• Télécharger 

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Télécharger 

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Télécharger

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Télécharger 

    Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Télécharger «

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les 15 plus belles photographies du concours « Natural World Photography »

    ***************

    Tous les ans, la prestigieuse Académie des sciences de Californie, basée à San Francisco, organise un concours de photographie rendant hommage à la nature qui nous entoure.

    Cette année encore, pas moins de 6 500 clichés, proposés par des photographes originaires de 67 pays différents, étaient en lice pour obtenir le graal. 

    Après délibération du jury, c'est le photographe norvégien Audun Rikardsen qui a obtenu le premier prix avec un cliché sublime intitulé « Taking Center Stage », sur lequel apparaît un oiseau tétra de couleur noire, dont le plumage battu par les vents laisse échapper la lumière d'un soleil couchant.

    échapper la lumière d'un soleil couchant.

    "Taking Center Stage". Crédit photo : Audun Rikardsen

    Deux autres clichés (ci-dessous), pris respectivement par le britannique James Gifford dans le Parc National des Virunga(République démocratique du Congo) et par l'italienne Chiara Salvadori dans le salar d'Antofalla (Argentine) - ont également été mis à l'honneur.

    “The Human Touch”. Crédit photo : James Gifford

    "Clouds of Salt". Crédit photo : Chiara Salvadori

    Si le jury n'a pu honorer que 3 photographies, de nombreux autres clichés repartis bredouille auraient également mérité de remporter ce concours. Nous vous proposons de découvir une série (forcément subjective) de ceux que nous considérons comme les plus beaux.  Des photos que vous pouvez retrouver, tout comme de nombreuses autres, sur la page Instagram officiel du concours.

    Crédit photo : Daniel Dietrich

    Crédit photo : Mikhail Korostelev

    Crédit photo : Julie Fletcher

    Crédit photo : Lakshitha Karunarathna

    Crédit photo : Lalith Ekanayake

    Crédit photo : Andrew Peacock

    Crédit photo : Armand Sarlangue

    Crédit photo : Pier Mané

    Crédit photo : Giovanni Allievi

    Crédit photo : Suzi Eszterhas

    Crédit photo : Graham McGeorge

    Les 15 plus belles photographies du concours « Natural World Photography »

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Pour favoriser leur adoption, cette photographe immortalise des chiens et chats noirs abandonnés avec de très belles photos

    ****************

    Pour favoriser leur adoption, cette photographe immortalise des chiens et chats noirs abandonnés avec de très belles photos

    Souhaitant sensibiliser l'opinion sur le rejet dont sont victimes les chiens et chats noirs abandonnés, cette photographe immortalise la beauté de ces derniers avec de très belles photos. 

     

    Les personnes travaillant dans des refuges animaliers constatent bien trop souvent que les animaux dotés d'un pelage noir sont souvent délaissés, voire ignorés par les personnes faisant le choix de l’adoption.

     

    Plusieurs raisons peuvent expliquer ce rejet mais la plus connue, du moins pour les chats, relève avant tout de croyances ancestrales héritées d'un folklore plus ou moins lointain. 

     

    En effet, selon la superstition, les chats noirs porteraient malheur et beaucoup sont ceux qui détournent le chemin à la vue d’un félin ténébreux, par peur de s'attirer le mauvais oeil. D’autres personnes évoquent également l’idée préconçue qui prétend que les chats et chiens noirs seraient plus agressifs ou encore moins agréable à regarder. 

     

    Autant de motifs douteux que n’acceptent pas la photographe sud-africaine Emma O’Brien (photo ci-dessous) qui a décidé de s'attaquer aux stéréotypes et montrer ainsi au monde entier que les chiens et chats noirs sont de magnifiques animaux de compagnie.

    À travers des clichés sublimes, cette dernière a ainsi mis en valeur toute la beauté de chats et de chiens noirs abandonnés, afin de favoriser leur adoption.

    Nous vous proposons une petite sélection de cette magnifique série de photos en noir et blanc, que vous pouvez retrouvez en intégralité sur le site ou le comte Instagram d’Emma O’Brien.

    Ne sont-ils pas mignons ? Ne vous donnent-ils pas envie de les adopter ???

    Crédit photo : Instagram emmaobrienphoto

    Crédit photo : Instagram emmaobrienphoto

    Crédit photo : Instagram emmaobrienphoto

    Crédit photo : Instagram emmaobrienphoto

    Crédit photo : Instagram emmaobrienphoto

    Crédit photo : Instagram emmaobrienphoto

    Crédit photo : Instagram emmaobrienphoto

    Crédit photo : Instagram emmaobrienphoto

    Crédit photo : Instagram emmaobrienphoto

     

     
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La France n'est pas préparée au « choc climatique » qu'elle subira à l'horizon 2050, selon un rapport sénatorial

    ***********

    Selon un rapport sénatorial rendu public ce jeudi, la France doit s’attendre, dans les 30 prochaines années, à subir un « choc climatique » auquel elle n’est pas préparée.

     

     

    Et on reparle du climat ! Si l’on en croit les observations pour le moins inquiétantes d’un rapport sénatorial, la France n’échappera pas à un « choc climatique » majeur d’ici à 2050, avec notamment « un réchauffement de 2°C par rapport à l’ère préindustrielle ».

     

    Pis encore, elle ne serait pas préparée aux bouleversements qui l’attendent. Sont notamment évoqués «une aggravation des événements de submersion côtière », « une forte hausse du risque d’incendie », ou encore des « vagues de chaleur plus fréquentes », qui font craindre des épisodes caniculaires plus virulents encore que ne l’était celui de 2003.

    La France doit s’attendre à un « choc climatique » auquel elle n’est pas préparée. Crédit photo : Gaman Mihai-Radu / Shutterstock

    Tel est le constat peu reluisant que dressent ainsi les sénateurs Renan Dantec (Loire-Atlantique) et Jean-Yves Roux (Alpes-de-Haute-Provence), qui ont rendu leurs conclusions publiques ce jeudi.

     

    Dans ce rapport d’information de 150 pages, portant sur « l’adaptation de la France aux dérèglements climatiques à l’horizon 2050 », les deux élus militent pour que l’État et les collectivités territoriales s’engagent davantage dans la voie de l’anticipation.

     

    Il faut « enclencher une véritable mutation de la société »

     

    Selon eux, les autorités doivent en effet tout faire pour que certains secteurs, comme l’agriculture, le tourisme, ou le BTP, puissent à l’avenir s’adapter au mieux face aux multiples défis du réchauffement climatique.

     

    Et pour joindre les actes aux paroles, le duo a mis sur pied une trentaine de propositions qui pourraient faciliter cette orientation pour « enclencher une véritable mutation de la société ».

     

    Ainsi, ils préconisent notamment d’« inscrire plus activement l’adaptation au changement climatique dans le débat public ».

     

    Ensuite, il est nécessaire à leurs yeux d’« instaurer un pilotage plus interministériel des politiques d’adaptation », mais aussi d’estimer les « besoins financiers nécessaires ».

     

    Enfin, si d’aventure de telles mesures venaient à être appliquées, il faudrait, selon eux, « accélérer la déclinaison des politiques d’adaptation dans les collectivités et les filières économiques ».

     

    D’autre part, Renan Dantec et Jean-Yves Roux insistent sur la nécessité de faire participer d’autres ministères - Bercy notamment - qui doivent contribuer à cet effort commun sur l’adaptation au changement climatique.

     

    Autre domaine dans lequel l’État doit pleinement s’investir : le secteur agricole. Le rapport souligne ainsi l’importance de la gestion de l’eau et recommande l’instauration d’un « plan national d’adaptation de l’agriculture », où une très large place serait accordée à l’agroécologie qui représente l’avenir.

     

    Cette mutation devra s’opérer à partir des fonds alloués par l’Europe dans le cadre de la Politique agricole commune (PAC). L’agriculture devra en outre adopter des techniques plus respectueuses de labiodiversité, à commencer par une irrigation responsable.

     

    Autant de mesures qu’il appartient désormais de faire accepter à l’ensemble de la classe politique et de l’opinion car, comme le rappelle Ronan Dantec, « les politiques d’adaptation souffrent encore d’un déficit persistant de reconnaissance et de légitimité, à la fois dans le débat public et dans les politiques publiques».

     

    Vous pouvez consulter la synthèse du rapport ci-dessous.

    Accueil | Scribd
    https://fr.scribd.com/

     

     

    ***************

    Un « choc » climatique inévitable, auquel il faut se préparer plus activement
    █ Les manifestations du réchauffement climatique sont déjà visibles en France et vont continuer à s’amplifier.
    Les températures moyennes ont fortement augmenté dans toutes les régions françaises depuis trente ans. Les vagues de chaleur sont plus fréquentes et plus fortes. Le niveau de la mer s’élève et, avec lui, le risque de submersion de certaines zones littorales. Le régime des précipitations évolue, avec des effets sur les cultures et les phénomènes d’inondation. Les glaciers fondent, la neige est moins abondante, l’évapotranspiration s’accroît, accentuant les pressions sur les ressources hydriques et affectant aussi bien les activités agricoles ou touristiques que la biodiversité et les milieux aquatiques.
    Le proche avenir climatique du pays, d’ici à 2050, est pour l’essentiel déjà écrit. Il correspond à un réchauffement de 2°C par rapport à l’ère préindustrielle. Qu’on réduise fortement les émissions globales de gaz à effet de serre ou que celles-ci se poursuivent au rythme actuel, il faudra faire face à une aggravation significative des divers impacts du réchauffement déjà observables.
    Même si ce rapport a pour objet les politiques d’adaptation aux changements climatiques à l’horizon 2050, il ne peut ignorer complètement ce que pourraient être les dérèglements climatiques à un horizon de temps plus éloigné, car certaines décisions, en matière d’aménagement public, de construction d’infrastructures ou de plantation des forêts par exemple, obligent dès maintenant à anticiper les évolutions climatiques de la seconde partie du siècle. De telles prévisions sont cependant incertaines, car le climat de la fin du siècle dépendra des efforts de la communauté internationale pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Dans le scénario optimiste de leur réduction forte et rapide, la situation climatique pourrait être maîtrisée. En revanche, dans le scénario d’une poursuite au rythme actuel, la France serait conduite dans une situation climatique alarmante vers 2080, dans un contexte de crise internationale difficile à anticiper aujourd’hui.
    █ Des risques naturels aggravés

     

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L'Angleterre va planter 130 000 arbres dans ses villes pour lutter contre le réchauffement climatique

    ***************

    L'Angleterre va planter 130 000 arbres dans ses villes pour lutter contre le réchauffement climatique

    En Angleterre, dans les deux prochaines années, plus de 130 000 arbres vont être plantés pour lutter contre le réchauffement climatique.

    L’Angleterre lancera le 23 mai prochain un nouveau projet intitulé le Urban Tree Challenge Fund. « Les arbres sont vitaux dans la lutte contre le réchauf­fe­ment clima­tique, c’est pourquoi nous devons augmen­ter le taux de plan­ta­tion très rapi­de­ment », a expliqué Michael Gove, le secré­taire d’État à l’En­vi­ron­ne­ment.

    130 000 arbres vont être plantés en Angleterre d’ici 2021 dans la lutte contre le réchauffement climatique. Crédits photo : Shutterstock / Triff

    Les arbres captent l’émission de dioxyde de carbone, ce qui les rend essentiels dans la lutte contre leréchauffement climatique. Leur présence en ville absorbe le bruit, réduit les risques d’inondation et crée des espaces verts pour améliorer la santé et le bien-être.

    « Nous avons besoin d’arbres qui bordent nos rues, non seulement pour les rendre vertes et ombragées, mais aussi pour nous assurer de rester connectés aux merveilles du monde naturel, c’est pourquoi nous devons aller plus loin et plus vite pour augmenter les taux de plantation », a rapporté Michael Gove.

    « Nous sommes impatients de découvrir les nouvelles plantations cet automne », a ajouté quant à lui Harry Studholme, président de la Commission des Forêts.

    Le programme, géré par la Commission des forêts, sera ouvert aux particuliers, aux autorités locales, aux organismes de bienfaisance et aux ONG. Les subventions d’un montant de 11,4 millions d’euros environ, couvriront la plantation d’arbres et les trois premières années de leur entretien.

    Paul Nolan, président de la Communauté des Forêts en Angleterre a déclaré : « On comprend de mieux en mieux le rôle que jouent les arbres et les forêts pour aider à faire de nos villes et villages de meilleurs endroits où les gens et la nature peuvent s’épanouir ».

    Un beau challenge susceptible d’apporter des avantages environnementaux et sociaux.

    Google Bookmarks

    votre commentaire