• Ce sera par un clair jour d'été 
     

     

    Donc, ce sera par un clair jour d'été
    Le grand soleil, complice de ma joie
    Fera, parmi le satin et la soie
    Plus belle encor votre chère beauté


    Le ciel tout bleu, comme une haute tente
    Frissonnera somptueux à longs plis
    Sur nos deux fronts heureux qu'auront pâlis
    L'émotion du bonheur et l'attente


    Et quand le soir viendra, l'air sera doux
    Qui se jouera, caressant, dans vos voiles
    Et les regards paisibles des étoiles
    Bienveillamment souriront aux époux
     
     
    Paul Verlaine

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Chimère ! Chimère !

    Chimère ! Chimère !.......J.A

    Poème autobiographique

     

    De quelque nom que je t'appelle,

    Gloire, Amour, fortune ou plaisir,

    Fantôme bleu qui nous harcèle

    Et qu'on ne peut jamais saisir,

     

    J'ai perdu jadis à te suivre

    Plus de forces qu'il n'en fallait

    Pour faire oeuvre d'Homme et pour vivre

    Et tu m'as joué, feu follet.

     

    Impassible, quoi que tu tentes,

    Je reste où je suis : j'y suis bien.

    Satisfaites ou mécontentes,

    Mes heures ne te devront rien. 

     

    Peut-être alors, esprit étrange,

    Dompté par mon coeur affermi,

    A mon foyer, d'où rien ne change

    T'assiéras-tu comme un ami.   

    J.A.

    --------

    Le poème autobiographique est un genre littéraire s'apparentant à l'autobiographie, mais rédigé en vers et non en prose. Ce sont des textes brefs, des évocations fragmentaires. La visée esthétique et suggestive l'emporte sur le souci de vérité. ⁕ (Portail de la poésie)

    Se reporter à mon dernier poème "L'aveugle et la vielle bancale".

    ---------

    Écrit et Présenté par J.A. Illustration internet

    Engagement à retirer l'image en cas de demande des ayants droit

    --------

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Nuage

    C'est un mot qui s'encièle et s'angélise
    Un mot à prononcer de façon ouatée
    D'une voix blanche ou un peu grisée.
     
    Prendre le mot avec délicatesse 
    Le porter à son oreille et écouter
    C'est un mot qui a ses secrets
     
    Le déposer sur la langue
    Le faire fondre lentement
    Goût glace au lait et barbe à papa.
     
    Veiller surtout à en prendre soin
    La peau des nuages se déchire
    Odeurs de mousse, d'herbe mouillée.
     
    Si le mot nuage prend froid,
    S'il se novembre,
    Il éternue en coulée givrées.
     
    S'il se juillette, s'il a bien chaud
    Il glisse à pas feutrés
    Écharpe bleue, lumières tissées.
     
    Parfois on le rencontre dans un regard
    Pour l'effacer il suffit d'un sourire
    S'envolent les larmes, cesse la pluie.


    Marie  Le Stanc

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • ECRIRE POUR....

    ECRIRE POUR......onoma_gaia .

    Ecrire pour sourire
    Dans un puits de surprises
    L'âme, sans plume de cire
    Compose en soupirs
    Des mots qui s'envolent à leur guise....
    A la seconde où l'esprit les libère
    En nuages vaporeux
    J'en ai plus souvenirs
    De ces mots tendresse
    D'hiver
    De ces rimes en détresse
    Epurées par l'air
    De ces mots chaleureux
    Perdus en mer
    Partis en fumée vers la lumière....
    J'accompagne l'entité
    De mes lettres se réchauffant au soleil
    Quand vos yeux brillent
    Ou quand s'éveille la pleine lune
    Et que sa lueur est à la une....
    Alors là mes lettres sont pour toi
    Mon Totem
    A la barbe fleurie
    Je sais que des cieux tu restes sans voix
    Mais que tu les aimes 
    Mes symboles aux cendres étoilées....
     
    Copyright @ Onoma Gaïa

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • J'AIME

    J'AIME........

    J'aime les fleurs
    Et leur mille couleurs
    J'aime le printemps
    Et les oiseaux gazouillant
    J'aime l'été
    Pour flâner sous le vent léger
    J'aime l'automne
    Et les feuilles tournant en farandole
    J'aime l'hiver et son cortège
    Attendant l'arrivée de la neige
    J'aime voir les rayons du soleil
    Jouant à travers les nuages
    Doucement poussés par le vent
    Certains d'un blanc cotonneux
    Glissent sous les cieux
    Parfois je crois voir un visage, un cœur
    Diaphanes et légers
    Ils flottent dans les airs
    N'ont pas de frontières
    Tout comme cette amitié
    Que je tiens à partager


    @Copyright Vizzavona2A

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique