• QUI VOLE UN ŒUF …Écrits de Sylvie Holt

    QUI VOLE UN ŒUF …

     ************

     

     1960 – Ces années-là  ont beau être « glorieuses », le souvenir de la guerre, de l’exode et des tickets de rationnement était encore très vivace dans les mémoires.

                Nos parents, comme bien des jeunes ménages, ne roulaient pas sur l’or et, marqués qu’ils étaient par les récentes privations, dépensaient avec parcimonie le peu qu’ils gagnaient.

     

    Dans ce contexte, allouer à un gamin de 12 ans un budget mensuel, - l’argent de poche -, était donc impensable, choquant même !

     J’ai donc, cahin-caha, traversé l’enfance en ignorant tout des rudiments de la gestion et, par grand bonheur, jamais je n’ai entendu mes parents me dire stupidement : « Il faut que tu t’assumes … ».

     

     A défaut de réels besoins, j’avais cependant quelques envies que je ne pouvais pas toujours satisfaire : sucreries … colifichets … ah ! Là là ! La gourmandise ! La coquetterie !

    Et donc, à l’occasion de menues courses chez le boulanger, chez la libraire, il m’est arrivé parfois, je l’avoue, de prélever … ma commission … Cinq centimes, - de francs -, cela n’allait pas bien loin, mais avec ces cinq centimes, je pouvais acheter un sachet de car-en-sac, ma friandise préférée !

    Des petits bacilles blancs, rouges, verts et bleus, que je suçais deux par deux, avec délectation, à la fois persuadée que tout service méritait récompense, et en même temps terrifiée par le proverbe souvent entendu : « Qui vole un œuf, vole un bœuf ! ».

     

     L’argent, - le blé, l’oseille -, ne poussait pas sous nos semelles ; il fallait le gagner !

     Quand je revenais de l’école avec une bonne note, je recevais un sou. Une première place, un tableau d’honneur ? Un sou. Le brevet des collèges ? Un billet, un mandat des grands-parents. Etant bonne élève, j’aurais pu faire fortune de bonne heure si je n’avais chanté, chanté  … comme la cigale !

     Ce mode de rétribution, qui m’avantageait, suscitait la convoitise de mes frères et sœur ; le porte-monnaie maternel eût à subir leurs assauts … Qui vole un œuf …

     

     Papa, plus pragmatique, nous embauchait chaque été. Dans la maison de campagne, le travail ne manquait pas : le marchand de matériaux venait livrer son contingent de sable et de parpaings, qu’il fallait ensuite déplacer au gré des chantiers paternels ; un parpaing, un sou.

    Une partie de nos vacances se passait ainsi à tâcheronner et emplir notre escarcelle en vue de l’hiver. Hélas, la gestion est un art difficile … Quand la bise survenait, les musettes étaient à sec. Du côté de la fratrie, un sou par ci, un sou par là, les ponctions homéopathiques reprenaient leur cours.

     

    J’ai grandi, nous avons grandi … sans jamais voler de bœuf !

    xxxxx

     

     Mère de famille, forte de mon expérience, j’ai tenté, à mon tour, d’instaurer un système plus « juste ».

    Récompenser les succès scolaires, oui, mais aussi les menus services rendus. Rémunérer certains travaux, un sou pour passer la tondeuse, un sou pour nettoyer la voiture … En même temps, éduquer, enseigner que l’argent n’est pas une fin, qu’il faut savoir donner de sa peine, et participer aux tâches de la maisonnée, gratis. Quelle alchimie !

     

     C’était si peu évident que, dans nos poches aussi, la monnaie s’évaporait parfois ! L’inflation étant passée par là, ce n’étaient plus des centimes … mais des billets.

     

    D’où vient donc que les petits enfants se laissent ainsi aller à des larcins répétés, alors même qu’ils sont bien élevés et ne manquent de rien ?

     

     C’est un mystère que je ne saurais expliquer mais qu’on se le dise : si les bœufs se font rares dans nos campagnes, les voleurs d’œufs n’y sont pour rien !

     

                                                                                       Mars 2008 – Octobre 2015

                                                                                     familleholt@yahoo.fr

     

    « « De mon temps ».............CHER VIEUX TELEPHONE ! de Sylvie HoltMERCI PAPA, MERCI MAMAN !........de Sylvie Holt »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :