• MINÉRAL...........Alfred Jarry (1873-1907).

    MINÉRAL

    Vase olivâtre et vain d’où l’âme est envolée,
    Crâne, tu tournes un bon visage indulgent
    Vers nous, et souris de ta bouche crénelée.
    Mais tu regrettes ton corps, tes cheveux d’argent,
     
    Tes lèvres qui s’ouvraient à la parole ailée.
    Et l’orbite creuse où mon regard va plongeant,
    Bâille à l’ombre et soupire et s’ennuie esseulée,
    Très nette, vide box d’un cheval voyageant.
     
    Tu n’es plus qu’argile et mort. Tes blanches molaires
    Sur les tons mats de l’os brillent de flammes claires,
    Tels les cuivres fourbis par un larbin soigneux.
     
    Et, presse-papier lourd, sur le haut d’une armoire
    Serrant de l’occiput les feuillets du grimoire,
    Contre le vent rôdeur tu rechignes, hargneux.
     

    « LE MARQUIS D’AROCA.............Aloysius Bertrand (1807-1841)Je ne sais pas si mon frère m’oublie ...............Alfred Jarry (1873-1907) »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :