• SONNET.............Aloysius Bertrand (1807-1841)

    SONNET

    SONNET.............

    À la Reine des Français


    Ma muse languissait, triste, inconnue à tous,
    Cachant des pleurs amers parmi sa manteline ;
    Soudain elle reprend crayon et mandoline.
    Muse, quel ange donc s’est assis entre nous ?
     
    Madame, il est un ange, au front riant et doux,
    Ange consolateur qui, dès l’aube, s’incline
    Vers les mortels souffrants, la veuve et l’orpheline,
    L’enfant et le vieillard, — et cet ange, c’est vous !
     
    Votre nom soit béni ! Ce cri qui part de l’âme,
    Ne le dédaignez point de ma bouche, Madame !
    Un nom glorifié vaut-il un nom béni ?
     
    Oh ! je vous chante un hymne avec joie et courage,
    Comme l’oiseau mouillé par le nocturne orage
    Chante un hymne au soleil qui le sèche en son nid.
     

    « LES DEUX JUIFS..........Aloysius Bertrand (1807-1841)À M. DAVID, STATUAIRE...............Aloysius Bertrand (1807-1841). »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :