• Quand j’ose voir Madame,......Étienne de La Boétie (1530-1563)

    Quand j’ose voir Madame, Amour guerre me livre,
    Et se pique à bon droit que je vais follement
    Le chercher en son règne ; et alors justement
    Je souffre d’un mutin téméraire la peine.
     
    Or me tiens-je loin d’elle, et ta main inhumaine,
    Amour, ne chôme pas : mais si aucunement,
    Pitié logeait en toi, tu devais vrayement
    T’ayant laissé le camp, me laisser prendre haleine.
     
    N’ai-je pas donc raison, ô Seigneur, de me plaindre,
    Si étant loin de feu, ma chaleur n’est pas moindre ?
    Quand d’elle près je suis, lors tu dois faire preuve
     
    De ta force sur moi ; mais or tu dois aussi
    Relâcher la rigueur de mon âpre souci :
    Trop mortelle est la guerre où l’on n’a jamais trêve.
     

    « À UN POÈTE AVEUGLE........Victor Hugo (1802-1885)L’INJUSTICE............Lucie Delarue-Mardrus (1874-1945)... »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :