• Marseillaise (La) des Vendéens : une singulière parodie

    Marseillaise (La) des Vendéens :
    une singulière parodie
    (D’après « La Nouvelle Revue héraldique, historique
    et archéologique », paru en 1933)
     
    *********
     
    Vraisemblablement composé entre le 4 novembre 1793, date du décès du général de Lescure, et le 8 novembre, date du départ de Fougères pour Granville de l’armée catholique et royale grossie des renforts bretons, cet hymne fut publié pour la première fois en 1879
     

    À la page 219 des Mémoires de la marquise de la Rochejaquelein — Marie-Louise-Victoire de Donnissan, née à Versailles en 1772, épousa en 1791 son cousin germain, Louis-Marie de Salgues, comte puis marquis de Lescure, et se remaria le 1er mars 1802 avec Louis, marquis de la Rochejaquelein, frère de l’illustre général vendéen Henri de la Rochejaquelein —, conservés aux archives du château de Clisson (Loire-Atlantique), Etienne Aubrée, érudit fougerais, découvrit voici moins d’un siècle une « parodie » de la Marseillaise écrite de la main de la veuve du général marquis de Lescure.

    Cette Marseillaise des Vendéens fut publiée pour la première fois en 1879 par le comte de la Boutetière dans son livre Le chevalier de Sapinaud et les Vendéens du Centre puis dans le journal Le Phare de la Loire, numéro du 12 avril 1892.

    Il y a tout lieu de croire, suivant Aubrée, que cet hymne dont on ignore l’auteur a été composé dans la région fougeraise, entre le 4 novembre 1793, date du décès du général de Lescure au hameau des Besnardières, près de la Pellerine, et le 8 novembre, date du départ de Fougères pour Granville de l’armée catholique et royale grossie des renforts bretons.

    Louis de Lescure, par Robert Lefèvre (1818)
    Louis-Marie de Salgues, marquis de Lescure. Peinture de Robert Lefèvre (1818)

     

    En voici les paroles (sur l’air de la Marseillaise) :

    Chers habitants de la Vendée,
    Vertueux, braves paysans,
    Que la république enragée
    Appelle du nom de brigands, (bis)
    Pour venger le ciel qu’on outrage,
    Le roi, la reine et leurs enfants,
    Vous vous battez depuis longtemps
    Sans moyens que votre courage.

    Redoublez vos efforts, vous vous battez pour Dieu
    Frappez, frappez, le monde entier
    Fixe sur vous les yeux.

    Vous avez commencé la guerre
    N’étant armés que de bâtons,
    Bientôt vous n’avez su que faire
    De tous vos fusils et canons, (bis)
    Vous faites rougir les puissances
    De vous refuser leur secours,
    Et votre gloire pour toujours
    Egalera votre vaillance.

    Redoublez vos efforts, vous vous battez pour Dieu
    Frappez, frappez, le monde enlier, etc.

    Votre bonté, votre clémence
    Devaient vous gagner tous les cœurs ,
    Mais les Français dans leur démence
    N’étaient pas dignes des vainqueurs, (bis)
    Jusqu’aux enfants tout est victime,
    Tout périt par le fer des Bleus,
    N’épargnez plus ces malheureux,
    Leur laisser la vie est un crime.

    Redoublez, etc.

    Héros qui perdîtes la vie,
    Servant d’exemple à vos soldats,
    Bonchamps, Lescure, la patrie
    A jamais vous regrettera. (bis)
    Idolâtrie de vos armées,
    Pleins de talents et de douceur
    Vous pérîtes par trop d’ardeur.
    Soldats, vengez leur destinée.

    Redoublez, etc.

    Oh toi, surnommé l’Intrépide,
    Jeune la Rochejaquelein [Henrin tué le 28 janvier 1794],
    Au combat sois toujours leur guide,
    Tu tiens la victoire entre les mains. (bis)
    Egalant Charette en prudence
    Autant qu’il l’égale en valeur,
    Vos noms portent seuls la terreur
    Aux cruels tyrans de la France.

    Redoublez, etc.

    Vous, dont toujours la renommée
    A vanté les exploits fameux,
    Bretons, offrez à la Vendée
    Votre sang au lieu de vos vœux. (bis)
    Quoi, vous osez rester tranquilles
    Tout en admirant ces guerriers !
    Allez partager leurs lauriers,
    Les vertus ne sont point stériles.

    Imitez leurs efforts, exposez-vous pour Dieu,
    Frappez, frappez et méritez le nom de vos aïeux.

     

    « LE BOUCHER................Maurice Rollinat (1846-1903) Abeilles météorologues ? »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :