• La violette (Napoléon Legendre.)

    La violette

    Dans les prés verts où le ruisseau
    Passe et murmure,
    Tu mires au cristal de l'eau
    Ta tête pure;
    Petite fleur qu'un souffle suit,
    Si parfumée,
    Par toi la brise de la nuit
    Est embaumée.

    Lorsque l'étoile, à l'horizon,
    Pâle s'allume,
    Sur ta corolle son rayon
    Blanc se parfume;
    Quand tu fuis les regards de tous,
    Humble et discrète,
    Ton doux parfum, ô Violette,
    Monte vers nous.

    Le premier souffle du printemps
    Te fait éclore.
    Et l'hiver qui blanchit nos champs
    Te voit encore;
    Dans la mansarde, ô douce fleur,
    À la souffrance
    Tu portes l'agréable odeur
    Et l'espérance.

    Quand nos larmes tombent sur toi,
    Triste rosée,
    Tu consoles dans son émoi
    L'âme brisée;
    Lorsque ton calice fermé
    Devient tout pâle,
    Ton dernier souffle qui s'exhale
    Est parfumé.

    Napoléon Legendre.

     

    « Mer cruelle de marcelle betbeder illustrée« La chevre de M. Seguin. » »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :