• L’INJUSTICE............Lucie Delarue-Mardrus (1874-1945)...

    L’INJUSTICE

    L’INJUSTICE............Lucie Delarue-Mardrus (1874-1945)...  

    Pendant que notre corps et notre âme se donnent
    Librement à notre seul homme,
    Que pures, fraîches, libres,
    Riches du trésor d’être honnêtes,
    Nous contentons aussi le rêve de nos têtes
    Et de nos fibres,
     
    Je pense, avec un cœur serré,
    À vous qui, malgré vous, faites l’amour, les filles !
    À votre pauvre corps de louage qu’on pille,
    Et mon être est meurtri des maux que vous souffrez.
     
    Les instincts ont croisé leurs lames de duel :
    Le mâle que tourmente une bête cachée
    S’approche. On lui vendra le geste naturel.
    L’un cherche son plaisir, l’autre cherche son pain,
    Chacun sa faim !
    C’est la quotidienne bouchée.
     
    Or les épouses sont, dans leur lit bienheureux,
    Avec l’homme choisi roulé dans leurs cheveux,
    Celles qu’on respecte et qu’on berce et qu’on soigne...
    Les filles ! Vous aussi êtes celles qu’on soigne,
    Mais c’est au fond des lupanars !
    Pour que tout homme de hasard
    Puisse en sécurité vous broyer dans ses poignes.
     
    Ainsi l’amour public déferle sur vos corps
    Sans que jamais personne vous aime.
    Et vous ne savez plus vous-mêmes
    La profondeur d’horreur de votre sort.
     
    — Très précieuse chair dont on a perdu l’âme,
    Ah ! combien dans mon cœur s’amasse de rancune
    Contre votre fatale et mauvaise fortune.
    Filles qui, malgré tout, êtes ma sœur, la femme !
     

    « Quand j’ose voir Madame,......Étienne de La Boétie (1530-1563)FURIEUSEMENT..............Lucie Delarue-Mardrus (1874-1945) »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :