• Les petits secrets de la Sainte-Chapelle

    Les petits secrets de la Sainte-Chapelle

    Dans la catégorie des édifices les plus impressionnants de la capitale, la Sainte-Chapelle occupe une place plus que prépondérante. Moins connu que la Cathédrale Notre-Dame, plus spectaculaire que la Conciergerie, ce reliquaire géant édifié au XIIIe siècle est clairement notre édifice préféré de l’île de la Cité. On découvre ses petits secrets !

    Un lieu de culte édifié en un temps record

    Sept petites années. C’est le temps qu’il aura fallu aux constructeurs de cette immense chapelle pour l’achever entièrement ! Un temps record quand on sait que sa voisine la cathédrale Notre-Dame, érigée à peu près à la même période, a mis presque deux siècles à sortir de terre. Un exploit d’autant plus impressionnant que l’édifice représente une véritable prouesse technique pour l’époque : aucun arc-boutant n’est là pour consolider les murs extérieurs et seul un ceinturage participe au maintien de l’édifice !

    Un lieu édifié par Saint-Louis pour abriter les Saintes Reliques

    Lorsque Saint-Louis décide de l’édification de cette majestueuse bâtisse, c’était avant tout pour abriter deux des plus précieuses reliques de la chrétienté : la Couronne d’Épines et un fragment de la Croix du Christ, acquis à grands frais à son cousin, l’empereur de Byzance. Déplacées à la Révolution, les Reliques de la Passion sont aujourd’hui conservées au trésor de la Cathédrale Notre-Dame et exposées au public le premier vendredi de chaque mois. Ironie de l’histoire, la Sainte Chapelle est aujourd’hui complètement désaffectée du culte catholique !

    La chapelle haute pour le roi, la chapelle basse pour les autres

    Aujourd’hui en arrivant dans la Sainte-Chapelle, on découvre en premier lieu la chapelle basse. Dotée d’un plafond composé de magnifiques moulures et de voûtes à ogives, cette jolie salle ne rivalise néanmoins pas avec sa grande soeur, la chapelle haute et ses 1113 vitraux représentant autant de scènes bibliques. Et pour cause, cette seconde salle a toujours été bien plus prestigieuse que la première : elle était destinée à accueillir les Saintes Reliques et réservée au roi et sa famille, quand la chapelle basse n’était là que pour le personnel du Palais de la Cité…

    C’est un miracle que la Sainte Chapelle soit encore debout aujourd’hui

    Au fil de ses 770 années d’existence, la Sainte Chapelle a subi plusieurs incendies, dont les plus importants ont eu lieu en 1630 et 1777, ainsi qu’une inondation. La révolution française ne l’a pas épargnée non plus. Tous les décors intérieurs ont été détruits ainsi que la flèche, dont les fleurs de lys incarnaient sans doute trop la royauté. De l’époque de Saint-Louis, il ne reste donc plus que l’édifice en tant que tel, rénové à plusieurs reprises, et une grande partie des sublimes vitraux de sa chapelle haute.

    Les petits secrets de la Sainte-Chapelle

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les plus beaux ponts de Paris

    Les plus beaux ponts de Paris

    Voici notre sélection des plus beaux ponts de Paris. Majestueux, historiques ou novateurs, on apprécie les vues imprenables qu’ils nous offrent sur la Seine. Fait d’arche, de pierre, d’acier ou encore avec des gravures… Présentation des ponts qui ne nous laisse pas indifférent.

    Le pont Mirabeau

    Les plus beaux ponts de Paris

    « Sous le pont Mirabeau coule la Seine et nos amours. » comme l’a rendu célèbre Apollinaire, ce magnifique ouvrage métallique à triple articulation date de la fin du XIXe siècle et nous offre un spectacle saisissant. Il a été édifié en l’honneur d’Honoré Gabriel Riquetti de Mirabeau, un révolutionnaire modéré élu lors des Etats Généraux.
    On affectionne particulièrement les quatre statues qui magnifient l’édifice. Elles ont toute leur particularité et représente l’Abondance, le Commerce, la Navigation et La ville de Paris. Cette célèbre structure relie les immeubles du front de Seine aux Invalides. Depuis ce pont, la vue est imprenable sur la tour Eiffel. Parfait pour une escapade en amoureux…

    Le pont Neuf

    Les plus beaux ponts de Paris

    Il s’agit là du plus vieux pont de Paris. Livré en 1607, son nom de « pont Neuf » est dû aux changements qui s’opère dans le paysage parisien à cette époque. Premier fait marquant : il possède des trottoirs ! Une chose impensable pour l’époque. Autre aspect novateur, la statue équestre d’Henry IV est la première réalisée en France et devient une véritable attraction. Avec ses 12 arches d’ouverture (7 pour le grand bras et 5 pour le petit) ornées de presque 400 « mascarons », il est le premier à traverser la Seine entièrement de la rive gauche à la rive droite. À côté de ses magnifiques candélabres noirs, la vue sur la Seine est saisissante. C’est un vrai plaisir de traverser ce morceau d’histoire comme les dizaines de millions de Parisiens qui l’ont fait avant nous.

    Le pont de la Tournelle

    Les plus beaux ponts de Paris

    Un pont qui s’inscrit pleinement dans son paysage. En effet, le pont de la Tournelle est dissymétrique, tout comme la Seine au même endroit. Terminé en 1928, il est l’un des derniers ponts d’architecture en pierre construit à Paris. Et que dire de l’imposante et magnifique statue de Sainte-Geneviève, sainte patronne de Paris ? Pour la petite histoire, il s’agit d’une œuvre de Landowski qui, quelques années plus tard, réalisera le Christ Rédempteur de Rio. Le pont est formé d’une grande arche et de deux petites. Ce pont nous fascine par son architecture qui relie l’Île Saint-Louis à la rive gauche.

    Le pont de l’Alma

    Les plus beaux ponts de Paris

    Le pont de l’Alma est le premier pont avec trois arches réalisé lors des grands travaux du baron Haussmann en 1894 et à la demande de Napoléon III. Son nom est mondialement connu depuis le tragique accident de la princesse Diana. Le pont relie la place de l’Alma et sa célèbre flamme de la statue de la Liberté sur sa rive droite et le musée du quai Branly et celui des égouts de Paris sur sa rive gauche. C’est ici que l’on retrouve le célèbre zouave, véritable altimètre pour les crues. Attention, quand le zouave à les pieds dans l’eau, il faut s’inquiéter ! La statue porte d’ailleurs encore les marques de l’énorme crue de 1910. Les trois autres statues présentes autrefois (le chasseur, le grenadier et l’artilleur) ont été réparties dans la France.

    Le pont de la Concorde

    Les plus beaux ponts de Paris

    Un vestige de la Bastille sans vraiment en être un… C’est le cas du pont de la Concorde dont la construction fut achevée avec des pierres provenant de la destruction de la  célèbre prison. Il est même baptisé « pont de la Révolution » entre 1792 et 1795. À l’initiative de Napoléon Bonaparte, ce pont était autrefois orné de huit statues érigées en l’honneur de huit généraux morts aux champs d’honneur. Puis, Louis XVIII les remplacera par 12 statues représentant quatre grands ministres, quatre militaires et quatre marins. Pour des raisons de surcharge en poids, les statues sont aujourd’hui exposées aux quatre coins de la France. Ce pont relie la chambre des Députés sur la rive droite à la place de la Concorde rive gauche.

    Le pont Alexandre III

    Les plus beaux ponts de Paris

    Plus qu’un pont, un monument historique. On ne présente plus le pont Alexandre III qui relie les Invalides aux Grand et Petit Palais. Construit pour représenter l’amitié Franco-Russe lors de l’Exposition Universelle de 1900, la première pierre fut posée par le Tsar Nicolas. Les magnifiques pylônes hauts de 17 mètres, ornés de Pégases dorés à leur sommet attirent l’oeil. Chaque cheval a sa signification. Un pour les arts, un autre pour les sciences, le troisième pour le commerce et le dernier représente l’industrie. Aux extrémités, nous pouvons aussi contempler quatre somptueux candélabres entourés de chérubins. Il est incontestablement l’un des plus beaux ponts du monde.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Abbaye de Port-Royal : histoire d’une controverse religieuse

    Au cœur de la Rive Gauche se trouve le quartier de Port-Royal. Une station de RER et plusieurs rues adjacentes portent le même nom. Mais pourquoi Port-Royal ? On trouve en effet une Abbaye Port-Royal dans le quartier, mais également une autre à l’extérieur de Paris. Y a t-il un lien entre les deux ? Petit retour sur l’histoire de l’abbaye de Port-Royal, qui a été au cœur d’une des plus grandes controverses religieuses de Paris.

    Un début à la campagne

    Un monastère féminin est fondé en 1204 dans les actuelles Yvelines. Tout s’y passe dans la plus grande tranquillité jusqu’en 1608. C’est à ce moment que la Mère Angélique Arnauld mène une grande réforme pour remettre sur pied la spiritualité au sein du groupe. Des rumeurs courent sur le mauvais esprit des pensionnaires qui ne seraient pas très pieuses… D’une main de fer, cette abbesse élue à seulement 11 ans redresse Port-Royal.

    Abbaye Port-Royal des Champs en 1674

    C’est elle qui décide en 1625 d’acheter un hôtel faubourg Saint-Jacques à l’intérieur de Paris pour échapper à une épidémie de paludisme. Une distinction s’installe au moment du déménagement intramuros de la plupart des religieuses. L’abbaye de Port-Royal se trouve au Nord-Est du XIVème arrondissement de Paris alors que l’abbaye de Port-Royal-des-Champs est à la campagne à l’extérieur de Paris.

    Port-Royal de Paris

    Le lieu où s’installent les religieuses est l’ancien Hôtel de Clagny. Construit au milieu du 16ème siècle par Pierre Lescot, architecte pour cinq rois de France, il a été donné par son neveu Léon à Angélique Arnauld en échange de 1 500 livres de rente. L’abbesse y fait construire plusieurs bâtiments dont une chapelle bénie en 1648. On fait également ériger un monastère, qui sépare l’espace public et celui réservé aux religieuses. La spiritualité de Port-Royal relève grandement du courant janséniste. Ce choix va l’ancrer dans une importante controverse qui le mènera à sa perte.

    La mère Angélique Arnauld, par Philippe de Champaigne

    Contre le Pape et le roi

    Fondé au 17e et 18e siècle, le Jansénisme est un courant théologique qui se base sur la doctrine de Saint Augustin. De nombreux conflits naissent entre les jansénistes et les autorités en place. Le trop grand pouvoir du Saint-Siège est, entre autres, remis en cause par le mouvement. D’ailleurs, en 1653, le pape les condamne pour plusieurs propositions de leur livre fondateur, L’Augustinus, qu’il juge hérétique. Le roi est également dans la ligne de mire de ce courant. À l’époque, les plus grands opposants à la Monarchie absolue sont des jansénistes.

    Chapelle de Port-Royal © Caty Reneaux / Paris ZigZag

    La fin du Jansénisme

    En 1664, l’archevêque de Paris fait circuler une ordonnance condamnant les propositions de l’Augustinus adoptées par les jansénistes. Cette dernière doit être signée par tous les religieux. Sur environ 90, seule une dizaine des sœurs de Port-Royal accepte de s’y soumettre. Les autres sont expulsées et certaines d’entre elles peuvent regagner Port-Royal-des-Champs. Mais cet épisode est le début de la fin pour Port-Royal et pour le jansénisme. En 1707, Louis XIV confisque les biens de Port-Royal-des-Champs et l’archevêque finit par confirmer la suppression du monastère. L’Abbaye de la maison mère est rasée en 1713. Quand à Port-Royal de Paris, les religieuses qui y résident ne sont plus jansénistes mais visitandines et y restent jusqu’à la Révolution Française.

    Port-Royal après la Révolution

    La fin du 18ème rime avec la fin de la vocation religieuse de Port-Royal. Après la Révolution française, l’Abbaye devient une prison, Port-Libre, puis l’Hospice de la Maternité en 1795. Deux siècles plus tard, en 1966, la Maternité Port-Royal s’y établie. Aujourd’hui, tout cet espace est intégré à l’hôpital Cochin.

    Le cloître de Port-Royal © LPLT

    Que reste-t-il de Port-Royal ?

    Malgré les fusions et les évolutions, plusieurs bâtiments ont été conservés de l’époque de l’Abbaye. En l’occurrence, le cloître, la chapelle, la salle capitulaire et le chœur des religieuses sont toujours visibles, mais uniquement au moment des offices. L’ensemble est classé monument historique, conservé dans la structure hospitalière à laquelle on peut accéder Boulevard de Port-Royal, comme son nom l’indique.

     

     

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • 1 - Le pont Valentré à Cahors - Lot (Midi-Pyrénées)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

    C'est le grand gagnant de notre classement !

    Ce pont du Lot est légendaire. Construit aux

    temps des guerres franco-anglaises, c'est l'un

     des exemples les plus complets de l'architecture

    défensive du Moyen Age. D'ailleurs, ses

    capacités de défense dissuadèrent les Anglais,

     et même Henri IV de l'attaquer. Il faut dire que

    ce symbole de la ville de Cahors a fière allure

     avec ses 6 grandes arches gothiques et ses 3

     tours carrés qui dominent de 40 mètres la

     rivière. À voir absolument !

    2 - Le viaduc de Millau - Aveyron (Midi-Pyrénées)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

     Le deuxième pont du classement est

     un ouvrage plus récent, mais au moins aussi

     impressionnant ! Le Viaduc de Millau dans

     l'Aveyron est une véritable prouesse

     architecturale et technologique, signée Norman

     Foster et Michel Virlogeux. Il a d'ailleurs été

     récompensé par plusieurs prix internationaux

     d'architecture. Du haut de ses 343 mètres, il

     semble flotter eu dessus du Tarn. Quand les

      nuages recouvrent la vallée (comme ci-dessus),

      le spectacle est époustouflant ! Il aura fallu 3

      ans de travaux pour construire ce géant. Il a

       fêté ses 10 ans en décembre 2014.

    3 - Le pont du Gard - (Languedoc-Roussillon)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

     Monument antique le plus visité de

     France avec 1,5 million de visiteurs, le Pont du

     Gard est l’un des principaux atouts culturels de

     la région Languedoc-Roussillon. C’est l’un des

    vestiges romains les plus emblématiques de

     France. Construit au Ier siècle après

     J.-C., le célèbre pont sur le Gardon, était la

    pièce maîtresse d’un aqueduc long de cinquante

      kilomètres. Une prouesse technique doublée d’une

     œuvre d’art. Le nom de son architecte est resté un mystère.

      Le Pont du Gard est classé au patrimoine mondial

      Site de France depuis 2004.

    4 - Le viaduc de Garabit à Ruynes-en-Margeride - Cantal

      (Auvergne)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

    En son temps, le viaduc de Garabit fut le

     plus grand ouvrage métallique du monde ! Ne vous

    fait-il pas penser à un autre grand ouvrage

     français en métal ? Sa ressemblance avec la tour

     Eiffel n'a rien de fortuit puisque c'est Gustave

     Eiffel lui-même qui fut choisi pour la

     construire, de 1881 à 1884. De sorte qu'il

    peut-être considéré comme un genre de

     laboratoire d'essais pour la Dame de Fer,

     construite elle, rappelons-le, de 1887 à 1889.

     Le géant de Fer doit sa belle couleur rouge

      poinsettia à la campagne de remise en peinture

    de 1994. Le choix de la couleur fait référence

      aux teintes les plus fréquemment utilisées pour

     ce genre de réalisation à la fin du

     XIXe siècle, comme par exemple pour

      le Golden Gate Bridge de San Francisco.

    5 - Le pont Jacques Chaban-Delmas à Bordeaux - Gironde

      (Aquitaine)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

      C'est le pont les plus récents du

     classement et l'un des plus impressionnants,

     aussi. Le pont Jacques Chaban-Delmas,

     initialement appelé pont Bacalan-Bastide, a été

     achevé en 2012. Située quasiment au cœur de

     Bordeaux, il offre un spectacle tout à fait

     étonnant lorsque qu'il se lève pour laisser

    passer les hauts voiliers et les paquebots. Son

     système de levage est totalement inédit, lui

     permettant de se soulever en un temps de record

     de 12 minutes. Il se distingue également par ses

     passerelles piétons/cyclistes séparées du pont

     central, où circule les automobilistes.

    6 - Le pont Vieux d'Orthez - Pyrénées-Atlantiques

      (Aquitaine)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

     Le Pont-Vieux d’Orthez semble tout

     droit sortie d'un film médiéval ! C'est

     d'ailleurs le plus ancien monument de la ville

      d'Orthez. Il relie les deux rives de la ville,

     séparées par le gave de Pau. À l’origine, deux

     tours se dressaient sur le pont ; elles furent,

    dès son deuxième siècle d’existence, remplacées

       par une seule tour centrale crénelée.

    7 - La pont Napoléon à Luz-Saint-Sauveur - Hautes-Pyrénées

     (Midi-Pyrénées)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

    Sujet au vertige, s'abstenir ! Le site de

    Gavarnie est un cirque pyrénéen d'aspect

     spectaculaire et grandiose. Les amateurs de

     sensations fortes viennent ici faire une via

    Ferrata ou encore du saut à l'élastique ! À

     l'extrémité du pont, une colonne surmontée d'un

    aigle en marbre rappelle que le pont fut

     construit par Napoléon III au milieu du XIXe siècle.

    8 - Le pont Alexandre III à Paris (Ile-de-France)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

     Voici un autre ouvrage de la fin du

     XIXe siècle, parent de la Tour Eiffel

     ! Non parce qu'il fut construit par la même

      personne cette fois-ci, mais parce qu'il fut

    construit pour la même occasion. Le pont

    Alexandre III, l'un des plus emblématiques de la

     capitale, fut, en effet, inauguré à l'occasion

     de l'Exposition Universelle de 1900. Il rayonne

     en plein cœur de Paris, reliant les Invalides au

     Grand et au Petit Palais. Il est flanqué à

     chaque extrémité de 4 colonnes monumentales

     surmontées de pégases de bronze doré,

     représentant chacun la renommée des Arts, des

     Sciences, du Commerce et de

     l'Industrie.

    9 - Le Pont-Vieux  d’Espalion - Aveyron (Midi-Pyrénées)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

     Espalion est, selon l'expression

     proverbiale, le premier sourire du Midi ! Tout

    proche de l'Aubrac, la ville offre un contraste

    avec la rudesse montagnarde voisine. Le

    Pont-Vieux, composé de 4 arches de grès rouge,

     est l'un des atouts de charme de la ville.

     Interdit aux voitures, on s'y promène avec

    plaisir pour observer les singulières maisons

    étroites qui bordent le Lot.

    10 - Le viaduc de Morlaix - Finistère (Bretagne)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

     Étonnante vision que ce monumental

     viaduc en plein cœur de Morlaix. Du haut de ses

    62 mètres, il domine toute la ville et en offre

      sûrement le plus beau point de vue. Pour en

     profiter, il faut prendre place à bord du

    Paris-Rennes-Brest et ne pas rater les quelques

     instants de panorama qui s'offrent aux

     voyageurs, lorsque le train franchit à petite

     vitesse le viaduc avant son entrée en gare. À

    cause de la topographie de la ville, sur les

     pentes d'un vallon profond, la Compagnie de

     l'Ouest n'avait paévu de faire passer le tracé

     de sa ligne de train aux abords de la ville de

     Morlaix, mais cette dernière protesta auprès du

     gouvernement de Napoléon III et obtint gain de

     cause. Le chantier s'ouvre en 1861 et se termine

     en 1863. Les premiers trains traversent la ville

     à partir de 1865.

    11 - Le pont de Normandie (pont de Honfleur) - Calvados

     (Basse-Normandie)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

     À l'époque de sa construction, le pont de

     Normandie et ses 856 mètres en font le pont à

    haubans le plus long jamais construit.

    Aujourd'hui, il occupe la sixième place du

     classement mondial. La construction du pont a

     débuté en 1988. C’est Jacques Chirac, alors

     Premier ministre qui en pose la première pierre,

     le 22 mars. Les travaux durent 6 ans et le pont

     ouvre à la circulation début 1995. C'est le

     succès du pont de Tancarville qui insuffla le

    projet d'un second pont pour l'estuaire de la

     Seine facilitant l'accès à la Basse-Normandie

     et, plus largement à l'Ouest.

    12 - Le Pont-Vieux d'Albi - Tarn (Midi-Pyrénées)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

     Fondé en 1040, le Pont-Vieux d'Albi

    est un robuste ! Il continue 10 siècles après sa

     construction à remplir le rôle pour lequel il

     fût construit : faciliter la circulation

     intra-urbaine. Long de 151 mètres, il est

     constitué de 8 arches. Il doit sa bicolorité aux

      travaux d'élargissement de la chaussée effectués

    en 1820 avec de la brique, matériau largement

     utilisé dans la région dû à l'abondance de

      glaise. Entre le XIVe siècle et le XVIIIe siècle, le pont portait des

     maisons qui furent détruites vers 1770 pour

      permettre le passage des charrettes.

    13 - Le pont du diable à Olargues - Hérault    (Languedoc-Roussillon)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

    Le pont du Diable doit a priori son nom à

     la difficulté que représentait pour l'époque sa

    construction. Situé dans une vallée escarpée, il

     enjambe le Jaur. Son architecture romane

     (XIIe siècle) s'intègre joliment dans

     le paysage. Il est classé au titre de monument

     historique depuis 1916.

    14 - Le pont Vieux à Béziers - Hérault (Languedoc-Roussillon)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

    C'est l'une des vues les plus

      connues de Béziers. En premier plan, le pont

     Vieux, enjambant l'Orb, et derrière, la

    cathédrale et l'évêché. Ses 240 mètres de long

     sont ponctués d'arches de tailles toutes

     différentes. Comme le pont du Diable, il date du

     XIIe siècle et compte lui aussi de

     petites arches ouvertes supplémentaires pour

     faciliter l'écoulement en cas de crue.

    15 - Le pont-canal de Briare - Loiret (Centre-Val de Loire)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

    Et voilà sûrement le pont le plus

     surprenant du classement. Le pont-canal de

     Briare, comme son nom l'indique, est un pont

     navigable. C'est d'ailleurs le plus long

     d'Europe (663 mètres), en faisant l'un des

    joyaux du patrimoine fluvial français. Cette

     gigantesque structure métallique relie la Seine

     et la Saône et enjambe la Loire. Gustave Eiffel

     a, ici encore, collaboré à la construction d'un

     des ponts les plus remarquables de

     France.

    16 - La passerelle des Deux Rives (ou passerelle Mimram) à Strasbourg - Bas-Rhin (Alsace)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

    Voilà un pont qui mérite doublement sa

     place dans le classement. C'est à la fois un bel

     exemple d'architecture contemporaine et un

    symbole fort de paix en Europe. Cette passerelle

     piétonne, accessible également aux cyclistes,

     relie la rive française du Rhin à la rive

     allemande. Elle a été inaugurée à l'occasion des

    premières floralies transfrontalières en 2004.

    En son centre, un tablier de 100 mètres de large

     permet aux promeneurs de profiter pleinement du

      paysage.

    17 - La passerelle Saint-Georges - Abbé Paul Couturier à Lyon - Rhône (Rhône-Alpes)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

     La passerelle

     Saint-Georges date du milieu du XIXe

     siècle. Détruite par les Allemands en 1944, elle

     a été reconstruite dans sa forme primitive après

     la guerre. C'est un peu l'équivalent du Pont des

     Arts à Paris puisque les amoureux de Lyon

     viennent y accrocher des cadenas d'amour. En

     2003, elle a été renommée passerelle Paul

    Couturier en l'honneur d'un prêtre lyonnais de

    la première moitié du XXe siècle,

     pionnier de l'œcuménisme.

    18 - Le pont de Recouvrance à Brest - Finistère (Bretagne)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

      Le pont de Recouvrance

     est un symbole fort de la ville de Brest. Ce

      n'est certainement pas le plus joli du  classement, mais sa robustesse et son esthétisme

      industriel impressionnent. Inauguré en 1954, il

      a longtemps été le plus grand pont d'Europe,

     avec ses pylônes de 70 mètres de haut.

    19 - Le pont Saint-Bénezet (ou pont d'Avignon) - Vaucluse

     (Provence-Alpes-Côte d'Azur)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

     Immortalisé par la célèbre chanson "Sur le pont d'Avignon", le pont

     Saint-Bénezet a été construit au XIIe

     siècle par un jeune berger. Il en aurait reçu

     l'ordre divin. Véritable prouesse technique pour

     l'époque, notamment de par sa longueur (900

     mètres), c'est le premier pont construit sur le

    Rhône entre Lyon et la mer. Plusieurs fois, il a

     été détruit par les crues du fleuve jusqu'à ce

     qu'il soit abandonné en XVIIe siècle.

     Un projet de restitution en 3D du pont d’Avignon

     permet désormais d'admirer les 18 arches

     manquantes à différentes époques.

    20 - Le pont Transbordeur de Rochefort - Charente-Maritime

     (Poitou-Charentes)

    Voici le classement des plus beaux, des plus originaux, et extraordinaires.. ponts français > >

    Voilà le dernier pont

    transbordeur de France. Ce système de traversée

    était novateur à l'époque de sa construction en

     1898. Il constituait une alternative plus fiable

     et plus efficace au bac, notamment en cas de

     conditions météorologiques défavorables.

     Aujourd'hui, un pont assure la traversée

     quelques mètres plus loin, mais la nacelle

     continue de transporter les curieux qui

      souhaitent tenter l'aventure.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La fontaine planquée de la rue de Turenne

    La fontaine planquée de la rue de Turenne

    Quartier historique de Paris, le Marais regorge inévitablement de surprises et de trésors historiques. La pièce du jour concerne la fontaine de Joyeuse, située rue de Turenne, à deux pas de la Place des Vosges. Coincée entre deux boutiques, le monument résiste et se porte plutôt bien malgré ses siècles d’existence.

    Il faut dire que le lieu a vécu une histoire pour le moins mouvementée. Au 16esiècle, on trouve d’abord un ancien hôtel particulier, le bien nommé hôtel de Joyeuse. Construit en 1580, le propriétaire n’est autre que Marc Miron, premier médecin du roi Henri III. Au cœur d’un siècle agité par les guerres et les tentatives de successions, ce proche du souverain sera finalement exclu des lieux en 1588. Coïncidence ou pas, l’hôtel ne survivra pas longtemps sans son emblématique occupant et sera détruit quelques années plus tard.

    Le symbole d’une longue politique de travaux dans Paris

    Au siècle suivant, la ville de Paris continue de se remplir et c’est alors qu’intervient Louis XIV, qui ordonne l’installation de plusieurs fontaines dans toute la ville. L’objectif était d’approvisionner en eau un quartier déjà très peuplé à l’époque. Une première fontaine, dite de Saint-Louis, est donc installée sur ce qui fut la devanture de l’hôtel particulier.

    Deux siècles plus tard, après de nouveaux travaux, une fontaine flambant neuve prend place en 1847. La raison ? En 1825, les travaux du canal de l’Ourcq sont enfin terminés, ce qui permet à la ville de Paris d’avoir un approvisionnement en eau plus important. Les instances en profitent donc pour installer de nouvelles fontaines publiques destinées à fournir de l’eau au plus grand nombre, notamment au quartier du Faubourg Saint-Antoine. Le mot « Ourcq » est d’ailleurs inscrit sur la fontaine, comme un témoignage de cette époque. Plusieurs édifices du même style seront construits, dont certains sont encore visibles aujourd’hui. Si la fontaine Sainte-Eugénie fut par exemple détruite en 1906, on peut encore se rendre devant la fontaine de la Roquette, restaurée en 2009.

    La fontaine de Joyeuse, celle que l’on peut admirer aujourd’hui, est donc l’œuvre du sculpteur Isidore Romain Boitel (1812-1860). Placée sous une arcade elle-même coincée entre des immeubles, la fontaine est inscrite à l’inventaire des Monuments historiques depuis 1925. Les curieux peuvent donc se presser devant une petite statue en fonte représentant un enfant qui tient une jarre. Celle-ci est en fait inclinée et permet de déverser de l’eau dans une coquille. Au-dessus du chérubin, une collection de motifs qui représentent la faune et la flore aquatique tels que la grenouille, le cygne ou encore le serpent. On peut aussi y apercevoir les armoiries de la Ville de Paris.

    La fontaine planquée de la rue de Turenne

    Avec les affres du temps, le monument fit l’objet d’une campagne de restauration en 2008. Si l’intérieur de la voûte n’est plus accessible, on peut toujours venir admirer la beauté des détails…de près comme de loin puisque la fontaine est désormais illuminée le soir.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La plus belle église de Paris

    La plus belle église de Paris

    À quelques mètres du Panthéon se trouve l’église Saint-Etienne-du-Mont. Outre son style qui nous intrigue, elle renferme des trésors inattendus. On vous la fait découvrir !

    Construite au XVIème siècle, l’église Saint-Étienne-Du-Mont a été édifiée pour répondre à un fort accroissement de la population. En effet, des religieux venaient en nombre aux alentours d’une importante abbaye se trouvant rue Clovis où reposait Sainte-Geneviève. L’église s’est donc construite accolée à L’abbaye.

    Sa construction commence en 1492 et ne se termine qu’en 1626. On assiste alors à l’évolution du style lors de la construction, passant du Gothique à la Renaissance. Cela se remarque dans la façade de la bâtisse (construite de 1610 à 1622), unique en son genre, mais qui se révèle, finalement, être un ensemble harmonieux. Nous observons un décor datant de la Renaissance qui s’intègre à une structure héritée du Moyen Age en trois parties élevées.

    Eglise saint-Etienne-du-Mont à Paris


    À gauche L’église Saint-Etienne-du-mont collé à l’abbaye sainte-Geneviève au XVIIIème siècle

    Le Panthéon est construit par la suite en l’honneur de Sainte-Geneviève, remplaçant ainsi l’ancienne abbaye en ruine. Cette dernière est définitivement fermée pendant la Révolution française. C’est alors à l’église Saint-Etienne-Du-Mont qu’est fait l’honneur d’accueillir les reliques de Sainte Geneviève à partir du XIXème siècle. Cependant, en 1793, l’église est pillée par les révolutionnaires et les restes de la sainte brûlée sur la Place de Grève, tristement connue pour ces exécutions. Seul vestige de la sainte, un morceau de l’ancien sarcophage, où elle avait reposé jusqu’au IXème siècle, a été retrouvé par le curé de l’église en 1803. Il est aujourd’hui exposé dans le reliquaire en cuivre à l’intérieur de l’église.

    Un patrimoine et une histoire exceptionnelle

    L’église Saint-Etienne-Du-Mont prend une place centrale dans le quartier. Ce mélange de style n’est pas le seul trésor que possède cette église. À l’intérieur, un superbe jubé, dernier témoin d’une époque révolue à Paris, trône fièrement. Il s’agit d’une sorte de tribune qui forme une séparation de pierres entre la nef, où sont présents les fidèles, et le chœur réservé au clergé uniquement.

    La plus belle église de Paris

    Apparu en France au XIIème siècle, il avait pour seul but cette séparation. Suite à une réforme liturgique, cet attribut devient vain à partir du XVIème siècle et provoque une modification de l’architecture des églises. Aujourd’hui, le chœur doit être visible des fidèles, ce qui a eu pour conséquence de condamner les jubés à la destruction. C’est la chaire à prêcher qui le remplace. Cependant ce travail de destruction prend des siècles, ainsi les derniers jubés disparaissent les uns après les autres jusqu’au XIXème siècle. Encore de nos jours, il n’est pas rare de voir les traces des jubés dans les églises. On les remarque par des poutres de soutien ou encore des portes murées. Rares sont les églises en France à disposer encore d’un jubé. À Paris, il n’en reste qu’un et c’est celui de Saint-Etienne-Du-Mont !

    L’église Saint-Etienne-Du-Mont
    30 rue Descartes, 75005 Paris

    Metro: Ligne 10, Cardinale Lemoine

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • LES EGLISES EN BOIS DE NORVEGE-2

    SUITE 2

    EGLISES EN BOIS DE LA NORVEGE

    Vous l’avez sans doute remarqué au cours de vos différents voyages, les églises ont souvent tendance à se ressembler comme deux gouttes d’eau. Pourtant, en Norvège, leurs designs et leurs techniques de construction sortent vraiment de l’ordinaire. En effet, elles sont entièrement fabriquées en bois et reprennent plusieurs symboles de la mythologie Viking !

    Appelées « stavkirke » en norvégien (comprenez « églises en bois debout », ndlr), ces reliques de l’époque médiévale sont inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Et pour cause, sur 1 300 répertoriées par les historiens, construites entre le 12ème et le 14ème siècle, seulement 28 existent encore aujourd’hui. Si vous vous demandez où voir ces trésors d’architectures, symbole de la culture Viking, sachez que toutes se situent en Norvège.

     

    EGLISES EN BOIS DE LA NORVEGE

     

    EGLISES EN BOIS DE LA NORVEGE

    EGLISES EN BOIS DE LA NORVEGE

     

    EGLISES EN BOIS DE LA NORVEGE

     

    EGLISES EN BOIS DE LA NORVEGE

    EGLISES EN BOIS DE LA NORVEGE

    EGLISES EN BOIS DE LA NORVEGE

    EGLISES EN BOIS DE LA NORVEGE

    EGLISES EN BOIS DE LA NORVEGE

    EGLISES EN BOIS DE LA NORVEGE

     

    EGLISES EN BOIS DE LA NORVEGE

    EGLISES EN BOIS DE LA NORVEGE

    EGLISES EN BOIS DE LA NORVEGE

    EGLISES EN BOIS DE LA NORVEGE

    EGLISES EN BOIS DE LA NORVEGE

    EGLISES EN BOIS DE LA NORVEGE

    EGLISES EN BOIS DE LA NORVEGE

     

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Al-Khazneh à Petra, Jordanie

     ****

    Un éclat de la façade du temple Al-Khazneh est juste visible à la fin de ce chemin. Comme presque toutes les structures de l'ancienne ville de Petra, le temple a été sculpté directement dans les falaises de grès qui bordent la vallée. Al-Khazneh possède l'une des façades les plus ornées et détaillées de tous les bâtiments ici. Dans le temple sont des reliques du passé, y compris une urne de pierre élevée qui était autrefois considérée comme l'endroit où les bandits cachaient leur butin. Cela a été réfuté, car l'urne est en pierre solide. Mais cette légende a provoqué le surnom de cet espace: le Trésor.

    Al-Khazneh à Petra, Jordanie

    Al-Khazneh à Petra, Jordanie

    Al-Khazneh à Petra, Jordanie

    Al-Khazneh à Petra, Jordanie

    Al-Khazneh à Petra, Jordanie

    Al-Khazneh à Petra, Jordanie

    Al-Khazneh à Petra, Jordanie

    Al-Khazneh à Petra, Jordanie

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le Pont du Gard est un Chef d’Oeuvre de l’Architecture antique

    ********

    La question de savoir ce que les Romains ont fait pour nous est en fait une excellente question posée dans le film des Monty Python, La Vie de Brian, et vous pourriez penser que quelques milliers d’années plus tard, cette question est potentiellement inutile. Mais un coup d’œil sur l’aqueduc du Pont du Gard peut nous éclairer.

    Le Pont du Gard est un Chef d’Oeuvre de l’Architecture antique

    Le Pont du Gard est un Chef d’Oeuvre de l’Architecture antique

    Les Romains ont conçu leurs structures architecturales de façon à ce qu’elles résistent au temps. Même si le Pont du Gard ne fonctionne plus comme un aqueduc, le fait qu’il date de près de deux mille ans et qu’il est toujours debout témoigne des compétences de ses constructeurs (même si, bien sûr, il a connu des rénovations au fil du temps).

    Le Pont du Gard est un Chef d’Oeuvre de l’Architecture antique

    Le Pont du Gard est un Chef d’Oeuvre de l’Architecture antique

    Le Pont du Gard est un Chef d’Oeuvre de l’Architecture antique

    Il a été construit au premier siècle après J.-C., au moment où les personnages du film des Monty Python se rebellaient contre l’empire, les citoyens de Nîmes jouissaient chaque jour d’un approvisionnement de plus de 150 millions de litres d’eau. La précision utilisée par les ingénieurs romains est étonnante: malgré sa longueur, l’aqueduc ne descend que de 5 mètres sur toute sa longueur.

    Le Pont du Gard est un Chef d’Oeuvre de l’Architecture antique

    Il a été utilisé bien après la chute de l’Empire romain, probablement jusqu’au Xe siècle. Depuis cette époque il n’a pas été entretenu et a été éventuellement bouché avec des dépôts minéraux et les détritus vieux de centaines d’années. Au Moyen-Âge sa fonction a changé et il est devenu un pont de péage.

    Le Pont du Gard est un Chef d’Oeuvre de l’Architecture antique

    Le Pont du Gard est un Chef d’Oeuvre de l’Architecture antique

    On pense que la construction de l’aqueduc a commencé autour de l’an 40 et a été achevé une quinzaine d’années après. Il y aurait eu probablement environ un millier de travailleurs occupés à la construction. Le pont lui-même mesure 274 mètres et sa hauteur est de 49 mètres. Il a été construit sur trois niveaux et à chaque niveau, la portée des arches est inconstante. Chacune est d’une largeur légèrement différente, un stratagème délibéré pour protéger le pont contre l’affaissement.

    Le Pont du Gard est un Chef d’Oeuvre de l’Architecture antique

    Le Pont du Gard est un Chef d’Oeuvre de l’Architecture antique

    Le Pont du Gard est un Chef d’Oeuvre de l’Architecture antique

    L’eau a été transportée dans un conduit que les Romains appelaient un spéculum et il était situé au sommet du troisième niveau. Les niveaux supérieurs se courbent légèrement. Cette courbure était délibérée. L’idée des ingénieurs était de rendre la résistance du pont plus forte contre le flux d’eau – 150 millions de litres d’eau par jour entraînent une pression considérable.

    Le Pont du Gard est un Chef d’Oeuvre de l’Architecture antique

    Le Pont du Gard est un Chef d’Oeuvre de l’Architecture antique

    Cependant, il a récemment été démontré que les courbures étaient également causées par l’expansion et la contraction des pierres dues à la chaleur du soleil.

    Le Pont du Gard est un Chef d’Oeuvre de l’Architecture antique

    Le Pont du Gard est un Chef d’Oeuvre de l’Architecture antique

     

    C’est bien sûr la pierre qui a donné au pont du Gard sa longévité. Il y a plus de 50 000 tonnes de pierres qui composent l’aqueduc et beaucoup de blocs ont un poids supérieur à cinq tonnes chacun. Il n’y a pas de mortier du tout – la coupe était si précise que les pierres se maintiennent les unes aux autres par frottement.

    Malheureusement, le nom de l’architecte a été perdu avec le temps. Tempus Fugit.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique