• La bonne femme avide

    La bonne femme avide


    La bonne femme avide

    Il était une fois un vieux et une vieille. Un jour, le vieux va couper du bois dans la forêt. Il choisit un vieil arbre et l'attaque à la hache. L'arbre lui dit:

    - Épargne-moi, brave homme! Je ferai tout ce que tu voudras.

    - Alors fais-moi riche.

    - D'accord; rentre chez toi, tu auras tout ce que tu veux.

    La bonne femme avide

    Le vieux, à son retour, trouve une izba neuve où règne l'abondance, de l'argent à plein panier, du blé pour des dizaines d'années, des vaches, des chevaux, des moutons qu'on ne compterait pas en trois jours!

    - Ah, mon homme, d'où est-ce que ça vient, tout ça?.. - demande la vieille.

    - Eh bien, femme, j'ai mis la main sur un arbre qui fait tout ce que je veux.

    Au bout d'un mois, la vieille en a assez de sa maison cossue.

    - A quoi sert d'être riches, quand on ne nous respecte pas! Le maire peut à tout moment nous envoyer en corvée et nous faire bastonner, si ça lui chante. Va demander à ton arbre de te faire maire.

    Le vieux prend sa hache, se dirige vers l'arbre et fait mine de vouloir l'abattre.

    - Que veux-tu? - demande l'arbre.

    - Être maire.

    - D'accord, va en paix!

    A son retour, des soldats sont là qui s'impatientent:

    - Où vadrouilles-ru, vieux shnock? Trouve-nous vite un cantonnement, et un bon. Allons, remue-toi!

    Et de le rosser du plat de leur épée. La vieille, le voyant ainsi malmené, lui dit:

    - Pour ce qu'on gagne à être la femme du maire! Des soldats t'ont battu, sans parler du seigneur, qui fait ce qui lui plaît. Va donc demander à ton arbre de te changer en seigneur et moi en grande dame.

    Le vieux prend sa hache, se dirige vers l'arbre et fait de nouveau semblant de l'abattre; l'arbre lui demande:

    - Que me veux-tu, brave homme?

    - Change-moi en seigneur et ma vieille en grande dame.

    - D'accord, va en paix!

    La vieille, devenue grande dame, finit par viser plus haut.

    - Pour ce qu'on gagne à être grande dame! Si toi, tu étais colonel et moi colonelle, ce serait différent, tout le monde nous envierait.

    Elle envoie derechef son homme vers l'arbre; il prend sa hache, se dirige vers l'arbre et fait encore semblant de vouloir l'abattre. L'arbre lui demande:

    - Que me veux-tu?

    - Change-moi en colonel et ma femme en colonelle.

    - D'accord, va en paix!

    Le bonhomme, à son retour, est nommé colonel. Au bout d'un certain temps, la vieille lui dit:

    - La belle affaire d'être colonel! Le général peut, si ça lui chante, te mettre aux arrêts. Va demander à ton arbre de te changer en général et moi en générale.

    Le vieux se dirige vers l'arbre et brandit sa hache.

    - Que me veux-tu? - demande l'arbre.

    - Change-moi en général et ma femme en générale.

    - D'accord, va en paix!

    Le vieux, à son retour, est nommé général. Au bout d'un certain temps, la vieille en a assez d'être générale; elle dit à son homme:

    - La belle affaire d'être général! Le tsar, si ça lui chante, peut te déporter en Sibérie. Va demander à ton arbre de te changer en tsar et moi en tsarine.

    Le vieux se rend auprès de l'arbre et brandit sa hache.

    - Que me veux-tu? - demande l'arbre.

    - Change-moi en roi et ma femme en tsarine.

    - D'accord, va en paix!

    Le vieux, à son retour, trouve des émissaires qui lui disent:

    - Le tsar est mort, c'est toi qu'on a élu à sa place.

    Lui et sa vieille ne régnent pas longtemps; la bonne femme, jamais contente, appelle son homme et lui dit:

    - La belle affaire d'être tsar! Dieu, si ça lui chante, peut te livrer à la mort et l'on te mettra en terre. Va dire à ton arbre de nous changer en divinités.

    Le vieux obéit. Après avoir entendu ces propos insensés, l'arbre répond dans un frémissement de feuillage:

    - Sois un ours et ta femme une ourse.

    Aussitôt, ils deviennent une paire d'ours et se sauvent dans les bois (1).

    ____________
    1. Un des dieux slaves, Vélès, avait l'aspect d'un ours (entre autres).

    Mythes

    « Pouvoirs jadis attribués aux sorciers sur les objets immatériels et les animauxLa plume de Finist le fier faucon »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :