• L'aveu..............Gaston COUTÉ 1880 - 1911

    L'aveu

    L'aveu..............

    (Sonnet)

    A ma dame.

    Ton âme avait alors la blancheur des grands lys 
    Que berce la chanson des vents rasant la terre ;
    L'Amour était encor pour toi tout un mystère, 
    Et la sainte candeur te drapait dans les plis

    De sa robe... Ce fut par les bois reverdis, 
    A l'heure où dans le ciel perce la lune austère. 
    Je te vis, je t'aimai, je ne pus te le taire 
    Et tout naïvement alors je te le dis.

    Tu fixas sur mes yeux tes yeux de jeune vierge, 
    Brillants de la clarté douce et pure d'un cierge, 
    Ton front rougit... tu n'osas pas me repousser.

    Et l'aveu tremblotant, dans un soupir de fièvre, 
    S'exhala de ton coeur pour errer sur ta lèvre, 
    Où je le recueillis dans un premier baiser.
    « Plus oultre..............Paul-Jean TOULET 1867 - 1920Tout cela qui sent l'homme à mourir me convie...........Théodore Agrippa d' AUBIGNÉ 1552 - 1630 »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :