• Turquie : le mystère de la «porte vers l’enfer» élucidé

     le mystère de la «porte vers l’enfer» élucidé

    Le mystère d’une grotte meurtrière Turque, considérée comme une porte vers l’enfer, a récemment été élucidé par des scientifiques. Retour sur 2 200 ans d’interrogations…

    Âgée de 2 200 ans, cette grotte meurtrière, redécouverte il y a sept ans par des archéologues de l’Université du Salento dans l’ancienne ville de Hiérapolis de l’ancienne Phrygie (Turquie moderne), vient de dévoiler ses secrets. Considérée depuis des siècles comme une porte vers l’enfer, cette grotte a longtemps suscité de nombreuses interrogations, et pour cause.

    Selon l’histoire, cette grotte servait de rites religieux à de nombreux prêtres. En effet, ces derniers y auraient emmené toutes sortes d’animaux en sacrifices pour le Dieu des enfers. Installés sur des gradins surélevés, les prêtes observaient leurs offrandes suffoquer sans raison apparente, mourant à petit feu, avant que mort s’en suive.

    Phénomènes étrange, si ces animaux mourraient tous sans exception, les prêtres, quant à eux, survivaient. Étrange n’est-ce pas ?

    La porte vers l’enfer, l’explication d’une grotte toxique

    Après de longues années de recherches, des scientifiques Italiens sont finalement venus à bout de ce mystère. Tentant d’expliquer ces morts mystérieuses, les chercheurs ont révélé que des vapeurs toxiques, invisibles à l’œil, émanaient d’une fissure de la grotte. Ces dernières étaient constituées de dioxyde de carbone volcanique provenant des profondeurs du sol.

    De ce fait, le gaz, étant plus lourd que l’air, aurait formé un «lac» létal de fumée, pouvant s’étendre jusqu’à 40 centimètres au-dessus du sol. Cela explique pourquoi les animaux sont morts. Toutefois, concernant les prêtres, ces derniers, se tenants sur des gradins bien au-dessus du niveau du sol, ne respiraient pas ces fumées mortelles. Voilà pourquoi les prêtres seraient restés en vie.

    Dans un communiqué, les chercheurs écrivent : « Alors que les animaux se tenaient debout, dans ce lac létal de fumée, leur bouche et leurs narines se situées à niveau du sol. Ils étaient en contact direct avec les vapeurs toxiques, et n’avaient malheureusement aucune chance de survivre, contrairement aux prêtres qui eux, se tenaient dans les gradins, bien au-dessus du dioxyde de carbone ».

     Source : Science Alert

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le lac des 5 fleurs, joyau du parc national Jiuzhaigou

    **** 

    Au coeur de la vallée de Jiuzhaigou sur le plateau tibétain se trouve le lac des 5 fleurs, véritable joyau de ce parc national.

    Si ce parc classé au patrimoine mondial de l’Unesco au nord de la province chinoise du Sichuan est riche en montagnes et cascades, il abrite également un lac aux eaux claires, époustouflant par la diversité de ses couleurs.

    Si la plupart du temps l’eau est bleu saphir, sa couleur varie pourtant parfois du jaune ambre au vert émeraude, du jade foncé au turquoise clair, avec un soupçon de corail.

    Un lieu entouré de secret et de mystère et les habitants le considère comme sacré. Alors que les lacs avoisinants ont des niveaux variables, celui-ci est toujours stable. Mieux, ses eaux ne gèlent pas en hiver. L’explication de ces phénomènes proviennent de la présence d’une source d’eau chaude sous marine et de la richesse de l’eau en chaux, carbonate de calcium et hydrophytes multicolores.

    Le lac des 5 fleurs, joyau du parc national Jiuzhaigou, en images:

     



     
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Partez À La Rencontre Des Dernières Femmes De La Tribu Apatani...

    Qui Arborent Fièrement Leurs Traditions Ancestrales...

     

    Partez À La Rencontre Des Dernières Femmes De La Tribu Apatani...  Qui Arborent Fièrement Leurs Traditions Ancestrales...

    Avec leurs visages tatoués et leurs nez estropiés, les femmes de la tribu indienne des Apatani ont un physique aussi singulier que fort en histoire. SooCurious vous fait découvrir l’univers fascinant de ce groupe encore éloigné de la civilisation occidentale.
     
    La tribu des Apatani vit dans l’Etat de l’Arnachal Pradesh, dans le nord-est de l’Inde. Ce groupe ethnique ne possède aucune histoire écrite. Pour connaître son passé, il faut donc se fier aux récits qu’ils se transmettent oralement. A l’instar d’autres tribus dans l’Arnachal Pradesh, les Apatani pratiquent une religion appelée Danyi-Piilo, vouant un culte à la Lune et au Soleil.

    Partez À La Rencontre Des Dernières Femmes De La Tribu Apatani...  Qui Arborent Fièrement Leurs Traditions Ancestrales...

    Très doués dans la culture du riz, les Apatani sont connus pour une autre de leurs coutumes. Le visage des femmes est en effet couvert de tatouages et des écarteurs sont placés dans leurs narines, une démarche qui auparavant visait à les enlaidir pour éloigner les hommes des tribus environnantes. C’est ensuite devenu un rite de passage au moment des premières règles, marquant l’entrée dans l’âge adulte. Cette incroyable tradition n’est toutefois plus pratiquée depuis les années 70, elle n’est donc visible que sur les femmes âgées...

    Partez À La Rencontre Des Dernières Femmes De La Tribu Apatani...  Qui Arborent Fièrement Leurs Traditions Ancestrales...

    Partez À La Rencontre Des Dernières Femmes De La Tribu Apatani...  Qui Arborent Fièrement Leurs Traditions Ancestrales...

    Partez À La Rencontre Des Dernières Femmes De La Tribu Apatani...  Qui Arborent Fièrement Leurs Traditions Ancestrales...

    Partez À La Rencontre Des Dernières Femmes De La Tribu Apatani...  Qui Arborent Fièrement Leurs Traditions Ancestrales...

    Partez À La Rencontre Des Dernières Femmes De La Tribu Apatani...  Qui Arborent Fièrement Leurs Traditions Ancestrales...

    Partez À La Rencontre Des Dernières Femmes De La Tribu Apatani...  Qui Arborent Fièrement Leurs Traditions Ancestrales...

    Partez À La Rencontre Des Dernières Femmes De La Tribu Apatani...  Qui Arborent Fièrement Leurs Traditions Ancestrales...

    Partez À La Rencontre Des Dernières Femmes De La Tribu Apatani...  Qui Arborent Fièrement Leurs Traditions Ancestrales...

    Partez À La Rencontre Des Dernières Femmes De La Tribu Apatani...  Qui Arborent Fièrement Leurs Traditions Ancestrales...

    Le visage de ces femmes est chargé d’histoire. Rares sont les personnes dans ce monde à encore porter les signes de leurs traditions ancestrales. À la rédaction, nous avons vraiment été émus par ces femmes. Trouvez-vous dommage que certaines tribus perdent leurs traditions ancestrales ou croyez-vous que cela est normal, relevant tout simplement du progrès humain ? 

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    Cracovie est l’un des joyaux d’Europe Centrale. Moins connue que Prague, la belle Polonaise n’a rien à envier à sa consœur tchèque. Capitale de cœur des Polonais, Cracovie regorge d’églises, de musées et de palais en un formidable éventail de styles, du gothique au baroque.

    Et, pour ne rien gâcher, cette ville étudiante possède un nombre impressionnant de cafés et de restos sympas. Qu’attendez-vous pour y aller ? 

    Le Wawel, panthéon de la Pologne (photo)Kazimierz, juif et branchéMines de sel et ville-modèle communisteFiche pratique

    Les charmes du vieux Cracovie

    Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    Première bonne surprise : Cracovie se visite à pied. Se balader dans son centre, presque entièrement piétonnier, se révèle fort agréable. Toute promenade dans le vieux Cracovie se doit de commencer par Rynek Glowny, la place du Marché qui est la plus grande place médiévale d’Europe avec ses 200 mètres de côté.

    Aujourd’hui, il ne s'y tient plus de marché, mais on y trouve à toute heure de la journée beaucoup d’animation en raison des nombreux cafés qui l’entourent.

    On peut même s’y restaurer rapidement dans l’un des chalets en bois de la place. Sur Rynek Glowny s’élèvent l’ancienne halle aux draps du XIVe siècle et l’église Notre-Dame-Sainte-Marie, l’un des symboles de Cracovie. Elle recèle un retable monumental de Veit Voss, chef-d’œuvre du XVe siècle.

    Ensuite, il faut musarder dans les rues du vieux Cracovie, construit sur un plan en damier au XIIIe siècle. Un festival de beautés architecturales gothique, renaissance et baroque : Cracovie est un pur concentré d’art mitteleuropéen, qui démontre magistralement la pleine appartenance de la Pologne à l’Europe.

    Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    Ne pas manquer les Planty, agréables jardins qui entourent la vieille ville, la porte Florianska, vestige des anciens remparts de Cracovie, et le musée des Princes Czartoryski (actuellement en rénovation) où l’on peut voir la fameuse Dame à l’hermine de Leonard de Vinci (transférée en ce moment à la Wawel).

    En parcourant l’ancienne Voie Royale, le long des rues Florianska et Grodzka, vous passerez devant de belles demeures, des églises, des palais… Mention spéciale pour la place Marie-Madeleine : elle donne sur la baroque église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, précédée des statues des douze apôtres, jouxtant l’église romane Saint-André, datant du XIe siècle.

    Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    Le Wawel, panthéon de la Pologne (photo)

    Ville de Jean-Paul II, Cracovie occupe une place à part dans le cœur des Polonais. C’est ici que fut couronné le premier roi de Pologne, Boleslas le Vaillant, en 1025. Cracovie a été capitale de la Pologne jusqu’au XVIe siècle. Au-dessus de la vieille ville, au bout de la voie royale, trône la colline de Wawel. C’est le berceau de la Pologne.

    La cathédrale de Wawel, reconstruite au XIVe siècle en style gothique, a vu le couronnement de tous les souverains polonais. Elle abrite aujourd’hui le mausolée des rois et des grands hommes de Pologne. Bref, un panthéon national qui se visite avec vénération.

    Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    Outre de nombreux chefs-d’œuvre – dont la chapelle Sigismond perfection du style Renaissance –, la cathédrale contient aussi la cloche Sigismond qui ne résonne qu’à l’occasion des événements importants du pays.

    Le château de Wawel, reconstruit au début du XVe par les architectes Francesco Florentino et Bartolomeo Berecci, évoque la splendeur des palais italiens de la Renaissance, notamment son impressionnante cour à arcades.

    Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    Palais royal jusqu’au transfert de la capitale à Varsovie en 1596, il a connu bien des vicissitudes liées à l’histoire tragique de la Pologne. Pillé, transformé en caserne ou en entrepôt, il est aujourd’hui impeccablement restauré. Dans les appartements royaux, on peut admirer notamment une très belle collection de tapisseries de Flandres et un tableau de Rubens, heureusement rescapés de la rapacité des occupants de la Pologne.

    Kazimierz, juif et branché

    À quelques minutes à pied de Wawel, entre les rives de la Vistule et le vieux Cracovie, un autre coup de cœur : le quartier juif de Kazimierz, qui ne fut rattaché à Cracovie qu’au XVIe siècle. Juif, ou ce qu’il en reste…

    Car, de 80 000 habitants avant la Seconde Guerre mondiale, Kazimierz, où ont vécu Roman Polanski et Helena Rubinstein, ne compte aujourd’hui plus que des centaines de juifs. Laissé à l’abandon par les communistes, il connaît depuis une dizaine d’années un important processus de revitalisation. Ses synagogues, dont une seule sert aujourd’hui de lieu de culte, ont été restaurées.

    Le film de Spielberg, La Liste de Schindler, qui se déroule ici et dans le quartier voisin de Podgorze, a également contribué à la renaissance de Kazimierz.

    De nombreux Schindler Tours sont organisés sur les lieux de tournage du film, qui sont aussi des témoins de l’histoire tragique des juifs polonais. Chaque année a lieu un important Festival de la Culture Juive, qui célèbre la mémoire de Kazimierz.

    Kazimierz est devenu le quartier le plus vivant de Cracovie, à la fois bohème et branché. On ne compte plus les bars, cafés, restos et établissements de nuit pour les fêtards.

    Le dimanche, la place Nowy, haut-lieu de la vie nocturne, accueille une sympathique brocante. Au centre, des stands de cuisine servent des snacks à déguster à la polonaise, sur le pouce. Sur la rue Szeroka, aux allures de place, les restos juifs traditionnels – et quelque peu touristiques – font face aux synagogues. En été, les terrasses sont des plus accueillantes pour siroter une bière en dégustant des pierogis, ces délicieux raviolis polonais.

    Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    Gdansk en Pologne

    Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    Mines de sel et ville-modèle communiste

    À Wieliczka en Pologne

    Si vous avez le temps, voici deux excursions intéressantes aux portes de Cracovie : les mines de sel de Wieliczka et la « ville-modèle » communiste de Nowa Huta.

    Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    On a du mal à le croire, mais la région était recouverte il y a 13 millions d’années par la mer. En se retirant, elle a déposé du sel, qui, pendant des siècles, fit la richesse du pays.

    Exploitées dès le XIIIe siècle et à 10 kilomètres de Cracovie, les mines de sel de Wieliczka, aujourd’hui classées à l’Unesco, s’étendent sur 30 kilomètres et atteignent une profondeur de plus de 300 mètres.

    Les trois premiers niveaux, ouverts à la visite, permettent de se rendre compte des dures conditions de travail des ouvriers du sel. Avec, au cours de la visite, quelques divines surprises, dont une statue de Copernic et une gigantesque cathédrale de sel souterraine. Impressionnant !

    Dans un tout autre genre, Nowa Huta mérite le détour. Son nom signifiant la « nouvelle fonderie », cette « ville nouvelle » communiste fut construite dans les années 50 autour d’un combinat sidérurgique (aujourd’hui propriété d’Arcelor Mittal).

    Abritant jusqu’à 150 000 personnes, cette ville modèle du socialisme triomphant est un témoignage éloquent de l’architecture stalinienne, plus proche de la cage à prolos que de la cité radieuse.

    Toutefois, de grands parcs entourent les grands ensembles uniformément gris et les églises du quartier jouèrent un rôle non négligeable dans la lutte anti-communiste menée par Solidarnosc. Une autre page d’histoire de Cracovie, à découvrir, à l’opposé des splendeurs du centre historique.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Temple De Poséidon À Sounion En Grèce...

    Cap Sounion

    Le cap Sounion (en grec ancien Ἄκρον Σούνιον / Ákron Soúnion ; en grec moderne Aκρωτήριο Σούνιο / Akrotírio Súnio ouΚάβο κολώνες / Kávo kolónes ou Καβοκολώνες / Kavokolones ; en latin Sunium promontorium, en vénitien Capo Colonne ;

    Appelé cap Colonna avant le XXe siècle) est un cap de Grèce qui s'avance à 45 kilomètres au sud-est d’Athènes dans lamer Égée et qui constitue l'extrémité de l'Attique. Il est surtout renommé pour les ruines d'un temple dédié à Poséidon. Il est classé parmi les parcs nationaux de Grèce1.

    La première mention du cap dans la littérature antique remonte à l’Odyssée (III, 278), qui parle du « Sounion, le saint cap d'Athènes » (Σούνιον ἱρὸν […] ἄκρον Ἀθηνέων / Soúnion hiròn […] ákron Athênéôn).

    Les esclaves fugitifs, venant des mines du Laurion, s’y réfugient dès le VIIIe siècle av. J.-C. Le cap est fortifié en 413 av. J.-C. pour protéger l’approvisionnement en blé d’Athènes.

    À quelques centaines de mètres du temple de Poséidon, se trouvent les ruines d'un sanctuaire dédié à Athéna, dont les ruines ont été réutilisées dès l'époque antique.

    Temple De Poséidon

    .Temple de Poséidon au cap Sounion.

    Temple De Poséidon À Sounion En Grèce...

    Le Temple De Poséidon En Grèce Grèce > Environs d'Athènes > Cap Sounion  Temple de Poséidon
    Le temple de Poséidon se dresse majestueusement à l'extrême pointe du cap. Ne pas se faire d'illusions, le coin est très touristique. Le temple, du IVe siècle av. J.-C., vaut surtout pour son emplacement exceptionnel, en surplomb de la mer. De là, merveilleux coucher de soleil.

    Les ruines du temple de Poséidon, bâti au milieu du Ve siècle av. J.-C., surplombent la mer d'une hauteur de près de60 mètres. Les colonnes du temple mesurent 6,10 mètres de haut, pour un diamètre de 1 mètre à la base et 79 centimètres au sommet.

    Leurs cannelures, moins nombreuses que d’habitude (16 au lieu de 20), ont été étudiées pour résister à l’action de l’air salin. Le poète anglais Lord Byron grava son nom sur l’une de ces colonnes.

    Homère appelait le temple de Poséidon le promontoire sacré et les marins y invoquaient le dieu de la Mer.

    Selon la légende, le cap Sounion est le lieu d’où Égée se serait jeté à la mer. Son fils Thésée avait convenu avec lui que s’il sortait victorieux de son combat avec le Minotaure, il hisserait des voiles blanches sur son bateau, alors que s’il était tué, l’équipage devrait laisser au bateau ses voiles noires.

    Égée vit arriver au loin le bateau arborant de grandes voiles noires, car Thésée avait oublié de hisser les blanches, et de désespoir se jeta du haut des rochers dans la mer. D'où le nom de la mer Égée.

    Légende

    Lors d'une fête à Athènes, les dieux organisèrent un concours pour savoir lequel d'entre eux serait le protecteur de la ville. Poséïdon, dieu des mers, frappa un rocher de son trident.

    De cette faille, jaillit l'eau salée. Athéna créa l'olivier, symbole de paix qui plus tard deviendra son emblème. Toutes les femmes athéniennes votèrent pour Athéna et tous les hommes pour Poséïdon.

    Les femmes étant plus nombreuses que les hommes, ce fut Athéna qui devint la protectrice d'Athènes.

    Alors Poséidon inonda la campagne environnante sous le coup de la fureur, jusqu'à ce que Zeus trouve un arrangement : Poséïdon obtint ainsi un temple au cap Sounion.

    Dans La Culture Populaire

    Le lieu apparaît dans le manga Saint Seiya : une première fois dans l'arc Poséidon une seconde fois dans l'arc Omega - Pallas. Le lieu désigne une prison fictive au niveau de la mer ou sont enfermés les saints n'ayant pas juré fidélité à Athéna, ou les ennemis de cette dernière ;

    Pour se sortir de cette prison soumise aux marées, la légende relate que seul le pouvoir d'un dieu le permet. Actuellement seul les identités de deux prisonniers ont été révélées :

    Kanon des Gémeaux, enfermé par son propre frère Saga des Gémeaux, ayant décelé en lui une part d'ombre incompatible avec les devoirs d'un saint d'Athéna, son séjour à Sounion, lui révélera l'une des entrée d'Atlantis...

    Temple De Poséidon À Sounion En Grèce...

    Le royaume de Poséidon, en effet caché derrière l'une des parois de la cellule-caverne était dissimulé le trident de Poséidon, scellé par un des sceaux d'Athéna ;

    Sceaux que seuls peuvent briser avant l'heure les saints : cette action permettra à Kanon de révéler involontairement l'une des entrées du royaume sous-marin.

    Le sceau levé, Kanon est aspiré par un tourbillon jusqu'au parvis du temple en ruine de Poséidon en Atlantis, sa seconde action, dans la salle des Ecailles, lèvera le second sceau d'Athéna apposé sur l'urne contenant l'âme de Poséidon, réveillant le dieu endormi depuis des siècles et donnant lieu a la première guerre divine contemporaine de l'univers saint Seiya.

    Paradox des Gémeaux : elle y fut enfermée pour ne pas avoir juré fidélité à Athéna, à la suite de la bataille contre Mars et Abzu.

    Elle n'en sera délivrée que par Gallia, l'un des quatre pallasites de premier rang, possédant l'épée du dieu de la guerre.

    Cap de la Grèce

    Portail de la Grèce antique

    Portail de la Grèce

    Portail de l’archéologie

    Cap de la mer Égée

    Cap Sounion, sur Wikimedia Commons

    Le Parc National de Sounion

     [archive] sur le site de l'ambassade de Grèce.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Je vous propose aujourd'hui de découvrir les puissantes photographies de deux photographes de renommée mondiale : Carol Beckwith et Algela Fisher, qui dédient leurs travaux à la préservation de la diversité des cultures africaines. Gros plan sur le peuple Dinka, un groupe ethnique et peuple de bergers de la région de Barh El Ghazal (bassin du Nil), au Sud-Soudan.

    Depuis de nombreuses générations, le peuple Dinka vit au rythme des saisons. Durant la saison des pluies, il se recueillent dans des établissements permanents de la savane, et soulèvent les cultures de céréales comme le Mil. La saison sèche, les Dinka font paître le bétail le long des rivières. Ces incroyables bêtes aux cornes immenses tiennent une place primordiale pour la communauté, que ce soit économiquement ou religieusement. Leur vie est étroitement liée à celle des bovins.

    À travers ces clichés, Beckwith et Fisher réussissent à nous plonger dans l'univers de ces bergers. Conscientes que "les cultures traditionnelles sont en voie de disparition", elles tentent, à leur manière, de préserver "les cérémonies tribales sacrées et les traditions culturelles africaines trop vulnérables aux tendances de la modernité".

    Leurs travaux sont saisissants. N'hésitez pas à consulter leur site Internet pour plus de photographies.

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

     

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Maho Beach, cette plage au contact rapproché avec les avions

    Maho Beach, cette plage au contact rapproché avec les avions

    La plage de Maho beach sur l'île de saint Martin dans les Antilles Néerlandaises, est connue pour sa proximité avec l'aéroport de princesse Juliana, d'où atterrissent et décollent des avions de type Boeing 747 ou Airbus A340. La taille de la piste étant relativement courte (2180 m) les avions sont forcés de se poser au plus près du seuil de la piste, ils procèdent ainsi à une approche à basse altitude spectaculaire, survolant la plage de quelques mètres seulement !

    Maho Beach, cette plage au contact rapproché avec les avions

    Maho Beach, cette plage au contact rapproché avec les avions

    Pour le décollage les avions mettant les pleins gaz pour atteindre la vitesse suffisante pour s'envoler, les réacteurs génèrent un souffle puissant qui empêchent la pousse de toute végétation sur la plage et projette du sable, des cailloux et des déchets. Ce phénomène pouvant se révéler dangereux voir mortel est connu des touristes dont certains n'hésitent pas à aller à l'encontre des avertissements pour vivre des sensations fortes. Bien que l'on dénombre beaucoup de blessés, les autorités n'interviennent pas pour empêcher ces pratiques.

    Vidéo célèbre d'une chute lors du "Jet Blast"

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • 36 faits étonnants que vous ne connaissiez probablement pas sur l'Australie

    ***********

    L'Australie nous réserve bien des surprises. Buzzfeed  a répertorié 88 faits étonnants que vous ne connaissiez probablement pas. Vous retrouverez la liste complète en fin d'article.

    En voici un petit extrait :

    1- La plus grande résidence d’Australie est aussi grande que la Belgique.

    2- 85% des australiens vivent à moins de 50 km des côtes.

    3- En 1880, Melbourne était la ville la plus riche du monde.

    4- L’Australie est le second pays au monde à avoir légalisé le vote pour les femmes. (La Nouvelle Zelande est le premier pays)

    5- Chaque semaine, 70 touristes ne respectent pas leur visa (Tu m’étonnes).

    6- L'ancien premier ministre Bob Hawke a établi un record du monde en buvant deux pintes et demi de bière en 11 secondes. Hawke a avoué plus tard que c'était la raison de son grand succès politique. #onemoreAustralie buveur de biere

    7- Le plus vieux fossile du monde (3,4 milliards d’années) a été trouvé en Australie.

    8- L’Australie est le pays développé avec le moins d’habitants au kilometre carré. Seulement 2,66 habitants au Km² contre 248,35 au Royaume Uni.

    9- Le prix de l’électricité en Australie est le plus élevé au monde.

    10- Il y a plus d’1 million de chameaux sauvages en Australie. Le gouvernement a lancé un plan pour contenir la population des chameaux. Ce programme a couté 19 millions de dollars.

    11- L’Arabie Saoudite importe ses chameaux en provenance d’Australie. (Surtout pour l’élevage de viande)

    12- Les australiens sont les plus gros consommateurs de jeux de hasard au monde.

    13- L’Australie fait partie des pays qui ont fondé les nations unis.

    14- Melbourne est considérée comme LA capitale mondiale du sport. Vous ne trouverez aucune autre ville capable d'accueillir autant de sportifs de haut niveau dans plusieurs disciplines.

    15- Avant que l’Australie ne soit colonisée par les humains, on pouvait y trouver une méga-faune. Des kangourous de 3 mètres des varans de 7 mètres et autres surprises.

    16- Si vous voulez visiter une nouvelle plage chaque jour en Australie cela vous prendra plus de 27 ans. À vos calculatrices !

    17- Melbourne est la ville où vous trouverez le plus de grecs.

    18- La grande barriere de corail est le plus grand organisme vivant du monde.

    19 - Et elle a sa propre boite aux lettres !

    20-  Avant 1902, il était illégal de nager la journée.

    21- Il y a 3,3 fois plus de moutons que d’humains en Australie.

    22- L’hymne national Australien était encore : «God save the queen» en 1984.

    23- Il y a plus de chutes de neige dans les Alpes australiennes qu’en Europe.

    Alpes australiennes

    24-  Un kangourou ne mesure pas plus d’un centimètre à la naissance.

    25- La méduse-boite a tué plus que requins et crocodiles cumulés.

    26- On trouve l’air le plus pur du monde en Tasmanie.

    27- Les australiens boivent en moyenne 96 litres de bières par an.

    28- 63% des australiens sont en surpoids.

    29- L’Australie est dans le seul continent au monde avec aucun volcan actif.

    30- 91% du pays est couvert par la végétation originale.

    31- Il y a 60 régions désignées productrices de vins en Australie.

    32- Melbourne est élue ville la plus agréable du monde depuis 3 ans d’affilés.

    33- Certains centres commerciaux passent de la musique classique dans les parkings souterrainspour faire fuir les ados qui squattent le soir.

    34- Il n’y a plus aucune mort à cause des morsures d’araignées  à signaler depuis 1979.

    35- Le capitaine James Cook a débarqué sur la cote est de l’Australie en 1770. En 1788, le britannique est revenu avec onze navires pour établir la première colonie. Deux jours après la levée du drapeau britannique, c’est deux navires français qui sont arrivés. Malheureusement trop tard pour réclamer l’Australie.

    36- Seulement 2% des Australiens vivent dans la zone jaune !Austalie : Seulement 2% des Australiens vivent dans la zone jaune

    Si vous avez d'autres infos étonnantes à nous faire parvenir, on est preneur ! Plus d'infos étonnantes sur Buzzfeed

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • De nouvelles images témoignent de la dérive d'un iceberg plus grand que Bali, qui s'est récemment détaché de l'Antarctique

    **********

     

    De nouvelles images témoignent de la dérive d'un iceberg plus grand que Bali, qui s'est récemment détaché de l'Antarctique

    Détaché du plateau de glace Larsen C de l’Antarctique en Juillet dernier, un iceberg plus grand que l'île de Bali est aujourd’hui à la dérive au large du continent de glace.

    Identifié comme l’un des 10 plus grands icebergs jamais enregistrés, le bloc de glace, surnommé A68, vogue désormais au large de l’Antarctique après avoir effectué un mouvement d’avant en arrière.

    Le spécialiste en télédétection Stef Lhermitte, qui recherche et étudie notamment les différents phénomènes liés à la cryosphère, a partagé sur Twitter des images de la NASA et de l’Agence spatiale européenne à découvrir ci-dessous :

    Depuis qu’il s’est fissuré et détaché, l’iceberg A68 et son trillion de tonnes ont changé de position plusieurs fois. Mais aujourd’hui, sa destination finale reste indéfinie.

    Aujourd'hui, les scientifiques sont divisés au sujet des conséquences liées à cet événement.

    Certains sont alarmés, ils craignent que l’iceberg ne brise dans sa course d’autres plus petits icebergs et entraîne de gros risques pour les navires alentour. Ils redoutent également qu’il heurte et casse de nouveau la barrière de glace de Larsen.

    Cela dit, certains sont plus optimistes. C’est le cas de Natalie Robinson, membre de l’Institut National de Recherche sur l’Eau et l’Atmosphère. Pour elle, la situation est normale et bien différente de l’effondrement d’autres glaciers.


    Par ailleurs, alors que certains assurent qu'il n'existe aucun rapport avec le réchauffement climatique, d'autres chercheurs, comme Nancy Bertler du Centre de Recherches de l’Antarctique de l’Université de Victoria, affirment le contraire.

    Selon elle, le changement climatique et le trou dans la couche d'ozone sont directement responsables de la fonte de « nombreux icebergs » dans la région.


    Les avis divergent, mais en attendant l’iceberg A68 et ses 5 800 km² sont toujours à la dérive, faisant cap vers l’inconnu

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique