• LA NUIT DES NUITS.........Gabriel Du Bois-Hus (1599-1655)

    LA NUIT DES NUITS

     

              Le jour, ce beau fils du Soleil,
              Dont le visage non pareil
              Donne le teint aux belles choses,
    Prêt d’entrer en la mer, enlumine son bord
                    De ses dernières roses,
    Et ses premiers rayons vont lui marquer le port.
     
              Ce doux créateur des beautés,
              Roi des glorieuses clartés,
              Qui dessus nous sont répandues,
    Nous donnant le bonsoir se cache dans les eaux,
                    Et les ombres tendues
    Avertissent le ciel d’allumer ses flambeaux.
     
              Les bois ne paraissent plus verts,
              La Nuit entrant dans l’univers
              Couvre le sommet des montagne
    Déjà l’air orphelin arrose de ses pleurs
                    La face des campagnes,
    Et les larmes du soir tombent dessus les fleurs.
     
              Le monde change de couleurs,
              Une générale pâleur
              Efface la beauté des plaines,
    Et les oiseaux surpris sur le bord des marais
                    Courtisant les fontaines
    Se vont mettre à couvert dans le sein des forêts.
     
              Quelques brins d’écarlate et d’or
              Paraissent attachés encor
              À quelques pièces de nuage ;
    Des restes de rayons peignant tout à l’entour
                    Le fond du paysage
    Font un troisième temps qui n’est ni nuit ni jour.
     
              Les rougeurs qu’on voit dans les airs
              Jeter ces languissants éclairs
              Qui meurent dans les plis de l’onde,
    Sont les hontes du jour fuyant le successeur
                    Qui le chasse du monde,
    L’astre des belles nuits que gouverne sa sœur.
     
              Le Silence vêtu de noir
              Retournant faire son devoir
              Vole sur la mer et la terre,
    Et l’Océan joyeux de sa tranquillité
                    Est un liquide verre
    Où la face du Ciel imprime sa beauté.
     
              Le visage du firmament
              Descendu de cet élément
              Y fait voir sa figure peinte,
    Les feux du Ciel sans peur nagent dedans la mer,
                    Et les poissons sans crainte
    Glissent parmi ces feux qui semblent les aimer.
     
              Dans le fond de ce grand miroir
              La nature se plaît à voir
              L’onde et la flamme si voisines,
    Et les astres tombés en ces pays nouveaux,
                    Salamandres marines,
    Se baignent à plaisir dans le giron des eaux.
     
              L’illustre Déesse des mois
              Quittant son arc et son carquois,
              Descend avec eux dedans l’onde ;
    Son croissant est sa barque, où, l’hameçon en main,
                    Fait de sa tresse blonde,
    Elle pêche à loisir les perles du Jourdain.
     
              Le ciel en ce soir bienheureux,
              S’habillant de ses plus beaux feux,
              Éclate plus qu’à l’ordinaire,
    Et la nuit infidèle à son obscurité
                    A sur notre hémisphère
    Beaucoup moins de noirceur qu’elle n’a de clarté.
     
              Soleil, quitte-lui ta maison ;
              Celle qui vient sur l’horizon
              Est grosse du Dieu que j’adore ;
    Les torches qu’elle allume en la place du jour,
                    Plus belles que l’aurore,
    Lui couronnent le front de lumières d’amour.

    « CHANSON.........Jacques Gohory (1520-1576)Je n’ai rien qui me la rappelle, ..........Henry Becque (1837-1899) »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :