• J’aime si hautement que,...Flaminio de Birague (1550 ?-ca. 1610).

    J’aime si hautement que,....

    J’aime si hautement que je n’ose nommer
    La divine beauté Reine de mon courage,
    De peur que le vulgaire ignorant et volage
    De ma témérité ne vienne me blâmer.
     
    Si veux-je toutefois plutôt me consumer,
    Aimant une Déesse en peine et en servage,
    Et souffrir maint ennui, mainte mort, mainte rage,
    Qu’être content de peu et bassement aimer.
     
    Que si mon entreprise est haute et malaisée,
    La victoire en sera plus belle et plus prisée.
    On connaît le soldat aux exploits dangereux,
     
    On connaît le Nocher alors que la Tourmente
    Menace son vaisseau sur la mer véhémente,
    Et aux braves desseins un esprit courageux.

    « Ô cœur triste et pensif,......Flaminio de Birague (1550 ?-ca. 1610)Ma vie est un Enfer,...........Flaminio de Birague (1550 ?-ca. 1610). »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :