• Abbaye de Port-Royal : histoire d’une controverse religieuse

    Abbaye de Port-Royal : histoire d’une controverse religieuse

    Au cœur de la Rive Gauche se trouve le quartier de Port-Royal. Une station de RER et plusieurs rues adjacentes portent le même nom. Mais pourquoi Port-Royal ? On trouve en effet une Abbaye Port-Royal dans le quartier, mais également une autre à l’extérieur de Paris. Y a t-il un lien entre les deux ? Petit retour sur l’histoire de l’abbaye de Port-Royal, qui a été au cœur d’une des plus grandes controverses religieuses de Paris.

    Un début à la campagne

    Un monastère féminin est fondé en 1204 dans les actuelles Yvelines. Tout s’y passe dans la plus grande tranquillité jusqu’en 1608. C’est à ce moment que la Mère Angélique Arnauld mène une grande réforme pour remettre sur pied la spiritualité au sein du groupe. Des rumeurs courent sur le mauvais esprit des pensionnaires qui ne seraient pas très pieuses… D’une main de fer, cette abbesse élue à seulement 11 ans redresse Port-Royal.

    Abbaye de Port-Royal : histoire d’une controverse religieuse

    Abbaye Port-Royal des Champs en 1674

    C’est elle qui décide en 1625 d’acheter un hôtel faubourg Saint-Jacques à l’intérieur de Paris pour échapper à une épidémie de paludisme. Une distinction s’installe au moment du déménagement intramuros de la plupart des religieuses. L’abbaye de Port-Royal se trouve au Nord-Est du XIVème arrondissement de Paris alors que l’abbaye de Port-Royal-des-Champs est à la campagne à l’extérieur de Paris.

    Port-Royal de Paris

    Le lieu où s’installent les religieuses est l’ancien Hôtel de Clagny. Construit au milieu du 16ème siècle par Pierre Lescot, architecte pour cinq rois de France, il a été donné par son neveu Léon à Angélique Arnauld en échange de 1 500 livres de rente. L’abbesse y fait construire plusieurs bâtiments dont une chapelle bénie en 1648. On fait également ériger un monastère, qui sépare l’espace public et celui réservé aux religieuses. La spiritualité de Port-Royal relève grandement du courant janséniste. Ce choix va l’ancrer dans une importante controverse qui le mènera à sa perte.

    Abbaye de Port-Royal : histoire d’une controverse religieuse

    La mère Angélique Arnauld, par Philippe de Champaigne

    Contre le Pape et le roi

    Fondé au 17e et 18e siècle, le Jansénisme est un courant théologique qui se base sur la doctrine de Saint Augustin. De nombreux conflits naissent entre les jansénistes et les autorités en place. Le trop grand pouvoir du Saint-Siège est, entre autres, remis en cause par le mouvement. D’ailleurs, en 1653, le pape les condamne pour plusieurs propositions de leur livre fondateur, L’Augustinus, qu’il juge hérétique. Le roi est également dans la ligne de mire de ce courant. À l’époque, les plus grands opposants à la Monarchie absolue sont des jansénistes

    Abbaye de Port-Royal : histoire d’une controverse religieuse

    Chapelle de Port-Royal © Caty Reneaux / Paris ZigZag

    La fin du Jansénisme

    En 1664, l’archevêque de Paris fait circuler une ordonnance condamnant les propositions de l’Augustinus adoptées par les jansénistes. Cette dernière doit être signée par tous les religieux. Sur environ 90, seule une dizaine des sœurs de Port-Royal accepte de s’y soumettre. Les autres sont expulsées et certaines d’entre elles peuvent regagner Port-Royal-des-Champs. Mais cet épisode est le début de la fin pour Port-Royal et pour le jansénisme. En 1707, Louis XIVconfisque les biens de Port-Royal-des-Champs et l’archevêque finit par confirmer la suppression du monastère. L’Abbaye de la maison mère est rasée en 1713. Quand à Port-Royal de Paris, les religieuses qui y résident ne sont plus jansénistes mais visitandines et y restent jusqu’à la Révolution Française.

    Port-Royal après la Révolution

    La fin du 18ème rime avec la fin de la vocation religieuse de Port-Royal. Après la Révolution française, l’Abbaye devient une prison, Port-Libre, puis l’Hospice de la Maternité en 1795. Deux siècles plus tard, en 1966, la Maternité Port-Royal s’y établie. Aujourd’hui, tout cet espace est intégré à l’hôpital Cochin.

    Abbaye de Port-Royal : histoire d’une controverse religieuse

    Le cloître de Port-Royal © LPLT

    Que reste-t-il de Port-Royal ?

    Malgré les fusions et les évolutions, plusieurs bâtiments ont été conservés de l’époque de l’Abbaye. En l’occurrence, le cloître, la chapelle, la salle capitulaire et le chœur des religieuses sont toujours visibles, mais uniquement au moment des offices. L’ensemble est classé monument historique, conservé dans la structure hospitalière à laquelle on peut accéder Boulevard de Port-Royal, comme son nom l’indique.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Versailles : des marécages aux dorures

    jardin de versailles 

    Le Louvre, Saint-Germain-en-Laye, Fontainebleau, et tant d’autres. La France ne compte plus ses résidences royales.

    Et il y a Versailles, THE place to be !

    Comment le petit château construit sur des marécages puants est devenu le plus beau palais d’Europe ?

    Tout débute avec Louis 13

    En août 1607, le jeune garçon découvre le petit village médiéval de Versailles lors d’une chasse avec son père, Henri 4. Plus tard, il deviendra un roi discret et mélancolique. Versailles, à 2h de cheval de la capitale foisonnante, est fait pour lui !

    Il faut imaginer un village isolé et difficile d’accès. C’est une cuvette remplie de marécages, infestés de moustiques. Quelle puanteur. Heureusement… il y a d’immenses forêts et dès que son emploi du temps le permet, place à la chasse, bien sûr.

    D’ailleurs, Saint-Simon, le chroniqueur de l’époque disait : « le plus triste et le plus ingrat de tous les lieux, sans vue, sans bois, sans eau, sans terre parce que tout y est sable mouvant et marécages… ».

    1623 : Louis 13 a 20 ans. Il rase le moulin sur la colline et fait construire à la place un pavillon de chasse : 4 pièces, 1 galerie, quelques dépendances, c’est tout. Il adore son château où les femmes ne sont pas admises ! Il n’y a pas de « chambre de la reine » dans ce premier château…Il déclare même qu’  « un grand nombre de femmes lui gâterait tout ».

    Les passe-temps sont en effet, plutôt…virils ! Chasses, visites des plantations et quand le temps est mauvais : réunions militaires au coin du feu,  jeux de tric-trac, d’échecs … Très loin de l’image actuelle, ce premier château forme le cœur de l’actuel édifice, devant la cour de marbre.

    versailles-contruction

    © Château de Versailles / Jean-Marc Manaï

     C’est Louis 14 qui va le transformer et en faire un palais digne de contes de fées.

    Louis connait bien Versailles, il s’y réfugie pendant son adolescence pour échapper à la fronde : la révolte des nobles et du peuple contre le pouvoir. Il se sent humilié et menacé à Paris.

    C’est décidé, Versailles deviendra son home sweet home, 3 bonnes raisons à cela :

    Première raison : l’adultère
    Louis à 23 ans, il n’est pas heureux en ménage et  se console auprès de sa maitresse : Louise de La Vallière. A Paris, ils se retrouvent la nuit en cachette. Les paparazzis se bousculent, l’atmosphère est étouffante. Versailles offre à leur love story l’écrin parfait.

    Deuxième raison : le potentiel
    Louis est un visionnaire. Il voit au-delà de la nature hostile de Versailles et imagine de merveilleux jardins à la française entourant son palace. Il adorera d’ailleurs  les faire visiter lui-même. Il  écrit même un guide. « La manière de montrer les jardins à Versailles ».

    Troisième raison : l’empreinte
    Louis 14 appartient à la dynastie des Bourbons qui n’ont encore construit aucun château. Il veut un palais bien à lui construit selon ses plans pour laisser son empreinte.

    Et comme Louis est quelqu’un d’obstiné,  Il va faire de cet endroit quelque peu lugubre, un lieu féerique. Versailles avec un grand V met 50 ans à voir le jour. Personne ne comprend cette obstination. Colbert, son bras droit, ose même critiquer le projet, expliquant au roi qu’en délaissant Le Louvre il se trompe.

    construction chateau versailles

    1663 : Louis est jeune et beau. Il organise à Versailles des fêtes extraordinaires en l’honneur de ses maîtresses. Celle pour Louise de La Vallière durera 2 jours durant lesquels Dancefloor, concerts, expos, feux d’artifice se succèdent.  Une ménagerie  avec toutes sortes d’animaux, des grottes à jeux d’eau, des bassins, des fontaines sont créés et mis en scène. Et Louis est très fier de montrer le grand canal rempli de bateaux : Gondoles, frégates, galères de luxe y flottent. C’est « Le port de Versailles.

     Après de longues hésitations, Louis a décidé de conserver le petit château de son père. A partir de 1668, les travaux avancent bien. Le duo Le Nôtre/ Le Vau est parfait : un paysagiste génial  doublé d’un architecte à la pointe.

    A l’intérieur, grande nouveauté, Louis veut loger toute la cour alors le château sera gigantesque. La décoration est époustouflante ! Il fait venir les plus belles sculptures et bronzes de l’antiquité romaine et dépouille la France et l’Europe des plus grands artistes.

    Quelques années plus tard en 1672,  le château peut recevoir le conseil pendant quelques jours. Les dorures commencent à briller.

    Au fil des ans et des échafaudages, le château a complètement changé.

    Versailles_depuis_les_hauteurs_de_Satory

    Nous sommes en 1682 : Ça y est : Louis et sa cour quitte Paris. Versailles, jusque-là lieu de fêtes devient résidence royale. Un jeune architecte est nommé : Mansart. Avec le roi ils sont en parfait accord. C’est l’apothéose. Ils  créent à eux deux, des percées monumentales et la fameuse galerie des glaces.

    C’est au départ une simple terrasse où le roi aime venir contempler le coucher du soleil, elle sera couverte suite à de nombreux problèmes d’étanchéité. La galerie est née mais pas encore la galerie des glaces. La guerre est déclarée entre Le Brun et Mansart. Le Brun, le peintre veut des tableaux sur tous les murs. Mais Mansart, l’architecte a une meilleure idée : des miroirs qui refléteront les jardins.

    Gagné. Le roi adore l’idée. Mais il y a un problème. Le roi veut uniquement du Made in France… Et Venise garde secrètement la recette des miroirs… Comme au foot aujourd’hui on réalise de gros transferts. On achète à prix d’or les gardiens du secret de l’étamage. On crée une manufacture royale : Saint-Gobain. Près de 350 miroirs sont soufflés à la bouche. Les plus grands jamais fabriqués. La galerie des glaces est enfin née. Avec elle, Le luxe à la française…

    construction_Versailles_chateau

    Le château après le premier agrandissement en 1668
    © Photo RMN-Grand Palais  / Gérard Blot

    Côté sombre de l’histoire 

    Le chantier fait des  milliers de morts ! Les 36000 ouvriers galèrent dans les échafaudages, les plâtres, la poussière…et le paludisme n’arrange rien. Tous les matins, le spectacle est hallucinant : ballet de charrettes pour ramasser les morts sur le chantier.

    Dernier grand chantier de Louis : la chapelle royale. Sol en marbre polychrome,  voûte entièrement peinte, le chantier dure, dure, et coûte très cher. Il mobilise 110 sculpteurs, 8 peintres et 2 architectes.

    Louis est arrivé à Versailles en jeune homme, il entrera dans cette chapelle en vieillard. Il aura consacré sa vie à bâtir son palais.

    versailles-histoire-contruction

    La Chapelle royale de Versailles

    1715 : A la mort de Louis 14, Versailles se vide. Tout le monde repart à Paris. La vie culturelle et mondaine se passe dans la capitale. Ducs et princes y retrouvent leurs hôtels particuliers.

    jardin de versailles

    Lorsque Louis 15 a 13 ans, il vient se balader  à Versailles. Et là, c’est la révélation. Il court, émerveillé dans les jardins. Il s’allonge dans la galerie des glaces … Et c’est reparti ! Tout le monde revient à Versailles.

    Moins jetset que Louis 14, Louis 15 et Louis 16 aménagent des appartements privés, plus intimes, plus confortables. Moins de fêtes, moins d’étiquette, moins de tout…

    Au total : la construction de Versailles aura coûté 81 millions de livres (terrassements, jardins et château) et près de 100 millions de livres pour les meubles et œuvres d’art (Louis 14 se fait faire un trône et du mobilier en argent massif, il y avait même la Joconde à Versailles !). Elle aura permis de soutenir l’industrie du luxe, du BTP, et de nombreux artistes !

    Chateau_de_Versailles_histoire

    Malgré tout, Louis 14 a réussi. Il a réalisé son rêve : laisser son empreinte.

    Encore aujourd’hui Les députés et les sénateurs se réunissent pour modifier la constitution française, les plus grands réalisateurs tournent des scènes de films, les couturiers les plus prestigieux organisent des défilés, et nous tous, visiteurs du monde entier, nous pressons aux  grilles du château comme les courtisans autrefois pour apercevoir le lit de sa majesté…

    versailles-we

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Crédit photos : Cyrielle Didier / Paris ZigZag

    Moins visité que son grand frère de la rive droite, le cimetière du Montparnasse abrite, lui-aussi, de véritables trésors. On a arpenté les 19 hectares et 35 000 concessions du cimetière du Sud pour vous faire découvrir quelques unes des ses plus belles tombes.

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    La tombe « L’Oiseau » réalisée par Niki de Saint-Phalle en hommage à un ami décédé

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Sépulture de la famille Angenard

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Tombe du sculpteur français Auguste Rubin

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Tombe du chirurgien et gynécologue Jacques Lisfranc

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Sépulture d’Auguste Dornès, homme politique de gauche blessé lors des journées révolutionnaires de juin 1848 et décédé quelques semaines plus tard

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Tombe du critique littéraire et écrivain français Sainte-Beuve

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Sépulture de la famille Wattiez-Gaillard

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Sépulture de la famille Larochelle

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Tombe d’Urbain Le Verrier, astronome français, découvreur de la planète Neptune et fondateur de la météorologie moderne française.

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Tombe de Jean Gracies

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Tombe de Martine Aublet, ancienne directrice du mécénat au musée du quai Branly

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Tombe de Robert Thibier, décorateur français

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Tombe du libraire et éditeur français Honoré Champion réalisée par le sculpteur Albert Bartholomé

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Tombe du sculpteur César

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Tombe de Claude Darré

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Tombe de Claude Darré

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Sépulture du sculpteur Baltazar Lobo

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Tombe de Jules Dumont d’Urville, officier de marine et explorateur français

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Sépulture du prince d’Achéry

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Sépulture de la famille Picciotto

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Tombe de l’écrivaine et dramaturge française Marguerite Duras, constamment recouverte de stylos

    Les tombes de la partie secondaire, de l’autre côté de la rue Émile-Richard

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Tombe de la famille Mayeur

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Sépulture de la famille d’Alfred Marois

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Tombe de la famille de Charles Pigeon

    Les plus belles tombes du cimetière du Montparnasse

    Cimetière du Montparnasse – 3 Boulevard Edgar Quinet, 75014
    Métro : Edgar Quinet (ligne 6), Raspail (lignes 4 et 6), Gaîté (ligne 13)
    Ouvert de 8h à 18h en semaine, de 8h30 à 18h le samedi et de 9h à 18h le dimanche

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Le cimetière des guillotinés, un lieu d’histoire et de mémoire

    Le cimetière des guillotinés, un lieu d’histoire et de mémoire

    Le cimetière de Picpus, dans le XIIe arrondissement, est un lieu singulier. Par son statut, d’abord, puisqu’il est l’un des deux seuls cimetières privés de la capitale. Par son affectation, ensuite, puisqu’il n’accueille que des descendants de personnes guillotinées lors de l’épisode le plus sanglant de la Révolution : la Grande Terreur, dont la fin sera marquée par l’exécution de Robespierre. On vous raconte l’histoire de ce lieu sans équivalent dans la capitale.

    Le cimetière des guillotinés, un lieu d’histoire et de mémoire

    © Marc Heimermann

    La Grande Terreur, un mois et demi d’exécution de masse

    Juin 1794. Deux ans après son installation sur la place de la Révolution (aujourd’hui place de la Concorde), la guillotine rassemble plus de mécontents contre elle que n’importe quelle mesure prise par la Convention nationale. Plus que la méthode, c’est son emplacement qui pose problème. Le passage continuel des charrettes remplies de corps sanguinolents apportent son lot de désagréments. Pire, l’inhumation des milliers de cadavres dans les fosses communes du cimetière des Errancis empeste l’air d’odeurs nauséabondes. Faisant face à de multiples plaintes, les autorités n’ont guère d’autre choix que de délocaliser le « hachoir national ». Ils choisissent d’abord la place de la Bastille, puis la place du Trône-Renversé, actuelle place de l’Île-de-la-Réunion. La guillotine établie, il leur faut maintenant trouver un endroit où inhumer les cadavres qui s’accumulent… En essayant, cette fois-ci, de trouver un lieu qui ne liguera pas tous les habitants contre lui.

    À quelques centaines de mètres de la place du Trône-Renversé se trouve un enclos de 300 mètres de long sur 70 mètres de large. Cet immense domaine au cœur de la capitale a longtemps abrité un couvent, celui des Chanoinesses de Saint-Augustin de la Victoire-de-Lépante. En mai 1792, les bâtiments et le terrain de cette communauté religieuse ont été confisqués par les révolutionnaires et donnés à un « patriote ». Le lieu semble tout trouvé : proche du lieu d’exécution, grand, caché derrière des murs et propriété de la Nation. Deux grandes fosses pouvant accueillir des centaines de cadavres sont immédiatement creusées et le tracé d’une troisième réalisé. Pour minimiser le risque de recevoir des plaintes, les autorités gardent le lieu secret. Pendant toute la durée de la Grande Terreur, personne ne saura vraiment où les corps sont transportés.

    Le cimetière des guillotinés, un lieu d’histoire et de mémoire

    Un comité révolutionnaire, chargé de donner les sentences d’exécution, sous la Terreur

    Et pourtant, Dieu sait qu’ils sont nombreux ! En seulement six semaines, du 14 juin au 27 juillet 1794, 1306 suppliciés seront inhumés dans l’enclos de l’ancien couvent. Le couperet du bourreau Sanson tombera plus de fois en un mois et demi qu’en deux ans de présence sur la place de la Révolution. Nous sommes au paroxysme de la Terreur et les « ennemis de la Révolution » sont des nobles, des religieux, des militaires, mais surtout des gens du peuple. Tout le monde peut tomber sous le coup d’une décision du Tribunal Révolutionnaire : parmi les 1306 victimes, il y a des meuniers, des marquis, des boulangers, des princesses, des lieutenants ou des brasseurs. 1109 hommes et 197 femmes de tous rangs dont les noms sont aujourd’hui inscrits sur des plaques installées sur un mur du cimetière.

    Un lieu de mémoire et de recueillement

    Sous le Directoire, le domaine est découpé en parcelles et vendu à des particuliers qui n’ont généralement pas connaissance des pratiques funestes qui s’y sont déroulés quelques années plus tôt. Seuls quelques officiels et privilégiés savent que des milliers de corps en décomposition sont empilés à quelques mètres en dessous du sol. C’est grâce à la persévérance de trois femmes que les secrets de l’ancien couvent seront portés à la connaissance du public.

    En 1797, la princesse Amélie de Salm-Kyrbourg part à la recherche du lieu de sépulture de son frère et de son amant, Alexandre de Beauharnais, tous deux exécutés sur la Place du Trône-Renversé, le 23 juillet 1794. Grâce à l’aide de quelques habitants du quartier, elle retrouve l’endroit et achète l’une des parcelles. Cinq ans plus tard, en 1802, Madame de Montagu et sa sœur Madame de La Fayette, épouse du marquis de La Fayette, engagent la même démarche. Leur grand-mère, leur mère et leur sœur aînée sont décédées sur l’échafaud et ont été inhumées dans l’une des fosses communes. Elles achètent une partie du domaine et fondent une société composée des familles des guillotinés sur la place du Trône-Renversé. Les parcelles réunies, l’espace servira désormais de lieu commémoratif et de cimetière pour les familles des suppliciés. Encore aujourd’hui, seuls les descendants de personnes passées sur l’échafaud entre juin et juillet 1794 peuvent être inhumés dans ce calme cimetière toujours bien caché dans son enclos.

    Le cimetière des guillotinés, un lieu d’histoire et de mémoire

    Le cimetière des guillotinés, un lieu d’histoire et de mémoire

    Le cimetière des familles et l’enclos des fosses communes sont séparés par un mur et une grille. Des plaques racontent l’histoire de ce lieu unique à Paris. © Marc Heimermann

    Le cimetière des guillotinés, un lieu d’histoire et de mémoire

    La plaque qui notifie l’emplacement de la fosse n°1

    Le cimetière des guillotinés, un lieu d’histoire et de mémoire

    La tombe du marquis de La Fayette, inhumé auprès de son épouse descendante de guillotinés, est la plus connue du cimetière des familles. Chaque année, les États-Unis lui rendent hommage le 4 juillet.

    Informations pratiques :
    Cimetière de Picpus – 35, rue de Picpus, 75012
    Métro : Bel-Air (ligne 6), Nation (lignes 1, 2, 6, 9)
    Le cimetière peut être visité du lundi au samedi de 14h à 17h – Droit d’accès de 2€ par personne.

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • À la découverte du sublime parc de Bagatelle

    À la découverte du sublime parc de Bagatelle

    Paris regorge de petits trésors de verdure, quand les beaux jours arrivent, les parcs et espaces verts de la capitale sont pris d’assaut par les Parisiens voulant prendre le soleil. Les Jardins de Bagatelle font l’exception, on arrive toujours a y trouver un petit recoin au calme, même en période d’affluence.

    À la découverte du sublime parc de Bagatelle

    Avant de devenir l’un des pôles du jardin botanique de la Ville de Paris, il fut un temps où le parc de Bagatelle était un lieu de décadence et de débauche, croyez le ou non. Haut lieu de la fête sous le jeune roi Louis XV, il vit passer de nombreuses soirées et devint une référence pour le libertinage. Malheureusement, le lieu se dégrada au fur et à mesure, ce qui donnera lieu à un drôle de pari : Marie-Antoinette lança le défi au Comte d’Artois de rénover les lieux en moins de 100 jours. Ce dernier y parvint en seulement 64 jours, ce qui valu au château actuel d’être surnommé « la folie d’Artois ».

    À la découverte du sublime parc de Bagatelle

    Aujourd’hui, le parc est le terrain de jeu favori des flâneurs et des photographes, il fait partie de ces espaces verts uniques en leur genre. En témoignent ses charmants plans d’eau parmi lesquels son iconique cascade se jetant dans un étang de nymphéas. On ne se lasse pas non plus de son immense roseraie pour le moins haute en couleurs et en parfums. Par ailleurs, si vous arpentez les allées du jardin, vous tomberez sans doute sur un de ses jolis habitants, à savoir les majestueux paons.

    À la découverte du sublime parc de Bagatelle

    Parc de Bagatelle
    Bois de Boulogne – Route de Sèvres à Neuilly
    Horaires selon saison

     
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...

    Par : Denis Gentile  
    Du Magazine Positivr

    *******************

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

     Maisons Colorées De Montréal

    Des photographes du monde entier nous offrent leurs plus beaux clichés des villes colorées dans le monde. Un voyage en couleurs qui émerveille notre imagination et nous en met plein les yeux.

    Les couleurs des maisons se reflètent dans la mer et inspirent les peintres. La diversité des couleurs vient souvent du mélange des cultures. Les couleurs chaudes contrastent parfois avec le climat froid de certaines de ces villes.

    D’autres villes ont un lourd passé et ont vécu des drames humains, les couleurs vives représentent alors un signe de courage et d’espérance.

    Willemstad, Curaçao

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

     Guanajuato, Mexique

     Salvador De Bahia, Brésil

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

     Salvador De Bahia, Brésil

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

    Galma Stan, Stockholm, Suède

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

    Jodhpur, Inde

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

    Puerto Vallarta, Mexique

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

    La Havane, Cuba

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

    Wroclaw, Pologne

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

    Cinque Terre, Ligure, Italie

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

    Chefchaouen, Maroc

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

    Old San Juan, Porto Rico

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

    Nassau, Bahamas

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

    Menton, Alpes-Maritimes, France

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

    Reykjavik, Islande

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

    Istanbul, Turquie

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

    Burano, Venise, Italie 

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

     Maisons Colorées De Montréal

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

    Maisons Victoriennes De San-Francisco...

    Des photographes du monde entier nous offrent leurs plus beaux clichés des villes colorées dans le monde.

    Un voyage en couleurs qui émerveille notre imagination et nous en met plein les yeux.

    Les couleurs des maisons se reflètent dans la mer et inspirent les peintres. La diversité des couleurs vient souvent du mélange des cultures. Les couleurs chaudes contrastent parfois avec le climat froid de certaines de ces villes.

    D’autres villes ont un lourd passé et ont vécu des drames humains, les couleurs vives représentent alors un signe de courage et d’espérance.

    Procida, Près De Naples, Italie

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

    San Francisco, Californie, Etats-Unis

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

    Pachuca, Mexique

    https://images.radio-canada.ca/q_auto,w_960/v1/ici-info/16x9/mexique-violence.jpg

     

    Buenos Aires, Argentine

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

     Guatapé, Colombie

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

     

     

     

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

    Copenhague, Danemark

    Des Photographes Du Monde Entier Nous Offrent Leurs Plus Beaux Clichés Des Villes Colorées Dans Le Monde...  Par : Denis Gentile   Du Magazine Positivr

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La plus étonnante statue de Montmartre

    La plus étonnante statue de Montmartre

    En vous baladant du côté de la rue Norvins dans le 18e arrondissement, vous ferez la connaissance de Monsieur Dutilleul, le héros de la célèbre nouvelle de Marcel Aymé : le Passe-Muraille de Montmartre.

    Pourquoi cette statue à cet endroit ?

    C’est à Jean Marais que l’on doit cette sculpture plutôt insolite inaugurée en 1989. L’acteur de La Belle et la Bête – qui avait plus d’une corde à son arc puisqu’il était aussi un artiste visuel accompli – l’a sculptée afin de rendre hommage à l’écrivain Marcel Aymé.

    Pour raviver vos souvenirs de collège, le Passe-Muraille c’est une nouvelle fantastique parue en 1943 qui raconte l’histoire d’un modeste employé de bureau installé dans le quartier de Montmartre. Un soir, cet homme tout ce qu’il y a de plus normal découvre qu’il a le pouvoir de traverser les murs. Après l’avoir utilisé pour l’amour et l’argent, il finira par perdre son don et restera figé à l’intérieur d’une muraille située non loin de chez lui et à l’endroit même où se trouve aujourd’hui la statue, juste à côté de la rue Norvins !

    Un hommage parfait à Marcel Aymé 

    Si trouver une statue traversant un mur est déjà étonnant, le détail le plus insolite réside dans son apparence. En effet, le personnage représenté par Jean Marais ne prend pas les traits de n’importe qui, puisque ce sont ceux du créateur de Monsieur Dutilleul, Marcel Aymé !

    Le lieu n’a pas été choisi au hasard puisque l’auteur des Contes du chat perché est l’un des plus illustres habitants de la butte. Il a très longtemps habité dans le quartier, notamment rue Paul Féval et rue Norvins, à deux pas de la place qui porte son nom aujourd’hui. L’auteur étant très attaché à ce quartier, les histoires de ses romans y sont donc très souvent situées. Depuis sa mort en 1967, il repose au Cimetière Saint-Vincent… de Montmartre, évidemment.

    La plus étonnante statue de Montmartre

    Le Passe-muraille de Montmartre – Place Marcel Aymé, 75018
    Métro : Lamarck – Caulaincourt (ligne 12)

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Une « cascade de feu » illumine le parc de Yosemite

    *********************

    Une « cascade de feu » illumine le parc de Yosemite

     

    Un phénomène naturel éphémère est à l’origine de cette illusion d’optique spectaculaire. 

    Une cascade de lave aux États-Unis? Une illusion d’optique a sublimé le parc de Yosemite, offrant un spectacle époustouflant aux visiteurs, comme le montre notre vidéo en tête d’article.

    Les chutes d’eau « Horsetail » (queue de cheval) ont été le théâtre d’un impressionnant spectacle le 17 février. Situées dans le prestigieux parc national de Yosemite en Californie, elles se sont « enflammées » sous les yeux des visiteurs qui ont partagé de spectaculaires photographies sur Instagram.

    À l’origine de ce phénomène, la concomitance de plusieurs facteurs naturels. Le manteau neigeux doit d’abord être conséquent sur « El Capitan », l’un des sommets les plus hauts et les plus connus du parc, d’où coule la chute. La température de l’eau ainsi que le débit élevé de la cascade provoquent par la suite cette illusion d’optique au contact des rayons du soleil.

    La chute « Horsetail » est un joyau du parc Yosemite, qui accueille chaque année plus de 3,5 millions de visiteurs. La cascade atteint une hauteur totale de 500 mètres, soit 10 fois plus que le fer-à-cheval des chutes du Niagara.

    (Source : Le Huff Post)

    Une « cascade de feu » illumine le parc de Yosemite

    Une « cascade de feu » illumine le parc de Yosemite

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le plus grand jardin de fleurs au monde... Dans le dernier endroit que vous attendez :  Oasis de couleur arc - en - 45 mil l ions de fleurs est au milieu d'un désert.  

    ·Le Dubaï Miracle Garden dispose de plus de 45 espèces de fleurs importées de partout dans le monde

    La coloré matrice est arrosée par un système qui recycle les déchets de l' eau tout en évitant l' évaporation

    Le plus grand jardin de fleurs au monde.

    Dubai Miracle Garden dispose d'un sensationnel 45 millions de fleurs sur un site de 18 acres, de parterres de fleurs à couper le souffle Archways en forme de cœur et des châteaux parés.

    Le plus grand jardin de fleurs au monde.

    Cette attraction touristique étonnante est un record Guinness Support pour le plus grand jardin vertical. Aussi populaires sont les parterres de fleurs en forme de coeur à l'Allée des coeurs.

    Le plus grand jardin de fleurs au monde.

    Dubai Miracle Garden a plus de 45 millions de fleurs épanouies avec de superbes combinaisons de couleurs.

    Le plus grand jardin de fleurs au monde.

    Bordé par des moulins à vent, cette région dispose d'un parking, un coin salon, une salle de prière et des boutiques pour les visiteurs de Dubaï Miracle Garden

    Le plus grand jardin de fleurs au monde.

    Dubai Miracle Garden dispose d'un sensationnel 45 millions de fleurs sur un site de 18 acres, de parterres de fleurs à couper le souffle Archways en forme de cœur et des châteaux parés

    Le plus grand jardin de fleurs au monde.

    La mine d'or spectaculaire offre une oasis colorée pour les yeux des travailleurs de la ville, qui peuvent échapper à la splendeur naturelle 

    Le plus grand jardin de fleurs au monde.

    Afin de créer une nouvelle expérience pour les personnes visitant les jardins de l'arc, les écrans sont modifiés de façon saisonnière

    Le plus grand jardin de fleurs au monde.

    Celles-ci ont inclus des millions de fleurs en forme de drapeau des Emirats Arabes Unis, horloge florale, une voiture Ferrari avec chauffeur décoré par des fleurs, une zone de voiture enterrée verticale, les structures de pommes de fleurs, des animaux artificiels et les bateaux de fleurs.

    Le plus grand jardin de fleurs au monde.

    À l'heure actuelle, il y a 45 espèces de fleurs dans le jardin qui sont importés de partout dans le monde.

    Le plus grand jardin de fleurs au monde.

    Si le paysage naturel était pas assez incroyable, ce qui rend cette attraction particulièrement impressionnant est le système d'irrigation sous-surface unique qui recycle les eaux usées par irrigation goutte à goutte, tout en évitant l'évaporation et d'économiser jusqu'à 75 pour cent de l'eau et de l'énergie

    Le plus grand jardin de fleurs au monde.

     

    Une maison de fleur fantastique au jardin Miracle, qui a la culture de plantes sur ses tourelles, des portes, des murs et des tours.

    Le plus grand jardin de fleurs au monde.

      Un sentier ombragé par des parasols au jardin Miracle, offre une passerelle colorée pour visiter les clients

    Le plus grand jardin de fleurs au monde.

      topiaire Peacock couvert dans un tableau de fleurs colorées au plus grand jardin de fleurs naturelles dans le monde.

    Le plus grand jardin de fleurs au monde.

      Il n'y a pas de  Il n'y a pas de limite à l'imagination allé dans la conception des jardins, qui comprennent des fleurs en streaming comme les cheveux d'un être humain géant

    Le plus grand jardin de fleurs au monde.

    Barils basculement courants de fleurs, et des paons au plumage coloré sont présentés dans l'attraction créatrice.

    Le plus grand jardin de fleurs au monde.

    Même les personnages Disney tels que Mater de voitures peuvent être vus à l'oasis de Dubaï, bien sûr décorées avec des plates-bandes.

    Le plus grand jardin de fleurs au monde.

    structures géantes peuvent être consultés dans le parc, couvert de haut en bas dans un tableau de fleurs.

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique