• Tenues de plumes en fête.

    Tenues de plumes en fête............Marie Laborde


    Les habits de plumes, avec élégance portés,
    Sont enrobés de charme et un brin de volupté.
    En période d'amour, les oiseaux émoustillés
    M'émerveillent de leurs danses sacrées,
    De la préparation du voile de la mariée 
    En passant par la répétition des pas cadencés,
    Dans une envolée de blanches plumes ébouriffées. 
    Je croise un couple de colombes emmitouflées
    Dont la blancheur virginale me fait rêver.
    Puis vient le ballet des espèces colorées.
    D'un léger mauve pour un corps bleu foncé,
    Pattes et bec rouges, un peu de noir ajouté
    A l'extrémité des plumes caudales pour plus de beauté,
    Cet oiseau déploie en vol son divin plumage velouté.
    Une boule toute rose, de majestueuses plumes recourbées,
    De nuances diverses, du fuchsia vers le sol au dos rosé,
    On dirait une splendide fleur sur une tige rouge et grisée. 
    Mais où est passée la tête de cet oiseau sublimé ?
    Un paon blanc avec son compère vert et bleu veut rivaliser,
    Le combat des adversaires pour sa coquette est lancé.
    C'est moi le plus fort fait valoir à sa belle le paon immaculé.
    La nature a doté les oiseaux de ses plus belles créativités.
    A la saison des amours, les parures de fête sont idéalisées,
    Les fées ont relevé les tons de leurs pinceaux divinisés.

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Rêver de toi.

    Rêver de toi..............Claude Lepenseur

    Ton image est gravée dans ma mémoire,
    Je ne peux plus t'échapper, te sortir de ma vie,
    Partout où je vais je ne fais que penser à toi,
    Peut être ignores tu combien je suis épris.


    Ta démarche si légère hypnotise mon regard,
    Tes cheveux qui flottent soulevés par le vent,
    Dansant sur tes épaules, accentuant le charme
    D'une belle Dulcinée, Vénus d'un autre temps.


    J'aime ce sourire infantile qui éclaire ton visage,
    Et le son de cette voix qui fait vibrer mon cœur,
    Tel le chant d'une sirène. Il faut que je reste sage,
    Avant que je ne succombe devant cette splendeur.


    Ton doux regard vert a pénétré mon âme,
    Tes yeux de lumière ont changé toute ma vie,
    J'aime ton corps dénudé, objet de mes fantasmes,
    Ton sourire éclatant qui illumine mes nuits.


    Un jour tu es venue dans mon jardin secret,
    Sous une pluie de roses, par des chemins fleuris,
    Tu m'as donné ta main et un baiser discret,
    J’étais émerveillé, depuis tu n’es plus partie.


    Je sais que très bientôt tu liras ce poème,
    Il m'est impératif de dire mes sentiments,
    Je voulais simplement te dire que je t'aime
    Comme te le dirait le Prince Charmant.

    Claude Lepenseur

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Majestueuse Haute Savoie !


    Beaufort et sa fabuleuse tour cerclée, au teint caramélisé,
    Aux fenêtres fleuries, adossée à une demeure sublimée
    Resplendit dans le bleu firmament parsemé de brins veloutés.
    La mairie de Chambéry est un délice architectural modernisé
    Donc l'étage s'est peint d'un délicat ton saumon rosé
    Qui relève son charme, ainsi le bâtiment peut rayonner.
    Les Aiguilles d'Arves pointent leurs crêtes sombres dans le blanc grisé,
    Le barrage de Roseland offre une étendue d'eau d'un bleu intensifié,
    Assombri par le contraste clarifié du blanc neigeux immaculé.
    Etalée dans l'épaisse végétation, parmi la roche et les superbes forêts,
    La Chartreuse Forteresse de Pierre-Châtel trône au sommet
    D'un vallon encaissé entre deux montagnes végétalisées
    Où coule une rivière en contrebas, au pied de la roche escarpée.
    Le lac d'Aiguebelette déploie son ravissant plan d'eau azuré,
    Le panorama bucolique imprime au liquide du vert satiné.
    Le Mont Granier impose la rudesse de ses flancs déchiquetés.
    Le Mont Cenis se jette à l'eau grâce à ses galettes superposées
    Qui semblent avoir glissé, comme attirées vers le liquide azuré.
    Le Lac du Bourget s'harmonise d'un délicieux havre de paix,
    Une immense allée aménagée invite à la détente le poète comblé,
    Heureux de contempler le tableau dans le voile des matinées.
    Les Alpes sont belles depuis les hauteurs, parmi les sommets
    Entourés des nuages vaporeux, blancs et gris subtilement associés.

    Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Très haut

    Très haut

    J'avais dessiné un petit drapeau,

    Il est devenu un petit oiseau,

    M'entrainant tout la haut, très haut,

    Un voyage étrange, mais que c'était beau.


    Tu seras très bien, me dit le drapeau,

    Mais moi je voulais finir mon tableau.

    Si tu veux vraiment finir ton boulot,

    Respire, respire, me cria l'oiseau.


    Enfin j'ouvre les yeux, et je suis ko,

    Je pense à ma mie, elle est mon héros,

    Il ne faut pas que sa vie finisse en sanglots.

    Maintenant réuni, on se remet au boulot.


    Un petit nénuphar, parmi les roseaux,

    Cherche à fleurir pour les rendre plus beaux,

    Mais il n'oublie pas que la haut très haut,

    l'attendra toujours un petit oiseau.


    Claude Lepenseur, le 7 aout 2015

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Galanterie

    Galanterie

     

    Les hommes petit à petit perdent la mémoire,

    Construisent leur vie sans honneur et sans gloire,

    Ils ne connaissent plus les règles de galanterie,

    Et vivent en égoïstes sans aucune courtoisie.

     

    Pour franchir une porte, la femme passait devant,

    L’homme empli de savoir vivre, aimait être galant,

    De nos jours ce comportement attire les regards,

    Avoir du savoir vivre, c’est paraître ringard.

     

    Les femmes d’aujourd’hui sont comme des objets,

    Leurs faveurs obtenues, on les jette sans regrets,

    Pour charmer une femme, inutile de l’agresser,

    Parlons-lui de ses charmes, sachons complimenter.

     

    Une femme pour moi, sera toujours une princesse,

    Celle qui habille votre vie, aimez la en déesse,

    Soyez doux et galant dans tous vos instants,

    Car cette femme un jour portera vos enfants.

    Claude Lepenseur  avril 2010

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Neige et soleil nous fascinent.

    Neige et soleil nous fascinent.

    La neige nous a toujours fascinés et pour cause,
    Elle vient rarement nous charmer de son apothéose.
    Elle enveloppe dame nature de son blanc velouté qui se métamorphose
    En tons pastel au couchant doré, étalant avec délicatesse du rose
    Graduellement sur le tapis immaculé, cependant la forêt explose
    A l'orée du bois, d'ors et d'orangés en douce symbiose
    Sous le regard de dame lune dans le firmament, grandiose,
    Elle révèle la fluorescence de la neige à l'aube qui s'impose,
    Eclaire la nuit d'une douce lueur blafarde qui s'interpose
    Et maintient le sublime décor dans une douce osmose.
    Au soleil levant, dans un azur éthéré, l'astre dore
    Le tableau lumineux, nous hypnotise à petite dose.
    Tant le spectacle est époustouflant, subtilement il compose
    Des tons bleutés à l'ombrage, des dorés qui explosent
    Sous les étincelants rayons de l'astre d'amour en overdose
    Comme si  une étoile venait nous visiter, c'est un virtuose.
    Ce soir, avant de m'endormir, derrière mes paupières clauses,
    Je verrai encore ces splendeurs, toutes ces belles choses.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La Vie Profonde -

    La Vie Profonde -...................  Anna De Noailles (1876-1933)

    Recueil - Le coeur innombrable -  (1901)

    Être dans la nature ainsi qu'un arbre humain,
    Étendre ses désirs comme un profond feuillage,
    Et sentir, par la nuit paisible et par l'orage,
    La sève universelle affluer dans ses mains.

    Vivre, avoir les rayons du soleil sur la face,
    Boire le sel ardent des embruns et des pleurs,
    Et goûter chaudement la joie et la douleur
    Qui font une buée humaine dans l'espace.

    Sentir, dans son cœur vif, l'air, le feu et le sang
    Tourbillonner ainsi que le vent sur la terre ;
    — S'élever au réel et pencher au mystère,
    Être le jour qui monte et l'ombre qui descend.

    Comme du pourpre soir aux couleurs de cerise,
    Laisser du cœur vermeil couler la flamme et l'eau,
    Et comme l'aube claire appuyée au coteau
    Avoir l'âme qui rêve, au bord du monde assise...

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Etranges et belles Dolomites,


    Les Dolomites sont des rocheuses très escarpées
    Dans la partie orientale des Alpes, très découpées.
    La dureté du minéral offre des crêtes acérées
    Au regard des amateurs de sommets volcaniques élevés,
    Abrupts, multiples pics tranchants, désordonnés
    Qui se succèdent, entremêlés, dans des tons grisés.
    Le panorama est délicieux, en fond d'une nature sublimée
    D'un vert soutenu agrémenté de milliers de rouges baies
    Dans notre champ de vision, mélangées à la verte feuillée
    Avec une petite ville montagnarde, dans la vallée

    Où le ciel bleu partiellement ennuagé ajoute son délicat velouté.
    Les Dolomites sont le plus souvent des roches déchiquetées,
    Grisâtres, presque noires lorsqu'elles sont ombragées
    Alors que les rayons solaires les font resplendir d'ambrés.
    Le vert végétal part à la conquête des monts plus modérés.
    Plus loin, plus haut, la neige, de son manteau immaculé
    Dessine des traînées blanches, le contraste est magnifié.
    Au soleil descendant, la montagne s'illumine de feu doré,
    Du jaune éclatant, de l'orangé et du marron chocolaté
    Embellissent le gris de tons incandescents idéalisés.
    L'éther s'en réjouit, il imprime son teint azuré
    Sur le tapis neigeux, dame nature a ses divins secrets.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Jolies perles de cristal.

    Jolies perles de cristal..............Marie Laborde
    Des bulles transparentes, après la pluie tombée
    Se déposent sur la végétation qui s'est purifiée.
    Elles font des frises sur les pétales fraîchement lavés
    Où des petites perles cristallines reflètent leur clarté.
    Parfois elles se fixent en dessous des tiges ramifiées,
    En suspension dans l'air, elles finissent par tomber. 
    Les insectes viennent sur les tiges végétales pour s'abreuver
    Et les reinettes vertes font la fête à la divine ondée. 
    Les grosses gouttes s'emplissent du décor de proximité,
    Elles captent formes et teintes dans leurs capsules cerclées.
    En l'absence de vent, à l'apparition d'un rayon ensoleillé,
    Le spectacle est époustouflant dans la boule cristallisée,
    Le soleil fait naître des sublimes micro-scènes végétalisées,
    Plantes et fleurs environnantes fascinées viennent s'y mirer. 
    Des bijoux tout en perles décorent les toiles d'araignées,
    Les perles grisâtres se succèdent sur les fils tricotés.
    Les feuillages sont sertis à leur pourtour de diamants fragilisés
    Qu'un souffle de vent viendra soudainement subtiliser.
    Dans les mélanges floraux, des tableaux d'une rare beauté
    Viennent se concentrer dans ses gouttes de vie sublimées.
    Les perles de cristal que l'on doit à la pluie qui les a façonnées
    Ont un charme phénoménal mais éphémère, hélas vite effacé.

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique