• LE THYM... UNE PLANTE... UN TRESOR...

    LE THYM... UNE PLANTE... UN TRESOR....

     

    Le thym, dans le sud de la France, on l’appelle aussi farigoule. 

    Ca sonne bien, farigoule, ça fait un peu nom du cancre de la classe (« ah mais quel farigoule, celui-là ! »). 

    En fait…pas du tout ! C’est tout simplement une déclinaison de l’occitan farigola, issu du latin féricula (plante sauvage). 

    Il n’empêche…On invente bien des impôts tous les jours dans ce pays, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas inventer de nouveaux sens aux mots. 

    Et puis je n’y peux rien : quand on se met à parler du thym, on se retrouve mentalement dans le midi, et voilà qu’on y va de sa galéjade. 

    Parce que le thym, quelle plante, quelle histoire, quel trésor ! 

    Un de ses plus grands admirateurs était peut-être le célèbre herboriste Maurice Mésségué, qui en dresse un portrait dithy(m)rambique, dans son célèbre « Herbier de Santé » : 

    « Merveilleuse famille, généreuse famille que celle des labiées. Après nous avoir superbement donné la sauge, la mélisse, le romarin, la menthe, la sarriette, le lamier et dix autres herbes de joie et de santé, il fallait encore qu’elle nous offre le thym et le serpolet ! » 

    « Regardez-les, ces deux petits prodiges des clairières, des prés jolis, des rocailles inondées de soleil : ne sont-ils pas attendrissants, avec leurs étroites feuilles ovales toutes poudrées d’argent, et avec leurs fleurettes délicatement rosées ou teintées de mauve pâle ? N’ont-ils pas la légèreté, la grâce, l’arôme des herbes du Paradis terrestre ? J’aurais tendance à le croire, quand je les trouve au hasard de mes promenades, qu’Adam et Eve n’ont jamais croqué la pomme et que nous vivons encore dans l’Eden… » 

    Une plante du paradis, rien de moins. 

    LE THYM... UNE PLANTE... UN TRESOR....

    René-Maurice Gattefossé, considéré comme un des pères de l’aromathérapie, ne pensait pas différemment, puisqu’on dit qu’il aurait hésité à baptiser cette l’aromathérapie entière la « thymo-thérapie », avant de se raviser au motif que c’était peut-être un peurestrictif. 

    Il est vrai, pour justifier cet emballement général, que le thym possède des vertus médicinales franchement hors du commun

    Le thym est un puissant antiseptique et anti-infectieux. Tisanes et macérat huileux de thym sont les premiers remèdes à prendre en cas d’infection respiratoire, de mal de gorge, de rhume ou d’angine. 

    Il permet aussi de renforcer et nettoyer le système immunitaire et soutient la fonction hépatique (foie). 

    Faire des exercices de thym

    Mésségué conseillait de « pratiquer le thym » (et son jumeau le serpolet) « comme une hygiène », presque comme si on faisait des exercices : 

    « En période d’épidémies diverses, de grippe par exemple, on remarque que certaines personnes succombent et d’autres pas, alors que, dans le même entourage familial ou professionnel elles ont été soumises aux mêmes microbes. » 

    « Dans les hôpitaux, médecins et infirmières vivant dans un bouillon de culture de virus, passent souvent à travers des maladies qu’ils côtoient chaque jour. Pourquoi ? Le terrain, dit-on. Certains sont prédisposés, d’autres pas. En fait cette endurance s’acquiert. Elle ne consiste pas seulement à être en bonne santé, mais à créer en soi-même un terrain qui déplaît aux virus. » 

    « Je ne vous conseillerai pas de vous jeter sur votre bouquet de thym le jour où votre voisine de pallier ou de bureau a la grippe, je vous dirai seulement : si vous utilisez souvent du thym sous toutes ses formes, dans votre vie, vous vous épargnerez bien des grippes et autres misères et vous entretiendrez votre santé. Peut-être ne vous en douterez-vous même pas car il est difficile de savoir quand on l’a échappé belle. » 

    On reconnaît bien la judicieuse stratégie de nos anciens : jadis, lorsque la peste et la lèpre menaçaient, on consommait le plus possible d’aromates, jusqu’à s’en enduire le corps ! 

    Aujourd’hui on attend que la grippe arrive pour avaler des antibiotiques… 

    Erreur fatale, nous disait déjà Maurice Mésségué dans les années 1970, car on peut préparer son organisme à résister à de telles épidémies par une consommation régulière d’herbes antiseptiques : 

    « Après une longue carrière de phytothérapeute, je tiens à remercier le thym et le serpolet pour leur pouvoir antiseptique : comme ils éliminent les virus et les bactéries dans l’atmosphère par leur arôme (dû au thymol qu’ils contiennent), ils détruisent ces germes infectieux dans l’organisme. Ainsi, du furoncle à la fièvre typhoïde et du panaris à la tuberculose, je ne connais pas de maladie à microbes qui ne puisse être soulagées par mes deux chères petites plantes. » 

    Maintenant, admettons que vous ayez décidé de vous traiter avec du thym pour soigner un rhume. 

    Si c’est pour faire une infusion, la plupart des thyms feront l’affaire. Mais si c’est pour le prendre sous forme d’huile essentielle, il faut procéder avec beaucoup plus d’attention

    Pour la prévention, buvez une infusion de thym le matin et le soir, tous les jours pendant les périodes à risque qui peuvent durer tout l’hiver.

    LE THYM... UNE PLANTE... UN TRESOR....

    Pour préparer son infusion : 

    • Placez au fond d’une tasse une cuillère à café de feuilles de thym sèches, ou quelques branchettes de thym frais. 
    • Faites bouillir de l’eau dans une bouilloire, puis laissez-là reposer une ou deux minutes. 
    • Versez ensuite l’eau chaude dans la tasse et couvrez sans attendre à l’aide d’une assiette. Ne laissez pas trop infuser les feuilles, en particulier si la tasse contient aussi des branchettes, sous peine de donner un goût amer et astringent. Laissez infuser 2 à 3 minutes, puis filtrez. Rajoutez, si vous le souhaitez un peu de miel, qui fournira un effet désinfectant supplémentaire, et buvez bien chaud. Si vous avez du thym autour de chez vous, utilisez les nouvelles pousses qui apparaissent en janvier et février. Elle sont purement aromatiques et ne contiennent quasiment pas de tanins et de composants amers. 

    Si vous notez de petites brûlures d’estomac ou autre irritation gastro-intestinale, diminuez à une infusion par jour, ou faites une pause pendant une semaine. 

    En huile essentielle 

    Le thym en huile essentielle, je préfère vous le dire : c’est un peu un truc de polytechnicien. 

    Le seul thym vulgaire se décline jusqu’à 9 chémotypes différents - un chémitype est une sorte de carte d’identité de l’huile essentielle avec des profils biochimiques différents, et des indications (presque) toutes différentes. 

    En première intention, on se contentera de choisir l’huile essentielle dethym vulgaire à linalol ou à thyanol, « peu agressives et assez polyvalentes » d’après la spécialiste des huiles essentielles Elske Miles… 

    L’application cutanée est privilégiée et le choix de la zone d’application se fera en fonction du type d’infection : 2 à 4 gouttes sur le thorax et le dospour une infection respiratoire, 2 à 4 gouttes sur le bas ventre pour une infection urinaire. Appliquer 3 fois par jour jusqu’à amélioration nette de l’infection. 

    Pour soutenir la défense immunitaire, en cas notamment de grande fatigue, accompagnée d’une faiblesse du système de défense de l’organisme : apparition de boutons de fièvre, zona, herpès, etc., faites pénétrer 2 gouttes d’huile essentielle de thym linalol sur le plexus cardiaque au niveau du thorax, 2 fois par jour pendant 10 jours. 

    On réservera l’huile essentielle de thym vulgaire à carvacrol ou à thymolà l’avis d’un aromathérapeute averti, qui vous donnera la marche à suivre pour les employer en deuxième intention, pour des infections plus sévères.

    En cas d’extinction de voix, d’angine ou de gorge, il faut s’intéresser à l’huile essentielle de thym vulgaire thujanol : 

    Parfaitement tolérée par les muqueuses, elle peut être prise directement dans la bouche à raison de 2 gouttes mélangées dans 1 cuillerée à café de miel à garder à l’arrière de la bouche avant d’avaler. Cette prise peut être répétée jusqu’à 4 fois par jour pour un adulte. Aucune prise orale d’huile essentielle pour les enfants de moins de 10 ans ! 

    Et en cuisine ? 

    Evidemment, on ne peut pas parler du thym, sans évoquer les bouquets garnis où il se retrouve en excellente compagnie, notamment avec le laurier, le romarin, le persil ou toute autre herbe de votre imagination. Il accompagne parfaitement les ragoûts, grillades en été, plats mijotés en cocotte et soupes. 

    On s’en sert aussi pour assaisonner les légumes, surtout ceux qui ont un goût fort comme le chou. 

    Le thym se marie bien avec les courgettes et les aubergines grillées, mais aussi avec les poissons, volailles ou le fromage de chèvre. Séché, il parfume la ratatouille, le riz, les gratins. 

    LE THYM... UNE PLANTE... UN TRESOR....

     

    Google Bookmarks

    4 commentaires
  • LES FRUITS SONT LE PLUS IMPORTANT DES ALIMENTS

         **********

    Cardiologie de Montréal. très bon à savoir

    Ceci Est Instructif !

    Nous pensons tous que la consommation de fruits

    signifie acheter des fruits,les couper et les mettre dans notre bouche.

    Ce n'est pas si simple.

    Il est important de savoir comment et quand manger des fruits.

    Quelle est la bonne façon de manger des fruits?

    Les fruits doivent être consommés à jeun, dans un ESTOMAC VIDE.

     

    Manger des fruits de cette façon joue un rôle majeur

    dans la désintoxication de votre système, vous fournit beaucoup d'énergie

    et pour la perte de poids et pour d'autres activités de la vie ...

     

    LES FRUITS SONT LE PLUS IMPORTANT DES ALIMENTS.

     

    Disons que vous mangez deux tranches de pain, puis une tranche de fruit.

    La tranche de fruit est prête à aller tout droit à travers l'estomac dans les intestins, mais elle est empêchée par les autres aliments de le faire.

     

    Dans un même temps, les aliments se dégradent ensemble,

    fermentent et se transforment en acide.

     

    Quand le fruit vient en contact avec les aliments dans l'estomac et avec les sucs digestifs, la masse entière de la nourriture a déjà commencé à se gâter.

     

    Le conseil à suivre:

    Mangez vos fruits avec un estomac vide, ou avant votre repas!

    Vous avez entendu les gens se plaindre:

    Chaque fois que je mange la Pastèque,  je rote,

     

    Quand je mange, mon estomac gonfle,

     

    Quand je mange une banane, j'ai envie de courir aux toilettes, etc.

     

    Cela n'arrivera pas si vous mangez des fruits avec un estomac vide.

    Le fruit se mêle aux autres aliments en putréfaction et produit des gaz.

    Par conséquent, vous risquez l'indigestion!

     

    Cheveux grisonnants, calvitie, crise de nerfs, cernes sous les yeux -

    Tout cela ne se produira pas si vous mangez des fruits sur un estomac vide.

     

    Il n'y a rien de tel que certains fruits

     

    comme l'orange et le citron qui sont acides,

    parce que tous les fruits deviennent alcalins dans notre corps,

    selon le Dr Herbert Shelton qui a fait des recherches sur cette question.

     

    Si vous avez maîtrisé la bonne façon de manger des fruits,

    vous avez le secret de la beauté, longévité, santé, énergie,

     

    le bonheur et un poids normal.

    Lorsque vous avez besoin de boire du jus de fruits,

    ne boire que des jus de fruits frais, pas dans les contenants.

    Ne pas boire de jus qui a été chauffé.

     

    Ne mangez pas de fruits cuits,

     

    vous n'obtenez pas les éléments nutritifs du tout.

    Vous obtenez seulement le goût

     

     ... La cuisson détruit toutes les vitamines.

    Mangez un fruit entier est mieux que de boire du jus.

    Si vous devez boire du jus, il faut le boire gorgée par gorgée lentement,

    parce que vous devez le laisser se mélanger avec votre salive

    avant de l'avaler.

     

    Vous  pouvez faire un nettoyage rapide avec une cure de fruits de 3 jours

    pour purifier votre corps.

     

    Mangez des fruits et buvez du jus de fruits pendant 3 jours seulement, ...

    et vous serez surpris quand vos amis vous diront    combien radieuse vous paraissez!

     

     KIWI: tout petit mais puissant, et une bonne source de potassium, de magnésium, de vitamine E et de fibres.

     

    Sa teneur en vitamine C est le double de celui d'une orange!

     Une POMME par jour éloigne le médecin?

     

    Bien que la pomme a une faible teneur en vitamine C, elle contient des anti-oxydants et flavonoïdes  qui augmentent l'activité de la vitamine C, en contribuant ainsi à réduire  le risque de cancer du côlon, de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral.

     

     FRAISE: Fruit de protection.

    Les fraises ont le plus haut pouvoir antioxydant entre les principaux fruits

    et protègent l'organisme contre les causes du cancer, contre les radicaux libres pouvant obstruer des vaisseaux sanguins.

     

     MANGER 2 à 4 Oranges par jour

     

    Peut aider à se protéger des rhumes,

    à réduire le cholestérol, prévenir et dissoudre les calculs rénaux,

    et réduire le risque de cancer du côlon.

     

     Watermelon: La plus rafraîchissante boisson désaltérante.

     

    Composé de 92% d'eau, il est en outre équipé d'une généreuse dose de glutathion, qui aide à stimuler notre système immunitaire.

    Également une source importante de lycopène, un anti-oxydant qui combat le cancer.

     

    On trouve également dans la Pastèque: la vitamine C et du potassium.

     

     GOYAVE & PAPAYE: les champions de la vitamine C.

     

    Ils sont les gagnants pour leur forte teneur en vitamine C.

     

    La Goyave est également riche en fibres,

    qui aident à prévenir la constipation.

     

    La Papaye est riche en carotène, bon pour vos yeux.

     

    Boire l'eau froide après un repas = CANCER

      Pouvez-vous croire cela?

     

    Pour ceux qui aiment boire de l'eau froide, cela s'applique à vous.

     

    C'est agréable d'avoir une boisson fraîche après un repas;

    cependant, l'eau froide va consolider la substance huileuse

    que vous venez de consommer ce qui ralentit la digestion.

     

    Une fois que cette «boue» aura réagi avec les acides,

    elle se décomposera, tapissera les parois

    et sera absorbée par l'intestin plus vite que la nourriture solide.

    Cela va enligner l'intestin vers un processus.

     

    Très bientôt, cette substance se transformera en graisses

    et pourra conduire au cancer ...

     

    Il est préférable de boire de la soupe chaude

    ou de l'eau chaude après un repas.

     

     Une Note Sérieuse :  À propos des Attaques Cardiaques.

     

     CRISE CARDIAQUE - SIGNES

     

     Les femmes devraient savoir que la douleur au bras gauche

    ne fait pas toujours partie des symptômes de crise cardiaque.

     

    Soyez consciente de la douleur intense dans la mâchoire.

     

    Vous pouvez ne jamais avoir de première douleur dans la poitrine

    pendant l'attaque d'une crise cardiaque.

     

    Nausées et sueurs intenses sont aussi des symptômes communs.

     

    Soixante pour cent des gens qui ont une crise cardiaque

    alors qu'ils dorment ne se réveillent pas.

     

    Une douleur à la mâchoire peut vous réveiller d'un profond sommeil.

     

    Soyez prudent et restez vigilant.

    Plus nous en savons, meilleures seront nos chances de survivre.

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Le citron congelé : incroyable !

     

    De nombreux professionnels de restaurants et brasseries utilisent ou consomment le citron entier et rien n'est gaspillé. Comment pouvez-vous utiliser le citron entier sans pertes ?C'est simple..

    Placer le citron dans le congélateur. Une fois que le citron est congelé, utilisez votre râpe et râpez le citron entier (pas besoin de l'éplucher) et le saupoudrer sur le dessus de vos aliments. Saupoudrez-le sur votre salade, crème glacée, soupe, nouilles, sauce à spaghetti, riz, sushi, plats de poisson, etc..

     

    Le goût de tous les aliments sera rehaussé de façon inattendue. Très probablement, vous ne pensez au citron que pour sa vitamine C. Pas plus. Quel est l'avantage majeur de l'utilisation du citron entier autre que pour prévenir les déchets et ajouter un nouveau goût à vos plats ? 

     

    Eh bien, les zestes de citron contiennent jusqu'à 5 à 10 fois plus de vitamines que le jus de citron lui-même. Et oui, c'est ce que vous auriez gaspillé. Mais à partir de maintenant, en suivant cette procédure simple de congeler le citron en entier, puis le râper sur le dessus de vos plats, vous pouvez consommer tous ses nutriments. Il est également bon à savoir que les zestes de citron sont régénérateurs de santé dans l'éradication des éléments toxiques dans le corps. Donc, placez votre citron dans votre congélateur, puis râpez-le sur votre repas  tous les jours. C'est un élément clé pour rendre vos aliments plus savoureux qui vous aidera à vivre plus sainement et plus longtemps ! C'est le secret de citron ! Mieux vaut tard que jamais!

     

    Le citron est un produit miraculeux.  Pour tuer les cellules cancéreuses. Il est 10,000 fois plus puissant que la chimiothérapie. Pourquoi ne sommes-nous pas au courant de cela ? Parce qu'il existe des laboratoires intéressés à faire une version synthétique qui leur apportera d'énormes profits. Vous pouvez désormais aider un ami dans le besoin en lui laissant, savoir que le jus de citron et le citron lui-même tel qu'expliqué ci-dessus, est bénéfique dans la prévention de la maladie. Son goût est agréable et il ne produit pas les effets horribles de la chimiothérapie. Combien de personnes vont mourir alors que ce secret bien gardé est maintenu, afin de ne pas compromettre les multi millionnaires bénéfiques des grandes entreprises ? 

     

    Comme vous le savez, le citronnier est connu pour ses variétés de citrons et limes. Il est crédité de nombreuses vertus, mais la plus intéressante est l'effet qu'il produit sur les kystes et les tumeurs. Cette plante est un remède prouvé contre les cancers de tous types. Certains disent qu'il est très utile dans toutes les variantes de cancer. Il est également considéré comme un spectre anti-microbien contre les infections bactériennes et les champignons, efficace contre les parasites internes et les vers, il régule la tension artérielle trop élevée et est un antidépresseur, tout en combattant le stress et les troubles nerveux. La source de cette information est fascinante: il s'agit de l'un des plus grands fabricants de médicaments au monde, qui dit que, après plus de 20 ans d'essais en laboratoire depuis 1970, les extraits ont révélé qu'il détruit les cellules malignes dans 12 cancers, notamment du côlon, du sein, de la prostate, du poumon et du pancréas..Les composés de cet arbre se sont avérés 10.000 fois plus efficace que le produit adriamycine, un médicament chimio-thérapeutique normalement utilisé dans le monde, pour ralentir la croissance des cellules cancéreuses. Et ce qui est encore plus étonnant: ce type de thérapie avec l'extrait de citron détruit seulement les cellules cancéreuses malignes et elle n'affecte pas les cellules saines. 

     

    P.S. JUSTE  DE  TRANSFÉRER  CE PETIT  RAPPEL  A TOUS VOS PROCHES. NE DITES PAS QUE VOUS N'AVEZ PAS LE TEMPS. LA SANTÉ EST PLUS IMPORTANTE QUE LE TEMPS !

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Faites des exercices de thym ?!

    Tout savoir sur le thym ...



    Le thym, dans le sud de la France, on l’appelle aussi farigoule.

    Ca sonne bien, farigoule, ça fait un peu nom du cancre de la classe (« ah mais quel farigoule, celui-là ! »).

    En fait…pas du tout ! C’est tout simplement une déclinaison de l’occitanfarigola, issu du latin féricula (plante sauvage).

    Il n’empêche…On invente bien des impôts tous les jours dans ce pays, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas inventer de nouveaux sens aux mots.

    Et puis je n’y peux rien : quand on se met à parler du thym, on se retrouve mentalement dans le midi, et voilà qu’on y va de sa galéjade.

    Parce que le thym, quelle plante, quelle histoire, quel trésor !

    Un de ses plus grands admirateurs était peut-être le célèbre herboriste Maurice Mésségué, qui en dresse un portrait dithy(m)rambique, dans son célèbre « Herbier de Santé » :

    « Merveilleuse famille, généreuse famille que celle des labiées. Après nous avoir superbement donné la sauge, la mélisse, le romarin, la menthe, la sarriette, le lamier et dix autres herbes de joie et de santé, il fallait encore qu’elle nous offre le thym et le serpolet ! »

    « Regardez-les, ces deux petits prodiges des clairières, des prés jolis, des rocailles inondées de soleil : ne sont-ils pas attendrissants, avec leurs étroites feuilles ovales toutes poudrées d’argent, et avec leurs fleurettes délicatement rosées ou teintées de mauve pâle ? N’ont-ils pas la légèreté, la grâce, l’arôme des herbes du Paradis terrestre ? J’aurais tendance à le croire, quand je les trouve au hasard de mes promenades, qu’Adam et Eve n’ont jamais croqué la pomme et que nous vivons encore dans l’Eden… »

    Une plante du paradis, rien de moins.



    René-Maurice Gattefossé, considéré comme un des pères de l’aromathérapie, ne pensait pas différemment, puisqu’on dit qu’il aurait hésité à baptiser cette l’aromathérapie entière la « thymo-thérapie », avant de se raviser au motif que c’était peut-être un peurestrictif.

    Il est vrai, pour justifier cet emballement général, que le thym possède des vertus médicinales franchement hors du commun.

    Le thym est un puissant antiseptique et anti-infectieux. Tisanes et macérat huileux de thym sont les premiers remèdes à prendre en cas d’infection respiratoire, de mal de gorge, de rhume ou d’angine.

    Il permet aussi de renforcer et nettoyer le système immunitaire et soutient la fonction hépatique (foie).

    Faire des exercices de thym

    Mésségué conseillait de « pratiquer le thym » (et son jumeau le serpolet) « comme une hygiène », presque comme si on faisait des exercices :

    « En période d’épidémies diverses, de grippe par exemple, on remarque que certaines personnes succombent et d’autres pas, alors que, dans le même entourage familial ou professionnel elles ont été soumises aux mêmes microbes. »

    « Dans les hôpitaux, médecins et infirmières vivant dans un bouillon de culture de virus, passent souvent à travers des maladies qu’ils côtoient chaque jour. Pourquoi ? Le terrain, dit-on. Certains sont prédisposés, d’autres pas. En fait cette endurance s’acquiert. Elle ne consiste pas seulement à être en bonne santé, mais à créer en soi-même un terrain qui déplaît aux virus. »

    « Je ne vous conseillerai pas de vous jeter sur votre bouquet de thym le jour où votre voisine de pallier ou de bureau a la grippe, je vous dirai seulement : si vous utilisez souvent du thym sous toutes ses formes, dans votre vie, vous vous épargnerez bien des grippes et autres misères et vous entretiendrez votre santé. Peut-être ne vous en douterez-vous même pas car il est difficile de savoir quand on l’a échappé belle. »

    On reconnaît bien la judicieuse stratégie de nos anciens : jadis, lorsque la peste et la lèpre menaçaient, on consommait le plus possible d’aromates, jusqu’à s’en enduire le corps !

    Aujourd’hui on attend que la grippe arrive pour avaler des antibiotiques…

    Erreur fatale, nous disait déjà Maurice Mésségué dans les années 1970, car on peut préparer son organisme à résister à de telles épidémies par une consommation régulière d’herbes antiseptiques :

    « Après une longue carrière de phytothérapeute, je tiens à remercier le thym et le serpolet pour leur pouvoir antiseptique : comme ils éliminent les virus et les bactéries dans l’atmosphère par leur arôme (dû au thymol qu’ils contiennent), ils détruisent ces germes infectieux dans l’organisme. Ainsi, du furoncle à la fièvre typhoïde et du panaris à la tuberculose, je ne connais pas de maladie à microbes qui ne puisse être soulagées par mes deux chères petites plantes. »

    Maintenant, admettons que vous ayez décidé de vous traiter avec du thym pour soigner un rhume.

    Si c’est pour faire une infusion, la plupart des thyms feront l’affaire. Mais si c’est pour le prendre sous forme d’huile essentielle, il faut procéderavec beaucoup plus d’attention.

    Pour la prévention, buvez une infusion de thym le matin et le soir, tous les jours pendant les périodes à risque qui peuvent durer tout l’hiver.

     

    Pour préparer son infusion :

    • Placez au fond d’une tasse une cuillère à café de feuilles de thym sèches, ou quelques branchettes de thym frais.
    • Faites bouillir de l’eau dans une bouilloire, puis laissez-là reposer une ou deux minutes.
    • Versez ensuite l’eau chaude dans la tasse et couvrez sans attendre à l’aide d’une assiette. Ne laissez pas trop infuser les feuilles, en particulier si la tasse contient aussi des branchettes, sous peine de donner un goût amer et astringent. Laissez infuser 2 à 3 minutes, puis filtrez. Rajoutez, si vous le souhaitez un peu de miel, qui fournira un effet désinfectant supplémentaire, et buvez bien chaud. Si vous avez du thym autour de chez vous, utilisez les nouvelles pousses qui apparaissent en janvier et février. Elle sont purement aromatiques et ne contiennent quasiment pas de tanins et de composants amers.

    Si vous notez de petites brûlures d’estomac ou autre irritation gastro-intestinale, diminuez à une infusion par jour, ou faites une pause pendant une semaine.

    En huile essentielle

    Le thym en huile essentielle, je préfère vous le dire : c’est un peu un truc de polytechnicien.

    Le seul thym vulgaire se décline jusqu’à 9 chémotypes différents - un chémitype est une sorte de carte d’identité de l’huile essentielle avec des profils biochimiques différents, et des indications (presque) toutes différentes.

    En première intention, on se contentera de choisir l’huile essentielle dethym vulgaire à linalol ou à thyanol, « peu agressives et assez polyvalentes » d’après la spécialiste des huiles essentielles Elske Miles…

    L’application cutanée est privilégiée et le choix de la zone d’application se fera en fonction du type d’infection : 2 à 4 gouttes sur le thorax et le dos pour une infection respiratoire, 2 à 4 gouttes sur le bas ventre pour une infection urinaire. Appliquer 3 fois par jour jusqu’à amélioration nette de l’infection.

    Pour soutenir la défense immunitaire, en cas notamment de grande fatigue, accompagnée d’une faiblesse du système de défense de l’organisme : apparition de boutons de fièvre, zona, herpès, etc., faites pénétrer 2 gouttes d’huile essentielle de thym linalol sur le plexus cardiaque au niveau du thorax, 2 fois par jour pendant 10 jours.

    On réservera l’huile essentielle de thym vulgaire à carvacrol ou à thymol à l’avis d’un aromathérapeute averti, qui vous donnera la marche à suivre pour les employer en deuxième intention, pour des infections plus sévères.

    En cas d’extinction de voix, d’angine ou de gorge, il faut s’intéresser à l’huile essentielle de thym vulgaire thujanol :

    Parfaitement tolérée par les muqueuses, elle peut être prise directement dans la bouche à raison de 2 gouttes mélangées dans 1 cuillerée à café de miel à garder à l’arrière de la bouche avant d’avaler. Cette prise peut être répétée jusqu’à 4 fois par jour pour un adulte. Aucune prise orale d’huile essentielle pour les enfants de moins de 10 ans !

    Et en cuisine ?

    Evidemment, on ne peut pas parler du thym, sans évoquer les bouquets garnis où il se retrouve en excellente compagnie, notamment avec le laurier, le romarin, le persil ou toute autre herbe de votre imagination. Il accompagne parfaitement les ragoûts, grillades en été, plats mijotés en cocotte et soupes.

    On s’en sert aussi pour assaisonner les légumes, surtout ceux qui ont un goût fort comme le chou.

    Le thym se marie bien avec les courgettes et les aubergines grillées, mais aussi avec les poissons, volailles ou le fromage de chèvre. Séché, il parfume la ratatouille, le riz, les gratins.

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Les Oignons Constituent Un Remède Naturel...

    Pour...De Nombreuses Maladies Courantes...

    Voici 12 Manières Inattendues De Les Utiliser...

    Les oignons sont excellents pour les salades et frits en plats d’accompagnement, mais certains affirment qu’ils sont encore meilleurs pour guérir des maux et prendre soin de la maison.

    Il s’agit d’un remède naturel très polyvalent, car ils contiennent des agents antiseptiques et antibiotiques du fait de leur importante teneur en soufre. Ils aident également votre corps à lutter contre les radicaux libres qui provoquent des maladies chroniques, comme le cancer.

    Les oignons peuvent stimuler votre immunité, faire cesser les vomissements, traiter les maladies respiratoires et contribuer à traiter le diabète, les maladies cardiovasculaires, à réduire le cholestérol, et soulager l’arthrite.

    Ils étaient utilisés par les Amérindiens pour guérir les rhumes et la grippe, et même l’OMS reconnaît désormais que les oignons constituent un bon moyen de soulager les infections respiratoires, les bronchites, la toux et la congestion.

    Voici quelques façons saines d’utiliser les oignons pour des maux courants...

    La Toux

    Pelez et tranchez en deux un oignon, et ajoutez une cuillerée de sucre brun sur chacune des tranches avant de les couvrir pendant une heure.

    Consommez ce met deux fois par jour pour éliminer votre toux. Le soufre contenu dans les oignons dispose de propriétés antibactériennes qui éliminent les microbes responsables de la toux.

    Le soufre agit également comme un agent détoxifiant afin de libérer le corps de ses toxines. Ses propriétés antiinflammatoires réduisent la douleur et l’inflammation qui surviennent durant une quinte de toux.

    Lutter Contre La Chute Des Cheveux.

    Faites bouillir de l’eau dans laquelle vous aurez plongé un oignon et utilisez le liquide obtenu pour vous rincer les cheveux avant chaque shampooing afin de lutter contre la chute des cheveux et les épaissir.

    Ses propriétés antimicrobiennes stopperont les pellicules et favoriseront la pousse des cheveux...

    Tandis que les antioxydants arrêteront la chute des cheveux et participeront à renforcer les cheveux et à leur donner plus de volume.

    Soulager La Congestion De La Poitrine...

    Écrasez un oignon et réalisez une pâte en ajoutant un peu d’huile de coco. Enduisez votre poitrine de cette mixture et couvrez-la avec un torchon.

    Les oignons fonctionnent comme un antibiotique naturel et renforcent le système immunitaire.

    Les vapeurs qu’ils dégagent agissent également comme un expectorant pour dégager le mucus de votre poitrine qui provoque la toux.

    Apaiser La Colique D’un Bébé.

    Pour apaiser la colique d’un bébé, donnez-lui une cuillère à café de thé à l’oignon toutes les heures jusqu’à ce qu’elle disparaisse. L’oignon dispose de propriétés qui détendent les muscles, renforcent l’estomac, et régulent la digestion...

    Faites bouillir un oignon jaune coupé en dés dans de l’eau et laissez refroidir avant de filtrer.
    Soulager une piqure d’insecte.

    Placez un morceau d’oignon ou un peu de jus d’oignon frais sur une piqure d’insecte pour la soulager. Les propriétés antiinflammatoires de l’oignon réduiront l’inflammation et l’inconfort provoqués par la piqure.

    Les Otites.

    Coupez un oignon et mettez-le dans une chaussette fine que vous refermerez bien. Posez la chaussette sur votre oreille et tenez-la en place à l’aide d’une casquette. Restez ainsi jusqu’à ce que la douleur disparaisse.

    Les Coupures.

    Utilisez la peau de votre oignon pour sur coupure.

    Elle agira comme un agent antiseptique et arrêtera rapidement le saignement.

    Les propriétés antibiotiques et antiinflammatoires contribuent à guérir la blessure, tandis que les propriétés antimicrobiennes empêcheront les infections.

    Soulager Un Mal De Gorge.

    Réalisez une décoction de peau d’oignon et d’eau. Buvez-en un peu et gargarisez-vous avec. Si le goût ne vous convient pas, vous pouvez ajouter du miel et du citron. Les propriétés antiinflammatoires de l’oignon réduiront la douleur et l’inflammation de votre gorge.

    Les Vomissements

    Râpez un oignon et pressez-le à l’aide d’une toile pour collecter le jus d’oignon. Faites du thé à la menthe poivrée et laissez-le refroidir. Buvez deux cuillerées du jus d’oignon et attendez cinq minutes. Puis buvez deux cuillerées de thé à la menthe. Répétez cette opération jusqu’à ce que les vomissements cessent.

    Assainir L’air...

    Un oignon purifiera l’air en aspirant et en absorbant les bactéries et les virus qui s’y trouvent.

    Traiter Les Coups De Soleil & Les Brûlures Mineures...

    Massez votre brûlure à l’aide d’un oignon frais pour prévenir les infections. Les composés sulfurés accéléreront la régénération de la peau, tout en faisant réduire la brûlure et la rougeur.

    La Fièvre

    Coupez quelques fines tranches d’oignon. Versez un peu d’huile de coco sous vos pieds et appliquez vos fines tranches d’oignon sur la plante.

    Enroulez vos pieds avec un film plastique et couvrez-le avec une chaussette. L’oignon drainera les toxines, les bactéries, et les maladies hors de votre corps durant la nuit.

    Partagez cet article avec vos amis et votre famille...

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le miso, l’aliment parfait ! - Connaissez-vous le Miso Japonais et ses vertus ?

    GIF - 78.3 ko



    En cette période festive, nous faisons certainement quelques abus soit en nourriture, soit en boisson. De plus avec les premiers froids, une certaine fatigue peut nous envahir. Pour tous ces petits troubles bénins, le Miso peut jouer un rôle préventif voir curatif.

    Mais avant de détailler, toutes les vertsu du Miso ( et elles sont nombreuses !), nous allons voir ce qu’est réellement cette pâte brune.

    Un peu d’histoire :

    L’origine du Miso est chinoise, il est connu depuis plus de 2500 ans et n’a fait son apparition au Japon que vers le 7ème siècle, introduit par des moines boudhistes.
    Le mot Miso lui est japonais.
    En Chine, on le trouve sous le nom de Chiang.

    Le procédé de fabrication fut alors amélioré et le miso (de riz) devint l’un des aliments principaux des Samurai.
    Vers le 17ème siècle, la fabrication “industrielle” apparût.
    Si le miso eut un rôle trés important dans l’alimentation de l’époque féodale du Japon, il n’en reste pas un moins un produit trés utilisé de nos jours, soit en cuisine traditionnelle.

    En fait, il existe de trés nombreuses variétés de Miso mais nous allons nous intéresser au plus courant et populaire , le Miso de riz.

    La fabrication du Miso :

    Au Japon, la fabrication du miso est aussi complexe et variée que celle du fromage chez nous.
    Comme pour le Nihonshu ( Sake Japonais), le Miso est obtenu par une double fermentation.

    Pour obtenir une pâte miso, on chauffe à la vapeur une céréale (orge ou riz) puis on incorpore un ferment naturel (Aspergillus oryzae ) et on laisse fermenter le tout pendant environ 2 jours en surveillant les conditions de température, d’humidité et d’oxygène. On obient ce que l’on appelle le Koji.
    Ensuite on incorpore les autres ingrédients ( notament soja et sel) et on laisse fermenter le tout dans une cuve en cèdre pendant plusieurs semaines voir plusieurs mois. La fabrication du miso est donc 100% naturelle.

    Utilisation du Miso :

    Le Miso par l’intermédiaire de la Miso Shiru ( soupe à base de Miso) est un aliment de base de la cuisine Japonaise. La soupe Miso étant considérée comme une boisson plus que comme un plat, elle accompagne souvent tous les repas dans le petit déjeuner ( chez environ 75% des Japonais ).

    Mais le Miso ne sert pas seulement à la confection de cette soupe célèbre que l’on trouve dans tous les restaurants japonais ( les vrais !). Il peut servir à remplacer le sel, peut être utilisé comme fond de bouillon ( Miso Ramen ), pour faire des marinades et même des grillades ! On peut également l’utiliser pour des sauces et des vinaigrettes. Un de mes plats préféré, ce sont les aubergines au Miso, dont je vous dévoilerais la recette un Jour !

    Le miso au soja est utilisé pour faire un type de légume macéré appelé “misozuke”. Ces produits macérés sont typiquement fait à partir de daikon, concombre, hakusai, ou aubergine, et sont plus sucrés et moins salés que les tsukemono japonais standard.
    La pâte Miso se conservre très bien mais au réfrigérateur après ouverture.

    Les différents types de Miso :

    Le goût, les aromes, la texture et l’apparence de tout miso spécifique varie en fonction du type de miso aussi bien que de la région de fabrication, et de la saison. Les ingrédient utilisés, la température et la durée de fermentation, la quantité de sel et le vaisseau de fermentation y contribuent tous. Parmi les variété de saveur des miso soja on trouve :

    • Shiromiso, “miso blanc”
    • Akamiso, “miso rouge”
    • Kuromiso, “miso noir”
    • Hatchomiso, “miso de hatcho”

      Suivant la région, certaines sorte de Miso son plus répandus.
      Par exemple, dans la région de Tokyo, le shiromiso plus clair est populaire, alors que dans la région de Kyoto, Osaka, Kobe, le plus foncé hatchomiso est préféré, et akamiso est préféré dans la région de Tokai.

      On distingue également le miso par le type de céréales utilisées pendant la fabrication, en voilà les principales sortes mais il en existe beaucoup plus. :
    • Mugi : orge
    • Tsubu : blé/orge entier
    • Aka : rouge, fait avec du riz, de graines de soja, goût moyen, le plus utilisé au Japon.
    • Shiro : riz, goût sucré, frais
    • Hatcha : vieillit, goût le plus fort, utilisé principalement au centre du Japon.
    • Taima : graine de chanvre ( et oui ) Etc etc …

      Les vertus du Miso :

      On pourrait écrire un livre sur les vertus du Miso, certains le définissent comme l’aliment le plus bénéfique qui existe. Les chercheurs Japonais ont fait et font de très sérieuses recherches sur les bienfaits du Miso sur l’organisme et les résultats sont tout simplement stupéfiants.

    • Contient tous les acides aminés essentiel ( permet de remplacer la viande), de la vitamine B et plus de 50 enzymes utiles pour le corps.
    • Jouerait un rôle important dans la prévention de cancers : Sein ( Institut National de Recherche sur le Cancer du Japon, Tokyo 2003 ), Gastro-intestinaux ( Kamei, H. et autres 1997)
    • Favorise l’élimination des toxines
    • Aide à la digestation ( son rôle le plus connu) en enrichissant la flore intestinale.
    • Permet de surmonter certaines intolérances digestives légères.
    • Tonifiant de l’organisme ( comme le café mais ne contient pas d’excitant)
    • Joue un rôle dans la prévention de l’hypertension et des maladies cardio-vasculaires.
    • Atténue les symptômes de la ménopause.
    • Protège l’organisme contre certains agents pathogènes (salmonelles notament).

      Puisque le Miso a tant de supériorité en tant qu’aliment, il est normal que ceux qui le mangent quotidiennement aient une santé excellente, et en conséquence vivent plus longtemps.

      D’après une enquête dans les villages Japonais, connus pour la longévité de leurs habitants, les villageois sont, unanimement dans tous ces villages, des mangeurs de soupe Miso à l’algue Wakame, dont ils prennent même dans un certain village, de 6 Ã 7 bols de cette soupe par jour en moyenne.

      Dans “Les Aliments et leurs vertus”, Jean Carper déclare que des chercheurs japonais spécialisés dans l’étude du cancer de l’estomac ont constaté que des personnes consommant un bol de soupe de miso par jour résistaient 3 fois mieux à la maladie. Même l’ingestion occasionnelle de miso offre une protection contre le cancer. Il y a 10 ans, ces résultats en étonnèrent plus d’un car on ne connaissait pas encore les multiples propriétés anticancéreuses des constituants du haricot de soja.

      Selon le Dr. Shinichiro Akizuki, Directeur de l’hopital à Nagasaki (Japon), le miso peut devenir l’une des composantes les plus importantes de l’alimentation d’une personne. Il dit avoir pu observer que, à de rares exceptions près, les familles consommant du miso quotidiennement ne sont presque jamais malades ! Il affirme : « je suis convaincu que le miso se classe parmi les médecines de la plus haute gamme possible : celles qui aident ã prévenir les maladies et qui renforcent le corps lorsqu’on les pratique au quotidien. ».

      Divine Tara {JPEG}

      La recette de la soupe Miso :

      Il n’y a pas une recette mais des recettes de soupe Miso, vous pouvez faire varier celle-ci suivant votre imagination .

      INGREDIENTS
      Pour 6 personnes

    • 5G de Wakame déshydraté
    • 8 Cuillères à soupe de Miso
    • 1 Litre d’eau
    • 100G de Tofu ou de Pommes de terre

      PRÉPARATION
    • Réhydrater le wakame dans de l’eau froide pendant 10 minutes environ
    • Pendant ce temps, coupez le Tofu ou les pommes de terres en petits carrés
    • Si vous utilisez le Tofu, le réserver
    • Si vous utilisez les pommes de terres, les faire cuire d’abord.
    • Pressez le wakame pour éliminer l’eau puis le découper finement - Réserver
    • Diluer la pâte Miso avec de l’eau dans une passoire et l’ajouter aux pommes de terre
    • Faire cuire quelques minutes SANS PORTER A EBULLITION
    • Rajouter le Tofu
    • Au moment de servir, dans chaque bol ajouter un peu de Wakame et l’oeuf


      Source : magazine.cuisine-japonaise.net
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Etiquetage sur les Fruits :

     

     Retenez "code à 5 chiffres et commençant par le chiffre 9" 

     

     Voici ce que les étiquettes sur vos fruits signifient : faites attention Lorsque vous achetez des fruits, vous avez sûrement remarqué les étiquettes dessus et vous êtes demandé ce qu’elles signifiaient.

     

    1- Si l'étiquette comporte 4 chiffres commençant par 3 ou 4 cela signifie :que le fruit a été cultivé en culture intensive, à savoir avec des engrais chimiques.

    2- Si le produit dispose de 5 chiffres, commençant avec le numéro 9, cela signifie : que le produit a été cultivé de façon traditionnelle, sans pesticides et  sans fumier.

     

    Ceci est le meilleur produit.

     

    3- Si le produit dispose de 5 chiffres, dont le premier numéro est de 8 : le produit a été génétiquement modifiée, vous devez donc l’éviter.

     

    Par conséquent, soyez extrêmement prudent lorsque vous achetez vos produits la prochaine fois que vous ferez des courses !

    Etiquetage sur les Fruits :

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le café en capsule double la quantité de furane ingéré, un cancérigène pour le foie

    Le café fait à l’aide de capsules contient plus de furane, un cancérigène, que le café fait à l’aide d’une cafetière classique montre une étude réalisée par des scientifiques espagnols de l’université de Barcelone.

    Le furane est une substance organique volatile et lipophile, et est utilisé comme produit intermédiaire dans l’industrie chimique, notamment comme solvant pour les résines, lors de la production de laques, et comme agglomérant dans la fonderie. Le furane est également présent dans un large éventail de denrées alimentaires, telles que le café, le pain, la bière, les plats préparés, les sauces et soupes, et en particulier dans les aliments emballés dans des conserves ou des bocaux, parmi lesquels les aliments pour bébés et différentes sortes de légumes. Un rapport de l’EFSA est paru récemment avec des résultats recueillis entre 2004 et 2009 dans 14 Etats membres (EFSA, 2009). La moyenne de la teneur en furane variait de 6 μg/kg pour la bière et le jus de fruits à 2272 μg/kg pour les grains de café torréfiés. La toxicité du furane concerne en premier lieu le foie après ingestion par voie orale. L’exposition au furane provoque chez les animaux de laboratoire des leucémies mononucléaires (rats), des cholangiocarcinomes (rats) et des adénomes/carcinomes hépatocellulaires(rats et souris). Le furane est probablement également cancérogène pour l’homme, et ce sans doute par le biais d’un mécanisme génotoxique. Cependant, une toxicité chronique avec prolifération cellulaire secondaire pourrait indirectement accélérer la réaction tumorale (EFSA, 2004). Le café contribuerait le plus à l’exposition des adultes via l’alimentation (Morehouse et al., 2008)

    L’évaluation de la toxicité du furane est encore incomplète. Il n’y a pas de données disponibles quant à sa toxicité au niveau de la reproduction et du développement. Il n’existe pas non plus d’études menées chez l’homme (EFSA, 2004).

    L’étude publiée dans la revue Journal Food Chemistry, révèle que la teneur en furane retrouvée dans un expresso  (43‐146 nanograms/mililitre)  est sensiblement supérieure à celle retrouvée dans un café réalisé à l’aide d’une cafetière classique à partir de café moulu, qu’il s’agisse de café normalement caféiné (20‐78 ng/ml) ou décaféiné (14‐65 ng/ml).

    Mais, les scientifiques retrouvent des taux de furane 2 fois plus élevés dans les cafés réalisés avec des capsules (117‐244 ng/ml). En fait, ce taux de furane élevé est lié au fait que les capsules, hermétiquement fermées, empêchent l’évaporation du furane lorsque le café entre en contact avec l’eau chaude à haute pression. Plus le temps de passage du café  et son exposition à l’air sont prolongés, plus le furane a le temps de s’évaporer, ce qui n’est pas le cas lors de l’utilisation des capsules.

    Cependant, selon les scientifiques, la quantité ingérée de furane ne serait pas toxique pour l’organisme. Pour atteindre le niveau de toxicité, il faudrait consommer 20 cafés réalisés à partir de capsules ou 30 expressos. Notons pourtant, que selon l’EFSA, du fait que la cancérogénicité induite par le furane est probablement la conséquence d’un mécanisme génotoxique (action directe sur les gènes des cellules), aucune valeur seuil ne peut être établie pour le furane (EFSA, 2004).

    Source

    Occurrence of furan in coffee from Spanish market: Contribution of brewing and roas
    M.S. Altaki, F.J. Santos, M.T. Galceran
    Food Chemistry, 2011; 126 (4): 1527

    Crédit Photo Creative Commons by Joe Shlabotnik

     
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Comment les vaches chinoises ont produit de nouvelles « super-bactéries » qui peuvent tous nous tuer

    vaches-bacteries

    Selon une étude, plus de la moitié de la consommation d’antibiotiques en Chine est pour le bétail. En jeu, un nouveau gène, MCR-1. Ce gène est apparu dans des plasmides, ce qui lui permet de se répandre très facilement de bactérie en bactérie.

    Les antibiotiques sont peut être l’innovation médicale la plus importante des 100 dernières années. Il y a cent ans, le seul remède connu contre la tuberculose, une maladie endémique, était le repos. Sans les antibiotiques, la tuberculose et de nombreuses autres maladies très graves continueraient de nous décimer ; sans les antibiotiques, la moindre infection pourrait être fatale.

    Ce qui explique que de plus en plus de responsables de la santé s’inquiètent du phénomène de la résistance bactérienne. C’est le mécanisme sans pitié de l’évolution : au fur et à mesure que les bactéries sont bombardées d’antibiotiques, les souches évoluent et deviennent résistantes. On voit de plus en plus l’émergence de ce qu’on appelle des « super-bactéries » qu’aucun antibiotique ne peut combattre. Et l’évolution est rapide : un responsable hospitalier déclare découvrir plusieurs cas par mois, alors qu’il y a cinq ans ils étaient « aussi rares que des poules avec des dents. »

    En cause, la sur-utilisation des antibiotiques. Plus on utilise des antibiotiques, plus on accélère le phénomène d’évolution des bactéries. Et la dernière souche d’antibiotiques découverte le fut avant les années 1980.

    Mais ce qu’on utilise le plus, ce n’est pas les antibiotiques humains. Dans l’agriculture industrielle, on injecte le bétail de nombreux antibiotiques car leurs conditions d’élevage, en surpeuplement, favorise l’émergence des maladies. Conditions idéales pour l’émergence de « super-bactéries », qui peuvent ensuite passer à l’homme. En Europe, l’utilisation non-médicale des antibiotiques sur le bétail est interdite depuis des années, (…)

    lire la suite sur Atlantico

    Publié le 30 novembre, 2015 dans Animaux, Chine, Société & Culture.

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique