• LE FLAMBEAU VIVANT.........Charles.Baudelaire (1821-1867)

    LE FLAMBEAU VIVANT

    LE FLAMBEAU VIVANT..........  

    Ils marchent devant moi, ces Yeux pleins de lumières,
    Qu’un Ange très savant a sans doute aimantés ;
    Ils marchent, ces divins frères qui sont mes frères,
    Secouant dans mes yeux leurs feux diamantés.
     
    Me sauvant de tout piège et de tout péché grave,
    Ils conduisent mes pas dans la route du Beau ;
    Ils sont mes serviteurs et je suis leur esclave ;
    Tout mon être obéit à ce vivant flambeau.
     
    Charmants Yeux, vous brillez de la clarté mystique
    Qu’ont les cierges brûlant en plein jour ; le soleil
    Rougit, mais n’éteint pas leur flamme fantastique ;
     
    Ils célèbrent la Mort, vous chantez le Réveil ;
    Vous marchez en chantant le réveil de mon âme,
    Astres dont nul soleil ne peut flétrir la flamme !
     

    « LA PRIÈRE D’UN PAÏEN.........Charles..Baudelaire (1821-1867)AU LECTEUR...........Maurice Scève (1501 ?-1563 ?). »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Lundi 1er Mars à 14:07

    Ambicygne imperceptible
    ------------

    À peine si mon corps réfléchit la lumière,
    D’être un oiseau discret je peux bien me vanter ;
    On m’a pris quelquefois pour un monstre inventé
    Au-dessus d’un comptoir par un buveur de bière.

    J’aime arpenter la friche et contempler le lierre,
    C’est un végétal noble et que nul n’a planté ;
    Lilith au temps jadis buvait à sa santé,
    Elle dont un vent tiède emporta la poussière.

    J’ai pris pour compagnons des animaux rustiques
    Qui ne tiennent jamais de propos sarcastiques ;
    Je bavarde avec eux dans le couchant vermeil.

    Pas un seul d’entre nous n’est un cracheur de flammes,
    Mais dans la paix du coeur et le repos de l’âme,
    Nous attendons l’aurore et n’avons pas sommeil.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :