• Le miso, l’aliment parfait ! - Connaissez-vous le Miso Japonais et ses vertus ?

    GIF - 78.3 ko



    En cette période festive, nous faisons certainement quelques abus soit en nourriture, soit en boisson. De plus avec les premiers froids, une certaine fatigue peut nous envahir. Pour tous ces petits troubles bénins, le Miso peut jouer un rôle préventif voir curatif.

    Mais avant de détailler, toutes les vertsu du Miso ( et elles sont nombreuses !), nous allons voir ce qu’est réellement cette pâte brune.

    Un peu d’histoire :

    L’origine du Miso est chinoise, il est connu depuis plus de 2500 ans et n’a fait son apparition au Japon que vers le 7ème siècle, introduit par des moines boudhistes.
    Le mot Miso lui est japonais.
    En Chine, on le trouve sous le nom de Chiang.

    Le procédé de fabrication fut alors amélioré et le miso (de riz) devint l’un des aliments principaux des Samurai.
    Vers le 17ème siècle, la fabrication “industrielle” apparût.
    Si le miso eut un rôle trés important dans l’alimentation de l’époque féodale du Japon, il n’en reste pas un moins un produit trés utilisé de nos jours, soit en cuisine traditionnelle.

    En fait, il existe de trés nombreuses variétés de Miso mais nous allons nous intéresser au plus courant et populaire , le Miso de riz.

    La fabrication du Miso :

    Au Japon, la fabrication du miso est aussi complexe et variée que celle du fromage chez nous.
    Comme pour le Nihonshu ( Sake Japonais), le Miso est obtenu par une double fermentation.

    Pour obtenir une pâte miso, on chauffe à la vapeur une céréale (orge ou riz) puis on incorpore un ferment naturel (Aspergillus oryzae ) et on laisse fermenter le tout pendant environ 2 jours en surveillant les conditions de température, d’humidité et d’oxygène. On obient ce que l’on appelle le Koji.
    Ensuite on incorpore les autres ingrédients ( notament soja et sel) et on laisse fermenter le tout dans une cuve en cèdre pendant plusieurs semaines voir plusieurs mois. La fabrication du miso est donc 100% naturelle.

    Utilisation du Miso :

    Le Miso par l’intermédiaire de la Miso Shiru ( soupe à base de Miso) est un aliment de base de la cuisine Japonaise. La soupe Miso étant considérée comme une boisson plus que comme un plat, elle accompagne souvent tous les repas dans le petit déjeuner ( chez environ 75% des Japonais ).

    Mais le Miso ne sert pas seulement à la confection de cette soupe célèbre que l’on trouve dans tous les restaurants japonais ( les vrais !). Il peut servir à remplacer le sel, peut être utilisé comme fond de bouillon ( Miso Ramen ), pour faire des marinades et même des grillades ! On peut également l’utiliser pour des sauces et des vinaigrettes. Un de mes plats préféré, ce sont les aubergines au Miso, dont je vous dévoilerais la recette un Jour !

    Le miso au soja est utilisé pour faire un type de légume macéré appelé “misozuke”. Ces produits macérés sont typiquement fait à partir de daikon, concombre, hakusai, ou aubergine, et sont plus sucrés et moins salés que les tsukemono japonais standard.
    La pâte Miso se conservre très bien mais au réfrigérateur après ouverture.

    Les différents types de Miso :

    Le goût, les aromes, la texture et l’apparence de tout miso spécifique varie en fonction du type de miso aussi bien que de la région de fabrication, et de la saison. Les ingrédient utilisés, la température et la durée de fermentation, la quantité de sel et le vaisseau de fermentation y contribuent tous. Parmi les variété de saveur des miso soja on trouve :

    • Shiromiso, “miso blanc”
    • Akamiso, “miso rouge”
    • Kuromiso, “miso noir”
    • Hatchomiso, “miso de hatcho”

      Suivant la région, certaines sorte de Miso son plus répandus.
      Par exemple, dans la région de Tokyo, le shiromiso plus clair est populaire, alors que dans la région de Kyoto, Osaka, Kobe, le plus foncé hatchomiso est préféré, et akamiso est préféré dans la région de Tokai.

      On distingue également le miso par le type de céréales utilisées pendant la fabrication, en voilà les principales sortes mais il en existe beaucoup plus. :
    • Mugi : orge
    • Tsubu : blé/orge entier
    • Aka : rouge, fait avec du riz, de graines de soja, goût moyen, le plus utilisé au Japon.
    • Shiro : riz, goût sucré, frais
    • Hatcha : vieillit, goût le plus fort, utilisé principalement au centre du Japon.
    • Taima : graine de chanvre ( et oui ) Etc etc …

      Les vertus du Miso :

      On pourrait écrire un livre sur les vertus du Miso, certains le définissent comme l’aliment le plus bénéfique qui existe. Les chercheurs Japonais ont fait et font de très sérieuses recherches sur les bienfaits du Miso sur l’organisme et les résultats sont tout simplement stupéfiants.

    • Contient tous les acides aminés essentiel ( permet de remplacer la viande), de la vitamine B et plus de 50 enzymes utiles pour le corps.
    • Jouerait un rôle important dans la prévention de cancers : Sein ( Institut National de Recherche sur le Cancer du Japon, Tokyo 2003 ), Gastro-intestinaux ( Kamei, H. et autres 1997)
    • Favorise l’élimination des toxines
    • Aide à la digestation ( son rôle le plus connu) en enrichissant la flore intestinale.
    • Permet de surmonter certaines intolérances digestives légères.
    • Tonifiant de l’organisme ( comme le café mais ne contient pas d’excitant)
    • Joue un rôle dans la prévention de l’hypertension et des maladies cardio-vasculaires.
    • Atténue les symptômes de la ménopause.
    • Protège l’organisme contre certains agents pathogènes (salmonelles notament).

      Puisque le Miso a tant de supériorité en tant qu’aliment, il est normal que ceux qui le mangent quotidiennement aient une santé excellente, et en conséquence vivent plus longtemps.

      D’après une enquête dans les villages Japonais, connus pour la longévité de leurs habitants, les villageois sont, unanimement dans tous ces villages, des mangeurs de soupe Miso à l’algue Wakame, dont ils prennent même dans un certain village, de 6 Ã 7 bols de cette soupe par jour en moyenne.

      Dans “Les Aliments et leurs vertus”, Jean Carper déclare que des chercheurs japonais spécialisés dans l’étude du cancer de l’estomac ont constaté que des personnes consommant un bol de soupe de miso par jour résistaient 3 fois mieux à la maladie. Même l’ingestion occasionnelle de miso offre une protection contre le cancer. Il y a 10 ans, ces résultats en étonnèrent plus d’un car on ne connaissait pas encore les multiples propriétés anticancéreuses des constituants du haricot de soja.

      Selon le Dr. Shinichiro Akizuki, Directeur de l’hopital à Nagasaki (Japon), le miso peut devenir l’une des composantes les plus importantes de l’alimentation d’une personne. Il dit avoir pu observer que, à de rares exceptions près, les familles consommant du miso quotidiennement ne sont presque jamais malades ! Il affirme : « je suis convaincu que le miso se classe parmi les médecines de la plus haute gamme possible : celles qui aident ã prévenir les maladies et qui renforcent le corps lorsqu’on les pratique au quotidien. ».

      Divine Tara {JPEG}

      La recette de la soupe Miso :

      Il n’y a pas une recette mais des recettes de soupe Miso, vous pouvez faire varier celle-ci suivant votre imagination .

      INGREDIENTS
      Pour 6 personnes

    • 5G de Wakame déshydraté
    • 8 Cuillères à soupe de Miso
    • 1 Litre d’eau
    • 100G de Tofu ou de Pommes de terre

      PRÉPARATION
    • Réhydrater le wakame dans de l’eau froide pendant 10 minutes environ
    • Pendant ce temps, coupez le Tofu ou les pommes de terres en petits carrés
    • Si vous utilisez le Tofu, le réserver
    • Si vous utilisez les pommes de terres, les faire cuire d’abord.
    • Pressez le wakame pour éliminer l’eau puis le découper finement - Réserver
    • Diluer la pâte Miso avec de l’eau dans une passoire et l’ajouter aux pommes de terre
    • Faire cuire quelques minutes SANS PORTER A EBULLITION
    • Rajouter le Tofu
    • Au moment de servir, dans chaque bol ajouter un peu de Wakame et l’oeuf


      Source : magazine.cuisine-japonaise.net
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Etiquetage sur les Fruits :

     

     Retenez "code à 5 chiffres et commençant par le chiffre 9" 

     

     Voici ce que les étiquettes sur vos fruits signifient : faites attention Lorsque vous achetez des fruits, vous avez sûrement remarqué les étiquettes dessus et vous êtes demandé ce qu’elles signifiaient.

     

    1- Si l'étiquette comporte 4 chiffres commençant par 3 ou 4 cela signifie :que le fruit a été cultivé en culture intensive, à savoir avec des engrais chimiques.

    2- Si le produit dispose de 5 chiffres, commençant avec le numéro 9, cela signifie : que le produit a été cultivé de façon traditionnelle, sans pesticides et  sans fumier.

     

    Ceci est le meilleur produit.

     

    3- Si le produit dispose de 5 chiffres, dont le premier numéro est de 8 : le produit a été génétiquement modifiée, vous devez donc l’éviter.

     

    Par conséquent, soyez extrêmement prudent lorsque vous achetez vos produits la prochaine fois que vous ferez des courses !

    Etiquetage sur les Fruits :

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le café en capsule double la quantité de furane ingéré, un cancérigène pour le foie

    Le café fait à l’aide de capsules contient plus de furane, un cancérigène, que le café fait à l’aide d’une cafetière classique montre une étude réalisée par des scientifiques espagnols de l’université de Barcelone.

    Le furane est une substance organique volatile et lipophile, et est utilisé comme produit intermédiaire dans l’industrie chimique, notamment comme solvant pour les résines, lors de la production de laques, et comme agglomérant dans la fonderie. Le furane est également présent dans un large éventail de denrées alimentaires, telles que le café, le pain, la bière, les plats préparés, les sauces et soupes, et en particulier dans les aliments emballés dans des conserves ou des bocaux, parmi lesquels les aliments pour bébés et différentes sortes de légumes. Un rapport de l’EFSA est paru récemment avec des résultats recueillis entre 2004 et 2009 dans 14 Etats membres (EFSA, 2009). La moyenne de la teneur en furane variait de 6 μg/kg pour la bière et le jus de fruits à 2272 μg/kg pour les grains de café torréfiés. La toxicité du furane concerne en premier lieu le foie après ingestion par voie orale. L’exposition au furane provoque chez les animaux de laboratoire des leucémies mononucléaires (rats), des cholangiocarcinomes (rats) et des adénomes/carcinomes hépatocellulaires(rats et souris). Le furane est probablement également cancérogène pour l’homme, et ce sans doute par le biais d’un mécanisme génotoxique. Cependant, une toxicité chronique avec prolifération cellulaire secondaire pourrait indirectement accélérer la réaction tumorale (EFSA, 2004). Le café contribuerait le plus à l’exposition des adultes via l’alimentation (Morehouse et al., 2008)

    L’évaluation de la toxicité du furane est encore incomplète. Il n’y a pas de données disponibles quant à sa toxicité au niveau de la reproduction et du développement. Il n’existe pas non plus d’études menées chez l’homme (EFSA, 2004).

    L’étude publiée dans la revue Journal Food Chemistry, révèle que la teneur en furane retrouvée dans un expresso  (43‐146 nanograms/mililitre)  est sensiblement supérieure à celle retrouvée dans un café réalisé à l’aide d’une cafetière classique à partir de café moulu, qu’il s’agisse de café normalement caféiné (20‐78 ng/ml) ou décaféiné (14‐65 ng/ml).

    Mais, les scientifiques retrouvent des taux de furane 2 fois plus élevés dans les cafés réalisés avec des capsules (117‐244 ng/ml). En fait, ce taux de furane élevé est lié au fait que les capsules, hermétiquement fermées, empêchent l’évaporation du furane lorsque le café entre en contact avec l’eau chaude à haute pression. Plus le temps de passage du café  et son exposition à l’air sont prolongés, plus le furane a le temps de s’évaporer, ce qui n’est pas le cas lors de l’utilisation des capsules.

    Cependant, selon les scientifiques, la quantité ingérée de furane ne serait pas toxique pour l’organisme. Pour atteindre le niveau de toxicité, il faudrait consommer 20 cafés réalisés à partir de capsules ou 30 expressos. Notons pourtant, que selon l’EFSA, du fait que la cancérogénicité induite par le furane est probablement la conséquence d’un mécanisme génotoxique (action directe sur les gènes des cellules), aucune valeur seuil ne peut être établie pour le furane (EFSA, 2004).

    Source

    Occurrence of furan in coffee from Spanish market: Contribution of brewing and roas
    M.S. Altaki, F.J. Santos, M.T. Galceran
    Food Chemistry, 2011; 126 (4): 1527

    Crédit Photo Creative Commons by Joe Shlabotnik

     
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Comment les vaches chinoises ont produit de nouvelles « super-bactéries » qui peuvent tous nous tuer

    vaches-bacteries

    Selon une étude, plus de la moitié de la consommation d’antibiotiques en Chine est pour le bétail. En jeu, un nouveau gène, MCR-1. Ce gène est apparu dans des plasmides, ce qui lui permet de se répandre très facilement de bactérie en bactérie.

    Les antibiotiques sont peut être l’innovation médicale la plus importante des 100 dernières années. Il y a cent ans, le seul remède connu contre la tuberculose, une maladie endémique, était le repos. Sans les antibiotiques, la tuberculose et de nombreuses autres maladies très graves continueraient de nous décimer ; sans les antibiotiques, la moindre infection pourrait être fatale.

    Ce qui explique que de plus en plus de responsables de la santé s’inquiètent du phénomène de la résistance bactérienne. C’est le mécanisme sans pitié de l’évolution : au fur et à mesure que les bactéries sont bombardées d’antibiotiques, les souches évoluent et deviennent résistantes. On voit de plus en plus l’émergence de ce qu’on appelle des « super-bactéries » qu’aucun antibiotique ne peut combattre. Et l’évolution est rapide : un responsable hospitalier déclare découvrir plusieurs cas par mois, alors qu’il y a cinq ans ils étaient « aussi rares que des poules avec des dents. »

    En cause, la sur-utilisation des antibiotiques. Plus on utilise des antibiotiques, plus on accélère le phénomène d’évolution des bactéries. Et la dernière souche d’antibiotiques découverte le fut avant les années 1980.

    Mais ce qu’on utilise le plus, ce n’est pas les antibiotiques humains. Dans l’agriculture industrielle, on injecte le bétail de nombreux antibiotiques car leurs conditions d’élevage, en surpeuplement, favorise l’émergence des maladies. Conditions idéales pour l’émergence de « super-bactéries », qui peuvent ensuite passer à l’homme. En Europe, l’utilisation non-médicale des antibiotiques sur le bétail est interdite depuis des années, (…)

    lire la suite sur Atlantico

    Publié le 30 novembre, 2015 dans Animaux, Chine, Société & Culture.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Haïti: L’ONU reconnait sa responsabilité dans l’épidémie de choléra

    ***

    L’organisation internationale était accusée depuis plusieurs années d’avoir importé par négligence la bactérie mortelle qui sévit en Haïti depuis le séisme de 2011.

     

    HAÏTI. Il aura fallu 6 ans à l’ONU avant de reconnaître son implication dans l’épidémie de choléra qui a fait près 10.000 morts en Haïti depuis 2011. L’organisation internationale est accusée depuis plusieurs années d’avoir importé par négligence la bactérie mortelle alors qu’elle avait disparu depuis longtemps d’Haïti. La décision de l’ONU a en tout cas été saluée par les avocats des victimes qui continuent de militer pour le paiement de réparations financières aux familles des près de 10.000 personnes mortes ces six dernières années. « Au cours de l’année écoulée, l’ONU a acquis la conviction qu’il est nécessaire de faire beaucoup plus en ce qui concerne sa propre implication dans le foyer initial et les souffrances des personnes touchées par le choléra » en Haïti, a indiqué jeudi 18 août 2016 à l’AFP le porte-parole adjoint des Nations unies, Farhan Haq. Ce dernier a précisé que le nouveau plan d’action de l’organisation « sera présenté au public dans les deux prochains mois, une fois qu’il aura été entièrement élaboré, en accord avec les autorités haïtiennes, et discuté avec les États membres ». « Victoire pour le peuple », a réagit Mario Joseph, à la tête du bureau des avocats internationaux. « Ceci est une grande victoire pour les milliers d’Haïtiens qui se sont mobilisés pour la justice, qui ont écrit à l’ONU et porté plainte contre l’organisation », a-t-il ajouté dans un communiqué.

    Publié le 19 août, 2016 dans ONU, Santé, Société & Culture.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique