• Le stress chez le chat : comment se manifeste-t-il ?

    ************

    Le stress est une maladie qui touche de nos jours les humains comme les animaux. Le chat est un animal qui apprécie la stabilité, la routine et la régularité. Le moindre changement peut être une source d’inquiétude, quand l’angoisse n’est pas la conséquence d’une maladie ! Découvrez comment identifier les symptômes du stress afin d’agir rapidement si votre petite boule de poils est concernée.

    Le stress chez le chat : comment se manifeste-t-il ?

    Comment se manifeste le stress chez le chat ?

    Chaque chat a une personnalité bien à lui et peut manifester son stress de différentes manières. Plusieurs types de symptômes sont observables, selon le caractère de votre animal :

    • Une agressivité grandissante : si votre chat a pour habitude d’être calme et docile, il se peut que le stress le fasse devenir agressif. Dans ce cas, il peut se mettre sans véritable raison apparente à cracher ou feuler, à mordre, à griffer, à refuser le contact ou encore à hérisser ses poils. Ses pupilles sont souvent dilatées et fixes.
    • Une anxiété accrue : le chat stressé est généralement anxieux. Il a peur du moindre bruit, il développe des phobies et il peut réagir en modifiant son comportement subitement. Cette anxiété peut le pousser à s’automutiler en se mordant ou en s’arrachant des touffes de poils, mais il peut également ingérer tout type d’objet, ce qui s’avère très dangereux.
    • Des miaulements fréquents : un chat communique beaucoup en miaulant. Les miaulements longs et forts, plutôt graves, sont bien souvent des signes de stress.
    • Un léchage compulsif : lorsqu’il se sent stressé ou qu’il déprime par ennui, le chat a tendance à se lécher compulsivement, principalement les pattes. S’il se lèche également le ventre ou la queue lorsque vous le touchez, il peut s’agir de stress. Ce comportement peut conduire à une perte en masse des poils dans les zones léchées et à une irritation entraînant la formation de croûtes.
    • L’incontinence et la malpropreté : le chat stressé se met généralement à faire ses besoins en dehors de la litière. Pour manifester son mal-être, il a tendance à uriner là où vous pouvez le voir.
    • Le marquage par les griffes : perturbé, le chat stressé a le sentiment de ne plus maîtriser ni reconnaître son environnement. Il a besoin de le marquer et il se met alors à griffer verticalement les meubles de grande taille et les murs.
    • Le développement de maladies infectieuses : lorsqu’il est stressé, l’organisme du chat sécrète des hormones qui perturbent le bon fonctionnement des globules blancs, qui sont les cellules qui protègent le corps. Son système immunitaire est ainsi plus vulnérable et sujet au développement de maladies infectieuses. Si celles-ci se répètent, il peut s’agir d’un stress chronique.
    • Des troubles de l’alimentation : face au stress, le chat peut présenter des troubles alimentaires radicalement opposés. Certains perdront l’appétit et refuseront de se nourrir. D’autres ne pourront s’empêcher de manger de manière compulsive et de tout vomir aussitôt.
    • L’apparition de tocs (troubles obsessionnels compulsifs) : le chat peureux et stressé peut développer des tocs, comme un comportement hyperactif soudain et répété, des gestes sans arrêt renouvelés, il peut rester immobile pendant des heures, courir après sa queue ou bien se mettre à toucher un objet pendant plusieurs minutes.
    • Le refus des caresses : le chat stressé cherche bien souvent à fuir le contact, notamment les caresses. Si vous insistez, il peut se montrer agressif et vous avertir en pointant ses oreilles vers l’arrière.

    Quelles sont les causes du stress chez le chat ?

    Identifier la ou les causes du stress chez le chat peut prendre du temps. Toutefois, il est important de les rechercher, car seule leur résolution permettra d’aider votre animal à se sentir mieux.

    Si les causes peuvent être nombreuses et très variées, en voici les plus fréquentes :

    • La cohabitation entre plusieurs chats : le chat aime avoir son territoire et ses habitudes. S’il n’y a pas été habitué, il n’apprécie pas la cohabitation avec d’autres individus.
    • L’arrivée d’un nouvel animal ou d’un bébé au sein du foyer : le chat peut se sentir perturbé si un nouvel "intrus" pénètre son territoire et s’y installe.
    • La réception d’invités : la présence d’invités au sein de votre foyer perturbe le territoire naturel de votre chat. Certains peuvent mal le vivre et stresser, s’isoler ou se montrer agressifs.
    • Le changement de territoire : votre chat se repère grâce à son territoire qui se doit de lui être rassurant. En cas de changement, comme un déménagement ou une mise en garde temporaire en votre absence, il peut exprimer un stress. Il en va de même pour toute perturbation au sein de son territoire, comme des travaux ou un réaménagement, etc.
    • Un changement alimentaire : le chat apprécie la régularité alimentaire. Penser lui faire plaisir en variant ses menus est une erreur ; cela renforce au contraire son anxiété. Donnez-lui une nourriture de qualité, essentiellement sous forme de croquettes et n’en changez pas si elle lui convient.
    • Une mauvaise distribution alimentaire : le chat apprécie plusieurs petites rations par jour. Si vous ne le nourrissez qu’une ou deux fois par jour, il peut se mettre à stresser par peur de manquer.
    • Le transport en voiture : votre chat peut avoir des difficultés à supporter le transport en voiture. Ce trouble peut s’expliquer par le mal des transports ou bien par l’association de ces trajets avec un événement désagréable, comme la visite chez le vétérinaire.
    • Une maladie : le stress peut également être la conséquence d’une maladie ou d’une souffrance.

    Quelles sont les conséquences du stress chez le chat ?

    Le chat peut ressentir un stress passager naturel suite à l’une de ces perturbations. Cela n’a rien d’inquiétant. Toutefois, si vous constatez que ces situations et que ces troubles du comportement se répètent et que votre animal semble vivre dans un sentiment d’inquiétude ou d’angoisse permanentes, il est important de rapidement consulter le vétérinaire.

    La vessie est un organe de premier plan en cas de stress, d’où le fréquent comportement de malpropreté. Le stress chronique peut ainsi favoriser le développement d’affections urinaires. Par ailleurs, en raison de la surproduction de cortisol dans l’organisme due au stress, le système immunitaire du chat devient plus fragile et sensible aux maladies infectieuses.

    Vous l’aurez compris, laisser le stress s’installer est dangereux pour la santé de votre animal. Il est important de rapidement trouver une solution pour le soulager, avant que le trouble ne soit trop profondément installé.

    Comment soulager le stress chez le chat ?

    Lorsque vous constatez les premiers symptômes du stress chez votre chat, consultez le vétérinaire sans attendre.

    Dans un premier temps, le vétérinaire s’assurera que votre chat n’est pas malade ou blessé. S’il est en bonne santé, il suspectera alors une origine comportementale.

    Votre vétérinaire peut ensuite vous aider à rechercher les sources de l’anxiété de votre chat, ou bien vous orienter vers un vétérinaire comportementaliste. Cette démarche aide à mettre en place des mesures ou des traitements adaptés pour soulager le stress.

    Un traitement à base de compléments alimentaires naturels ou de phéromones apaisantes peut être mis en place pour réduire l’anxiété de votre chat. Si votre vétérinaire l’estime nécessaire, il peut lui prescrire des traitements médicamenteux.

    Les bons gestes à adopter

    En parallèle, nous vous conseillons d’adopter les bons gestes afin de réduire le stress de votre animal, ou tout du moins ne pas l’aggraver.

    • Donnez-lui plusieurs petites rations de nourriture par jour, si l’angoisse est d’origine alimentaire. Soyez régulier et présentez-lui toujours la même alimentation, de qualité de préférence afin de couvrir ses besoins nutritionnels quotidiens.
    • Ne le punissez pas lorsqu’il manifeste son stress afin de ne pas l’aggraver.
    • Placez-lui toujours de l’eau fraîche à disposition pour pallier les éventuels risques urinaires.
    • Laissez-lui à sa disposition des jeux, des griffoirs, des espaces pour se cacher et pour se percher en hauteur.
    • Prenez le temps de jouer avec lui et de lui consacrer du temps, qu’il soit seul ou que son stress soit dû à l’arrivée d’un nouvel animal ou d’un bébé.

    Laissez à votre animal le temps de s’adapter à chaque changement. Soyez patient et allez-y progressivement afin d’éviter de le perturber.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Quel âge aurait mon chien si c'était un humain ?

    ****************

    Comme beaucoup de propriétaires, vous vous êtes sûrement déjà demandé quel âge aurait votre chien si c'était un homme. On entend souvent dire qu'il suffit de multiplier par 7 les années canines pour les convertir en années humaines. Pourtant, ce calcul est totalement faux car le vieillissement de chaque chien dépend aussi de sa taille, de sa race et de son mode de vie.

    De plus, le rapport multiplicateur n'est pas proportionnel tout au long de la vie de l'animal, le chien ayant tendance à "vieillir" plus rapidement durant ses deux premières années, puis le vieillissement se stabilise et accélère de nouveau dans les dernières années de sa vie. Mieux vaut donc se référer aux valeurs calculées par les vétérinaires... Découvrez vite l'âge humain de votre toutou dans nos tableaux !

    Quel âge aurait mon chien si c'était un humain ?

    Correspondance âge humain des petits chiens (< 15 kg)

    Voici les équivalences d'âge chien-homme calculées pour les chiens de petite taille (jusqu'à 15 kg) comme les Caniches, Yorkshires, Teckels, Cockers, Cavaliers King Charles etc. De 2 à 18 ans, on peut observer de manière simplifiée qu'une année de chien équivaut à 4 années humaines. Le seuil de sénescence, âge tournant dans la vie du chien, est indiqué en gras : si le vôtre l'a franchi, une visite de contrôle chez le vétérinaire est vivement recommandée pour faire un bilan de santé.

    • Chien de 1 an = 20 ans en équivalent âge humain
    • Chien de 2 ans = 28 ans
    • Chien de 3 ans = 32 ans
    • Chien de 4 ans = 36 ans
    • Chien de 5 ans = 40 ans
    • Chien de 6 ans = 44 ans
    • Chien de 7 ans = 48 ans
    • Chien de 8 ans = 52 ans
    • Chien de 9 ans = 56 ans
    • Chien de 10 ans = 60 ans
    • Chien de 11 ans = 64 ans
    • Chien de 12 ans = 68 ans
    • Chien de 13 ans = 72 ans
    • Chien de 14 ans = 76 ans
    • Chien de 15 ans = 80 ans
    • Chien de 16 ans = 84 ans
    • Chien de 17 ans = 88 ans
    • Chien de 18 ans = 94 ans
    • Chien de 19 ans = 100 ans
    • Chien de 20 ans = 110 ans

    Correspondance âge humain des chiens moyens (15 à 40 kg)

    Les chiens de taille moyenne à grande, comme le Berger Allemand, le Labrador, le Retriever, le Beauceron, le Boxer... vieillissent plus vite que les petits chiens. On observe qu'une année de chien équivaut alors plutôt à 6 années humaines, et un léger ralentissement du vieillissement a lieu entre 10 et 13 ans. Du fait de ce processus accéléré comparé à un petit chien, la longévité moyenne d'un chien de cette catégorie s'en voit diminuée : 16 ans contre 20 ans chez des races de plus petite taille.

    • Chien de 1 an = 18 ans en équivalent âge humain
    • Chien de 2 ans = 27 ans
    • Chien de 3 ans = 33 ans
    • Chien de 4 ans = 39 ans
    • Chien de 5 ans = 45 ans
    • Chien de 6 ans = 51 ans
    • Chien de 7 ans = 57 ans
    • Chien de 8 ans = 63 ans
    • Chien de 9 ans = 69 ans
    • Chien de 10 ans = 75 ans
    • Chien de 11 ans = 80 ans
    • Chien de 12 ans = 85 ans
    • Chien de 13 ans = 90 ans
    • Chien de 14 ans = 96 ans
    • Chien de 15 ans = 102 ans
    • Chien de 16 ans = 110 ans

    Correspondance âge humain des grands chiens (> 40 kg)

    Cette dernière catégorie rassemble les chiens de taille grande à très grande : DoguesBouviers, Léonberg, Terre Neuve, Saint Bernard, etc. Ces derniers vivent moins longtemps que les moyens chiens, la longévité maximale étant de 13 ans et le seuil de sénescence estimé vers 6 ans. Ainsi, le chien prendrait chaque année 9 ans de plus si c'était un humain. De plus, le vieillissement accélère encore plus à partir de 10 ans, âge où votre toutou serait quasiment un vieil homme centenaire !

    • Chien de 1 an = 16 ans en équivalent âge humain
    • Chien de 2 ans = 22 ans
    • Chien de 3 ans = 31 ans
    • Chien de 4 ans = 40 ans
    • Chien de 5 ans = 49 ans
    • Chien de 6 ans = 58 ans
    • Chien de 7 ans = 67 ans
    • Chien de 8 ans = 76 ans
    • Chien de 9 ans = 85 ans
    • Chien de 10 ans = 96 ans
    • Chien de 11 ans = 105 ans
    • Chien de 12 ans = 112 ans
    • Chien de 13 ans = 120 ans

    Qu'est-ce que le seuil de sénescence ?

    Indiqué en gras, cet âge crucial pour le chien est le moment charnière où les premiers signes de vieillesse peuvent apparaître. Cependant, ce seuil n'est pas situé à la fin de la vie de l'animal mais plutôt au milieu : il lui reste donc encore de belles années à vivre ! C'est le moment idéal pour s'assurer que votre compagnon n'est pas sujet à des troubles qui pourraient s'aggraver avec l'âge, comme l'arthrose ou le diabète.

    Si c'est le cas, le vétérinaire pourra poser un diagnostic et, si nécessaire, faire des examens plus approfondis afin de vous proposer un traitement adapté à la situation. De la sorte, il est possible de bloquer ou ralentir l'évolution de la maladie. Enfin, passé le seuil de sénescence, on conseille de contrôler régulièrement l'état des dents et de faire effectuer un détartrage si besoin pour prévenir leur déchaussement, ce dernier pouvant mener à des infections.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les 6 chiens les plus intelligents

    ************

    Tous les amoureux des chiens vous diront que le meilleur ami de l'homme est doté d'intelligence, et qu'il est capable de prouesses en matière d'apprentissage, de mémoire et de raisonnement. Si tous les chiens sont capables d'intégrer et de mémoriser un minimum d'ordres et de mots, certains sont plus doués que d'autres.

    Le chercheur américain Stanley Coren a établi un classement des races les plus intelligentes, selon plusieurs critères qui lui ont permis de calculer leurs facultés cognitives.

    Comment définir l'intelligence chez le chien ?

    Le docteur Coren a démontré trois types d'intelligence chez le chien : l'intelligence innée (donc liée à des facteurs génétiques), l'intelligence d'adaptation et l'intelligence de travail. Comme chez nous les humains, les chiens sont plus ou moins talentueux dans différents domaines, et bien sûr la part de génétique propre à chaque race va déterminer les facultés en question.

    Par exemple, c'est cette intelligence instinctive qui s'exprime chez les chiens de berger quand ils se retrouvent en présence d'un troupeau ou encore des chiens de chasse face à une proie. Cet instinct leur permet de "savoir" ce qu'il faut faire et il sera alors plus aisé de leur apprendre les ordres appropriés à la situation. Mais le chien possède également des facultés d'apprentissage au-delà de ces tendances instinctives ; ainsi, le Labrador et le Golden Retriever font de merveilleux guides d'aveugles et d'assistance, car il est dans leur nature d'apprendre des ordres et de les appliquer aux bonnes situations. Cette capacité d'analyse et de réaction revient à l'intelligence d'adaptation.

    Enfin, l'intelligence de travail dépend des facteurs évoqués plus haut mais aussi de facultés de concentration et d'endurance dans des situations de travail définies. Dans toutes ces formes d'intelligence, la mémoire, l'observation et le mimétisme, qu'il est possible de développer par la stimulation, jouent aussi un rôle fondamental. La compréhension du langage est également un élément crucial pour mesurer l'intelligence canine, et certains peuvent comprendre jusqu'à 1000 mots contre environ 165 mots chez un chien "moyen" !

    Le Border Collie : un chien intelligent

    Le Border Collie

    Le Border Collie est un chien de troupeau qui possède d'excellentes facultés de travail et a besoin de stimulation intellectuelle et physique soutenue. Véritable surdoué des concours de chiens de berger, d'obéissance et d'agility, il est très réceptif à l'éducation et doit être fermement mais justement mené dès son plus jeune âge. Athlétique et volontaire, il lui faut un maître disponible et ouvert aux activités physiques, qui sache à la fois développer ses capacités et canaliser son énergie débordante. Son aptitude au travail n'est plus à prouver et on le cite souvent comme la race la plus intelligente. Son fort instinct doit cependant être contrôlé et il devrait être réservé à des maîtres expérimentés.

    Le Berger Australien : un chien intelligent

    Le Berger Australien

    Ce n'est pas pour rien que cette race est de plus en plus populaire ces dernières années. Le "aussie" a de formidables capacités d'apprentissage, une grande mémoire et une faculté de concentration propres à beaucoup de chiens de berger. Ces atouts le rendent très efficace dans plusieurs situations de travail avec le bétail, mais aussi auprès des humains : le Berger Australien excelle notamment en agility et en obéissance rythmée, une discipline consistant à "danser" avec son chien. Il est capable de retenir des centaines de mots, d'analyser les situations et d'agir en conséquence. Comme toutes les races intelligentes, il a besoin d'être stimulé chaque jour par le jeu et des apprentissages divers.

    Le Berger Allemand : un chien intelligent

    Le Berger Allemand

    La puissance et la loyauté du Berger Allemand sont sans doute ses meilleurs atouts. Il est d'ailleurs resté pendant de nombreuses années le chien préféré des français. Il est apprécié dans le milieu policier pour sa force tranquille et son sang froid qui en font un excellent chien de sauvetage. Ses aptitudes naturelles pour l'apprentissage et l'obéissance, ainsi que sa volonté remarquable sont reconnues dans tous les pays. Parfois victime de son succès, le Berger Allemand a énormément besoin d'exercice physique et peut s'ennuyer facilement, ainsi la vie citadine n'est pas forcément faite pour lui. Il s'épanouira avec un maître dynamique auquel il prouvera sa fidélité sans pareille.

    Le Caniche : un chien intelligent

    Le Caniche

    Ce petit chien plein de malice mérite bien sa place dans le top 6 des races les plus intelligentes ! En effet, si son gabarit ne le destine pas aux travaux intenses, il peut apprendre de nombreux tours et comprendre plusieurs centaines de mots et de situations. Sensible et énergique, le Caniche est affectueux et très attaché à son maître, et son tempérament joueur lui permet d'être facilement éduqué par des moyens ludiques. C'est un excellent candidat pour les prouesses acrobatiques, ainsi il est souvent utilisé pour effectuer des numéros dans le milieu du cirque et du music-hall. Sa soif d'apprendre en fait un complice sympathique, volontaire et infatigable, parfois même un peu trop !

    Le Golden Retriever : un chien intelligent

    Le Golden Retriever

    Comme son cousin le Labrador, le Goldie est reconnu pour ses aptitudes de chien d'assistance et chien-guide d'aveugle. Docile et facile à éduquer, il a besoin d'un maître présent et de se dépenser lors de nombreuses balades, si possible au bord de l'eau. En effet, le Golden Retriever adore nager et son jeu favori est de rapporter des objets jetés à l'eau. C'est un chien qui s'éduque plutôt qu'il ne se dresse : les meilleurs résultats seront obtenus par le jeu et le renforcement positif. Par contre, il est capable de se braquer dans des situations injustes et supporte mal la punition. Son formidable odorat en fait aussi un excellent chien de pistage, il est d'ailleurs utilisé pour la détection d'explosifs.

    Le Rottweiler : un chien intelligent

    Le Rottweiler

    Ce chien de garde appartenant à la catégorie 2 est affectueux, volontaire et dévoué à son maître. En tant que chien de travail, il est prisé pour sa fiabilité contrairement à l'image transmise injustement par la croyance populaire. Bien dressé, il n'a aucune raison de se montrer imprévisible mais son statut de chien dangereux entache sa réputation. Pourtant, le Rottweiler possède de nombreuses qualités derrière ses airs de molosse, dont d'excellentes facultés d'apprentissage et une envie de faire plaisir. Ce n'est certes pas un chien à mettre entre toutes les mains car il possède un fort tempérament et une grande force physique. Il est doux avec les enfants et doit être éduqué à rester dissuasif avant tout.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Il sauve deux chiots abandonnés et parcourt les États-Unis avec eux

    ***********************

    Si les journaux et les JT regorgent d’histoires particulièrement tristes et glauques, il en existe heureusement qui permettent de croire encore en l’Humanité. C’est le cas de celle de Jordan Kahana, un Américain de 30 ans.

    En décembre 2016, alors qu’il roule sur une route isolée dans le désert d’Arizona, il trouve deux chiots sur le bas-côté. Compte tenu de l’isolement du lieu, cela ne fait aucun doute, ils ont été déposés ici et volontairement abandonnés. Jordan le sait, sans lui, ils ne survivront pas longtemps. Sans hésitation, il les emmène chez le vétérinaire afin qu’ils soient traités pour déshydratation. Et à peine remis sur pattes, il décide de les adopter.

    Aujourd’hui, plus d’un an après ce sauvetage très touchant, Sedona, Zeus (c’est ainsi qu’ils ont été nommés, ndlr) et Jordan sont plus que jamais inséparables ! Mieux encore, ils partagent une passion commune : le voyage. Résultat, les trois compères ont déjà parcouru plus de 48 000 kilomètres à travers 35 états. Un véritable conte de fée pour les deux chiots qui ont évité la mort de justesse, et qui ont ensuite eu la chance de tomber sur une personne bienveillante.

    Après la galère, Sedona et Zeus ont donc bien mérité de s’amuser et de vivre pleinement leur vie de chien.Et cela pour le plus grand bonheur des 58 000 followers qui suivent leurs nouvelles aventures sur Instagram. Voici quelques photographies adorables qui devraient afficher un large sourire sur votre visage 

    Il sauve deux chiots abandonnés et parcourt les États-Unis avec eux

    Il sauve deux chiots abandonnés et parcourt les États-Unis avec eux

    Il sauve deux chiots abandonnés et parcourt les États-Unis avec eux

    Il sauve deux chiots abandonnés et parcourt les États-Unis avec eux

    Il sauve deux chiots abandonnés et parcourt les États-Unis avec eux

    Il sauve deux chiots abandonnés et parcourt les États-Unis avec eux

    Il sauve deux chiots abandonnés et parcourt les États-Unis avec eux

    Il sauve deux chiots abandonnés et parcourt les États-Unis avec eux

    Il sauve deux chiots abandonnés et parcourt les États-Unis avec eux

    Il sauve deux chiots abandonnés et parcourt les États-Unis avec eux

    Il sauve deux chiots abandonnés et parcourt les États-Unis avec eux

    Il sauve deux chiots abandonnés et parcourt les États-Unis avec eux

    Il sauve deux chiots abandonnés et parcourt les États-Unis avec eux

    Il sauve deux chiots abandonnés et parcourt les États-Unis avec eux

    Il sauve deux chiots abandonnés et parcourt les États-Unis avec eux

    Il sauve deux chiots abandonnés et parcourt les États-Unis avec eux

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le bébé panda du zoo de Beauval plus populaire que le Mont-Saint-Michel ou le château de Chambord

    ******************

    Vous avez forcément entendu parler de Yuan Meng, le bébé panda qui a vu le jour il y a 8 mois et demi au zoo de Beauval. Eh bien figurez-vous qu’il a grandi, et qu’il est même devenu plus populaire que certains spots habituellement très prisés des voyageurs. Zoom sur un animal star qui attire les visiteurs des quatre coins de l’Europe.

    Le bébé panda du zoo de Beauval plus populaire que le Mont-Saint-Michel ou le château de Chambord

    En effet, l’arrivée de Yuan Meng a permis au zoo d’augmenter sa fréquentation de 20%. Grâce à cette progression fulgurante, le parc de Beauval pourrait franchir la barre symbolique des 2 millions de visiteurs en 2018, contre « seulement » 1,45 million pour l’année 2017. Résultat, le complexe réservé aux animaux grimpe de façon impressionnante dans le classement des lieux les plus visités de France. Aujourd’hui, il peut notamment se targuer de faire mieux que la célèbre Abbaye du Mont Saint-Michel (1,2 million) ou que le château de Chambord (0,92 million). Et si sa fréquentation continue à croître comme c’est le cas actuellement, le ZooParc de Beauval pourrait encore grappiller quelques places supplémentaires. Il pourrait dépasser l’Arc de Triomphe de Paris (1,6 million) ou le Parc Astérix (2 millions).

    Le 4 août 2017, le monde et plus particulièrement la France découvraient la petite boule de poils pour la première fois. Depuis ce moment-là, Yuan Meng et le zoo de Beauval ont pu profiter d’une couverture médiatique parfois digne des personnalités les plus importantes. Ils ont par exemple reçu la visite d’Emmanuel Macron et de sa femme Brigitte, cette dernière ayant été officiellement nommée marraine du bébé panda. Depuis ce coup de projecteur énorme, il n’est pas rare d’apercevoir des personnages publics parmi la foule présente en permanence devant l’enclos. Récemment, Laurent Wauquiez et Ségolène Royal se sont rendus sur place.

    Le bébé panda du zoo de Beauval plus populaire que le Mont-Saint-Michel ou le château de Chambord

    Un succès qui profite à toute la région

    « Cet engouement profite à toute la région. Les gens qui viennent à Beauval passent souvent le lendemain par Chambord », décrit Delphine Delord, responsable de la communication du zoo. Et effectivement, la proximité avec les châteaux de la Loire permet à chacun de surfer du succès de Yuan Meng en prenant sa part du gâteau. Concrètement, celles et ceux qui viennent de loin passent le week-end sur place et profitent du moment pour faire le tour des endroits à voir de la région. Conséquence, c’est tout le département du Loir-et-Cher qui voit son affluence touristique grandir à vue d’œil, pour le plus grand bonheur des commerçants et des acteurs directs du secteur.

    Rien qu’en ce qui concerne le zoo de Beauval, ces arrivées massives ont conduit la direction à embaucher 120 employés pour venir aider et assister les forces en présence. Ces derniers sont affectés aux restaurants, à l’accueil et dans les différents hôtels que compte le parc. Selon le directeur, Rodolphe Delord, il manquerait encore 50 personnes à recruter pour suivre la cadence de manière parfaitement sereine et organisée. Un impact positif vraiment impressionnant, n’est-ce pas ?

    De son côté, la boule de poils la plus connue de France mène sa vie de jeune panda sans se soucier du buzz incroyable qui l’entoure. Et heureusement. Car cet animal fragile a besoin d’un confort optimal pour se développer normalement. Depuis peu, il commence à manger des pousses de bambou, un végétal qui constituera bientôt l’immense majorité de son régime alimentaire. Jamais très loin de sa mère, Huan Huan, il passe le plus clair de son temps à escalader les rochers, à jouer sur les supports en bois présents et à faire des roulades dans l’herbe. Bref, tout ce qu’il y a de plus mignon…

    Le bébé panda du zoo de Beauval plus populaire que le Mont-Saint-Michel ou le château de Chambord

    Le bébé panda du zoo de Beauval plus populaire que le Mont-Saint-Michel ou le château de Chambord

    Pour s’assurer que tout se passe bien autour lui, Yuan Meng, qui pèse désormais 21,5 kg contre 142 g à sa naissance, peut compter sur une véritable garde rapprochée. « Il est adorable, très joueur mais un brin pataud. On veille sur lui 24h/24, il a ses propres agents de sécurité et fait bien entendu l'objet d'une surveillance de tous les instants, de jour comme de nuit » confie un membre du staff.

    Si certains d’entre vous souhaitent aller lui faire un coucou, sachez qu’il sera encore hébergé au ZooParc de Beauval pour les deux ou trois prochaines années, mais qu’il devra ensuite quitter la France pour retourner sur les terres de ces ancêtres, en Chine. Là-bas, il sera relâché dans une réserve naturelle de la province du Sichuan, située dans le centre du pays. D’ici là, un autre bébé panda prendra peut-être sa place, qui sait ? En tout cas, c’est largement souhaitable pour la défense de l’espèce, qui pour rappel, est malheureusement en voie de disparation.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La science affirme que les gens qui parlent à leurs animaux de compagnie sont bien plus intelligents que ceux qui ne le font pas

     ************

    Si vous ne pouvez pas vous empêcher de raconter à votre chien les histoires d’un collègue agaçant ou de discuter de votre choix de nourriture pour le dîner avec votre chat, vous pouvez respirer à votre aise.

    Ce n’est pas un signe de folie comme votre douce moitié ou vos parents pourraient le soupçonner. La science affirme que parler à nos amis poilus est en fait un signe d’autres qualités très importantes.

    Les animaux de compagnie sont nos amis ultimes. Ils sont toujours près de nous et nous fournissent le soutien et l’aide dont nous avons besoin. Et il n’est pas étonnant que nous éprouvions parfois le besoin de partager nos sentiments et nos pensées avec eux. Mais il existe également une explication scientifique derrière ces entretiens avec ceux qui ne peuvent pas nous répondre.

    Les chercheurs appellent ce phénomène anthropomorphisme. La tendance à attribuer des émotions et des caractéristiques humaines à des objets et des animaux est basée sur l’intelligence et la créativité plutôt que sur la bêtise ou la stupidité. « C’est en fait quelque chose qui rend les humains particulièrement intelligents sur cette planète », affirme Nicholas Epley, l’un des scientifiques.

    Si nous approfondissons le sujet, nous comprendrons que cette histoire commence réellement dans l’enfance. Les enfants sont capables de créer des amis imaginaires. Plusieurs d’entre vous se souviennent probablement d’avoir emmené tous leurs ours en peluche, leurs lapins et leurs voitures, afin que personne ne soit blessé et abandonné. Les parents adorent généralement ces signes de loyauté, d’amitié et de communication chez leurs enfants.

    Mais tout change quand on grandit. On croit que ce trait doit être laissé pour compte et que nous devons passer à autre chose. Si nous voyions des adultes parler avec une spatule ou un four micro-ondes, nous pourrions commencer à penser que ces personnes sont immatures, voire folles.

    Cependant, il n’y a pas de différence entre parler à des objets inanimés et parler à nos animaux domestiques. Par exemple, Epley discute d’un sondage intéressant réalisé par l’émission de radio « Car Talk ». Il a été noté que plus les gens aimaient leur voiture, plus ils la traitaient comme si elle avait un esprit, des croyances, des désirs et même une personnalité.

    Vous pouvez maintenant être sûr qu’il n’y a pas besoin de vous inquiéter. Votre habitude de parler de votre journée à votre animal de compagnie est en fait une chose naturelle et normale et cela signifie simplement que votre cerveau fonctionne correctement. Ainsi, la prochaine fois que vous marcherez avec votre ami poilu, vous pourrez ignorer les regards étonnés des passants. Ils sont juste jaloux de votre intelligence et de votre énorme cerveau !

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Un zèbre aux rayures dorées photographié pour la première fois à l'état sauvage

    ************

    Le 17 février dernier, le photographe Sergio Pitamitz s'est rendu en excursion pour prendre des clichés de zèbres dans une vallée du parc national du Serengeti en Tanzanie, lorsqu’il a fait une découverte exceptionnelle.

    Alors que des dizaines d’animaux entrent dans la clairière, le photographe remarque au milieu du troupeau un zèbre avec une tâche blanche. « Au début, je pensais que c'était un zèbre qui s'était roulé dans la poussière », raconte Sergio Pitamitz. C’est une fois que l’animal sort de l’eau, qu’il remarque que la poussière ne part pas.

     

    Un zèbre aux rayures dorées photographié pour la première fois à l'état sauvage

    Une découverte exceptionnelle d’un zèbre albinos à l’état sauvage. Crédits photo : Sergio Pitamitz

    Il s’empresse alors de réaliser quelques clichés de ce zèbre doré. Une découverte extrêmement rare qui révèle probablement l’existence de zèbre atteint d’albinisme partiel, confirment plusieurs scientifiques, dont Greg Barsh, généticien au HudsonAlpha Institute for Biotechnology.

    Cet albinisme partiel implique chez ce zèbre moins de mélanine, un pigment naturel présent dans la peau qui se traduit par des rayures plus claires. Néanmoins, « les connaissances sur l'albinisme chez les zèbres sont très minces », précise Greg Barsh dans National Geographic. De plus, leur existence n’a pour l’instant été confirmée qu’en captivité, où une dizaines de ces zèbres vivent dans une réserve privée au parc national du mont Kenya.

    Ces clichés confirment aussi que ces zèbres albinos, à la robe unique, peuvent vivre à l’état sauvage, et semblent, à première vue, être acceptés par les zèbres aux rayures noires. Ce qui ne serait pas surprenant, étant donné que les zèbres tachetés ou aux rayures supérieures à la normale, sont également acceptés par leur troupeau, indique Greg Barsh.

    Néanmoins, les scientifiques mettent en garde que les zèbrespartiellement albinos peuvent avoir des difficultés en matière d'auto-défense. Par ailleurs, des indices solides affirment que les rayures des zèbres serviraient à repousser les mouches piquantes. D’après l’écologiste Tim Caro, « les rayures plus claires des zèbres partiellement albinos pourraient ne pas repousser aussi efficacement les mouches que les rayures noires habituelles ».

    L'albinisme total ou partiel a longtemps été étudié chez l'Homme et chez les animaux domestiques comme les souris, les chevaux et les cochons d'Inde. Néanmoins, les connaissances acquises pour ces animaux ne suffisent pas à déterminer les effets de l'albinisme chez les espèces sauvages, ajoute Greg Barsh. Et leur caractère craintif n’aide pas vraiment les scientifiques pour leur étude.

    Le photographe Sergio Pitamitz n’en est pas à son premier coup de poker puisqu’il y a deux ans, au Kenya, il avait déjà photographié un chat sauvage noir extrêmement rare.

    Un zèbre aux rayures dorées photographié pour la première fois à l'état sauvage

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Top 10 des chiens préférés des français

    **********

    On compte un peu plus de 7 millions de chiens de compagnie en France, avec des races aussi diverses que le Chihuahua, le Berger Allemand, le Labrador, le Bouledogue... Mais quelles sont les races de chiens vraiment préférées des français ? Découvrez les 10 gagnants du palmarès !

    Le Berger Belge

    Le Berger Belge

    Dans le top 3 des races, le Berger Belge Malinois tend à détrôner le Berger Allemand qui a occupé la première place durant de nombreuses années. Moins encombrant que son cousin, il est réputé pour son intelligence et sa réceptivité au dressage qui en font un excellent chien policier. Très fidèle, protecteur, c'est l'ange gardien de son maître. Le Berger Belge a l'avantage d'être de moyenne taille ce qui le rend adapté à la vie en appartement, tout en possédant les qualités du chien de berger.

    Le Berger Allemand

    Le Berger Allemand

    Ce chien aux nombreux atouts reste toujours dans le cœur des Français, et ce depuis 1945 puisqu'il était resté à la première place du podium depuis cette date ! Robuste et facile à dresser, le Berger Allemand est également prisé pour ses aptitudes au travail et couramment utilisé comme chien de défense, de garde et de sauvetage. C'est une assez grande race qui peut mesurer plus de 60 cm au garrot et peser jusqu'à 40 kg. Il a besoin d'exercice physique et d'espace, une maison avec jardin est son lieu de vie idéal. Il s'adapte néanmoins en ville si on lui offre de longues et nombreuses balades.

    Le Berger Australien

    Le Berger Australien

    Ce chien de berger au poil mi-long et aux beaux yeux bleus occupe la troisième place du podium. Apprécié pour sa beauté et son intelligence, le Berger Australien nous vient en réalité des États-Unis où il est également très populaire. Sociable, à l'écoute, vif et attachant, c'est le parfait compagnon pour toute la famille. Il est aussi reconnu pour son aptitude au travail et excelle dans les sports canins, ce qui en fait un partenaire idéal pour les gens dynamiques aimant les activités de plein air.

    Le Golden Retriever

    Le Golden Retriever

    Ce cousin du Labrador est apprécié comme chien de famille et de compagnie ; il est facile à vivre et plutôt sociable, même s'il peut se montrer exclusif en dehors des membres du foyer. Il est important de le socialiser avec ses congénères, sans quoi il peut devenir ingérable en sortie ! Heureusement, le Golden Retriever est facile à éduquer et très joueur, ce qui permet un dressage ludique et efficace. Il peut apprendre de nombreux tours et fera le bonheur des petits et des grands. C'est un bon gardien pour la maison.

    L'Amstaff

    L'Amstaff

    L'American Staffordshire Terrier, abrégé Amstaff, est un chien de catégorie 2. Il mesure dans les 40 cm au garrot et ne dépasse pas les 30 kg, il est donc considéré comme étant de taille moyenne mais il a autant d'énergie à revendre que n'importe quel grand chien et n'est pas à mettre entre toutes les mains. Très endurant et musclé, il doit être stimulé aussi bien physiquement que mentalement pour être bien dans ses pattes. La vie en appartement est possible à condition de répondre à ces besoins essentiels. De nombreuses activités peuvent être réalisées avec l'Amstaff : agility, trek, obéissance...

    Le Staffie

    Le Staffie

    C'est la version « non catégorisée » de l'Amstaff, au gabarit plus petit. Tout comme son cousin, il est apprécié pour son caractère enjoué et a énormément besoin de se dépenser. Il a besoin d'un dressage strict car, malgré sa petite taille, il peut rapidement devenir ingérable s'il n'est pas assez stimulé et socialisé ! Les couleurs les plus courantes chez le Staffie sont le noir, le blanc, le fauve et le bringé. Affectueux et protecteur, c'est un bon chien de garde et de famille, qui peut vivre avec des enfants.

    Le Labrador

    Le Labrador

    De couleur sable, noire ou chocolat, le Labrador fait toujours partie des races les plus populaires. Il s'adapte dans une maison avec jardin mais a quand même besoin de sorties et d'activités partagées avec ses maîtres, nécessaires à son équilibre. Il doit être éduqué par le jeu et son dressage est crucial comme pour toute autre race. Eh oui, le Labrador reste malgré tout un chien comme les autres, même s'il est souvent vu comme « gentil » par nature ce qui peut amener à négliger son éducation. Il reste néanmoins le chien de famille idéal, et fera le bonheur des enfants si l'on sait le respecter.

    Le Cavalier King Charles

    Le Cavalier King Charles

    Ce chien de petite taille mesure 30 cm au garrot et pèse entre 5 et 8 kg. Son poil mi-long et ses longues oreilles à la fourrure ondulée nécessitent un brossage régulier. C'est un excellent chien d'agrément, adapté à la vie citadine mais il a besoin d'exercice quotidien. Le Cavalier King Charles possède une santé solide et un caractère docile et calme, bien que têtu par moments. Son dressage et sa socialisation sont des points importants car il peut se montrer assez méfiant et excité s'il ne se dépense pas suffisamment.

    Le Chihuahua

    Le Chihuahua

    Ce minuscule chien est de plus en plus populaire. Malgré son gabarit, il ne faut pas oublier de le considérer comme un chien et non comme une peluche ! Le Chihuahua ne pèse jamais plus de 3 kg mais il a un fort tempérament, pouvant même se montrer caractériel, il est donc important de bien l'éduquer. Il faut éviter de le surprotéger, ce qui peut le rendre très méfiant ou agressif envers les étrangers et ses congénères. Tant qu'il connaît ses limites, c'est un chien agréable à vivre, joueur et très affectueux.

    Le Bouledogue Français

    Le Bouledogue Français

    De petite taille, le Bouledogue Français est joueur, jovial, adaptable et a un besoin d'exercice modéré. C'est donc un bon chien d'appartement et de compagnie notamment pour les personnes âgées. Il convient également à une famille avec enfants, car il est doux et très sociable. Sa morphologie le rend fragile aux efforts intenses, les promenades et les rencontres avec d'autres chiens sont donc les principales activités à lui proposer. Son nez plat peut être à l'origine de problèmes respiratoires, c'est pourquoi il faut consulter en cas de ronflements excessifs et surveiller sa santé, qui est relativement fragile.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Quelles sont les races de chiens les plus rapides au monde ?

    **********

    Les amateurs de races de chiens les plus rapides au monde se tourneront en priorité vers les lévriers ; ce sont effectivement ces animaux qui détiennent le record. Mais ils ne sont pas les seuls toutous capables de courir à grande vitesse. Petit tour d’horizon des chiens les plus rapides au monde.

    Le Greyhound, ou Lévrier anglais

    Le Greyhound, ou Lévrier anglais

    Le Greyhound, ou Lévrier anglais, est un magnifique chien à poil court capable d’atteindre une vitesse de 72 km/h. Considéré comme le chien le plus rapide de monde sur une courte distance, cet originaire de Grande-Bretagne est doté d’une musculature impressionnante et d’une silhouette très athlétique qui lui permettent d’être endurant et vigoureux. Ses proportions généreuses lui confèrent une anatomie relativement symétrique, avec une tête longue et fine, de petites oreilles et un dos large et long. Considéré comme le chien des nobles, il est essentiellement élevé pour la chasse. Son caractère calme, raffiné et distingué en fait un animal doux, fidèle et loyal agréable à vivre au quotidien.

    Le Lévrier espagnol

    Le Lévrier espagnol

    Originaire d’Espagne, ce lévrier très athlétique à l’ossature compacte peut atteindre une vitesse de 60 km/h. Reconnu grâce à sa queue qui se replie en crochet entre ses pattes, il est également identifié sous le nom de Galgo en raison d’une supposition ancienne consistant à penser qu’il tenait ses origines de la Gaule. Cette race robuste et rustique, très ancienne, serait en réalité issue des chiens de chasse des rois de l’Égypte antique, comme le laisse supposer sa ressemblance avec le Greyhound. Très fréquents dans les courses et les parties de chasse, ces chiens beaux et affectueux sont malheureusement bien souvent victimes de maltraitance en Espagne.

    Le Saluki, ou Lévrier persan

    Le Saluki, ou Lévrier persan

    Le Saluki, ou Lévrier persan, peut quant à lui atteindre une vitesse de 68 km/h. Ancêtre du lévrier espagnol, dont le poil est court, il présente une robe à poil long et frangé sur les membres. Son corps est souple, harmonieux, élégant et fin. Ses oreilles et sa queue sont longues et couvertes de poils longs. Originaire d’Afghanistan, mais visiblement présent dès l’Égypte antique, il est d’un caractère plus timide et distant envers les étrangers, sans être agressif. Il est principalement utilisé aujourd’hui pour chasser les gazelles en raison de sa grande énergie, mais il peut aussi bien vivre en appartement.

    Le Barzoï, ou Lévrier russe

    Le Barzoï, ou Lévrier russe

    Ce lévrier originaire de Russie est d’un naturel très calme et doux. Son nom Barzoï veut simplement dire "Lévrier" en russe, car il est considéré comme le lévrier par excellence dans son pays. S’il se montre docile et équilibré au quotidien, il est capable de se transformer en un chien vif et excité, capable d’atteindre une vitesse de 80 km/h lorsqu’il poursuit ses proies. Il est toutefois connu pour son calme. Ce chien réfléchi est très observateur et regarde avec intérêt ce qui l’entoure. Son poil long, soyeux et ondulé lui confère une silhouette élégante et distinguée et l’identifie aisément parmi les autres races de lévriers.

    Le Tazi, ou Lévrier afghan

    Le Tazi, ou Lévrier afghan

    Le Lévrier afghan est un magnifique chien originaire d’Afghanistan, comme le Saluki. Son poil est également long ou frangé. En revanche, il se montre particulièrement indépendant, ce qui rend son éducation parfois complexe. La grande particularité de ce chien musculeux est qu’il a la possibilité d’orienter ses pattes de manière asymétrique et individualisée grâce à ses rotules, ce qui lui permet de courir sans difficulté sur les terrains rocheux, escarpés, crevassés et difficilement accessibles. S’il participe désormais aux concours de beauté, le Lévrier afghan est avant tout un chasseur hors pair doté d’une vue extraordinaire et perçante.

    Le Whippet

    Le Whippet

    Ce petit lévrier au poil court est très musclé. Sa silhouette solide est harmonieuse grâce à ses lignes gracieuses. Bâti pour la vitesse, il est capable d’atteindre une allure de pointe de 56 km/h. Élégant et affectueux, c’est un excellent chien pour un foyer qui saura en prendre soin et notamment contrôler son poids. Le Whippet est réputé dans son pays depuis qu’il a été reconnu par le Kennel Club anglais au début de XXe siècle. Il descendrait du Greyhound, qui aurait été croisé avec un Fox-Terrier ou un Petit lévrier italien.

    Le Braque hongrois

    Le Braque hongrois

    Tous les Braques sont des chiens rapides et sportifs. Toutefois, le Braque hongrois est probablement capable d’atteindre des vitesses supérieures. Capable de poursuivre des proies grâce à sa rapidité dans le cadre de parties de chasse, ce magnifique chien à l’aspect noble et distingué s’avère également être un très bon compagnon au quotidien. Il est en effet sociable et facile à éduquer. Les origines du Braque hongrois restent floues. Il serait issu d’un croisement entre un Transylvanien à pattes courtes et un chien de chasse turc. Toutefois, il semble posséder du sang de Lévrier arabe.

    La Dobermann

    La Dobermann

    Le Dobermann impressionnant par sa réputation et sa carrure d’athlète apprécie l’activité physique et la vitesse. Affectueux et fidèle malgré son fort caractère, il apprécie les sorties sportives avec son maître. Sa grande loyauté lui vaut d’être souvent utilisé comme chien de garde ou comme chien policier. Ce chien originaire de Thuringe doit son nom au percepteur d’impôts Frédéric Louis Dobermann qui a créé la race au milieu du XIXe siècle avec le souhait d’obtenir un nouveau chien de défense.

    Le Dalmatien

    Le Dalmatien

    S’il est surtout connu pour sa robe élégante et mouchetée, le Dalmatien est un chien rapide originaire de Croatie, malgré des revendications anglaises. Sa musculature et sa grande vitesse en font un sportif qui apprécie de partager son activité avec son maître. Il est également affectueux, sensible, discret et un compagnon agréable à vivre, au tempérament vif. Il aura besoin d’un jardin pour se dépenser à loisir.

    Le Jack Russel

    Le Jack Russel

    Ne vous fiez pas aux apparences ! Malgré sa petite taille, le Jack Russel est un chien rapide et endurant. Son énergie débordante, son tempérament vif, son courage et sa détermination en font un animal taillé pour la course capable d’atteindre une grande vitesse sur de courtes distances. Il est originaire de Grande-Bretagne. Né au XIXe siècle grâce aux soins du révérend John Russell qui désirait un chien capable de courir comme le foxhound tout en étant capable de débusquer les proies sous terre, il est très intrépide et joueur.

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique