• Étincelle

     

    Le temps a fait naître en  moi

    Une étincelle de lumière

    Chaque jour que je désespère

    Elle brille encore une fois

     

    Je contemple cette Terre

    Brisée par les sans foi ni loi

    Je vois toute cette misère

    Bondir sur de faibles proies

     

    Survivre à toutes ces guerres

    Que ces fous montrés du doigt

    Laissent franchir les frontières

    Un espoir une étincelle en moi

     

     

    BadiS Mars 2017 © Tous droits réservés

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Liberté.

    La surface de la Terre regorge de petits paradis. Son sous-sol a enterré ce qui n'est plus. Il reste cependant des ombres funestes qui essayent par tous les moyens de m’entraîner là où je n'ai pas envie d'aller,... Au fond.

     
    Ces ombres ont toutes sortes d'apparences, et si je n'y prends garde, elles m'enlacent jusqu'à m’étouffer si je prends un chemin contraire au leur. C'est avec beaucoup de patience, de prudence, de bienveillance et de sérénité que je réussis à leurs faire comprendre que je suis libre et que ma liberté s'arrête là où commence la leur.

     

     

    BadiS © Tous droits réservés

     
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • ENVOL

     

    L'oiseau frôle le ciel

    Le vent pousse les nuages
    Heureux le soleil

     

    HAÏKU   ENVOL © Copyright 2016 BadiS

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  Larmes

      HAÏKU Larmes................

    Il pleut des malheurs

    Qui font sursauter le cœur

    Ce sont des larmes

     

     HAÏKU Larmes  © Copyright 2016 BadiS

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • AUX LAVEUSES

     

    AUX LAVEUSES..........

    Laveuses, ne dites pas que vous m’avez vue ! Je me confie à vous ; ne le répétez pas ! Entre ma tunique et mes seins je vous apporte quelque chose.

     

    Je suis comme une petite poule effrayée... Je ne sais pas si j’oserai vous dire... Mon cœur bat comme si je mourais... C’est un voile que je vous apporte.

     

    Un voile et les rubans de mes jambes. Vous voyez : il y a du sang. Par l’Apollôn c’est malgré moi ! Je me suis bien défendue ; mais l’homme qui aime est plus fort que nous.

     

    Lavez-les bien ; n’épargnez ni le sel ni la craie. Je mettrai quatre oboles pour vous aux pieds de l’Aphroditê ; et même une drachme d’argent.


    Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires