• Si je la vois près d’un ruisseau coulant, ....Jean de La Gessée (ca. 1550-ca. 1600).

    Si je la vois près d’un ruisseau coulant,

    Si je la vois près d’un ruisseau coulant,
    Elle me semble une belle Naïade :
    Elle me semble une belle Driade,
    Si je la vois l’herbe des prés foulant.
     
    Si je la vois par les hauts lieux allant,
    Je pense voir une vraie Oréade :
    Et la compare à quelque Hamadriade,
    Lorsqu’au jardin ses beautés va scellant.
     
    Que dirais plus ? certes je ne me trompe :
    Car s’ elle avait l’arc, la trousse, et la trompe,
    On la viendrait pour Diane choisir.
     
    Diane, à qui les Nymphes font hommage :
    Mais qui n’a point un si plaisant visage
    Que cette Vierge, où niche mon désir.
     

    « La Mouche peinte ,.............Jean de La Gessée (ca. 1550-ca. 1600)Le feu brûlant, .........Jean de La Gessée (ca. 1550-ca. 1600).. »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :