•  

    CHAQUE CLOCHETTE DE MUGUET EST UNE FÉE (Martine LECORNU)

    CHAQUE CLOCHETTE DE MUGUET EST UNE FÉE

    Voici ces quelques brins de muguet ...

    Délicatement cachés entre deux feuilles

    Leurs délicieuses clochettes en habit de soirée

    De satin blanc nacré

      Au rose pâle irisé

      Jolies Fleurs du printemps

    Qui portent chance

    A celui ou celle

    Qui en recevra

    Ou en offrira

    CHAQUE CLOCHETTE DE MUGUET EST UNE FÉE (Martine LECORNU) 

    C'est avec mon cœur

    Que je vous offre ce bouquet parfumé

    Aux clochettes argentées

    Aux calices de pureté

    Douces demoiselles des cieux

    Aux fines ailes de verre

    Où règnent les Anges

    Où chaque clochette est une fée

    CHAQUE CLOCHETTE DE MUGUET EST UNE FÉE (Martine LECORNU)

    Parée de perles de la rosée du matin

    Quelques gouttes de pluie

    Y glissent encore

    Tout le long de leur corps

    Finissant leur course en douceur

    Pour si perdent avec bonheur

    Dans leurs pans de robe verte plissés

    Laissant émaner un doux parfum

    CHAQUE CLOCHETTE DE MUGUET EST UNE FÉE (Martine LECORNU)

    Petites fées clochettes

    Vous êtes un don  du ciel

    Et un cadeau de la nature

    Beauté et finesse

    Belles demoiselles des cieux

    De par votre parfum

      Vous êtes les messagères de l'Univers

    Apportant sur votre passage éphémère

    Bonheur et joie sur cette terre 

    CHAQUE CLOCHETTE DE MUGUET EST UNE FÉE (Martine LECORNU) 

    En ce jour du premier Mai

    Puisse ce bouquet de muguet

    Vous porte Chance

    Vous apporte l'Amour,

    Santé et Amitié

    Un Bonheur complet

    De chaque jour

    Tout au long de l'année

    Jusqu'au prochain 1er Mai

    CHAQUE CLOCHETTE DE MUGUET EST UNE FÉE (Martine LECORNU)

     

    © Copyrigt Martine LECORNU

    Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Muguet (Mariefleur)

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Et si ... ? Et si ...

    Et si ... ? Et si ...( Jean-André.)

    Peut-être aurais-je été jadis

    Un curé, vêtu en soutane,

    Dans le merveilleux paradis,

    D'un presbytère de campagne.

     

    Pieux, mangeant et buvant sec,

    Sous une glycine blanche,

    Entre baptêmes et obsèques,

    Ou après vêpres, le dimanche.

     

    Des vieilles, branlant leur menton,

    Avec un léger babillage,

    Auraient approuvé mes sermons,

    En hochant le chef d'un air sage.

     

    Et dans mon coeur célibataire,

    Un amour pour une morte aimée,

    Aurait, sous la soutane austère,

    Enseveli l'ardent secret.

     

    J.A.

     ©copyrigth Jean-André.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L'organiste à l'église

     

    L'organiste à l'harmonium

    Accompagne le choeur bêlant

    Qui entonne, tonitruant,

    Entre deux ou trois vobiscum.

     

    Simple et douce, en sa robe sage,

    Elle joue avec application,

    Tous, on est rempli d'extase

    À genoux, à l'Elévation.

     

    Et quand son orgue, qui sanglote,

    Commet parfois de fausses notes,

    J'ose parfois imaginer

    Que je caresse son jersey.

     

    Car, elle est jeune, belle et grave.

    Quand elle pianote avec onction

    J'aimerais tourner les pages

    Du cahier des partitions.

     

    Plus tard, elle aura un mari,

    Pas de chance que ce soit moi ;

    J'aimerais être son ami,

    Et un peu plus, autant ma foi.

     

    Papa a dit qu'elle est bien faite,

    Ce qui n'a pas plu à maman,

    Moi, j'attends la prochaine fête,

    Pour lui dire mon sentiment.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Un seul sourire d’elle

    à Alexandra

     

    Depuis des jours, la pluie ruisselle

    Sur les toitures de Bruxelles

    Depuis des jours, le ciel est gris

    Je vois que les gens sont aigris

    Quand je prends un bus ou un tram,

    La météo forme la trame

    De toutes les conversations

    Les dégâts des inondations

    Sont pires que l’année passée

    Mais pour moi, la simple pensée

    Que je la verrai tout à l’heure

    Suffit à remplir de chaleur

    Tout mon cœur et tout mon esprit

    L’amour est un soleil sans prix

    Une seule hirondelle

    Ne fait pas le printemps

    C’est ce qu’on dit ; pourtant,

    Un seul sourire d’elle

    Me réjouit autant

    Que trois mois de beau temps

    La météo ne nous promet

    Pas de meilleur temps avant mai

    Les plus privilégiés s’exilent

    Quelques semaines dans les îles,

    Dans l’Afrique au climat torride

    Ou dans le sud de la Floride

    Les autres oublient les teintes grises

    Comme ils peuvent ; certains se grisent

    A coups de cocktails colorés

    En rêvant de sables dorés

    Mais de mon coté, tant que celle

    Que j’aime vivra à Bruxelles,

    Qu’on soit en décembre ou en mai,

    Je ne la quitterai jamais

    Une seule hirondelle

    Ne fait pas le printemps

    C’est ce qu’on dit ; pourtant,

    Un seul sourire d’elle

    Me réjouit autant

    Que trois mois de beau temps

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Au secret de mon coeur

    Au secret de mon coeur

     

    La clef tourne dans la serrure

    Délivrant rêve et murmure,

    Et tes lettres que je relis

    Ont un goût de Paradis,

    Laissant à mon coeur endeuillé

    Ta voix comme adieu déchiré

    Sur d'autres histoires disparues

    D'un courrier qui n'arrive plus

     

    Vieux papiers jaunis par le temps,

    Ruban froissé qui n'est plus blanc

    Avec son satin blanc cassé,

    Un souvenir enrubanné

    Ta vie reste dans ce coffret,

    A mon oreille, tout discret,

    J'entends ton amour murmuré

    Et ton accent non oublié

     

    Une rose rouge douceur,

    Couleur effacée, à l'odeur

    Suave, pétales froissés

    Entre deux vieux mouchoirs brodés,

    Plié, déplié, replié,

    Lu comme un trésor parfumé,

    j'ouvre les mots de ton poème

    Où les ans gardent les je t'aime

     

    @copyright Claudine,

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • TU ES ANGE

    De la pluie

    Quand je pleure

    Ange volant

    Quand je regarde les oiseaux

    Ange papillon

    Quand ma vie est arc-en-ciel

    Ange douceur

    Quand je rayonne

    Ange vent

    Quand la vie se bouscule

    Ange lumière

    Quand je vois au loin

    Ange sagesse

    Quand tu me consoles

    Ange chéri

    Quand j'ai le sourire

    @copyright Théma

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

    Télécharger

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique