• La sirène..........Louis MÉNARD 1822- 1901

    La sirène

    La vie appelle à soi la foule haletante
    Des germes animés ; sous le clair firmament
    Ils se pressent, et tous boivent avidement
    À la coupe magique où le désir fermente.

    Ils savent que l'ivresse est courte ; à tout moment
    Retentissent des cris d'horreur et d'épouvante,
    Mais la molle sirène, à la voix caressante,
    Les attire comme un irrésistible aimant.

    Puisqu'ils ont soif de vivre, ils ont leur raison d'être :
    Qu'ils se baignent, joyeux, dans le rayon vermeil
    Que leur dispense à tous l'impartial soleil ;

    Mais moi, je ne sais pas pourquoi j'ai voulu naître ;
    J'ai mal fait, je me suis trompé, je devrais bien
    M'en aller de ce monde où je n'espère rien.


    Louis MÉNARD

    « Il pleut doucement sur la ville.............Paul VERLAINE (1844-1896).PAIX...........Paix”en s’inspirant de Liberté de Paul Eluard. »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    2
    Jeudi 6 Août à 17:01

    Nef de la sirène
    ----------

    Sur cette nef se tient la sirène chantante,
    Aux dames de chez toi ne la compare pas ;
    Tu ne peux point saisir son âme délirante,
    Si tu as cru cela, certes, tu te trompas..

    Parle-lui prudemment, ce n’est point ta parente,
    Ne lui propose point de dormir dans tes draps ;
    Tu peux lui raconter une histoire marrante,
    Mais par un aphorisme elle te répondra.

    La sirène est un monstre et c’est une merveille,
    Le roi la voudrait bien dans son noble château ;
    Il la régalerait d’une grappe vermeille.

    La sirène aime mieux s’approcher des bateaux,
    D’ailleurs, pour les rejoindre, elle se lève tôt ;
    Mieux vaut le rouge sang que le jus de la treille.

      • Vendredi 7 Août à 16:56

        Merci Cochonfucius c'est vrai plaisir à lire

        LD

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :