• PETITES MISÈRES DE JUILLET.............Jules Laforgue (1860-1887)

    PETITES MISÈRES DE JUILLET

    PETITES MISÈRES DE JUILLET.............

                            (Le Serpent de l’Amour
                            Monte, vers Dieu, des linges.
                            Allons, rouges méninges,
                                    Faire un tour.)
     
    Écoutez, mes enfants ! — « Ah ! mourir, mais me tordre
    Dans l’orbe d’un exécutant de premier ordre ! »
    Rêve la Terre, sous la vessie de saindoux
    De la Lune laissant fuir un air par trop doux,
    Vers les Zéniths de brasiers de la Voie Lactée
    (Autrement beaux ce soir que des Lois constatées)....
    Juillet a dégainé ! Touristes des beaux yeux,
    Quels jubés de bonheur échafaudent ces cieux,
    Semis de pollens d’étoiles, manne divine
    Qu’éparpille le Bon Pasteur à ses gallines !....
    Et puis, le vent s’est tant surmené l’autre nuit !
    Et demain est si loin ! et ça souffre aujourd’hui !
    Ah ! pourrir !... — Vois, la Lune-même (cette amie)
    Salive et larmoie en purulente ophtalmie.....
     
    Et voici que des bleus sous-bois ont miaulés
    Les mille nymphes ! et (qu’est-ce que vous voulez)
    Aussitôt mille touristes des yeux las rôdent,
    Tremblants, mais le cœur harnaché d’âpres méthodes !
    Et l’on va. Et les uns connaissent des sentiers
    Qu’embaument de trois mois les fleurs d’abricotiers ;
    Et les autres, des parcs où la petite flûte
    De l’oiseau bleu promet de si frêles rechutes
    (Oh ! ces lunaires oiseaux bleus dont la chanson
    Lunaire, après dégel, vous donne le frisson !)
    Et d’autres, les terrasses pâles où le triste
    Cor des paons réveillés fait que Plus Rien n’existe !
    Et d’autres, les joncs des mares où le sanglot
    Des rainettes vous tire maint sens mal éclos ;
    Et d’autres, les prés brûlés où l’on rampe ; et d’autres,
    La Boue où, semble-t-il, Tout ! avec nous se vautre !....
     
    Les capitales échauffantes, même au frais
    Des Grands Hôtels tendus de pâles cuirs gaufrés,
    Faussent. — Ah ! mais ailleurs, aux grandes routes,
    Au coin d’un bois mal famé, rien n’est aux écoutes....
    Et celles dont le cœur gante six et demi,
    Et celles dont l’âme est gris-perle, en bons amis,
    Et d’un port panaché d’édénique opulence,
    Vous brûlent leurs vaisseaux mondains vers des Enfances !.....
     
    « Oh ! t’enchanter un peu la muqueuse du cœur ! »
    « Ah ! Vas-y, je n’ai plus rien à perdre à cett’ heur’,
    La Terre est en plein air et ma vie est gâchée,
    Ne songe qu’à la Nuit, je ne suis point fâchée. »
    Et la vie et la Nuit font patte de velours....
    Se dépècent d’abord de grands quartiers d’amour....
    Et lors, les chars de foin, pleins de bluets, dévalent
    Par les vallons des moissons équinoxiales.....
    Ô lointains balafrés de bleuâtres éclairs
    De chaleur ! puis ils regrimperont, tous leurs nerfs
    Tressés, vers l’hostie de la Lune syrupeuse....
    — Hélas ! tout ça, c’est des histoires de muqueuses.....
    — Détraqué, dites-vous ? Ah ! par rapport à Quoi ?
    — D’accord ; mais le Spleen vient, qui dit que l’on déchoit
    Hors des fidélités noblement circonscrites.
    — Mais le Divin chez nous confond si bien les rites !
    — Soit ; mais le Spleen dit vrai : ô surplis des Pudeurs,
    C’est bien dans vos plis blancs tels quels qu’est le Bonheur !
    — Mais, au nom de Tout ! on ne peut pas ! La Nature
    Nous rue à dénouer dès Janvier leur ceinture !
    — Bon ! si le Spleen t’en dit, saccage universel !
    Nos êtres vont par sexe, et sont trop usuels,
    Saccagez ! — Ah ! saignons, tandis qu’elles déballent
    Leurs serres de Beauté pétale par pétale !
    Les vignes de nos nerfs bourdonnent d’alcools noirs,
    Ô Sœurs, ensanglantons la Terre, ce pressoir
    Sans Planteur de Justice ! — Ah ? tu m’aimes, je t’aime !
    Que la Mort ne nous ait qu’ivres-morts de nous-mêmes !
     
                            (Le Serpent de l’Amour
                            Cuve Dieu dans les linges ;
                            Ah ! du moins nos méninges
                                    Sont à court.)

    « LES TÊTES DE MORTS..(Sonnet)..........Jules Laforgue (1860-1887)AFFLICTION.........Marceline Desbordes-Valmore (1786-1859).. »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :