• SCÈNE D’ATELIER.........Charles Cros (1842-1888).

    SCÈNE D’ATELIER

    À Édouard Manet.


    Sachant qu’Elle est futile, et pour surprendre à l’aise
    Ses poses, vous parliez des théâtres, des soirs
    Joyeux, de vous, marin, stoppant près des comptoirs,
    De la mer bleue et lourde attaquant la falaise.
     
    Autour du cou, papier d’un bouquet, cette fraise,
    Ce velours entourant les souples nonchaloirs,
    Ces boucles sur le front, hiéroglyphes noirs,
    Ces yeux dont vos récits calmaient l’ardeur mauvaise,
     
    Ces traits, cet abandon opulent et ces tons
    (Vous en étiez, je crois, au club des Mirlitons)
    Ont passé sur la toile en quelques coups de brosse.
     
    Et la Parisienne, à regret, du sofa
    Se soulevant, dit : « C’est charmant ! » puis étouffa
    Ce soupir : « Il ne m’a pas faite assez féroce ! »
     

    « Mon très cher petit Lou je t’aime .......Guillaume.Apollinaire (1880-1918)BOUTS RIMÉS............Marcel Schwob (1867-1905). »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Lundi 16 Septembre 2019 à 11:46

    (1) 

    Vaine application
    ----------

    Vers vingt ans, nous avions des leçons de portrait.
    Une tendre Vénus nous servait de modèle ;
    Nous cherchions, de nos traits que nous voulions fidèles,
    À capturer la fleur de ses charmants attraits.

    L’occasion de souffler, de temps en temps, s’offrait.
    Le professeur disait : « Voyez, mademoiselle,
    Comment ces jouvenceaux et cette jouvencelle
    Ont vu votre beauté, ce qu’ils en ont extrait. »

    La plupart des portraits étaient plaisants à voir,
    Leurs auteurs possédant déjà quelque savoir ;
    Cependant, mes efforts et ceux de ma voisine

    Eurent un résultat si caricatural
    Que la fière Vénus, au maintien sculptural,
    N’éprouva que stupeur, face aux oeuvres porcines.

     

     

    (2) 

    Dieu barbare
    ----------

    Au temple de granit, le dieu se trouve à l’aise
    Où l’on entend prier du matin jusqu’au soir,
    Presque aussi fréquenté que ne sont les comptoirs
    Ou la grotte où la Vierge a parlé à Thérèse.

    On orne ses autels avec du vin, des fraises
    Des récipients brillants comme des ostensoirs,
    De rouges inscriptions, des hiéroglyphes noirs,
    Que la saison soit bonne ou qu’elle soit mauvaise.

    Les musiciens du roi sonnent sur tous les tons
    Des cantiques sacrés, des chants de mirliton ;
    On frotte la statue d’une très douce brosse.

    Le dieu sait l’Oméga, il sait aussi l’Alpha,
    Il sait même le sort qui Tantale assoiffa ;
    Il est donc très puissant, mais il n’est pas féroce.

     

     

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :