• Les trois arbres

    Les trois arbres

    ************

    Il était une fois, au sommet d’une montagne,

    trois petits arbres qui rêvaient de ce qu’ils voulaient devenir quand ils seraient grands.

    Le premier petit arbre regarda les étoiles et dit:

    — Je voudrais contenir un trésor. Je veux être couvert d’or et rempli de pierres précieuses.  Je serai le plus beau coffre au monde !

    Le deuxième petit arbre regarda le ruisselet qui s’écoulait doucement vers l’océan et dit :

    — Je voudrais voyager en haute mer et transporter des rois puissants. Je serai le bateau le plus solide au monde !

    Le troisième petit arbre abaissa son regard vers la vallée où des hommes et des femmes

    s’affairaient dans la cohue d’une ville.

    — Pas question de quitter la montagne, décida-t-il. Je veux devenir si grand que les gens qui s’arrêteront pour me regarder, lèveront les yeux au ciel et penseront à Dieu. Je serai le plus grand arbre au monde !

    Les années passèrent. La pluie tomba, le soleil brilla, et les petits arbres grandirent. Un jour,

    trois bûcherons gravirent la montagne.

    Le premier bûcheron regarda le premier arbre et s'extasia:

    — Cet arbre est très beau. C’est exactement ce qu’il me faut. Et d’un coup de sa hache

    étincelante, il abattit le premier arbre.

    — Maintenant on va faire de moi un beau coffre ! Je vais contenir des trésors merveilleux ! Se dit le premier arbre.

    Le deuxième bûcheron regarda le deuxième arbre et dit:

    — Cet arbre est solide. C’est exactement ce qu’il me faut. Et d’un coup de sa hache étincelante, il abattit le deuxième arbre.

    — Maintenant je vais naviguer en haute mer, se dit le deuxième arbre. Je vais être un navire solide pour de puissants rois !

    Le troisième arbre frémit quand

    le dernier bûcheron regarda dans sa direction. Il se tînt bien droit, de toute sa hauteur, pointant courageusement vers le ciel. Mais le bûcheron marmonna, sans même lever la tête:

    — N’importe quel arbre fera mon affaire. Et d’un coup de sa hache étincelante, il abattit le troisième arbre.

    Le premier arbre se réjouit quand le bûcheron le porta chez un menuisier. Mais le menuisier en fit une auge. L’arbre, jadis magnifique, ne fut pas couvert d’or ni rempli de trésor. Il fut couvert de sciure et rempli de foin pour nourrir les animaux de la ferme.

    Le deuxième arbre sourit quand le bûcheron le transporta sur un chantier naval. Mais aucun vaisseau puissant ne fut construit ce jour-là. A la place, l’arbre, jadis robuste, fut scié, martelé, et transformé en simple barque de pêche. Or celle-ci était trop petite et trop frêle pour naviguer sur l’océan, ou même en rivière. Au lieu de cela, elle fut acheminée au bord d’un lac.

    Le troisième arbre fut perplexe quand le bûcheron le scia pour en faire de grosses poutres, pour l’abandonner ensuite sur un chantier de bois.

    — Que s’est-il passé ? Se demanda l’arbre, jadis majestueux. Je ne demandais qu’à rester au sommet de la montagne et à pointer du doigt vers Dieu…

    Bien des jours et des nuits passèrent et les trois arbres finirent par oublier leurs rêves.

    Mais un soir, la lumière dorée des étoiles vint luire sur

    le premier arbre, alors qu’une jeune femme déposait son nouveau-né dans la mangeoire.

    — Si seulement je pouvais lui faire un berceau, chuchota son mari. La mère lui pressa la main et sourit tandis que la lumière des étoiles brillait sur le bois lisse et robuste.

    — Quelle belle crèche ! fit-elle. Et soudain le premier arbre réalisa qu’il contenait le plus grand trésor au monde.

    Un soir, un voyageur fatigué et ses amis s’entassèrent dans la vieille barque de pêche. Le voyageur s’endormit tandis que

    le deuxième arbre s’avançait calmement sur le lac. Bientôt un violent orage éclata. Le petit arbre frémit. Il savait qu’il n’avait pas la force d’amener tant de passagers à bon port par un tel vent et une telle pluie. L’homme endormi se réveilla. Il se leva, étendit la main, et commanda : “Calme-toi !”L’orage s’arrêta aussi vite qu’il avait commencé. Et soudain le deuxième arbre réalisa qu’il transportait le Roi du Ciel et de la Terre.

    Un vendredi matin,

    le troisième arbre fut surpris de se voir  arracher de la pile de bois oubliée.  Il se raidit quand on porta ses poutres au milieu d’une foule moqueuse et en colère. Il frémit d’horreur quand des soldats clouèrent sur lui les mains d’un homme. Quel monstre impitoyable semblait-on faire de lui ! Mais trois jours plus tard, au lever du soleil, alors que la terre tremblait de joie en-dessous de lui, le troisième arbre sut que l’amour de Dieu avait tout changé. Cet amour l’avait rendu fort. Et désormais, chaque fois qu'on penserait au troisième arbre, on penserait à Dieu. Assurément, c’était mieux que d’être l’arbre le plus haut du monde.

    — Auteur Inconnu

    __________________

    « Mythes & Légendes De Dartmoor - La Tombe De Kitty JayCe Village Sans Routes Sort Tout Droit D’un Conte De Fées...Le plus beau village Pays-Bas Giethoorn ! »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :