• Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    Cracovie est l’un des joyaux d’Europe Centrale. Moins connue que Prague, la belle Polonaise n’a rien à envier à sa consœur tchèque. Capitale de cœur des Polonais, Cracovie regorge d’églises, de musées et de palais en un formidable éventail de styles, du gothique au baroque.

    Et, pour ne rien gâcher, cette ville étudiante possède un nombre impressionnant de cafés et de restos sympas. Qu’attendez-vous pour y aller ? 

    Le Wawel, panthéon de la Pologne (photo)Kazimierz, juif et branchéMines de sel et ville-modèle communisteFiche pratique

    Les charmes du vieux Cracovie

    Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    Première bonne surprise : Cracovie se visite à pied. Se balader dans son centre, presque entièrement piétonnier, se révèle fort agréable. Toute promenade dans le vieux Cracovie se doit de commencer par Rynek Glowny, la place du Marché qui est la plus grande place médiévale d’Europe avec ses 200 mètres de côté.

    Aujourd’hui, il ne s'y tient plus de marché, mais on y trouve à toute heure de la journée beaucoup d’animation en raison des nombreux cafés qui l’entourent.

    On peut même s’y restaurer rapidement dans l’un des chalets en bois de la place. Sur Rynek Glowny s’élèvent l’ancienne halle aux draps du XIVe siècle et l’église Notre-Dame-Sainte-Marie, l’un des symboles de Cracovie. Elle recèle un retable monumental de Veit Voss, chef-d’œuvre du XVe siècle.

    Ensuite, il faut musarder dans les rues du vieux Cracovie, construit sur un plan en damier au XIIIe siècle. Un festival de beautés architecturales gothique, renaissance et baroque : Cracovie est un pur concentré d’art mitteleuropéen, qui démontre magistralement la pleine appartenance de la Pologne à l’Europe.

    Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    Ne pas manquer les Planty, agréables jardins qui entourent la vieille ville, la porte Florianska, vestige des anciens remparts de Cracovie, et le musée des Princes Czartoryski (actuellement en rénovation) où l’on peut voir la fameuse Dame à l’hermine de Leonard de Vinci (transférée en ce moment à la Wawel).

    En parcourant l’ancienne Voie Royale, le long des rues Florianska et Grodzka, vous passerez devant de belles demeures, des églises, des palais… Mention spéciale pour la place Marie-Madeleine : elle donne sur la baroque église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, précédée des statues des douze apôtres, jouxtant l’église romane Saint-André, datant du XIe siècle.

    Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    Le Wawel, panthéon de la Pologne (photo)

    Ville de Jean-Paul II, Cracovie occupe une place à part dans le cœur des Polonais. C’est ici que fut couronné le premier roi de Pologne, Boleslas le Vaillant, en 1025. Cracovie a été capitale de la Pologne jusqu’au XVIe siècle. Au-dessus de la vieille ville, au bout de la voie royale, trône la colline de Wawel. C’est le berceau de la Pologne.

    La cathédrale de Wawel, reconstruite au XIVe siècle en style gothique, a vu le couronnement de tous les souverains polonais. Elle abrite aujourd’hui le mausolée des rois et des grands hommes de Pologne. Bref, un panthéon national qui se visite avec vénération.

    Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    Outre de nombreux chefs-d’œuvre – dont la chapelle Sigismond perfection du style Renaissance –, la cathédrale contient aussi la cloche Sigismond qui ne résonne qu’à l’occasion des événements importants du pays.

    Le château de Wawel, reconstruit au début du XVe par les architectes Francesco Florentino et Bartolomeo Berecci, évoque la splendeur des palais italiens de la Renaissance, notamment son impressionnante cour à arcades.

    Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    Palais royal jusqu’au transfert de la capitale à Varsovie en 1596, il a connu bien des vicissitudes liées à l’histoire tragique de la Pologne. Pillé, transformé en caserne ou en entrepôt, il est aujourd’hui impeccablement restauré. Dans les appartements royaux, on peut admirer notamment une très belle collection de tapisseries de Flandres et un tableau de Rubens, heureusement rescapés de la rapacité des occupants de la Pologne.

    Kazimierz, juif et branché

    À quelques minutes à pied de Wawel, entre les rives de la Vistule et le vieux Cracovie, un autre coup de cœur : le quartier juif de Kazimierz, qui ne fut rattaché à Cracovie qu’au XVIe siècle. Juif, ou ce qu’il en reste…

    Car, de 80 000 habitants avant la Seconde Guerre mondiale, Kazimierz, où ont vécu Roman Polanski et Helena Rubinstein, ne compte aujourd’hui plus que des centaines de juifs. Laissé à l’abandon par les communistes, il connaît depuis une dizaine d’années un important processus de revitalisation. Ses synagogues, dont une seule sert aujourd’hui de lieu de culte, ont été restaurées.

    Le film de Spielberg, La Liste de Schindler, qui se déroule ici et dans le quartier voisin de Podgorze, a également contribué à la renaissance de Kazimierz.

    De nombreux Schindler Tours sont organisés sur les lieux de tournage du film, qui sont aussi des témoins de l’histoire tragique des juifs polonais. Chaque année a lieu un important Festival de la Culture Juive, qui célèbre la mémoire de Kazimierz.

    Kazimierz est devenu le quartier le plus vivant de Cracovie, à la fois bohème et branché. On ne compte plus les bars, cafés, restos et établissements de nuit pour les fêtards.

    Le dimanche, la place Nowy, haut-lieu de la vie nocturne, accueille une sympathique brocante. Au centre, des stands de cuisine servent des snacks à déguster à la polonaise, sur le pouce. Sur la rue Szeroka, aux allures de place, les restos juifs traditionnels – et quelque peu touristiques – font face aux synagogues. En été, les terrasses sont des plus accueillantes pour siroter une bière en dégustant des pierogis, ces délicieux raviolis polonais.

    Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    Gdansk en Pologne

    Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    Mines de sel et ville-modèle communiste

    À Wieliczka en Pologne

    Si vous avez le temps, voici deux excursions intéressantes aux portes de Cracovie : les mines de sel de Wieliczka et la « ville-modèle » communiste de Nowa Huta.

    Balade À Cracovie, La Belle Polonaise...

    On a du mal à le croire, mais la région était recouverte il y a 13 millions d’années par la mer. En se retirant, elle a déposé du sel, qui, pendant des siècles, fit la richesse du pays.

    Exploitées dès le XIIIe siècle et à 10 kilomètres de Cracovie, les mines de sel de Wieliczka, aujourd’hui classées à l’Unesco, s’étendent sur 30 kilomètres et atteignent une profondeur de plus de 300 mètres.

    Les trois premiers niveaux, ouverts à la visite, permettent de se rendre compte des dures conditions de travail des ouvriers du sel. Avec, au cours de la visite, quelques divines surprises, dont une statue de Copernic et une gigantesque cathédrale de sel souterraine. Impressionnant !

    Dans un tout autre genre, Nowa Huta mérite le détour. Son nom signifiant la « nouvelle fonderie », cette « ville nouvelle » communiste fut construite dans les années 50 autour d’un combinat sidérurgique (aujourd’hui propriété d’Arcelor Mittal).

    Abritant jusqu’à 150 000 personnes, cette ville modèle du socialisme triomphant est un témoignage éloquent de l’architecture stalinienne, plus proche de la cage à prolos que de la cité radieuse.

    Toutefois, de grands parcs entourent les grands ensembles uniformément gris et les églises du quartier jouèrent un rôle non négligeable dans la lutte anti-communiste menée par Solidarnosc. Une autre page d’histoire de Cracovie, à découvrir, à l’opposé des splendeurs du centre historique.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Je vous propose aujourd'hui de découvrir les puissantes photographies de deux photographes de renommée mondiale : Carol Beckwith et Algela Fisher, qui dédient leurs travaux à la préservation de la diversité des cultures africaines. Gros plan sur le peuple Dinka, un groupe ethnique et peuple de bergers de la région de Barh El Ghazal (bassin du Nil), au Sud-Soudan.

    Depuis de nombreuses générations, le peuple Dinka vit au rythme des saisons. Durant la saison des pluies, il se recueillent dans des établissements permanents de la savane, et soulèvent les cultures de céréales comme le Mil. La saison sèche, les Dinka font paître le bétail le long des rivières. Ces incroyables bêtes aux cornes immenses tiennent une place primordiale pour la communauté, que ce soit économiquement ou religieusement. Leur vie est étroitement liée à celle des bovins.

    À travers ces clichés, Beckwith et Fisher réussissent à nous plonger dans l'univers de ces bergers. Conscientes que "les cultures traditionnelles sont en voie de disparition", elles tentent, à leur manière, de préserver "les cérémonies tribales sacrées et les traditions culturelles africaines trop vulnérables aux tendances de la modernité".

    Leurs travaux sont saisissants. N'hésitez pas à consulter leur site Internet pour plus de photographies.

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

     

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

    Sud-Soudan : Ces photographies saisissantes nous montrent la vie quotidienne du peuple Dinka

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Maho Beach, cette plage au contact rapproché avec les avions

    Maho Beach, cette plage au contact rapproché avec les avions

    La plage de Maho beach sur l'île de saint Martin dans les Antilles Néerlandaises, est connue pour sa proximité avec l'aéroport de princesse Juliana, d'où atterrissent et décollent des avions de type Boeing 747 ou Airbus A340. La taille de la piste étant relativement courte (2180 m) les avions sont forcés de se poser au plus près du seuil de la piste, ils procèdent ainsi à une approche à basse altitude spectaculaire, survolant la plage de quelques mètres seulement !

    Maho Beach, cette plage au contact rapproché avec les avions

    Maho Beach, cette plage au contact rapproché avec les avions

    Pour le décollage les avions mettant les pleins gaz pour atteindre la vitesse suffisante pour s'envoler, les réacteurs génèrent un souffle puissant qui empêchent la pousse de toute végétation sur la plage et projette du sable, des cailloux et des déchets. Ce phénomène pouvant se révéler dangereux voir mortel est connu des touristes dont certains n'hésitent pas à aller à l'encontre des avertissements pour vivre des sensations fortes. Bien que l'on dénombre beaucoup de blessés, les autorités n'interviennent pas pour empêcher ces pratiques.

    Vidéo célèbre d'une chute lors du "Jet Blast"

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • 36 faits étonnants que vous ne connaissiez probablement pas sur l'Australie

    ***********

    L'Australie nous réserve bien des surprises. Buzzfeed  a répertorié 88 faits étonnants que vous ne connaissiez probablement pas. Vous retrouverez la liste complète en fin d'article.

    En voici un petit extrait :

    1- La plus grande résidence d’Australie est aussi grande que la Belgique.

    2- 85% des australiens vivent à moins de 50 km des côtes.

    3- En 1880, Melbourne était la ville la plus riche du monde.

    4- L’Australie est le second pays au monde à avoir légalisé le vote pour les femmes. (La Nouvelle Zelande est le premier pays)

    5- Chaque semaine, 70 touristes ne respectent pas leur visa (Tu m’étonnes).

    6- L'ancien premier ministre Bob Hawke a établi un record du monde en buvant deux pintes et demi de bière en 11 secondes. Hawke a avoué plus tard que c'était la raison de son grand succès politique. #onemoreAustralie buveur de biere

    7- Le plus vieux fossile du monde (3,4 milliards d’années) a été trouvé en Australie.

    8- L’Australie est le pays développé avec le moins d’habitants au kilometre carré. Seulement 2,66 habitants au Km² contre 248,35 au Royaume Uni.

    9- Le prix de l’électricité en Australie est le plus élevé au monde.

    10- Il y a plus d’1 million de chameaux sauvages en Australie. Le gouvernement a lancé un plan pour contenir la population des chameaux. Ce programme a couté 19 millions de dollars.

    11- L’Arabie Saoudite importe ses chameaux en provenance d’Australie. (Surtout pour l’élevage de viande)

    12- Les australiens sont les plus gros consommateurs de jeux de hasard au monde.

    13- L’Australie fait partie des pays qui ont fondé les nations unis.

    14- Melbourne est considérée comme LA capitale mondiale du sport. Vous ne trouverez aucune autre ville capable d'accueillir autant de sportifs de haut niveau dans plusieurs disciplines.

    15- Avant que l’Australie ne soit colonisée par les humains, on pouvait y trouver une méga-faune. Des kangourous de 3 mètres des varans de 7 mètres et autres surprises.

    16- Si vous voulez visiter une nouvelle plage chaque jour en Australie cela vous prendra plus de 27 ans. À vos calculatrices !

    17- Melbourne est la ville où vous trouverez le plus de grecs.

    18- La grande barriere de corail est le plus grand organisme vivant du monde.

    19 - Et elle a sa propre boite aux lettres !

    20-  Avant 1902, il était illégal de nager la journée.

    21- Il y a 3,3 fois plus de moutons que d’humains en Australie.

    22- L’hymne national Australien était encore : «God save the queen» en 1984.

    23- Il y a plus de chutes de neige dans les Alpes australiennes qu’en Europe.

    Alpes australiennes

    24-  Un kangourou ne mesure pas plus d’un centimètre à la naissance.

    25- La méduse-boite a tué plus que requins et crocodiles cumulés.

    26- On trouve l’air le plus pur du monde en Tasmanie.

    27- Les australiens boivent en moyenne 96 litres de bières par an.

    28- 63% des australiens sont en surpoids.

    29- L’Australie est dans le seul continent au monde avec aucun volcan actif.

    30- 91% du pays est couvert par la végétation originale.

    31- Il y a 60 régions désignées productrices de vins en Australie.

    32- Melbourne est élue ville la plus agréable du monde depuis 3 ans d’affilés.

    33- Certains centres commerciaux passent de la musique classique dans les parkings souterrainspour faire fuir les ados qui squattent le soir.

    34- Il n’y a plus aucune mort à cause des morsures d’araignées  à signaler depuis 1979.

    35- Le capitaine James Cook a débarqué sur la cote est de l’Australie en 1770. En 1788, le britannique est revenu avec onze navires pour établir la première colonie. Deux jours après la levée du drapeau britannique, c’est deux navires français qui sont arrivés. Malheureusement trop tard pour réclamer l’Australie.

    36- Seulement 2% des Australiens vivent dans la zone jaune !Austalie : Seulement 2% des Australiens vivent dans la zone jaune

    Si vous avez d'autres infos étonnantes à nous faire parvenir, on est preneur ! Plus d'infos étonnantes sur Buzzfeed

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • De nouvelles images témoignent de la dérive d'un iceberg plus grand que Bali, qui s'est récemment détaché de l'Antarctique

    **********

     

    De nouvelles images témoignent de la dérive d'un iceberg plus grand que Bali, qui s'est récemment détaché de l'Antarctique

    Détaché du plateau de glace Larsen C de l’Antarctique en Juillet dernier, un iceberg plus grand que l'île de Bali est aujourd’hui à la dérive au large du continent de glace.

    Identifié comme l’un des 10 plus grands icebergs jamais enregistrés, le bloc de glace, surnommé A68, vogue désormais au large de l’Antarctique après avoir effectué un mouvement d’avant en arrière.

    Le spécialiste en télédétection Stef Lhermitte, qui recherche et étudie notamment les différents phénomènes liés à la cryosphère, a partagé sur Twitter des images de la NASA et de l’Agence spatiale européenne à découvrir ci-dessous :

    Depuis qu’il s’est fissuré et détaché, l’iceberg A68 et son trillion de tonnes ont changé de position plusieurs fois. Mais aujourd’hui, sa destination finale reste indéfinie.

    Aujourd'hui, les scientifiques sont divisés au sujet des conséquences liées à cet événement.

    Certains sont alarmés, ils craignent que l’iceberg ne brise dans sa course d’autres plus petits icebergs et entraîne de gros risques pour les navires alentour. Ils redoutent également qu’il heurte et casse de nouveau la barrière de glace de Larsen.

    Cela dit, certains sont plus optimistes. C’est le cas de Natalie Robinson, membre de l’Institut National de Recherche sur l’Eau et l’Atmosphère. Pour elle, la situation est normale et bien différente de l’effondrement d’autres glaciers.


    Par ailleurs, alors que certains assurent qu'il n'existe aucun rapport avec le réchauffement climatique, d'autres chercheurs, comme Nancy Bertler du Centre de Recherches de l’Antarctique de l’Université de Victoria, affirment le contraire.

    Selon elle, le changement climatique et le trou dans la couche d'ozone sont directement responsables de la fonte de « nombreux icebergs » dans la région.


    Les avis divergent, mais en attendant l’iceberg A68 et ses 5 800 km² sont toujours à la dérive, faisant cap vers l’inconnu

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Dans Le Parc De Zhangjiajie

    La forêt Chinoise Qui A Inspiré James Cameron Pour Avatar...

     

    Dans Le Parc De Zhangjiajie  La forêt Chinoise Qui A Inspiré James Cameron Pour Avatar...

     

    C'est au printemps, en pleine saison des pluies, qu'il faut découvrir ce parc. Il est situé à 30 km au nord de la ville-préfecture de Zhangjiajie, où un service de navettes permet de rejoindre l'entrée du site en un peu plus d'une heure.

    Ces cars étant souvent bondés, il est préférable de faire appel à un taxi pour seulement 10 € par personne. Le ticket d'entrée pour le parc coûte 30 € et est valable 3 jours.

    Une fois en haut, s'en remettreau service de bus qui relie en boucle les différents panoramas. Pour profiter des paysages sans la foule, dormir au sommet des montagnes dans une des auberges tenues par des paysans locaux.

    En Images- Méconnue de l'Occident, la province du Hunan recèle une forêt unique à plus d'un titre. Panthéon de pierres dressées, ce jardin céleste donna des idées au réalisateur américain les décors oniriques de la planète Pandora. Du rêve à la réalité, grand angle sur le Parc national de Zhangjiajie.

    Dans Le Parc De Zhangjiajie  La forêt Chinoise Qui A Inspiré James Cameron Pour Avatar...

    Une fabuleuse forêt de pierres, comme suspendues entre ciel et terre, au cœur de la province du Hunan (qui signifie littéralement «au sud du lac»).

    Les Chinois eux-mêmes ignoraient la présence d'un tel trésor naturel jusqu'aux années 70.

    Il aura fallu la persévérance du peintre chinois Wu Guanzhong pour que soit révélée la magnificence de ces lieux, par la seule grâce de son trait habile à rendre l'authenticité de paysages aussi grandioses.

     

    Dans Le Parc De Zhangjiajie  La forêt Chinoise Qui A Inspiré James Cameron Pour Avatar...

    À environ 1 200 km à l'ouest de Pékin, et un peu moins de Shanghaï, le Parc naturel forestier de Zhangjiajie commence à accueillir les premiers voyageurs occidentaux attirés par les images en 3D du blockbuster Avatar .

    En effet, les paysages vertigineux de ce film de science-fiction signé James Cameron ont enflammé l'imagination de millions de spectateurs.

    Pour retrouver l'original de ce décor insolite, il faut donc se rendre dans le centre-ouest de l'empire du Milieu, district de Wulingyuan, province du Hunan.

    Depuis 300 millions d'années, l'érosion sculpte ce prodigieux massif qui s'étend sur près de 220 kilomètres carrés, où plus de 3 000 pics karstiques s'élancent vers le ciel tels des sentinelles toisant le monde d'en bas…

    Dans Le Parc De Zhangjiajie  La forêt Chinoise Qui A Inspiré James Cameron Pour Avatar...

    Justement, en bas coule une rivière dans un canyon de 400 mètres de large. Son nom, rivière du Fouet d'Or, prend toute sa valeur lorsque le piton qui la domine, dressé comme un sabre, s'embrase au soleil couchant.

    La terre chaude d'une journée tropicale bute sur l'air froid d'une nuit qui s'annonce fraîche. Le phénomène climatique provoque une brume épaisse comme un matelas.

    Dans Le Parc De Zhangjiajie  La forêt Chinoise Qui A Inspiré James Cameron Pour Avatar...

    Le parc est également un sanctuaire providentiel pour de nombreuses espèces animales, parmi lesquelles le singe rhésus, au cri désopilant, et les représentants d'un bestiaire plus confidentiel, tels la civette, le tragopan à plumage rouge, le cerf d'eau chinois, l'ours du Tibet ou la panthère longibande.

    Cette dernière, chassée par les braconniers pour sa fourrure et ses os, destinés à la pharmacopée traditionnelle, est en voie d'extinction.

    Elle continue néanmoins de terrifier les rares habitants qui vivent sur les plateaux du Wulingyuan, des Miaos pour la plupart.

    Dans Le Parc De Zhangjiajie  La forêt Chinoise Qui A Inspiré James Cameron Pour Avatar...

    C'est au sommet des pics que les jeunes gens issus de cette ethnie des montagnes se courtisent lors d'un échange de poèmes chantés.

    D'une voix cristalline, la prétendante use des intonations du rossignol pour clamer ses messages langoureux. Des chants que les Miaos reproduisent à destination des touristes émerveillés.

    Pour satisfaire ses nombreux visiteurs, la communauté semble avoir un peu vendu son âme. Et confondu tradition et folklore.

    Dès qu'un chauffeur de car ouvre les vannes au flot de curieux, les femmes prennent la pose.

    Pour une poignée de yuans, elles proposent vêtements ou parures de pacotille et griment leurs admiratrices du jour qui, à leur tour, prennent la pose pour une photo postée dans la foulée sur les réseaux sociaux.

    Toujours situées à proximité d'une source d'eau, les localités Miaos s'organisent dans le respect de leur environnement, selon les préceptes du feng shui.

    Concilier les flux visibles - comme l'eau - et invisibles - comme le vent - est promesse de bonne santé, de bien-être, voire de prospérité pour les occupants des lieux.

    Et bien que le feng shui ait été interdit sous le régime de Mao Zedong, les Miaos n'ont jamais cessé de respecter scrupuleusement les règles de la discipline, malgré les persécutions du gouvernement communiste.

     

    Dans Le Parc De Zhangjiajie  La forêt Chinoise Qui A Inspiré James Cameron Pour Avatar...

    Les maisons en bois traditionnelles sont arrimées aux pentes, desservies par un faisceau de sentes et de marches abruptes que les villageois empruntent tous les jours.

    Un chemin empierré grimpe sévèrement. Sur la terrasse d'une grande habitation, trois vieilles femmes conversent.

    Dans Le Parc De Zhangjiajie  La forêt Chinoise Qui A Inspiré James Cameron Pour Avatar...

    Elles sont voisines et, leur journée de labeur achevée, partagent un moment de répit.

    Il est surprenant de constater combien les femmes de cette ethnie sont… toutes de petite taille.

    L'occasion, pour elles comme pour nous, grands Occidentaux, de partager un fou rire.

    Dans Le Parc De Zhangjiajie  La forêt Chinoise Qui A Inspiré James Cameron Pour Avatar...

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Kirkjufell En Islande 

     Kirkjufell En Islande

    Géographie De L'Islande

    La géographie de l'Islande est très fortement marquée par le volcanisme de ce pays insulaire composé d'une île principale représentant 99,7 % de sa superficie (19edu monde en termes de superficie) autour de laquelle gravitent quelques petites îles et îlots dont certains sont néanmoins habités.

    L'ensemble est situé dans le nord de l'océan Atlantique, à l'ouest de la mer de Norvège et au sud-est du détroit de Danemark. Elle est située à une distance de 287 km au sud-est du Groenland2 (entre 63° 17' 30" et 67° 07' 05" Nord et à 4° 32' 12" Ouest) au milieu de la dorsale médio-atlantique et représente sa seule partie émergée.

    Le cercle polaire arctique se trouve à quelques kilomètres du nord de l'Islande. La superficie du pays est de 103 125 km2, dont100 329 km2 de terre et 2 796 km2 d'eau. La longueur de ses côtes est de 4 970 kilomètres2. Son point culminant est leHvannadalshnjúkur avec 2 109,6 mètres d'altitude2.

    Les fleuves les plus longs sont le Þjórsá avec 230 kilomètres de longueur et la Jökulsá á Fjöllum avec 206 kilomètres2.

    Géographie physique : volcans et glaces

    Une île volcanique sur la dorsale médio-atlantique

    Article détaillé : Géologie de l'Islande

     Kirkjufell En Islande

    L'Islande se trouve au milieu d'une dorsale entre les plaques américaines et eurasiennes. Celle-ci traverse l'Islande en diagonale du sud-ouest au nord-est. Les fissures en résultant sont visibles par exemple dans le parc national de Þingvellir ; un exemple connu est celle d'Almannagjá. L'activité sismique est importante, en particulier dans le Sud de l'île près de Þingvellir et autour de Selfoss.

    L'Islande serait à l'emplacement d'un point chaud qui ferait monter du magma du manteau terrestre sous la forme d'un panache mantellaire. De nouvelles théories géologiques évoquent plutôt un courant assez large situé à des niveaux plus proches de la surface de la Terre.

    Quoi qu'il en soit, l'Islande est en presque totalité composé de roches volcaniques (à l'exception de quelques terrains sédimentaires marins cénozoïques dans la péninsule de Tjörnes) et comporte de nombreux volcans actifs. Il y en existe à peu près 130 dont la plupart se situent dans les Hautes Terres d'Islande.

    La matière remontant à la surface répare et comble au fur et à mesure les fissures causées par la séparation des plaques. Par conséquent l'île est toujours en train de croître (d'environ 2 centimètres par an).

    Un grand nombre des volcans actifs sont couverts de glaciers. Il y a des volcans sous tous les grands glaciers de l'Islande2 .

     

    Eyjafjallajökull (78 km2)

    Les Hautes Terres

    Les Hautes Terres de l'intérieur recèlent quantité de pièges : crevasses, failles, terrains friables, sables mouvants. S'y risquer seul relève de l'imprudence, voire de la folie.

    Climat

    Article détaillé : Climat de l'Islande.

    Malgré une latitude élevée, le climat islandais est fortement tempéré sur la côte par la présence du Gulf Stream. À Reykjavik, les températures sont assez fraîches en été (la moyenne de juillet étant 11 °C), mais relativement douces en hiver (moyenne de janvier : 1 °C).

    Géographie Humaine

    Une Île En Grande Partie Déserte

    Une grande partie de l'île est constituée de déserts de lave inhabitables. Cela comprend presque tout l'intérieur de l'Islande. De plus, 11 % du pays est couverts de glaciers. Les parties habitables se trouvent le long des côtes autour de l'île avec la majeure partie de la population se concentrant à Reykjavik.

     Kirkjufell En Islande

     

    Nombre de villages côtiers n'ont rien de séduisant. Le visiteur rencontrera, certes, de jolies maisons, mais le cœur des agglomérations consiste souvent en une station-service assortie d'un supermarché sans âme. Parfois, le décor se résume à une zone portuaire glauque, flanquée d'usines.

    Toutefois ces villages sont généralement magnifiés par le spectacle de la nature environnante, à la beauté souvent époustouflante (à l'image de Vik, dans le sud de l'Islande, de Ísafjörður, dans les péninsules du nord-ouest, de Seyðisfjörður, dans les fjord de l'est, ou de Husavik, dans le nord).

     Kirkjufell En Islande

    Les transports routiers terrestres sont difficiles, avec les pistes de l'intérieur fermées pendant la majorité de l'année.

    Une Île De Pêche & D'Élevage

    L'économie islandaise dépend principalement de la pêche et de l'élevage. 20 % des terres habitables sont utilisées pour l'élevage (surtout des moutons et des chevaux), 1 % sert à la culture de céréales. En outre, le gouvernement subventionne le reboisementsurtout pour lutter contre l'érosion.

     Kirkjufell En Islande

    Un Islandais sur cinq vit de la pêche : leurs chalutiers rapportent à ces descendants des Vikings de quoi assurer 90 % de leurs exportations et plus du quart de leur produit national brut. Pour préserver cette fortune, ils limitent les prises des espèces menacées.

    L'énergie géothermale est utilisée pour cultiver aussi des fruits et des légumes (voir Hveragerði).

     Kirkjufell En Islande

    The Sound of Iceland

     

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le Maroc En 5 Villes Par Léa Jessica Gauthier...

    Le Maroc En 5 Villes Par Léa Jessica Gauthier...

     

    Le Maroc, destination primée comme l’un des pays à visiter en 2015 selon le Lonely Planet, regorge d’activités !

    Admirer les paysages du désert du Sahara à dos de chameau, camper sous les étoiles avec les tribus berbères ou faire du surf sur les plus belles plages d’Afrique...

    Les idées ne manquent pas! Pour bien établir votre circuit marocain, TV5 vous propose son top 5 des plus belles villes, cinq passages obligés lors de votre prochain voyage!

    Chef Chaouen

    Située dans les collines du Rif, Chefchaouen propose une expérience inoubliable et surtout, dépaysante !

    Son charme se veut les teintes de bleu pâle et lavande de tous les bâtiments du centre, qui donne une atmosphère à la fois très zen et même surréaliste à la ville.

    Marrakech

    Marrakech animera tous vos sens ! Les incontournables ? Le magnifique minaret de la Mosquée de Koutoubia, le Palais El Badi et la Medersa Ben Youssef. 

    N’oubliez-pas, vous ne pouvez pas repartir de la ville sans vous rendre dans l’un de ses fameux souks et marchander vos plus beaux souvenirs !

    Le Maroc En 5 Villes Par Léa Jessica Gauthier...

    Essaouira

    La petite ville portuaire aux allures bohèmes attirent les routards qui prennent le temps de s’y arrêter entre Marrakech et Agadir.

    Tout près, vous trouverez quelques-unes des plus belles plages de surf de tout le pays : Sidi Kaouki et Safi.

    Et psst, semble-t-il que nous y servons les meilleures tagines !

    Le Maroc En 5 Villes Par Léa Jessica Gauthier...

     Fès

    L’ancienne capitale du Maroc est l’une des quatre anciennes cités impériales du Maroc avec Marrakech, Rabat et Meknès.

    Notre coup de coeur est évidemment le quartier des tanneurs, aussi nommé Chouara.

    Un coup d’oeil dans les boutiques proposant des articles en cuir vaut le détour !

    Saviez-vous que la Medina de Fès est la plus grande et la plus ancienne du pays ?

    Le Maroc En 5 Villes Par Léa Jessica Gauthier...

     Rabat

    La capitale du Maroc et de la famille royale est une ville verte où il fait bon de parcourir les grandes avenues bordées d’arbres, loin de l’agitation habituelle des grandes villes.

    Les sites les plus appréciés sont le Palais Royal et la mosquée, bâtis selon la tradition d’architecture islamique.

    Le Maroc En 5 Villes Par Léa Jessica Gauthier...

     

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Ces églises méconnues qui cachent des chefs-d’oeuvre

     

    Ces églises méconnues qui cachent des chefs-d’oeuvre

     

    Lorsque l’on souhaite découvrir des oeuvres d’art, le premier réflexe est d’aller dans un musée. Mais il existe bien d’autres endroits pour satisfaire ses envies d’art et de découverte. La preuve avec ces quatre églises parisiennes peu connues qui cachent des trésors picturaux dignes des plus grands musées. Entrez, c’est gratuit !

    L’Église Saint-Denys du Saint-Sacrement

    Eugène Delacroix est majoritairement connu pour ses peintures historiques et ses oeuvres d’inspiration littéraire, mais ce grand artiste du XIXe siècle s’est également attelé, quoique plus rarement, à des thématiques religieuses. Et c’est évidemment dans les églises de la capitale que l’on retrouve la plupart des oeuvres de ce Parisien de cœur : trois de ces tableaux sont exposés dans la chapelle des Saints-Anges de l’Église Saint-Sulpice, un autre au sein de l’Église Saint-Paul-Saint-Louis.

    Le plus réussi de ces tableaux à vocation spirituelle, une Pietà exécutée en seulement quelques semaines en 1844, ne se trouve pourtant pas dans l’une de ses deux églises, mais dans un lieu plus confidentiel : l’Église Saint-Denys du Saint-Sacrement dans le 3e arrondissement. Construite entre 1826 et 1835 et nommée en mémoire du premier Évêque de Paris, cette église néoclassique abrite également deux grands orgues du XIXe siècle et quatre autres peintures murales, dont une du peintre néo-classique François-Édouard Picot, qui valent également le coup d’œil !

    Ces églises méconnues qui cachent des chefs-d’oeuvre

    La Pietà d’Eugène Delacroix

    Église Saint-Denys du Saint-Sacrement – 68 Rue de Turenne, 75003
    Métro : Filles du Calvaire (ligne 8)

    L’Église Saint-François-Xavier

    On vous le dit tout de suite, cette église du 7e arrondissement, construite sous leSecond Empire, est un petit bijou ! L’ornementation de sa coupole et de son chœur dans un style néo-byzantin est sublime et l’intérieur regorge de détails picturaux et de sculptures en l’honneur de Saint-François-Xavier, Saint-Vincent-de-Paul ou de la Vierge Marie. Cette église érigée non loin des Invalides offre également à ces visiteurs de nombreux tableaux, dont trois oeuvres picturales majeures.

    La première est une oeuvre de l’emblématique peintre vénitien Le Tintoret,  La Cène. La seconde est un tableau composé par Lubin Baugin, La Vierge et l’Enfant, qui se trouvait, avant la Révolution française, dans la cathédrale Notre-Dame-de-Paris. Enfin, on y trouve une oeuvre plus récente, peinte par Henry Lerolle au XIXe siècle, intitulée La Communion. On vous laisse y aller pour les découvrir !

    Ces églises méconnues qui cachent des chefs-d’oeuvre

    Église Saint-François-Xavier – 39 Boulevard des Invalides, 75007
    Métro : Saint-François-Xavier (ligne 13)

    L’Église Saint-Nicolas du Chardonnet

    Installée au cœur du Quartier Latin, cette église est un petit musée à elle seule ! De nombreux tableaux et sculptures conservés dans cette église sont classés auxmonuments historiques : 13 tableaux, 5 bas-reliefs, 3 monuments funéraires et deux sculptures ! Parmi les artistes les plus éminents dont les oeuvres se trouvent dans cette église de la rue des Bernardins, on retrouve Charles Lebrun, connu pour ses peintures de la Galerie des Glaces du Château de Versailles, Lagrenée le jeune ou encore le sculpteur Nicolas Legendre. Dommage que l’accueil des visiteurs par les membres de la paroisse ne soit pas toujours très hospitalier.

    Ces églises méconnues qui cachent des chefs-d’oeuvre

    Le Martyre de Saint Jean l’Évangéliste, tableau attribué à Charles Le Brun

    Église Saint-Nicolas du Chardonnet –  23 Rue des Bernardins, 75005
    Métro : Cardinal Lemoine (ligne 10)

    Découvrez les coulisses du quartier latin lors de notre visite guidée.

    L’Église Notre-Dame de la Nativité de Bercy

    Isolée sur un terre-plein central au cœur d’un quartier où le macadam et le béton sont rois, l’Église Notre-Dame de la Nativité de Bercy n’attire vraiment pas grand monde ! Ce manque d’intérêt est sans doute accru par l’apparence très austère du lieu. En effet, l’intérieur est sans artifice, très sobrement décoré et simplement doté d’un petit orgue en bois. Et pourtant, l’Église possède quelques peintures religieuses des XVIIe et XVIIIe siècles qui méritent toute notre attention !

    Parmi ces oeuvres, on notera tout particulièrement le tableau Jésus et la Samaritaine de Jacques Stella et L’annonciation, une oeuvre peinte en 1659 par le français Daniel Hallé. Il faut savoir que peu d’églises abritent encore des oeuvres réalisées avant la Révolution, car la plupart ont été pillées à ce moment là. En plus d’être très réussies, ces oeuvres sont donc des raretés à Paris !

    Jesus et la Samaritaine de Jacques Stella

    Jesus et la Samaritaine, de Jacques Stella

    Église Notre-Dame de la Nativité de Bercy – Place Lachambeaudie / 11 Rue de la Nativité, 75012
    Métro : Cour Saint-Émilion (ligne 14)

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique