber l’Hébreux qui est l’ancestre des Hébreux. (voir Genesis 14 : 13) Il a vécu plusieurs générations avant qu’on appelle les hébreux, enfants d’Israël.

     

    Abraham croyait en Dieu, le vrai Dieu unique, celui qui a créé le Ciel et la Terre. Il était un enfant de Dieu longtemps avant que la nation d’Israël existe, parce qu’il était un enfant de Dieu par la foi.

     

    Il regardait en avant par la foi pour la venue du Sauveur « Yeshua Ha Messiah », comme nous regardons en arrière aujourd’hui pour Sa mort et Son sacrifice il y a plus de 2 000 !

     

    Maintenant, voici un passage intéressant dans les Ecritures qui explique qui sont les vrais Juifs, la semence d’Abraham d’aujourd’hui :

     

    Matthieu 12:46  Et comme il parlait encore aux foules, voici, sa mère et ses frères se tenaient dehors, cherchant à lui parler. 

    Matthieu 12:47  Et quelqu'un lui dit: Voici, ta mère et tes frères se tiennent dehors, cherchant à te parler. 

    Matthieu 12:48  Mais lui, répondant, dit à celui qui lui parlait: Qui est ma mère, et qui sont mes frères? 

    Matthieu 12:49  Et étendant sa main vers ses disciples, il dit: Voici ma mère et mes frères; 

    Matthieu 12:50  car quiconque fera la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère, et ma sœur, et ma mère. 

     

    Ce n’est pas difficile à comprendre qu’est-ce que cela veut dire. Les vrais croyants, les vrais Juifs ce sont ceux qui font la volonté de Dieu, qui ont acceptés le sacrifice et le pardon de Jésus-Christ, qui l’ont reçu personnellement dans leur cœur.

     

    1Jn 3:23  -Et c'est ici son commandement, que nous croyions au nom de son Fils Jésus Christ et que nous nous aimions l'un l'autre, selon qu'il nous en a donné le commandement; 

    1Jn 3:24  et celui qui garde ses commandements demeure en lui, et lui en cet homme; et par ceci nous savons qu'il demeure en nous, savoir par l'Esprit qu'il nous donné. 

     

    Comme Abraham a cru par la foi les promesses de Dieu, nous aussi, nous croyons par la foi les promesses de Jésus-Christ, et nous devenons ainsi cohéritiers du royaume de Dieu.

     

    « Ichbin a Yiddisher Mann mit a Yiddisher hartz und ein glaiber in der Yiddisher meshiah, Yeshua Ha Messiah »

    « Je suis Juif avec un cœur Juif et un croyant dans un Messie Juif, Jésus-Christ ! »

     

    ______________________________________________

     

    Patrick commentaire:

     

    Je sens que certains d’entre vous vont argumenter pour me dire qu’Israël et les Juifs sont les vrais élus de Dieu.

     

    Il y a tellement de pasteurs, spécialement aux Etats-Unis, qui donnent un message comme quoi les Chrétiens Juifs sont meilleurs que les Chrétiens non Juifs.

     

    Ce qui est triste parce que cela donne un sentiment que si vous n’êtes pas Juif, alors vous êtes inférieur aux yeux de Dieu ! Un pur mensonge !

     

    Ces personnes ont besoin de relire leur Bible et de comprendre quand Dieu dit :

     

    Galates 3:26  car vous êtes tous fils de Dieu par la foi dans le Christ Jésus. 

    Galates 3:27  Car vous tous qui avez été baptisés pour Christ, vous avez revêtu Christ: 

    Galates 3:28  il n'y a ni Juif, ni Grec; il n'y a ni esclave, ni homme libre; il n'y a ni mâle, ni femelle: car vous tous, vous êtes un dans le Christ Jésus. 

    Galates 3:29  Or si vous êtes de Christ, vous êtes donc la semence d'Abraham, héritiers selon la promesse. 

     

    Pourtant c’est clair ce que dit la Bible! Quelle est cette histoire de favoritisme que vous essayez de faire passer ? J’espère que vous ne faites pas de même avec vos propres enfants ; les pauvres, pas étonnant qu’ils se sentent mal aimés !

     

    Qu’est-ce que Dieu dit sur ce sujet :

     

    Isaïe 55:8  Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas mes voies, dit l'Éternel: 

    Isaïe 55:9  car comme les cieux sont élevés au-dessus de la terre, ainsi mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées. 

    Isaïe 55:10  Car comme la pluie et la neige descendent des cieux, et n'y retournent pas, mais arrosent la terre et la font produire et germer, et donner de la semence au semeur, et du pain à celui qui mange, 

    Isaïe 55:11  ainsi sera ma parole qui sort de ma bouche: elle ne reviendra pas à moi sans effet, mais fera ce qui est mon plaisir, et accomplira ce pour quoi je l'ai envoyée. 

     

    La même histoire est arrivée avec l’Eglise primitive, les premiers Chrétiens ! Beaucoup de convertis non Juifs joignaient les rangs de ceux qui étaient Juifs. Et bien sûr, une partie des Juifs de Jérusalem étaient encore accrochés à l’ancienne loi mosaïque de l’Ancien Testament.

     

    Ils voulaient absolument que ces non Juifs, d’autres nations, soient circoncis selon la loi de Moïse et d’Israël, ce qui causa une grosse polémique au sein de l’Eglise ! A tel point que Paul dû revenir à Jérusalem pour régler le problème lui-même.

     

    Il y a beaucoup sur ce sujet et je compte écrire un blog pour le développer plus et expliquer avec les écritures pourquoi nous ne sommes plus sous la loi de Moïse.

     

    Juste pour terminer, nous sommes Juifs par la foi grâce à la promesse que Dieu a faite à Abraham, sa descendance et semence des enfants de la foi !

     

    Galates 3:29  Or si vous êtes de Christ, vous êtes donc la semence d'Abraham, héritiers selon la promesse. 

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique