• Nourrir Un Chat Une Fois Par Jour Serait Idéal -

    Nourrir Un Chat Une Fois Par Jour Serait Idéal -

    Un article rédigé par des experts en santé animale de l’Université de Guelph indique que les chats se débrouillent très bien lorsqu’ils sont nourris une fois par jour — et peuvent même voir ainsi leur état de santé s’améliorer.

    Les miaulements constants de votre chat semblant signaler qu’il a faim ne sont peut-être pas le meilleur guide pour le garder en bonne santé, suggère une nouvelle recherche.

    Nourrir Un Chat Une Fois Par Jour Serait Idéal -

    « Je ne sais pas pourquoi les gens sont si convaincus que les chats doivent manger plusieurs petits repas par jour », a déclaré la coautrice de l’étude, Adronie Verbrugghe.

    Après tout, les félins sauvages — les lions par exemple — mangent un gros repas, puis rien pendant des jours.

    « Ils sont presque comme des chiens. »

    Que se passerait-il si Moustache avait ses croquettes une seule fois dans la journée au lieu de plusieurs, s’est demandé Mme Verbrugghe.

    « Il n’y avait pas vraiment eu de (recherche) liée à la physiologie ou la biochimie. »

    Nourrir Un Chat Une Fois Par Jour Serait Idéal -

    Ses collègues et elle ont donc suivi attentivement l’activité et la chimie interne de huit chats en bonne santé pendant 21 jours.

    Quatre ont été nourris une fois par jour ; les autres, quatre fois. Les deux groupes ont reçu un nombre égal de calories.

    Mme Verbrugghe a découvert que les chats ayant un repas unique libéraient plus d’hormones signifiant que la faim est satisfaite.

    « Cela pourrait montrer qu’ils étaient plus rassasiés que les chats qui ont reçu plusieurs repas », a-t-elle souligné.

    Les chats ayant reçu un repas unique semblaient également brûler plus de graisse et présentaient des niveaux plus élevés d’acides aminés — les éléments constitutifs du muscle — que les chats à repas multiples.

    Nourrir Un Chat Une Fois Par Jour Serait Idéal -

    Les chats nourris quatre fois par jour étaient plus actifs, a indiqué Mme Verbrugghe. Mais cela ne veut pas dire qu’ils brûlaient plus de calories.

    « Lorsque nous avons examiné la dépense énergétique, il n’y avait aucune différence. »

    L’obésité est un gros problème chez les chats domestiques, a ajouté Mme Verbrugghe.

    Leur servir un seul repas par jour pourrait être un moyen de contrôler cela, même si elle reconnaît que ce plan alimentaire ne serait pas adéquat pour tous les chats.

    « C’est un outil supplémentaire », a nuancé Mme Verbrugghe. « [...] Nous devons créer un plan individuel pour chaque animal. »

    Mais elle a ajouté que demander plusieurs repas est un comportement appris chez certains chats.

    Nourrir Un Chat Une Fois Par Jour Serait Idéal -

    Cela peut être un moyen d’attirer l’attention de leur propriétaire.

    « Beaucoup de gens offrent plusieurs petits repas parce qu’ils veulent montrer qu’ils aiment leurs animaux », a expliqué Mme Verbrugghe. « 

    Je remplacerais certainement un repas par une interaction avec l’animal, en leur donnant des câlins, en jouant avec eux. »

    Les chats adorent la routine et une alimentation fréquente peut simplement en faire partie.

    « C’est ainsi qu’ils ont l’habitude de se faire servir de la nourriture », a noté Mme Verbrugghe. « 

    D’autres chats peuvent avoir une habitude naturelle de grignoteurs. Je ne sais pas quelle en est la raison. »

    Nourrir Un Chat Une Fois Par Jour Serait Idéal -

    Parfois, le comportement problématique est humain. Avec de nombreux petits repas, il est facile...

    De perdre la trace de la quantité de nourriture que Moustache reçoit réellement, en particulier lorsque les enfants les nourrissent.

    « Cela pourrait très rapidement conduire à une prise de poids. »

    Malgré la longue relation entre les humains et les chats, Mme Verbrugghe a déclaré qu’il y avait encore beaucoup à apprendre sur la physiologie féline.

    Les gens font des hypothèses sur ce que font leurs amis à fourrure et sur la façon dont ils se comportent qui ne sont pas nécessairement appuyées par la science.

    Nourrir Un Chat Une Fois Par Jour Serait Idéal -

    Nourrir Un Chat Une Fois Par Jour Serait Idéal -

     
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les Blagues Variées & Hilarantes -

    Les Blagues Variées & Hilarantes -

    Un couple arrive dans un hôtel.
    Le groom monte leurs bagages dans la chambre et demande au monsieur :

    – Avez-vous besoin de quelque chose ?

    – Non merci

    – Et pour votre femme ?

    – Ah vous faites bien de m’y faire penser ! Montez-moi une carte postale et un timbre.

    *****************

    Les Blagues Variées & Hilarantes -

    Deux maris discutent...   - Ma belle-mère est un ange !

    - T'as de la chance, la mienne est encore en vie.

    *****************

    Tout le monde étant en état d'ébriété avancée, la fête de mariage avait tourné court.

    A l'issue du repas, les représentants masculins des deux familles concernées en étaient venus aux mains.

    La police avait finalement embarqué tout le monde et la semaine d'après, une dizaine d'hommes passaient devant le juge...

    La rixe se poursuit jusque dans la salle d'audience jusqu'au moment où le juge frappe un grand coup de marteau pour calmer tout le monde. Il prend alors la parole :

    - Hé bien, qui peut m'apporter une explication plausible à ce qui s'est passé ?

    Un homme, avec des bandages partout, se lève et raconte :
    - Moi, j'étais le témoin du marié et je peux tout expliquer. Dans notre tradition, c'est toujours le témoin qui ouvre le bal avec la mariée.

    J'ai donc dansé avec elle une première fois, puis comme les chansons se sont enchaînées, j'ai fait la deuxième danse, et puis la troisième...

    Je pense que ça a dû énerver le père de la mariée car à la quatrième danse, il a adressé un coup de pied brutal dans l'entre-jambe de sa propre fille...

    Le juge, médusé, remarque :
    - Waoooo ! C'est que ça a dû faire très mal...

    Et le témoin explique...

    M'en parlez pas, cet abruti m'a cassé deux doigts...

    ***************************

     Un jour, une femme appelle furieuse son mari sur mon téléphone portable :

    - Et bien, vieux soulard, où est-ce que tu es ?

    Je réponds doucement

    Et bien, te souviens-tu de cette bijouterie où, il y a très longtemps, tu avais repéré une superbe bague sertie de diamants...

    Et tu en étais tombée dingue amoureuse. Je t'avais dit à ce moment : "un jour elle sera à toi". Mais à cette époque je n'avais pas encore assez d'argent pour te l'offrir.

    La femme, calmée et soudainement toute émue, la voix presque sanglotante

    Oh oui, mon amour, je me souviens...
    - Et bien, je suis dans le bistrot, juste à côté !

    ****************

    Une femme un peu naïve entre dans un bar et voit un beau cow-boy assis au comptoir. Ses longues jambes et ses longs pieds dans l’allée
    Elle s’approche et lui demande...

    - Je peux vous poser une petite question ?
    - Oui, la p’tite.

    - Est-ce que c’est vrai ce qu’on dit concernant la longueur des pieds des hommes par rapport à vous savez quoi ?

    - Suivez-moi chez moi et trouvez la réponse vous-même !
    Pourquoi pas, se dit-elle.
     
    Rendu chez le cow-boy, elle décide d’y passer la nuit. Au matin, se préparant à partir, elle glisse un billet de $100 sur la table de chevet.

    - Hey ! C’est la première fois qu’on me paie pour mes services, ce n’est pas vraiment nécessaire.

    - Je ne te paie pas pour tes services, je te laisse de l’argent pour que tu t’achètes des chaussures de la bonne taille !
    ***********************
    Un homme va se confesser;

    Mon père , je m’accuse d’avoir péché...

    J’ai fauté avec une femme qui n’était pas la mienne .

    Le prêtre...
    - Était-ce contre son gré, mon fils ? 
    L’homme

    - Oh non, contre le mur, mon père !!!

    ****************

     Un représentant en aspirateur débarque chez une vieille dame qui habite une maison isolée au bout du village. Sans lui laisser placer un mot il lui dit...
     
    Madame, je vais vous faire une démonstration de la merveille des merveilles, le nouvel aspirateur « Cyclone »...
     
    Celui qui aspire tout en quelques secondes ! Où est votre poubelle ? Dans la cuisine ? Je m'en doutais ! Permettez-moi de la prendre !

    Il l'emporte dans le salon et vide tout le contenu par terre.

    Ne vous inquiétez pas ! Car à présent, avec l'aspirateur « Cyclone », je vais faire disparaître totalement...

    Jusqu'à la dernière parcelle, toutes ces ordures ! Je m'engage, chère madame, à manger devant vous tout ce qui resterait au sol !

    - Attendez, monsieur, dit la vieille dame. Je vais vous chercher du sel et du poivre, parce que je n'ai pas l'électricité.   
    Bravo à Léa !  Quelle différence y a- t-'il entre un rouquin et un requin ?
    Le rouquin a les cheveux du père et le requin les dents de la mère
      https://i.skyrock.net/6936/34006936/pics/3307229226_1_2_6ykvce9q.gif   Quel est le point commun entre un professeur et un thermomètre ?

    On tremble quand ils marquent zéro !

    *****************

    Dans le quartier chic de la ville, un clochard s'avance vers une femme distinguée qui fait du lèche-vitrines.

    Le clochard lui dit d'un air implorant...
    - Je n'ai pas mangé depuis quatre jours !
    La dame le regarde et lui dit :
    - Mon Dieu! Si seulement j'avais votre volonté.

    ********************

    C'est une dame qui demande à la vendeuse:
    - Je peux essayer cette robe dans la vitrine?
    Et le vendeuse répond:
    - Vous ne préférez pas l'essayer dans une cabine?

    https://p5.storage.canalblog.com/54/33/922142/110764076_o.gif

    Pourquoi le saut a l'élastique est-il formellement interdit aux non-voyants ?
    Parce que ça fait trop peur au chien !

    ******************

    Au cinéma, deux bavardes n’arrêtent pas de discuter. Excédé, leur voisin proteste :
    - S’il vous plait, je n’entend rien du tout.
    - Et alors, ça vous regarde, ce que nous disons.

    ********************

    Deux ballons discutent :
    - Si on allait s'éclater? dit l'un.
    - T'es pas un peu gonflé? lui répond l'autre.

     

    https://mathieumth.files.wordpress.com/2018/01/3189557627_1_2_m9a0x0rw.gif

    Pourquoi Napoléon n'a pas acheté une maison ?
    Parce qu'il avait déjà un bonne appart (bonparte)

    *****************

    C'est deux savons qui se rencontre.
    - Tiens ta maigri depuis la dernière fois, comment t'a fait?
    - J'ai pris un bain.

    ********************

    Les Blagues Variées & Hilarantes -

     

    A sa mort, le Président de Microsoft, Bill Gates, est envoyé en enfer.

    Satan reçoit en personne l'homme le plus riche du monde et lui dit:
    "Vous avez été un homme important sur terre.

    Vous avez donc le droit à certains égards. Je vais vous proposer deux options pour votre séjour parmi nous."

    D'abord, Satan conduit Bill près d'un lac embrasé où des millions d'âmes sont torturées pour l'éternité. Bill déclare:"

    Cette option n'est pas très attirante."

    Satan dit:"Vous avez une autre option..."

    Et Satan le conduit vers un bâtiment et lui montre une pièce isolée.

    A l'intérieur, une table, une chaise et un PC.

    "Il y a Windows 95 installé dans l'ordinateur", précise Satan.

    "Ah oui ?", répond faussement Bill Gates, satisfait de constater qu'il est en position de monopole, même en enfer.

    Et il ajoute...
    "Je crois que je vais prendre cette option-là."

    Le pacte est scellé. Un assistant de Satan demande alors à son maître:"Satan, mais pourquoi lui offrez vous tout ce confort ?".

    Satan répond en ricanant:"J'ai retiré trois touches sur l'ordinateur..."

    "Ah oui, lesquelles ?", rétorque l'assistant.

    Et Satan: "Ctrl, Alt et Delete !"

    Les Blagues Variées & Hilarantes -

    Voici la prière universelle de tous les employés de la firme Micro (doit être récitée 3 fois par jour, à genoux et tourné vers Redmond)

    Notre Gates, qui est a Seattle,
    Que Ton Windows soit debogué,
    Que Ton monopole s'impose,
    Que Tes commandes soient exécutées
    Sur le Web comme sur le disque dur
    Donne-nous aujourd'hui
    Nos mises à jour quotidiennes
    Et pardonne-nous nos utilisations de Linux
    Comme nous pardonnons aussi
    A ceux qui ont utilisé des Macs.
    Et ne nous soumets pas au Dr Norton
    Mais délivre nous du plantage
    Car c'est à toi qu'appartiennent
    Le Copyright, les Megahertz et les Capitaux
    Au moins jusqu'à l'an 2000.
    Amen

    *****

    Réponse d'une informaticienne...

    Un micro-ordinateur est de sexe masculin pour les 5 raisons suivantes...

    * Pour capter son attention, il faut d'abord l'allumer.
    * Il contient plein d'informations mais il est sans imagination.

    * Il est incapable de vider la poubelle sans injonction de votre part.
    * Il est supposé vous aider, mais la plupart du temps c'est lui qui constitue le problème.

    * Vous réalisez vite que si vous aviez attendu plus longtemps avant de l'acquérir, vous auriez eu un modèle plus performant !

    Les Blagues Variées & Hilarantes -

    Alerte au Virus !

    Attention !!! La planète toute entière est menacée par une épidémie d'un virus intelligent qui a subi toute sorte de mutations...

    Depuis plus de 2000 ans. Son taux de contagion est dangereusement élevé: une personne atteinte de la maladie peut le transmettre à des millions d'autres.

    La semaine dernière, le Réseau de médecine génétique appliquée ( RMGA ) a précisé que le virus...

    Se transmet d'une personne à une autre de façon extrêmement rapide et qu'il n'y a encore aucun remède (1).

    Aucun symptôme précurseur ne peut être décelé chez une personne porteuse du virus.

    Le domaine de la recherche médicale à l'échelle mondiale travaille sur un antidote.

    On a donné un nom particulier à ce virus. C'est...

    Un SOURIRE !

    *****************

    Pourquoi observe-t-on un flux et un reflux de la mer ?

    - Parce qu'il y a très longtemps, les Flamands sont venus s'installer près de la plage.

    Et la mer, dégoutée, s'en est allée.

    Depuis, toutes les 12 heures, elle revient voir si ils sont toujours là.

    Les Blagues Variées & Hilarantes -

     

     

     

     

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • À Madagascar, ce missionnaire en chef bâtit un immense hôpital pour les pauvres

     

    À Madagascar, ce missionnaire en chef bâtit un immense hôpital pour les pauvres

    Le père Jean-Yves L'homme, prêtre des Missions Étrangères de Paris.

     

    À Madagascar, ce missionnaire en chef  bâtit un immense hôpital pour les pauvres

    Domitille Farret d'Astiès

     

    Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, nous dit l’Évangile de Matthieu. Depuis 2.000 ans, l’Église a pour vocation d’annoncer l’Évangile. Asie, Amérique, Afrique, Europe…

    Chaque continent est terre de mission. Découvrez aujourd’hui le père Jean-Yves Lhomme qui construit un hôpital pour les plus pauvres à Madagascar.

    De vastes bâtiments clairs entourés d’une jungle verdoyante, des rizières, un verger avec des arbres fruitiers à gogo… Bienvenue dans le futur hôpital Sainte-Anne, à Mananjary (Madagascar), sur la côte est du pays, au bord de l’océan indien.

    C’est là que vit le père Jean-Yves L'homme, 65 ans, futur directeur des lieux. Ce prêtre des Missions Étrangères de Paris originaire de Touraine a fêté ses 34 ans à Madagascar en août dernier.

    La date d’arrivée en mission, pour moi, c’est presque une naissance. C’est quelque chose dont un missionnaire se souvient très bien, confie-t-il d’une voix tranquille.

    Le désir de mission est né très tôt chez lui.

    Quand j’étais jeune, je recevais une petite revue, Lumière du monde, avec des lettres de missionnaires. Cela a fait tout simplement son chemin.

    À 23 ans, il ressent très fortement l’appel à la prêtrise.

    À ce moment-là, je savais que je voulais être missionnaire et partir.

    Missionnaire de brousse durant quinze ans, le père Jean-Yves Lhomme supervise depuis 2007 la construction de l’hôpital Sainte-Anne, à la demande de Mgr José Alfredo Caires de Nobrega, évêque des lieux.

    L’établissement est destiné aux plus pauvres de la ville et de la région qui souvent n’ont pas accès aux soins modernes. Dans cette région qui compte 1 million d’habitants, il n’existe en effet aujourd’hui qu’un seul hôpital d’État.

    Les besoins sanitaires sont immenses, note l’homme de Dieu.

    Je ne sais pas pourquoi on me l’a demandé à moi, mais je sais que j’ai toujours été sensible à la souffrance. Très jeune, j’ai été à Lourdes, et dès que j’ai pu, je suis devenu hospitalier de Notre-Dame

    L’évêque lui confie donc cette immense parcelle de dix hectares en pleine nature, le long de la route nationale 25, situé à cinq kilomètres de la ville de Mananjary.

    Au départ, il s’agit d’un simple terrain de brousse composé de sept collines avec une forêt vierge où se mêlent bambous, mauvaises herbes, eucalyptus… Charge à lui de le transformer en établissement de santé.

    C’était un terrain anormalement délicat pour construire un hôpital mais nous en avons fait quelque chose. C’est un gros projet qui coûte très cher mais la divine Providence a toujours pourvu, note le missionnaire.

    À Madagascar, ce missionnaire en chef bâtit un immense hôpital pour les pauvres

    LabadieVue aérienne de l'hôpital sainte Anne.

     

    Un hôpital aux normes européennes

    Construit selon des normes européennes, il devrait accueillir 50 lits – 25 en chirurgie et 25 en médecine. Un pôle mère-enfant est également en projet. Créé à l’attention des plus pauvres, il se targue de leur offrir les meilleurs soins possibles.

    Outre une équipe médicale permanente, des spécialistes venus de l’extérieur pourront être hébergés sur place ponctuellement. En cours de finition, il aurait en principe dû ouvrir cet été mais cela n’a pu se faire encore en raison de l’épidémie de Covid-19.

    Dès le début de ce projet colossal, il a fallu trouver des fonds, concevoir des plans, puis nettoyer le site, arracher, reboiser, araser, forer, construire un barrage, électrifier…

    Le tout avec de la main-d’œuvre locale.

    C’est un hôpital qui est fait par les Malgaches, insiste le prêtre, qui se réjouit que des amis de France et de La Réunion soient venus prêter main-forte et offrir des compétences qui manquaient sur place.

    Il déclare passer sa vie sur les chantiers. Chaque jour, il se lève aux aurores – l’été, il peut faire jour dès 4 heures du matin – et va au turbin, rejoignant les ouvriers sur le terrain.

    Il me faut être là en permanence pour surveiller, encourager, montrer, explique-t-il.

    À Madagascar, ce missionnaire en chef bâtit un immense hôpital pour les pauvres

    Confection des gabions qui vont soutenir la terre de la plateforme de la station de biogaz.

    Quand il ne s’occupe pas de chargement de sable et de pierre qu’il va chercher dans une carrière voisine, il tronçonne des arbres, lit son bréviaire dans son camion de 3,5 tonnes ou téléphone à des partenaires.

    Avant, quand j’étais missionnaire de brousse, je visitais à pied ou en moto les villages et les communautés chrétiennes et j’en créais de nouvelles ; j’avais la charge de 35 villages. Ici, j’ai un rôle de formateur à la rigueur, à la fidélité dans le travail.

    Toutes ces années de vie missionnaire m’ont fait comprendre qu’il suffit de pas grand-chose pour bien vivre et être heureux.

    Autour des bâtiments, aujourd’hui, des arbres à n’en plus finir, un verger avec de nombreux arbres tels que caféiers, bananiers, tamariniers, cocotiers, papayers, manguiers, arbres à pains, pamplemoussiers, litchis et trois hectares de rizières.

    C’est un des pays les plus pauvres au monde mais une terre fertile, bénie du Seigneur. Un dicton assure que de Diego-Suarez, grande ville du nord de Madagascar, à Fort-Dauphin, à l’extrême-sud, il existe 3.500 variétés de plantes. Vous plantez un bout de bois et il pousse, s’amuse le prêtre.

    Extraction des bois dans les futures rizières.

    Ces cultures sont destinées à nourrir les patients et à donner du travail à ceux qui en ont besoin. En effet, dans le pays, les hôpitaux publics ne nourrissent pas les malades et c’est la famille qui apporte la nourriture.

    Mais l’hôpital Sainte-Anne en a décidé de faire autrement et grâce aux rizières – le riz est la nourriture de base des Malgaches – et au potager, elle pourra proposer une nourriture équilibrée à ses pensionnaires.

    Un missionnaire, c’est vraiment un père, poursuit-il avec douceur.

    Dès qu’il y a un souci, on se tourne vers lui. J’ai un rôle social auprès de beaucoup de gens.

    Au bout de 34 ans, il a appris à connaître les Malgaches, mais, concède-t-il :

    L’être malgache reste pour moi un mystère. C’est un être collectif, il ne se pense pas dans son individualité. Ici, on vit au rythme du soleil, au jour le jour. J’ai du riz dans mon assiette aujourd’hui, je verrai bien si j’en ai demain. Pour moi c’est un combat. Il faut que je sois prévoyant et qu’en même temps je vive au jour le jour.

    Et de résumer sa pensée en ces mots :

    Ici, il faut un peu de foi, un peu de courage et beaucoup, beaucoup, de patience !.

    Avec cet hôpital, sa vie radicalement changé.

    J’ai une vie plus solitaire qu’avant mais la solitude ne me pèse pas. Le propre du missionnaire, c’est de s’adapter, de ne pas forcément faire ce qu’il désire mais de répondre à une demande. Je me sens parfaitement adapté à ce nouveau style de vie. Au fond, je n’ai pas besoin de grand-chose. Toutes ces années de vie missionnaire m’ont fait comprendre qu’il suffit de pas grand-chose pour bien vivre et être heureux, explique l’homme de Dieu.

    Une fois que les portes de l’hôpital auront ouvert, il sera en permanence au chevet des malades et des pauvres.

    Cet hôpital, il doit être missionnaire, avoir un esprit missionnaire, souligne-t-il.

    Il faut que toute personne, quelle qu’elle soit, soit magnifiquement accueillie.

    ***

    Père Émeric, homme de paix à Madagascar

    Domitille Farret d'Astiès

    À Madagascar, ce missionnaire en chef bâtit un immense hôpital pour les pauvres

     Père Émeric Aymot d'Inville

     

    Allez donc ! De toutes les nations faites des disciples, nous dit l’Évangile de Matthieu. Depuis 2.000 ans, l’Église a pour vocation d’annoncer l’Évangile. Asie, Amérique, Afrique, Europe… Chaque continent est terre de mission.

    Découvrez aujourd’hui le père Émeric Aymot d’Inville, responsable du foyer Tanjomoha à Madagascar.

    Tel un père, il prend soin de tous, passant ici et là pour stimuler, encourager, parler avec les uns et les autres. Cela fait vingt ans que le père Émeric Amyot d’Inville, 67 ans, s’occupe du foyer Tanjomoha, situé dans la petite ville de Vohipeno, sur la côte sud-est de Madagascar.

     Dans cette zone reculée, l’habitat, encore très traditionnel, est composé de cases en bois sur pilotis couvertes de feuilles de ravenale (l’arbre du voyageur), cette grande plante tropicale qui ressemble à un palmier en éventail.

     La grande ville la plus proche, Manakara, est distante d’une quarantaine de kilomètres.

    Madagascar étant un pays de rizières, les gens circulent beaucoup en pirogues et cultivent du riz et du manioc. On voit quelques élevages de zébus et de poules. Dans la brousse, malheureusement, lémuriens et sangliers noirs ont quasiment disparu en raison de la déforestation très importante qui sévit dans le pays.

    À Madagascar, ce missionnaire en chef bâtit un immense hôpital pour les pauvres

    Ici, les jeunes apprennent un métier

     

    Dans ce centre de dix-sept hectares unique en son genre vivent des jeunes avec un handicap qui ont entre 18 et 25 ans. Ils sont environ 110.

    Atteints de déficience au niveau moteur, auditif ou visuel, ils bénéficient d’opérations, de traitements et de rééducation et peuvent apprendre un métier.

    Beaucoup parmi eux ont contracté la polio et en gardent des séquelles, d’autres ont des malformations osseuses comme des pieds bot, certains ont été mordus par des crocodiles.

    En général, tout cela peut se traiter, à condition d’en avoir le temps et les moyens.

    Parfois, nous assistons à une amélioration extraordinaire, s’enthousiasme le missionnaire.

    Le centre leur propose une formation en menuiserie ou en couture/broderie type CAP, mais aussi en informatique et en gestion.

    Père Émeric Aymot d'InvillePère Émeric avec des jeunes fiers de leurs diplômes.

    Le prêtre cite l’exemple d’Angelo, 27 ans. Attaqué par un groupe de bandits – ce n’est pas rare là-bas que les brigands attaquent les éleveurs -, il s’est fait voler ses bœufs et il est resté avec une balle bloquée dans la colonne vertébrale qui l’a paralysé.

    Le père Émeric l’a rencontré dans un hôpital où il était mal soigné et extrêmement mal en point. Grâce à la rééducation proposée au centre, Angelo peut maintenant se déplacer seul avec une canne et il s’est installé dans une petite ville voisine comme couturier.

    Pour un homme qui, dixit le missionnaire, ne remuait pas d’un millimètre, c’est une immense victoire.

    Quand ils quittent le foyer, les jeunes reçoivent une machine à coudre ou une caisse avec des outils de menuiserie, explique le prêtre-éducateur. Un beau cadeau largement symbolique pour les accompagner concrètement au moment où ils prennent leur envol.

    Les liens restent d’ailleurs très forts entre les équipes et les personnes accueillies.

    C’est toujours une fête de se revoir, reconnaît le religieux.

    Le foyer accueille également environ 60 jeunes orphelins en détresse souvent sévèrement malnutris ou malades qui sont soignés et éduqués afin de reprendre goût à la vie, ainsi que des jeunes mis au banc de la société qui viennent ici pour étudier.

    Au total, quelque 400 personnes sont accueillies ici en permanence, logées, nourries, soignées et éduquées.

    Les non-résidents (élèves scolarisés ici, malades venus profiter de soins de jour, femmes âgées ou abandonnées, personnes psychiquement fragiles) représentent quant à eux environ 2.000 personnes.

    Un vaste monde qu’il faut nourrir quotidiennement. Au foyer, rendez-vous compte, on consomme pas moins de 12 tonnes de riz chaque mois.

    En plus du père Émeric, l’équipe d’accompagnement est composée d’un autre prêtre, quatre filles de la charité, deux coopérants internationaux et 70 employés.

    La parole et les œuvres

    Chaque jour, le père Émeric commence sa journée à 5 heures, célèbre la messe à 6 heures, pour commencer le travail dès 7 heures. Il fait le tour des classes, rencontre les professeurs, passe voir les familles, donne un cours de catéchisme, visite un malade… Sa mission principale reste l’accueil des pauvres, des personnes handicapées et des orphelins.

    Il a également une petite paroisse qui lui tient très à cœur. Le missionnaire appartient à la congrégation des Lazaristes, qui se situent dans la lignée de saint Vincent de Paul qui a voulu porter la Bonne Nouvelle tant par la parole que par les œuvres.

    Les deux sont complémentaires, insiste-t-il. Là-bas se mélangent des catholiques, des protestants luthériens, des animistes, des musulmans, aux itinéraires de vie variés.

    J’essaie d’être présent à tous indistinctement. Tout le monde est bienvenu chez nous. Notre objectif est d’accueillir les personnes qui souffrent pour les aider à trouver des solutions. Nous prenons soin des pauvres dans tous leurs besoins et nous les recevons gratuitement », explique le missionnaire d’une voix douce.

    Notre but n’est pas de ressasser les vieilles histoires mais d’aider les personnes à vivre ensemble. Nous proposons également la foi, dans la liberté, bien évidemment, ajoute-t-il.

    Point essentiel, les écoles sont ouvertes à tous et les élèves étudient ensemble.

    On sent un changement de mentalités. Je crois que l’Évangile est en train de progresser dans ces régions-là.

    À Madagascar, ce missionnaire en chef bâtit un immense hôpital pour les pauvres

    Père Émeric avec un jeune du foyer.

     

    Le père Émeric avait déjà été coopérant à l’âge de 22 ans. C’est d’ailleurs à Madagascar, à travers sa rencontre avec le père Vincent Carme, qu’il a connu la congrégation lazariste qui lui a permis de réaliser sa vocation missionnaire.

    Si le pays lui a plus, sa première expérience a été ardue pour des raisons de santé. Il lui a fallu vingt-cinq ans avant d’y retourner.

    C’était un saut dans la foi, confesse-t-il aujourd’hui. Il vante Madagascar et sa manière de vivre souriante.

    J’aime vivre ici. Les gens sont toujours prêts à faire des choses nouvelles, note-t-il.

    Il faut prendre le temps d’expliquer, notamment pour les projets agricoles. Les habitants se sont formés aux cultures maraîchères et nous avons actuellement un projet d’arbres fruitiers. C’est nouveau pour eux. Il faut prendre le temps de s’asseoir dans la case sur une natte et de discuter avec eux.

    Puis il ajoute en riant :

    Parfois, on voudrait que cela aille plus vite. Mais nous sommes chez eux. Il faut apprendre à découvrir par la patience, la douceur, la relation.

    Aujourd’hui, ce pays est le sien : c’est un lieu de paix, un lieu de joie.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Theologie

     Theologie .................... Jacques Prévert

    L'ÉLÈVE

    Le croisement de l'époux d'un pou et de l'épouse d'une punaise intrigue la girafe, et l'homme en grossière colère n'appelle pas sa femme chamelle mais chameau, ce qui fait
    rire l'adromadaire.

    Et pour en revenir au péché originel n'est-il pas surprenant qu'une vache qui n'a pas d'âme accouche dans la douleur comme une femme, où est sa faute?

    LE DOCTEUR

    Quoi de surprenant là-dedans comme là-dehors? S'ils avaient été plus subtils, et plus croyants, saint Augustin et saint Thomas auraient pu avoir la très nette et
    indésirable vision d'un rhinocéros ou d'un mouton en enfer tout comme celle d'une hyène ou d'une puce au Paradis.

    C'est comme Dieu d'une immense et incommensurable très simple complexité.

    Enfin tout ce qui est inné n'est pas toujours narrable.

    L'ÉLÈVE

    ...mais cependant, toutes ces bêtes coupables de péché originel, on dirait du caprice d'un péché originel, allez savoir pourquoi

    LE DOCTEUR

    J'y suis allé et je sais : Dieu a imaginé toute chose et par exemple et en l'occurrence la Metempsychose.

    L'ÉLÈVE

    Mais tout de même...

    LE DOCTEUR

    Tout de même, vous l'avez dit, et tous pareils. Tout est capable et coupable de tout.

    Google Bookmarks

    2 commentaires
  • L'Impudent

     L'Impudent ......................... Paul Verlaine

    La misère et le mauvais œil,
    Soit dit sans le calomnier,
    Ont fait à ce monstre d'orgueil
    Une âme de vieux prisonnier.

    Oui, jettatore ', oui, le dernier
    Et le premier des gueux en deuil
    De l'ombre même" d'un denier
    Qu'ils poursuivront jusqu'au cercueil.

    Son regard mûrit les enfants.
    Il a des refus triomphants.
    Même il est bête à sa façon.

    Beautés passant, au lieu de sous,
    Faites à ce mauvais garçon
    L'aumône seulement... de vous,

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Écrit en 1875

     Écrit en 1875 .................. Paul Verlaine

    J'ai naguère habité le meilleur des châteaux '

    Dans le plus fin pays d'eau vive et de coteaux :

    Quatre tours s'élevaient " sur le front d'autant d'ailes.

    Et j'ai longtemps, longtemps habité l'une d'elles.

    Le mur. étant de brique extérieurement,

    Luisait rouge au soleil de ce site dormant.

    Mais un lait de chaux, clair comme* une aube qui pleure.

    Tendait légèrement la voûte intérieure.

    Ô diane des yeux qui vont parler au cœur,

    Ô réveil pour les sens éperdus de langueur.

    Gloire des fronts d'aïeuls, orgueil jeune des branches,

    Innocence et fierté des choses, couleurs blanches !

    Parmi des escaliers en vrille, tout aciers

    Et cuivres, luxes brefs encore émaciés,

    Cette blancheur bleuâtre et si douce, à m'en croire.

    Que relevait un peu la longue plinthe noire.

    S'emplissait tout le jour de silence et d'air pur

    Pour que la nuit y vînt rêver de pâle azur.

    Une chambre bien close, une table, une chaise.

    Un lit strict où l'on pût dormir juste à son aise,

    Du jour suffisamment et de l'espace assez.

    Tel fut mon lot durant les longs mois là passés,

    Et je n'ai jamais plaint ni les mois ni l'espace.

    Ni le reste, et du point de vue où je me place

    Maintenant que voici le monde de retour.

    Ah ! vraiment, j'ai regret aux deux ans dans la tour !

    Car c'était bien la paix réelle et respectable.

    Ce lit dur, cette chaise unique et cette table,

    La paix où l'on aspire alors qu'on est bien soi,

    Cette chambre aux murs blancs, ce rayon sobre et coi.

    Qui glissait lentement en teintes apaisées.

    Au lieu de ce grand jour diffus de vos croisées.

    Car, à quoi bon le vain appareil et l'ennui

    Du plaisir, à la fin, quand le malheur a lui

    (Et le malheur est bien un trésor qu'on déterre),

    Et pourquoi cet effroi de rester solitaire

    Qui pique le troupeau des hommes d'à présent,

    Comme si leur commerce était bien suffisant ?

    Questions !
    Donc, j'étais heureux avec ma vie.

    Reconnaissant de biens que nul, certes, n'envie.

    (ô fraîcheur de sentir qu'on n'a pas de jaloux !

    O bonté d'être cru plus malheureux que tous !)

    Je partageais les jours de cette solitude

    Entre ces deux bienfaits, la prière et l'étude.

    Que délassait un peu de travail manuel .

    Ainsi les
    Saints !
    J'avais aussi ma part de ciel,

    Surtout quand, revenant au jour, si proche encore.

    Où j'étais ce mauvais sans plus qui s'édulcore

    En la luxure lâche aux farces sans pardon.

    Je pouvais supputer tout le prix de ce don :

    N'être plus là, parmi les choses de la foule,

    S'y dépensant, plutôt dupe, pierre qui roule.

    Mais de fait un complice à tous ces noirs péchés.

    N'être plus là, compter au rang des cœurs cachés.

    Des cœurs discrets que
    Dieu fait siens dans le silence.

    Sentir qu'on grandit bon et sage, et qu'on s'élance

    Du plus bas au plus haut en essors bien réglés,

    Humble, prudent, béni, la croissance des blés ! —

    D'ailleurs, nuls soins gênants, nulle démarche à faire.

    Deux fois le jour ou trois, un serviteur sévère

    Apportait mes repas et repartait muet.

    Nul bruit.
    Rien dans la tour jamais ne remuait

    Qu'une horloge au cœur clair qui battait à coups larges.

    C'était la liberté (la seule !) sans ses charges.

    C'était la dignité dans la sécurité !

    Ô lieu presque aussitôt regretté que quitté,

    Château, château magique où mon âme s'est faite ,

    Frais séjour où se vint apaiser la tempête

    De ma raison allant à vau-l'eau dans mon sang.

    Château, château qui luis tout rouge et dors tout blanc.

    Comme un bon fruit de qui le goût est sur mes lèvres

    Et désaltère encor l'arrière-soif des fièvres,

    Ô sois béni, château d'où me voilà sorti

    Prêt à la vie, armé de douceur et nanti

    De la
    Foi, pain et sel et manteau pour la route

    Si déserte, si rude et si longue, sans doute,

    Par laquelle il faut tendre aux innocents sommets.

    Et soit aimé
    I'Auteur c de la
    Grâce, à jamais !

    Stickney,
    Angleterre.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • On Vit, On Parle...

     On Vit, On Parle... .................. Victor Hugo

    On vit, on parle, on a le ciel et les nuages
    Sur la tête; on se plaît aux livres des vieux sages;
    On lit Virgile et Dante; on va joyeusement
    En voiture publique à quelque endroit charmant,
    En riant aux éclats de l'auberge et du gîte;
    Le regard d'une femme en passant vous agite;
    On aime, on est aimé, bonheur qui manque aux rois!
    On écoute le chant des oiseaux dans les bois
    Le matin, on s'éveille, et toute une famille
    Vous embrasse, une mère, une sœur, une fille!
    On déjeune en lisant son journal. Tout le jour
    On mêle à sa pensée espoir, travail, amour;
    La vie arrive avec ses passions troublées;
    On jette sa parole aux sombres assemblées;
    Devant le but qu'on veut et le sort qui vous prend,
    On se sent faible et fort, on est petit et grand;
    On est flot dans la foule, âme dans la tempête;
    Tout vient et passe; on est en deuil, on est en fête;
    On arrive, on recule, on lutte avec effort ...
    Puis, le vaste et profond silence de la mort!

    Extrait de: 
    1865, Les Contemplations
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Quand le Vieux Monde Dut Périr

     Quand le Vieux Monde Dut Périr ................ Victor Hugo

    Quand le vieux monde dut périr, sombre damné,
    Quand l'empire romain d'horreur fut couronné,
    Chaque vice vint faire au monstre une caresse ;
    Luxure, Gourmandise, Avarice, Paresse,
    Colère, Envie, Orgueil, vinrent; sur les sept monts
    Rome vit se dresser debout les sept démons ;

    Tout fut dit. Le destin fit, pour l'oeuvre insondable,
    Passer de main en main la pioche formidable ;
    Et l'on vit succéder, Christ étant au gibet,
    Pour creuser le sépulcre où l'univers tombait,
    La démence qui chante au mal qui délibère,
    Le fossoyeur Néron au fossoyeur Tibère.

    Extrait de: 
    Toute la lyre (1888 et 1893)
    Google Bookmarks

    votre commentaire