• Elle

    Elle

    Elle est ce paradis, à l'aube étincelante,
    Ces ciels scintillants, ivres de beaux soleils,
    Cette alchimie des fleurs douces et enivrantes,
    Cette tendre candeur de l'enfant qui sommeille.

    Elle danse dans l'azur et dort sous les étoiles,
    L'écume du nuage, enveloppe son corps,
    La lune est son amie sous le ciel qui se voile,
    Quand l'espace se vêt de ses doux cheveux d'or.

    Et elle est la nature et l'air que tu respires,
    La rosée du matin qui perle sur la fleur,
    Ce havre de tièdeur, chaumière où tu aspires,
    A l'ébauche du songe, à l'ivresse du coeur.

    Elle est , amour naissant dans les haillons d'écume,
    Elle vogue dans les eaux, où dort le poisson d'or,
    Et tes yeux attendris s'endorment sous la lune,
    Ivres de ses promesses, quelques instants encore.

    MTE. (Le 29 septembre 2013)
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • QUE DE BEAUX SOUVENIRS

     

    On s'aimait comme deux enfants
    Plus maintenant
    On s'aimait d'un amour pur et innocent
    Par ma faute j'ai tout gâché
    Mon erreur a été de trop t'aimer
    Mes yeux étaient juste pour toi
    Je ne peux pas dire que j'en suis désolée
    Je n'aurais pas pu m'en empêcher
    Parfois tu sais quand je suis seule et que je pleure
    Je me remémore nos instants de bonheur 
    Nos meilleurs souvenirs 
    Je revois ton visage qui fait battre mon coeur
    À cent mille à l'heure
    Après de si longues années
    Je pense encore à toi
    Dans mon coeur une petite place je te garde
    @copyright Théma

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Aux beaux jours d'octobre

    La fin de l'été sourit, rougissant les pommes
    Avec les souffles ensoleillés d'un doux automne
    Musique douce dans le vent qui ronronne
    Et le raisin n'attends pas ... fini le somme  !!

    L'automne est bien là, mes pas marchent sur lui
    Vite, je m'active avant que le ciel qui noircit
    Remplisse de nuages endeuillés, la nuit,
    Au lever mes pas vont, murmures sans bruit,

    Et les pétales des fleurs se laissent soufflés
    Le soleil ne venant plus les embrasser,
    S'enfuient au vent les couleurs toutes dispersées
    Arc en ciel embrasé, comme un dernier baiser.

    Ma terre et la brume sont mouillées du matin
    Les feuilles sont rouillées sous mes souliers fins
    Mille ombres grises se promènent au jardin
    Il fera chaud aux parfums du soir dans le vin.

    Journée mélancolique d'automne, tristesse
    Qui rougit, vibrante comme des ivresses,
    Offrant bonheur et couleurs aux jours de messe
    Apaisant les larmes des chagrins qu'on confesse ...

    Les premiers frimas sont là, prières aux champs
    Comme l'hirondelle caressant le printemps
    Aux souffles empourprés sur les ailes d'antan
    Mes pas soliloquent sur le temps naissant ...

    @copyright Claudine

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    LES SAINTES NITOUCHES-

    Elles se disent fières d'être soi-disant prudesS'offusquant à l'impudeur de nudités dévoilées
    A en demander la censure de l'oeuvre d'artisteCréée pour la beauté de l'art, et non par vice
    Se délectant de ces scènes érotiques, ou corpsEntremêlés du jeu de l'amour, pour fantasmer
    Ou pour la pratique, mais ceci-dit bien cachéesDerrière leur hypocrisie au plaisir  voyeurisme
    S'octroyant le titre de censeurs au  détrimentD'une passion pour des connaisseurs avisés
    Croyant à la bonne foi de leur moralité, naïfsSous influence , jugent  créations perverses

    Ayant prié Dieu de leur pardonner tout pêchéSavourent le Kamasutra, leur livre de chevet

    copyright @ CHRYS (CK)

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Une page de vie

    Hier s'en est allé
    emportant sur son aile
    et le temps et le destin
    Hier était journée belle
    tu as pris un autre chemin
    Hier s'en est allé

    Aujourd'hui est né
    posant au coeur des souvenirs
    ses pas sur l'autre demain
    Aujourd'hui va partir
    sans toi sans câlin
    Aujourd'hui est né

    Quand demain s'enfuira
    m'emmenant vers les Cieux
    suivant tes pas ton chemin
    Demain sera amoureux
    toi et moi ne serons qu'un
    Quand demain s'enfuira

    @copyright Claudine

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

    JE SERAI TOUJOURS LÀ POUR TOI

    JE SERAI TOUJOURS LÀ POUR TOI

     

    Quand tu verseras une larme
    Je serai toujours là pour toi
    Quand tu lanceras un cri d'alarme
    Je serai toujours là pour toi
    Quand tu seras fatiguée
    Quand tu seras tannée
    Je serai toujours là pour t'encourager
    Quand tu auras besoin d'une oreille pour t'écouter
    Quand tu auras besoin d'une main pour te relever
    Quand tu seras désespérée
    Quand tu auras besoin d'un câlin pour t'apaiser
    Je serai toujours là pour te consoler
    Quoi qu'il arrive, du bonheur,de la peine
    Je serai toujours là pour toi
    @copyright Théma

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  
    PRÉCEPTE CHINOIS

     Voici un gentil petit poème sur l'argent

     
    L'ARGENT
     Il peut acheter une maison
       Mais pas un foyer
     
     Il peut acheter un lit
       Mais pas le sommeil
     
     Il peut acheter une horloge
       Mais pas le temps
     
     Il peut acheter un livre
       Mais pas la connaissance
     
     Il peut acheter une position
       Mais pas le respect
     
     
     Il peut payer le médecin
       Mais pas la santé.
     
     Il peut acheter du sang
        Mais pas la vie
     
     Il peut acheter du sexe
       Mais pas de l'amour
     

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

     
    Mon Amour – Mon Ange
    Je t’aime…    
         Aussi vrai qu’il existe, autour de nous ces forêts ;
         Gigantesques et merveilleuses, sans un regret ;
        D’en parcourir avec toi tout leurs sentiers.  
    Je t’aime…  
         Aussi vrai qu’il existe, sur cette terre une jolie fleur ;
         Comme toi débordante de douceurs ;
        Et qui enivre de suaves odeur, Mon Cœur et Mon Âme. 
    Je t’aime…
         Aussi vrai qu’il existe, dans ton Cœur tant d’Amour ;
         Pour tes enfants, lumière de tes jours ;
        Quand leurs visages s’illuminent d’un sourire.
    Je t’aime…
         Aussi vrai qu’il existe, dans ton Cœur cette flamme ;
         Qui éclaire les sentiers de mon Âme ;
        Vers ce Bonheur, avec toi partagé; 
    Je t’aime…
         Aussi vrai qu’il existe, en nous le souffle de la vie ;
         Qui un jour nous a réuni ;
        Sur ces chemins aux multiples épreuves. 
    Je t’aime…  
         Aussi vrai qu’il existe, tes yeux qui lisent ce Poème ;
         Qui te chante en vers, combien je t’Aime ;
        Et ce désir qui me brûle, de te serrer dans mes bras.
    Je t’aime…
         Comprends-tu la Grandeur de Ces… Je t’Aime ?
         Qui nous ouvrent les chemins du Bonheur ;
        Après toutes ces souffrances et toutes nos peines ;
        Nous pouvons toi et moi, donner un peu de joie en nos Cœur ;
        Tu es pour moi, toutes ces grandeurs liées ;
        Comme un bouquet merveilleux de fleurs d’orchidées.
         Je t’aime…
    Aussi fort que toutes Ces Grandeurs ;
         Qui sèment tout autour de nous ;
        Des parterres de fleurs ;
        Si soyeux et si Doux.
       Je t’aime… Aussi fort que brillent toutes les étoiles ;
       Je t’aime… Aussi fort qu’un brûlant soleil ;
       Je t’aime… Découvres toutes Ces Grandeurs ;
                          Aussi grande qu’elles soient…
                      En soulevant le voile.
        Je t’aime… Je t’aime… Je t’aime…
                          Que te chantera toujours ;
                      Mon Cœur en Larmes d’Amour ;
                      Car lui d’Amour… Il t’Aime.

     
    ----
    Copyright © Mandras  

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  
    Mon jardin secret
     
     

    Mon jardin secret


    Au revoir mes amis, je m'en vais .
    mon jardin m'attend et je ne peux m'attarder.
    Le jasmin,les roses et les rossignols chantent ma venue,
    Et m’entraînent dans la farandole de l'oubli.
    les écureuils me volent les soucis et les cachent aux creux de l'olivier.
    les oiseaux écoutent mon histoire et le zéphyr sèche mes larmes.
    je m'endors au pied des arbres en rêvant de ma mie.
    ses boucles m'ont fait perdre la raison,et mon cœur s'enflammé..
    je suis devenu poussière foulée par ses pieds.
    S.belaid
    Google Bookmarks

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique