• L’ÉCLATANTE VICTOIRE DE SARREBRUCK........Arthur...Rimbaud (1854-1891).

    L’ÉCLATANTE VICTOIRE DE SARREBRUCK
    REMPORTÉE AUX CRIS DE VIVE L’EMPEREUR !

    Gravure belge brillamment coloriée,
    se vend à Charleroi, 35 centimes.


    Au milieu, l’Empereur, dans une apothéose
    Bleue et jaune, s’en va, raide, sur son dada
    Flamboyant ; très heureux, — car il voit tout en rose,
    Féroce comme Zeus et doux comme un papa ;
     
    En bas, les bons Pioupious qui faisaient la sieste
    Près des tambours dorés et des rouges canons,
    Se lèvent gentiment. Pitou remet sa veste,
    Et, tourné vers le Chef, s’étourdit de grands noms !
     
    À droite, Dumanet, appuyé sur la crosse
    De son chassepot, sent frémir sa nuque en brosse,
    Et : « Vive l’Empereur !!! » — Son voisin reste coi...
     
    Un schako surgit, comme un soleil noir... — Au centre,
    Boquillon rouge et bleu, très naïf, sur son ventre
    Se dresse, et, — présentant ses derrières — : « De quoi ?.. »
     

    Octobre 1870.
    « UN HÉMISPHÈRE DANS UNE CHEVELURE.......Charles...Baudelaire (1821-1867).AU CABARET-VERT, CINQ HEURES DU SOIR.... ..Arthur....Rimbaud (1854-1891) »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    6
    Mardi 2 Juin à 17:14

    Merci Cochonfucius

    tu me gâtes actuellement et j'en suis ravie

    LD

    5
    Mardi 2 Juin à 12:37

    Manoir de l’empereur Alexandre
    ----------

    En son palais d’été, l’empereur se repose,
    Ce n’est plus la saison des dîners de gala ;
    Personne au beau jardin ne regarde les roses,
    Un aigle, ce matin, pourtant, les survola.

    L’empereur, méditant sur de futiles choses,
    Voit danser un insecte à l’ombre d’un lilas ;
    Je crois que désormais il faut qu’il se repose,
    Son corps et son esprit sont terriblement las.

    Ce monarque fut juste et ne fut pas féroce,
    Modeste fut sa table et sobre son carrosse;
    Et dans sa chambre, il n’eut qu’un petit lit de bois.

    Ses beaux jours sont finis, dans la vieillesse il entre,
    Mais il n’est pas vaincu, il a du coeur au ventre;
    Nul ne le prendra pour une bête aux abois.

     

     

    4
    Vendredi 27 Juillet 2018 à 12:31
    Cet arbre se croit un phénix ----------------- . . L’arbre-phénix est prêt pour son apothéose Et son dernier oiseau ce marin s’en alla. Le feu brûle assez fort, la flamme n’est pas rose, C’est un bûcher d’enfer au jardin que voilà. . . Qu’un arbre en use ainsi, peu fréquente est la chose ; Il crée de la stupeur chez son frère lilas Et chez les grands rochers qui au bois se reposent, Lui qui cette intention jamais ne dévoila. . . Le feu brûle bien fort, mais il n’est pas féroce, L’arbre n’éprouve point de tortures atroces ; Un certain inconfort, mais il reste de bois. . . Puis son tronc s’obscurcit, comme un fantôme, au centre Du brasier rouge et blanc qui l’avale en son ventre. Il ne renaîtra pas, mais ça le laisse froid.
      • Vendredi 27 Juillet 2018 à 12:59

        Retouche au deuxième vers, « ce matin ».

    3
    Vendredi 27 Juillet 2018 à 11:55

    Transfiguration d’un petit lézard
    -------------------------------------

    Ce lézard s’illumine en une apothéose
    Bleue et jaune, un habit qu’on dirait de gala.
    Flamboyant , très heureux, il voit sa vie en rose,
    Il trouve un paradis au jardin que voilà.

    En bas, quelques fourmis rangeant diverses choses ;
    Les tournesols dorés et les mauves lilas,
    Se dressent gentiment. Le lézard se repose,
    Savourant le trésor qu’un ange dévoila.

    Nul hôte du jardin ne se montre féroce,
    La citrouille jamais ne se change en carrosse,
    Pas même un chant d’oiseau, le lézard reste coi...

    Un bousier surgit, comme un soleil noir... — Au centre,
    Un lombric rouge et blanc, très naïf, sur son ventre
    S’avance et se tortille, il cherche, on ne sait quoi.

      • Vendredi 27 Juillet 2018 à 14:55

        Merci Cochonfucius de me rajouter

        tes poèmes,  c'est  un vrai plaisir pour moi à lire

        Bon week-end

        LD

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :