• La Cathédrale De Salisbury

     La Cathédrale De Salisbury

     La Cathédrale De Salisbury

    La cathédrale de Salisbury est une cathédrale anglicane 

    située à Salisbury (Angleterre).

    Histoire

    La cathédrale de Salisbury possède la flèche d’église la plus haute du Royaume-Uni, le cloître le plus vaste d’Angleterre, et l’une des quatre copies originales restantes de la Grande Charte.

    Bien que communément appelée cathédrale de Salisbury, son nom officiel est cathédrale de Sainte-Marie.

    La construction a débuté lorsque l’évêché fut déplacé de Old Sarum à Salisbury en 1221 sous l’évêque Richard Poore. En raison de la hauteur de la nappe phréatique dans le lieu retenu, la cathédrale n’a été bâtie que sur quatre plots de fondations, et vers 1258 la nef, les transepts et le chœur étaient achevés. 

    La façade occidentale était terminée vers 1265. Les cloîtres et la salle capitulaire étaient parachevés autour de 1280.

    Du fait de sa courte durée de construction, seulement 38 ans, la cathédrale de Salisbury bénéficie d’un style architectural cohérent, le style dit gothique primaire.

     La Cathédrale De Salisbury

    Des changements significatifs ont été apportés à la cathédrale par l’architecte James Wyatt en 1790, y compris le remplacement du jubé d’origine et la démolition du clocher qui s’élevait à 100 mètres (320 pieds) à l’angle nord-ouest de l’édifice principal.

    Salisbury est l’une des trois seules cathédrales anglaises à ne pas disposer d’un ensemble de cloches, les autres étant la cathédrale de Norwich et la cathédrale d’Ely.

    Salle Capitulaire & Magna Carta

    La salle capitulaire est remarquable par sa forme octogonale, le mince pilier central et la frise décorative médiévale. La frise court sur tout le mur intérieur, surplombant les stalles, et dépeint scènes et histoires issus des livres de la Genèse et de l’Exode, notamment Adam et ÈveNoé, la Tour de BabelAbrahamIsaac et Jacob

    La salle capitulaire recèle aussi la mieux préservée des quatre copies originales restantes de la Grande Charte (en latin Magna Carta).

    Cette copie est parvenue à Salisbury parce qu’Elias de Dereham, qui était présent à Runnymede en 1215, avait été chargé de répartir certaines des copies originales. 

    Par la suite, Elias était devenu chanoine de Salisbury et avait supervisé la construction de la cathédrale de Salisbury.

    L’horloge

    L’horloge de la cathédrale de Salisbury, qui date au plus tard de 1386, est probablement la plus ancienne horloge existante encore en état de marche.

    Cette horloge n’affiche l’heure sur aucune de ses faces, les mécanismes d’horloges de cette époque sonnant l’heure sur une cloche.

    Elle était à l’origine située dans le clocher, démoli en 1792. Elle a fait l’objet d’une réparation et d’une restauration en 1956.

    Le Chœur

    La cathédrale est également renommée pour avoir eu les premiers triplés choristes de cathédrale. Matthew, Thomas et Ewan Stockwell ont tous été nommés choristes en 1997 et le sont restés jusqu’en 2003.

    Représentations Dans L’art & La Littérature...

     La Cathédrale De Salisbury

    La cathédrale est le sujet de peintures de John Constable (1776–1837) et de Joseph Mallord William Turner (1775-1851), dont la Vue sur le sud depuis le cloître, Salisbury cathedral, aquarelle de 18021. La vue que l’on peut y voir a fort peu changé en quelque deux siècles.

    La cathédrale est aussi le sujet de La Nef de William Golding (1911-1993) qui raconte comment le héros, Dean Jocelin, fait de l’édification de la flèche l’œuvre de sa vie.

    Les visiteurs peuvent suivre le « Tower Tour » (en français, la visite de la tour) où ils peuvent observer l’intérieur vide de la tour, avec les traces de l’ancien échafaudage de bois.

    Dans le roman historique d’Edward Rutherfurd intitulé Sarum2, le narrateur traite de l’histoire du peuplement de la région de Salisbury, depuis les temps préhistoriques à la fin de la dernière glaciation jusqu’à l’époque contemporaine.

    La construction de la cathédrale elle-même, de sa fameuse flèche, du clocher et de la salle capitulaire sont autant de points importants de l’intrigue du roman, qui mêle véritables personnages historiques et personnages de fiction.

    La cathédrale de Salisbury est aussi celle qui a servi de modèle à la cathédrale construite dans Les Piliers de la terre, série adaptée du livre de Ken Follett Les Piliers de la terre.

    La cathédrale est le sujet de peintures de John Constable (1776–1837) et de Joseph Mallord William Turner (1775-1851), dont la Vue sur le sud depuis le cloître, Salisbury cathedral, aquarelle de 18021. La vue que l’on peut y voir a fort peu changé en quelque deux siècles.

    La cathédrale est aussi le sujet de La Nef de William Golding (1911-1993) qui raconte comment le héros, Dean Jocelin, fait de l’édification de la flèche l’œuvre de sa vie.

    Les visiteurs peuvent suivre le « Tower Tour » (en français, la visite de la tour) où ils peuvent observer l’intérieur vide de la tour, avec les traces de l’ancien échafaudage de bois.

    Dans le roman historique d’Edward Rutherfurd intitulé Sarum2, le narrateur traite de l’histoire du peuplement de la région de Salisbury, depuis les temps préhistoriques à la fin de la dernière glaciation jusqu’à l’époque contemporaine. 

    La construction de la cathédrale elle-même, de sa fameuse flèche, du clocher et de la salle capitulaire sont autant de points importants de l’intrigue du roman, qui mêle véritables personnages historiques et personnages de fiction.

    La cathédrale de Salisbury est aussi celle qui a servi de modèle à la cathédrale construite dans Les Piliers de la terre, série adaptée du livre de Ken Follett Les Piliers de la terre.

    Portail de l’architecture chrétienne

    Portail de l’Angleterre

    Liste des cathédrales de Grande-Bretagne
    Église d'Angleterre

    Architecture gothique en Angleterre
    Cathédrale anglicane d'Angleterre
    Cathédrale gothique
    Salisbury (Angleterre)
    Monument classé en Angleterre

     

     

    « Visite Des Châteaux De La Loire...Par François Silvan...Versailles : on peut enfin visiter le domaine privé de Marie-Antoinette ! »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :