• Visite En Inde...Au Royaume Du Tigre

    Patrice Halley, Collaboration Spéciale La Presse 

    Quand on pense safari, c'est immédiatement l'Afrique et non pas l'Inde qui nous vient à l'esprit. Pourtant, un safari dans les paysages qui ont inspiré Rudyard Kipling restera une expérience mémorable, surtout si l'on se souvient que tout ce qui est indien (tigres inclus) n'est pas forcément poli, accueillant et... végétarien.

    Il est à peine 6h du matin et l'aube pourpre irise déjà l'horizon. L'atmosphère est mystérieuse, voilée par des rubans de brume et de fumées épicées provenant des villages environnants. Pourrons-nous enfin apercevoir le fameux tigre du Bengale ?

    Installés dans une Jeep confortable et spacieuse, au milieu des ficus géants du parc de Bandhavgarh, qui ressemblent à de gigantesques pieds d'éléphant, nous commençons l'attente.

    La forêt s'éveille timidement avec le cri lugubre d'un singe. Un cerf samba traverse la piste. Les animaux commencent à bouger avant que la chaleur du jour ne déploie son implacable emprise.

    Malgré son milliard d'habitants, l'Inde possède encore d'immenses territoires où la nature est reine.

    Visite En Inde...Au Royaume Du Tigre

     En Inde, le tigre n'est plus menacé d'extinction - Le Figaro

    Le réseau de parcs établi en 1972 par Indira Gandhi pour sauvegarder la faune est peuplé de sambas, d'éléphants sauvages, de panthères, de rhinocéros et des derniers lions d'Asie.

    Mais c'est indéniablement grâce à Jim Corbett, chasseur britannique devenu environnementaliste, que le tigre du Bengale existe encore de nos jours.

    En 1936, Corbett a participé à la création du premier territoire protégeant son habitat naturel et un safari en Inde ne serait pas une expérience mémorable si on n'en rencontrait pas un, face à face.

    Visite En Inde...Au Royaume Du Tigre

    ve tigre du Bengale est un félin, et la sous-espèce de tigre la plus connue. Également appelé tigre royal du Bengale, il est plus léger et moins costaud que le tigre de Sibérie.

    Wikipédia

    Pour satisfaire le désir de leurs clients de voir le fameux tigre, la plupart des guides choisissent de parcourir le plus de terrain possible.

    Dès l'ouverture de la barrière du parc, une horde bourdonnante de jeeps s'élance sur les pistes poussiéreuses. Hada, notre guide, préfère quant à lui la technique de l'affût à celle dite du «shoot and run».

    Depuis une heure, nous sommes postés près d'un point d'eau. Durant quelques jours, notre guide-naturaliste a observé ici une tigresse. Il tente maintenant de percer le langage de la forêt, le système d'alarme des animaux qui s'avertissent de la progression de la prédatrice.

    Pour observer l'animal dans son intimité, il faut être patient, c'est la seule façon de pouvoir observer le félin royal, qui peu à peu devient indifférent à la présence humaine et reprend son comportement naturel.

    Après une attente interminable ponctuée de quelques cris d'alarme provenant d'oiseaux inconnus ou de singes nerveux, Hada chuchote d'un ton triomphant...

    «Je savais qu'elle viendrait, c'est son terrain de chasse préféré!» Elle, c'est une magnifique tigresse qui navigue précautionneusement au travers des hautes herbes dorées.

    Visite En Inde...Au Royaume Du Tigre

    Cherchant à isoler sa proie, elle avance silencieusement le long de la berge. La tigresse, complètement consciente de notre présence, nous ignore.

    Ses rayures noires ondulent gracieusement sur sa robe orangée, le camouflage est parfait. Après une longue approche, elle se prépare à l'assaut.

    Pris dans un espace temporel qui ne nous appartient plus, attentifs au moindre mouvement, nous retenons notre souffle. L'animal reste figé dans les herbes. Finalement, le prédateur bouge, mais l'attaque ne viendra pas.

    La proie, un cerf samba, a senti la menace. Il se précipite dans l'eau du lac, mettant fin à la tentative du tigre qui, bien que bon nageur, n'est pas dans son élément. Beau joueur, il se retire dans les hautes herbes.

    Le soleil s'éloigne timidement derrière un rideau de poussière, c'est l'heure de rentrer au lodge.

    Dans Le Livre De La Jungle

    Le décor du parc national de Khana, lieu de notre séjour, est complaisant... pour le tigre.

    Les généreux bouquets de bambou et de sal, un arbre aussi robuste que le teck, offrent un refuge idéal au maître incontesté du parc qui y trouve la toile de fond idéale pour un camouflage presque inégalable.

    C'est d'ailleurs sur cette toile que Kipling a esquissé son fameux Livre de la jungle.

    Visite En Inde...Au Royaume Du Tigre

    Mais on ne trouve pas que de l'inspiration à Khana, il y a aussi de la poussière et de la sueur. C'est un endroit sauvage, un paradis pour tigres, et l'observation de l'insaisissable animal s'y mérite encore plus que partout ailleurs.

    Au détour d'un sentier, un troupeau de gaurs, le bison indien, nous montre sans façon qui est le maître de la route. Nonchalants, déambulant éparpillés sur la piste, ils nous forcent à prendre le fossé !

    La Jeep Tata ne fait pas le poids. Nous plongeons dans la forêt luxuriante, résignés et quelque peu inquiets. Soudain, un tigre bondit devant le véhicule !

    Tout juste le temps d'attraper l'appareil-photo pour prendre quelques clichés, mais le tout n'aura duré que quelques secondes.

    Après notre sortie de route involontaire, nous reprenons un chemin de terre. Les pistes s'enfoncent partout dans la forêt, chacune ayant sa propre identité et son lot de découvertes imprévues...

     Une cigogne géante, un loup roux, des chevreuils des marais ou une meute de chiens sauvages en patrouille.

    Khana maintient sa réputation, les animaux y abondent et, au milieu de prairies aux herbes flamboyantes, nous observerons 11 tigres dans la même journée !

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...

    Ne Ressemblent...En Rien À Ce Que Vous Avez Déjà Vu...

    Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...  Ne Ressemblent...En Rien

    Tanto Yensen est un photographe indonésien qui réalise d’éblouissantes photographies de grenouilles. Ce passionné des animaux basé à Jakarta a un talent sûr pour approcher et créer une forme d’intimité avec ces amphibiens, afin de nous laisser entrevoir leur monde étonnamment intéressant.

    Le travail de Tanto Yennen, qui utilise un Canon Eos60D avec un objectif Canon EF100mm f/2,8L, a été vu plus de 500 000 fois sur un site internet spécialisé dans la photographie, 500px, et il est facile de comprendre pourquoi en jetant un œil à son portfolio.

    Qu’il s’agisse de prendre des photographies de tortues sous l’eau, logées dans les branches, perchées sur le dos de tortues et de crocodiles, voire lorsqu’elles utilisent des escargots pour se déguiser en princesse Leia (sérieusement !)...

    Il nous montre ses sujets sous un tout autre angle, nous obligeant à regarder les grenouilles sous un nouveau jour. N’oubliez pas de voter pour votre favori !

    Plus D’informations 

    Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...  Ne Ressemblent...En Rien

    Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...  Ne Ressemblent...En Rien

     

    Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...  Ne Ressemblent...En Rien

    Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...  Ne Ressemblent...En Rien

    Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...  Ne Ressemblent...En Rien

    Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...  Ne Ressemblent...En Rien

    Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...  Ne Ressemblent...En Rien

    Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...  Ne Ressemblent...En Rien

    Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...  Ne Ressemblent...En Rien

    Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...  Ne Ressemblent...En Rien

    Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...  Ne Ressemblent...En Rien

    Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...  Ne Ressemblent...En Rien

    Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...  Ne Ressemblent...En Rien

    Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...  Ne Ressemblent...En Rien

    Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...  Ne Ressemblent...En Rien

    Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...  Ne Ressemblent...En Rien

    Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...  Ne Ressemblent...En Rien

    Ce Photographe Réalise Des clichés De Grenouilles Qui...  Ne Ressemblent...En Rien

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  DES CHATS PAR SAMUEL CYR -

    Choses Que J’aime Des Chats...

    Par Samuel Cyr...

    *************

    Je suis obsédé par les chats. Tu le sais. J’aime les chats de base.

    Les chats simples. Les chats tigrés. J’aime moins les chats fancy.

    Genre ceux trop minces avec le poil trop court pis la queue trop longue.

    Genre les chats que Cléopatre devait avoir dans sa pyramide. J’les aime pas vraiment ceux-là.

    J’aime mieux les chats qui sont casual.

    J’aime observer les chats. J’aime quand les chats miaulent. J’aime quand les chats ronronnent. J’aime quand les chats dorment.

    01) J’aime quand les chats ouvrent leurs yeux après avoir dormi.

    02) J’aime quand les chats bâillent. Mais il faut qu’ils aient bonne haleine.

    03) J’aime quand les chats mangent pis qu’on entend juste le bruit des croquettes qui bougent dans le bol.

    04) J’aime quand les chats font leurs griffes sur un morceau de bois.

    05) J’aime quand les chats sursautent.

    06) J’aime quand je touche un chat pis que ça le surprend pis qu’il fait un bruit spécial de surprise.

    07) J’adore quand les chats ont peur de quelque chose et réagissent en faisant des mouvements avec leurs corps qui sont 100% inexplicables.

    08) J’aime quand les chats couinent de désir en voyant un oiseau par la fenêtre. Ils sont ben ben concentrés dans c’temps-là. (Voir #06.)

    09) J’aime quand j’entends des chats se battre dans la ruelle pis que ça fait le même son qu’un sound effect dans un film.

    10) Je sais pas si j’aime ça quand les chats crachent. Je suis indécis.

    11) J’aime quand les chats sont dans leurs cages avec leurs maîtres pis qu’ils disent rien.

    12) J’aime quand les chats sont terrorisés en voiture pis que leurs oreilles sont basses.

    13) J’aime quand les chattes roucoulent.

    14) J’aime quand les chats sont couchés dans des couvertures et/ou des choses douces.

    15) J’aime quand les chats ont l’air de juger les gens.

    16) J’aime pas ça tant que ça quand les chats se lavent. Le bruit m’écoeure un peu.

    17) J’aime quand les chats marchent lentement de façon féline comme des guépards.

    18) J’aime quand les chats marchent lentement mais juste normalement aussi. Genre décontracté/whatever/je marche.

    19) J’aime quand les chats courent d’un bon pas.

    20) J’aime quand les chats courent vraiment fucking vite dans la maison. Genre quand ils sont vraiment excités ou effrayés. Quand ils dérapent sur le plancher dans les croches.

    21) J’aime le son des griffes d’un chat qui spinne sur du plancher flottant.

    22) J’aime quand les chats ont tellement couru qu’ils sont essoufflés pis qu’ils sortent la langue. Ça, c’est spécial. C’est rare.

    23) J’aime quand les chats montent les escaliers.

    24) J’aime quand les chats sautent sur des meubles vraiment hauts sans faire de bruit. C’est impressionnant.

    25) À la limite, j’aime ça quand les chats crissent des choses à terre. Préférablement pas mes choses. Pas chez nous.

    26) J’aime bien Lil Bub. Même si au début j’étais pas sûr parce qu’elle fait des bruits vraiment fucked up.

    27) J’aime quand les chats battent fort de la queue parce qu’ils sont fâchés. Ça m’donne le goût d’les écoeurer.

    28) J’aime quand les chats sont tellement overwhelmés par nos caresses qu’ils se sauvent. Pis là ils s’arrêtent un peu plus loin pis y te regardent en voulant dire « Estie là… ».

    29) J’aime provoquer les chats.

    30) J’aime quand les chats veulent me griffer. Ça me fait rire.

    31) J’aime quand les chats se couchent sur mon dos. Ça fait un poids. C’est bien apaisant.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Des Grenouilles Se Retiennent D'uriner Pour Survivre À L'hiver

    Des Grenouilles Se Retiennent D'uriner Pour Survivre À L'hiver

    Recycler l'urée - le principal déchet de l'urine - en azote utile permet à la grenouille d'hiberner, même si elle est entièrement congelée.

    Associated Press
    Washington

    Vous avez envie de pipi et pas moyen de trouver une toilette publique?

    Arrêtez de vous plaindre: la grenouille des bois passe huit mois sans uriner pour survivre à l'hiver.

    Des chercheurs viennent maintenant de percer son secret.

    Recycler l'urée - le principal déchet de l'urine - en azote utile permet à la grenouille d'hiberner, même si elle est entièrement congelée.

    L'azote ne la garde pas au chaud, mais elle protège les cellules et les tissus des dommages du gel à un moment où son coeur et son cerveau cessent de fonctionner et son sang de circuler.

     

    Des microbes spéciaux dans l'intestin des grenouilles leur permettent de recycler l'urée, peut-on lire dans une étude publiée par le journal scientifique Proceedings of the Royal Society B.

    Certains décrivent l'urine des grenouilles comme un type d'antigel, mais le coauteur de l'étude, le zoologue Jon Costanzo, rappelle que «leurs yeux sont blancs.

    Leur peau est congelée. Elles ressemblent à des petites roches. Elles sont gelées».

    Si ces grenouilles étaient humaines, on dirait qu'elles sont mortes, a-t-il ajouté. Mais quand le temps se réchauffe, elles reprennent vie.

    La grenouille de bois se retrouve partout en Amérique et même dans le cercle arctique. En Alaska, la température de certaines grenouilles chute à - 18 degrés Celsius.

    D'autres animaux cessent d'uriner pendant leur hibernation, mais contrairement aux grenouilles, des mammifères comme les ours ne sont pas complètement gelés. M. Costanzo et ses collègues ont étudié la flore intestinale des grenouilles.

    Ils ont trouvé en abondance chez les grenouilles congelées un type de bactéries qui adore le froid...mais qui est indétectable chez des grenouilles actives.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L'océan est la dernière région inexplorée de notre planète. Pourtant, la Terre est recouverte d'eau à plus de 80%.

    Depuis quelques décennies, nous commençons à comprendre que les fonds marins, loin d'être inertes, sont la région la plus dynamique du globe. 65 à 80 % de l'activité volcanique se produit au fond des océans.
    Grâce au progrès, nous pouvons observer les fonds jusqu'à 6 500 m de profondeur.

    Ces explorations permettent régulièrement de découvrir une multitude d'espèces qui ont su s'adapter à cet environnement inhospitalier.Schéma des couches océaniques

    Couche Euphotique...Le Phytoplancton

    En remontant la chaîne alimentaire dans les océans, on constate que c'est une plante qui est à l'origine de tout: le Phytoplancton

    Les eaux tempérées grouillent de plantes minuscules qui font partie du plancton.
    Le plancton est en quelque sorte un garde-manger dont l'élément le plus important est le phytoplancton.

    Ce végétal marin est invisible à l'oeil nu. Il vit près de la surface car il a besoin de la lumière pour pouvoir réaliser sa photosynthèse.

    Phytoplancton

    Le phytoplancton (du grec phyton ou « plante ») est le plancton végétal, c’est-à-dire l’ensemble des organismes végétaux vivant en suspension dans l’eau.

    Plus précisément il s'agit de l'ensemble des espèces de plancton autotrophes vis-a-vis du carbone (y compris des bactéries telles que les cyanobactéries, anciennement "algues bleu-vert").

    Source : Phronima...

    Seules les plantes peuvent réaliser cette photosynthèse sans laquelle les animaux ne pourraient survivre que ce soit sur terre ou dans la mer.

    La capacité du phytoplancton à se reproduire rapidement lui permet d'avoir une importante production de matière organique. Il en produit des milliards de tonnes par an.

    Les matières organiques sont transmises par le biais de la nourriture, de la plante à l'animal qui en absorbe, puis de l'animal à son prédateur.

    Le phytoplancton est donc essentiel tout au long de la chaîne alimentaire. Sans lui, aucune vie ne serait possible dans les océans.

    Le phytoplancton vit à moins de 200 m de profondeur dans une zone qui ne représente que 5% des océans.

    Pourtant, cet espace suffit à nourrir toute la faune marine.
    Les 95% restant ne sont qu'obscurité et sont impropres à la survie du phytoplancton.

    C'est pourquoi, on a cru pendant longtemps qu'aucune vie ne pouvait se développer dans les fonds marins.

    La couche Oligophotique...Zone Crépusculaire

    Dans cette zone qui descend à 1 000 m de profondeur, la lumière perce faiblement.


    Bien que la vie y soit moins importante, des créatures sorties tout droit de films de science-fiction y évoluent.


    Le crustacé Phronima est si terrifiant qu'il a servi de modèle pour le monstre d'Alien.

    À environ 500 m de profondeur, on peut rencontrer ce crustacé qui vit en parasite. Il conçoit sa progéniture à l'interieur d'un autre animal, membre de la famille des méduses.

    On peut également découvrir le poisson ruban, le dragon des abysses et le poisson lanterne qui doit son nom aux photophores qui recouvrent son corps.

    A cette profondeur, de nombreuses espèces ont opté pour la transparence. Par exemple, le calmar Vitronella est quasiment invisible.

    Ces animaux des profondeurs ont des yeux très sensibles qui peuvent capter en un éclair une forme se déplaçant dans une quasi obscurité.

    Le Siphonophore

    Un des animaux les plus étranges est sans conteste le Siphonophore qui peut atteindre 40 m de long.

    Cet animal est composé de toute une colonie d'individus attachés l'un à l'autre. Il semble que chaque individu a un rôle précis au sein de la colonie: reproduction, chasse ...

    Les scientifiques pensent qu'il s'agit d'un super organisme unique. Ses centaines de tentacules sont recouvertes de cellules venimeuses.

    Les siphonophores sont connus depuis longtemps. Ce sont des colonies planctoniques spécialisées dans la pêche au filet.

    Ils possèdent des tentacules flottants équipés de cellules urticantes. La physalie qui ressemble à une méduse possède un venin presque aussi puissant que celui du cobra.

    Cependant les siphonophores observés dans les grands fonds marins sont beaucoup plus grands que ceux connus jusqu'à présent qui ne dépassent pas 30 cm de long.

    La plupart des espèces de la zone crépusculaire possèdent des yeux démesurés. La vue est essentielle dans cet univers de pénombre.

    On trouve par exemple Winteria, un poisson, aux gros yeux globuleux.

    À partir de 700 m, les formes de vie se font plus rares. Le niveau d'oxygène baisse énormément.

    Ces conditions extrêmes ne semblent pas perturber le calmar vampire des profondeurs (Vampyroteuthis infernalis) aux yeux bleus à l'éclat de saphir.

    Le plus impressionnant chez beaucoup d'espèces des grands fonds est leurs dents extrêmement aiguisées. Les Stomiiformes, appelés communément poissons-dragons, ont une grande bouche équipée de dents assez impressionnantes.

    Les poissons du genre Chauliodus en sont un bon exemple. (Ex: Grandcroc ou Chauliodus macouni)

    A partir de 700 m, le taux d'oxygène est presque inexistant. Pourtant, à 1000 m, des murènes survivent. En principe ce poisson vit dans les mers tempérées et chaudes.

    Mais certaines espèces ont opté pour les grands fonds.

    La murène est très vorace et sa morsure est dangereuse.

    Mais, il ne faut pas croire, que tous ces animaux restent confinés dans les grands fonds. Ils migrent régulièrement vers la surface en quête de nourriture.

    Par exemple, le poisson- lanterne remonte chaque soir de 1 700 m à 100 m de profondeur. Ce voyage lui prend 3 h.

    Le poisson- lanterne peut moduler sa lumière et la faire clignoter. La nuit, on peut observer ce phénomène de lumière clignotante quand ces poissons sont rassemblés à la surface.

    C'est surement une des explications aux lumières étranges aperçues par les marins.

    On compte plus de 250 espèces de poissons-lanternes. Ces poissons des grands fonds font partie de l'ordre des Myctophiformes et de la famille des Myctophidae. (Exemple: Lanternule métallique ou Myctophum affine)

    La Couche Aphotique...Zone Sombre

    Au delà de 1 000 m, la lumière ne perce plus du tout les ténèbres. La température ne dépasse pas 2 °C. Aucun animal, vivant à de telles profondeurs n'a survécu à sa capture, une fois ramené à la surface.

    C'est à partir de 4 000 m que l'on entre vraiment dans le désert abyssal. Si la vie s'y fait rare, les espèces sont souvent plus grandes à cette profondeur que dans la zone crépusculaire.

    Certains poissons comme les grenadiers peuvent dépasser le mètre. Des caméras immergées les ont surpris en train de se repaître d'un cadavre de baleine.

    On connaît 4 espèces de grenadiers du genre Macrourus. (Exemple: Macrourus berglax)

    De même, certains poissons des profondeurs comme les cérates peuvent atteindre 1 m de long et peser 9 Kg.

    Sur les grands fonds, de nombreux invertébrés carnivores se nourrissent de toutes sortes de dépouilles. En effet, poissons, phoques ou baleines finissent par toucher le fond.

    En Tête, Les Amphipodes, Les Crevettes & Les Grenadiers

    Cependant, le seigneur des éboueurs est incontestablement le concombre de mer. Ces gros boudins charnus représentent 95% de la faune.

    Les concombres de mer ou holothuries font partie de la famille des Echinodermes. Certaines espèces très allongées peuvent atteindre 2 m de long.

    Les tentacules qui entourent l'orifice buccal ont pour fonction de saisir les particules organiques pour les absorber. Il existe environ 1 200 espèces d'holothuries.

    Elles fréquentent aussi bien les littoraux que les abysses. Les concombres de mer possèdent de microscopiques traces de squelettes calcaires.

    La rareté de la nourriture est d'ailleurs sans doute la raison pour laquelle de nombreuses créatures des abysses ont des bouches disproportionnées et de solides dents. Ils doivent pouvoir avaler tout ce qui passe à leur portée.

    Les poissons des grands fonds nagent dans l'obscurité tous feux allumés. Ces animaux créent leur propre lumière: la bioluminescence. Les poissons-dragons en sont un bon exemple. Généralement, ils portent des organes lumineux (photophores).

    Jusqu'à 2 500 m de profondeur, on peut également croiser des requins, notamment le requin du Groenland (Somniosus microcephalus) qui peut mesurer jusqu'à 7 m de long ou les requins à ailettes.

    Oasis Des Abysses

    Au milieu de ces grandes étendues désolées, on trouve des oasis grouillantes de vie. C'est dans les zones les plus hostiles, autour des zones hydrothermales situées le long des dorsales océaniques, que prospèrent ces espèces.

    Les vers tubicoles utilisent leurs branchies pour absorber les éléments nécessaires à leur alimentation. Ils prospèrent près des sources d'eau chaude.

    Ces sources hydrothermales de couleur noir, appelées fumeurs noirs, contiennent surtout du fer et du cuivre. Leur température peut atteindre 300°C car le magma remonte juste en dessous.

    La vie foisonne près de ces sources: des centaines de crabes rampent, des poissons étranges évoluent au milieu des vers tubicoles; moules et palourdes sont incrustées dans la roche.

    Le Crabe Vampire Aux Pinces Mauves...

    Est Originaire De Java...© Chris Lukhaup...

    La découverte de ces oasis a été faite il y a déjà 25 ans. Elle a bouleversé nos connaissances et les acquis de la communauté scientifique.

    On avait toujours cru que sans soleil, la photosynthèse ne pouvait s'effectuer. De ce fait, aucune vie n'était possible. Pourtant une vie animale et végétale se développe indépendamment de l'énergie solaire.
    Cette découverte pourrait bien remettre en cause dans les années à venir nos croyances sur l'origine et le développement de la vie.

    V.Battaglia (10.2004)

    Poissons des abysses . Prédateurs des abysses

    Lien Internet

    Si vous êtes curieux d'en savoir plus sur les fonds marins, le site de la planète bleue devrait vous ravir.

     

    Sources De Ce Dossier & Crédit Photographique

    Voyage au coeur des abysses.Sélection du Reader's Digest 1996. La Planète Bleue Editions Larousse 2002. Planète Océan DVD 2004. Science & Vie N° 1037 2004. Les Géants de la Mer. Editions Atlas 2001.

    Les photos des diaporamas sont des captures d'écran des documentaires Planète Océan et La Planète bleue

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Animaux - Petits Malaises, Petites Blessures...

    Animaux - Petits Malaises, Petites Blessures...

    Photo Masterfile

    Animaux: petits malaises, petites blessures

    Sites de rencontres... pour chiens

    Marie-France Léger
    La PresseNos animaux de compagnie éprouvent comme nous de petits malaises passagers et s'infligent parfois des blessures superficielles. Il n'est pas toujours nécessaire de se rendre en urgence chez le vétérinaire, si l'état général de notre petit compagnon est bon, qu'il n'est ni amorphe ni sans appétit.

    Ce Qu'il Faut Faire...

    Voici les conseils de Mélissa Bravo, vétérinaire au

    Centre vétérinaire Rive-Sud.

    Coupures Ou Écorchures Superficielles

    On désinfecte avec la solution antiseptique Baxedin à l'aide d'un coton ou d'un tampon démaquillant.

    La blessure peut être aussi nettoyée à l'eau, avec une douche téléphone, pour retirer débris ou petites pierres.

    Il est préférable d'empêcher l'animal de se lécher ou de se gratter pour éviter l'infection avec un collier élisabéthain. Si la plaie enfle, devient rouge ou suppure, consultez le vétérinaire.

    Diarrhée Légère

    Si votre animal souffre d'une légère diarrhée, il faut lui donner une diète facile à digérer, comme du riz accompagné de poulet bouilli. Ou encore de l'eau de riz. Si l'état persiste après 24 heures, consultez un vétérinaire.

    Griffe Coupée Trop Court

    Vous coupez la griffe de minou trop court et elle se met à saigner. Un truc ? Plonger la patte blessée dans de la fécule de maïs. Cela aura un effet coagulant.

    Tiques

    Si vous remarquez une ou deux tiques sur votre animal, procurez-vous un crochet à tiques pour en disposer.

    En général, une tique sera suffisamment visible si sa tête est gorgée de sang.

    Après cinq ou six semaines, faites passer un test de la maladie de Lyme. En cas d'infestation, consultez bien sûr un vétérinaire.

    Fièvre

    Si votre petit compagnon semble faire de la fièvre, prenez sa température au moyen d'un thermomètre rectal.

    Les chats et les chiens ont une température corporelle adéquate lorsque située entre 37,5 °C et 39,5 °C.

    Si la température est plus élevée, sans raison, il est conseillé d'aller chez le vétérinaire.

    Et ce n'est pas parce que le nez de l'animal est chaud qu'il fait forcément de la fièvre !

    Indigestion

    Si pitou ou minou vomit une fois, il est recommandé de le faire jeûner une douzaine d'heures, sans manger ni boire.

    S'il s'agit d'une indigestion légère, tout devrait rentrer dans l'ordre. Sinon, consultez un vétérinaire.

    Ce Qu'il Ne Faut Pas Faire...

    Voici les conseils de Marie-Josée Tétreault, vétérinaire à la Clinique vétérinaire du Quartier DIX30 et à la Clinique vétérinaire Griffintown, rue Notre-Dame.

    Donner Des Anti-Inflammatoires

    Certains maîtres, croyant bien faire, donnent parfois des anti-inflammatoires à leur animal.

    Or, il est tout à fait déconseillé de leur en offrir, car ils peuvent s'avérer toxiques, surtout pour les chats.

    Attendre En Cas De Démangeaison

    Les animaux peuvent avoir des démangeaisons, se gratter et éprouver des inconforts, notamment lorsqu'ils secouent la tête.

    Ce sont probablement des signes avant-coureurs d'allergies ou d'otites qu'il ne faut pas négliger.

    Soigner Soi-Même Les Morsures

    Une égratignure superficielle, causée par une branche, par exemple, c'est une chose.

    Ça peut se régler vite, pour peu qu'on lave et qu'on soigne le bobo.

    Mais dans les cas de morsures, ou si l'animal s'arrache du poil, il faut consulter.

    À noter : on peut appeler en tout temps dans des centres vétérinaires ouverts 24 heures et parler à des techniciens pour obtenir des conseils santé.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Une des araignées les plus rapides du monde

     

    Araignée de flattie

    Quand cette araignée passe à l’attaque, elle tourne si vite qu’elle peut faire trois fois le tour d’elle même le temps d’un battement de cil. 

    L’orsque cette araignée détecte que sa proie s’approche de n’importe quelle direction, elle peut tourner plus rapidement qu’un coup d’œil, ne prenant qu’un huitième de seconde pour tourner.

    Des chercheurs de l’Université de Californie, Merced et de l’Académie des sciences de Californie, ont découvert que les araignées flatties – appartenant à la famille des araignées Selenopidae – effectuaient le tour le plus rapide, à la base des pattes, de tout animal terrestre de la planète. Leurs résultats ont été publiés cette semaine dans le  Journal of Experimental Biology .

    Selon un communiqué de presse de la California Academy of Sciences sur la recherche, les araignées de flattie se tournent pour frapper leur proie à une vitesse pouvant atteindre 3 000 degrés par seconde. En se déplaçant à toute vitesse, ils peuvent même effectuer trois rotations complètes en un temps suffisant pour cligner des yeux. Ils se classent parmi les animaux qui tournent le plus rapidement, avec les colibris et les mouches des fruits.

    « Environ la moitié des espèces d’araignées n’utilisent pas de toile pour attraper leurs proies » , explique Sarah Crews , experte de la famille des Selenopidae et chercheuse postdoctorale à l’Académie, dans le communiqué de presse. « Certains poussent et bondissent, tandis que d’autres sont des embuscades assis-et-attendent, comme des araignées flatties. »

    Crews, auteur de la nouvelle étude, a effectué des recherches sur le terrain pour localiser les araignées, qui s’attardent sur les arbres et les surfaces rocheuses, pour les ramener au laboratoire. Les araignées sont nocturnes, donc tout le processus de collecte devait être fait dans le noir. On les trouve en Amérique du Nord et du Sud, ainsi qu’en Afrique, en Asie et en Australie.

    Parce que leurs talents rapides ne sont pas visibles à l’oeil nu, Crews et son auteur principal, Yu Zeng, de UC Merced, ont placé deux caméras vidéo synchronisées à haute vitesse au-dessus et à côté des araignées pour capturer l’action. Ensuite, à chaque essai, ils ont sorti un cricket et l’ont laissé marcher vers l’araignée. Ils ont ralenti la vidéo environ 40 fois par rapport à l’original pour examiner les mécanismes derrière la grève des araignées.

    Cela a révélé comment ils peuvent utiliser leurs longues pattes pour attraper leurs proies. La jambe la plus proche de la proie sert d’ancre dans le sol, ce qui permet à l’araignée de tirer son corps vers sa proie. Les pattes opposées à la proie repoussent simultanément le sol pour aider. Cette combinaison réalise une force de torsion qui lance l’araignée dans sa rotation.

    Et bien que les araignées aient huit yeux, les chercheurs ne savent toujours pas si elles sont réellement utilisées pour voir. Les chercheurs pensent plutôt que les araignées de flattie peuvent sentir les proies s’approcher des changements de courant d’air.

    « Les araignées Flattie ont toujours une longueur d’avance dans cette course aux armements entre prédateur et proie », a déclaré Crews dans un communiqué de presse. « Si les proies sont positionnées plus loin, les araignées se déplacent plus rapidement de manière linéaire et à mesure que la vitesse de rotation augmente – il n’y a vraiment pas d’échappatoire. »

    Les chercheurs pensent que leur découverte a également des applications pratiques; ils espèrent que le tour de l’araignée pourra éclairer la technologie et l’innovation. « Nous documentons et modélisons leurs rotations rapides », explique Zeng dans son communiqué, « pour aider à tracer la voie à suivre pour rendre les robots et autres machines plus maniables ».

    Par exemple, la dernière découverte pourrait influer sur la manière dont les robots se déplacent dans les missions de recherche et de sauvetage,  explique Alper Bozkurt , professeur associé en génie électrique et informatique à la North Carolina State University, à Smithsonian.com. 

    «La découverte de nouvelles caractéristiques chez les insectes nous enthousiasme toujours, nous ingénieurs, alors que nous essayons sans cesse d’apprendre de ces minuscules machines vivantes lors de la conception de nos machines robotiques synthétiques», explique-t-il. «La coordination des araignées pour mettre en œuvre la manœuvre rapide observée est fascinante et décoiffante. Elle résulte de l’interaction entre les organes sensoriels, les circuits neuronaux et les actionneurs biomécaniques. Le fait de pouvoir reproduire une telle manœuvre sur des robots donnerait de nouvelles capacités aux machines utilisées dans les missions de recherche et de sauvetage, de transport et spatiales. ”

    Comme le rapporte Elaina Zachos pour le  National Geographic , il existe déjà un robot bio-inspiré doté d’une coque imprimée en 3D et de huit pattes en forme d’araignée. Il a des moteurs individuels pour aider la machine à se déplacer. Ces dernières recherches pourraient éventuellement aider des robots semblables à des araignées similaires à tourner avec une vitesse incroyable.

    (Source : Smithsonian)

    Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  Une coccinelle sous le givre, Tewin, Angleterre

     Une coccinelle sous le givre, Tewin, Angleterre

    Nous avons aujourd’hui le privilège d’observer la seule coccinelle en train de faire une sieste sous la neige. Habituellement, nos amies à points noirs entrent en hibernation au cours de l’hiver. Au cœur du parc régional de Redwood, près de San Francisco, cette période de l’année est appelée la « saison des coccinelles » : les randonneurs peuvent y voir d’importants groupes de coccinelles entassées les unes sur les autres dans le but de se tenir chaud. Au printemps, elles se réveilleront pour recommencer à se régaler de pucerons, qui tuent nos cultures. Une bonne raison de les laisser tranquille si vous en croiser une dans votre jardin : elles vous permettront d’avoir un beau jardin en bonne santé !

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Une limace de mer dans la Mer de Bali

    ***********

    En anglais, cette petite créature marine s’appelle « sea sheep », qui se traduit par « mouton de mer ». Vous comprendrez peut-être la raison de ce nom en l’observant. Comme les moutons de pâturage, ils paissent des algues. Mais ces limaces de mer de digèrent pas les chloroplastes des algues qu’elles mangent, elles absorbent les cellules productrices d’énergie. Leurs nageoires en forme de feuille sont remplies de chloroplastes en activités : la limace de mer est donc l’un des seuls organismes de la planète à faire de la photosynthèse, produisant ainsi sa propre énergie en utilisant la lumière du soleil et de l’eau.

    ***********

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique