• Immense voix........Henri Michaux (1899 - 1984)

    Immense voix

    Immense voix........

    Immense voix qui boit qui boit

    Immenses voix qui boivent qui boivent qui boivent

    Je ris, je ris tout seul dans une autre dans une autre dans une autre barbe

    Je ris, j'ai le canon qui rit le corps canonné je, j'ai, je suis

    ailleurs! ailleurs! ailleurs!

    Une brèche, qu'est-ce que ça fait?



    un rat, qu'est-ce que ça fait? une araignée?

    Étant mauvais cultivateur je perdis mon père non, n'apportez pas de lumière donc je le perdis

    Le commandement s'éteignit plus de voix.
    Plus étouffée du moins
    Après vingt ans, à nouveau, qu'est-ce que j'entends?

    Immense voix qui boit nos voix

    immense père reconstruit géant

    par le soin, par l'incurie des événements

    Immense
    Toit qui couvre nos bois

    nos joies

    qui couvre chats et rats

    Immense croix qui maudit nos radeaux qui défait nos esprits qui prépare nos tombeaux

    Immense voix pour rien

    pour le linceul

    pour s'écrouler nos colonnes

    Immense « doit » « devoir »



    devoir devoir devoir
    Immense impérieux empois.

    Avec une grandeur feinte immense affaire qui nous gèle

    Étions-nous nés pour la gangue? Étions-nous nés, doigts cassés, pour donner toute une vie à un mauvais problème

    à je ne sais quoi pour je ne sais qui

    à un je ne sais qui pour un je ne sais quoi

    toujours vers plus de froid?

    Suffit !
    Ici on ne chante pas

    Tu n'auras pas ma voix, grande voix

    Tu n'auras pas ma voix, grande voix

    Tu t'en passeras grande voix
    Toi aussi tu passeras
    Tu passeras, grande voix.

    *************************************************

    Naissance: 24 mai 1899 Namur, Belgique
    Décès: 19 octobre 1984 Paris, France

    Henri Michaux(Namur, 24 mai 1899 – Paris, 19 octobre 1984) est un écrivain, poète et peintre d'origine belge d'expression française naturalisé français en 1955.

    en 1922, lors de son séjour à l'hôpital consécutif à ces problèmes cardiaques, il découvre Lautréamont, dont l'oeuvre lui donne la liberté et l'étincelle créative pour écrire ses propres poèmes. « Cas de folie circulaire », fut son premier poème publié en 1922 dans la revue littéraire Le Disque Vert, dirigée par Franz Hellens. Celui-ci, fervent amateur de Michaux, ira jusqu'à le nommer co-directeur

     

     

    « La femme et la flamme...........Aimé Césaire (1913 - 2008)..La cave aux saucissons...........Henri Michaux (1899 - 1984) »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :