• LE BÉRYL..............Rémy Belleau (1528-1577)

    LE BÉRYL

    LE BÉRYL..............

    Le Béryl que je chante est une pierre fine,
    Imitant le vert-gai des eaux de la marine,
    Quand les fiers Aquilons mollement accoiffés
    Ont fait place aux Zéphyrs sur les flots reposés.
    Quelquefois le Béryl a la face dorée
    Comme liqueur de miel fraîchement épurée,
    Dont le lustre est faiblet s’il n’est fait à biseau :
    Car le rebat de l’angle hausse son lustre beau,
    Autrement languissant, morne & de couleur paille,
    Sans les rayons doublés que lui donne la taille.
     
    Le meilleur est celui dont le visage peint
    De l’Émeraude fine imite le beau teint :
    Seul le rivage Indois le Béryl nous envoie,
    Soit ou vert ou doré. Pour les durtés du foie
    Et pour le mal des yeux il est fort souverain :
    Les soupirs trop hâtés il apaise soudain,
    Le hoquet & les rots : entretient le ménage
    De l’homme & de la femme ès lois de mariage :
    Il chasse la paresse, & d’un pouvoir ami
    Il rabaisse l’orgueil d’un cruel ennemi.
     
    Béryl, je te suppli, si telle est ta puissance,
    Chasse notre ennemi hors les bornes de France,
    Trop le peuple Français a senti les efforts
    De son bras enivré du sang de tant de morts.
     

    « De ta lèvre mignarde,............Scalion de Virbluneau (ca. 1560-ca. 1610)..Mon haleine est devenue ...........Rémy Belleau (1528-1577) »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :