• "Le penseur" de Rodin : les clés d’une énigme

    "Le penseur" de Rodin : les clés d’une énigme

    Par Sophie Granel @Culturebox

    Mis à jour le 05/11/2015 à 12H01, publié le 05/11/2015 à 11H55

    "Le Penseur" d'Auguste Rodin, une oeuvre énigmatique.

    "Le Penseur" d'Auguste Rodin, une oeuvre énigmatique.

    © France 2
     

    Dans quelques jours – le 12 novembre – le musée Rodin à Paris va rouvrir ses portes après trois ans de travaux. Une occasion de redécouvrir l’oeuvre emblématique du sculpteur : "Le Penseur". Depuis toujours ce personnage énigmatique exerce une réelle fascination sur le public. Pour quelles raisons ? Voici quelques clés pour comprendre.

    Reportage : C.Airaud / D. Da Meda / K.Annette
     
    Sa silhouette voutée incite à la réflexion. "Le Penseur est, avec "Le Baiser", l’œuvre la plus connue d’Auguste Rodin. Pourtant à l’origine, le personnage n’était qu’un détail de "La Porte de l’Enfer", sculpture monumentale inspirée de "L’enfer" de Dante, commandée initialement pour le musée des Arts décoratifs. Faute de financement, le projet est abandonné en 1881. Trois ans plus tard, Rodin décide de faire du "penseur" une oeuvre à part entière.
     

    Une silhouette tourmentée

    Lors de sa présentation au public en 1888, "Le Penseur" ne récolte pas que des éloges. Qualifié de "gorille" et de "brute énorme" par certains, la statue a en effet de quoi déstabiliser un public habitué à des créations plus académiques.
     
    Doté d’une musculature impressionnante, l’œuvre dégage une impression de puissance nuancée par l’aspect tourmenté de sa silhouette. Loin des canons artistiques de l’époque qui prônent la symétrie, "Le Penseur" est complètement désaxé. Coude droit sur genou gauche, le buste complètement penché en avant, le colosse révèle ses faiblesses, celles d’un homme en proie à un dilemme. Une vulnérabilité qui a su toucher le cœur du public.

    "Le penseur" de Rodin : les clés d’une énigme

    La tombe d'Auguste Rodin à Meudon dans les Hauts-de-Seine.

    © France 2

    Unis jusque dans la mort

    Il existe aujourd’hui une centaine de penseurs dans le monde. L’un d’entre eux est placé devant le Panthéon où il symbolise la force mise au service de la Justice. Un côté protecteur qui aura accompagné Rodin jusque dans sa tombe. A Meudon où est enterré l’artiste, un exemplaire du "Penseur" veille en effet sur sa sépulture.
     
    Le Musée Rodin, 77 rue de Varenne à Paris (7e)
    Ouvert tous les jours sauf le lundi de 10h à 17h45
    Tarif plein : 10euros / réduit : 7 euros
    Le jour de sa réouverture le 12 novembre 2015, l’entrée au musée sera gratuite.

     
     
    « Ma soeur, ces mains de nuit....Léopold Sédar Senghor (1906 - 2001 Ou l’amour va-t-il se nicher ?.. »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :