• Histoire du département de l’Aisne
    (Région Picardie)
     
    *************
     

    Le territoire dont a été formé le département de l’Aisne était occupé, avant la conquête romaine, par diverses peuplades, qui ont laissé leur nom aux provinces, ultérieurement constituées dans le royaume de France. Le pays habité par les Suessiones est devenu le Soissonnais. Le Laonnais est l’ancienne patrie des Lauduni, de même que la Vermandois et le Noyonnais étaient originairement les contrées où vivaient les Veromandui et les Novioduni. Si nous ajoutons la Thiérache à ces divisions primitives, si nous rappelons que, dans la répartition territoriale des grandes provinces, le Noyonnais et le Laonnais furent incorporés à l’Ile-de-France, pendant que le Vermandois, la Thiérache et le Soissonnais continuaient à faire partie de la Picardie, il n’y a donc pas d’unité dans l’histoire générale du département et ses villes furent chacune, et pendant longtemps, le centre et la capitale d’une petite province.

    Après avoir pris part à la grande lutte nationale contre les Romains, les Suessioness’allièrent avec ces mêmes Romains contre les Belges et contribuèrent à la victoire que Jules César remporta sur eux à Bibrax ; ce qui fit que cette partie de la Gaule fut traitée par les Romains moins en pays conquis qu’en alliée. Les villes furent embellies, des temples et des monuments d’utilité publique furent élevés ; des routes dont il reste encore des traces furent construites. Aussi, plus qu’aucun autre de la Gaule, ce pays semble-t-il s’être absorbé dans l’unité du monde romain ; il avait été compris, sous le règne d’Honorius, dans la seconde Belgique.

    Quand les hordes barbares se ruèrent sur la Gaule, les Romains trouvèrent, sur les bords de l’Aisne, des alliés dévoués et courageux, qui les assistèrent vaillamment dans leurs efforts pour repousser l’ennemi commun ; les Suessiones et les Lauduni se signalèrent dans la résistance victorieuse qui fut opposée à l’invasion des Vandales en 407 ; mais moins d’un siècle plus tard, en 486, la fortune imposa de nouveaux maîtres à la Gaule ; les plaines de Soissons virent la défaite de Syagrius, le dernier représentant de la domination romaine, et la victoire des Francs commandés par Clovis.

    A la mort de ce prince, dans le partage de ses États, le Soissonnais forma, de 511 à 558, un royaume indépendant qui se confondit ensuite dans celui de Clotaire Ier. Chilpéric, un de ses fils, eut à son tour le Soissonnais en héritage et prit le titre de roi de Soissons. Chez tous les princes de la première race, jusqu’à Louis d’Outre-mer, qui, en 936 fixe sa résidence à Laon, nous trouvons une prédilection marquée pour cette contrée, soit que l’importance des villes les désignât alors comme places stratégiques ou sièges d’administration, soit que le caractère des habitants se fût concilié la faveur des nouveaux maîtres, comme il avait auparavant conquis les sympathies romaines ; du Cange constate que, pendant cette période, le pays resta inféodé au domaine de la couronne et fit constamment partie de ce qu’on appelait proprement la France. Le seul fait militaire qui se rattache à cette époque est une victoire de Carloman sur les Normands, remportée en 833, et dont les bords de l’Aisne furent le théâtre ; victoire qui fut suivie d’un traité de paix signé à Vailly.

    C’est seulement après Charlemagne, et par suite des prodigieux accroissements de l’empire franc, que le gouvernement des villes et provinces fut confié à des comtes ou barons, d’où descendirent la plupart des dynasties féodales ; toutefois, les comtes du Vermandois étaient de la race du grand empereur.

    En même temps que se consolidait et s’étendait la monarchie franque, le christianisme, qui l’avait précédée et qui lui avait préparé les voies par la dissolution de l’empire romain, en recevait, à son tour, la protection la plus puissante et les faveurs les plus signalées. L’œuvre apostolique avait duré trois siècles, du IVe au VIIe ; les plus glorieux soldats de l’Église militante furent, pour cette période : saint Firmin, saint Crépin et saint Crépinien, saint Valère et saint Rufin, saint Quentin, saint Waast, saint Valery et saint Riquier, saint Lucien et les apôtres de l’Église irlandaise. Avant l’extinction de la première race, de riches et nombreuses abbayes couvraient le pays ; on en comptait quatorze pour les diocèses de Noyon, Laon, Soissons, Amiens et Beauvais ; les villes mettaient leur orgueil dans la richesse et l’importance de leur cathédrale, et le pouvoir temporel, en maint endroit, augmentait encore l’influence religieuse des évêques.

    Affaiblissement du pouvoir royal, morcellement du territoire en fiefs féodaux, rivalités des évêques et des barons, efforts des communes pour s’affranchir, tels sont les éléments principaux qui constituent l’histoire de France sous les rois de la seconde race ; nulle part ces caractères ne se dessinent d’une manière plus saisissante, ne se traduisent en épisodes plus significatifs que dans les annales de ce département. Si le pouvoir royal garde encore quelques restes de son influence sur le pays, si dès 1185 le Vermandois est réuni à la couronne par Philippe-Auguste, nous voyons surgir l’autorité quasi souveraine des prélats de Noyon, Laon et Soissons ; nous voyons arriver jusqu’au mépris des ordres royaux l’indépendance des Enguerrand de Coucy, et nous assistons aux premières et aux plus ardentes luttes de la bourgeoisie, combattant pour son émancipation communale.

    Pendant que le pays est en proie à ces dissensions intestines, sa position géographique l’expose aux assauts des plus redoutables ennemis du dehors ; la possession de l’Espagne, de la Flandre et des Pays-Bas par les ducs de Bourgogne et la maison d’Autriche le met en contact, pendant plusieurs siècles, avec ces implacables adversaires de la France. Au commencement du XVe siècle, les Bourguignons s’emparèrent du Soissonnais et du Laonnais ; ils n’en sont chassés qu’en 1414. En 1557, les Espagnols gagnent contre notre armée la fameuse bataille de Saint-Quentin. Puis, aux guerres étrangères succèdent les guerres civiles de la Réforme, dans lesquelles intervient encore l’Espagnol, et qui ne prennent fin qu’en 1584, après le triomphe définitif de Henri IV et son avènement au trône.

    Les derniers frémissements de la féodalité domptée agitèrent encore le pays pendant la minorité de Louis XIII. Les Espagnols, prompts à saisir toute occasion d’affaiblir la France, firent encore à cette époque plusieurs irruptions ; mais Richelieu, dont la main ferme et habile allait prendre le gouvernail, sut forcer l’ennemi à respecter nos frontières et assurer la paix intérieure.

    Jusqu’aux guerres de Louis XIV, le pays fut tranquille ; pendant la première partie de ce règne, c’est le sol étranger que foulaient nos armées victorieuses ; mais l’heure des désastres arriva l’ennemi envahit à son tour la France ; les troupes impériales pénétrèrent, en 1712, jusqu’aux environs de Laon, et il fallut la victoire de Denain pour sauver la gloire de nos armes et l’intégrité de notre territoire. Le département de l’Aisne devait revoir l’ennemi en 1814 et en 1815 ; la conduite de ses habitants répondit alors à tout ce qu’on pouvait attendre de l’esprit patriotique et national qui avait toujours animé leurs pères ; mais la nature du sol, composé en grande partie de vastes plaines totalement découvertes, le peu de largeur des cours d’eau y permirent, moins qu’ailleurs, la guerre de partisans, dernière ressource ou dernière vengeance des pays envahis.

    Pour les événements intérieurs, dans le cours de ce dernier siècle, la chronique intime du département est moins riche encore en faits d’une importance générale ; Soissons fut cependant, en 1728, le siège d’un congrès européen qui promettait de terminer tous les différends des grandes puissances, et qui, après plusieurs mois de conférences, n’amena aucun résultat.

    Il y eut, en 1787, un remaniement administratif et l’essai d’une nouvelle organisation politique ; on décida l’établissement d’une assemblée provinciale pour le Soissonnais, et on créa des chefs-lieux d’élection dans chacune des villes principales qui forment le département actuel, à Soissons, Laon, Château-Thierry, Guise et Saint-Quentin ; cette réforme ne précéda que de quelques années la transformation de la France en départements ; Soissons devait y perdre sa supériorité, et Laon fut choisi pour chef-lieu de l’Aisne, comme point plus central et mieux approprié à la surveillance administrative. Mais le chef-lieu industriel se trouve aujourd’hui à Saint-Quentin, la ville la plus importante du département.

    En 1870, le département de l’Aisne fut un des premiers envahis par les armées allemandes ; plusieurs combats s’y livrèrent, notamment aux environs de Saint-Quentin ; il ne fut complètement évacué qu’à la libération du territoire. Les pertes, de toute nature éprouvées par les habitants, par suite de cette occupation, ont été évaluées à 23 millions 742 839 francs 37 centimes.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Histoire du département de l’Ain
    (Région Rhône-Alpes)
     
    ******

    Le département de l’Ain a été formé des anciennes provinces de Bresse, du Bugey, du Valromey, du Pays de Gex et de la principauté de Dombes. Son histoire, pour être complète, devrait donc se composer de l’histoire de ces diverses contrées, qui, dans le passé, eurent souvent des destinées différentes.

    Vue des environs de Bourg-en-Bresse avec les montagnes du côté de Saint-Amour
    Vue des environs de Bourg-en-Bresse avec
    les montagnes du côté de Saint-Amour

    Avant la conquête romaine, la majeure partie du département de l’Ain était occupée les Sébusiens (Sebusiani) et par les Ambarres (Ambarri) ; ces derniers étaient alliés et clients de l’importante peuplade des Éduens. Les noms des villes d’Ambérieu et d’Ambronay nous rappellent les anciens Ambarres, et il reste encore dans le département de nombreux vestiges de l’époque celtique ; on retrouve journellement des tombeaux, des haches de pierre qui servaient aux sacrifices des druides, des dolmens, pierres levées ou plantées, et des médailles, parmi lesquelles il en est qui rappellent le soulèvement des Gaules par Vercingétorix, et d’autres qui constateraient le passage ou le séjour d’Annibal, quand il franchit les Alpes pour porter ses armes en Italie.

    Une guerre survenue entre les Séquanais et les Éduens détermina l’invasion romaine ; les Séquanais, vaincus d’abord, avaient appelé à leur secours Arioviste, chef des tribus campées sur les rives du Rhin ; les Éduens, à leur tour, sollicitaient l’appui du sénat romain, lorsqu’une armée de 368 000 Helvètes vint menacer la Gaule d’une terrible invasion. Ils n’avaient pu franchir le Rhône à Genève parce que César en avait fait rompre le pont ; ils traversèrent le défilé de l’Écluse et pénétrèrent ainsi au milieu du pays des Ambarres, qu’ils ravagèrent. César accourut et, dans une seule campagne, à la tête de cinq légions, dispersa les Helvètes, qu’il atteignit au moment où ils traversaient la Saône, et rejeta de l’autre côté du Rhin les bandes vaincues d’Arioviste. L’établissement de la domination romaine succéda, pour les Ambarres, au danger qu’ils avaient couru de subir le joug des Germains.


    Vue de la ville de Bourg-en-Bresse

    Outre le grand épisode national auquel est resté attaché le nom de Vercingétorix, plusieurs révoltes locales protestèrent contre les efforts de l’administration romaine pour dénationaliser les Gaules. Sous Tibère, en l’an 21, Silius, proconsul de la Germanie supérieure, eut à combattre, dans les provinces qui nous occupent, une sédition dont Sacrovir était le chef, et dans laquelle se signalèrent les gladiateurs gaulois destinés aux cirques de Rome. En 69, les Séquanais remportèrent une inutile victoire sur le général Sabinus. Les résultats de ces mouvements avortés étaient de fréquents remaniements dans la division territoriale des provinces domptées ; c’est ainsi que le pays occupé par les Ambarres fit tour à tour partie de la Germanie supérieure sous Auguste, de la grande Séquanaise sous Constantin, et plus tard de la première Lyonnaise.

    Quoique les Romains n’aient point laissé, de leur passage dans le département de l’Ain, des traces aussi monumentales que dans certaines autres contrées de la France, leur civilisation n’y est point restée sans influence sur l’adoucissement des mœurs, sur l’amélioration des voies de communication et sur l’embellissement des villes et bourgs existant à cette époque ; des ruines de temples, d’autels votifs, d’aqueducs, des égouts, des bains témoignent encore de cette initiation à l’art antique, qui fut comme la mission providentielle de la conquête romaine.

    On prétend que le Valromey (vallis Romana) doit son nom au choix qui fut fait de cette petite enclave du pays des Ambarres pour lieu d’exil assigné aux citoyens romains bannis de l’Italie. Cependant ce n’était pas un éternel adieu qu’avaient dit les Germains au doux climat et aux fertiles campagnes de l’Occident. Leurs hordes semblaient renaître plus innombrables et plus ardentes sous le tranchant des épées romaines ; le IVe siècle vit successivement s’engouffrer dans les Gaules : Suèves, Alains, Vandales et les Huns d’Attila. Tous ceux-là, cependant, comme emportés par l’impétuosité de leur élan, roulèrent au delà des fleuves qui bornaient l’ancien pays des Séquanais ; c’est à d’autres conquérants qu’était réservé le territoire des Ambarres.

    Derrière les bandes rapides d’Attila s’avançait une espèce d’armée de géants, muraille vivante, lente, raide et impassible comme le destin ; ils avaient sept pieds, dit Sidoine Apollinaire ; ils mirent sept ans pour descendre de Mayence à Lyon ; c’étaient les Burgundes. Romains et Gaulois tentèrent à peine de leur résister ; au reste, ils arrivaient sans colère et comme des enfants oubliés qui seraient venus réclamer leur place au foyer paternel. « Cantonnés militairement dans une grande maison, dit Augustin Thierry, pouvant y jouer le rôle de maîtres, ils faisaient ce qu’ils voyaient faire au client romain et se réunissaient de grand matin pour aller saluer leur noble hôte par les noms de père et d’oncle, titres de respect fort usités alors dans l’idiome des Germains. Ensuite, en nettoyant leurs armes et en graissant leur longue chevelure, ils chantaient à tue-tête leurs chansons nationales et, avec une bonne humeur naïve, demandaient aux Romains comment ils trouvaient cela. »

    Le premier hendin ou chef connu des Burgundes était Gondicaire, qui mourut en 476, laissant quatre fils qui se partagèrent ses États. Gondebaud, l’un d’eux, dépouilla ou fit mourir les trois autres et constitua le royaume de Bourgogne. Cette dynastie disparaît en 534, devant les armes victorieuses des Francs, et les conquêtes des Burgundes vont grossir l’héritage des fils de Clovis. Toutefois, cette courte domination laissa une profonde empreinte dans le sol et dans le régime du pays ; la loi gombette fut maintenue dans celles de ses dispositions qui attribuaient aux Bourguignons la propriété des deux tiers des terres conquises et d’un tiers des serfs qui les habitaient, ne laissant que le tiers des terres et les deux tiers des serfs aux anciens possesseurs. Nos provinces de Bresse et du Bugey traversèrent sans de grands orages les temps mérovingiens, tantôt annexées au royaume de Metz ou d’Orléans, tantôt administrées au nom des rois d’Austrasie par des patrices ou maires du palais.

    Mais au VIIIe siècle une nouvelle secousse ébranla le sol ; de nouveaux conquérants apparaissent ; cette fois, c’est du sud qu’ils arrivent : ce sont les Sarrasins d’Abd-el-Rhaman ; ils remontent la Saône jusqu’à Chalon et là se partagent en deux armées, dont l’une envahit et ravage toute la rive gauche du fleuve. La victoire de Charles Martel donne la date de leur dispersion ; on est moins bien renseigné sur la durée de leur séjour ; il dut être assez long puisqu’on rencontre encore des constructions qui leur sont attribuées. La période qui s’étend de Charles Martel à Louis le Débonnaire n’offre d’intéressant pour notre histoire que la lente élaboration de nouvelles divisions territoriales qui font pressentir déjà l’approche des temps féodaux. Il commence à être fait mention dans les chartes du Dombensis, principauté de Dombes, et de la Brissia, comté de Bresse. Par le traité de Verdun, en 843, ces provinces avaient été incorporées successivement au royaume d’Italie et de Lotharingie ; elles ne rentrèrent au domaine de Neustrie qu’à la mort de Louis Il (879).

    A cette époque d’inexprimable confusion provoquée par le partage du vaste empire de Charlemagne, compliquée par le capitulaire de Kiersy-sur-Oise, qui fonda les fiefs, se rattache l’établissement d’une première maison de Bourgogne qui compta quatre princes : Beuve d’Ardennes, Boson, roi d’Arles, Richard le Justicier et Gislebert de Vergy. Alors aussi apparaissent, pour la première fois, des comtes de Bresse, qui commencent, en 830, au sire de Beaugé, doté, par Louis le Débonnaire, de cette seigneurie, en récompense des services qu’il lui avait rendus, et qui finissent en 1268, avec Guy, mort sans autre descendance qu’une fille, nommée Sibylle, dont le mariage avec Amédée IV transporta à la maison de Savoie la plus grande partie de la Bresse. Rien n’est plus horriblement lugubre que le spectacle offert au Xe siècle par les contrées riveraines de la Saône. Déchirements féodaux, invasions des Normands et des Hongrois, dix famines et treize pestes ! On vendit publiquement de la chair humaine à Mâcon !

    Hâtons-nous d’échapper à de pareils souvenirs, et sous la domination de la maison capétienne de Bourgogne suivons l’extension et la consolidation du pouvoir des comtes de Savoie dans nos petites provinces de Bresse et du Bugey. Du mariage d’Amédée IV avec Sibylle, héritière des sires de Beaugé, naquit Édouard, qui fut aussi comte de Savoie, épousa Blanche de Bourgogne, et qui, à défaut d’héritier direct, laissa les comtés de Savoie et de Bresse à son frère cadet, nommé Émond. Celui-ci épousa Yolande Paléologue, fille de Théodore, marquis de Montferrat. Leur fils aîné, Amédée ou Amé V, surnommé le comte Vert, vécut jusqu’en 1383 ; il ajouta à ses domaines héréditaires une partie notable du Bugey, acheta les biens des seigneurs de Coligny et de Montluel, la seigneurie de Mirbel et le pays de Gex, et obtint de l’empereur Henri IV d’ajouter à ses titres celui de comte du Bugey.

    Amé VI ne régna que huit ans ; il mourut en 1391 des suites d’une blessure reçue en chassant le sanglier ; il avait épousé Bonne de Berry, petite-fille du roi Jean. Son fils, Amé VII, fut le premier duc de Savoie ; n’étant encore que comte, il avait acquis les fiefs de Thoiré et de Villars et était ainsi devenu le souverain de tout le territoire qui constitue aujourd’hui le département de l’Ain. C’est à lui que les habitants durent la concession des premières chartes communales et la rédaction des statuts qui régirent le pays jusqu’à la Révolution de 1789 sous le nom de coutumes et usages. Louis, son fils et son successeur, ne régna que cinq ans, de 1440 à 1445 ; de son union avec Anne de Lusignan, fille unique du dernier roi de Chypre, datent les droits de la maison de Savoie au royaume de Chypre.

    Rien ne signale à l’intérêt historique de ce département le règne d’Amé VIII ; mais Amé IX, qui lui succéda, étant devenu veuf, et dégoûté de la vie agitée que lui faisaient les rivalités jalouses des princes ses voisins, embrassa l’état ecclésiastique ; il n’y rencontra pas davantage la tranquillité obscure qu’il cherchait. Il fut élu pape sous le nom de Félix V ; le schisme déchirait l’Église ; la lutte, les violences étaient trop éloignées de ses goûts pour qu’il ne s’empressât pas de déposer la tiare comme il avait résigné le sceptre ; il alla s’enfermer à Ripailles, nom prédestiné, où il mena une existence de doux loisirs et de pacifiques jouissances conformes à ses instincts, dont il eut le rare mérite d’avoir conscience. Une inscription qui fut placée au-dessus d’une des portes de Pérouges, et dans laquelle, à la naïve impatience des soucis de la guerre, à la latinité plus naïve encore, il serait peut-être permis de reconnaître l’esprit du bon duc lui-même, nous semble assez heureusement caractériser la physionomie placide de ce règne. Il S’agissait d’immortaliser la valeur des habitants de la ville qui avaient repoussé les troupes de Comminges, général au service de Louis XI, alors dauphin de Viennois.

    Voici dans quel style sont célébrés leurs exploits :

    PERUGIAE PERUGIARUM
    URBS IMPRENABILIS
    COQUINATI DELPHINATI VENERUNT
    ET NON POTUERUNT COMPREHENDERE ILLAM
    ATTAMEN IMPORTAVERUNT PORTAS ET CRONOS
    DIABOLUS IMPORTAT ILLOS

     

    Les descendants d’Amé IX conservèrent encore pendant plus d’un siècle, de 1472 à 1601, la possession de la Bresse et du Bugey ; mais leur pouvoir sur ces provinces devenait plus contesté et plus précaire à mesure que s’affermissait et se concentrait la monarchie française. En 1536, François Ier s’empara de la Bresse, qui resta annexée à la France pendant tout son règne et ne fut rendue par Henri II au duc Emmanuel-Philibert qu’en considération de son mariage avec Marguerite de France, dernière fille de François Ier. Le fils issu de cette union, le duc Charles IV, est le dernier prince de la maison de Savoie qui ait possédé le territoire du département de l’Ain.

    En 1601, Henri IV, qui était maître du marquisat de Saluces, enclavé dans le Piémont, offrit au duc Charles de l’échanger contre la Bresse. La convention fut acceptée et ratifiée par le traité de paix conclu à Lyon la même année ; le Bugey et le Valromey furent compris dans l’échange ; il en fut de même du pays de Gex, à l’exception de quelques petits villages sur lesquels le canton de Genève fit valoir ses droits de souveraineté. Cette petite baronnie avait relevé autrefois des comtes de Genevois ; elle était alors possédée par les cadets de cette famille ; de leurs mains, elle était passée à la maison de Joinville, à laquelle les comtes de Savoie l’avaient enlevée en 1353, sous prétexte que les seigneurs refusaient de leur rendre hommage.

    Quant à la principauté de Dombes, ancien fief des puissants comtes de Beaujeu, devenue, depuis 1391, par legs du comte Édouard, domaine de la maison royale des ducs de Bourbon, son indépendance ne souffrit aucune atteinte de ces diverses transformations. Vers le temps où nous sommes arrivés, Henri IV empruntait l’hôtel de la monnaie de Dombes pour y faire frapper des pièces d’argent et de cuivre à son effigie.

    Ce petit État, survivant dans son originalité vivace à l’anéantissement de toute organisation féodale dans le royaume, se maintint avec l’intégrité de ses privilèges et l’observance de ses vieilles coutumes jusqu’au règne de Louis XIV. Mlle de Montpensier en était alors souveraine ; on lui persuada d’abandonner Dombes au duc du Maine, fils légitimé du roi, pour en obtenir l’autorisation de rendre publique son union avec le beau Lauzun ; Louis XIV accepta pour son fils la principauté et se contenta d’ouvrir à Lauzun les portes de la prison de Pignerol. En 1762, la Dombes fut irrévocablement réunie à la couronne en vertu d’un échange qu’en fit le comte d’Eu, second fils du duc du Maine, contre le duché de Gisors, en Normandie.

    Depuis l’annexion de la Bresse et du Bugey à la France, ces provinces ont suivi la fortune de la patrie commune sans que les grands événements contemporains y aient eu un retentissement exceptionnel. Signalons cependant, en 1814, la belle défense du défilé des Balmettes, situé entre Saint-Germain et Torcieu, par les habitants du canton de Saint-Piambert, d’Ambérieu et de Belley contre l’armée autrichienne, défense qui leur valut le nom bien mérité de héros des Balmettes.

    Les habitants du département de l’Ain sont au XIXe siècle, grands, robustes, bien proportionnés dans leur structure, d’une physionomie agréable, dont souvent la pâleur mate est un des indices des fièvres locales qui ravagent certains cantons ; ils sont économes, laborieux, d’un jugement sain, d’une raison froide ; ils ont du goût et des dispositions naturelles pour la musique ; quoique les bienfaits de l’instruction soient mieux appréciés chez eux que dans beaucoup d’autres contrées, ils sont encore fidèles à quelques vieilles traditions superstitieuses ; ils croient aux sorciers, placent dans le cercueil des morts quelque ustensile de ménage à leur usage et accompagnent de tapage charivarique l’époux veuf qui se remarie.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique