• Clavardage,
    ou la vie des Russes

    ************

    Anonyme

     

    Malgré les avancées technologiques qui ont rendu la communication très facile et rapide sur toute la planète, les Occidentaux connaissent peu de chose sur la vie des Russes. Il est grand temps d'y remédier ! Voici la traduction d'un clavardage (alias "chat" en bon franglais) qui vous aidera à connaître la vie quotidienne des gens, leurs préoccupations et les tâches courantes qu'ils accomplissent de façon routinière.



    Alexander Chabala
    Camarades ! Je propose qu'on lutte contre les clichés capitalistes au sujet de notre vaste pays ! C'est un mensonge que tout le monde en Russie chevauche des ours. Le permis de conduire un ours est extrêmement difficile à obtenir ! Pour cela, il faut passer un examen oral sur l'histoire du Parti communiste, jouer "La chevauchée des Walkyries" à la balalaïka et boire quatre bouteilles de vodka en un quart d’heure, pour ensuite danser la "barynia". C’est seulement après avoir réussi ces trois épreuves que vous pouvez vous rendre dans les locaux du KGB pour y retirer votre permis de conduire un ours.


    Clichés

    Oksuro
    Vive Staline et Lénine ! Camarades, que dois-je faire ? Le réacteur nucléaire est tombé en panne, parce que mon ours s'est faufilé dans le sous-sol et l'a cogné avec sa patte ! Le pauvre s'est blessé à la patte, maintenant je ne peux plus le chevaucher et je serai obligé de lui donner de la vodka. D'ailleurs, j'en prendrai un peu moi aussi, mais pas plus de huit bouteilles. Pas moyen de réparer le réacteur… Je vais essayer d'envoyer à mon ami un missile avec un petit mot, j'espère qu'il me répondra aujourd'hui même. Vive Lénine et Staline !

     

    FreemanOnly
    Camarades ! Hier chez nous, en Sibérie, la température a monté (jusqu'à –40°C), et j'ai décidé de labourer mon jardin potager pour profiter de ce radoucissement. Pendant ce temps-là, ma babouchka dansait la "barynia" (ça m'aide quand je travaille). Bref, je me suis un peu emballé et j'ai perdu mes bons pour la vodka… Et les suivants, je ne les recevrai que dans un mois ! Aidez-moi : qui a déjà rencontré ce problème, et comment l’avez-vous affronté ?

     

    Iprit133
    Je demande votre aide, camarades ! J'étais en train de promener mon ours au centre de Moscou, quand soudain des voyous l'ont enlevé et chargé dans leur char T-34, après m'avoir frappé sur la tête avec une bouteille de vodka vide. L'ours est brun, âgé de 3 ans. Récompense pour toute info : une caisse de vodka.Clichés

     

    RusSsianType
    Échange un Topol-M contre deux seaux de vodka.

     

    Nadya DM
    Où peut-on faire castrer un ours ? (Donne trois petits oursons)

     

    Camarade Staline
    On peut faire castrer un ours dans le comité exécutif du Parti communiste de n'importe quel district. Après la castration, l'ours doit être enregistré à la gendarmerie avec la mention de son domicile. Vive la révolution d’Octobre !

     

    Lev Sergeïévitch
    Hier, les gendarmes m'ont arrêté alors que je chevauchais sur mon ours. Ils ont cru que j'étais sobre. J'ai dû prouver que j'étais ivre et boire avec eux onze bouteilles de vodka, afin qu'ils ne me retirent pas mon permis de conduire pour sobriété au volant.Clichés

     

    Zukatto35
    Vends deux chariots de chapkas. Ne pas proposer d'argent. Uniquement de la vodka et des kalachnikovs-47. Retrait sur place en Sibérie.

     

    BreddNo
    J'ai besoin d'un conseil… Mon fils ne finit pas sa vodka au déjeuner. Et hier, il a même demandé à manger ! N'est-il pas tombé malade, par hasard ?.. On m'a conseillé de lui donner du samogon, et où peut-on en trouver de qualité ?

     

    Petrov Ivan
    Bonne cuite à vous aussi, camarade ! Pourquoi il arrive-t-il à votre fils d'être sobre ? Tous vos problèmes viennent de là !

     

    sp2holeg
    Mon fils a déjà 6 ans, mais il n'arrive pas à s'endormir après ses deux bouteilles de vodka. Dites, c'est normal, ou il faut lui en donner une troisième ? J'ai peur qu'il ne fasse pipi au lit.

     

    Sergueï Pozdniakov
    Camarades ! Je vous en supplie, donnez-moi les codes de lancement des missiles nucléaires qui visent la patrie du capitalisme ! Hier, j'ai eu 12 ans, et mes parents m'ont offert un samovar en kit. Aujourd'hui, toute la famille l'a monté, en consommant deux caisses de vodka pendant le montage. Au final, on a obtenu trois missiles balistiques intercontinentaux. Mon paternel dit qu'on ne peut pas les utiliser sans les codes de lancement, mais il ne veut pas téléphoner au KGB. Aidez-moi, camarades ! Gloire au Parti !

     

    vikkoro
    J'ai acheté à mon fils le jeu de construction "Fabrique toi-même une bombe nucléaire". On l'a bricolé, ajusté de partout pendant toute la soirée, mais au final, on n'obtient que le tracteur "Belarus". Pour me consoler, je bois de la vodka.

     

     

    Vénia Piatotchkine
    Camarades, à l'aide ! Mon ours a bouffé les modérateurs en graphite du réacteur nucléaire, maintenant je ne sais pas comment refroidir la réaction dans l'appareil à samogon. Pouvez-vous me conseiller une nouvelle technologie de refroidissement à l'aide de balalaïka ?

     

    Sidor Chapkine
    Moi aussi, j'ai un problème avec mon ours : il ne boit presque plus de vodka et regarde le bouleau avec nostalgie. Quelqu'un sait, où on peut trouver un bon vétérinaire en Sibérie ? J'ai demandé au KGB, mais ils disent que tous les vétérinaires ont été fusillés.

     

    Vadim Guérassimov
    Camarades, un peu de retenue tout de même ! Nous les KGBistes n'avons pas le temps de venir fusiller tout le monde à domicile !.. Toute personne ayant maltraité un ours est priée de venir chez nous dans les locaux de la Loubianka pour y être fusillée en bonne et due forme. Et au fait, quelqu'un sait-il si l'eau chaude sera vraiment coupée dans les habitations à partir de lundi ?

     

    Nikiforov Anton
    Hier j'ai appris que mon voisin a arrêté de boire de la vodka. Je l'ai dénoncé. Entre-temps, je lui ai emprunté ses bons pour la vodka, les ai échangés contre deux caisses que j'ai bues de retour chez moi. Tout à l'heure j'en ai bu cinq autres mais je n'arrive toujours pas à m'endormir. Peut-être à cause du réacteur nucléaire, ça fait trois ans que je ne l'ai pas réparé, et il fait un bruit bizarre. Bon, je vais nourrir mon ours, puis je boirai de la vodka avec lui en jouant de la balalaïka, ensuite je lirai Marx et j'essaierai encore de dormir. Na zdrovié ! (1) Gloire au Parti communiste !Clichés

     

    ironminer
    Camarades ! Hier je me promenais le long du rideau de fer, et j'ai entendu parler en pas russe de l'autre côté. Qu’est-ce que cela signifie ? Nous ne sommes donc pas seuls dans ce monde ?

     

    Vladimir Oulianov
    Oui, camarade, nous ne sommes pas seuls ! De l'autre côté vit un peuple opprimé par le capitalisme ! Nous devons les libérer en leur apportant de la vodka, des matriochkas et des ours apprivoisés !

     

    Kostia Klimenko
    Eh les gens, que se passe-t-il ? C'est quoi ce trolling ?

     

    Beria Lavrentiy
    Que veut dire "trolling" ? Vous êtes sobre, et vous utilisez de bizarres expressions étrangères ? De quelle couleur est votre ours ? Que boit-il ?

     

    MrCor
    Des choses curieuses se passent à Moscou. Aujourd'hui près du Goum j'ai été abordé par des gens bizarres, qui se sont mis à m'expliquer en mauvais russe qu'il est inhumain de transporter un ours dans une cage, sur un char. Mais comment voulez-vous transporter un ours complètement soûl, pour éviter qu'il tombe en cours de route et qu'il se blesse ? Ensuite ils ont exigé que je le relâche. Je l'ai fait. Il les a alors poursuivis en direction du marché, et j’ai perdu mon ours de vue. Enfin, il reviendra, il est intelligent. Marre de ces touristes…

    Clichés

    ____________
    1. En russe, on ne dit pas "na zdrovié", bien que les Occidentaux utilisent cette tournure (apparue sans doute sous l'influence d'autres langues slaves) pour montrer leur "connaissance" du russe. L'expression correcte est "za (vaché) zdorovié" – "à (votre) santé".

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • BLAGUES..........sur les Tchouktches

    ****************

     

    Les blagues russes dans lesquelles apparaissent les Tchouktches sont l'équivalent des "blagues belges"de la France.
    Il s'agit d'un peuple de Sibérie Orientale dont le mode de vie traditionnel semi-nomade est étroitement lié aux rennes (leur nom signifie "propriétaires de rennes").

    La région est la Tchoukotka.

    Dans les dialogues, leur phrase débute souvent par "pourtant", un peu comme le "une fois" des blagues belges ou le "putain" du Sud-Est.

    * * ***************

    Tchouktche veut faire publier son roman. Le rédacteur en chef le lit puis dit au Tchouktche :
    - C'est un peu faible... Vous devriez commencer par la lecture de classiques : Tchekhov, Pouchkine, Tolstoï. Vous les avez lus ?
    - Ah non, Tchouktche n'est pas un lecteur, Tchouktche est un écrivain !

     

    Tchouktche arrive dans son campement, de retour de Moscou, et explique aux autres:
    - Pourtant, Tchouktche était à Moscou, Tchouktche est devenu très intelligent : j'ai appris qu'en fait Karl, Marx, Friedrich, Engels - c'est pas quatre personnes, mais seulement deux ! Et "VivelePartiCommuniste" , c'est pas une personne du tout !

     

    Tchouktche revient, enfin libéré de son service militaire, et retrouve sa femme à la maison avec un bébé.
    - Pourtant, d'où il sort, le bébé ? J'étais absent pendant deux ans !
    - Tu ne te rappelles pas ? Une fois tu m'a envoyé ta photo.
    - Mais sur la photo, on ne me voit que jusqu'à la ceinture...

     

    Un représentant chinois vient chez les Tchouktches : 
    - On vous déclare la guerre. Combien êtes-vous ?
    - 500. Et vous ?
    - Un milliard !
    - Oh là, là, on n'aura pas assez de place pour vous enterrer tous...

     

    Tchouktche demande à sa femme :
    - Pourquoi est-ce qu'on dit que nous sommes comme ça ? (il tape sur du bois dur)
    - On frappe, - dit sa femme.
    Et le Tchouktche :
    - Reste assise, je vais ouvrir.

     

    Tchouktche achète une armoire avec une glace à l'intérieur. Il l'ouvre à la maison et voit quelqu'un dans le miroir :
    - Regarde, femme, mon frère vient me voir.
    Sa femme s'approche :
    - Oui, et il amène une nana avec lui...

     

    Tchouktche vient de rentrer d'un voyage à Moscou : il annonce fièrement à sa femme une grande nouvelle :
    - Femme ! Ça y est, nous avons la télévision, et avant les voisins !
    - Abruti que tu es... tu as oublié qu'on a pas l'électricité.
    - Femme, Tchouktche y a pensé, Tchouktche a aussi acheté une prise électrique - dit-il en sortant fièrement de sa poche une belle prise multiple.

     

     

    Le régiment blindé vient de démarrer pour préparer le défilé de la Place Rouge, sauf un char qui est resté immobile.
    L'officier du char de tête se met alors à gueuler ses ordres dans la radio, mais le char reste sur place, moteur en marche. Au bout d'un moment, devant l'insuccès de ses ordres par radio, l'officier fait demi-tour et découvre Tchouktche immobile en train de regarder fixement son casque qu'il tient à deux mains.
    - Alors, abruti, qu'est-ce que tu fais ? - demande le chef.
    - Tchouktche étonné... Tchouktche jamais vu un chapeau qui parle !

     

    Tchouktche veut devenir Président du Soviet Suprême, et téléphone au Kremlin :
    - Allô, je voudrais devenir président ; qu'est-ce qu'il faut faire ?
    - Est-ce que vous êtes idiot ?
    - Non, - répond Tchouktche, - mais je ne savais pas que c'était obligatoire.

     

    Tchouktche achète un frigo. On lui demande : "Pour quoi faire ?"
    - Pourtant, pour se chauffer en hiver : dehors, il fait -40°, et dans le frigo -4°!

     

    Tchouktche demande au magasin :
    - Est-ce que vous avez des télés couleur ?
    - Oui.
    - Alors donnez-m'en une verte.

     

    Tchouktche rentre de Moscou:
    - J'ai vu Moscou, j'ai vu le slogan "Tout au nom de l'homme, tout pour le bien de l'homme", et j'ai vu aussi cet homme...

     

    Tchouktche a acheté une voiture. Il la montre à tout le monde dans son campement, et chacun admire la bête.
    Un Tchouktche frotte les phares :
    - Pourtant, quels grands yeux !
    Un deuxième tapote sur le toit :
    - Pourtant, quelle peau solide !
    Le troisième tire sur le pot d'échappement, et conclut :
    - Pourtant, c'est un mâle !

     

    Un Tchouktche est parti en voyage avec sa voiture. Il ne revient pas le jour prévu, et tout le monde s'inquiète. Le temps passe, et un mois plus tard, alors qu'on le croyait perdu, le Tchouktche est de retour. On lui demande la raison de son retard. Tchouktche répond :
    - Pourtant, pour aller là-bas, il y a trois vitesses, c'est très pratique. Mais pour rentrer, il y en a une seule, et en plus ça m'a donné le torticolis de regarder tout le temps en arrière...

     

    Tchouktche chasse dans la taïga avec son fils. Ils voient un écureuil : pan !
    - Pourtant, la peau.
    Ils voient un élan : pan !
    - Pourtant, la viande.
    Ils voient des géologues : pan, pan, pan !
    - Pourtant, les allumettes...

     

    Deux Tchouktches sont assis dans la tente, l'un d'eux est en train de lire le journal. Il réfléchit puis déclare :
    - Le Honduras m'inquiète...
    Et l'autre répond :
    - Je t'avais dit : ne le tripote pas !

     

    Tchouktches

     

    Un Tchouktche en voit un autre qui a creusé un trou dans le sol et s'est caché jusqu'à la ceinture. Il lui demande : - Qu'est-ce que tu fais dans ce trou ?
    - Pourtant, je dois me faire faire une photo jusqu'à la ceinture.
    Quelque temps plus tard, le premier Tchouktche revient et voit le deuxième en train de creuser un autre trou.
    - Pourquoi tu creuses de nouveau ?
    - Pourtant, il me faut une photo en deux exemplaires.

     

    Un Tchouktche s'est marié avec une Française. Quelque temps plus tard on demande au Tchouktche :
    - Comment ça va, la famille ?
    - Bof, on a divorcé. 
    - Pourquoi ?
    - Elle est trop sale... Elle est obligée de se laver tous les jours !

     

    Un Tchouktche assis sur une branche est en train de la couper. Un passant lui dit :
    - Tchouktche, vous allez tomber !
    - Pourtant, je ne le crois pas !
    Plus tard Tchouktche tombe. Il se relève l'air effrayé et dit en parlant du passant :
    - Pourtant, c'était un sorcier !

     

    Un Tchouktche rentre à la maison après la chasse. Sa femme lui demande :
    - Qu'est-ce que tu veux ?
    - Pourtant, manger.
    Elle sert le repas, Tchouktche mange. 
    - Qu'est-ce que tu veux d'autre ?
    - Pourtant, boire.
    Elle sert à boire.
    - Qu'est-ce que tu veux encore ?
    - Pourtant, faire l'amour.
    Il font l'amour.
    - Qu'est-ce que tu veux en plus ?
    - Pourtant, enlever mes skis.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • HUMOUR..

    Anonyme

    Les services secrets à l'oeuvre

     

    Trois navires de la Marine ukrainienne sont entrés le matin du 25 novembre 2018 dans les eaux territoriales russes, effectuant des manœuvres dangereuses et refusant d'exécuter les ordres des garde-côtes. Quelques heures plus tard, ils ont été arraisonnés et conduits au port de Kertch.

    Parmi les 24 membres d’équipage, les services de sécurité russes ont découvert deux agents du SBU (1). Interrogés par le FSB (2), les hommes ont avoué avoir mené une provocation et ignoré délibérément les ordres des autorités maritimes russes transmis par radio.

    L'Ukraine a déclaré que les aveux avaient été arrachés aux agents par la torture.

    Notre source au sein même des services secrets confirme ces informations et nous livre le récit détaillé des évènements.

     

    - Sur l'ordre de qui avez-vous entrepris cette mission ?

    La question avait déjà été posée plusieurs fois, mais les deux officiers du SBU ne répondaient toujours pas. L'officier du FSB qui menait l'interrogatoire soupira :

    - Tant pis, nous allons devoir employer d'autres moyens.

    Un soldat entra et dit :

    - Chef, le bain chaud et les vêtements secs pour les prisonniers sont prêts ! Ils peuvent y être conduits immédiatement !

    Puis, en jetant un regard dubitatif sur les officiers du SBU qui tournaient fièrement la tête, il ajouta :

    - Ou pas.

    Seul un bref frisson parcourant l'échine des prisonniers trahit le fait qu'ils avaient entendu les cruelles paroles du sbire russe.

    - Vous pouvez disposer, - dit le chef.

    Le soldat disparut derrière la porte, laissant passer un autre qui portait une grande miche de pain sur une planche à découper. L'officier du FSB, un sourire sadique au coin de la bouche, prit le couteau et coupa lentement un morceau, faisant apparaîte la mie savoureuse et moelleuse. L'odeur de pain fraîchement cuit emplit toute la pièce.

    - Mmm, ça sent bon, - dit le tortionnaire. – Mais c'est un peu sec…

    Il fit signe à son subordonné qui posa sur la table une bouteille de horilka (3). Au fond du liquide couleur miel flottait un petit piment rouge qui attira les regards des prisonniers. Ils avalèrent péniblement leur salive.

    - Il vous suffit de répondre à nos questions pour… - l'officier du FSB laissa la phrase en suspens.

    Les captifs fixaient toujours le piment, serrant les dents et les poings.

    - Bon, continuons, - dit l'enquêteur.

    La porte s'ouvrit de nouveau, offrant le spectacle d'un plateau chargé de deux profondes assiettes remplies de borchtch (4) chaud. Les morceaux de viande crevaient la surface écarlate du potage tels des icebergs, entourés de pommes de terre saupoudrées de persil ciselé. Les prisonniers se blottirent l'un contre l'autre pour s'offrir mutuellement le soutien dans cette rude épreuve, mais aucun ne sortit de son silence obstiné.

     

    - Ah, veuilllez m'excuser, nous avons en effet oublié quelque chose, - dit l'officier du FSB, narquois.

    Un autre plat fut posé sur la table, plein de pampouchki (5), petits pains ronds généreusement arrosés de sauce à l'ail.

    Les nerfs du plus jeune captif cédèrent.

    - Allez vous faire foutre, sales Moskals ! (6) – cria-t-il d'une voix haut perchée. – Gloire à l'Ukraine !

    - Gloire aux héros, (7) – confirma son aîné, l'air morose. – Les officiers ukrainiens ne se rendent jamais…

    - Nous ne voulions pas en arriver là, - dit l'enquêteur. – Mais il n'y a pas d'autre solution.

    Un soldat apporta solennellement un plateau décoré sur lequel trônait un impressionnant morceau de lard (8). Les cristaux de sel qui couvraient sa surface brillaient de mille feux dans la lumière crue et impitoyable de la salle d'interrogatoire ; les tranches blanc-rose promettaient un goût riche et ne demandaient qu'à être mangées…

    Cette ultime torture eut raison de la résistance des officiers du SBU. Abandonnant tout espoir d'être sauvés par leurs forces armées, ils se mirent à table.


    Porochenko et ses navires

    __________________
    1. Service de sécurité d'Ukraine
    2. Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie
    3. Boisson alcoolisée, équivalent de vodka. Horilka au piment est une spécialité ukrainienne.
    4. Soupe à base de légumes, de chou, de betteraves et de viandes, servie avec une crème épaisse.
    5. Petits pains briochés, servis traditionnellement avec le borchtch.
    6. Surnom péjoratif donné aux Russes.
    7. L'appel "Gloire à l'Ukraine !" et le contre-appel "Gloire aux héros !" date de l'époque de la Seconde guerre mondiale ; il a été utilisé comme mot de reconnaissance par les membres de l'Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) et de l'Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) de Stepan Bandera. En août 2018, les autorités ukrainiennes ont décidé de remplacer le salut traditionnel au sein de l’armée par ce slogan, décision entérinée par la Rada (parlement ukrainien) en octobre 2018.
    8. Le lard (сало salo) de cochon est un aliment culte en Ukraine, élément incontournable de l’identité culinaire.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • HUMOUR

    ***************

    Anonyme

    Le virus, la femme et l'amant

     

    Sergueï et Léna sortaient ensemble depuis un mois, et ce jour-là elle lui permit pour la première fois de la raccompagner à la maison. Ils s'embrassèrent longtemps dans l'entrée. Puis Léna invita Sergueï à prendre une tasse de café. Entrés dans l'appartement, ils passèrent tout de suite dans la cuisine, Léna fit du café, puis ils le burent en fumant et en se regardant dans les yeux. Pas un mot ne fut prononcé, mais ils sentaient qu'aujourd'hui surviendrait ce dont ils rêvaient et qu'ils désiraient depuis leur rencontre.

    Quand le café fut terminé, ils continuèrent à se taire, un peu gênés. Mais alors Léna sourit, prit Sergueï par la main et l'emmena dans sa chambre. Il la suivit docilement. Mais au seuil de la chambre il eut un mouvement de recul.

    - Qui est-ce ?.. - demanda-t-il avec appréhension en indiquant une silhouette d'homme figée devant un écran scintillant dans le coin éloigné.

     

    - Ça ? Mon mari, - dit Léna négligemment, en regardant avec mépris dans le même coin.

    - Tu es mariée ? - demanda Sergueï, abasourdi. - Mais... comment...

    - J'ai été mariée. Mais quand on a acheté l'ordinateur, mon mari m'a quittée. J'ai entendu parler d'un virus informatique, et c'est ce virus qu'il a attrapé. Je me couche - il est devant l'ordinateur, je me réveille, je pars travailler - il est devant l'ordinateur. Je ne sais pas s'il dort, s'il mange, s'il va travailler... Bref, il y a des femmes célibataires, et moi, je suis une épouse célibataire. L'unique consolation, c'est les papiers du mariage. Et c'est comme ça depuis six mois.

    - Oui, mais, quand même, en sa présence..

    - Bof, de toute façon il ne voit rien et n'entend rien. Tu veux t'en assurer ?

    Léna régla le son de la télé, de la radio et du magnétophone au maximum, prit dans le buffet un grand vase en cristal et le cassa par terre, jeta sur les éclats un plateau métallique, sauta dessus et fit des claquettes quelques minutes en tenant dans une main une perceuse en marche et en tirant de l'autre main au plafond avec un fusil de chasse. Les voisins tapaient dans les murs de tous les côtés, Sergueï pressait les mains sur ses oreilles, mais la silhouette devant l'ordinateur ne broncha pas une seule fois.

    - Alors, compris?

    - Ouais, - marmonna Sergueï. - Je n'aurais jamais cru qu'une telle chose était possible !

    - Bon, chéri, - sourit Léna. - Excuse-moi, je vais dans la salle de bains, attends-moi ici.

    - D'accord, - dit Sergueï. - Pendant ce temps-là, je vais jeter un coup d'oeil pour voir ce qui l'intéresse tant.

     

    La nuit tirait à sa fin, cédant la place au jour nouveau. Derrière la fenêtre, l'aube pointait. Léna se tenait assise dans le lit défait à fumer sans cesse en faisant tomber les cendres dans le cendrier d'un geste nerveux et en essayant de ne pas regarder les deux silhouettes masculines figées dans un coin éloigné de la chambre devant l'écran scintillant de l'ordinateur.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • HUMOUR.

    Arkadi Boukhov

    *************

    Un garçon tranquille

     

    Sa mère a emmené Choura Kokossov dans une maison de vacances pour les congés de printemps. Elle voulait rester aussi, mais on l'avait convoquée d'urgence en ville pour quelques jours.

    En partant, elle donna des instructions à Choura, dans quelle valise se trouvait le manuel d'histoire, dans laquelle les chaussettes et les pâtes de fruits, et se concerta en cachette avec les voisins de chambre.

    - Ne croyez pas qu'il est bruyant... C'est un garçon tranquille, bien élevé, il ne dérangera personne... Je vous en prie, surveillez-le...

    C'est la première fois qu'il reste seul, sans ses parents...

    - Ne vous inquiétez pas, citoyenne ! - la rassura le vacancier Sloïkine, - je suis un homme cultivé, je vais m'en occuper.

    - Moi, j'ai deux neveux à Kostroma, - soutint le deuxième vacancier Samogoubov, - je sens les enfants au fond d'eux-mêmes. Un enfant, c'est comme la cire : il vit, il vit et un jour il est grand.

    - Je vous suis très, très reconnaissante, - chuchota Kokossova, en ravalant les larmes maternelles, - j'espère tant...

     

    Et elle se sentit totalement soulagée quand le troisième vacancier - le publiciste Gridassov - plaça une promesse ferme :

    - Votre enfant, citoyenne, je le prends sous analyse. Ca fait longtemps que j'ai besoin de l'âme d'un enfant soviétique pour mes conclusions.

    Kokossova, rassurée, embrassa neuf fois un Choura gêné et partit.

    *****************

    Le même jour tard le soir Choura Kokossov, après s'être ennuyé dans sa chambre, se faufilait avec précaution dans le couloir pour aller à la bibliothèque.

    - Garçon ! - l'arrêta Sloïkine à mi-chemin. - Pourquoi tu marches sur la pointe de pieds ?

    - Maman m'a dit, - répondit Choura embarrassé, - que je ne dois pas déranger les vacanciers le soir. Il y en a peut-être qui dorment.

    - Éducation incorrecte. Étouffement de la personnalité de l'enfant. L'enfant soviétique ne doit pas marcher sur la pointe des pieds. C'est une régurgitation du passé. C'est seulement dans les pensionnats pour jeunes filles de bonne famille qu'on dormait et mangeait sur la pointe de pieds. Une attitude réactionnaire pur sang. Quand tu seras grand, tu le regretteras le premier.

    - D'accord, - acquiesça Choura. - Je ne marcherai plus sur la pointe de pieds, si c'est de l'étouffement.

    Et il descendit à la bibliothèque en claquant les talons. Il s'assit dans un fauteuil à bascule et commença à lire Pouchkine. Dix minutes plus tard, Samogoubov entra dans la bibliothèque.

    - Je vous en prie, - dit Choura Kokossov, en se levant du fauteuil, - asseyez-vous.

    Samogoubov regarda le garçon, étonné.

    - Pourquoi tu fais ça? - demanda-t-il sévèrement.

    - Je voulais vous céder ma place, - rougit Choura.

    - C'est une régurgitation du féodalisme, - remarqua Samogoubov, sentencieux. - Le Moyen-Âge profond. C'est un kurfürst de Brandebourg qui cédait sa place à Pépin le Bref. Nous avons déjà balayé cet héritage. L'économie de notre temps dit que l'enfant soviétique doit rester assis là où il est.

    - Bien, - soupira Choura, - je ne céderai pas ma place.

    - Et qu'est-ce que tu lis ?

    - Pouchkine.

    - C'est un bon peintre de moeurs. Mais c'est trop tôt pour toi. Est-ce qu'un garçon soviétique a besoin de ces voiles solitaires et blanches en pleine mer (1) ?

    - C'est de Lermontov.

    - C'est pareil - du lyrisme. Tu as besoin de nourriture spirituelle pour ton imagination. D'une recharge d'énergie. Tiens, lis du Boussenard (2), là où on a coupé les jambes à un métis.

    Le lendemain, alors que tout le monde commençait le petit déjeuner, Choura Kokossov entra dans la cantine et s'inclina.

    - C'est à l'adresse de qui ? - demanda Gridassov avec intérêt .

    - De tout le monde, - répondit Choura timidement.

    - Bon... Introduction des moments théâtraux dans l'éducation d'un enfant soviétique. C'est une régurgitation des années quarante. Un duc entre dans la salle à manger et s'incline devant les comtes et les vicomtes. Souviens-toi, gamin, qu'un enfant soviétique doit s'approcher activement de la table où l'époque lui a préparé un morceau de mouton. Que les enfants de l'Europe petite-bourgeoise, dont le mouton a été arraché de la bouche des pauvres s'inclinent. Et toi, tu es l'enfant de notre époque présente. Compris ?

    - Compris, - dit Choura en s'insérant à table. - Il me semble que vous avez besoin de moutarde ?

    - Ne te dépense pas en altruisme bourgeois, - l'arrêta sévèrement Gridassov, - ce n'est pas l'individu qui sert la société, mais la société qui sert l'individu. Chacun prendra ce qu'il veut. Chacun a droit à sa part de vinaigre, de poivre et de moutarde, mais si un individu tend le poivre au deuxième, et que le deuxième tend le vinaigre au troisième, ce sera l'anarchie non planifiée.

    - D'accord, - dit Choura docilement, - je ne vais plus passer la moutarde.

    - L'éducation sentimentale, - soupira Sloïkine. - L'eau de rose. La période pastorale.

    - Un enfant difficile, - acquiesça Samogoubov. - Une séparation douloureuse de l'époque. On ne peut pas le remodeler.

    Le même jour après le déjeuner Sloïkine fit à Choura une nouvelle remarque:

    - T'es un garçon rusé... Sournois. Tu te tais en permanence. Tu as l'air de préparer un coup de Jarnac. Tout le monde parle, et tu restes assis à écouter...

    - Maman dit que quand les adultes...

    - Maman, maman... On est tous mamans, quand on ne sait pas éduquer. Tu as ta propre opinion ? Alors, exprime-là. Un vrai enfant soviétique doit faire entendre sa voix.

    Samogoubov enchaîna.

    - T'as l'air abattu, - dit-il tristement. - Arriéré. C'est le printemps dehors. Il faut patauger dans les flaques d'eau, jeter des pierres aux moineaux. Même Pouchkine jetait des pierres aux oiseaux. C'est maman qui te l'a interdit ?

    - Maman, - acquiesça Choura. - Pourtant, s'il le faut, je le ferai...

    *************

    Six jours plus tard, Kokossova était de retour. Elle arriva à temps pour le déjeuner directement de la gare, entra dans la cantine et pâlit.

    Choura, affalé à table, mangeait bruyamment du mouton.

    - Alors, comment il va, mon Choura ? - demanda-t-elle doucement et anxieusement à Sloïkine.

    - Un enfant incompréhensible, un enfant difficile, - hocha-t-il la tête avant de poursuivre en se détournant: - Alors je disais que si on compare l'ouvre lyrique de Byron avec celle de Lermontov...

    - Y cassent les pieds, ces deux-là,- dit soudain Choura, - l'un est boiteux, l'autre se battait en duel à tout va, et délirait sur les voiles... C'est emmerdant !

    Et il jeta hardiment un os de mouton sous la table.

    - Choura, dit Kokossova d'une voix tremblante, - passe-moi le beurre...

    - Prends-le toi-même, - répondit Choura sèchement. - Je ne suis pas un débardeur pour trimbaler le beurre et le lard...

    Dix minutes plus tard, Kokossova en larmes emmenait Choura dans la chambre. Il dansait les claquettes et crachait sur les murs.

    - Choura, calme-toi...

    - Pourquoi fiche, - cracha-t-il avec sang-froid. - je ne veux pas marcher sur la pointe de pieds, comme un kurfürst de Brandebourg. Et c'est les régurgitations qui te céderont la place, et moi, j'en ai assez ! Et arrête de chialer, ne cultive pas les féodalismes dans ce trou perdu...

    - Choura, - Kokossova se prit la tête entre les mais, - que t'est-il arrivé ? Qu'a-t-on a fait de toi ?

    Choura se mit le doigt dans le nez et dit sèchement :

    - On m'a éduqué, mémère... Allez, bouge ! J'ai deux pigeons dans le lavabo que j'ai descendus... Plume-les, on les bouffera le soir.

    1935

    ______________
    1. Une poéme de Lermontov, La voile.
    2. Louis Boussenard (1847-1910), parfois appelé le « Jules Verne du Loiret », l'un des auteurs populaires les plus lus durant l'entre-deux guerres. Ensuite il est tombé dans l'oubli le plus total en France mais reste l'un des auteurs très appréciés en Russie. Cf. les sites :
    Louis Boussenard
    Gallica BNF

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • BLAGUES sur les militaires

    ******************

    Sous-lieutenant :
    - Soldats !!! Quand vous dormez, l'ennemi ne sommeille pas ! Conclusions ?
    - Il faut dormir davantage, pour que l'ennemi crève de fatigue !

     

    - Soldat Ivanov ! Les bottes ne peuvent pas être trop étroites, ce sont vos pieds qui ne sont pas réglementaires !

     

    Un vieux général donne un cours sur le nouveau modèle de char, ultrasecret :
    - Ce nouveau modèle peut supporter des températures de - 2000° à + 200°...
    - Mon général, c'est pas possible ! La physique ne connaît pas de températures pareilles !
    - Ce char est ultrasecret, la physique n'est donc pas au courant...

     

    Un sentinelle est à son poste. Quelqu'un s'approche.
    - Mot de passe !
    - Coucou.
    - Tu peux passer.
    Un peu plus tard, une autre personne s'approche.
    - Mot de passe !
    - Faucon.
    - Mais non, ce n'est pas faucon, c'est coucou... Bon, passe.

     

    - Élèves-officiers ! Quand vous apercevez une explosion nucléaire, le plus important est de lui tourner le dos, afin que le métal fondu ne s'écoule pas sur les organes de reproduction et sur les bottes de l'État...

     

    Un soldat doit repeindre un missile balistique. Après avoir fini, il remarque qu'il a oublié le seau de peinture sur le sommet. Un général qui passe lui demande :
    - Qu'est-ce que c'est sur le missile ?
    - Euh... le bouclier cosmique, mon général !
    - Je vois que c'est le bouclier cosmique ! Mais pourquoi il n'est pas repeint ?

     

    Un général fait un discours :
    - Soldats ! Aujourd'hui, la bataille sera rude. L'adversaire est fort, perfide et bien armé. Il possède 146 chars d'assaut, 400 stingers, 800 mitrailleuses...
    Un soldat le coupe :
    - Mon général, et pourquoi foutre l'affronter ?

     

    Un sous-lieutenant a acheté une montre numérique. Un petit garçon dans la rue lui demande :
    - M'sieur, quelle heure est-il ?
    - 12 divisé par 47...
    - Et combien ça fait ?
    - Mais fous-moi la paix, petit, c'est trop dur à diviser...

     

     

    - Soldat Ivanov !
    - Oui, mon colonel !
    - Prenez une brique et abattez un avion !
    - Avec une brique ?!
    - Vous êtes un communiste, oui ou non ?
    Ivanov casse la brique en deux sur son genou :
    - Je vais abattre deux avions !

     

    Un sous-lieutenant ordonne :
    - Soldats ! Creusez ici, ici et ici ! Et moi, je vais me renseigner pendant ce temps-là, pour savoir où il faut creuser exactement...

     

    La guerre du Viêt-Nam. Un Étasunien crie :
    - Vietnamiens, rendez-vous ! Vous avez perdu !
    - Les Vietnamiens ne se rendent jamais ! Ivanov, passe-moi un obus !

     

    Le général :
    - Soldats ! Si vous êtes si cons que vous ne pouvez pas retenir les ordres de votre officier, faites comme moi : prenez un calepin et notez-les...

     

    - Les Étasuniens ont utilisé une bombe atomique. Que faites-vous ?
    - Je me transforme en charbon !

     

    L'adjudant-chef paie les soldats. À la fin, il appelle le dernier :
    - Soldat Total !
    Personne ne répond.
    - Soldat Total !
    Toujours pas de réponse. L'adjudant-chef hausse les épaules :
    - Quel con. Sa solde est la plus élevée, et il ne vient pas la prendre...

     

    Un caporal joue aux échecs avec un général et gagne trois fois de suite. Le général s'étonne :
    - Comment ça se fait ? Je suis général, je commande les armées, et toi, tu gagnes ?
    - Mon général, ici, il ne faut pas commander, il faut réfléchir avec la tête...

    Les soldats s'entraînent à monter et à démonter leurs armes dans une caserne.
    - Des questions ?
    - Affirmatif, camarade sous-lieutenant ! Pourquoi est-ce qu'on peut monter et démonter une mitraillette, mais pas un homme ?
    - Question comprise, je réponds. Imagine, Pilipenko, que tu t'es démonté et tu t'es couché pour dormir. L'alarme sonne. Tu te lèves d'un bond, tu te montes, et en te trompant tu te mets le derrière à la place de la tête. Résultat : le chapeau ne te va plus, la vareuse ne se ferme pas, tout le monde crie "hourra", et toi ?

     

    Pendant les exercices :
    - Soldat Beldyïev, il vous reste de l'eau dans la gourde ?
    - Bien sûr, mon frère !
    - Comment parlez-vous à un officier ? Je répète ma question - il vous reste de l'eau ?
    - Négatif, mon lieutenant !

     

    À une exposition de matériel militaire. On présente la tenue commando étasunienne.
    - Vous voyez, il y a trois boutons. Si le commando a chaud, il appuie sur le premier et l'air froid souffle sous la tenue. S'il appuie sur le deuxième bouton, il obtient de l'air chaud. Avec le troisième bouton, l'eau arrive par ce petit tuyau.
    On présente la tenue de commando russe - pratiquement la même, mais il y a une porte en chêne dans le dos.
    - Si le commando a chaud, il appuie sur le premier bouton, et la porte s'ouvre. S'il a froid, il appuie sur le deuxième bouton, et la porte se referme. Et s'il appuie sur le troisième bouton, la porte tombe complètement, et le commando qui en avait marre, continue à combattre encore un semaine sans la moindre fatigue.

     

    Les leçons d'orientation. Le sous-lieutenant explique les règles aux soldats :
    - Soldats, pour trouver le sud dans une forêt, il faut s'approcher d'un arbre et le regarder. Si cet arbre est un palmier, le sud est déjà ici.

     

    Un commandant vient inspecter la caserne ; tout est propre, mais il trouve un peu de poussière sous un lit.
    - Soldat Sidorov, savez-vous ce que ça signifie ?!
    - Affirmatif, mon commandant ! Le cochon trouvera toujours de la boue...

     

    Les soldats se reposent après les exercices sur le bord de la rivière. Soudain un vieux surgit, mal lavé, mal rasé, une épée à la main :
    - Hé les gars, la guerre est finie ?..
    - Non, grand-père !
    - Oh putain, salaud de Napoléon !

     

    Le sous-lieutenant sermonne les soldats :
    - Il faut bien viser en tirant sur la cible ! Seuls les spermatozoïdes peuvent toucher la cible par hasard !

     

    Viêt-Nam. Les soldats américains rentrent après une attaque. L'un d'eux est plein de bleus, l'uniforme déchiré... 
    - Que vous est-il arrivé ?
    - Les Vietnamiens m'ont battu avec les pieds.
    - Et pourquoi avec les pieds et pas avec les mains ?
    - Avec les mains, il s'étiraient les yeux pour avoir l'air asiatique...

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • BLAGUES sur les "nouveaux Russes" 3ème partie

     

    Deux "nouveaux Russes" sont assis en train de boire de la vodka. La porte s'ouvre, et le troisième "nouveau Russe" entre en pleurant. On lui demande ce qui s'est passé. Il répond en ravalant ses larmes :
    - Toute ma bibliothèque a brûlé... Les deux livres... Je n'ai même pas eu le temps de colorier le deuxième...

     

    Un "nouveau Russe" met une petite annonce :
    "Cherche à louer un F4. Propreté et ordre dans le quartier garantis."

     

    Un "nouveau Russe" est assis au restaurant. Le garçon lui apporte le dessert. Le "nouveau Russe" dit :
    - Il me semble que je t'ai vu quelque part, mec... Tu ne faisais pas partie de la cellule du komsomol à Ourupinsk en 88 ?
    - Non.
    - Alors c'est peut-être toi qui vendais les clopes pendant le championnat du foot à Moscou en 90 ?
    - Non.
    - Alors tu étais avec nous pendant l'assaut de la centrale TV en 93 !
    - Mais non...
    Le garçon s'en va, et le "nouveau Russe" lui crie après :
    - Ça y est, je me rappelle ! C'est toi qui m'a apporté le civet tout à l'heure !

     

    Un "nouveau Russe" entre dans une boutique informatique et crie :
    - C'est quoi ces salades, vous m'avez vendu une sacrée merde !!!
    Les vendeurs lui demandent d'expliquer calmement où est le problème.
    - L'étagère qui sort pour poser une tasse de café s'est cassée !
    - Quelle étagère ?!
    - Eh ben, on appuie sur le bouton de l'ordinateur et elle sort...

     

    Un "nouveau Russe" arrive au magasin et demande un téléphone portable. Le vendeur consulte son fichier :
    - Mais Monsieur, c'est déjà le cinquième téléphone que vous nous achetez ce mois-ci, vous les perdez ou ils sont défectueux?
    - Non, ce n'est rien, les piles sont nazes, elles sont vite foutues...

     

    Un "nouveau Russe" part en vacances en avion. Il aperçoit une très jolie fille à côté du Tchouktche. Alors le "nouveau Russe" propose au Tchouktche d'échanger leurs places, mais Tchouktche refuse. Le "nouveau Russe" lui propose mille dollars - ça ne marche pas, après il promet au Tchouktche de lui acheter un avion personnel - Tchouktche refuse toujours. Alors le "nouveau Russe" demande de l'aide à l'hôtesse. Celle-ci dit quelque chose au Tchouktche, qui prend ses bagages et va s'asseoir ailleurs. Le "nouveau Russe" est épaté :
    - Comment avez-vous fait?
    - Je lui ai dit que cette rangée-là ne va pas à Sotchi.

     

     

    Un monsieur n'arrive pas à démarrer sa vieille voiture, alors il prend la manivelle et tourne. Un "nouveau Russe" s'approche, lui tend un billet de 100 dollars et demande :
    - Hé mec, tu peux me jouer la "Lambada" sur ton orgue de Barbarie ?

     

    Un "nouveau Russe" se retrouve à l'hôpital après une bagarre. Le médecin l'examine et dit :
    - Il n'y a pas d'autre solution, il faut amputer ces doigts !
    - Mais tu es fou, mec, comment est-ce que je vais discuter avec les frangins ?

     

    Un "nouveau Russe" fait un saut en parachute. Soudain il voit un ange assis sur un nuage. Le "nouveau Russe" lui dit :
    - Qu'est-ce que tu fabriques là-bas ?
    - Je suis un ange, je peux faire plein de choses !
    - Ah bon ? Même une veste framboise et une chaîne en or de 15 kilos ?
    Tout ce qu'il a cité apparaît, mais le "nouveau Russe" est rapidement entraîné vers la terre sous le poids de la chaîne. Il crie à l'ange :
    - Fais quelque chose !
    Et l'ange répond en bâillant :
    - Pour un voeu supplémentaire, il faut prendre rendez-vous avec mes supérieurs...

     

    Deux "nouveau Russe" viennent d'arriver aux USA ; ils ont beaucoup d'argent, mais ne connaissent pas du tout la langue. Ils s'achètent chacun une voiture et vont se promener sur l'autoroute. Bientôt le premier est arrêté. Les gendarmes l'amènent au poste et expliquent à l'aide de traducteur qu'il a commis un excès de vitesse. Le "nouveau Russe" se défend :
    - Vous dites que la vitesse maximum est de 130, et moi j'ai vu marqué partout sur l'autoroute 160 !
    - Mais c'est le numéro de l'autoroute !
    Le "nouveau Russe" éclate de rire, et entre deux fou-rires parvient à leur dire :
    - Alors je vous signale qu'en ce moment mon frangin est en train de rouler sur l'autoroute N° 570 !

     

    L'usine ZIL a commencé la fabrication de la nouvelle alarme pour les voitures des "nouveau Russe" : au déclenchement, des mains au doigts écartés sortent de la voiture et une voix tonitruante crie : "Je comprends pas là, c'est quoi ces salades ?"

     

    Un type a trouvé une bouteille ; il l'ouvre - un djinn sort et lui propose d'exaucer trois voeux.
    - Je veux devenir "nouveau Russe" !
    Et il se retrouve habillé d'une veste framboise, une chaîne en or autour du cou, dans la main un téléphone portable et dans la poche une liasse de dollars.
    - Je veux une Mercédès 600 !
    Il se retrouve au volant d'une superbe voiture. Il touche le tableau de bord, s'assoit confortablement et dit :
    - Et maintenant je veux des sensations fortes !
    Tout à coup les portières de la voiture se bloquent, et on entend sous le siège : tic-tac, tic-tac, tic-tac...

     

    Un "nouveau Russe" se plaint à son collègue :
    - Tu sais, frangin, ça va pas, je suis complètement ruiné. Hier j'ai même essayé de me suicider, mais je n'y arrive pas...
    - Embauche un tueur à gages, alors !
    - Tu es bouché ? Je te l'ai dit - je suis ruiné !
    - Pas de problème, pour une occasion pareille je t'en prête un !

     

    Un "nouveau Russe" en difficulté financière cherche du travail :
    - Je suis spécialiste en commerce.
    - Les magasins ?
    - Oui.
    - Les appartements ?
    - Oh oui !
    - Les banques ?
    - J'ai de l'expérience, mais pas beaucoup - dix minutes seulement.
    - Comment ça ?
    - Après, l'alarme s'est mise en marche et les flics sont arrivés.

     

    Un "nouveau Russe" a payé un pope pour dire la messe à sa place. Après le service religieux le pope dit au "nouveau Russe" :
    - C'est pas mal, mon fils. Mais il ne faut pas mettre la veste framboise sur la soutane. Et les ouailles, on leur fait le signe de croix avec la croix justement, et pas avec le portable...

     

    Un journaliste pose des questions au "nouveau Russe", un richissime homme d'affaires :
    - Comment avez-vous gagné votre premier argent ?
    - Euh, comment dirai-je... A propos, ce portefeuille est à vous ?

     

    Un "nouveau Russe" vient aux pompes funèbres commander un cercueil : 
    - Je le veux noir, 4x4, avec une portière, de l'air conditionné, un minibar...
    - Et que préférez-vous comme système antivol ?

     

    Un "nouveau Russe" rate un virage et rentre dans un arbre. Il sort de la voiture et pleure :
    - Ma Mers, oh ma Mercédès...
    Un passant s'approche :
    - Regardez - vous avez une main arrachée !!!
    - Ma "Rolex", oh ma nouvelle "Rolex"...

     

    Un "nouveau Russe" est invité à un repas d'entreprise aux États-Unis. Il dévore tout ce qu'il peut et tout à coup remarque un Américain qui ne mange pas. 
    "Nouveau Russe" :
    - Comment tu t'appelles ?
    - Smith.
    - Mange, Smith, c'est gratuit.
    - Je n'ai pas faim.
    - Comment ça ?
    - Quand j'ai faim, je mange, quand je n'ai pas faim, je ne mange pas.
    "Nouveau Russe", très indigné :
    - Mais tu es un vrai animal !

     

    Un guide amène un groupe de touristes à l'Ermitage (un célèbre musée de Saint-Pétersbourg) :
    - Mesdames, Messieurs, voici le salon de Catherine la Grande !
    Tout le monde voit alors un "nouveau Russe" assis dans un des anciens fauteuils en train de parler dans son portable. Le guide s'approche :
    - Monsieur, vous vous rendez compte ! C'est le fauteuil de Catherine la Grande elle-même !
    Le "nouveau Russe" répond :
    - Hé mec, cool ! Je connais la politesse - quand elle entrera, je me lèverai !

     

    Un "nouveau Russe" va voir le directeur d'une firme, mais il est absent. La secrétaire propose alors :
    - Laissez-moi votre téléphone, il vous rappelle.
    - Mais t'es con, pouffiasse! Il coûte 1000 dollars, mon téléphone !

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Un "nouveau Russe" vient de mourir et arrive en enfer. Les diables l'habillent d'une veste framboise, de chaînes en or, lui remettent une grosse liasse de dollars et le relâchent.
    Le "nouveau Russe" entre dans un casino, tout heureux de cet argent à claquer :
    - Mille dollars sur le rouge !
    - Ici, on n'accepte pas d'argent.
    Il s'approche alors du bar :
    - Un martini sec !
    - Ici, on n'accepte pas d'argent.
    Dépité, il entre dans un restaurant :
    - Hé mec : caviar, saumon en sauce, et une carafe de vodka...
    - Ici, on n'accepte pas d'argent.
    Le "nouveau Russe" désespéré demande alors :
    - Mais merde alors, est-ce qu'à la fin on peut acheter quelque chose ici ?
    - Non.
    - Pourquoi non ?
    - Parce qu'ici... c'est un enfer pour les "nouveaux Russes".

     

    Un "nouveau Russe" rentre à la maison et trouve son fils triste ; il lui demande pourquoi. Le fils répond alors :
    - Tout le monde dans ma classe a un ordinateur et pas moi...
    - Ne t'inquiète pas, fiston, demain tu auras tout. Qu'est-ce qu'il te faut exactement ?
    Le fils énumère alors : une unité centrale, un moniteur, un clavier, une imprimante... Et il ajoute:
    - Il faut aussi un tapis pour la souris, papa.
    - Fiston, tu exagères! Tant que tu y es, demande aussi les pantoufles pour le cafard...

     

    Un "nouveau Russe" est inquiet : son médecin généraliste lui a dit que ses reins étaient fatigués.
    Le lendemain, il se rend en Mercédès dans la meilleure clinique privée de la ville pour se renseigner :
    - C'est combien pour un rein ? - demande t-il à la secrétaire.
    - Une greffe du rein, vous voulez dire ?
    - Oui, c'est ce que j'ai dit.
    - Vingt-mille dollars pour un rein, tout compris, et vingt-cinq mille pour deux.
    - Pour qui vous me prenez ? Mettez m'en trois !

     

    Un "nouveau Russe" tourmenté par ses souvenirs d'éducation religieuse se rend chez un pope :
    - Mon père, si je fais un don à votre église, est-ce que je gagnerai le pardon de mes fautes et une place au paradis ?
    - Quel genre de don, mon fils ?
    - Et bien, de l'or, des diamants, des bijoux, des dollars, des trucs comme ça...
    - Et bien mon fils, je ne sais pas si vous gagnerez le pardon et le paradis, mais je suis prêt à tenter l'expérience...

     

    Un professeur se plaint à un "nouveau Russe" de ce que son fils rackette les autres enfants de l'école.
    - Monsieur le professeur, vous avez tout à fait raison, je vais lui apprendre la politesse.
    Le lendemain, son fils perçoit comme d'habitude la taxe qu'il demande à un élève, puis il ajoute :
    - Merci. Dieu te le rendra...

     

    Deux femmes de "nouveaux Russes" discutent :
    - Hier mon mari m'a acheté une voiture japonaise pour changer de la Mercédès.
    - Charmant !
    - Et un manteau de vison, pour changer de mon vieux manteau de l'année dernière.
    - Charmant !
    - Et pour le remercier, je lui ai fait une surprise : j'ai fait changer le carrelage autour de la piscine par du rose et j'ai acheté un maillot de bain assorti !
    - Charmant !
    - Mais à la fin, pourquoi dis-tu tout le temps "charmant" ?
    - Parce que mon mari m'a payé des leçons de savoir-vivre et qu'ils m'ont expliqué qu'il faut dire "charmant" à la place de "putain de ta mère".
    - Oh putain de ta mère, je ne le savais pas !

     

     

    Un "nouveau Russe" doit se rendre à New-York pour affaire, et a chargé Abram, son comptable et éminence grise, de tout organiser.
    Le jour dit, ils embarquent en première classe dans un superbe Boeing 747 . Le "nouveau Russe" regarde alors Abram d'un air mauvais, et lui dit :
    - Alors, Abram ? Qu'est-ce que tu as encore fabriqué ? Tu sais qui je suis... Tu crois que je vais voyager avec tout le monde ?

     

    Un "nouveau Russe" imposant, à l'air prospère, entre dans un magasin suivi d'un intellectuel à lunettes maigrelet, et jette son téléphone portable sur le comptoir. Il dit d'une grosse voix :
    - C'est quoi ce merdier ?
    L'intellectuel traduit alors ces fortes paroles pour le vendeur :
    - Mon patron déclare que son nouveau téléphone ne marche pas.
    Le vendeur emporte l'appareil dans l'arrière-boutique pour le tester, puis revient.
    - Effectivement, il était défectueux. En voici un autre, avec nos excuses.
    - C'est quoi ce merdier ?.. - redit le "nouveau Russe" en le mettant dans sa poche.
    - Mon patron déclare que les performances techniques et la facilité d'utilisation de ce modèle ne sont pas pleinement satisfaisantes, mais il le prend quand même, - traduit à nouveau l'intellectuel.
    Enfin, tous deux sortent et avant la sortie, le "nouveau Russe" se retourne et dit: "Ça, c'est un merdier !"
    - Mon patron vous remercie, - conclut son conseiller, avant de s'engouffrer dans la Mercédès noire garée devant le magasin.

     

    Le fils d'un "nouveau Russe" arrive en courant :
    - Papa, papa! Mon copain Vassia a une pneumonie ! 
    - T'en fais pas, fiston... Demain on t'achètera la même, et en mieux !

     

    Deux "nouveaux Russes" discutent aux toilettes :
    - A ton avis, chier... c'est une activité physique ou intellectuelle ?
    L'autre réfléchit longuement, puis répond avec assurance :
    - Intellectuelle.
    - Et pourquoi ?
    - Parce que si c'était physique, on aurait engagé quelqu'un pour le faire à notre place...

     

    Un "nouveau Russe" revient d'un voyage "d'affaires" à New-York et essaie d'impressionner son copain qui n'a jamais quitté Moscou :
    - Les "frangins" de New-York, c'est des pros, la grande classe ! Ils habitent des appartements immenses, au six-centième étage des buildings... ils ont de supernanas... et quand ils veulent changer un peu, pour à peine mille petits dollars, ils font venir de superbes call-girls !
    Son copain, qui commence à en avoir assez de sa frime, lui rétorque :
    - Peuh ! Tes frangins ne m'impressionnent pas : moi, depuis des années, quand j'ai envie d'une belle moscovite, je vais la voir, je fais le signe à son mari... et j'emporte la femme en économisant mille dollars !

     

    Un "nouveau Russe" se rend chez un concessionnaire auto :
    - Mon associé m'a dit que la meilleure, c'est la Mercédès 600.
    Le vendeur lui présente alors ce modèle, en lui faisant l'article, insistant sur son luxe et les performances du moteur :
    - Et elle a 16 soupapes ! - ajouta t-il d'un ton admiratif.
    Le "nouveau Russe" reste dubitatif. Le vendeur lui demande alors ce qui le chagrine :
    - Je suis déçu, je croyais qu'elle avait 600 soupapes...

     

    Un "nouveau Russe" est allé aux champignons. Son associé lui demande s'il a fait une bonne récolte :
    - Ouais, pas mal. Comme il pleuvait fort, j'ai pu vérifier l'étanchéité de ma Mercédès 600, et mon chauffeur a ramassé 55 kg de champignons...

     

    Un "nouveau Russe" a été opéré de l'appendicite. Le lendemain, le chirurgien passe le voir :
    - Alors, comment vous sentez-vous ?
    - Pas très bien, docteur, c'est la première fois qu'on m'enlève quelque chose...

     

    Deux "nouveaux Russes" discutent :
    - Et ton business, ça marche ?
    - Oh, j'achète, je vends...
    - Et les bagnoles ?
    - Oh, j'achète, je vends...
    - Et la politique ?
    - Oh, j'achète les politiciens...
    - Et ta femme ?
    - Oh, je l'ai vendue et j'en ai acheté deux autres !

     

    La maîtresse apprend aux enfants à compter jusqu'à 20, 30, 40, 50... quand soudain le fils d'un "nouveau Russe" lève la main et dit :
    - Mon papa m'a dit que si je savais compter jusqu'à dix, ça suffisait !
    - Ah bon ? Et comment ça ?
    - Oui : 1 million, 2 millions, 3 millions... et à 10 millions on est un homme !

     

    Deux mormons essaient de convertir un "nouveau Russe" , mais ça n'a pas l'air de l'intéresser, alors ils ajoutent :
    - En plus la polygamie est autorisée dans notre religion, certains ont jusqu'à trente femmes...
    Le "nouveau Russe" exhibe fièrement son téléphone portable en expliquant :
    - Mais, moi aussi, je n'ai qu'à téléphoner.
    - Oh non, nous voulions dire chez vous, dans votre foyer.
    - Quoi ! En plus, il faudrait les loger et les nourrir !

     

    Un "nouveau Russe" téléphone au théâtre :
    - Salut mec, on m'a dit que vous passez une pièce cool, je veux deux billets...
    - C'est pour "Roméo et Juliette" ?
    - Non, c'est pour moi et ma meuf.

     

    Le fils du "nouveau Russe" se présente à un concours du violon. Devant le jury, il ouvre l'étui et en sort une mitraillette... L'assistance se fige, et le fils éclate d'un rire hystérique. Le président demande :
    - Qu'est-ce qu'il y a de si drôle, jeune homme ?
    - Rien... J'ai juste imaginé quelle tête doit avoir mon père au boulot !

     

    Un "nouveau Russe" se morfond dans la salle d'attente d'une maternité. La sage-femme vient le voir :
    - Vous avez un beau garçon. 
    - Combien ?
    - Trois deux cent.
    - Pas de problème !
    Et il lui donne 3200 dollars.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • BLAGUES..........sur les "nouveaux Russes".

    ***********

     

    Quelques explications sur les blagues dites des "nouveaux Russes ":

     

    L'humour est souvent le reflet d'une culture ou d'une société - l'humour anglais, l'humour juif, etc... L'humour russe, lui, s'est pendant des décennies épanoui en reflétant les difficultés, les souffrances de la population sous le régime communiste, ou les absurdités et l'hypocrisie du système (cf. quelques classiques des blagues de la période communiste, dont beaucoup de variantes ont circulé dans toutes les dictatures).

    Le passage brutal du régime communiste à un libéralisme économique sauvage a favorisé la corruption et l'émergence d'une variété d'entrepreneurs qui tenaient plus des mafieux reconvertis dans le capitalisme que des classiques dirigeants d'entreprises que connaît l'Occident, où les truands s'en tiennent à leurs activités séculaires - prostitution, jeux, etc... et demeurent discrets. En Russie et dans les ex-pays frères, ils avaient investi des pans entiers de l'économie, et ont été jusqu'à New-York réputés pour leur sauvagerie.

    Aussi, juste retour de choses, les thèmes récurrents des blagues "nouveaux Russes" sont :
    - Une veste couleur framboise, des chaînes en or, de grosses bagues, le tout analogue au mauvais goût vestimentaire des maquereaux occidentaux.
    - Une voiture Mercédès 600 noire.
    - Des gens incultes, grossiers et brutaux, de forte carrure, habitués à une nourriture riche et abondante.
    - Un signe de la main, pouce et auriculaire tendus et les autres doigts repliés, qui est une menace de mort ; parfois tellement habituel que leurs doigts en sont raidis et ne retrouvent plus la position habituelle.
    - Leur énorme pouvoir d'achat en dollars, et très ostentatoire.
    - Entre eux, les "nouveaux Russes " s'appellent "frangins".
    - Ils sont souvent accompagnés d'un intellectuel, leur conseiller financier qui, lui, est intelligent et cultivé.

     

    * * *

    Un "nouveau Russe" amène son fils au zoo et va voir le directeur.
    - Hé mec, combien coûte ton zoo? Je pourrais l'acheter pour mon fils.
    - Non, j'ai une meilleure idée : combien coûte votre fils ? Je pourrais l'acheter pour mon zoo.

    **************

    Un "nouveau Russe" drague les filles:
    - Moi, je suis quelqu'un d'important : on ne peut pas se passer de moi ! Quelqu'un doit de l'argent, j'arrive, je fais le signe à mes gars et c'est arrangé... Si j'ai un concurrent, je vais le voir, je fais le signe à mes gars, et c'est arrangé...
    Les filles répondent :
    - Vous parlez tout le temps de vos affaires de truand. Et la vie culturelle dans tout ça ?
    Alors le lendemain, "nouveau Russe" leur raconte :
    - Moi, je suis allé au théâtre, je ne me rappelle plus le titre. Un mec n'arrivait pas à étrangler sa nana et ça a duré une demi-heure. Alors j'ai fait le signe à mes gars...

    ****************

    Un "nouveau Russe" entre dans un bar et gueule:
    - Alors, bande de trouducs, où sont vos chiottes?
    Silence. Puis le barman répond :
    - Par ici. A votre droite vous verrez une porte avec l'inscription "Gentlemen", mais ne faites pas attention, entrez quand même...

    *************

    Un "nouveau Russe" achète l'ordinateur le plus puissant et appelle le service technique :
    - Chouette la machine, il y a juste un défaut.
    - Lequel ?
    - La pédale ne marche pas du tout. J'ai beau appuyer : rien !
    - Mais il n'y a pas de pédale !
    - Si, c'est le truc blanc qui clique...

     

     

    Un "nouveau Russe" entre dans une agence de voyages : 
    - Je voudrais quelque chose d'inhabituel...
    - Nous avons un séjour à Singapour, 5 étoiles, jolies filles...
    - Bof, déjà vu. J'ai dit quelque chose d'inhabituel ! 
    - Alors les Bahamas : 5 étoiles, jolies filles, service de qualité...
    - Conneries. Je veux quelque chose d'inhabituel (etc.)
    Le chef de l'agence s'approche:
    - Je peux vous proposer une nouveauté : la randonnée dans le cadre du tourisme sexuel.
    Le "nouveau Russe", très intéressé:
    - Oui?
    - Va te faire f....!

     

    Un "nouveau Russe" rentre d'un voyage à Paris et le raconte à sa femme :
    - Tu regardes à droite - putain de ta mère, tu regardes à gauche - putain de ta mère...
    La femme se met à pleurer.
    - Qu'est-ce que t'as à chialer, idiote ?
    - Mais quelle beauté, Vassia, quelle beauté !

     

    Un "nouveau Russe" vient se plaindre à la police :
    - Les racketteurs exigent de l'argent, faites quelque chose ! - dit-il en tendant un papier.
    Le policier étudie le papier et demande :
    - Est-ce que vous l'avez lu ?
    - Oui !!!
    - Lisez-moi ce qu'il est marqué en bas de page.
    Alors le "nouveau Russe" lit : "Signé: inspecteur des impôts Ivanov".

     

    Méphisto (M.) et "nouveau Russe" discutent.
    M.:
    - Je vais exaucer tes voux. Qu'est-ce que tu désires?
    "Nouveau Russe":
    - Facile : qu'on baisse les impôts, que les inspecteurs me foutent la paix!
    M.:
    - D'accord, c'est comme si c'était fait.
    "Nouveau Russe":
    - Et qu'est-ce que tu veux en échange?
    M.:
    - Ton âme.
    "Nouveau Russe" réfléchit longtemps et demande:
    - Dis-moi, juste entre nous : où est l'arnaque ?

     

    Un "nouveau Russe" vient au restaurant :
    - Hé mec, est-ce que c'est ici que j'ai dîné hier ?
    - Oui.
    - Alors c'est bien chez vous que j'ai picolé pour 10 000 dollars ?
    - C'est chez nous.
    - Ouf, Dieu merci... J'ai cru les avoir perdus !

     

    Deux "nouveaux Russes" sont arrivés en retard à un concert de musique classique. Le chef d'orchestre est déjà face à son orchestre.
    Un "nouveau Russe" montre la scène et demande à son associé :
    - Beethoven?
    - J'en sais foutre rien... Je ne le reconnais pas de dos.

     

    Un "nouveau Russe" revient de France. Sa femme lui demande :
    - Alors raconte : qu'est-ce que tu as vu à Paris ?
    - Bof, rien de spécial... Ah si, je me souviens ! Tu te rappelles, dans la cuisine de Vassia il y avait la Joconde ? Et bien maintenant, elle est au Louvre.

     

    Au restaurant, le maître d'hôtel s'approche du "nouveau Russe" :
    - Mais vous êtes fou, vous avez tué notre serveur !
    - Y a pas de problème mec, ajoute-le sur l'addition.

     

    Le fils demande à son père ("nouveau Russe"):
    - Papa, ce soir je sors, donne-moi du fric...
    - Ouais, prends-en dans le coffre-fort.
    - Et combien je peux en prendre ?
    - Bof, cinq centimètres environ... mais pas plus.

     

    Un "nouveau Russe" entre par hasard dans une galerie d'art. Il la visite brièvement et dit en partant :
    - C'est un peu pauvre chez vous... Mais alors propre, vachement propre !

     

    Lors d'une fête religieuse, alors que la messe est dite devant une foule de fidèles, un homme en veste framboise s'écrie :
    - Frangins, je marche de nouveau ! Frangins, je tiens debout sans aide !! Frangins, je peux marcher et je pourrai partir d'ici sur mes propres pieds !!!
    La foule alors l'entoure et lui demande :
    - Dis-nous, frère, comment ce miracle est-il arrivé ?
    - Il y a cinq minutes mon salaud de chauffeur m'a volé ma Mercédès !

     

    Question:
    - Pourquoi les "nouveaux Russes" roulent-ils si vite en voiture ?
    Réponse :
    - Parce que s'ils roulaient lentement, ils risqueraient d'oublier leur destination.

     

    L'inspecteur des impôts vient chez un "nouveau Russe" pour une saisie judiciaire. L'inventaire est impressionnant :
    - Villa en Espagne : 400000$, Mercédès 600 : 150000$, compte bancaire en Suisse : 500000$... Incroyable, tout cet argent que vous avez volé au peuple !
    - Mais t'es con, ou quoi ? Le peuple n'a jamais eu de sommes pareilles !

     

    Trois gamins discutent :
    - Moi, mon papa a un magasin, il a beaucoup d'argent.
    - Moi, mon papa vend du pétrole, il a encore plus d'argent !
    - Et moi, tout le monde respecte mon papa : demain il ira voir vos papas à vous, et alors il aura lui aussi plein d'argent !

     

    C'est la fin des années 20. Un appel téléphonique arrive au KGB:
    - Notre voisin a beaucoup d'argent !
    - On arrive.
    C'est la fin des années 70. Un appel téléphonique au KGB :
    - Notre voisin a beaucoup d'argent !
    - Et alors ?
    - Il l'a volé à l'État.
    - On arrive.
    Fin des années 90. Un appel téléphonique au KGB :
    - Notre voisin a beaucoup d'argent !
    - Et alors ?
    - Il l'a volé à l'État.
    - Et alors ?
    - Il ne paie aucun impôt.
    - On arrive !

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique