• Le charme de l'Ecosse.

    Le charme de l'Ecosse...............Marie Laborde


    Ce pays est un délice de constructions et de vestiges du passé,
    Des vieux châteaux trônent sur des îlots, certains sont illuminés
    Durant la nuit ainsi que les jolis ponts qui y donnent l'accès.
    L'or qui les éclaire éveille le décor dans la nuit bleutée,
    Au petit matin, la brume enveloppe l'ensemble d'un voile platiné
    Etalé sur les flots, comme de la ouate faisant un coussin douillet.
    Parfois les îlots sont plantés de conifères et d'arbustes chamarrés,
    Florifères à souhaits dans le vert feuillage orné de boules roses raffinées
    Tandis que la voûte céleste plonge dans le miroir son teint bleuté
    Et les montagnes flirtent avec l'immensité de leur éclat grisé.
    Des bâtisses royales imposent leurs silhouettes magnifiées,
    Blanches dans la verdoyance, sur des vallons, haut perchées.
    Nous rencontrons aussi une vieille église d'une divine beauté,
    Construite de minéral dans une architecture sobre mais ornée
    De pierres brutes grises dans l'ambre de ses parpaings taillés.
    Dans le gazon vert, des portions de murets font un tableau éthéré.
    A l'approche du couchant, le ciel regorge de magique luminosité.
    Si quelques nuages y dansent, ils s'imprègnent de délicats rosés
    Alors que les flots empruntent au firmament sa majestueuse clarté,
    Que l'îlot et ses conifères sont d'un sombre verdâtre contrasté.
    La fresque est exquise, notre regard sur ce panorama est accroché.
    Entre l'eau et le ciel pour le bleu, symbole de la douceur sacrée
    Et le gris minéral amalgamé au vert végétal de la nature sublimée,
    Ce pays est un paradis pour les poètes attachés  au passé.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Une simple fleur

    Une simple fleur...............Claude Lepenseur

    Sur cette terre j'ai vu pousser d'étranges choses,

    Des chardons des ronces et bien d'autres choses,

    Alimentées par de très vilaines pensées,

    Ces mauvaises plantes n'arrêtaient de pousser.

    J’ai vu la violence et la haine entrer dans les cœurs,

    Je décidai de faire pousser une seule fleur,

    Une simple rose que j'ai alimenté avec l'amour

    Et la tolérance que j'ai trouvé chaque jour.

    Ma fleur bien que fragile est devenue très belle,

    Je voulais la protéger et prendre soin d'elle,

    Alors pour qu'elle ne cesse de s'épanouir,

    Dans l'écrin de mon cœur moi je l'ai enfoui.


    Claude Lepenseur le 15 janvier 2010

    Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Celui qui écoute

    Celui qui écoute

    A genoux dans son bureau, un prêtre vide son coeur devant Dieu.
     
    Au bout d’un moment il lui dit :
    - Pourquoi, quand on est là tous les deux, je suis toujours le seul à parler ?
     
    Et Dieu de lui répondre :
    - Peut-être parce que de nous deux, je suis le seul qui écoute...

    Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Un brin de liberté naturelle.



    Les gorges de l'Aveyron offrent un fabuleux bain de nature
    Dans un mélange rocailleux et la divine verdure.
    Les falaises abruptes apportent du gris émaillé d'enluminures
    Où l'astre effervescent dépose des délicats reflets de dorures
    Pour un mélange de verts et de gris dans un décor en fioriture.
    Notre regard est souvent accroché par des vieux châteaux en bordure,
    Juchés sur les hauteurs des rochers, le tableau resplendit dans l'azur.
    L'eau de l'Aveyron, d'un bleu soutenu, traverse des ombrages obscurs
    Tandis que les berges opalines éveillent au soleil leur éclatante parure.
    D'innombrables villages jonchent les gorges de leurs sublimes enjolivures.
    Bruniquel est médiéval à souhaits, en pierres marbrées jusque dans les murs,
    Avec ses ruelles tortueuses et pavées, y marcher est une sinécure.
    Mais le plaisir de la vue comblée nous fait avancer, la curiosité perdure.
    Penne et son église au soleil dévoile sa massive architecture,
    Elle révèle de sa construction les subtils détails de ses guipures.
    Cazals s'étire le long du fleuve entre l'eau et le ciel comme une frisure.
    Laguépie est fantastique, sa route est construite sur des arches, superbe structure
    Qui jalonne les flots d'une beauté magique, extraordinaire sculpture.
    Saint Antonin, Belcastel, Najac, Peyrusse et son rocher peint de dorures,
    Autant de perles majestueuses le long des gorges aveyronnaises sous l'azur.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Une simple fleur

    Une simple fleur.............Claude Lepenseur

    Sur cette terre j'ai vu pousser d'étranges choses,

    Des chardons des ronces et bien d'autres choses,

    Alimentées par de très vilaines pensées,

    Ces mauvaises plantes n'arrêtaient de pousser.

    J’ai vu la violence et la haine entrer dans les cœurs,

    Je décidai de faire pousser une seule fleur,

    Une simple rose que j'ai alimenté avec l'amour

    Et la tolérance que j'ai trouvé chaque jour.

    Ma fleur bien que fragile est devenue très belle,

    Je voulais la protéger et prendre soin d'elle,

    Alors pour qu'elle ne cesse de s'épanouir,

    Dans l'écrin de mon cœur moi je l'ai enfoui.


    Claude Lepenseur

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Laisse venir le silence

    Laisse venir le silence..............

    Arrête la course,
    ferme la radio,
    dépose tes livres,
    éloigne-toi des bavardages,
    isole-toi dans le calme.
    Assieds-toi
    et laisse venir le silence.

    S’asseoir pour Dieu,
    c’est comme si pour lui
    tu taillais un morceau
    dans ton temps,
    Et quand on aime,
    on a le temps,
    n’est-ce pas ?

    S’asseoir en silence.
    Pour une fois bâillonne tes soucis
    et tes envies d’en parler.
    Assieds-toi
    pour regarder Dieu.
    Et quand on aime, on regarde,
    n’est-ce pas ?

    S’asseoir avec Dieu,
    prendre du repos avec lui,
    goûter à sa présence.
    Celui qui aime s’assied
    près de son ami.

    Père Charles Singer

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L'automne est admirable.


    L'automne est un réservoir de nourriture providentielle
    En vue d'un hiver parfois rigoureux, avant le grand gel.
    La faune sauvage doit engranger des réserves éventuelles
    Car la froideur détruira les baies de leur milieu naturel.
    Les oiseaux s'en nourrissent abondamment, c'est un rituel
    Ainsi le gras les protégera contre le froid occasionnel.
    Quelles soient rouges, jaunes, noires ou comme le miel
    Ils font le bon choix sans se tromper, c'est instinctuel.
    Les écureuils à qui je voue un amour inconditionnel
    Sont des trésors charmants, gracieux, d'une souplesse sensationnelle,
    D'une beauté divine, à la robe sublime, rousse ou blonde, caramel,
    Parfois grisée, avec sur le visage des yeux noirs, deux perles.
    Ils récoltent ce qui leur plaît, remplissant leur escarcelle
    Au fond de l'abri dans des cavités de troncs, leur citadelle
    Au sein des bois et forêts où leur vie en liberté est belle.
    Joueurs, les arbres sont leur choix pour des courses exceptionnelles.
    Parfois ils remplissent leurs joues de maïs et les déposent dans l'écuelle.
    Les écureuils sont doux, vifs, de la nature, ils sont la merveille,
    Comme l'automne, de ses fabuleux tons, ils nous émerveillent.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L'Italie, la beauté partout.


    Dans ce superbe pays, à Trieste où nature et architecture
    S'harmonisent  en éclats esthétiques, en majesté pure,
    En bord de mer, parmi les rochers, la féminité trône en dur.
    Une statue est dédiée à la femme, sa grâce, son allure,
    Son corps de déesse resplendit  sur fond marin azur.
    Une splendide bâtisse royale s'érige en blancheur par ses murs,
    Elle contraste avec les flots bleus de son imposante envergure.
    Allons voir de plus près pour prolonger notre aventure
    Ce que réserve l'arrière de ce château, sa massive démesure.
    Le décor est magique, les escaliers aux ravissantes bordures
    Mènent vers l'eau, la blancheur granitée de la structure
    Fait rayonner l'ensemble dans les tons azurés et la verdure.
    Des statues mises en valeur par des épicéas et autres enjolivures
    Nous conduisent vers un ancien amphithéâtre et autres vestiges obscurs.
    Une magnifique église de pierres construite a gardé des enluminures,
    Quelques garnitures d'un ancien édifice reconstruit, mélange d'architectures.
    Cette ville recèle des antiquités, des arcs, des forteresses, une mixture
    De moderne et d'ancien, mais ils s'accommodent très bien en fioriture.
    Le soir, lorsque le ciel est d'un bleu profond, l'éclairage d'argent et de dorures
    Offre un spectacle époustouflant qui révèle la divine architecture.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Peyriac, P comme Paradis.

    Peyriac, P comme Paradis.   Situé dans l'Aude, sur l'étang de Bages authentique,  Contourné par des vignes donnant un élixir magique,  Ce village semble bénéficier d'un calme pharaonique  Entre vallon

    Situé dans l'Aude, sur l'étang de Bages authentique,
    Contourné par des vignes donnant un élixir magique,
    Ce village semble bénéficier d'un calme pharaonique
    Entre vallons, vallée et étendue d'eau mirifique.
    L'église Saint Paul et sa jolie pierre taillée rustique
    Fait songer à un château fort, fresque magnifique
    Au ton ambré, que le soleil dore de son éclat cosmique.
    L'originalité de l'intérieur empierré est fantastique.
    Les maisons s'étalent le long de l'étang féérique,
    Des pontons offrent sur l'eau des promenades cabalistiques.
    Marais et salins ont laissé leur empreinte mythique.
    Vers le couchant, le miroir resplendit de façon lyrique,
    J'imagine le chant des cigales, leur envoûtante musique
    En me plongeant dans le lieu pour une pensée onirique.
    Entre les vallons sombres, la clarté du ciel fantasmagorique
    Plonge dans les flots inertes pour un décor bucolique.
    Le village s'éclaire d'orange et d'or, tout devient magique.
    Des traînées d'argent éclairent le liquide en spectacle bénéfique.
    Dernier effet du jour, le soleil descend, la nature nous le confisque,
    Avec l'arrivée de la nuit, la fabuleuse luminosité abdique.

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique