• Le premier cri, extrait de ta naissanceEn ta venue dans un monde inconnu
    Qui va devenir le tien, faisant preuveDe ton existence d'un être bien vivant
    L'identité de ta personne, est prouvéPar tes empreintes laissant des traces
    En ta bonne foi, d'être où ne pas êtreCelui que tu prétends, par l'acte inné
    Bénéficiant selon ton âge, d'avantagesOù de désagréments, chemin se faisant
    Tu sera payé de richesse où pauvretéDe leurs valeurs sur le chéquier de vie
    Le prix qui tu devras régler, d'être né Non établit sera un chèque en blanc

    copyright @CHRYS (CK)

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • SAVOIR SE RELEVER

     

    SAVOIR SE RELEVER

    Oui, il faut savoir se relever
    Ce qui tue rend plus fort
    Mais il faut savoir se relever
    Une peine d'amour fait mal
    Mais il faut savoir se relever
    La perte d'un être cher est triste
    Mais il faut savoir se relever
    Quand la seule envie est de ne plus vivre
    Il faut savoir se relever
    Si la vie te fait tomber
    Il faut savoir te relever
    Dis-toi bien une seule chose
    Il faut tomber pour mieux se relever
    Les malheurs, te rendront plus fort
    @copyright Théma

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    ET SI C'ETAIT VRAI-

    Je suis née pour aimer, sans l'amour d'une mèreDonnant sa vie pour l'amour désiré d'un enfant
    J'ai grandi avec ce doux sentiments en l'espoirQu'à mon doigt l'anneau d'or serait le symbole
    Un amour éternel, ce ne fut qu'une ritournellePar un baladin qui chantait faux à mon oreille
    J'ai poursuivi le route tendresse avec mes petitsLeur inculquant en grandissant la beauté d'aimer
    Un autre amour est né, le destin par pied de nezS'est moqué sans épargné mon coeur le blessant
    Mon âme est parti à la dérobade du mal- aimantSemant à son passage les perles de sa passion
    D'un renouveau par les fantasmes et les songesRavie la flamme  qu'à jamais tu croyais éteinte
    Surprotégeant tout mon être dans l'abstinencePeur du jamais deux sans trois , et si c'était vrai???
    copyright@ CHRYS (CK)

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Mélancolie d'automne

    Mes pensées sont comme le ciel, un brin automnales,
    Elle se posent sur mes matins, un peu bancales,
    Avec un noeud sur mon coeur ... Où donc ai-je mal ?

    J'ai mal à ma mélancolie qui frissonne
    Sur mon coeur, qui tremble à l'ombre de l'automne,
    Les nuages pleurent dans mes yeux monotones,

    Ce sont enfuies à mes yeux, les fleurs vermeilles,
    Comme s'envolent les ailes des abeilles,
    Mon sourire a perdu sa couleur groseille,

    Le soleil s'est tu, les ombres se sont couchées,
    Les arbres au manteau d'or se sont dénudés,
    Pourquoi faut-il à l'automne tant sangloter ?

    J'ai mal à l'automne que les pluies appellent,
    J'ai mal au soir du ciel qui se fait rebelle,
    J'ai mal au chant du vent dans les citadelles ...

    Mes pensées sont comme le ciel, un brin automnales,
    Elles se posent sur mes matins, un peu bancales,
    Avec un noeud sur mon coeur ... Où donc ai-je mal ?

    @copyright Claudine

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • A PERPETUITE-

     

    Tu me voles un baiser, sans me le demanderTe pénalise d'amende au profit de mes lèvres
    Oserais-tu prendre mes mains pour me séduireJe te retiendrais prisonnier dans mes menottes
    En violant mon coeur d'en prendre ses valeursJe t'éduquerais au travail d' intérêts à la morale
    Que tu m'attires au creux de toi à ma surpriseJe réquisitionne ton corps sans  contre-façons
    Tu t'octroies le droit, possession de mon corps Tu encours un douce peine,  séjour au tréfonds
    En récidivant par vocation du délit de l'amourJe te condamne sans sursis à ma geôle dorée
    Ou tu bénéficieras , si tu fais appel aux désirsD'avantages en nature accordés à perpétuité



    copyright@CHRYS (CK)

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Tu es très spécial

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Elle espère,

    Elle attend cou et gorge dénudés
    pour accueillir des baisers
    soutien-gorge bretelles baissées
    pour être seulement caressée

    Allait-elle devenir sa maîtresse
    et mettre dans ses rêves des caresses
    frôlant son âme sans sagesse
    avec mille envies d'ivresse

    Soumise dans un grand délire 
    qui suggère tous les désirs
    attendant de longs et doux plaisirs
    cheveux dénoués sur son sourire

    L'attente dans un contre jour
    pensées sans gêne sur son amour
    corps frémissant souffle court
    espérance d'être deux sans discours

    Sera-t-elle amante de l'espoir
    souffrance éteinte  pour entrevoir
    à contre nuit la tombée du soir
    et aimer d'amour jusqu'à la gloire ...

    @copyright Claudine

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • MON SECRET, JE TE DÉVOILE

     

    De ma passion, vous en faites partie
    De ma vie, vous en faites partie
    De mes années, vous en faites partie
    De mes secrets, vous en faites partie
    De mes joies, vous en faites partie
    De mes peurs, vous en faites partie
    De mes inspirations, vous en faites partie
    De mes difficultés, vous en faites partie
    De mes silences, vous en faites partie
    De mon bonheur, vous en faites partie
    De mes mots, vous en faites partie
    De mes secrets, vous en faites partie
    De ma vie, vous en savez beaucoup plus
    Je me suis dévoilée en toute simplicité
    @copyright Théma

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Plume d'automne,

    Dans les chuchotements de l'aube attiédie
    Sur la page vierge de mes matins perdus
    Ma plume cherche des mots jolis et tendres

    Pendant que sonnent au clocher les heures de la vie
    La brume automnale s'assoit sous les nues
    Ma plume pose ses mots sur septembre

    Et s'il reste quelques lambeaux de ce mois-ci
    Dans les herbes qui titubent d'avoir tant bu
    De soleil, quand ma plume ivre veut tout prendre

    Dans les  murmures de la brume endolorie
    L'horizon s'allonge sur la lune vaincue
    Ma plume saoule d'automne ne peut attendre

    Des dernières caresses d'été, renaît la vie,
    L'aube s'endort sous les mots qui se mettent à nu
    Et ma plume écoute le vent pour s'étendre ...

    @copyright Claudine

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique