• La vraie histoire des Gitans (Part 1)

    La vraie histoire des Gitans (Part 1)

    Beaucoup de gens pensent que les Gitans
    viennent de Perse (Iran) et de l’Inde, puis
    d’Arménie et de Russie. Qu’ils ont bougé
    plus tard en Roumanie, en Hongrie, et en
    Bulgarie.

    La vérité, c’est que les Gitans ont vécu et
    habité dans tous ces pays, les ont traversé,
    puissent qu’ils étaient des nomades. Mais
    leur origine date de la Palestine.

    Les Gitans sont les directs descendants
    des fameux Bédouins Réchabites et vous
    trouverez leur histoire dans la Bible, dans
    le livre du prophète Jérémie, chapitre 35.

    Ils avaient promis à Dieu de ne jamais
    vivre dans des maisons, mais sous des
    tentes (des demeures mobiles), c’est
    pour cela qu’ils ont bougé et voyagé
    durant tout le temps de leur histoire
    afin de survivre et garder leur culture.

    A cause de cela, Dieu a promis de les
    garder  et de les protéger pour toujours,
    parce qu’ils lui ont obéi. Il les a aidé à
    préserver miraculeusement leur culture,
    leur langage, leur religion, leurs coutumes.
    Ils ont voyagé de pays en pays jusqu’à
    aujourd’hui, et nous pouvons les trouver
    dans le monde entier par millions.

    Les Réchabites n’étaient pas Juifs,
    mais des Arabes, descendants des
    Médianites, qui se sont liés d’amitié
    avec les enfants d’Israël et qui ont
    voyagé avec eux pendant l’Exode
    avec Moïse.

    Donc, ils sont les descendants de Jéthro le
    Médianite (le beau-père de Moïse). Ils ont
    aidé et guidé les israélites dans leur marche
    pour la Terre Promise ; du Sinaï à Canaan.
    Ils ont planté leurs tentes à Jéricho, et plus
    tard in Judée. Ils sont restés amis avec les
    israélites jusqu’à l’époque du roi Saul et de
    David.

    Un de leurs chefs, Jonadab, le fils de Réchab,
    avait fait le vœu de ne jamais vivre dans des
    maisons, mais de toujours demeurer dans des
    tentes pour préserver leur simple culture, leur
    mobilité, et même leur propre vie.

    Ils ont gardé cette promise, c’est pourquoi
    Dieu a gardé la sienne en les gardant et les
    protégeant à travers les âges.
    (Jérémie 35 : 1-19)

    Depuis, ils n’ont pas cessé de voyager,
    toujours prêts à s’enfuir en cas de trouble
    ou d’extermination.

    Plus tard, l’histoire nous apprend que les
    Juifs les ont chassés d’Israël vers l’Egypte,
    où ils sont devenus des Bédouins jusqu’à
    qu’ils soient capturés par les Babyloniens
    comme esclaves et emmenés avec les
    Juifs et les Egyptiens.

    C’est durant cette période de leur
    histoire que les Babyloniens leur ont
    donné le surnom de Gitans, parce
    qu’ils venaient d’Egypte.
    Comme pour les israélites le surnom
    de Juifs, parce qu’ils venaient
    de Juda.

    Les Réchabites (Gitans) furent libérés
    plus tard et errèrent vers l’ouest,
    jusqu’au nord de l’Inde et en Perse
    (les historiens ont retrouvé leurs
    traces aussi loin que le 7ème ou 8ème
    siècle après Jésus-Christ.

    Mais leur histoire ne s’arrête pas là
    et vous pourrez lire la suite dans le
    prochain blog !

    vous découvriez leur grand amour
    pour Jésus et comment ils ont
    évangélisé et converti le tsar et sa
    femme, ainsi que toute la Russie
    au christianisme.

    Sans oublier leur martyr quand les
    Turcs ont essayé de les exterminer
    Au 12ème siècle.

    Patrick Etienne

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Kumbhalgarh – La Grande Muraille d’Inde

    ****

    Longtemps occultée par sa voisine plus longue à l’est, c’est la troisième plus grande paroi continue de la planète. Certains l’appellent du nom du fort qui l’entoure : Kumbhalgarh. D’autres se réfèrent simplement à elle comme la Grande Muraille d’Inde. Pourtant, étonnamment, elle est encore peu connue en dehors de sa propre région.

    Kumbhalgarh – La Grande Muraille d’Inde

    Kumbhalgarh – La Grande Muraille d’Inde

    Dans son intégralité, le mur s’étend sur 36 kilomètres et est, tout simplement, massif. Dans beaucoup de ces photographies, vous pourriez être pardonné de le confondre avec la Grande Muraille de Chine. Cependant, plusieurs siècles et cultures séparent les deux. Les travaux sur Kumbhalgarh n’ont commencé qu’en 1443 – moins de cinquante ans avant que Columb ne navigue sur l’océan Atlantique.

    Kumbhalgarh – La Grande Muraille d’Inde

     Dans l’état du Rajasthan dans l’ouest de l’Inde, les travaux ont débuté sous les ordres du Maharana local, Rana Kumbha en cette année. Il a fallu plus d’un siècle pour construire le mur et il a été agrandi plus tard au 19ème siècle. Il a servi de fort jusqu’à cette période mais il est maintenant devenu un musée.

    Kumbhalgarh – La Grande Muraille d’Inde

     

    Le fort que le mur entoure est construit sur une colline et domine le paysage, étant à plus de 1000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Au total, les murs ont sept passerelles. Bien qu’à certains endroits le mur semble  assez mince, à d’autres il mesure plus de 4,5 mètres de large.

    Kumbhalgarh – La Grande Muraille d’Inde

     

    Le mur protège les terres fertiles à l’intérieur – il est dit que dans les jours du Maharana, les murs portaient tellement de lanternes que les agriculteurs locaux travaillaient le jour et la nuit. Encore plus précieux pour les habitants de Kumbhalgarh, les murs contiennent et protègent également plus de 360 temples.

    Kumbhalgarh – La Grande Muraille d’Inde

    Soixante des temples sont hindous, comme vous pouvez vous y attendre puisqu’on est en Inde. Tous les autres ont été construits par les adeptes du Jainisme, une religion fondée en Inde, dont beaucoup l’estiment être antérieure au bouddhisme. Le Jainisme a encore plus de six millions d’adeptes aujourd’hui, qui prescrivent encore un chemin de non-violence envers tous les êtres vivants.

    Kumbhalgarh – La Grande Muraille d’Inde

     On espérait, bien sûr, qu’en raison de la protection qu’offrait le mur, la violence aurait pu être évitée simplement parce que tout ennemi qui avance ne pouvait pas le pénétrer. Pourtant, la légende affirme que l’origine même du mur était due à un acte de violence.

    Kumbhalgarh – La Grande Muraille d’Inde

     

    Il semblait que, malgré plusieurs tentatives, le Maharana ne pouvait pas construire son grand mur . Un conseiller spirituel lui a dit qu’il fallait se porter volontaire pour se sacrifier si le mur devait être construit. Finalement, un jour, un pèlerin (certains disent un soldat) s’est porté volontaire et un temple a été construit là où sa tête coupée est tombée. Aujourd’hui, l’endroit constitue la porte principale de la forteresse qui a elle-même été construite là où son corps est venu se reposer.

    Kumbhalgarh – La Grande Muraille d’Inde

     

    Le mur séparait les royaumes concurrents de Mewar et Marwar. En période de grand danger, les dirigeants de Mewar ont utilisé la forteresse et ses murs comme leur dernier refuge. Tout au long des plus de cinq cents ans de son histoire, la forteresse est tombée dans les mains ennemies une seule fois – et ce n’est que parce que l’eau potable s’est épuisée dans ses murs.

    Kumbhalgarh – La Grande Muraille d’Inde

     

    Pourtant, malgré sa taille et son histoire, la Grande Muraille d’Inde reste un mystère pour ceux qui habitent en dehors du pays. En effet, les touristes sont prévenus que certaines des zones moins parcourues du mur ne devraient pas être escaladées. D’anciens mécanismes de défense et des pièges sont encore supposés exister dans certaines de ses positions les plus éloignées. Ceux qui souhaitent explorer les innombrables ruines devraient se préoccuper des accidents et du danger…

    Kumbhalgarh – La Grande Muraille d’Inde

    Kumbhalgarh – La Grande Muraille d’Inde

    Kumbhalgarh – La Grande Muraille d’Inde

    Kumbhalgarh – La Grande Muraille d’Inde

    Kumbhalgarh – La Grande Muraille d’Inde

    Kumbhalgarh – La Grande Muraille d’Inde

    Kumbhalgarh – La Grande Muraille d’Inde

    Kumbhalgarh – La Grande Muraille d’Inde

     

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Découvrez cet aventurier qui a traversé l'Alaska, seul et en autonomie totale

    *******

    Eliott Schonfeld n'est pas un simple voyageur, il est un aventurier. Il est de cette poignée d'explorateurs en quête d'inconnu, de mondes vierges et de retour à l'essentiel pour être seul face à la planète, à la nature pour oser s'y fondre et réussir à s'y adapter.

    Après une traversée de 2 000 km à travers la Mongolie en solitaire, en 2015, c'est vers l'Alaska qu'Eliott Schonfeld a retrouvé l'aventure et le défi, à l'été 2016. Un périple de trois mois dans le brut et le sauvage, 1 800 km de canoë suivis de 900 km de marche à travers la toundra et les montagnes, pour rejoindre l'Océan Arctique. Un homme seul, en autonomie totale pour un parcours encore jamais réalisé auparavant. Une aventure fabuleuse, primaire, celle d'une reconnexion totale entre l'homme et la nature, avec ses beautés et ses dangers. 

    Découvrez cet aventurier qui a traversé l'Alaska, seul et en autonomie totale

    J'ai eu la chance de rencontrer Eliott Schonfeld qui m'a raconté son voyage. Ses mots et ses images nous laissent en totale admiration, transpirent sa passion pour la nature, les animaux, la route.

    Salut Eliott ! D'abord, c'est quoi ton rapport à la nature ?

    J’ai grandi dans un milieu urbain. Je considérais la ville comme mon milieu naturel jusque encore très récemment. Donc quand je me rends dans une nature sauvage, c’est toujours un choc. Ce n’est pas juste un changement de paysage ou de lieu, c’est un changement de paradigme, dans la manière de penser, d’agir, de comprendre ce qui nous entoure et de concevoir notre place.

    Découvrez cet aventurier qui a traversé l'Alaska, seul et en autonomie totale

     

    En 2015, tu as traversé la Mongolie. Pourquoi avoir choisi l'Alaska pour cette nouvelle aventure ?

    Je voulais partir en Alaska parce que c’est un des derniers territoires véritablement sauvages du monde. C’est un territoire immense et très peu habité par les hommes. Là-bas la nature est authentique, intouchée, les infrastructures humaines sont rares.

    Je voulais fuir la société moderne et me rendre dans son exact opposé, à savoir la nature sauvage, pour voir si je parvenais à survivre plusieurs mois hors de la modernité, si je pouvais m’adapter à ce nouveau milieu, si je pouvais devenir autonome et parvenir à faire tout avec ce qui se trouve dans la nature. Dans le grand nord, la diversité des paysages, de la faune, de la flore, est hallucinante. Il y a tout, des montagnes, des plaines, des rivières, des lacs, des forêts, la toundra… C’est magnifique.

    Découvrez cet aventurier qui a traversé l'Alaska, seul et en autonomie totale

    Tu t'es fixé des objectifs ? Des contraintes ?

    Le but de ce voyage était de me fondre dans la nature, alors je me suis fixé quelques règles :

    Premièrement, je n’avais pas le droit de suivre de route, de chemin, ni même de sentier de randonnée. Je devais créer mon propre passage et entrer le plus profondément possible dans le sauvage. J’ai donc planifié mon itinéraire là où il n’y avait aucune route, aucune habitation, aucune infrastructure humaine. En Alaska ce n’est pas si dur à trouver.

    La deuxième règle était que mon sac devait comporter bien moins de choses que dans mes précédents voyages (fini les réserves de nourriture, les trois pulls, le tapis de sol, le filtre à eau, le réchaud). J’ai éliminé l’utile et n’ai gardé que l’indispensable. 

    Dans mon sac, je portais : Une tente (que j’ai du rafistoler avec du scotch après l’attaque d’un ours), un duvet, un pull, un briquet, une boussole, des cartes, un GPS, un téléphone satellite, un couteau, un gourde, une gamelle, des livres, un appareil photo, une caméra, un cahier et un crayon. Avec cet équipement, on peut partir quasiment partout pendant plusieurs mois.

    Mon objectif dans mes prochaines expéditions est d’apprendre à me passer au fur et à mesure de ces objets en faisant par exemple du feu moi-même, en me taillant une pierre qui fera office de couteau, en construisant des abris pour me passer de la tente...

    Découvrez cet aventurier qui a traversé l'Alaska, seul et en autonomie totale

    Découvrez cet aventurier qui a traversé l'Alaska, seul et en autonomie totale

    Comment tu t'es adapté à si peu ?

    Ce changement radical a été très dur dans les premières semaines, puis j’ai commencé à m’adapter, à comprendre comment je devais me comporter pour survivre plusieurs mois ici. Pour la première fois de ma vie, je suis parvenu là-bas à me nourrir par mes propres moyens une grande partie du temps, en pêchant et en cueillant des myrtilles, des groseilles et des champignons. Je faisais des feux la nuit pour me réchauffer, je buvais et me lavais dans les rivières. Pour me déplacer plus facilement, j’ai compris qu’il fallait que je suive les chemins formés par les grizzlys et les caribous dans la forêt.

    Découvrez cet aventurier qui a traversé l'Alaska, seul et en autonomie totale

    Découvrez cet aventurier qui a traversé l'Alaska, seul et en autonomie totale

    Comment tu organisais tes journées dans ce périple ?

    Chaque jour, je pagayais ou je marchais plusieurs heures (un mois et demi de canoë, puis un mois et demi de marche). Le matin et le soir, je faisais une récolte de fruit et dès que j’en avais l’occasion, je pêchais pour attraper mon déjeuner ou mon dîner. Après huit heures à pagayer ou à marcher, je plantais ma tante dans un endroit que j’aimais bien, je faisais un feu pour manger, puis j’allais accrocher toutes mes affaires odorantes (produit moustique, dentifrice, gamelle dans laquelle je cuisine…) au sommet d’un arbre pour ne pas attirer les ours dans mon camp.

    Découvrez cet aventurier qui a traversé l'Alaska, seul et en autonomie totale

    Être totalement seul face à la nature, c'est quoi les sensations ?

    C’était la première fois de ma vie que je me retrouvais aussi longtemps seul dans une nature aussi sauvage. J’avais l’impression de découvrir l’origine du monde, l’origine du vivant. Malgré la faim, la douleur et la fatigue, j’ai réalisé à quel point être là me rendait libre, vivant et heureux. Je n’ai jamais eu le sentiment de survivre mais toujours de vivre pleinement. Mais ça n’a pas été toujours facile...

    Découvrez cet aventurier qui a traversé l'Alaska, seul et en autonomie totale

     

    C'est quoi ton pire souvenir de cette aventure ? Ta pire difficulté ?

    Il y a eu des moments extrêmement difficiles où j’ai eu envie d’abandonner. Mon pire souvenir, c’est le premier départ de la marche de 900 kilomètres, qui devait me conduire jusqu’à l’Océan Arctique plusieurs semaines plus tard. Juste après avoir effectué 1 800 kilomètres en canoë, j’ai vendu mon embarcation dans le village où je me suis arrêté. J’ai ensuite demandé à un pêcheur de me conduire en bateau 10 kilomètres plus loin, sur la rivière du Yukon où une autre rivière partait vers le Nord. Soit dans ma direction.

    Mon idée était de commencer la marche en suivant la rivière qui remontait sur 70 kilomètres. Le pêcheur m’a déposé puis est reparti. Il était déjà tard et j’ai commencé à marcher sur la rive. Très vite, cela est devenu impossible parce que la rive s’est transformée en paroi verticale. J’ai donc escaladé ce mur de terre pour continuer dans la forêt. Là, ça a été l’enfer. Je me suis retrouvé dans une jungle, impossible de poser un pied devant l’autre. Les ronces me griffaient de partout et j’étais dans le noir total. Je tombais sans arrêt, avancer de quelques mètres me demandait un effort immense. Les moustiques étaient partout et ma sueur se mélangeait au sang des piqures. Après 3 heures de marche, j’ai réalisé que je n’avais fait que 2 kilomètres. J’ai décidé d’arrêter et je me suis endormi en espérant que tout cela était un cauchemar.

    À mon réveil, j’ai décidé de faire demi-tour pour revenir au village et passer par les montagnes où ça devait être plus facile. J’ai commencé à rebrousser chemin dans cette jungle mais je n’en pouvais déjà plus après une demi-heure. J’ai posé mes affaires sur le bord et j’ai plongé dans la rivière pour la redescendre et atteindre le lieu où le pêcheur m’avait déposé la veille. J’ai nagé pendant 25 minutes dans l’eau froide puis j’ai enfin atteint mon lieu de départ. Là, j’ai du attendre encore deux jours avant qu’un bateau ne passe pour me ramener au village. Trois jours plus tard, je redémarrai enfin la marche et cette fois, je suis parvenu à avancer.

    Découvrez cet aventurier qui a traversé l'Alaska, seul et en autonomie totale

    Et ton meilleur souvenir ?

    J’ai aussi vécu les moments les plus incroyables de ma vie, je pense que mon meilleur souvenir s’est déroulé après environ 3 semaines de marche. J'ai quitté la forêt, puis j'ai fait mes premiers pas dans la toundra, cette partie du monde où il fait si froid que plus aucun arbre n'y pousse. J'ai avancé dans une immense plaine parsemée de mousses et de lichens, de toutes les couleurs imaginables, comme si je marchais sur une peinture, l'horizon dégagé à des kilomètres sur les somptueuses montagnes de Brooks, vers lesquelles je me dirige.

    Je marchais quand soudain, une grosse chose m'a extirpé de mes pensées. Un énorme grizzly m'a chargé du haut d'une colline et a foncé vers moi en courant avant de s'arrêter à 10 mètres de distance. Le temps s'est arrêté, j'ai senti mon coeur s'emballer. On s'est regardé pendant environ dix secondes, partagé entre la peur et le bonheur pur, celui de me retrouver à quelques pas d'un des animaux les plus beaux et dangereux que j'ai rencontré. Sans aucun doute les dix secondes les plus intenses de ma vie. Puis il est reparti en courant, comme un enfant ravi de m'avoir effrayé.

    Découvrez cet aventurier qui a traversé l'Alaska, seul et en autonomie totale

    J'imagine que tu as déjà de nouveaux projets ?

    Oui j'en ai déjà plein en tête... Je prépare déjà ma prochaine expédition qui débutera en août : la traversée intégrale de l’Himalaya, du Pakistan au Bhoutan, à pieds et en solitaire. Une aventure de quatre mois et d’environ 4 000 kilomètres. Je m’achèterai un Yak pour m’aider à gravir les cols dans les plus hautes altitudes.

    Une expédition polaire se prépare aussi : rejoindre la banquise en chiens de traineau en partant du Québec, puis ensuite, marcher de la banquise jusqu’au pôle Nord en solitaire.

    Une des expéditions auxquelles je pense le plus en ce moment est celle qui se passera sur une île déserte du Pacifique Sud : Arriver sur l’île nu avec un seul objet, un couteau, et survivre pendant plusieurs mois sans aucune assistance.

    Je veux traverser la cordillères des Andes puis descendre tout le fleuve de l’Amazonie en canoë, j’aimerai aussi traverser l’Antarctique à pieds.

    Un autre projet qui me tient vraiment à cœur et de construire avec mes amis une cabane dans le grand Nord pour y vivre une partie de l’année.

    Découvrez cet aventurier qui a traversé l'Alaska, seul et en autonomie totale

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Plongez dans la magie de l'Inde du sud

    David 4 septembre 2017

    ****

    Certains voyages marquent plus que d’autres. Ils marquent au point de devenir des balises de nos vies, des marqueurs importants avec un avant et un après. C’est ce qu’il s’est passé pour moi récemment après avoir voyagé dans le Tamil Nadu, un état de l’Inde du Sud.

    Trois étapes, trois villes seulement de cet immense pays et pourtant, une véritable aventure, un voyage avec tout ce que cela implique. Les sens aiguisés, l’esprit et les yeux grand ouverts, c’est comme ça que j’ai rejoint ce magnifique pays pour un voyage que je n’oublierai pas.

    Plongez dans la magie de l'Inde du sud..

    ©RonanSiri

    Car l’Inde ne ment pas. Y aller, c’est aussi laisser sa zone de confort loin derrière soi et se confronter à la vie. L’inde est nue, brute, elle ne cache rien et montre tout ce qu’elle a à montrer à qui veut bien la découvrir. Ce qu’elle montre, c’est la vie, sans filtres, dans toute sa complexité. Je vous emmène avec moi au coeur de la magie de l’Inde du Sud.

    Au départ de Paris, notre reporter photo Ronan Siri a eu la chance de faire partie du vol inaugural de Jet Airways reliant directement Paris à Chennai. Quelques onze heures plus tard, il faisait ses premiers pas sur cette terre qui allait “lui en mettre plein les yeux et plein les sens”. Il raconte.

    Plongez dans la magie de l'Inde du sud..

    ©RonanSiri

    Chennai

    Chennai, c’est la capitale de l’Etat du Tamil Nadu. Cette ville qui embrasse la côte est le poumon économique et culturel de toute l’Inde du Sud mais également le berceau de la cuisine traditionnelle indienne. Tout un programme.

    Si elle est tentaculaire, intense et bondée, la ville reste magnifique, pleine de charme. Chennai est ultra-culturelle et avec des caractéristiques si propres à ce pays, des couleurs, de la vie, partout.

    Je vous conseille notamment d’y visiter le Government Museum. Âgé de plus de 150 ans, il est l'un des plus beaux exemples de l'architecture du style Kerala. Mais l’intérêt se trouve évidemment aussi dans les collections qu’il propose, notamment de majestueuses statues.

    Plongez dans la magie de l'Inde du sud..

    ©RonanSiri

    Ma première vraie claque de ce voyage dans l’Inde du Sud, je l’ai prise lorsque j’ai visité le temple Arulmigu Kapaleeswarar, avec de nombreuses annexes, des jardins et même des étables à l’intérieur pour les vaches sacrées. Plus qu’un temple, c’est un véritable lieu d’accueil des fidèles, un lieu de vie. Ces derniers viennent y passer quelques heures, s’assoient, se réunissent et discutent, mangent.

    Dans la vidéo (ci-dessous), vous pourrez apercevoir des sortes de petits animaux bleus accrochés aux branches d’un arbre. Celui-ci se trouve dans l’une des cours de ce temple et en réalité, ces petits objets représentent des enfants. Les couples qui souhaitent procréer viennent dans ce temple et accrochent ces objets à l’un des arbres sacrés, en guise d’offrande, de bénédiction et de remerciement pour l’enfant à venir.

    Mahabalipuram

    À quelques dizaines de kilomètres de là, j’ai pris la direction de Mahabalipuram, un magnifique village de pêcheurs qui frappe tout de suite par l’explosion de couleurs qu’il propose. Ce superbe village est réputé pour deux corps de métiers qui y sont répandus, les pêcheurs mais aussi les tailleurs de pierre.

    Plongez dans la magie de l'Inde du sud..

    ©RonanSiri

    Plongez dans la magie de l'Inde du sud..

    On s’y balade très facilement et l’accueil, la chaleur des habitants est touchante, bienveillante. Le contact est facile, les regards sont bienveillants.

    On compte de nombreux temples à Mahabalipuram, ce qui s’explique, aussi, par l’omniprésence des tailleurs de pierre. Mais une anecdote racontée par des locaux m’a marquée. Au moment du tristement célèbre tsunami de 2004, la mer s’est tellement retirée qu’elle a permis la découverte de sept temples qui étaient jusqu’alors immergés.

    Plongez dans la magie de l'Inde du sud..

    ©RonanSiri

    Pondichéri

    Une centaine de kilomètres au Sud Mahabalipuram, Pondichéryi, chargée d’histoire. Pondichéry, c’est un ancien comptoir français de l’époque colonialiste et c’est quelque chose que l’on voit, qui reste gravé sur les volumes de la ville.

    D’ailleurs, celle-ci est divisée en deux parties. La “ville blanche” et la “ville noire”. Vestiges d’une époque où l’on divisait les personnes en fonction de leur épiderme. Aujourd’hui, si le mélange est tout à fait harmonieux, on garde ces nominations aux deux parties de la ville. Parce que si son histoire est difficile, elle reste son histoire. Personne ne cherche à la cacher, à la romantiser.

    Plongez dans la magie de l'Inde du sud..

    ©RonanSiri

    Plongez dans la magie de l'Inde du sud..

    ©RonanSiri

    La fin de cette époque a marqué un véritable changement, de chaque côté. En partant, les colonialistes ont décidé d’offrir leurs maisons aux indiens. Aujourd’hui, elles appartiennent soit à des riches propriétaires, soit à l’état, qui cherche, avec l’aide d’associations, de bénévoles du peuple, à les rénover pour rendre la beauté à Pondichéri.

    Plongez dans la magie de l'Inde du sud..

    ©RonanSiri

    Plongez dans la magie de l'Inde du sud..

    ©RonanSiri

    Mais cette beauté existe déjà, partout. J’y ai aimé la cohabitation et le contraste évident entre les temples et les églises chrétiennes. Ce que j’ai adoré, là où mes sens ont été les plus sollicités, c’est dans le Grand Bazar de Pondichéri. Couleurs, senteurs, bruits, tout y était et j’assistais à un spectacle saisissant de la vie.

    Plongez dans la magie de l'Inde du sud..

    ©RonanSiri

    Plongez dans la magie de l'Inde du sud..

    ©RonanSiri

    Plongez dans la magie de l'Inde du sud..

    ©RonanSiri

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Photos...Des Nurseries Sous L’eau...

    Pour «Repeupler La Mer»

    AFP

    A une dizaine de mètres de profondeur, à la sortie du port de La Ciotat, trois plongeurs détachent un grand filet blanc couvrant une cage sous-marine, libérant dans ce mouvement des centaines de bébés poissons.

    Leur Objectif...«Repeupler La Mer».

    Sous le filet apparaît une «biohut», une cage faite de grillages et de coquilles d’huîtres, qui sert pendant quelques jours de nursery à des poissons réacclimatés à leur milieu naturel.

    Jeunes mérous bruns, rascasses, congres, rougets et dorades grises se dispersent peu à peu dans les profondeurs de la Méditerranée.

    AFP

    «Restauration Écologique»

    L’opération réalisée mercredi vient parachever plusieurs mois de travail pour la PME Ecocean, basée à Montpellier.

    Première étape, son «coeur de métier», explique son président Gilles Lecaillon...

    La capture de larves, pour permettre la «restauration écologique» des milieux marins endommagés par les activités humaines, notamment dans des ports, en France ou à l’étranger.

    «Dans ce domaine, nous avons développé des solutions innovantes complémentaires qui sont validées scientifiquement», dit-il, rappelant que la société...

    A été créée en 2003, elle avait été fondée à partir du constat que depuis les années 1950, le nombre d’espèces marines en danger n’a cessé de croître, victimes de la pollution, de la destruction des habitats ou encore de la surexploitation des ressources marines.

    La conservation ne suffit donc plus, il faut «réparer» l’écosystème et «repeupler la mer», argumente Gilles Lecaillon.

    La solution la plus simple proposée par l’entreprise est donc celle des «biohuts», et consiste uniquement à déposer ces cages sous-marines dans des zones dégradées comme des ports.

    « Repeupler La Mer »

    Mais la solution la plus complète, baptisée «Biorestore», vise à «repeupler la mer» en trois étapes: la pêche de post-larves qui sont ensuite acclimatées et élevées dans des nurseries à terre, puis relâchées en milieu naturel.

    C’est cette troisième étape déterminante qui a eu lieu mercredi lorsqu’un millier de bébés poissons pêchés et élevés depuis mars ont été relâchés dans le cadre du projet Casciomar, un contrat de baie portant sur la zone Cassis, La Ciotat, Marseille (Bouches-du-Rhône).

    AFP

    « Reconquête Du Milieu »

    Parmi les gros projets actuels en France de cette entreprise qui emploie 12 personnes, figurent notamment le volet biodiversité de l’extension du port de Calais...

    Ou encore un projet de «reconquête du milieu» qui démarre en partenariat avec Veolia au large de Toulon (Var) pour limiter les dégâts d’une station d’épuration.

    Présente dans une quinzaine de ports en France, Ecocean vise également l’international, où elle est déjà active à Baltimore (côte est des Etats-Unis), aux Pays-bas, au Danemark, en Corée du Sud ou encore en Jordanie.

    «L’Europe du Nord est une zone cible qui semble prometteuse», commente M. Lecaillon.

    Les clients d’Ecocean, qui est bénéficiaire et a réalisé un chiffre d’affaires de 1,1 million d’euros en 2016, sont des gestionnaires de ports collectivités locales, aménageurs côtiers ou industriels «désireux de compenser l’impact qu’ils ont sur le milieu naturel», explique-t-il, notamment dans les secteurs pétrolier et de l’éolien en mer.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Bromo volcano, Java, Indonesia

    ***

    L'un des volcans les plus célèbres d'Indonésie est situé ici, sur l'île de Java. Son nom est Bromo et c'est un volcan actif: son cratère produit en permanence de la fumée et de la vapeur et des éruptions occasionnelles se déroulent de temps en temps (la dernière était en 2012). Dans le même temps, ce volcan est facilement accessible: on peut faire passer le pied de la montagne en voiture, puis monter les escaliers pour obtenir le cratère. Beaucoup plus facile que les volcans du Kamchatka, disons-nous. Et l'altitude du volcan n'est pas si élevée, seulement 2392 mètres. C'est pourquoi Bromo est l'un des volcans les plus populaires, des centaines de touristes y visitent tous les jours.

    Bromo volcano, Java, Indonesia

    Actuellement, quatre autres volcans sont situés à l'intérieur de la caldeira de Tengger: en plus de Bromo, il y a le mont Batok (2 470 m), le mont Kursi (2 581 m), le mont Watangan (2 661 m) et le mont Widodaren (2650 m), mais Bromo est le seul actif un volcan parmi eux. En dehors de la zone de la caldeira, il y a plusieurs autres sommets, Semeru (3 676 m) est l'un d'entre eux, la plus haute montagne de l'île de Java et un volcan actif.

    Bromo volcano, Java, Indonesia

    Notre chemin vers Bromo a commencé à l'aéroport de Surabaya. Nous avons chargé dans un bus, un long voyage au parc national Bromo Tengger Semeru. Sur le chemin, le temps s'aggravait: en dehors de la fenêtre, les champs évoluaient vers un chemin de montagne serpentant, il a commencé à pleuvoir. Ensuite, dans une heure, la pluie s'est transformée en un brouillard épais. Lorsque nous sommes arrivés à Bromo, nous ne pouvions distinguer que des nuages de brume grisâtre au bord de la caldeira Tengger.Quelque part derrière eux, le volcan nous cachait.

    Bromo volcano, Java, Indonesia

    Les sections locales nous ont convaincus que c'était un climat typique; «Il pleut toujours l'après-midi», ont-ils dit, et il y avait une chance que le brouillard se dissolue, nous permettant de voir Bromo. Pendant ce temps, la pluie devenait plus forte et nous n'étions pas encouragés du tout. Mais peu importe la météo, nous avons convenu de descendre à la caldeira.

    Il était sombre quand nous sommes partis. Par rapport à la chaleur de Yogyakarta et de Jakarta, nous avons été très heureux de sentir la fraîcheur de la montagne au début. Mais très bientôt, ce froid a commencé à refroidir nos os. Ancien mais fiable Land Cruiser nous transportait sur le terrain de la lave endurcie. Avec ses dents claquant au rythme du moteur, notre chauffeur tremblait et enveloppait dans une couverture. J'essayais de comprendre comment il a réussi à trouver la route dans ce brouillard, mais en vain: toutes les directions dans cette brume grisâtre semblaient être les mêmes pour moi. Mais bientôt nous avons vu la silhouette d'un temple: nous avons atteint la place.

    Bromo volcano, Java, Indonesia

    Le temple hindou de Pura Luhur Poten a été construit par les habitants locaux et se trouve au pied de Bromo. Le temple est assez humble, on peut dire même ascétique.Une fois par an, les vacances de Yadnya Kasada, qui dure un mois, se déroulent ici. Lors de la célébration, les gens font certains sacrifices: ils jettent du riz, des fruits, des légumes, des fleurs, même de la volaille, avec de petits bovins dans le cratère afin de propager les forces endormies du volcan. Mais malgré les sacrifices, le volcan réveille une fois dans quelques années. Les traces de lave sur les pentes de la montagne sont les restes de cette activité.

    Le fond de la caldeira autour du volcan est recouvert de cendres, pratiquement aucune plante ne peut être trouvée ici. Les ondes noires de cendres créent des dunes. Cet endroit s'appelle 'Sand Sea'. Pas étonnant: le sable était facilement entrer dans nos chaussures.

    Bromo volcano, Java, Indonesia

    Pendant ce temps, le brouillard presque dissous, le soleil apparut. Stas a lancé notre drone et a fait son premier vol, faisant des photos pour les panoramas du mont Batok et du temple Pura Luhur Poten.

    Avec l'apparition du soleil, les touristes ont rempli la caldeira. Très bientôt, le nombre de personnes a augmenté et nous avons dû monter le cratère avec la foule. 250 marches d'escalier mènent du temple au sommet. L'ascension ne semble pas être aussi élevée, surtout d'en bas. Mais l'altitude et les nuages de brouillard sulfureux semblaient ajouter du poids à notre équipement que nous transporteons vers le haut.

    Bromo volcano, Java, Indonesia

    Étant essoufflé, nous avons finalement atteint le bord du cratère où la sculpture de Ganesha - la divinité indienne de la sagesse - nous a salués. La fumée épaisse sortait du cratère, on entendait quelque chose bouillir dans les profondeurs. Le vent a de nouveau apporté quelques nuages ici, ils ont rapidement encerclé le haut de Bromo. De temps en temps, le soleil sortait. Les évaporations sulfureuses ne nous ont pas laissé respirer correctement. En un moment, le vent a changé et il est devenu plus facile à respirer. Nous avons lancé notre drone, photographié le panorama du carter et même volé sur la gorge même du volcan. La fumée du volcan de Semeru pouvait être vue au loin. C'était un bon début de journée!

    Bromo volcano, Java, Indonesia

    Après avoir descendu de Bromo et secoué tout le sable noir de nos chaussures, nous sommes entrés dans la voiture et nous sommes montés à pied. Il avait plu toute la nuit précédente afin que les sables noirs mouillent. Le soleil réchauffait ce sable densément emballé, et la vapeur montait du sol. Le vent, à son tour, a attrapé les nuages de cette brume créant les visions de fantômes qui volent sur le sol. Bientôt, le brouillard devint tellement épais que nous devions nous arrêter.

    J'ai utilisé ce moment pour faire plusieurs images avec notre Land Cruiser 40, croisement légendaire, au premier plan. Il était presque 40 ans, mais toujours en bon état! Ce parc national a une bonne collection de ces voitures, et elles correspondent au paysage volcanique.

    Bromo volcano, Java, Indonesia

    Une autre partie de la caldeira était encore en avance sur nous - Savannah. Le paysage est absolument différent ici: au lieu du désert brulé noir, nous pouvions voir de l'herbe et des arbres, des nuages débordaient les bords de la caldeira et ramenaient les pentes déchiquetées. Nous avons doncégalement fait plusieurs panoramas.

    Bromo volcano, Java, Indonesia

    Nous avons passé plusieurs jours au pied du volcan. Le temps changeait tellement inattendu que nous ne pouvions pas prévoir ce qui se passerait dans une demi-heure.Parfois, nous devions passer plusieurs heures à attraper la lumière appropriée.

    Bromo volcano, Java, Indonesia

    Mais, après tout, Bromo a décidé de nous faire plaisir. Dans la matinée, la caldeira était couverte d'une couche de brouillard, les montagnes s'échappaient de cette brume. La photo était incroyable! Le lever du soleil à l'équateur est très rapide car le soleil se lève presque verticalement. Mais nous étions déjà préparés et lancé le drone aux premiers rayons du soleil. 

    Bromo volcano, Java, Indonesia

    Dans l'après-midi, la météo a changé, comme d'habitude. Lorsque nous quittions la caldeira, les fortes gouttes de pluie retentirent sur le toit de notre autobus. Pluie sur notre chemin - un signe de bonne chance; Nous sommes allés en voyage en Indonésie!

    Google Bookmarks

    3 commentaires
  • BRAVO Le Chili rejette un ambitieux projet minier de plusieurs millions de dollars afin de préserver une espèce de manchot menacée d'extinction

    ****

     

    Le Chili rejette un ambitieux projet minier de plusieurs millions de dollars afin de préserver une espèce de manchot menacée d'extinction

    Il est assez rare que le gouvernement d'un pays privillégie la défense des animaux et de l'environnement au détriment de son développement économique, suffisamment rare pour que cela mérite d'être signalé.  

    C'est pourtant ce qu'a fait le Chili, lundi 21 août, en refusant un ambitieux projet minier et portuaire dans la région de Coquimbo, réputée pour la grande richesse de sa biodiversité ! En cause : dans son état actuel, le projet n'était pas en mesure de garantir la sécurité d’une réserve nationale abritant à elle seule 80 % de la population mondiale de manchots de Humboldt, une espèce en danger d'extinction.

    Coincée entre la Cordillère des Andes et l'océan Pacifique, bordée par le courant froid de Humboldt provenant de l'Antarctique et la camanchaga, cette brume côtière humide qui parvient à faire pousser des forêts dans l'une des régions les plus arides du monde, la région de Coquimbo possède un ecosystème unique et fascinant. Des côtes déchirées qui abritent mammifères marins et oiseaux de mer, des déserts désolés qui, tous les dix ans, se couvrent d'un seul coup d'une myriade de fleurs, et les montagnes immenses, imposantes, qui forment comme un infranchissable rempart, il s'agit aussi d'un paradis minéral, de sel, de souffre, de métal et de pierre, dont les richesses souterraine sont convoitées.

    C'est un comité ministériel qui a pris la décision de rejeter le projet, intitulé « Dominga » et porté par la société minière chilienne Andes Iron, une entreprise principalement spécialisée dans l'extraction et l'exploitation du minerai de fer. Le projet était fortement critiqué par les militants en faveur de la défense de l'environnement, à cause du fort impact environnemental qu'il impliquait.  Finalement, c'est le ministère de l'environnement  qui a tranché en leur faveur, estimant les mesures de compensation « insuffisantes » et n'apportant pas assez de garanties pour la préservation de certaines espèces endémiques ou en danger. 

    L'activité minière représente l'un des principaux moteurs de l'économie du Chili, ce pays volcanique et montagneux qui est le plus gros producteur mondial de cuivre, avec un tiers de l'offre mondiale. Le projet Dominga représentait un investissement potentiel de 2,5 milliards de dollars, et comportait notamment l'installation de mines à ciel ouvert et la construction d'un port industriel, pour atteindre une production annuelle de 12 millions de tonnes de fer et 150 000 tonnes de concentré de cuivre. Mais les responsables des portefeuilles des ministères ne se sont manifestement pas laissés impressionner par ces gros chiffres, et ont préféré retoquer le projet afin de préserver la sérénité des manchots !

    « Nous ne sommes pas contre le développement économique, ni contre les projets nécessaires à la croissance du pays, mais ceux-ci doivent répondre de manière adéquate des impacts qu’ils peuvent engendrer », a déclaré le ministre de l’environnement, Marcelo Mena. « Dans ce cas, la réponse n’était pas adéquate »

    Créée en 1990, la Réserve nationale des manchots de Humboldt englobe trois îles situées au large des côtes Chiliennes, au nord de la région de Coquimbo, et couvre plus de 888 hectares. Il s'agit d'un lieu unique au monde et d'un endroit privillégié pour observer le manchot de Humboldt dans son habitat naturel. Cette espèce d'oiseau marin, menacée, a été classée au statut de conservation « Vulnérable » par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Victime de la sur-pêche et de la destruction de son habitat, décimé par le passé à cause de l'exploitation du guano au Chili, sa population actuelle est estimée à 8 000 individus.

     

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • illustrations de manuscrits d’alchimie

    ***

    L’alchimie est une discipline pseudo-scientifique qui recouvre un ensemble de pratiques et de spéculations en rapport avec la transmutation des métaux. L’un des objectifs de l’alchimie est la réalisation de la pierre philosophale permettant la transmutation des métaux, notamment des métaux « vils », comme le plomb, en métaux nobles, l’argent, l’or.

    Un autre objectif classique de l’alchimie est la recherche de la panacée (médecine universelle) et la prolongation de la vie via un élixir de longue vie.

    La pratique de l’alchimie et les théories de la matière sur lesquelles elle se fonde, sont parfois accompagnées, notamment à partir de la Renaissance, de spéculations philosophiques, mystiques ou spirituelles.

    Des pensées et des pratiques de type alchimique ont existé en Chine dès le ive siècle av. J.-C. et en Inde dès le vie siècle. L’alchimie occidentale, quant à elle, prend vraisemblablement ses origines dans l’Égypte hellénistique des Ptolémées entre -100 (avec Bolos de Mendès) et 300 (avec Zosime de Panopolis).

    L’alchimie s’est ensuite développée dans le monde arabe puis européen durant le Moyen Âge et jusqu’à la Renaissance. Jusqu’à la fin du xviie siècle les mots alchimie et chimie sont synonymes et utilisés indifféremment. Ce n’est qu’au cours du xviiie siècle qu’ils se distinguent, et que l’alchimie connaît une phase de déclin sans toutefois disparaître totalement, alors que la chimie moderne s’impose avec les travaux de Lavoisier.

    Ces illustrations circulaires viennent du travail du médecin et alchimiste allemand de Heinrich Khunrath.
    Il est surtout connu pour son traité alchimique Amphithéâtre de la sagesse éternelle dont la première édition a été publiée en 1595 à Hambourg.

    Son titre complet en latin est : Yehovah elohim tseva’ot, totique, celestis exercitus spiritualis, militiae, proximo suo fideli, et sibimetipsi, naturae atque arti, Amphitheatrum sapientiae aeternae, solius verae : nec non virginum velut, ei a cubiculis atq[ue] secretis, castissimarum, quibus, in totius machina mundi, non sanctiores, non praestantiores ullae, puta, cabalae, magejae, alchemiae, dominae suae miraculosae, in oratorio & laboratorio, micro ac macrocosmice, artificio mirifico sapienter administrantium, secundum Christianae & philosophicae veritatis normam, a diabolicis sophismatum execrandorum, pro veritate sese falso substituentium, larvis fucatis, repurgatarum, Catholicaq[ue] dexteritate, ad archetypi exemplar reformatarum, primordialive simplicitati triuni, Catholicae, digne restitutarum, cabalisticum, magejcum, physicochemicum, tertriunum, Catholicon.

    illustrations de manuscrits d’alchimie

    illustrations de manuscrits d’alchimie

    illustrations de manuscrits d’alchimie

    alchimie-illustration-Heinrich-Khunrath-04

    alchimie-illustration-vaisseau-hermes-02

    alchimie-illustration-vaisseau-hermes-01

    alchimie-illustration-manly-palmer-hall-geometrie-couleur-02

    alchimie-illustration-Rose-Croix-02

    alchimie-illustration-Rose-Croix-01

    alchimie-illustration-manly-palmer-hall-geometrie-couleur-04

     
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • les jardins au Puy du Fou 

     ***

    Bienvenue au Puy du Fou, ses spectacles extraordinaires, ses constructions étonnantes, son organisation parfaitement rodée et ses parcs et jardins thématiques joliment conçus et accueillants. Ici, le végétal et la nature font partie du décor. Entre deux animations, baladez-vous dans les jardins du Puy du Fou : jardin de roses, jardin médiéval, jardin potager ou jardin d’eau… entretenus par une équipe de jardiniers motivés et créatifs. Laissez-vous guider parmi ces espaces verts où il est agréable de faire une pause à l’écart de la foule.

    les jardins au Puy du Fou

    La vallée fleurie, l'un des espaces verts aménagés par l'équipe des jardiniers du Puy du Fou.

    ****

    L’origine du nom « Puy du Fou »

    Le Puy du Fou fête son 40ème anniversaire en 2017 et comptabilise plus de 2 millions de visiteurs par an (chiffres 2016). Ce parc de loisirs thématique atypique accueille les amateurs de spectacle dans un cadre verdoyant. Le Puy du Fou signifie d’ailleurs la « colline du hêtre » ou « sommet des hêtres ».

    La vallée fleurie : évasion au bord de l’eau

    les jardins au Puy du Fou

    La brume s'élève du cours d'eau qui traverse la vallée fleurie, hâvre de paix à l'ombre des chênes centenaires.

    Situé à l’écart de l’agitation, ce lieu de promenade très prisé des visiteurs, offre un moment de calme et invite à la contemplation. Plus de 250 espèces différentes, principalement des vivaces, y sont plantées au bord d’un plan d’eau ombragé. Rhododendrons magnifiques au printemps, Gunnera manicata (rhubarbe géante) dont il faut protéger le pied en hiver avec du paillage.

    les jardins au Puy du Fou

    Beau spécimen de cyprès chauve (Taxodium distichum) apprécie les sols humides à trempés et se comporte très bien au bord de l’eau. Ici, il impose sa silhouette majestueuse dans la vallée fleurie. Le cyprès chauve peut atteindre 20 m de haut. Son feuillage (caduque) passe du vert au bronze en automne.

    Des jardins à thème

    Lors d’une balade dans le parc, le visiteur peut découvrir et visiter des petits jardins thématiques tels qu’une roseraie, des potagers inspirés de ceux du Moyen Age. Un soin tout particulier est accordé à la signalétique et au marquage des plantes.

    La roseraie du Puy du Fou

    les jardins au Puy du Fou

    Plantées de nombreuses variétés, la roseraie du Puy du Fou est l'un des points de passage obligés pour qui aime les fleurs.

    Des potagers

    les jardins au Puy du Fou

    Potager de plantes médicinales.

    les jardins au Puy du Fou

    Dans ce potager, légumes et herbes sont cultivés dans des carrés bordés de plessis de châtaignier. Ces plessis sont également appelés fascines ou panneaux de gaulettes.

    les jardins au Puy du Fou

    Petit clin d’œil dans l’un des potagers du parc : un épouvantail veille sur les cultures bien entretenues et joliment étiquetées. La récolte est symbolique et si les volumes produits ne suffisent pas à approvisionner les restaurants du parc, ils font le bonheur des équipes qui apprécient de découvrir des légumes et des saveurs nouvelles.

    les jardins au Puy du Fou

    Les jardiniers mettent un point d'honneur à étiqueter les plantes. 

    les jardins au Puy du Fou

    Reconnaître les plantes, facile grâce aux étiquettes.

    Le monde imaginaire de La Fontaine

    Dans ce jardin, vivez une expérience interactive en découvrant des saynètes inspirées des fables de Jean de la Fontaine. Réécoutez « le chêne et le roseau », « la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf » ou encore « la poule aux œufs d’or ».

    les jardins au Puy du Fou

    Reconstitution de la fable "le chêne et le roseau"  avec dialogue entre le deux protagonistes. Une saynete reconstituée avec un soin particulier attaché au décor végétal.

    Des jardiniers bien inspirés

    Au total, 45 jardiniers, dont 8 à l’année, créent et entretiennent les jardins et espaces verts du Puy du Fou. Un bureau d’études et conception intégré au parc œuvre en permanence sur des nouveaux projets et améliorations : c’est ainsi qu’un jardin à la Française a été aménagé récemment, tandis que les espaces extérieurs de l’hôtel Villa Gallo-romaine ont été dessinés et plantés avec des végétaux inspirés du sud.

    les jardins au Puy du Fou

     

    Les jardins de l'hôtel "La Villa Gallo Romaine" dont les constructions et le décor végétal emmènent le visiteurs dans l'ambiance de la Rome antique.

    les jardins au Puy du Fou

    Au centre du jardin de l'hôtel "Villa Gallo Romaine", un point d'eau apporte de la fraîcheur aux hôtes après une journée riche en découvertes et sensations fortes.

    les jardins au Puy du Fou

    Les abords de l’hôtel « Les Iles de Clovis » avec des huttes montées sur pilotis au cœur de la nature, entièrement plantée par l'équipe de jardiniers.

    Des spectacles grandioses

    les jardins au Puy du Fou

    Le spectacle des Vikings au Puy du Fou.

    Parc à thème atypique, le Puy du Fou a été élu deux fois meilleur parc du monde par des classements américains (Thea Classic Award en 2012 et ApplauseAward en 2014). Le Puy du Fou, c'est Le grand parc avec jusqu’à 60 spectacles par jour ; la Cinéscénie (grand spectacle nocturne avec 2000 acteurs sur une scène de 23 ha), 4 villages d’époque (village de l’An Mille par exemple) et 5 hôtels à thème et des restaurants. 

    Selon un Sondage IFOP / Puy du Fou en 2017 sur « Les Français et les parcs à thème, le Puy du Fou a été classé Le parc le plus vert (58 % des sondés).

    Google Bookmarks

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique